Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Perspectives de réintroduction de Sitatunga dans l'écosystème terrestre du PNDS

119 views

Published on

Conférence présentée dans le cadre de la 17ème Rencontre Annuelle du Groupe d'Intérêt Sahélo-Saharien, organisé par l'ONG Sahara Conservation Fund au Sénégal du 4 au 6 mai 2017. Chaque année, le Sahara Conservation Fund réunit près d’une centaine d’experts engagés dans la préservation de la biodiversité sahélienne-saharienne en Afrique.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Perspectives de réintroduction de Sitatunga dans l'écosystème terrestre du PNDS

  1. 1. 17ème Rencontre Annuelle du Groupe d’Intérêt Sahélo-Saharien 2 jours de conférences sur la conservation de la biodiversité au Sahara et au Sahel Perspectives de réintroduction du Sitatunga dans le Parc National du Delta du Saloum Marius NIAGA,Vétérinaire conservateur – PNDS, Sénégal 4 – 6 mai 2017
  2. 2. Perspectives de « réintroduction » de Sitatunga dans l’Ecosystème terrestre du PNDS /Marshbuck/ swamp-dwelling antelope Vétérinaire Conservateur Lt. Colonel Marius NIAGA Parc National du Delta du Saloum
  3. 3. PLAN DE PRESENTATION ´ PRESENTATION DE L’ANIMAL ´ PRESENTATION DU MILIEU ´ ACTIVITES AU PNDS ´ ECOSYSTEMES DU SITE ´ ANALYSE SWOT DE L’INITIATIVE ´ CONCLUSION
  4. 4. Répartion des Sitatunga Afrique centrale, Afrique de l'Est : Angola, Cameroun, Congo- Kinshasa, Gabon, Afrique de l'Ouest, Gambie, Sénégal et Guinée Bissau
  5. 5. PRESENTATION DU SITATUNGA(1/3) ´ Le sitatunga est une antilope originale en Afrique, vivant essentiellement dans les marais et marécages ´ différents surnoms: (1) guib d’eau, (2) antilope des marais, (3) daim des marécages, (4) « bongo du pauvre » ´ Son nom scientifique: Tragelaphus spekii « tragos » bouc, « elaphos » cerf avec le nom de explorateur anglais John Hanning Speke ´ pelage brun foncé pour le mâle, fauve-roux pour la femelle, strié de rayures blanches verticales (entre 5 et 8) tâches et croissant de la même couleur vers la poitrine .
  6. 6. PRESENTATION DU SITATUNGA(2/3) Caractéristiques • Leur pelage est par ailleurs extrêmement huileux et fait office d’imperméabilisant en les protégeant en grande partie de l’humidité extérieure dans laquelle ils vivent au quotidien • dos est orné d’une fine crinière érectile • Hauteur au garrot jusqu’à 1 mètre • poids d’environ 100 kg; • Cornes apanage du mâle: entre 50 et 92 cm de long, torsadées et blanches aux extrémités; • sabots de près de 10 cm de long) avec une sorte de peau qui les relie en faisant office de raquettes
  7. 7. PRESENTATION DU SITATUNGA(3/3) ´ C'est la plus aquatique des antilopes, ayant la faculté de se nourrir en étant partiellement, et même complètement immergée dans l'eau ´ Cette antilope est proche des bongos, koudous et éland s. ´ vit dans les grandes forêts tropicales africaines, les zones marécageuses et humides, les îlots, les marais de papyrus et roseaux
  8. 8. Créé par décret N°76-0577 du 26 mai 1976 Avec un superficie de 76 000 ha -Le PNDS est à la fois une réserve de biosphère en 1981 et une zone humide d’importance internationale en 1984 -Les mammifères -1er site Ramsar transfrontière africain et extra-européen 2008 PRESENTATION DU PARC NATIONAL DU DELTA DU SALOUM (PNDS)
  9. 9. ESPECES DE MAMMIFERES v(04) primates : Cercopithecus aethiops sabaeus, Erythrocebus patas et moins abondants, Galago senegalensis et Procolobus badius temmincki (environ 500 individus vLe Guib harnaché (Tragelaphus scriptus), vLe Sitatunga (Tragelaphus spekii) sont aussi observés. vL’hyène tachetée (Crocuta crocuta) qui constitue le seul grand prédateur et vLe chacal (Canis adustus) sont relativement abondants tout comme vLes genettes (GenettatigrinaetG.thierry), v Les Civettes (Civettacivetta), vle phacochère (Phacochoerusaethiopicus). Les mammifères marins vSousa teuszi populations menacées vle grand dauphin Tursiopstruncotus vde Lamantins (Trichecus senegalensis) menacés d’extinction est également signalée .
  10. 10. ´ Lutte contre la pêche illicite ´ Lutte contre le braconnage ´ Suivi des oiseaux migrateurs ACTIVITES AU PNDS (1/2)
  11. 11. ACTIVITES AU PNDS (2/2)´ Sensibilisation et lutte contre la pêche illicite et l’utilisation d’engins prohibés (maille inférieure à 30 microns, sennes de plage, Filets trainants ( Mbal law), à l’explosifs; ´ Recherche et suivi des Dauphins ´ Recherche et suivi des Lamantins ´ Recherche et suivi des Colobe bai ´ etc.
