Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
VOTATIONS
LES CHOIX DE 
LA SSR AGACENT 
ALAIN BERSET  
PAGES 10­11
SINÉ (1928­2016)
LE DESSINATEUR
DISAIT «MERDE» 
À LA MO...
GRAND ANGLE4
VENDREDI 6 MAI 2016LE MATIN
TRAQUE AU PLAS TIQUE DU LÉMAN
PROPRETÉ Une association ramasse et 
compte les déc...
GRAND ANGLE6
VENDREDI 6 MAI 2016LE MATIN
Enfin, après une bonne heure de
travail, le ramassage se termine.
La famille s’ag...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Article in "Le Matin"

319 views

Published on

Feature article about our operations in Switzerland.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Article in "Le Matin"

  1. 1. VOTATIONS LES CHOIX DE  LA SSR AGACENT  ALAIN BERSET   PAGES 10­11 SINÉ (1928­2016) LE DESSINATEUR DISAIT «MERDE»  À LA MORT PAGES 2­3 JA 1000 Lausanne 1 Jean­Guy Python Manuel Lopez/Keystone Martin Bureau/AFP PROMOTION  LAUSANNE  FAIT LA FÊTE  PLUS TÔT  QUE PRÉVU PAGES 32­33 ILS NETTOIENT LE LÉMAN EN FAMILLE PAGES 4­7 TRAQUE  AU PLASTIQUE VENDREDI 6 MAI 2016  ∙  N° 127  ∙  FR. 3.­ (TVA 2.5% incluse)  ∙  France voisine 2.75 € www.lematin.ch Jean­Christophe Bott/Keystone
  2. 2. GRAND ANGLE4 VENDREDI 6 MAI 2016LE MATIN TRAQUE AU PLAS TIQUE DU LÉMAN PROPRETÉ Une association ramasse et  compte les déchets sur les plages. Son but:  faire réfléchir les pollueurs et les politiques. D e loin, la plage du port de La Tour-de-Peilz (VD) semble propre. Et puis Roger Erismann se baisse et ramasse. Des mégots, du Sagex, des morceaux de plastique non identifiés. Par centaines. «Quand on s’approche, on se rend compte que c’est dé- gueulasse. Il y a plein de choses qui n’ont rien à faire là», lâche cet Américain de 48 ans qui a grandi en Valais. Avec sa femme, Shan- non, géologue de formation, il a fondé l’association Plages Propres en novembre dernier. «Ramasser les déchets, c’est bien, mais ce qui nous intéresse vraiment, c’est d’avoir des données statistiques pours’éloignerducôtéémotionnel qui fait dire: «C’est sale!» reprend Roger. Tout en parlant, lui, sa femme et leur fils Gabrial, venu leur donner un coup de main, inspectent cha- cun des graviers de la plage avec attention. «Le but, c’est de tout récupérer, même le plus petit bout de plastique. Ensuite, on les trie et on les compte sur cette bâche», explique Shannon en désignant le carré vert qui se remplit peu à peu. Les objets seront ensuite classifiés selon 131 catégories. Etonnament, leur taille n’a pas d’importance. «Petit ou grand, c’est pareil. Cela veut dire que quelqu’un a jeté ce déchet», assure Roger. Celui qui est statisticien de for- mation est très à cheval sur la ma- nièredontlesdéchetssontcatégo- risés. «Pour que les données soient exploitables, il faut qu’on respecte un certain protocole», La famille Erismann en action dans le port de La Tour­de­Peilz. GRAND ANGLE 5 VENDREDI 6 MAI 2016 LE MATIN TRAQUE AU PLAS TIQUE DU LÉMANprécise-t-il. Si l’association re- cherche des volontaires, il faut que ces derniers fassent preuve d’une certaine rigueur et soient prêts à se former. En attendant, la petite équipe agit avec ses moyens sur la Riviera. «On nettoie une demi-douzaine de plages no- tamment à Vevey et à Montreux, environ une fois par semaine cha- cune», souligne Roger. «Savoir dans quoi  on se baigne» Fautedesoutien,luietsafemmese débrouillent pour le moment seuls. «Combien on a in- vesti depuis le début? Beaucoup trop. Le ma- tériel, l’application, le site, les T-shirts, les déplacements, on paie tout nous- mêmes», sou- rit-il. Mais leur motivation est des plus évidentes. «C’est chez nous ici, non? On veut savoir dans quoi on se baigne», affirme-t-il. Shan- non abonde: «Aujourd’hui, il est devenu difficile pour nous d’aller au bord du lac et de ne rien ramas- ser. Mais, quand on a fini, on peut étendre notre linge tranquille- ment», appuie-t-elle. Intéressée, une dame s’appro- che et les félicite. «Les gens qui laissent tous leurs emballages par terre n’ont aucun respect», re- grette-t-elle. Quand elle s’éloi- gne, Roger attrape un morceau de Sagex sur le sol: «Elle met la faute sur ceux qui viennent au bord du lac, mais en réalité la plupart des déchetsnesontpasjetésici.LeSa- gex, c’est un quart de ce qu’on trouve», détaille-t-il. Il se penche de nouveau et récupère deux petits bâtonnets bleus. «Vous savez ce que c’est? Des cotons-tiges. Vous croyez vraiment que les gens vien- nent à la plage se curer les oreilles?» lance-t-il. Comme beaucoup d’autres déchets, ces cotons-tiges ont été jetés dans les WC. 570 déchetsont été ramassés en moins d’une heure  par les trois membres de l’association  Plages Propres sur la petite plage du port  de La Tour­de­Peilz (VD). Parmi eux, il y avait  86 cotons­tiges. COMBAT POUR DES PLAGES PROPRES SUITE EN PAGES 6-7
