Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Dossierde presse - À vos restes !

1,183 views

Published on

Published in: Education
  • Login to see the comments

  • Be the first to like this

Dossierde presse - À vos restes !

  1. 1. 1   Alice  Baudu   Juliette  Chollet   Lucie  Duigou   Marie-­‐Gabrielle  Delemer   Charlotte  Fournier   Clothilde  Rollin   Le  17  mai  2014     DOSSIER DE PRESSE – PROJET DOGGY BAG          
  2. 2. 2   Introduction     En   France,   l'Ademe,   l'Agence   de   l'environnement   et   de   la   maîtrise   de   l'énergie,   établit   la   quantité     d'aliments  non-­‐consommés  et  jetés  à  plus  de  20  kg  par  personne  et  par  an,  c'est  à  dire  1,2  million  de   tonnes.  Parmi  ces  aliments,  7  kg  par  habitant  seraient  jetés  avec  leur  emballage  non-­‐ouvert.  En  termes  de   coûts,  ce  gaspillage  représente  une  perte  de  400  euros  par  foyer  chaque  année.     Un  phénomène  qui  pose  problème  à  l’heure  actuelle,  dans  un  contexte  de  crise  économique.  Monsieur   Guillaume  Garot,  ministre  délégué  à  l’agroalimentaire,  en  a  fait  son  cheval  de  bataille,  en  déployant  un   plan  d’action  visant  à  réduire  le  gaspillage  alimentaire.  Parmi  les  actions  mises  en  oeuvre,  les  restaurants   seront  sanctionnés  dans  les  cas  où  ils  ne  valoriseraient  pas  leurs  déchets.       Le   déploiement   de   l’usage   du   Doggy   Bag   apparaît   donc   comme   une   pratique   qui   participerait   durablement   à   cette   logique   d’anti-­‐gaspillage   alimentaire.   Moins   de   nourriture   dans   les   poubelles   des   restaurateurs   génère   donc   une   moindre   quantité   de   déchets   à   trier,   le   doggy   bag   se   présentant   donc   comme  une  alternative  adéquate  à  l’accumulation  de  déchets.     Cependant,  l’anti-­‐gaspillage  même  s’il  s’avère  être  une  problématique  actuelle  qui  sensibilise  un  nombre   croissant  de  mentalités,  se  heurte  à  des  problèmes  culturels  et  d’usages  de  base  quant  il  s’incarne  dans  le   concept  du  doggy  bag.     C’est  pourquoi  dans  le  cadre  du  projet  Transition  Positive  nous  avons  choisi  de  travailler  sur  la  pratique,   l’adoption  et  l’image  du  doggy  bag  auprès  des  restaurateurs  et  des  clients.       Présentation  du  concept       Combien  de  fois  n’avons-­‐nous  pas  fini  notre  assiette  au  restaurant  ?  Combien  de  fois  nous  sommes-­‐nous   forcés  à  finir  notre  assiette,  quitte  à  en  avoir  mal  au  ventre  ?  Combien  de  fois  avons-­‐nous  rêvé  de  garder   notre  dessert  pour  plus  tard  ?  Qu’est-­‐ce  qui  nous  en  a  empêché  ?   Né  au  Etats-­‐Unis,  le  Doggy  Bag  consiste  à  emporter  dans  une  barquette  les  restes  de  son  repas.  Outre   Atlantique,  la  pratique  est  régulière  et  socialement  acceptée.  Les  raisons  à  cela  ?  Le  «  Doggy  Bag  »,  ou  «   sac  à  toutou  »  est  une  conséquence  indirecte  des  privations  de  la  guerre.  Il  est  devenu  courant  en  Israël,   ou  encore  en  Asie,  notamment  en  Chine.   Aux  Etats-­‐Unis,  la  taille  des  portions  servies  au  restaurant,  l’opulence  des  restaurants  de  «  fast  food  »,  et   une  réglementation  claire  ont  démocratisé  la  pratique.  Le  Doggy  Bag  est  considéré  comme  «  dû  »  par  le   client  qui  a  payé  son  repas,  et  doit  en  avoir  pour  son  argent.  En  Chine,  le  gaspillage  dans  les  restaurants   est  tel  que  certains  affichent  des  «  panneaux  conseil  »,  demandant  au  client  de  ne  commander  que  ce  
  3. 3. 3   qu’il  peut  manger.  Le  cas  échéant,  un  emballage  permettra  de  ne  pas  jeter  les  mets  commandés.  Pour   autant,  la  pratique  n’est  pas  considérée  comme  un  acte  écologique,  mais  plutôt  économique  ou  pratique.     Pourquoi  alors,  le  Doggy  Bag  est-­‐il  ignoré  en  France  ?   Il  apparaît  que  notre  rapport  à  la  gastronomie  est  différent  de  celui  des  pays  anglo-­‐saxons  ou  asiatiques.   C’est  d’abord  notre  passé  qui  guide  notre  pratique  au  restaurant.  Si  dans  les  milieux  populaires,  la  peur   de   la   faim   et   de   la   famine   a   créé   une   tradition   du   «   finir   son   plat   à   tout   prix   »   ;   dans   les   milieux   aristocratiques,  il  était  coutume  de  ne  jamais  finir  son  plat.  Il  fallait  démontrer  un  certain  détachement   alimentaire.  