Ppt midi santé allergies 14 Juin 2016

864 views

Published on

Ppt midi santé allergies 14 Juin 2016

Published in: Healthcare
  • Be the first to comment

Ppt midi santé allergies 14 Juin 2016

  1. 1. ZOOM SUR LES ALLERGIES DE L’ENFANT Dr Sylvie PROUZEAU-AUGUSTIN allergologue à l'hôpital DELAFONTAINE Juin 2016
  2. 2. Docteur, Mon enfant est allergique à la pollution, au lait, au gluten, au soleil, aux pollens, à la poussière, au chat de sa grand-mère….. Essayons de faire le point sur cette maladie qui s’est multipliée depuis 40 ans.
  3. 3. L’ ALLERGIE C’est une réponse excessive, inadaptée vis-à-vis d’une substance étrangère: allergène, présente dans notre environnement naturel et parfaitement tolérée par les individus sains.
  4. 4. L’ALLERGIE Lors du premier contact: la sensibilisation, des anticorps IgE sont fabriqués ou des lymphocytes T sont activés. Lors d’un 2 ème contact, il y a une réactivation des anticorps et l’apparition des signes cliniques
  5. 5. LA MALADIE ALLERGIQUE C’est une maladie multifactorielle due à la synergie de  facteurs génétiques  facteurs de risques environnementaux
  6. 6. LES FACTEURS GENETIQUES L’ATOPIE est une prédisposition à développer une réponse lymphocytaire Th2 et à augmenter la production des IgE Le risque allergique pour un enfant est de : - 15% sans antécédent familiaux d’allergie - 30 à 40 % si l’un des parents est allergique - 60% si les deux parents sont allergiques
  7. 7. LES FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX La diminution des bactéries et des parasites de notre environnement a favorisé l’apparition de l’allergie par une bascule de notre système immunitaire des lymphocytes Th1 vers les Th2 (études d’Erika von Mutius dans les fermes suisses) L’augmentation de l’exposition allergénique: confinement des habitats, animaux domestiques. L’augmentation de l’exposition aux irritants: pollution, tabagisme, composés organiques volatils.
  8. 8. LA MALADIE ALLERGIQUE Les signes cliniques apparaissent au niveau de la peau et des muqueuses Le dénominateur commun est l’inflammation
  9. 9. EVOLUTION EN FONCTION DE L’AGE Evolution des manifestations allergiques chez l’enfant: la marche atopique  Source : Charpin D et coll 2003 1: D. Vervloet et A. Magnan. Traité d'allergologie. Ed Flammarion Medecines-Science ; 2003:337-353.
  10. 10. LA MARCHE ATOPIQUE Les réponses IgE les plus précoces sont dirigées contre les protéines alimentaires: lait de vache ou œuf. La sensibilisation aux allergènes de l’environnement nécessite plus de temps; il n’y a donc pas de rhino- conjonctivite allergique durant les 2 premières années de vie.
  11. 11.  Eczéma atopique Allergie alimentaire Allergie respiratoire: rhinite, conjonctivite et asthme
  12. 12. ECZEMA ATOPIQUE Une dermatose inflammatoire chronique qui évolue par poussées et touche surtout le nourrisson et l’enfant Sa prévalence est de 10 à 20 % de la population pédiatrique Elle est, dans la majorité des cas, spontanément résolutive dans l’enfance.
  13. 13. ECZEMA ATOPIQUE Il apparait vers l’âge de 3 mois sur le visage et le tronc Ce sont des lésions sèches, prurigineuses, parfois suintantes Après 2 ans, les lésions se localisent sur le plis des coudes, genoux, dans le cou ou sur les poignets.
  14. 14. ECZEMA ATOPIQUE Il est lié à une altération de la barrière cutanée Ce n’est pas une allergie immédiate à un allergène même si elle se développe sur un terrain allergique. Le bilan allergologique n’est nécessaire que dans les formes graves.
