Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

#PortraitDeStartuper #4 - HO KARAN - Laure Bouguen

786 views

Published on

Découvrez le #PortraitDeStartuper de Laure Bouguen fondatrice et CEO de la startup HO KARAN.

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

#PortraitDeStartuper #4 - HO KARAN - Laure Bouguen

  1. 1. Fondatrice & CEO Laure Bouguen Portrait réalisé par Sébastien Bourguignon
  2. 2. 2 Qui est ce startuper ? À PROPOS Fondatrice & CEO Laure Bouguen J'ai créé HO KARAN pendant mes études à l'école de commerce Audencia. C'était mon projet de master entrepreneuriat. En janvier 2015 au lieu de faire un stage de fin d'études en espérant une embauche comme mes camarades, j'ai signé ma propre convention de stage pour pouvoir le réaliser dans mon entreprise. J'ai alors rejoint l'incubateur Centrale-Audencia à Nantes. J'ai lancé une première version de la marque dédiée aux hommes et au chanvre en 2016. Ce fut un échec. J'ai donc tout recréé à zéro pour lancer en décembre 2017 le HO KARAN gender-free d'aujourd'hui qui s'affirme sur le cannabis.
  3. 3. 3 Qui est ce startuper ? INTERVIEW  Comment vous décririez-vous en tant qu'entrepreneur ? Je suis une utopiste résiliente. J'ai la naïveté de penser qu'en travaillant extrêmement dur et en n'abandonnant jamais, on peut réaliser les idées les plus folles et les plus ambitieuses.  Quelle est votre formation initiale ? Je ne suis pas très originale pour le coup. J'ai un master du programme Grande École de la Business School Audencia, avec une spécialisation entrepreneuriat.  Qu’est-ce qui vous passionne ? Prendre mes responsabilités. Une marque c'est un combat. Une entreprise c'est une prise de parole sur le monde, sur notre vision de la société, de l'écologie et de l'économie. Aujourd'hui la meilleure façon de s'exprimer et de faire changer les choses c'est de créer une entreprise.
  4. 4. 4 Comment décririez-vous votre entreprise ? À PROPOS HO KARAN « est né de ma conviction que tout était bon...dans le cannabis » HO KARAN – qui signifie « je vous aime » en Breton - est né de ma conviction que tout était bon...dans le cannabis. J'ai vu mes grands-parents cultiver cette plante magique pour en faire du papier en Bretagne et j'ai très vite compris toute sa puissance. Pour autant, la marijuana a créé un écran de fumée sur toutes les variétés de cannabis, même celles sans effet psychotrope comme le cannabis sativa français. Aujourd’hui, je milite pour la reconnaissance des bienfaits de cette plante, toujours produite en Bretagne. Elle offre par exemple une huile d’une richesse incomparable, une huile qu’on retrouve dans tous les soins HO KARAN. HO KARAN appartient au club restreint des startup prometteuses de la cosmétique française. J'ai bénéficié du soutien de l’incubateur L’Oréal à STATION F et du programme Accelarates de Sephora qui promeut l’innovation au féminin.
  5. 5. 5 Portrait de startuper INTERVIEW  Pourquoi ce choix de produit / service ? Le problème de départ c'est le stress. Aujourd'hui, 80% des urbains indiquent que leurs problèmes de peau sont dus à des facteurs de stress extérieurs et intérieurs comme la pollution, la malbouffe ou leur rythme de vie effréné. Je me suis donc appuyée sur les vertus destressantes du cannabis sativa pour proposer des solutions holistiques et naturelles pour la peau, le corps et l'esprit.  Quels sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ? HO KARAN est aujourd'hui une marque française de skincare au cannabis sativa. Mais le stress n'atteint pas que la peau. Notre ambition est donc d'offrir à tous, tous les bienfaits de la plante pour accéder plus largement au bien-être.  Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ? J'ai recouru à beaucoup de financements différents à l'exception de la subvention : crowdfunding (Ulule + Kickstarter), différents types de dette, augmentation de capital (crowdequity + business angels). Actuellement il y a beaucoup d'ICO et d'IPO dans le secteur du cannabis j'ai donc encore des choses à expérimenter :)
  6. 6. 6 Portrait de startuper INTERVIEW  Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ? Ma principale difficulté a été d'affirmer mes convictions. Je me suis lancée jeune, alors que je me construisais encore en tant qu'adulte et que professionnelle. Je me suis beaucoup appuyée sur des mentors et des personnes plus expertes que moi dans leur domaine. Mais à force d'écouter tout le monde on se perd soi, et le projet finit par nous échapper. La création d'une entreprise et plus spécifiquement d'une marque c'est très intuitu personae. Ca doit être un combat qu'on porte profondément dans ses tripes sinon on ne peut pas se réveiller tous les matins pour bosser sans gagner un rond. Après beaucoup d'erreurs et d'errances je sais aujourd'hui