Ne  pas  être  tributaire  de  la  nourriture  était  un  signe  de  distinction.  Dans  aucun  des  deux  cas   alors,   le   Doggy   Bag   ne   peut   être   accepté.   Si   ces   différences   sociales   ne   sont   plus   aussi   prégnantes   aujourd’hui,  les  mentalités  sont  encore  imprégnées    de  ce  passé.   C’est  un  rapport  social  qui  nous  empêche  de  pratiquer  le  Doggy  Bag  :  les  demandeurs  de  Doggy  Bags  sont   vus   comme   des   «   avares   »,   ou   des   personnes   sans   éducation.   En   résumé,   cela   ne   se   fait   pas.     L’acceptation  du  Fast  food  revêt  un  aspect  pratique  (gain  de  temps  par  exemple).  En  revanche,  le  repas   au  restaurant  est  contextuel  :  on  vient  profiter  d’un  service  de  qualité.  Du  côté  des  restaurateurs,  il  n’est   donc  absolument  pas  question  de  proposer  des  restes  car  cela  apparaît  en  désaccord  avec  la  signification   que  revêt  un  repas  au  restaurant.  Les  français  méprisent  le  Doggy  Bag  parce  qu’il  parle  de  quantité,  et   non   de   qualité.   Dans   notre   mémoire   collective,   manger   les   «   restes   du   chien   »   est   donc   vu   de   façon   extrêmement  péjorative.   Certains  restaurants  proposent  des  Doggy  Bags,  mais  il  s’agit  soit  de  restaurants  à  influence  étrangère   (restaurants  asiatiques,  italiens,  franchises  étrangères),  soit  de  produits  assimilés  à  des  produits  de  vente   à   emporter   (sandwich,   panini,   pizza,   beignets   ...).   La   pratique   reste   minime,   et   ce   sont   souvent   des   emballages  «  de  fortune  »  qui  sont  utilisés  :  papier  aluminium,  cartons  ou  boîtes  en  plastique.     A  noter  :  de  nombreuses  tentatives  d’insertion  du  Doggy  Bag  en  France  ont  été  réalisées,  mais  la  plupart   sont  restées  très  locales  ou  ont  été  abandonnées.   Aujourd’hui,  nous  ne  sommes  plus  dans  une  société  de  consommation  naïve  comme  celle  qui  suivit  les   années   d’après   guerre.   Nous   sommes   dans   une   société   en   crise   économique,   une   société   qui   se   questionne  sur  ses  pratiques  de  sur-­‐consommation.  Nous  avons  conscience  que  la  Terre  n’est  pas  une   source   éternellement   renouvelable.   Nous   voulons,   chacun   à   notre   échelle,   réduire   l’impact   de   notre   civilisation  sur  notre  environnement.  Le  Doggy  Bag  n’est  pas  seulement  une  pratique  anti-­‐gaspillage  ou   économique,  c’est  une  pratique  civique,  charitable  et  écologique.     Nous  voulons  démontrer  à  travers  ce  projet  que  l’on  peut  faire  évoluer  les  mentalités  et  mobiliser  les   individus.     Tout   comme   le   tri   sélectif   ou   l’économie   d’eau,   le   Doggy   Bag   peut   être   démocratisable   en  
  4. 4. 4   France.  Notre  concept  ne  se  veut  pas  révolutionnaire  mais  au  contraire  concret  et  réalisable.    Pour  ce,   nous  avons  voulu  penser  le  concept  autant  en  amont  qu’en  aval.  De  la  mise  en  place  d’un  réseau  de   restaurateurs   organisé,   avec   une   identité   visuelle,   une   communication   appropriée   jusqu’à   la   livraison   d’un  emballage  en  accord  avec  les  valeurs  promues  par  Transition  Positive.     Les  enjeux     } Sensibiliser  les  restaurateurs  à  la  pratique  du  doggy  bag   } Sensibiliser  les  restaurateurs  et  les  consommateurs  à  la  pratique  du  doggy  bag     L’objectif  est  de  démocratiser  la  pratique  du  doggy  bag  auprès  des  consommateurs.  Le  fait  de  demander   à  emporter  ces  restes  ne  doit  plus  être  honteux  et  mal  perçu.  Mais  si  les  consommateurs  s’approprient  le   concept,  les  restaurateurs  doivent     } Sensibiliser  au  gaspillage  alimentaire   La   pratique   du   doggy   bag   est   avant   tout   un   moyen   qui   vise   à   réduire   le   gaspillage   alimentaire.   En   instaurant  le  doggy  bag  dans  les  restaurants,  les  clients  seraient  plus  enclin  à  emporter  leur  fin  de  repas  à   leur  domicile.       État  des  lieux  et  acteurs  clés     Dans  le  cadre  de  notre  recherche,  nous  avons  interviewé  des  restaurateurs,  acteurs  cruciaux  de  la  bonne   réussite  de  ce  projet,  afin  de  connaître  les  freins  à  l’implantation  du  Doggy  Bag.   