Des PAPI aux tiers-lieux - Colloque RAUDIN

681 views

Published on

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
681
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
59
Actions
Shares
0
Downloads
21
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • - La base de données (2008 – 2009) a été réalisée à partir de plusieurs bases : Net Public, annuaires… Enquête structures : afin de qualifier ce que sont les PAPI (label, structures porteuses, fonctionnement…) Enquête usagers : identifier les pratiques des usagers dans ces PAPI Enquête non usagers : comprendre les raisons de non fréquentation des PAPI
  • Profils utilisateurs : Ceux qui sont déjà utilisateurs des PAPI Ceux qui iraient dans un PAPI (« utilisateurs potentiels ») Ceux qui n ’iraient pas dans un PAPI (« non intéressés »)
  • On étudie un territoire > on utilise la cartographie. Superposition de couches socio-démographiques pour comprendre comment l ’implantation des PAPI s’inscrit sur un territoire, pour comprendre les attentes, etc… -- Taux de couverture ~ 95% Présence dans les grandes villes Des zones « blanches » expliquées par la géographie (forêt landaise, lacs…) Des zones « blanches » autres : frontières territoriales
  • 40% des PAPI sont dans une bibliothèque (particulièrement les non labellisés – 59%) 6,5 ordinateurs en moyenne : 8,5 pour les PAPI labellisés 5 pour les PAPI non labellisés 62% des PAPI en proposent / 83% des PAPI labellisés et 35% des non labellisés
  • Ou comment qualifier une offre sur un territoire… Une façon de quantifier l ’écart entre l’attendu et le pratiqué.
  • On a qualifié l ’offre sur le territoire, quid des usages ? >> Enquête usagers & non usagers = Didier
  • Des PAPI aux tiers-lieux - Colloque RAUDIN

