Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Conflits n°16 (janvier-février-mars 2018)

1,850 views

Published on

Qui est l’ennemi ? Au « grand dessein » atlantiste proposé par Kennedy en 1962, le général de Gaulle avait opposé ce que les historiens ont qualifié de « grande idée »... Éditorial du n°16 de la revue Conflits (janvier-février-mars 2018), par Pascal Gauchon.

Published in: News & Politics
  • Be the first to comment

Conflits n°16 (janvier-février-mars 2018)

  1. 1. CONFLITSN° 16 ÉTATS-UNIS/CHINE.QUISERALEPREMIER ? C NFLITSC NFLITS C O N F L I T S n°16 TRIMESTRIEL JANVIER-FÉVRIER-MARS 2018 FranceMETRO:9,90€-BEL/LUX:10€-DOM:10,50€-ITA/PORT.CONT.:10,50€-D:10,80€-CAN:13,99$cad–CH:15FS–MAR:110mad-NCAL/S:1350CFP–POL/S:1400CFP ET AUSSI :Entretien avec François Godement I L’Ukraine quatre ans après Maïdan I Qu’est-ce que l’État profond ? I La bibliothèque idéale de Gérard Chaliand I Corée du Nord, la double impuissance de Pékin et de Washington I Barcelone la schizophrène… États-Unis/Chine qui sera le premier ? Géopolitique • Histoire • Relations internationales
  2. 2. CONFLITS 3 4 COURRIER DES LECTEURS ACTIVITÉS DE CONFLITS 5 ÉDITORIAL Le retour de la “Grande idée” Par Pascal Gauchon 6 ACTUALITÉ 10 ENTRETIEN François Godement Chine/USA. Être le premier Propos recueillis par Pascal Gauchon 14 ENJEUX Un an après, au pays de Trump, plus divisé que jamais Par Jean-éric Branaa 16 ENJEUX L’Allemagne change-t-elle? ParThierry Buron 18 ENJEUX L’Arctique canadien. Par Jonathan Lafontaine 20 ENJEUX L’Ukraine. Quatre ans après maïdan Par Fabien Herbert 23 ENJEUX état profond. Le pouvoir derrière le pouvoir ParTancrède Josseran 26 IDÉES REÇUES L’ascension de l’économie chinoise est irrésistible Par Jean-Marc Huissoud 28 IDÉES Une géopolitique de l’épopée ParAndrej Fajgelj 30 IDÉES La puissance chinoise vue de Washington Par Florian Louis 32 GRANDE BATAILLE Afghanistan, le “tombeau des empires” Par Pierre Royer 34 GRANDE STRATÉGIE Les Provinces unies: l’opulence pour stratégie Par Pierre Royer 68 GÉOPOLITIQUE ET ENTREPRISES Tout sauf la Chine et les états-Unis? Par David Simonnet 69 GÉOPOLITIQUE ET ENTREPRISES Entretien avec Éric Branca Au-delà de l’affaire Alstom: une volonté de puissance sans limites… 71 GÉOPOLITIQUE ET ENTREPRISES Entretien avec Pierre Fayard Sun Tzu vs Donald Trump… 72 L’HISTOIRE MOT À MOT “Nous avons fait l’Italie, maintenant nous devons faire les Italiens” Par Pierre Royer 73 LANGUE DES MÉDIAS Des médias variablement pro-indépendantistes Par Ingrid Riocreux 74 BOULE DE CRISTAL ET MARC DE CAFÉ Catalogne. Quand le rêve européen tourne au cauchemar nationaliste Par Jean-Baptiste Noé 75 BIBLIOTHÈQUE GÉOPOLITIQUE D’un aveuglement l’autre Par Gérard Chaliand 76 RECENSION Chine, états-Unis: le Piège de Thucydide Par Michel Jan 78 CHRONIQUES LIvreS/revUeS/CInémA/InTerneT 80 GÉOPO-TOURISME Barcelone la schizophrène ParThierry Buron DOSSIER États-Unis/Chine. Qui sera le premier? 39 La relation dont dépend le monde Par Pascal Gauchon 43 De la Chine impériale à la Chine impérialiste Par Claude Chancel 44 GRANDE CARTE Le jeu de go entre la Chine et les états-Unis en Asie Par Christophe Chabert 46 Face au défi économique chinois Par John Mackenzie 50 Le rapport de force militaire Par Mathieu Duchâtel 52 L’affrontement des soft powers Par Frédéric Munier 54 Un face à face mondial Par Michel Nazet 60 La double impuissance de Pékin et de Washington Par Dorian Malovic 62 Le Japon et la Corée du Sud à l’épreuve de Trump Par Jean-Marie Bouissou 64 Le Pakistan,américain ou chinois? Par Sébastien Sénépart 66 L’Inde, joker