Le   premier   frein   identifié   est   la   législation   alimentaire,   une   collaboratrice   du   Corneille   évoquait   à   ce   propos     “La   personne   si   elle   tombe   malade,   elle   peut   légalement   se   retourner   vers   nous.   La   législation  française  est  très  importante.  Pour  la  vente  à  emporter  il  y  a  une  législation   claire  et  stricte,  mais  pour  les  restaurants  où  normalement  le  plat  se  consomme  sur  place,   il  n’y  a  pas  de  législation  pour  emporter  son  repas,  pas  de  législation  c’est  angoissant,   c’est  la  peur  du  gendarme”.     Cette  collaboratrice  reconnaît  “qu’’il  faudrait  que  nous  les  restaurateurs  devançons  la  chose  et  mettons  à   l’aise  avec  ça  et  je  pense  que  le  packaging  va  beaucoup  jouer  aussi,  moi  je  vais  le  proposer  spontanément,   l’autre  fois  j’ai  proposé  à  un  client  d’emmener  la  fin  de  son  hot  dog,  car  moi  c’est  pareil  je  n’aime  pas  le   gaspillage.  
  5. 5. 5     Cependant   elle   admet   tout   de   même   observer   une   évolution   des   mentalités   “   c’est   de   plus   en   plus   courant  avec  l’alcool,  le  vin  plus  particulièrement,  et  ça  peut  arriver  sur  les  sandwichs  mais  c’est  rare”   Contrairement   à   ce   que   les   restaurateurs   pensent,   et   comme   l’explique   Laurent   Calvayrac   durant   l’interview  qu’il  nous  a  consacré,     “il  n’  y  a  pas  de  contre  indication  juridique,  en  fait  c’est  autorisé  de  pratiquer  le  doggy   bag,  contrairement  à  ce  que  les  restaurateurs  pensent  ;  ils  pensent  que  leur  responsabilité   est  engagée  à  partir  du  moment  où  il  voit  partir  les  personnes  avec  la  nourriture,  alors   qu’a   partir   du   moment   où   la   nourriture   est   délivrée   au   consommateur   c’est   la   propre   responsabilité  du  consommateur.  C’est  comme  au  macdo,  on  laisse  partir  les  gens  avec   leur  sac,  et  on  ne  sait  pas  quand  ils  le  mangeront  et  c’est  pareil  c’est  de  la  viande  cuite.”     Il  n’existe  donc  aucune  loi  interdisant  la  distribution  de  Doggy  bag,  les  restaurateurs  ne  risquent   aucune  poursuite  juridique  en  délivrant  un  Doggy  bag  à  leurs  clients.   Le  concept  de  Doggy  Bag  que  nous  souhaitons  promouvoir,  a  pour  atout,  de  rentrer  en  cohérence  avec   les  aspirations  du  gouvernement.  Notre  projet  n’est  donc  pas  “utopique”  mais  s’inscrit  dans  la  continuité   des  objectifs  du  gouvernement.  En  effet,  en  Juin  2013,  le  gouvernement  a  évoqué  son  “plan  anti-­‐gaspi”   pour   atteindre   l’objectif   européen   d’une   réduction   de   moitié   du   gaspillage   d’ici   2025.   De   nombreux   industriels  alimentaires,  de  la  grande  distribution  et  du  secteur  associatif    ce  sont  déjà  engagés  et  ont   signé  le  Pacte.     Le   projet   a   été   évoqué   pour   la   première   fois   en   2012   par   le   ministre   délégué   à   l’Agroalimentaire   Guillaume  Garot,  qui  explique  que  le  plan  s'appuie  sur  «  l’ensemble  des  acteurs  de  la  chaîne  alimentaire   depuis  la  production  (agricole  et  industrielle)  jusqu’aux  repas  et  même  au-­‐delà  puisqu’il  s’agira  aussi  de   réduire  les  déchets.”   En   France,   chaque   repas   consommé   au   restaurant   entraîne   entre     210   et   230   grammes   de   perte.   Les   restaurateurs  «seraient  ravis  que  les  clients  repartent  avec  cette  nourriture,  ça  leur  ferait  tout  simplement   moins  de  déchets  dans  les  poubelles»,  souligne  Bernard  Boutboul,  directeur  général  du  cabinet  spécialisé   Gira   Conseil,   cabinet   de   marketing   et   développement   de   la   restauration.   En   effet,   la   collaboratrice   du   Corneille  déclare  que     «  Personne  ne  ramène  rien,  même  les  employés,  c’est  systématiquement  jeté,  on  récupère   le  pain  et  on  le  toast  pour  faire  des  croûtons  dans  une  salade  mais  sinon  on  jete  le  reste  »   Dès  2016,  les  établissements  servant  180  repas  par  jour  ou  plus  seront  obligés  de  trier  et  de  valoriser   leurs  déchets  alimentaires,  dans  le  cas  contraire,  ils  s’exposent  à  de  lourdes  amendes.  L’objectif  de  ce   Plan  anti-­‐gaspi,  validé  par  plusieurs  parties  prenantes  de  la  restauration  doit  conduire  à  réduire  de  moitié   le  gaspillage  d'ici  à  2025.  C’est  dans  cette  veine  que  le  doggy  bag  s’incorpore.    