    1. 1. Des P.A.P.I aux tiers-lieux :Pratiques territorialesd’infrastructures etde servicesDidier PAQUELINClément DUSSARPSAndres SANDOVAL
    2. 2. Plan• Contexte• Méthodologie• Analyses• Recommandations
    3. 3. CONTEXTE
    4. 4. «  Le développement des services au public surles réseaux dinformation ne doit cependant passe traduire par une nouvelle inégalité daccèsentre les usagers.Léquipement des lieux publics avec des moyenspermettant laccès aux services en ligne proposés parles administrations constitue ainsi un corollaireindispensable à cette politique, quil sagisse, parexemple, des bureaux de poste ou des agences localespour lemploi. » L. Jospin, Hourtin, 25 août 1997
    5. 5. Formation ouverteProgramme FORE I : 1992Programme FORE II : 2000« une modalité souple de formation, organisée en fonction des besoins individuels ou collectifs (individus, entreprises, territoires) visant à faciliter laccès à des apprentissages individualisés et à des ressources et compétences locales ou distantes »(Amid Bendouba, 1999)
    6. 6. Programmes FORE I & II• maillage territorial : multiplication des lieux de formation de façon à rapprocher le service de l’usager via le numérique• rendre accessible une offre de formation diversifiée en s’appuyant sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication
    7. 7. Programmes FORE I & II
    8. 8. Un ensemble d’initiatives
    9. 9. Un objet d’étude : le PAPILieu ouvert à tout public équipé d’un ouplusieurs ordinateurs, tous reliés à Internet etsans limite d’accès aux sites, et proposantdifférents services.Idéalement un accompagnement et desinitiations aux outils numériques sont proposés.Sont exclus les lieux marchands.
    10. 10. Problématique• Comment les PAPI participent-ils au développement des pratiques de formation au cœur des territoires ?• En quoi l’accessibilité au numérique via les PAPI contribuent-elles au développement de pratiques numériques professionnelles et privées ?• Le maillage territorial d’infrastructures et de services est-il vecteur de e-inclusion ?
    11. 11. METHODOLOGIE
    12. 12. Méthodologie2008 2009 2010 2011 • Base de données (mise à jour sur la durée) • Enquêtes quantitatives : – PAPI (structures) – Non usagers des PAPI (population Aquitaine) • Enquête qualitative : usagers des PAPI • Etude cartographique
    13. 13. Base de données• Initialement, 740 PAPI• Sources : base de données diverses• Mises à jour : 680, puis 698 PAPI• Mises à jour : – Avec recherches sur Internet – Avec l’enquête « structures » – Par téléphone – En contactant les Pays, réseaux des labels…
    14. 14. Enquête « structures »• Septembre à décembre 2009• Enquête quantitative, 221 réponses (32%)• Réponses « au volontariat »• Données recueillies : – Structure porteuse – Labellisation – Ressources humaines et techniques – Services proposés (accompagnement, initiation…) – Publics et fréquentation
    15. 15. Enquête « usagers »• Octobre 2011 à avril 2012• Enquête quanti/qualitative, 144 réponses• Population initiale inconnue• Données recueillies : – Profil sociodémographique – Connaissance des accès publics à Internet – Transport et mobilité – Raisons de venue, attentes – Ambiance du lieu, échanges avec les autres utilisateurs – Aspect financier
    16. 16. Enquête « usagers »• Enquête & observation du lieu : – Dans quel lieu est implanté le PAPI ? – Comment s’y sent-on ? (éclairage, ergonomie, espace…) – Combien de postes sont disponibles – Quelles particularités relève-t-on que l’on n’avait pas perçu dans l’enquête ? – Discussion avec l’animateur/trice
    17. 17. Enquête « non usagers »• Avril 2011• Enquête quantitative, 550 réponses• Echantillon représentatif• Données recueillies : – Quels profils d’utilisateurs ? – Quelles connaissances de l’accès public à Internet ? – Identifier les attentes des utilisateurs potentiels – Identifier la raison de non intérêt des PAPI pour les autres
    18. 18. Etude cartographique Carte des PAPI en Aquitaine à l’échelle des pays
    19. 19. RÉSULTATS
    20. 20. Données de cadrage• 698 PAPI en Aquitaine – 12 % (Dordogne) – 37 % (Gironde) – 17 % (Lot-et-Garonne) – 12 % (Landes) – 22 % (Pyrénées Atlantiques)• Niveaux de densité : – 1 / 2800 (47) – 1/4500 (40, 64) – 1/4800 (24) – 1/5500 (33)
    21. 21. N = 221Données de cadrageQuelques variables : 8,5 pour les PAPI labellisés 5 pour les non labellisés 83% des PAPI labellisés 35% des non labellisés
    22. 22. N = 221Données de cadrage
    23. 23. N = 221InitiationApport des formations Formations pratiquées :en termes de diplômes : TOTAL TOTAL Accueil 6,2%Qualifiantes 22% Anglais 8,8%Diplomantes 4% Autres langues 4,9%Certifiantes 9% Bureautiques 48,3%Rien 65% Informatiques 45,5% Marketing/communi 4,4% cation Médias/audiovisuel 17% Télécommunication 5,7%
    24. 24. N = 221Données de cadrageQuelle activité principalement réalisée ? Tous les PAPI