  12. 12. ECOSYSTEMES DU PNDS ´ Parc National du Delta du Saloum (PNDS)présente trois écosystèmes très riches qui abritent, une grande variété d’espèces animales et végétales : l’écosystème de mangrove, l’écosystème maritime comportant de nombreux îlots inhabités et l’écosystème de forêt claire que représente la forêt de Fathala.
  13. 13. ECOSYSTEME TERRESTRE ´ 8 000 hectares de savanes et de forêts sèches Borassus aethiopium, Celtis integrifolia (Mboul), Parinari macrophylla, Prosopis africana (Yiir), Pterocarpus erinaceus, Tamarindus indica (Dakhar) Detarium senegalensis Etc…
  14. 14. ECOSYSTEME DE MANGROVE ´ 7 000 hectares de mangrove et de végétation d’eau salée ´ Le couvert végétal de MANGROVE du Delta du Saloum, est diversifié: ´ Nous pouvons citer entre autres ´ Rhizophora racemosa, Rhizophora mangle, Rhizophora harizonii, dans des zones intertidales ´ Avicennia africana, Laguncularia racemosa sur terre ferme
  15. 15. ´Analyse des Forces, faiblesses, Opportunités et menaces d’un tel projet
  16. 16. Analyse SWOT : Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats (1/4) Forces Ø Présence de l’animal dans la réserve de biosphère et plus exactement dans les écosystèmes terrestre et estuarien Ø Présence du Guib harnaché (Tragelaphus scriptus), si proche du guib harnaché qu’il peut s’hybrider avec celui-ci. Ø le sitatunga peut s’alimenter des herbes des marais, avec de l’eau jusqu’aux épaules, y nager, voire s’y dissimuler en s’immergeant complètement et ne laisser à la surface que ses narines et ses yeux. Ø les seuls prédateurs naturels du bongo sont les crocodiles et les pythons et que le chasseur doit redoubler de prudence pour ne pas devenir lui-même gibier Ø DPN expérimentée en management de faune (ré-) introduite
  17. 17. Analyse SWOT : Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats (2/4) Faiblesses Ø Contexte socio-économique caractérisé par une population pauvre Ø Effectifs très réduits voire une survie de l’espèce menacée au plan national (Préoccupation mineure selon l’IUCN; effectifs non déterminés au plan national) Ø Absence d’étude ou de recherches sur l’espèce à la RBDS ou au PNDS ( absence de données génétiques, raisons de la réduction des effectifs) Ø Insuffisance de données pour faire le plaidoyer auprès des partenaires
  18. 18. Analyse SWOT : Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats (3/4) Opportunités Ø Ressources humaines sénégalaises expérimentées en élevage de faune Ø Présence de l’animal dans des zoos étrangers(européens ou américains etc.) et autres aires protégées en effectifs importants Ø Caractéristiques physiologiques et physiques de l’espèces rendant facile son transport (par avions, véhicules et trains) facile et voire peu onéreux.
  19. 19. Analyse SWOT : Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats (4/4) Menaces Ø Forte présence anthropiques dans certains milieux marécageux et autres îles de la RBDS Ø Modes d’élevage ( divagation des troupeuax, maladies transfrontalières PPCB, PPR et compétition avec la faune) Ø Augmentation du taux de sel des eaux de marais et bolongs de la RBDS Ø déforestation, réchauffement climatique Ø Crocodile, Hyène, Python, sont les principaux prédateurs présents aux PNDS
  20. 20. Actions à entreprendre ´ Sensibilisation des populations de la RBDS et alentours ´ Création et réhabilitation des points d’eau douce artificiels dans la partie terrestre du PNDS ´ Capture et prélèvements de sang ou autre organe pour la détermination de la sous-espèce actuelle du Sitatunga du site
  21. 21. Conclusion ´ Les biotopes de la RBDS rendent la chasse du sitatunga extrêmement difficile. L’animal est très difficile à repérer et la tâche d’un braconnage de cet animal dans pareil paysage du PNDS est très exigeante physiquement. ´ Nous estimons qu’il serait intéressant de renforcer les effectifs actuels de Sitatunga en procédant à un transfert d’individus en provenance de zoos européens, africains et/ou américains. ´ Après la quarantaine mettre quelques individus dans quelques îlots de la RBDS (île Leebar, Mansarinkho etc)
  22. 22. Je vous remercie de votre aimable attention….

×