Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

#PortraitDeStartuper #12 - La WE box - Alexia de Bernardy

630 views

Published on

Découvrez le #PortraitDeStartuper de Alexia de Bernardy présidente fondatrice de la startup La WE box.

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

#PortraitDeStartuper #12 - La WE box - Alexia de Bernardy

  1. 1. Présidente fondatrice Alexia de Bernardy Portrait réalisé par Sébastien Bourguignon
  2. 2. 2 Qui est ce startuper ? À PROPOS Présidente fondatrice Alexia de Bernardy Mon parcours d’entrepreneur est assez récent en définitive. Nous avons commencé à travailler sur MaFitBox fin 2017. Mais j’ai toujours su que je voulais monter une boite, je n’avais juste pas l’idée. Pour moi, MaFitBox représente vraiment une porte d’entrée qui permet de tester, de se faire la main et d’évoluer progressivement vers une entreprise beaucoup plus colossale. Je ne sais pas si on peut donner une date de démarrage mais Je pense qu’être entrepreneur, ça s’apprend. Concrètement, on ne nait pas entrepreneur, on le devient. (“Anyone can become an entrepreneur”) Pour autant, je ne suis pas sûr qu’on doive avoir une date d’anniversaire.
  3. 3. 3 Qui est ce startuper ? INTERVIEW Comment vous décririez-vous en tant qu'entrepreneur ? Je suis persuadé que dans une startup, il y a toujours un sage et un fou. J’ai longtemps été persuadé que j’étais un sage, très bon gestionnaire. Force est de constater que je penche plutôt du côté du fou. En effet, je suis de ceux qui font les choses et qui règlent les problèmes après. C’est un avantage mais aussi un inconvénient parfois de trop foncer tête baissée. En revanche, j’ai un fort besoin d’être au contact du terrain et d’être le plus pragmatique possible. Côté organisation, par la force des choses, j’ai dû développer un système qui me permet d’être le plus productif possible. C’est toujours en constant remodelage car je n’en suis jamais content mais force est de constater que c’est plutôt efficace/efficient. Comme on dit à The Family : “Organisé comme un robot pour vivre comme un humain”. La dernière chose, qui je pense n’est pas spécifique à moi mais commune à l’ensemble des entrepreneurs : la passion. Il m’arrive de faire de la compta à 00h et d’adorer ça… Et pourtant… ! Ce que j’adore avec MaFitBox c’est de travailler et faire avancer la boîte sans avoir l’impression de travailler, sans que ça ne me coûte d’effort. Je n’ai jamais trouvé ça ailleurs.
  4. 4. 4 Qui est ce startuper ? INTERVIEW Quelle est votre formation initiale ? J’ai effectué un parcours assez classique avec une École de commerce (GEM). Mais quand on creuse, j’ai effectué trois années de classe préparatoire littéraire, obtenu une maîtrise de littératures françaises, et fait un passage très rapide à Saint Cyr. En parallèle, j’ai aussi effectué la formation Lion à The Family. Je recommande vraiment, ça permet de rencontrer des gens passionnés et passionnants ! Qu’est-ce qui vous passionne ? Ce qui me passionne, c’est de comprendre ce qui fait qu’une personne ou une entreprise fonctionne ou non. Je trouve ça vraiment passionnant de comprendre le mécanisme psychologique qui amène telle création à tel succès. Par exemple, j’ai lu récemment l’autobiographie du fondateur de Criteo, Jean Baptiste Rudelle. J’ai trouvé passionnant de s’immiscer au cœur de sa pensée. Je pense qu’on peut donc me qualifier de geek de l’entrepreneuriat. J’adore rencontrer des gens qui ont entrepris. J’essaie d’ailleurs de prendre un ou deux petits déjeuner par semaine avec des personnes passionnées. Et forcément, le CrossFit, ça me passionne aussi ! C’est une autre manière d’optimiser les corps. Le mélange des différents sports (cardio, gymnastique, haltérophilie), la technicité et le fait de toujours avoir à apprendre, c’est qui fait que je n’ai jamais besoin de me forcer pour m’entrainer.
  5. 5. 5 Comment décririez-vous votre entreprise ? À PROPOS MaFitbox « est un service permettant aux passionnés de sport de découvrir chaque mois les meilleurs produits fitness à travers une box surprise » MaFitBox est un service permettant aux passionnés de sport de découvrir chaque mois les meilleurs produits fitness à travers une box surprise. L'objectif de MaFitBox est de faire découvrir à nos abonnés une box mensuelle personnalisée remplie de produits fitness des meilleurs équipementiers du sport (vêtements, food, accessoires, goodies) pour un prix unique de 29,90€ et sans engagement, avec une valeur contenue minimum de 45€. Notre équipe est composée de trois entrepreneurs passionnés de sports et de challenges. Grâce à nos profils complémentaires, nous relevons le défi de proposer à nos abonnés de nouvelles surprises sportives tous les mois !