    25. 25. N = 221Données de cadrageQuelle activité principalement réalisée ? PAPI labellisés
    26. 26. N = 221Données de cadrageQuelle activité principalement réalisée ? PAPI non labellisés
    27. 27. Degré de « PAPITUDE »• Qualification des PAPI selon 6 critères :
    28. 28. Degré de « PAPITUDE »
    29. 29. Publics Publics Utilisateurs potentiels Publics : pratiques, attentes ?• Catégorisation des publics : – Usagers – Usagers potentiels – Non Intéressés
    30. 30. Publics Les usagers des PAPI• Enquête : n=144, sur les lieux• Profil de l’usager : – 62% de femmes – 36% de + de 60 ans – 36% de retraités / 39% en emploi / 25% autres – 42% urbains (communes > 10000 habitants) – 38% en couple & enfants / 35% seuls sans enfant – 50% propriétaires
    31. 31. Publics Les usagers des PAPI• Culture du numérique : – 73% équipés d’ordinateurs à domicile – 66% connectés à Internet – 94% équipés de téléphone portable, dont 15% un smartphone – 88% ont une adresse e-mail – 30% sont inscrits sur un réseau social (Facebook)
    32. 32. Publics Les usagers des PAPI• Un lieu de proximité : – 30% viennent à pied au PAPI – 68% parcourent moins de 5 km (32% moins d’un km) – 59% font moins de 10 min. de trajet
    33. 33. Publics Les usagers des PAPI• Pourquoi viennent-ils ? – Accessibilité (pas/plus de matériel, accès à un service…) – Apprendre (logiciels, CV…) – Tiers-lieux
    34. 34. Publics Les usagers des PAPI• Comment ont-ils connu le lieu ? – Prescription – Information – Sérendipité (notamment avec l’implantation du lieu dans une biblio/médiathèque)
    35. 35. PublicsEchantillon
    36. 36. Publics Premiers éléments• Trois publics : – 5% déjà utilisateurs – 15% intéressés – 80% non intéressés• Profil numérique : – 78% : équipé à domicile – 73% : connexion Internet à domicile – 70% : adresse e-mail
    37. 37. Utilisateurs potentielsRépartitionUtilisateurs potentiels pardépartement
    38. 38. Profil des populations étudiéesComparaison des chiffres
    39. 39. Profil des populations étudiéesEquipements et connectivitéEquipement Util. Potentiel Non-intéresséInformatique 83% 76%Internet 75% 71%EquipementsLocalisation Util. Potentiel Non-intéresséUrbain 30% 42%Péri-urbain 33% 30%Rural 37% 29%
    40. 40. Profil des populations étudiéesConnectivitéLocalisation Util. Potentiel Non-intéresséUrbain 31% 42%Péri-urbain 32% 30%Rural 37% 27,5%
    41. 41. Non -intéressésRaisons territorialisées•Equipements•Absence d’intérêt•Non internaute
    42. 42. Profil des populations étudiéesL’âge : vecteur de différenciation d’intérêt
    43. 43. Profil des populations étudiéesLa durée de non-emploi
    44. 44. Profil des populations étudiéesLe niveau de formationFormation Util. Potentiel Non-intéresséNiveau V 33% 50%Niveau IV et + 41% 30%Usage personnelUsage perso. Util. Potentiel Non-intéresséOui 81,5% 70,9%Non 18,5% 29,1%
    45. 45. Un public singulier71% entre 30 et 59 ans61% en emploi / 16% retraités45% propriétaires / 47% locataires
    46. 46. Utilisateurs potentielsPrincipales attentes
    47. 47. Utilisateurs potentiels
    48. 48. Les utilisateurs potentiels attendent des autres utilisateurs qu’ils leur permettent d’être dans un endroitRAISONS DE VENUE calme.
    49. 49. Vers un profil type Le PAPI idéal• Double approche du numérique• Localisation au carrefour des mobilités• Equipements suffisants et performants• Initiation aux outils et logiciels• Personnalisation des réponses aux besoins des publics : un accompagnement de proximité• Diversité d’espaces• Amplitude des horaires d’ouverture
    50. 50. RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS
    51. 51. Recommandations• Raisonner la continuité entre territoire physique et territoire numérique• Appuyer le développement des services ancrés sur les pratiques territoriales• Faire connaître et reconnaître• Initier une dynamique en réseau d’initiatives plurielles• Raisonner un maillage spatial et partenarial• Définir les niveaux de subsidiarité
    52. 52. Recommandations• Proposer des lieux à vivre, des espaces de confiance, de confidentialité• Favoriser l’émergence de réseaux et de communautés• Assurer la permanence et la flexibilité : maintenir le mouvement, la diversité• Favoriser le flux et non le stock : hybridité et fertilisation
    53. 53. Recommandations• Concevoir une approche économique mixte : formelle et informelle• Oser l’innovationLes « tiers-lieux » représentent pour leur part des points d’ancrage de lavie communautaire qui favorisent des échanges plus larges et pluscréatifs au niveau local et permettent ainsi d’entretenir la sociabilitéurbaine. Ces lieux ne sont pas les espaces publics habituels (aéroports,gares, parcs) qui voient passer une foule hétérogène. Ce sont desendroits plus localisés et dont l’espace, favorisant les liens et leséchanges, a été accaparé par les individus » Patrick GENOUD
    54. 54. Merci de votre attention

    ×