américain? Par Michel Nazet 67 Démographie. La taille compte-t-elle vraiment? Par Julien Damon Crédits photos:AfD: 17b. J. M. Bouissou: 62. J. É. Branaa: 14. É. Branca: 69. National Gallery of British Art, Londres: 33b.T. Buron: 16.Arnaud Calais Photographie: 68. Cartes Conflits: 12, 17h, 19, 21h, 33h, 35h, 43h, 55, 57, 61b, 65b, 81. C. Chabert: 44-45. G. Chaliand: 75b. C. Chancel: 43b. CNRS, Lyon: 41. Coll. part.: 49b, 61h, 72, 81b. Library of Congress: 8b. CP Photo/Coa: 74h. J. Damon: 67. DR: Une, 6b, 7c, 9c, 11h, 13, 15h, 15b, 21b, 22, 24, 25, 27b, 28d, 29b, 31h, 31b, 38, 39, 40h, 40b, 42hg, 42bd, 46, 47, 48h, 49h, 53h, 53b, 54h, 56, 58, 59, 63h, 65h, 66, 75h, 77h, 82h, 82b. M. Duchâtel: 50. Dwight D. EisenhowerLibrary: 25b. A. Fajgelj: 28g. P. Fayard: 71. P. Gauchon: 5. Gemäldegalerie Alte Meister: 35b. F. Godement: 10. Royal Greenwich Museum, Londres: 36. C. Harbulot: 7h. F. Herbert: 20. J.-M. Huissoud: 26. M. Jan: 76. T. Josseran: 23. J. Lafontaine: 18. LBJ Présidential Library: 70. P. Lorot: 9h. F. Louis: 30. D. Malovic: 60. F. Munier: 52. Nasa: 27h. M. Nazet: 54b. J.-B. Noé: 74b. X. Raufer: 8h. Rijksmuseum, Amsterdam: 37. Riocreux: 73. P. Royer: 32. S. Sénépart: 64. Galerie Tretiakov, Moscou: 29h. US Army: 11b. US Marine Corps: 51. US Navy: 63b. Copyright 2018 Conflits. Les manuscrits non insérés ne sont pas rendus. Sauf avec notre accord et dans les cas où elle est autorisée expressément par la loi et les conventions internationales, toute reproduction totale ou partielle du présent numéro est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. Sauf accord express, la reproduction des cartes publiées dans Conflits est formellement interdite. Conflits est édité par la Société d’Édition et de Presse Antéios (SEPA), SARL au capital de 212000€. Siège social: 55, bd Pereire – 75017 Paris. Gérant et directeur de la publication: Pascal Gauchon.RCS Paris n° 802072504. Dépôt légal à parution. Commission paritaire 0619T92339. Distribution MLP. Impression: Imprimerie ETC-INN,avenue des Lions.BP 198 - Sainte- Marie-des-Champs - 76196 Yvetot Cedex Printed in France/Imprimé en France Bulletin d’abonnement encarté non numéroté COMité SCientifique Le comité scientifique contribue à l’élaboration de la revue et veille au respect des principes énoncés dans l’éditorial du numéro 1, Manifeste pour une géopolitique critique. Ses membres ne sont pas responsables personnellement des idées ni des faits exposés dans chacun des articles de la revue. Jean-Paul Bled,Université Paris-Sorbonne • Michel Fauquier,Université de Poitiers • Jean-Pierre Ferrier,Université Paris II • Olivier Gohin, Université Paris II • Recteur Michel Guillou, Université Lyon III • Christian Harbulot, Directeur de l’École de Guerre économique • Jean-Marc Huissoud, Chercheur en géopolitique • Alain Juillet, ancien Haut Responsable pour l’Intelligence économique • Pascal Lorot, Président de l’Institut Choiseul, directeur de la revue Géoéconomie • Martin Motte, Université Paris-Sorbonne, École de guerre • Éric Pomès, Saint-Cyr Coëtquidan • Christophe Réveillard, Université Paris-Sorbonne • Jean-Pierre Vettovaglia, ancien ambassadeur, Suisse • Bernard Wicht, Université de Lausanne • Recteur Charles Zorgbibe, Université Paris I Rédacteur en chef Pascal Gauchon Secrétaire de redaction VéroniqueVillain Maquette et cartographie Adam Gwiazda Publicité VéroniqueVillain Ont collaboré à ce numéro: Jean-Marie Bouissou,Jean-éric Branaa,éric Branca,Thierry Buron,Christophe Chabert,Gérard Chaliand,Claude Chancel,Julien Damon,Axelle Degans, Hadrien Desuin, Mathieu Duchâtel,Andrej Fajgelj, Pierre