  6. 6. 6 Portrait de startuper INTERVIEW  Pourquoi ce choix de produit / service ? L’été dernier (2017), c’était l’anniversaire de ma copine. De mon ex du coup. Je lui ai donc offert un abonnement à une box de beauté (Birchbox). Comme un anniversaire ne vient jamais seul, le mois suivant c’était au tour de Vincent (Mon meilleur ami et associé) de fêter son anniversaire. A ce moment-là, je me suis dit que la box de beauté pour Vincent n’était sûrement pas la meilleure option à envisager. J’ai donc cherché une box fitness. Stupéfaction… ! Ca n’existait pas. Le cadeau ça a donc été de créer MaFitBox. Aujourd’hui, on pense que MaFitBox répond à plusieurs problèmes de fond. On pense que c’est bien plus que du loisir ou de la surprise. En effet, il y a évidemment le côté surprise/découverte qui vient casser la routine. Fondamentalement, l’idée n’est pas de proposer des barres protéinées classique mais plutôt des barres protéinées au lait de chèvre du fin fond des alpes pour susciter un effet “Wouahou”. Mais en plus de cela, on s’est rendu compte que les clients achètent de plus en plus sur des boutiques en lignes, dématérialisées et ils nous remontent de plus en plus que ça leur manque de ne pas pouvoir toucher physiquement les produits. MaFitBox intervient donc comme une vitrine qui permet de toucher, tester, découvrir ce qui nous plait ou moins dans des marques identifiées comme référentes dans le milieu du fitness. En somme, la box permet de faire une première sélection pour un utilisateur lambda, et l’utilisateur peut ensuite choisir ce qu’il affectionne plus particulièrement. L’objectif de 2019 est bien sûr d’assurer la continuité du processus commercial via une Marketplace digitale.
  7. 7. 7 Portrait de startuper INTERVIEW  Quels sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ? Pour 2019, l’objectif est principalement d’augmenter notre nombre d’abonnés afin de soutenir peu à peu l’ensemble de nos coûts structurels (salaires et recrutement compris.) En parallèle, nous menons deux autres combats de front. Comme indiqué plus haut, nous sommes en train de développer une marketplace digitale. Difficile d’en dire plus pour le moment, mais tout ce que je peux dire c’est que l’utilisateur sera vraiment au centre de cette plateforme… Enfin, nous allons lancer une marque de vêtements un peu particulière. Le concept est simple : à chaque mois un design particulier. L’achat de ces vêtements aura une durée limitée qu’on appellera “capsule”. Une fois passée cette date, impossible d’acquérir le textile.  Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ? Le business model de MaFitBox est un peu particulier. Aujourd’hui nous avons uniquement Bootstrapé. L’idée est simple : la box revient à faire de la précommande. Les abonnements sont bloqués le 10 du mois, on reçoit les paiements une semaine plus tard et en général, on négocie le paiement des fournisseurs à 30J fin de mois, ce qui nous donne un BFR négatif et une trésorerie toujours confortable. A l’avenir, nous réfléchissons à une levée des fonds. En effet, pour financer une marketplace et une marque de vêtement, il faudra avoir une trésorerie plus conséquente, pouvoir recruter, et aller beaucoup plus loin techniquement.
  8. 8. 8 Portrait de startuper INTERVIEW  Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ? J’ai toujours eu une répulsion pour l’administratif et le contrôle de gestion. Malheureusement, c’est quand même assez fondamental quand on entreprend. J’ai donc non seulement été obligé de m’y mettre mais surtout, de faire une énorme mise à niveau ! Et ça n’a pas été de tout repos ! Et ça nous a valu plusieurs mésaventures, comme par exemple, la réclamation d’une entreprise qui jugeait que notre logo était trop proche du leur. Dans ces moments : résistance au stress et être convaincu que tout va bien se passer. La deuxième difficulté, c’est d’être capable d’inspirer confiance quand on part de rien et qu’on créé son entreprise. Pour ça, on a eu de la chance, nos premiers partenaires nous ont rapidement fait confiance car la proposition de valeur de notre côté était là et qu’on a réussi à prouver ce qu’on savait faire très rapidement.  D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entreprenariat ? Spontanément, je serais tenté de répondre deux choses absolument fondamentales et à mon sens extrêmement difficiles à acquérir et développer. D’abord la capacité à incarner une vision et plus spécifiquement, à motiver les gens à s’engager vers un but commun. C’est je pense la chose la plus difficile : arriver non seulement à motiver les gens mais surtout à faire durer leur motivation dans le temps. Un exemple tout simple : étant parent, la dernière chose qu’on veut c’est que notre enfant se mette à fumer. On fait preuve de pédagogie, on explique le pourquoi, le pourquoi pas, de manières variées. Pour autant, avec la même éducation certains enfants fumeront et d’autres non. Comment expliquer cela ? Ce sont a priori les mêmes enjeux en entrepreneuriat. Le deuxième point à mon sens tout aussi essentiel est la rigueur. Comme expliqué plus tôt, étant “CEO”, cofounder ou ayant la direction d’une entreprise, on se doit d’être le plus rigoureux à la fois dans le suivi opérationnel des activités, mais aussi dans la gestion des coûts, la gestion comptable… Et même dans l’ensemble des communications qui partent de l’entreprise. Grosso modo, s’il y a une erreur dans la newsletter, ce n’est pas l’employé X qu’il faut tenir pour responsable. En effet, toutes les communications qui partent de l’entreprise sont la responsabilité directe des cofondateurs et ceux-ci doivent s’appliquer une rigueur à toute épreuve et relire le moindre message, tweet, interaction. L’idée n’est pas de faire confiance, mais d’amener les collaborateurs à un niveau de rigueur qui de facto implique qu’on n’a plus besoin de relire.