  15. 15. Intolérance alimentaire Réactions alimentaires adverses Réactions non toxiques Réactions toxiques Allergie alimentaire IgE médiée Non IgE médiée Enzymatique Pharmacologique Ex : Contamination bactérienne Champignons vénéneux Ex: Déficit secondaire en lactase Ex: Histamine, tyramine D’après Rancé F. et Bidat E. Allergie alimentaire chez l’enfant Ed Médecine & Hygiène; 2000 VRAIES ET FAUSSES ALLERGIES
  16. 16. ALLERGIE ALIMENTAIRE Elle est plus fréquente chez l’enfant :  Incidence de 4 à 8,5% chez l’enfant de moins de 8 ans  3 enfants allergiques pour 1 adulte  75% des allergies alimentaires débutent avant 15 ans
  17. 17. ALLERGIE ALIMENTAIRE  Incidence de l'allergie alimentaire selon le sexe et l'âge : statistique du CICBAA 2009 • 1487 cas • CICBAA juin 2009
  18. 18. ALLERGIE ALIMENTAIRE Les manifestations immédiates IgE médiées surviennent en général dans l’heure suivant l’ingestion de l’aliment. Plus la réaction est précoce, plus elle est sévère.
  19. 19. ALLERGIE ALIMENTAIRE Les signes cliniques des réactions immédiates  le syndrome oral: démangeaisons dans la bouche et vomissement immédiats Les signes cutanés: urticaire, prurit cutané, angio-œdème Les signes respiratoires: rhinoconjonctivite, toux, gêne respiratoire, asthme Les signes généraux: le choc anaphylactique avec hypotension et perte de connaissance.
  20. 20. ALLERGIE ALIMENTAIRE L’ urticaire: éruption prurigineuse et fugace L’œdème labial: gonflement des lèvres et du visage
  21. 21. ALLERGIE ALIMENTAIRE L’angio-œdème: Gonflement de la face, du cou et des muqueuses pharyngées et laryngées Puis : difficulté respiratoire brutale avec modification de la voix et sensation d’étouffement
  22. 22. Signes respiratoires : Angio-oedème: • Bruits inspiratoires, voix modifiée, toux rauque Bronchospasme, Asthme : • Sifflement, gêne respiratoire, essoufflement, toux persistante, oppression thoracique SIGNES SÉVÈRES D’ALLERGIE Docteur Sylvie PROUZEAU-AUGUSTIN Allergologue
  23. 23. Signes circulatoires et digestifs: Choc anaphylactique: hypotension, malaise, pâleur, perte de connaissance. Douleurs abdominales, vomissements, diarrhée. SIGNES SÉVÈRES D’ALLERGIE Docteur Sylvie PROUZEAU-AUGUSTIN Allergologue
  24. 24. ALLERGIE ALIMENTAIRE Les symptômes de l’allergie non IgE médiée Les troubles digestifs: Diarrhée, douleurs abdominales, reflux gastro-oesophagien. Les troubles cutanés: certaines formes de dermatite atopique Ceux sont des symptômes chroniques.
  25. 25. ALLERGIE ALIMENTAIRE Les allergènes alimentaires les plus fréquents chez l’enfant:  Le lait  L’œuf  L’arachide et les légumineuses  Le poisson  Les fruits à coque: noisette, noix de cajou, pistache La plupart des allergies au lait ou à l’œuf vont guérir; mais les allergies à l’arachide, aux fruits à coque et au poisson ont tendance à perdurer.
  26. 26. La rhinite allergique La conjonctivite allergique L’asthme de l’enfant
  27. 27. LA RHINITE ALLERGIQUE  C’est l’inflammation de la muqueuse nasale lors du contact avec l’allergène aéroporté.  Les signes cliniques sont:  Le prurit nasal  La rhinorhée  Les éternuements  L’obstruction nasale
  28. 28. LA RHINITE ALLERGIQUE La rhinite est classée en fonction de sa durée et de son impact sur la vie quotidienne: Intermittente: moins de 4 jours/semaine et moins de 4 semaines Persistante: plus de 4 jours/semaine et plus de 4 semaines Elle est considérée comme modérée à sévère si elle perturbe les activités de l’enfant: asthénie, troubles du sommeil.
  29. 29. LA CONJONCTIVITE ALLERGIQUE  La conjonctivite aigüe et saisonnière est la forme la plus fréquente; l’allergène se dissout dans le film lacrymal est entraine une rougeur, un larmoiement, un prurit et parfois un chémosis. Les allergènes en cause sont les pollens et les phanères animaux La conjonctivite allergique chronique dure plus de 6 semaines, les allergènes per-annuels sont le plus souvent en cause.