Fayard, Pascal Gauchon, François Godement, Christian Harbulot, Fabien Herbert, Jean-Marc Huissoud, Michel Jan,Tancrède Josseran, Jonathan Lafontaine, Pascal Lorot, Florian Louis, John Mackenzie, Dorian Malovic, Frédéric Munier,Michel Nazet,Jean-Baptiste Noé,Frédéric Pichon,Xavier Raufer,Ingrid Riocreux,Pierre Royer,Sébastien Sénépart,David Simonnet,TigraneYégavian. Géopolitique • Histoire • Relations internationales Trimestriel-janvier-février-mars2018-n°16Trimestriel-janvier-février-mars2018-n°16Trimestriel-janvier-février 55, boulevard Pereire - 75017 Paris 01 42 67 81 61 - www.revueconflits.com
  3. 3. 4 CONFLITS Si je ne dis pas de bien de moi, qui en dira ? L a formule d’Henry Kissinger est connue. Elle nous autorise à dire du bien de nous-mêmes. Conflits avait en effet annoncé, au cours des der- niersnuméros,desévénementsquisesont produits, souvent en allant à contre-cou- rant du discours de l’époque. En voici quelques exemples. w Dès notre numéro 1, alors que les observateurs s’interrogeaient sur la per- sonnalité mal connue de Xi Jinping,FrançoisGodement parlait d’une «main de fer dans un gant de velours». Ce que le dernier congrès du PCC confirme. w Dans notre numéro 9, alors que beaucoup d’obser- vateurs pariaient sur un conflit entre Moscou et Ankara à la suite de la des- truction d’un avion russe par la chasse turque en novembre 2015, Tancrède Josseran prenait une posi- tion contraire: «Les désac- cords stratégiques entre les deux puissances illibérales et souveraines sont moindres que leur commune conception du monde ». Ce qui se réalise actuellement, au moins de façon provisoire. wDanslenuméro3deConflits,Hadrien Desuinanalysaitlechangementd’attitude des institutions européennes, autrefois favorables à l’affirmation des régions, aujourd’hui hostiles. L’attitude qu’elles ont adoptées envers les indépendantistes catalans a surpris beaucoup d’observa- teurs; pas les lecteurs de Conflits. w «Bien qu’éclipsé par les succès de l’État islamique,AlQaïdaamisésurunestratégie à long terme qui lui permet d’annoncer un retour en force spectaculaire » écrit Olivier Guitard, dans L’Orient Le Jour du 12 octobre dernier, après les échecs de Daesh. C’est exactement ce qu’an- nonçait de Crémiers dans notre numéro hors-série 7; associé à deux camarades d’écoles de commerce, il avait été récompensé par le prix du meilleur mémoire de géopolitique. w Notre numéro 15,consa- cré au populisme, adoptait une attitude mesurée sur l’avenir du populisme,entre flux,refluxetnouveaureflux. Les observateurs étaient passésdeladescriptiond’un populismeirrésistible(après le Brexit et l’élection de Trump) au constat de l’échec inévitable du populisme (après l’élection française). Nous adoptions un pointdevueéquilibré:tantquelescauses qui favorisent le populisme ne seront pas éradiquées,il pourra rebondir.Ce que les dernières élections en Autriche ou en République tchèque confirment. Nous n’avons pas de talents de voyants. Nous essayons seulement d’analyser les faits sans idées préconçues et de réfléchir. Pour vous informer au mieux. w A u sujet de l’article sur l’Espagne dans le numéro 15 de Conflits, Maxime Lefebvre écrit:«Le pays a connu une spectaculaire modernisation éco- nomique, politique et sociale à partir des années1980».Jean-FrançoisReveldansson livre La Connaissance inutile avait écrit: «L’Espagne a décollé économiquement par- lantdurantlesquinzedernièresannéesdela dictature de Franco ».Donc dès 1960. J.