Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

PAGR-SANAD

1,696 views

Published on

Projet d'amélioration de la gouvernance de la résilience et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et de l'agriculture durable en Afrique de l'Ouest : Le projet a pour objectif spécifique de développer des capacités au sein des institutions régionales et nationales pour renforcer la gouvernance régionale de la SAN et des politiques agricoles dans le contexte de la résilience en Afrique de l'Ouest en vue de l'atteinte de l’objectif faim zéro d'ici 2025. Le projet est financé par le 11e FED de l'Union européenne avec un budget de 20.5 millions d'euros sur une période opérationnelle de 60 mois.

Published in: Government & Nonprofit
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

PAGR-SANAD

  1. 1. PAGR-SANAD Projet d'Amélioration de la Gouvernance de la Résilience et de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle et de l'Agriculture Durable en Afrique de l'Ouest
  2. 2. Plan 1. ETAT DE LIEU 2. PERTINENCE PAR RAPPORT AUX OBJECTIFS 3. PERTINENCE PAR RAPPORT AUX BESOINS DES PAYS ET DE LA RÉGION 4. GROUPE CIBLE 5. VALEUR AJOUTÉE 6. DESCRIPTION DE L’ACTION 7. MÉTHODOLOGIE 8. PLAN D’ACTION 9. DURABILITÉ –IMPACTS-RISQUES 10. LOGIQUE D’INTERVENTION 11. BUDGET
  3. 3. ETAT DE LIEU Région Sahel & Afrique de l’Ouest est caractérisée par :  le secteur agricole occupe une place déterminante dans l’économie de la région avec une contribution au PIB régional de 35% environ et impliquant plus de 60% de la population active récurrence des crises alimentaires et nutritionnelles affectant 5-7 millions de personnes par an, Causes de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle multiples et complexes: structurelles : pauvreté, démographie galopante, faible investissement dans le secteur rural (moteur de l’économie), faiblesse des systèmes éducatifs, de protection sociale et sanitaire, etc. conjoncturelles : sècheresses, inondations, changement climatique, volatilité des prix des denrées alimentaires de base, conflits armés ou liés à l’accès aux ressources naturelles, actions djihadistes, etc..
  4. 4. ETAT DE LIEU Dans ce contexte la région en synergie avec les partenaires a mis en place l'Alliance Globale pour la Résilience au Sahel et en Afrique de l'Ouest (AGIR) lancée en 2012 pour: • s'attaquer aux défis face à l'insécurité́ alimentaire et nutritionnelle récurrente; • réduire structurellement (vers 2030) de manière efficace et durable la vulnérabilité́ alimentaire et nutritionnelle; • accompagner à définir et mettre en œuvre les PRP dans tous les pays d'Afrique de l'Ouest et du Sahel.
  5. 5. PERTINENCE DE L’ACTION PAR RAPPORT AUX OBJECTIFS Les résultats des évaluations (2015) d’ECOWAP +10, de la PAU et de la Charte PREGEC ont révélé beaucoup de limites sur :  l’efficacité des interventions agricoles  la viabilité des investissements réalisés  les impacts des politiques et programmes de moyens et long termes  les mécanismes de suivi évaluation et réédition de compte Le choix de l’Action porte sur l'importance du :  renforcement des capacités des institutions régionales et nationales;  Améliorer les instruments régionaux et nationaux de gouvernance des politiques et programmes d'investissements agricoles;  Définition des priorités résilience pays pour accélérer les prises de décisions et l’intégration régionale;  La coordination des réponses aux crises à travers des plans nationaux;  Suivi-évaluation des politiques et programmes d’investissements agricoles au niveau des pays et de la région pour asseoir un système de veille sur l’efficacité et la mesure d’impacts tant sur les investissements structurants que sur les réponses conjoncturelles aux crises en cohérence avec l’analyse de la nature et des causes profondes des crises alimentaires