qui je suis, ce en quoi je crois, et ce que je veux. Il m'est beaucoup plus facile de trancher et de faire des choix. Le financement a évidemment été l'une des difficultés majeures. J'ai lancé l'entreprise alors que j'étais étudiante. Je n'ai donc jamais touché ni le RSA, ni le chômage, pourtant premier sponsor de l'entrepreneuriat français. Pas de love money car je ne suis issue ni d'une famille aisée ni d'une famille d'entrepreneurs. Et je n'avais pas un sou de côté, je bossais déjà en parallèle de mes études. Mon projet avait une dimension industrielle forte, et pour obtenir les premiers produits il fallait investir au préalable une somme qui était pour moi conséquente. Ce n'était cependant pas considéré comme innovant par BPI, second sponsor de l'entrepreneuriat français. N'ayant ni pédigrée ni preuve de chiffre d'affaires il m'était impossible de trouver des business angels. J'ai donc recouru à la dette. Et comme je ne fais pas les choses à moitié j'ai créé une véritable pyramide de Ponzi de l'endettement - mélangeant prêt étudiant, prêts d'honneur, prêts bancaires - que je ne recommande évidemment à personne de reproduire mais sans laquelle je ne serais pas là aujourd'hui.
  7. 7. 7 Portrait de startuper INTERVIEW  D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entreprenariat ? Faire ce en quoi on croit profondément. Travailler dur et ne jamais abandonner. Très bien s'entourer pour prendre sans ego tous les feedbacks de ces personnes expertes, puis faire le tri.  S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ? La force psychologique et la motivation. Les success stories fulgurantes n'existent pas. Au bout du compte ceux qui restent sont les plus motivés et les plus résistants.  Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ? Ne pas le faire pour l'argent sinon vous serez déçu(e). Ne pas le faire pour la gloire sinon vous serez déçu(e). Le faire pour apporter quelque chose de positif au monde qui en a cruellement besoin. Puisque vous pouvez laisser une trace, faites-en sorte qu'elle soit belle !
  8. 8. 8 Portrait de startuper INTERVIEW Site internet https://hokaran.com/ Linkedin https://www.linkedin.com/in/laure-bouguen-81317749/ Twitter https://twitter.com/laurebouguen Fondatrice & CEO Laure Bouguen
  9. 9. ANNEXES
  10. 10. 10 Sébastien Bourguignon L’AUTEUR 🚀 Auteur | Influenceur | Speaker ► Expert Digital & Blockchain | ICO Advisor ► Pour une transformation digitale réussie ! Sébastien Bourguignon VP et Lead Digital Influencer au sein du cabinet de conseil Margo et CEO de la société Chain Guru, il est dans le domaine du Digital, du Management, de l’Innovation et de l’Agilité depuis 2000. Sa vision de demain est un monde numérique dans lequel les changements profonds de comportements des hommes, les interactions au sein des entreprises, la compétition internationale des grands groupes, le management et les organisations seront complètement remis en question. La société bouge vite, très vite, l’innovation et la nécessité de plus d’agilité dans les organisations doivent être une préoccupation majeure, il n'y a plus de doute là-dessus. Ses convictions sont que sans une prise de conscience de ces enjeux de société, les entreprises d’aujourd'hui prennent un risque important pour leur survie. Les individus, managers ou collaborateurs, devront s’adapter encore plus vite et plus fort que ce qu’il n’aura été nécessaire à leurs grands-parents lors de la première révolution industrielle. En effet, le quotidien de tout un chacun va évoluer avec l’explosion du digital. Ces modifications pourraient ressembler à de la science fiction encore aujourd’hui, mais elles sont inévitables et bien réelles car la transformation est en marche. Passionné par l’innovation, le numérique et le management, il s’intéresse particulièrement aux mécanismes liés à l’entreprenariat et en particulier aux startups. Cela l’a amené à réaliser une série de portraits de startupers pour les partager sur son blog. Son objectif est multiple, comprendre les parcours de ces créateurs de startups, les difficultés qu’ils ont rencontrées, et comment tout cela se matérialise concrètement, finalement un vrai feedback d’entrepreneur. Par ailleurs, il est auteur de nombreux articles sur Les Echos, La Tribune ou encore Siècle Digital. Il est aussi l’auteur des livres blancs de « #80PortraitDeStartuper » et « 100 #PortraitDeStartuper – Saison 2 », ainsi que du livre « Portraits de startupers – édition 2017 » aux éditions Maxima. http://sebastienbourguignon.com/ http://monmasteradauphine.wordpress.com https://twitter.com/sebbourguignon http://www.sebastien-bourguignon.fr https://fr.linkedin.com/in/sebastienbourguignon http://fr.slideshare.net/SbastienBourguignon https://plus.google.com/u/0/+SébastienBourguignon http://chainguru.io

×