-L.S.par Internet w Les deux affirmations ne sont pas contradic- toires. À la fin des années 1950, l’Espagne connaît des difficultés qui amènent Franco à changerdepolitiqueéconomique,às’ouvrirau commercemondialetàadhéreràl’OECE(deve- nueensuiteOCDE)en1959.C’estl’époqueoù lepayss’affirmecommeunegrandepuissance touristique et étoffe son tissu industriel. En revanche on ne peut guère parler de moderni- sation politique ou sociale. Celles-ci intervien- dront après la mort de Franco en 1975,tandis que la modernisation économique prend un nouveauvisage:unelibéralisationaccrueetle désengagement de certains secteurs (sidérur- gie,constructionsnavales).Onpeutdoncparler dedifférentesphasesdemodernisation.Carla modernité n’est pas un point fixe à atteindre, c’est un processus permanent. seignement, rendez-vous sur le site www.festivalgeopolitique.com. Parmi les activités les plus importantes, la remise des deux prix Axyntis-ConflitsConflitsConflit du meilleur livre de géopoli- tique et de Géopolitiques et entreprises qui aura lieu le soir du vendredi 17. 10-11 avril 2018 Qu’est-ce que le MUN ? Le sigle signifie « Modèle Nations Unies ». Il est porté par des étudiants de l’EDHEC qui proposent à des lycéens regroupés en équipe de simu- ler la politique internationale d’un pays et de la présenter. Conflits sera associé à cette initiative dontnousvousparleronspluslonguement dans notre numéro 17 Le Mun des LyCÉens MÉMOiRes CONFLITS enCORe un MOis FesTiVAL de GÉOPOLiTique de GRenOBLe - 14-17 MARs 2018 COuRRieR des LeCTeuRs ÉCHOS Le10e FestivaldegéopolitiquedeGreno- ble se déroulera du 14 au 18 mars 2018. Comme d’habitude Conflits sera partenaire privilégié de ce Festival que Pascal Gau- chonacontribuéàcréer.Plu- sieurs de nos rédacteurs donnerontdesconférencesà cetteoccasion.Pourtoutren- PourlatroisièmeannéeConflitsremettraen 2018 un prix récompensant un mémoire de géopolitiquerédigéparuneéquiped’étudiants ou de lycéens. Le meilleur mémoire reçoit un prix de 1 000 euros.Tous les renseignements figurent sur le site revueconflits.com. Vous pouvez également nous contacter en nous adressant un message par le biais du site ou en écrivant à Conflits, 55 boulevard Pereire, 75017 Paris. Le dépôt des sujets doit être effectué avant la fin janvier.Vous avez encore un mois pour participer. En partenariat avec C NFLITSC NFLITSC NFLITSC NFLITSC NFLITSC NFLITSC NFLITSC NFLITSC NFLITSC NFLITSC NFLITSC NFLITS C O N F L I T S n°15 TRIMESTRIEL OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2017 FranceMETRO:9,90€-BEL/LUX:10€-DOM:10,50€-ITA/PORT.CONT.:10,50€-D:10,80€-CAN:13,99$cad–CH:15FS–MAR:110mad-NCAL/S:1350CFP–POL/S:1400CFP ET AUSSI: Entretien avec Pierre Conesa I Portrait d’Angela Merkel I L’Asie centrale, nouveau foyer islamiste? I L’Afghanistan se rappelle à nous I L’Espagne futur grand d’Europe I Brzezinski I Géopolitique des guerres puniques I Et toutes nos rubriques habituelles Qui est l’ennemi? Géopolitique • Histoire • Relations internationales
  4. 4. CONFLITS 5 Le retour de la “Grande idée” A u «grand dessein» atlantiste pro- posé par Kennedy en 1962, le général de Gaulle avait opposé ce que les historiens ont qualifié de «grande idée»: constituer un axe franco- allemand aussi autonome que possible face aux États-Unis, en faire le moteur de la construction européenne, assurer ainsi à la France le rôle de leader politique delaCommunauté,l’Allemagneparaissant disqualifiée à cause de ses responsabilités dans la guerre et de sa défaite finale en 1945.Ce projet s’articulait avec la volonté de redonner à la France le rang mondial qu’elle méritait aux yeux du général. Que le président Macron soit tenté de l’imiter, rien d’étonnant: n’a-t-il pas fait figurer sur son portrait officiel les Mémoires de