  6. 6. 6   Les   grands   groupes   de   l’industrie   alimentaire   de   la   grande   distribution   et   du   secteur   associatif   “s’engagent  à  former  et  sensibiliser  les  acteurs  de  leurs  chaînes  respectives  ;  c’est  à  dire  mettre  en  place   des  filières  de  récupération  des  invendus  même  au  niveau  de  la  production  agricole  ;  à  adapter  la  taille   des  portions  (industries)  et  à  faciliter  le  don  alimentaire  des  entreprises.”   Ce   plan   anti   gaspi,   concerne   non   seulement   les   entreprises   mais   également   L’Etat   qui   va   inclure   des   clauses  anti-­‐gaspi  dans  les  marchés  publics  de  la  restauration  collective  d’ici  à  2014  en  veillant  à  surveiller   la  taille  des  portions  selon  l'appétit  des  convives.  Ces  exigences  seront  notamment  intégrées  dans  les   formations  professionnelles  –  lycées  agricoles  dès  la  prochaine  rentrée  puis  les  écoles  hôtelières.   Plus  globalement  on  comprend  que  la  France  voit  plus  loin  en  répondant  à  une  volonté  d’agir  des  Nations   Unis  sur  le  gaspillage  dans  le  monde  qui  s'élève  à  1,3  milliards  de  tonnes  de  nourritures  par  an  et  plus   particulièrement  dans  les  pays  industrialisées  où  près  de  la  moitié  de  la  nourriture  est  gâchée,  jetée  alors   qu’elle  est  encore  consommable.       Les  actions  réalisées     } Etude  quantitative  auprès  de  consommateurs       La  première  partie  de  notre  projet  a  été  de  réaliser  une  étude  quantitative  auprès  de  consommateurs  :   nous  avons  conçu  un  questionnaire  qui  a  été  administré  via  les  réseaux  sociaux  auprès  de  plus  de  150   personnes.   Ce   questionnaire   nous   a   permis   en   amont   de   mesurer   concrètement   les   freins   et   leviers   généraux  présents  du  côté  consommateur  et  d’évaluer  pourquoi  le  concept  n’a  pas  encore  été  intégré  en   France.  De  cette  étude  sont  ressortis  les  principaux  freins  :  les  consommateurs  ont  honte.  Sur  93%  de   consommateurs  qui  disent  connaître  le  concept,  84%  considèrent  qu’il  revêt  un  aspect  négatif.  Passer   pour  un  rat,  malpoli,  radin…  Autant  de  mots  péjoratifs  pour  qualifier  la  pratique  qui  semble  faire  face  à  de   vraies  difficultés  d’implantation  dans  les  mentalités  françaises  pour  le  moment.  Plus  étonnant  encore  :   seulement  46%  des  répondants  se  considèrent  à  l’aise  pour  demander  à  un  restaurateur  d’emporter  leurs   restes,   tandis   que   94%   apprécieraient   que   l’initiative   vienne   du   restaurateur.   De   plus,   on   relève   que   beaucoup   de   consommateurs   associent     l’absence   de   cette   pratique   au   côté   culturel   de   la   société   française  :  au  pays  de  la  gastronomie,  demander  ses  restes  n’est  pas  bien  vu,  il  s’agit  d’une  question  de   tradition.     } Etude  qualitative  auprès  de  restaurateurs     Nous  nous  sommes  donc  rendues  compte  que  les  freins  du  consommateur  concernaient  principalement   la  réaction  que  pourraient  avoir  les  restaurateurs  face  à  cette  requête.  La  deuxième  partie  de  notre  étude   a  donc  été  d’aller  interroger  des  restaurateurs  sur  leur  vision  de  la  pratique  du  Doggy  bag.  Des  entretiens   qualitatifs  nous  ont  permis  de  remarquer  que  les  restaurateurs  n’étaient  pas  réticents  au  concept  mais   qu’ils  éprouvaient  une  certaine  peur  relative  principalement  à  la  législation.  De  plus,  comme  les  clients  ne  