  3. 3. GRAND ANGLE6 VENDREDI 6 MAI 2016LE MATIN Enfin, après une bonne heure de travail, le ramassage se termine. La famille s’agenouille près de son butin. Gabrial dégaine son smart- phone et lance l’appli- cation spécialement développée pour le projet. Ensemble, ils décomptent le nombre de déchets. 570 au to- tal. Jérôme Christen, conseiller municipal chargé de l’espace pu- blic, à Vevey, salue l’action de Plages Pro- pres: «Toutes ces ini- tiatives sont utiles et doivent être soute- nues. Heureusement qu’elles existent», souligne-t-il. Il admet aisément que ramasser de si petits déchets est impossible pour ses équipes.«Noseffectifs sont extrêmement res- treints. Plus c’est gros, plus c’est facile à repérer et à récupérer. Mais ce qui est si petit, c’est juste inimaginable pour nous», recon- naît le conseiller municipal. Asesyeux,lesactionsmontrant ce qu’on trouve dans le lac ou sur ses rives sont très importantes. «Dès le moment où cela devient visible, les gens en parlent autour d’eux et prennent conscience. Avec un peu de chance, on va pou- voir faire rougir le responsable», espère-t-il. Selon lui, sur ce sujet, la sensibilisation doit être marte- lée sans relâche. «Mais, à un mo- mentdonné,ilfautaussidessanc- tions. C’est pour cela que les em- ployés de notre voirie sont assermentés pour pouvoir mettre des amendes», détaille- t-il tout en précisant que ce n’est pas leur rôle premier. «L’enjeu  est de taille» De son côté, Audrey Klein, secrétaire géné- rale de la Commission internationale pour la protection des eaux du Léman (CIPEL), rap- pelle que plusieurs as- sociations autour du lac sont déjà actives à ce sujet depuis de nombreuses années: «Heureusement qu’elles sont présen- tes, nous avons besoin de leur tra- vail sur le terrain», salue-t-elle. A ses yeux, les campagnes de ra- massage des déchets démontrent à quel point il est nécessaire de continuer la sensibilisation. «Avec plus d’un million d’habi- tants autour du lac, l’enjeu est de taille. Il faut continuer à convain- cre la population d’avoir des com- portements respectueux de l’en- vironnement», souligne-t-elle. Pourtant, la secrétaire générale de la CIPEL assure que l’état du Lé- man s’améliore depuis plusieurs années. «Aujourd’hui, l’attention porte sur de nouveaux polluants, comme les pesticides et les médi- caments qui ne se voient pas à l’œil nu mais qui sont surveillés de près par la CIPEL», détaille Audrey Klein. Dans les mois à venir, Roger Erismann espère pouvoir mettre à à la portée de tous un outil pour vérifier soi-même la qualité de l’eau du Léman. En attendant, il se concentre sur les déchets: «Ils n’ont rien à faire là. Je ne suis pas d’accord avec cet arrangement que certains font sur ce qui est to- lérable», peste-t-il. A ses yeux, chacun est responsable. «Nos données doivent permettre de mettre la pression sur les pol- lueursetdesedemandersilesme- sures prises pour lutter contre la pollution sont suffisamment effi- caces», martèle-t-il, tout en re- pliant la bâche désormais débar- rassée de ses déchets. Il lance un dernier regard sur la plage. Et se baissepourramasserun571emor- ceau de plastique. ● TEXTES: FABIEN FEISSLI fabien.feissli@lematin.ch ● PHOTOS: JEAN­GUY PYTHON Toutes les informations sur les projets  de l’association: www.plagespropres.ch 86%des déchets ramassés  par l’équipe  de Plages Propres  sont du plastique. 3138  mégots ont été retrouvés lors  des 48 ramassages  effectués depuis le mois  de novembre 2015. 24%Le Sagex est le déchet  le plus présent dans  le Léman. Il représente  un quart des ramassages des bénévoles. gIl faut se  demander si les mesures prises  pour lutter contre  la pollution sont  suffisamment  efficaces» Roger Erismann,  cofondateur de Plages Propres RAMASSER  Il faut avoir l’œil pour  dénicher les mégots et autres petits  bouts de plastique qui se cachent  entre les galets. TRIER  Les objets  retrouvés sont classifiés  selon leur catégorie. Au total, il en existe 131. 