  30. 30. L’ASTHME DE L’ENFANT C’est la maladie chronique la plus fréquente chez l’enfant avec une prévalence de 6 à 10 % selon l’étude ISAAC C’est une maladie inflammatoire chronique des bronches associée à des épisodes d’obstruction des bronches lors des crises.
  31. 31. L’ASTHME DE L’ENFANT
  32. 32. L’ASTHME DE L’ENFANT Dans 90% des cas, l’asthme de l’enfant est d’origine allergique ou infectieuse. Les crises d’asthme peuvent être déclenchées par l’effort : la course, le rire ou même les pleurs.
  33. 33. L’ASTHME DE L’ENFANT Les signes cliniques de la crise d’asthme: La toux sèche et intense La gêne respiratoire Une oppression au niveau de la poitrine ( les enfants décrivent parfois une gêne dans la gorge ou disent qu’ils ont mal au cœur) Une respiration sifflante
  34. 34. L’ASTHME DE L’ENFANT Les signes de gravité de la crise d’asthme: La crise ne s’améliore pas franchement après la prise des médicaments. L’enfant a des difficultés à parler.
  35. 35. L’ASTHME DE L’ENFANT Parfois l’asthme se manifeste par une symptomatologie chronique: La toux récidivante, induite par l’effort ou nocturne Les bronchites répétées souvent sifflantes.
  36. 36. LE BILAN ALLERGOLOGIQUE CHEZ L’ENFANT Il est essentiel pour déterminer la prise en charge d’un enfant allergique et proposer une thérapeutique spécifique: Éviction de l’allergène identifié Traitement adapté Immunothérapie spécifique si besoin
  37. 37. LE BILAN ALLERGOLOGIQUE CHEZ L’ENFANT Il associe: - l’histoire clinique - les tests cutanés - le dosage des IgE spécifiques - le test de provocation orale dans l’allergie alimentaire
  38. 38. LE BILAN ALLERGOLOGIQUE CHEZ L’ENFANT Il faut tester tous les enfants qui présentent des symptômes persistants, récidivants qui nécessitent un traitement régulier Il n’y a pas de limite inférieure d’âge Le choix des tests dépend de l’âge, de l’histoire clinique et de l’environnement de l’enfant.
  39. 39. LE BILAN ALLERGOLOGIQUE DE L’ENFANT Pour l’enfant de moins de 3-4 ans: L’allergie alimentaire est plus fréquente que l’allergie aux pneumallergènes, elle se manifeste au niveau cutané, digestif ou respiratoire Les allergènes les plus fréquents sont le lait de vache, l’œuf, l’arachide, le poisson, le blé et les fruits à coque puis les allergènes de l’habitat: les acariens, le chat.
  40. 40. LE BILAN ALLERGOLOGIQUE DE L’ENFANT Pour l’enfant de plus de 4 ans: C’est l’allergie aux pneumallergènes qui domine avec les acariens, les animaux, les blattes, les moisissures puis les pollens. Elle se manifeste par la rhinite, la conjonctivite et l’asthme.
  41. 41. LE BILAN ALLERGOLOGIQUE DE L’ENFANT Le premier temps est l’interrogatoire des parents: - les antécédents familiaux - les antécédents de l’enfant: eczéma, urticaire, asthme - les conditions de logement: humidité, nombre d’occupants, moquette, animaux - le mode de garde, fréquentation de la cantine.
  42. 42. Pointes Allergènes LES PRICK-TESTS
  43. 43. Résultat du test Lecture du test LES PRICK-TESTS
  44. 44. LES DOSAGES BIOLOGIQUES Les multitests peuvent orienter vers une origine allergique: - le phadiatop pour l’allergie respiratoire - le trophatop pour l’allergie alimentaire Mais si le résultat est positif, l’enfant doit être orienté vers un allergologue et ne doit jamais conduire à une éviction à l’aveugle.
  45. 45. LES DOSAGES BIOLOGIQUES Les dosages des IgE spécifiques ont une très bonne spécificité et sensibilité. Ils recherchent la présence d’IgE spécifiquement dirigés contre un allergène ou un composant allergénique. Dans la nomenclature de la CPAM, ils sont limités à 5 pneumallergènes ou trophallergènes. Ils doivent demandés en fonction des tests cutanés.