  7. 7. 7   leur  demandent  pas  d’emporter  leurs  restes,  ils  avouent  que  proposer  des  Doggy  bags  ne  leur  a  jamais   vraiment  traversé  l’esprit.  Même  si  tous  déclarent  qu’ils  seraient  enclins  à  s’engager  sur  cette  voie,  ils   émettent  néanmoins  des  doutes  sur  le  fait  de  pouvoir  implanter  cette  pratique  en  France.     } Création  d’un  macaron       Pour  concrètement  lever  les  freins  relatifs  à  la  pratique  du  Doggy  bag  nous  avons  donc  conclu  qu’il  fallait   dédramatiser   la   chose   et   proposer   une   sensibilisation   du   concept   axée   sur   l’humour.   Avec   l’aide   d’un   graphiste,  nous  avons  conçu  un  macaron  qui  serait  le  symbole  du  mouvement  pour  une  démocratisation   du   Doggy   bag.   Ce   macaron   serait   apposé   sur   les   vitrines   des   restaurants   partenaires   adhérents   du   concept  et  permettrait  de  signaler  aux  consommateurs  qu’ils  peuvent,    dans  ce  restaurant,  demander  à   emporter  leurs  restes.     } Proposition  de  spot  publicitaire     Afin   de   valoriser   la   pratique,   nous   avons   monté   une   vidéo   prototype   pour   montrer   l’esprit   qu’adopte   notre  démarche.  Des  spots  humoristiques  participent  à  dédramatiser  le  concept  du  Doggy  bag  :  non  il  ne   s’agit   pas   d’une   requête   honteuse,   finalement   elle   pourrait   même   devenir   partie   intégrante   de   l’offre   commerciale.  Les  spots  créés  sur  le  long  terme  pourraient  être  diffusés  dans  des  médias  locaux  afin  de   valoriser  la  démarche  des  restaurants  partenaires  de  la  ville  de  Nantes.       Les  actions  à  réaliser  dans  le  futur   En  association  avec  les  actions  que  nous  avons  déjà  mises  en  oeuvre,  nous  avons  songé  à  une  déclinaison   d’opérations  (événementiel,  promotion,  création)  à  mettre  en  place  afin  de  favoriser  l’introduction  du   Doggy  Bag  à  Nantes.     } Doggy  Bag  Day     Afin  de  commencer  notre  étape  de  sensibilisation  vis-­‐à-­‐vis  du  grand  public,  nous  souhaitons  organiser   une  opération  sur  plusieurs  mois,  afin  de  démocratiser  cette  pratique.  Pour  cela,  nous  avons  fait  le  choix   de  nous  greffer  au  Voyage  à  Nantes,  afin  d’organiser  une  opération  spéciale  avec  La  Cantine  du  Voyage.  Il   nous  semble  plus  facile  d’intégrer  un  événement  existant  et  reconnu,  que  de  créer  de  toute  pièce  une   journée  dédiée  au  Doggy  Bag.   Déroulement  de  l’opération  :   Durant  les  2  mois  du  Voyage  à  Nantes,  nous  voulons  mettre  à  disposition  des  clients  de  La  Cantine  du   Voyage,  des  boites  dans  lesquelles  ils  pourront  rapporter  la  fin  de  leur  repas.  Ces  boites  seront  proposées   lors  de  la  prise  de  commande  des  consommateurs.  Nous  favoriserons  la  mise  en  place  de  cette  opération   à  La  Cantine,  à  l’aide  d’affiches  mettant  en  scène  la  phrase  de  notre  macaron  «    Pas  fini,  pas  de  gâchis  »,  
  8. 8. 8   et  de  situations  comiques.  Ainsi,  le  client  sera  amusé,  et  interpellé,  ce  qui  suscitera  sa  curiosité,  et  son   envie  d’essayer  ce  nouveau  concept.   Nous  comptons  également  sur  la  renommée  du  Voyage  à  Nantes  et  du  bouche  à  oreille,  afin  de  favoriser   la  «  percée  »  de  notre  opération  Doggy  Bag  Day.     Objectif   :  Créer  un  événement  fort  et  en  continu  (2  mois),  qui  permettra  une  première  sensibilisation   pour  le  consommateur.  De  plus,  cette  opération  n’engendre  pas  un  coût  supplémentaire  pour  le  client,  ce   qui  favorisera  l’image  positive  que  renverra  le  Doggy  Bag.       } Partenariat  avec  la  ville  de  Nantes     La  principale  problématique  concernant  le  Doggy  Bag,  rencontrée  par  les  restaurateurs  est  :  Où  peut-­‐on   trouver  un  budget  pour  acheter  les  boites  ?   Nous  avons  pensé  à  une  alternative  grâce  au  co-­‐financement  de  l’achat  de  cette  boite  à  la  fois  par  la  ville   de  Nantes,  et  les  restaurateurs.    En  effet,  dans  la  lignée  de  Nantes  Capitale  Verte  en  2013,  il  s’agit  d’un   atout  pour  Nantes  Métropole  de  promouvoir  une  telle  opération  écologique  et  novatrice.  En  effet,  au  vu   de   l’aspect   nouveau   du   Doggy   Bag,   Nantes   pourrait   être   assimilée   à   une   ville   pionnière,   créatrice,   soucieuse   de   l’environnement.   