  9. 9. 9 Portrait de startuper INTERVIEW  S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ? Je dirais que le point à la fois le plus critique et le plus difficile à savoir, c’est le fit entre les cofondateurs. En effet, d’abord, les gens évoluent. Les personnes que vous êtes aujourd’hui, n’ont rien à voir à celles que vous serez dans un an et donc, votre engagement et celui de vos associés va changer. Ensuite, il faut que vous soyez assez proches de vos cofondateurs pour pouvoir tout leur dire, sans langue de bois, mais pas trop proches sinon vous n’oserez plus leur dire les choses quand ce sera vraiment critique. Et par là même, vous n’aurez pas le recul objectif et la capacité de prise de décision pour dire si oui ou non, vos associés remplissent leur part du contrat. Enfin, bien veiller à la répartition du capital entre les cofondateurs, veiller à trouver des clauses de sorties très claires dans le pacte d’associés. Ca a l’air tout bête, mais, même quand on est les meilleurs amis du monde, ça pose des bases claires et simple, ça évite les frustrations et ça donne de la flexibilité aux moments où on veut qu’il y en ait.  Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ? Réfléchir à deux fois avant de se lancer. J’adore entreprendre. Vraiment ça me passionne et je pourrais faire ça toute ma vie. Mais de facto, l’entrepreneuriat impose un choix de vie particulier. A soi et à ses proches. On est toujours plus au moins au courant de ça avant de commencer, mais souvent on n’a pas la réalité en face. Le fait est qu’aujourd’hui, nous avons plusieurs centaines de clients par mois et clairement, si on ne fait rien, il ne se passe rien. C’est à la fois gratifiant et excitant mais c’est aussi terrifiant.
  10. 10. 10 Portrait de startuper INTERVIEW Site internet http://www.lawebox.com/ Linkedin https://www.linkedin.com/in/alexiadebernardy/ Twitter https://twitter.com/AdeBernardy Présidente fondatrice Alexia de Bernardy
  11. 11. ANNEXES
  12. 12. 12 Sébastien Bourguignon L’AUTEUR 🚀 Auteur | Influenceur | Speaker ► Expert Digital & Blockchain | ICO Advisor ► Pour une transformation digitale réussie ! Sébastien Bourguignon VP et Lead Digital Influencer au sein du cabinet de conseil Margo et CEO de la société Chain Guru, il est dans le domaine du Digital, du Management, de l’Innovation et de l’Agilité depuis 2000. Sa vision de demain est un monde numérique dans lequel les changements profonds de comportements des hommes, les interactions au sein des entreprises, la compétition internationale des grands groupes, le management et les organisations seront complètement remis en question. La société bouge vite, très vite, l’innovation et la nécessité de plus d’agilité dans les organisations doivent être une préoccupation majeure, il n'y a plus de doute là-dessus. Ses convictions sont que sans une prise de conscience de ces enjeux de société, les entreprises d’aujourd'hui prennent un risque important pour leur survie. Les individus, managers ou collaborateurs, devront s’adapter encore plus vite et plus fort que ce qu’il n’aura été nécessaire à leurs grands-parents lors de la première révolution industrielle. En effet, le quotidien de tout un chacun va évoluer avec l’explosion du digital. Ces modifications pourraient ressembler à de la science fiction encore aujourd’hui, mais elles sont inévitables et bien réelles car la transformation est en marche. Passionné par l’innovation, le numérique et le management, il s’intéresse particulièrement aux mécanismes liés à l’entreprenariat et en particulier aux startups. Cela l’a amené à réaliser une série de portraits de startupers pour les partager sur son blog. Son objectif est multiple, comprendre les parcours de ces créateurs de startups, les difficultés qu’ils ont rencontrées, et comment tout cela se matérialise concrètement, finalement un vrai feedback d’entrepreneur. Par ailleurs, il est auteur de nombreux articles sur Les Echos, La Tribune ou encore Siècle Digital. Il est aussi l’auteur des livres blancs de « #80PortraitDeStartuper » et « 100 #PortraitDeStartuper – Saison 2 », ainsi que du livre « Portraits de startupers – édition 2017 » aux éditions Maxima. http://sebastienbourguignon.com/ http://monmasteradauphine.wordpress.com https://twitter.com/sebbourguignon http://www.sebastien-bourguignon.fr https://fr.linkedin.com/in/sebastienbourguignon http://fr.slideshare.net/SbastienBourguignon https://plus.google.com/u/0/+SébastienBourguignon http://chainguru.io

×