  6. 6. Plusieurs défis méritent des actions soutenues et concertées dans le temps pour renverser la tendance et asseoir un environnement socio-économique résilient pour les ménages pauvres. • Des défis communs et spécifiques sur les politiques et programmes d’investissements agricoles intégrant la dimension adaptation aux effets des variabilités et changements climatiques; • Défis sur la mise en cohérence et la complémentarité des politiques d’investissements agricoles des OIG : CEDEAO, UEMOA, G5-Sahel • Défis sur la coordination des interventions dans les pays dans une vision interdisciplinaire pour concrétiser la transversalité des questions de la nutrition dans tous les secteurs socio-économiques pour réaliser des impacts significatifs sur la réduction de la malnutrition aigue et chronique; PERTINENCE DE L’ACTION PAR AUX BESOINS DES PAYS ET LA RÉGION Plusieurs défis méritent des actions soutenues et concertées dans le temps pour renverser la tendance et asseoir un environnement socio- économique résilient pour les ménages pauvres. • L’ambition d'AGIR pour concrétiser en cohérence des différentes initiatives ou politiques (exemple de l'ECOWAP ou de la PAU et des PNIAs, politiques agricoles dans la région avec lesquels les liens restent encore faibles, ou avec les dispositifs nationaux de sécurité alimentaires ou encore les politiques de protection sociale). • Des défis sur le choix des réponses aux crises alimentaires et nutritionnelles aigues avec des actions innovantes et adaptées aux différents contextes locaux (revue du contenu et du fonctionnement du PREGEC, RPCA – Charte PREGEC); • Défis sur le respect des instruments de la gouvernance régionale et nationale par les acteurs étatiques, de la société civile nationale et international et des PTF;
  7. 7. GROUPES CIBLES • CEDEAO : DAERE en charge de l'ECOWAP, plus particulièrement la DADR qui suit le processus PRIA-SAN et PNIA- SAN et l'ARAA chargée d'assurer l'exécution technique des programmes et plans d'investissement régionaux; • L’UEMOA : Le DAREN responsable la mise en œuvre de la PAU • CILSS : le SE et ses institutions spécialisées INSAH et le CRA • Les pays de la région : 17 pays de la région Afrique de l'Ouest comprenant l’ensemble des Etats membres de la CEDEAO, de l’UEMOA et du CILSS ; • Organisations professionnelles régionales (OPR) et OSC: de plus en plus présentes dans le dialogue sur les politiques, les stratégies et initiatives. Leurs capacités pour le suivi évaluation des politiques restent cependant limitées et demandent à être renforcées • Partenaires au développement (PTF) et ONG : les plus actifs au niveau régional dans le secteur agricole et de SAN et Résilience sont notamment l'USAID (actuel chef de file du Groupe ECOWAP et du CPC/CILSS), l'AFD, la GIZ, l'AECID, la BM, la BAD, BID, l’UE, les SNU (FAO, PAM, UNICEF), et les acteurs humanitaires y compris ECHO et les ONG. Certains de ces partenaires disposent de stratégie et approche spécifiques sur la résilience (UE, USAID, FAO, BM, etc.).
  8. 8. • Renforcement des capacités et valorisation durable du rôle des différents acteurs avec responsabilité et mise à disposition des ressources adaptées aux besoins des politiques et stratégies régionales et nationales existantes. • Amélioration du cadre de la gouvernance : information, mise en cohérence, coopération interinstitutionnelle, concertation plus accrue, complémentarité et convergence des actions vers le renforcement de la résilience et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle durable des populations. • Accroissement des impacts des priorités résilience pays axées sur la nutrition, la protection sociale, les disponibilités et l'accessibilité alimentaires et la bonne gouvernance à l’échelle de chaque pays. VALEUR AJOUTÉE DE L’ACTION • Définition concertée des enjeux concrets, concertés et répondants aux attentes des différents acteurs pour soutenir les décisions consensuelles dans la région. • Suivi-évaluation participatif et inclusif de la réalisation des enjeux suivant cycle information- formation-négociation-action- évaluation des progrès réels accomplis en matière de résilience et de SANAD. • Cohérence des activités mises en œuvre par le CILSS et le Club du Sahel dans l’animation du réseau, véritable porte d'entrée régionale en matière de Gouvernance de la Résilience.