Ainsi,   une   large   partie   de   ces   boites   serait   financée   par   la   ville,   permettant  aux  restaurateurs  une  implication  peu  coûteuse     Objectif  :  Réduire  les  coûts  de  l’introduction  du  Doggy  Bag  à  Nantes,  tout  en  associant  la  ville  de  Nantes  à   une  action  écologique,  et  ainsi  associer  la  réputation  de  Nantes  au  Doggy  Bag.     } Création  des  Doggy’s  Boites     Conscientes   de   l’importance   du     design   des   boites,   nous   voulons   effectuer   un   partenariat   avec   Lisaa     (L’institut  supérieur  des  arts  appliqués),  afin  que  l’école  créée  des  visuels  différents  pour  les  boites.  Le  but   étant  de  générer  des  collections  capsules  en  édition  limitée,  afin  de  favoriser  l’envie  d’utiliser  ces  boites   originales.   De   plus,   ces   boites   seront   conçues   et   fabriquées   par   une   entreprise   française   afin   de   consolider   le   Made   In   France.   Entièrement   recyclables   et   réutilisables,   ces   boites   permettront   à   leurs   utilisateurs  de  les  transporter  facilement  grâce  à  leur  praticité.   Objectif   :   Favoriser  l’attrait  du  Doggy  Bag  pour  les  futurs-­‐utilisateurs,  en  créant  un  univers  esthétique   autour  des  boites.  Montrer  qu’un  doggy  Bag  peut  être  utile  et  design.   } Recruter  un  ambassadeur  connu  et  reconnu  des  nantais   Un  des  principaux  enjeux  de  l’introduction  du  Doggy  Bag  à  Nantes,  est  le  recrutement    d’une  icône,  d’un   chef  à  qui  les  utilisateurs  pourraient  rattacher  la  pratique  économique  et  écologique  du  Doggy  Bag.    Nous   avons  identifié  plusieurs  chefs  qui  pourraient  incarner  au  niveau  régional,  l’image  du  Doggy  Bag  :    
  9. 9. 9   • Pascal  Favre  d’Anne,  chef  une  étoile         • Eric   Guérin,   chef   étoilé   de   la   Mare   aux   Oiseaux     • Nicolas   Guiet,   ancien   second   de   Patrick   Guérin,   il   ouvre   son   restaurant   l’U.N.I,   primé  par  le  guide  des  Tables  de  Nantes       Objectif  :  Assimiler  le  Doggy  Bag  à  un  chef  gastronomique,  afin  de  démontrer  que  le  doggy  n’est  pas  une   pratique  isolée  et  ringarde.    
  10. 10. 10   Conclusion     Dans  le  cadre  du  projet  transition  positive,  notre  désir  de  déployer  le  concept  du  doggy  bag  s’ancre  dans   une  logique  de  mise  en  application  concrète  et  facilement  réalisable,  à  moyen  terme  et  à  coûts  mesurés.     Il  s’agit  en  effet  de  parvenir  à  faire  évoluer  la  conception  et  l’image  même  du  doggy  bag;  c’est  un  travail   sur  les  mentalités  que  nous  voulons  opérer,  avant  même  de  viser  à  la  production  de  nouveaux  moyens   pour  lutter  contre  le  gaspillage  alimentaire.  Nous  projetons  ici  d’atteindre  une  plus  grande  sensibilisation   et  compréhension  du  concept  afin  qu’il  puisse  être  adopté  et  employé  à  bon  escient.     Ceci  passe  tout  d’abord  par  une  phase  d’information  adaptée  aux  différents  profils  ciblés,  qui  sont  les   consommateurs  et  les  restaurateurs.  Bien  que  pour  des  raisons  culturelles  différant  de  celles  des  Etats-­‐ Unis,  (par  exemple  la  quantité  gigantesque  des  portions  servies  dans  les  restaurants  outre-­‐atlantique  est   plus  propice  à  l’usage  des  doggy  bag  au  vu  de  la  fréquence  des  assiettes  non  terminées),  nous  savons  qu’il   sera  difficile  de  hisser  le  concept  du  doggy  bag  au  niveau  d’automatisme.  Il  s’agit  donc  principalement  de   convaincre  sur  la  pertinence  du  concept  en  termes  de  gaspillage  alimentaire  et  de  rappeler  que  le  doggy   bag  est  dans  ce  cas  une  possibilité  facilement  réalisable  et  ne  demandant  aucun  engagement  ou  coûts   préalables  de  la  part  du  consommateur.   C’est  donc  à  travers  une  combinaison  d’opérations  dont  les  objectifs  regrouperont  la  mise  en  valeur  du   doggy  bag  ainsi  que  la  petitesse  de  ses  coûts  parallèlement  à  sa  valeur  ajoutée  en  termes  de  retombées   comportementales,  que  nous  souhaitons  déployer  l’usage  du  concept  à  Nantes.            