100 tonnes repêchées NETTOYAGE  Les  21  et  22  mai, «Net’Léman» fêtera sa 8e édition. Depuis  2005,  cette  opération  de ramassage qui réunit un millier de bénévoles  à  chaque  fois,  a  récu­ péré  plus  de  100 tonnes  de  dé­ chets dans le Léman. «Douze sites seront passés au peigne fin cette année. En plus du nettoyage, nous proposons  différentes  actions  de sensibilisation», explique Suzanne Mader­Feigenwinter,  secrétaire générale de l’association organisa­ trice de l’événement. Objectif: en­ courager le public à réduire sa pro­ duction de déchets. «Nous propo­ sons des solutions à la portée de tous, telles que privilégier le «non jetable»,  savoir  réparer  ou  recy­ cler.» ● SUITE DES PAGES 4-5 GRAND ANGLE 7 VENDREDI 6 MAI 2016 LE MATIN «Ce qu’on trouve sur les plages,  c’est ce qu’il y a au fond du lac» L’EXPERT NATHALIE CHÈVRE Ecotoxicologue et spécialiste de la qualité de l’eau à l’Université de Lausanne ● Que pensez­vous du projet  lancé par Plages Propres?  C’est une manière intéressante  d’alerter les gens sur cette  problématique qui prend de plus  en plus d’importance. Pour nous  les chercheurs, c’est aussi un bon  indicateur pour voir si les modèles  prédictifs que nous développons  sont corroborés. Cela permet  également d’analyser si les  différentes campagnes de  sensibilisation ont un impact réel  sur le public ou pas. ● D’où vient toute cette  pollution sur les plages?  Il y a plusieurs sources. Cela vient  notamment des eaux usées des  habitations. Quand il pleut, le  surplus qui ne peut pas être géré  par les stations d’épuration est  déversé directement dans le lac.  Les cotons­tiges, par exemple,  sont un très bon indicateur de ce  débordement. ● Justement, on a été étonné  du nombre de cotons­tiges…  Oui, on retrouve aussi des bas  nylons, des lingettes  démaquillantes, des tampons  hygiéniques, des couches… Tout ce  que les gens jettent dans leurs  WC, en fait. Et, vous savez, il y a  encore beaucoup de gens qui le  font. ● Comment lutter là­contre?  La répression est difficile parce  que cela se passe dans l’intimité  des particuliers. Les stations  d’épuration vont être améliorées,  mais cela coûte cher et cela ne  suffira jamais à gérer tout le débit  d’eau en cas de fortes pluies. Le  seul moyen d’action, c’est la  sensibilisation du public et aussi  des industriels. ● Des industriels?  Oui. Par exemple, il y a quelque  chose de très à la mode en ce  moment, ce sont les billes en  plastique dans les cosmétiques.  Notamment pour faire des  peelings. Ces minuscules bouts de  plastique sont ensuite entraînés  par l’eau jusqu’au lac. Il devrait y  avoir une réflexion sur le sujet  avant la mise en vente du produit.  La difficulté, c’est qu’il nous faut  parfois plusieurs années avant de  réussir à identifier la source d’une  pollution. ● Et du côté du public?  Il y a déjà eu pas mal de  sensibilisation sur la  problématique. La vraie question,  c’est pourquoi les gens ne  prennent pas en compte cette  sensibilisation. Je pense qu’il y a  une difficulté pour certains à faire  le lien entre ce qu’on jette dans  nos WC ou dans la rue et le  Léman. Les gens ont tendance à  penser que cela disparaît. ● Qu’est­ce qu’il est important  de rappeler?  Cela va sembler évident, mais ne  jetez rien au lac de manière  directe. Ne jetez rien non plus  dans vos toilettes. Ni par terre ou  dans les grilles d’égouts. Si on  prend l’exemple des mégots, la  pluie les entraîne ensuite jusqu’au  Léman. Il y a une connexion  directe entre nos villes et le lac. ● Parmi les solutions, vous ne  parlez pas du nettoyage?  La solution, ce n’est pas d’aller  nettoyer. La solution, c’est que la  pollution n’arrive plus. Si l’on  nettoie uniquement, cela  déresponsabilise les gens. Sans  compter que c’est un travail  considérable pour les communes,  qui ont des contraintes de  moyens. Au final, le problème est  pour le lac en général. Ce qu’on  retrouve sur les plages, c’est ce  qu’il y a au fond. ● Yvain Genevay COMPTER  Sur son  smartphone, Gabrial  introduit les quantités  de déchets retrouvés. COMBAT POUR DES PLAGES PROPRES

×