  46. 46. LES TESTS DE PROVOCATION ORALE Le principe est de reproduire la réaction allergique, il détermine la dose réactive pour mieux évaluer le risque encouru en cas d’ingestion accidentelle. Cela permet d’adapter le régime et la trousse d’urgence. Il n’est effectué que dans des services hospitaliers spécialisés ce qui limite leur réalisation
  47. 47. PRISE EN CHARGE DE L’ECZEMA Amélioration de la barrière cutanée par les soins hydratants Traitements des poussées inflammatoires: Les dermocorticoïdes sont le traitement de référence des poussées de dermatite atopique. La corticophobie est l’une des causes de l’échec de la corticothérapie locale
  48. 48. PRISE EN CHARGE DE L’ALLERGIE ALIMENTAIRE Le bilan allergologique a permis de mettre en évidence l’aliment responsable des manifestations cliniques de l’allergie alimentaire et le plus souvent le traitement repose sur l’éviction de cet aliment
  49. 49. PRISE EN CHARGE DE L’ALLERGIE ALIMENTAIRE L’éviction des aliments nécessite: L’apprentissage de la lecture des étiquettes De ne pas faire d’éviction inutile par exemple interdire les gâteaux à un enfant qui tolère l’œuf bien cuit. De faire attention aux carences lors des allergies alimentaires multiples
  50. 50. TRAITEMENT DES ALLERGIES ALIMENTAIRES Tout enfant allergique alimentaire doit avoir une trousse d’urgence au domicile et à l’école contenant: Un antihistaminique et éventuellement un corticoïdes oral pour les réactions cutanées, gonflement du visage sans signe de gravité. Un bronchodilatateur pour les signes respiratoires. Un stylo d’adrénaline pour les signes généraux graves et le choc anaphylactique.
  51. 51. TRAITEMENT DES ALLERGIES ALIMENTAIRES L’adrénaline est le médicament du choc anaphylactique Le pronostic est dans la rapidité d’injection Stylos : ANAPEN, JEXT, EPIPEN
  52. 52. Stylos injecteurs d’adrénaline
  53. 53. TRAITEMENT DES ALLERGIES RESPIRATOIRES La rhinite allergique est traitée par les antihistaminiques généraux ou locaux et par les corticoïdes locaux La conjonctivite nécessite un collyre antiallergique en évitant les corticoïdes Pour l’asthme, il faut différencier le traitement de la crise et le traitement de fond.
  54. 54. LE TRAITEMENT DE LA CRISE L’enfant tousse, est gêné pour respirer, les bronches sifflent: Lui donner son bronchodilatateur: Ventoline. Ne pas hésiter à répéter les bouffées Si l’enfant a un aérosol, il vaut mieux utiliser une chambre d’inhalation.
  55. 55. LE TRAITEMENT DE LA CRISE
  56. 56. LE TRAITEMENT DE FOND Mais l’asthme est une inflammation chronique des bronches et les bronchodilatateurs ne soignent pas. Le contrôle de l’asthme: diminution des crises, de la gêne à l’effort et des réveils nocturnes nécessite un traitement régulier de l’inflammation par les corticoïdes inhalés ou les antileucotriènes.
  57. 57. L’immunothérapie spécifique (désensibilisation) est fondée sur l’administration croissante de l’allergène auquel le patient est sensibilisé afin de réduire les symptômes provoqués lors d’une exposition à l’allergène. C’est le seul traitement qui modifie l’histoire naturelle de l’allergie. L’IMMUNOTHERAPIE SPECIFIQUE
  58. 58. L’IMMUNOTHERAPIE SPECIFIQUE
  59. 59. CONCLUSION La vie des enfants allergiques et de leurs parents est souvent difficile. L’allergie de l’enfant est une maladie chronique qui nécessite une vigilance constante pour l’allergie alimentaire et des traitements réguliers pour l’allergie respiratoire Les professionnels de santé jouent un rôle fondamental dans l’éducation thérapeutique de ces enfants.

×