  11. 11. 11     Annexes   Annexe  1  -­‐  Questionnaire  restaurateurs         1. Que  pensez-­‐vous  du  gaspillage  alimentaire  en  restauration  ?   2. Vous  arrive  t’il  de  donner  des  restes  ?   3. Pensez-­‐vous  que  l’on  peut  faire  quelque  chose  pour  pallier  ce  problème  ?   4. Que  connaissez-­‐vous  du  concept  du  Doggy  Bag  ?   5. Le  nom  est-­‐il  rédhibitoire  selon  vous  ?   6. Pourquoi  selon  vous  cette  démarche  n’est-­‐elle  pas  pratiquée  en  France  ?   7. Adopteriez-­‐vous  la  démarche  de  mettre  en  place  les  Doggy  Bags  ?   8. Si  non,  qu’est-­‐ce  qui  vous  freine  ?   9. Pensez-­‐vous  qu’il  y  a  une  contrainte  légale  face  au  Doggy  Bag  en  France  ?   10. En  tant  que  client,  demanderiez-­‐vous  un  doggy  bag  ?   11. Si  le  fait  de  proposer  un  doggy  bag  faisait  partie  d’une  démarche  associative,  accepteriez-­‐vous  d’en  être   partenaire  ?   12. Si  le  coût  de  l’emballage  était  reversé  à  un  organisme  solidaire,  accepteriez-­‐vous  de  le  payer  ?   13. Vous  a  t’on  déjà  demandé  un  Doggy  Bag  ?  Comment  avez  vous  réagi  ?   14. Faites-­‐vous  partie  d’un  groupe  ou  d’une  association  de  restaurateurs  ?   15. Pensez-­‐vous  qu’une  campagne  de  sensibilisation  serait  utile  ?   16. Accepteriez-­‐vous  si  vous  proposez  des  doggy  bags  de  l’afficher  sur  votre  vitrine  (Macaron  par  exemple)  ?          
  12. 12. 12   Annexe  2  -­‐  Retranscription  entretien  restaurateur     Qu’est  ce  que  vous  pensez  du  gaspillage  alimentaire  en  restauration  ?   Il  y  a  des  normes  d’hygiène  à  respecter  et  ça  on  peut  pas…  Le  gaspillage,  comment  dire.  C’est  plus,    si  il  y  a   des  restes  on  a  pas  le  droit  de  les  garder,  ça  c’est  totalement  interdit,  c’est  totalement  interdit.  Moi  il  me   reste  un  truc,  tout  part  à  la  poubelle.       Vous  personnellement  jetez  vous  beaucoup  de  choses  ?   Tout  ce  qui  reste  en  fin  de  service,  poubelle.  On  n’a  pas  le  droit  de  garder.    Tous  les  plats,  tout  ce  qu’il   reste,  ça  part  à  la  poubelle.  Pour  les  plats  du  jour,  on  fait  un  nombre  de  plats  du  jour,  quand  y’en  a  plus,   y’en  a  plus.       Est  ce  qu’il  vous  arrive  de  donner  des  restes  ?   Non.  Pas  même  aux  serveurs  ou  cuisiniers.       Est  ce  qu’il  vous  penser  qu’il  serait  possible  de  faire  quelque  chose  pour  palier  le  gaspillage  alimentaire   ?   Vous  savez,  même  quand  un  produit  arrive  un  jour  avant  la  date,  il  doit  être  retiré  de  la  circulation.  Il  n’a   même  pas  le  droit  d’être  donné  à  une  association  ou  quoique  ce  soit.  Même  si  la  chaîne  de  froid  est   respectée.  Si  on  le  donne  à  une  personne  ou  à  une  association  et  qu’elle  a  un  problème,  elle  se  retourne   vers  la  personne  qui  l’a  donné.       Une  différence  de  législation  donc  avec  la  vente  à  emporter  ?   La  législation  à  emporter,  tu  peux  rester  plusieurs  jours  avec  le  produit  au  soleil,  c’est  ta  responsabilité.   Quand  les  gens  consomment  sur  place,  un  produit  non  fini  hein,   par  exemple  du  saumon  fumé,  deux   jours  avant  la  date,  ça  part  à  la  poubelle.  Il  doit  être  retiré  de  la  circulation,  même  si  la  chaîne  de  froid  est   respectée,  c’est  comme  ça.  On  n’a  même  pas  le  droit  de  donner  à  une  association,  rien  du  tout.       Qu’est  ce  que  vous  connaissez  du  concept  du  doggy  bag  ?  Le  principe  selon  lequel  quand  les  gens  n’ont   pas  fini  leur  plat,  ils  demandent  à  partir  avec  leur  plat  dans  un  emballage.  