guerre? Il faut lui rendre grâce: son style renoue avec la tradition présidentielleetromptaveclatrivialitéde sesprédécesseurs,sauf quandils’exprime au Burkina Faso… BiensûrlagrandeidéedeMacronn’est pas celle du général. Il prône une Europe intégrée et non une France souveraine; mais comme de Gaulle il pense que la France doit être au premier rang dans le continent. Il reçoit Trump et en même temps Poutine, façon de renouer avec le refus gaullien des blocs. Mais il croit la France trop petite pour tenir son rang dans le monde et il reporte ses espoirs sur l’Union européenne. «Une des forces du mitterrandisme a été de récupérer subtile- ment la politique de grandeur gaulliste en lareportantsurl’Europe»analysaitMarcel Gaucher(1) .L’ambitiondeDeGaullerabo- tée par le scepticisme de Mitterrand. Et, comme ces deux anciens présidents, Macronestimequesonsuccèsdépenddes relations entretenues avec l’Allemagne. Savisionambitieuse,songoûtduverbe quilerapprocheencoredeDeGaulleetle PAsCAL GAuCHOn ❝CONSTITUER UN AXE FRANCO-ALLEMAND FACE AUX ÉTATS-UNIS, EN FAIRE LE MOTEUR DE LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE, ASSURER AINSI À LA FRANCE LE RÔLE DE LEADER POLITIQUE DE LA COMMUNAUTÉ ❞ semi-succès qu’il a obtenu sur la réforme du travail détaché ont suffi pour que le Time du 9 novembre le proclame,en cou- verture, «prochain leader de l’Europe», titreassortidequelquesréservesilestvrai. Cette prévision se nourrit aussi de l’effa- cement d’Angela Merkel après les élec- tions législatives de septembre dernier. À l’heure où ces lignes sont écrites, nul ne sait comment les choses vont tourner: la coalition«Jamaïque»(UnionCDU-CSU, libéraux et verts) semble avoir échoué, une «grande coalition» avec le SPD revientenforcemais,siellevoitlejour,elle risque d’être bancale, le résultat de nou- velles élections, auxquelles les grands partis ne tiennent pas, est incertain. Une seule chose est sûre: Angela Merkel sera profondément affaiblie et la voix de l’Al- lemagne peu audible, au moins pour de nombreux mois. Voilà le paradoxe. Le recul de Merkel propulse Macron au premier plan. Mais seul, ce qui compromet ses projets pour l’Europe. Qui d’autre? Macron a rudoyé lespaysdel’Est,PologneetHongrie,deux pays dont la République tchèque et l’Au- triche se sont rapproché à l’occasion des dernières élections. Les prochaines légis- latives italiennes devraient voir le succès soit des populistes du Mouvement Cinq étoiles, soit de l’union des droites menée parBerlusconioùfigurelaLigueduNord alliée du Front national. L’Espagne n’est pas sortie de la crise provoquée par l’in- dépendantisme catalan. Macron peut à juste titre poser au défenseur d’une «grande idée», européenne en l’occur- rence. Mais il est trop isolé pour mener à bien ce projet, comme l’avait été de Gaulle en son temps. Ce qui fait la force de Macron, ce qui expliquequelesregardsdeseuropéistesse tournentverslui,estaussicequifaitsafai- blesse, le risque d’un «trou d’air» alle- mand alors que son projet dépend du soutiendeBerlin.S’iléchoue,ilsevérifiera que l’Allemagne n’est pas pour la France un partenaire politique si fiable que l’avaient cru de Gaulle et Mitterrand. De même que la France n’apparaît toujours pas comme un partenaire économique fiable aux yeux des Allemands.Une autre réalité qui entrave la grande idée euro- péenne de Macron. w 1. Interview dans L’Expansion, mars 2004. 2. Lorsqu’il ratifie le traité de l’Élysée en juin 1963, le Bundestag le fait précéder d’un préambule qui insiste sur la primauté de l’alliance atlantique, l’in- verse de ce qu’il signifiait pour de Gaulle. ÉDITORIAL

×