Second volet du rapport du Giec

3,051 views

Published on

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Second volet du rapport du Giec

  1. 1.  RéseauActionClimat 2B,rueJulesFerry93100Montreuil 0148588392-@RACFrance 5ème rapport du Giec Second chapitre Des impacts sur les évènements climatiques extrêmes Les impacts des changements climatiques ont déjà été constatés, sur les terres comme au niveau des océans. Les températures ont augmenté de 0,85 degrés par rapport aux niveaux préindustriels. Les conséquences globales sont : o La hausse du nombre de jours et de nuits chaudes o La baisse du nombre de jours et nuits froides o Des vagues de chaleurs plus fréquentes et plus intenses La multiplication d’évènements extrêmes, tels que les vagues de chaleur, les tempêtes, les inondations et sécheresses, aura un impact croissant sur nos sociétés. La plupart des régions du monde connaitra des épisodes de pluies plus forts. Globalement, les régions « humides » seront plus humides, et les régions « sèches » seront plus sèches. o Plusieurs régions du monde connaissent déjà, et connaitront à l’avenir des plus en plus de périodes de sécheresse, ce qui réduira l’accès à l’eau potable pour certaines populations. o Dans certaines régions, les changements des cycles de précipitations, conjugués à la fonte accélérée des glaciers et la hausse du débit des cours d’eau, provoqueront de nombreuses inondations. o Tous ces changements risquent de réduire l’accès à l’eau potable : « Chaque degré supplémentaire devrait réduire de 20% les ressources en eau » (résultats provisoires du rapport) La hausse du niveau des mers va aussi accroitre les risques d’inondation dans les régions de basse altitude et les régions côtières.   Des impacts sur la santé Les changements climatiques ont d’hors et déjà des impacts sur la santé : dans certaines régions, on constate un nombre croissant de décès à cause de maladies liées à la chaleur ; et ce phénomène sera exacerbé par la hausse des températures d’une part, et la hausse de la population mondiale d’autre part. A l’échelle mondiale, les impacts négatifs de la hausse des températures sur notre santé dépasseront largement les impacts positifs. On constate un changement de la répartition mondiale des vecteurs de maladie, comme par exemple les insectes piqueurs. La fréquence des blessures, maladies ou décès liées aux tempêtes, inondations ou aux incendies est en hausse, et continuera d’augmenter.
  2. 2.  RéseauActionClimat 2B,rueJulesFerry93100Montreuil 0148588392-@RACFrance Production alimentaire Certaines régions du monde pourront, dans un premier temps, tirer un léger bénéfice de la hausse moyenne des températures. Mais globalement, la baisse des ressources en eau douce, la baisse des substances nutritives dans le sol et la multiplication des phénomènes extrêmes (tempêtes, inondations, etc.) va conduire à une baisse de la production mondiale de denrées alimentaires. Les éventuels effets positifs (au début et dans quelques rares régions) seront donc largement contrebalancés par les effets négatifs. Les changements climatiques vont réduire les rendements agricoles mondiaux de 2% par décennie (en moyenne) au cours du 21ème siècle – alors même que la demande mondiale va augmenter pendant cette période (14% par décennie jusqu’en 2050). Les communautés rurales seront probablement les plus touchées par ces impacts sur la production alimentaire. o On prévoit d’importants risques de malnutrition dans les régions les plus pauvres, au fur et à mesure que la production mondiale va décroitre dans ces mêmes régions. o Les changements dans la quantité et la qualité de la production alimentaire mondiale auront des conséquences directes sur le prix des denrées et sur la sécurité alimentaire de nombreuses régions. Impacts et vulnérabilités Des écosystèmes actuellement menacés pourraient dépasser un seuil critique, considérés comme des « points de basculement », causant des transformations irréversibles. Les scientifiques considèrent que ce risque sera élevé à partir d’une hausse de un degré des températures. On constate déjà des signes alarmants, en Arctique et dans les récifs coralliens, qui montrent que des changements irréversibles sont en cours. Les populations vivant dans des zones touchées par des conflits armés, ou des zones où l’accès à l’eau et à la nourriture est limité sont les plus vulnérables. Les changements climatiques risquent d’exacerber les inégalités économiques et sociales. Le coût économique d’une hausse des températures de 2,5°C –trajectoire sur laquelle nous sommes actuellement- se situe entre 0,2 et 2% du PIB mondial. o C’est une dette que nous avons déjà, et c’est le prix minimum que nous devrons payer si on décide d’agir dès aujourd’hui et de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Les coûts économiques globaux seront certainement plus élevés : Aujourd’hui, on ne peut pas estimer économiquement les coûts liés à des pertes de biodiversité ou à la destruction d’écosystèmes. o De tels impacts pourraient effectivement conduire à des pertes de revenus, et de nouvelles migrations, mais aussi au développement de pauvreté voire même de conflits qui affecteront la croissance économique. o Les modèles économiques laissent également de côté la baisse potentielle de productivité (si les températures augmentent). Agir aujourd’hui contre les changements climatiques coutera moins cher que repousser l’action à plus tard.
  3. 3.  RéseauActionClimat 2B,rueJulesFerry93100Montreuil 0148588392-@RACFrance Risques et incertitudes Certains risques posés par les changements climatiques peuvent être supportés grâce à des politiques d’adaptation : o Grâce à la construction d’infrastructures résilientes aux changements climatiques o En mettant en œuvre des programmes de restauration des écosystèmes o En améliorant la gestion de l’eau douce. L’adaptation revêt des cobénéfices, notamment en termes de réduction de la pauvreté. Cependant, l’adaptation ne résoudra pas tout et sera confronté à de nombreuses impasses, si on ne prend pas de fortes mesures de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre. Les estimations montrent qu’il faudra dépenser, à l’échelle mondiale, entre 70 et 100 milliards de dollars par an pour l’adaptation. Soit largement plus que ce qui est actuellement prévu.                                          

×