  9. 9. DESCRIPTION DE L’ACTION Inscription au titre de l’objectif 3.1 du Programme Indicatif Régional (PIR) du 11ème FED pour l’Afrique de l’Ouest. Il cadre bien avec la Vision Faim zéro promue par la CEDEAO. Elle prend ainsi en compte les engagements clés de l’ECOWAP 2025, de AGIR, de Malabo, des Objectifs de Développement Durable (ODD) et de la COP21.
  10. 10. DESCRIPTION DE L’ACTION Objectif global: Renforcer la gouvernance de la Résilience, de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle, de l’Agriculture Durable en Afrique de l'Ouest et au Sahel afin d’assurer, face aux risques économiques et environnementaux, un meilleur accès à l’alimentation et un meilleur impact nutritionnel et de renforcer la résilience des populations vulnérables tout en favorisant une croissance économique et sociale inclusive. Résultat 1 : Les principaux acteurs institutionnels régionaux (CEDEAO, UEMOA et CILSS) et les Organisations professionnelles régionales (ROPPA) ont renforcé leurs capacités en matière de Résilience et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle, d'Agriculture durable Résultat 2 : Les réformes nécessaires des cadres, instruments et outils clés d'information et de suivi évaluation des politiques agricoles et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle sont entreprises dans une logique de résilience Résultat 3 : La Nutrition est intégrée et prise en compte de façon effective dans les politiques agricoles et de sécurité alimentaire Objectif spécifique de l'action: Développer les capacités requises au sein des institutions régionales pour renforcer la Gouvernance régionale de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et des politiques agricoles – y compris dans l’égalité de genre - dans le contexte de la Résilience en Afrique de l'Ouest en vue de l'atteinte de l’Objectif "faim zéro" d'ici 2025. Avec une dimension d’égalité entre les femmes et les hommes.
  11. 11. DESCRIPTION DE L’ACTION Résultat 1 : Les principaux acteurs institutionnels régionaux (CEDEAO, UEMOA et CILSS) et les Organisations professionnelles régionales (ROPPA) ont renforcé leurs capacités en matière de Résilience et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle, d'Agriculture durable Composante 1: Renforcement des capacités du cadre institutionnel de coordination, de pilotage et de Suivi- évaluation des politiques et programmes SANAD & Résilience au plan régional Sous composante 1.1: Appui à la Direction en charge de l’Agriculture et à l’ARAA de la CEDEAO Sous composante 1.2: Appui à la Direction en charge de l’Agriculture de l’UEMOA Sous composante 1.3: Appui à la réorganisation du CILSS et la revue de son CSSA Sous composante 1.4: Appui au renforcement des capacités des organisations professionnelles agricoles, de la société civile et du secteur privé Paquet de 3 activités Paquet de 2 activités Paquet de 3 activités Paquet de 2 activités
  12. 12. DESCRIPTION DE L’ACTION Résultat 2: Les réformes nécessaires des cadres, instruments et outils clés d'information et de suivi évaluation des politiques agricoles et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle sont entreprises dans une logique de résilience Composante 2 : Réforme des cadres et systèmes d’information et d’analyse et de suivi-évaluation des politiques et programmes agricoles et de sécurité alimentaire et nutritionnelle et de résilience Sous-composante 2.1. Appui aux cadres de S/E des politiques agricoles et de SAN et Résilience dans les pays (PNIASAN, PRP/AGIR) Sous-composante 2.2. Appui aux dispositifs, aux systèmes d’information agricole, de sécurité alimentaire et aux SAP et de résilience Paquet de 6 activités Paquet de 3 activités
  13. 13. DESCRIPTION DE L’ACTION Résultat 3: La Nutrition est intégrée et prise en compte de façon effective dans les politiques agricoles et de sécurité alimentaire Paquet de 6 activités Composante 3: Appui à l’intégration effective de la Nutrition dans les politiques agricoles et de sécurité alimentaire au plan régional et dans les pays
  14. 14. DESCRIPTION DE L’ACTIONPrincipaux produits attendus Principaux produits attendus Un rapport biannuel conjoint sur les progrès en matière de SANAD-Résilience pour la région Afrique de l'Ouest incluant un état des lieux comparatifs pour chaque pays Un rapport annuel sur la situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest
  15. 15. METHODOLOGIE • Convention de financement avec la CEDEAO et l’UEMOA, tel que prévu à l’article 17 de l’annexe IV de l’accord de partenariat ACP-UE signé en Juin 2018. • La période indicative de mise en œuvre opérationnelle de la présente action est de 55 mois • Une Unité́ régionale de gestion du projet assurée par le CILSS • sous le pilotage de la CEDEAO et de l'UEMOA qui assurent la présidence et la vice- présidence du comité régional de pilotage des projets régionaux. • un Coordonnateur régional du Projet, • un Expert en Nutrition, • un Expert en Suivi évaluation des politiques agricoles et systèmes d'information de résilience et de SAN, • une secrétaire assistante et ; • un assistant financier/comptable. • Un appui institutionnel par le biais d'une assistance
  16. 16. LOGIQUE D’INTERVENTION • Approche inclusive et multisectorielle de la résilience ainsi que sur le principe de subsidiarité́ tout en tenant compte des spécificités de la région et des pays • Points focaux nationaux seront désignés et auront pour tâche principale d’assister l’Unité́ de coordination régionale: • Points focaux PNIA-SAN (mis en place dans le cadre de l'ECOWAP), • Points focaux PREGEC/SISA/SAP • Points focaux PRP/AGIR • les CONACILSS • points focaux Nutrition. • Points focaux régionaux sont : • Direction en charge de l'Agriculture et de la Sécurité́ Alimentaire au sein des départements (DAERE) de la CEDEAO • Direction en charge de l'Agriculture et de la Sécurité́ Alimentaire au sein des départements (DAREN) de l'UEMOA • CILSS et Institutions Spécialisées
  17. 17. BUDGET GLOBAL 20,5 MILLIONS D’EURO Composante 1 : Renforcement des capacités du cadre institutionnel de coordination, de pilotage et de Suivi-évaluation des politiques et programmes SANAD & Résilience au plan régional 3 300 000 Composante 2 : Réforme des cadres et systèmes d’information et d’analyse et de suivi-évaluation des politiques et programmes agricoles et de sécurité alimentaire et nutritionnelle et de résilience 5 200 000 Composante 3 : Appui à l’intégration effective de la Nutrition dans les politiques agricoles et de sécurité alimentaire au plan régional et dans les pays 4 000 000 Coordination, gestion et Suivi-évaluation des activités du Projet de PAGR- SANAD 3 000 000 5.6.2. Contrat de service d’assistance technique (gestion directe) 4 500 000 5.6.3. Communication/visibilité, Audits et Evaluation (Gestion directe) 500 000
  18. 18. Composantes montant en EUR Subvention directe au CILSS (gestion directe) : 15 500 000 Composante 1 : Renforcement des capacités du cadre institutionnel de coordination, de pilotage et de Suivi- évaluation des politiques et programmes SANAD & Résilience au plan régional 3 300 000 Sous-composante 1.1 : Appui à la Direction en charge de l’Agriculture et à l’ARAA de la CEDEAO 1 000 000 Sous-composante 1.2 : Appui à la Direction en charge de l’Agriculture et de la sécurité alimentaire de l’UEMOA 500 000 Sous-composante 1.3 : Appui à la réorganisation du CILSS et la revue de son Cadre Stratégique de Sécurité alimentaire 1 000 000 Sous-composante 1.4 : Appui au renforcement des capacités des Organisations régionales professionnelles 800 000 Composante 2 : Réforme des cadres et systèmes d’information et d’analyse et de suivi-évaluation des politiques et programmes agricoles et de sécurité alimentaire et nutritionnelle et de résilience 5 200 000 Sous-composante 2.1 : Appui aux cadres de suivi-évaluation des politiques agricoles et de SAN Résilience dans les pays (PNIA-SAN, PRP/AGIR) 2 000 000 Sous-composante 2.2 : Appui aux dispositifs, aux systèmes d’information de Sécurité Alimentaire et aux systèmes d’alerte précoce 3 200 000 Composante 3 : Appui à l’intégration effective de la Nutrition dans les politiques agricoles et de sécurité alimentaire au plan régional et dans les pays 4 000 000 Coordination, gestion et Suivi-évaluation des activités du Projet de PAGRSANAD 3 000 000 Contrat de service d’assistance technique (gestion directe) 4 500 000 Communication/visibilité, Audits et Évaluation (Gestion directe) 500 000 Totaux 20 500 000 BUDGET GLOBAL GESTION CILSS 15,5 MILLIONS D’EURO

×