  13. 13. 13   Je  sais  que  ça  se  fait  pour  le  vin,  mais  est  ce  que  les  gens  sont  prêts  à  repartir  avec  leurs  restes  ?  Je  sais   pas.  C’est  peut  être  pas  encore  dans  la  mentalité.  C’est  pas  dans  la  mentalité  des  français.       Cela  vous  est-­‐il  déjà  arrivé  que  des  consommateurs  demandent  à  repartir  avec  la  fin  de  leur  plat  ?   Non  jamais,  jamais.  Ca  fait  25  ans  que  je  suis  ici  et  en  25  ans  pas  une  seule  fois.       Le  nom  doggy  bag  est-­‐il  rédhibitoire  selon  vous  ?   Non  pas  du  tout  mais  pour  moi  ce  n’est  pas  dans  la  mentalité  des  français  d’emmener.       Si  un  jour  un  consommateur  vous  le  demande  ?   Je  le  fais,  je  l’emballe  et  je  lui  donne,  je  m’en  fous  moi.  On  le  met  dans  du  papier  alu,  on  a  des  bacs  de   conservation  mais  moi  ça  n’est  jamais  arrivé.       Si  il  y  avait  la  possibilité  adopteriez  vous  la  démarche  de  mettre  en  place  le  doggy  bag  ?   Oui.     Si   une   partie   du   coût   de   l’emballage   était   reversée   à   un   organisme,   accepteriez   vous   de   reverser   l’argent  à  une  association  ?   Oui.  Ca  se  fait  dans  des  emballages  cartons.  Vous  savez  les  produits  quand  ils  arrivent  on  a  pas  le  droit  de   donner  une  association.  Vous  n’êtes  jamais  allées  voir  sur  le  MIN,  tout  ce  qu’ils  jettent  ?  Allez  y  un  matin,   allez  voir.  Regardez  les  fruits  et  légumes,  il  y  a  eu  un  article  il  y  a  15  jours,  un  primeur  en  fruits  et  légumes   qui  donnait  des  tomates  à  une  association.  Il  a  eu  un  contrôle  de  l’URSAFF,  et  comme  ce  n’était  pas  une   tomate  revendable  et  bien  redressement  fiscal.  Parce  qu’il  a  donné  à  une  association.   Si  le  fait  de  proposer  un  doggy  bag,  vous  accepteriez  d’être  partenaire  ?   Oui,  moi  je  n’ai  rien  contre.  Si  ça  fait  plaisir  au  client.   Avec  vous  déjà  demandé  un  doggy  bag  en  tant  que  client  ?   Non  généralement  je  finis  mon  assiette,  ou  il  ne  reste  presque  rien.  Les  gens  ne  vont  pas  ramener  ça.   Mais  si  par  exemple  quelqu’un  prend  un  plat  et  un  dessert,  et  ne  finit  pas  son  dessert...   Oui,  mais  ça  n’arrive  pas  souvent.  Là,  ça  n’arrive  pas  souvent.  
  14. 14. 14       Est  ce  que  vous  faites  partie  d’un  groupe  ou  d’une  association  de  restaurateurs  ?  Ou  est  ce  que  vous  en   connaissez  ?   Il  y  a  l’association  des  restaurateurs.  L’UMIH  intervient  plus  au  niveau  social.  Au  point  de  vue  juridique,   commission  de  sécurité  etc.   Est  ce  que  vous  pensez  qu’une  campagne  de  sensibilisation  serait  utile  ?   Oui.   Et  est  ce  que  dans  le  cadre  de  cette  campagne  de  sensibilisation,  vous  accepteriez  d’afficher  que  vous   proposez  les  doggy  bag  par  exemple  avec  un  macaron  sur  votre  vitrine  ?   Oui.  Mais  allez  voir  sur  le  Min  tout  ce  qui  est  jeté.  C’est  colossal.  Ca  part  à  la  poubelle,  c’est  détruit,  eau   de  javel  dessus  et  pouf,  terminé.  Rien  qu’au  McDo,  les  hamburgers,  le  produit  il  est  mangeable  mais  ils  le   mettent  dans  des  sacs  poubelles  et  hop  eau  de  javel  dessus.  On  n’a  pas  le  droit,  norme  d’hygiène.  Je  sais   pas  comment  ça  se  passe  dans  les  autres  pays,  hein.  Mais  le  jour  où  vous  avez  un  contrôle  et  que  vous   êtes  justes  en  note,  là  vous  êtes  mal.  C’est  plus  ça,  c’est  plus  dans  la…  Peut  être  que  dans  les  autres  pays   ils  sont  un  peu  plus  ouverts  là  dessus  mais  là…       Annexe  3    -­‐  Retranscription    entretien  Laurent  Calvayrac  fondateur  de  «  Trop  Bon   Pour  Gaspiller  »     C’est  un  bureau  d’étude  qui  a  travaillé  sur  cette  boite,  tout  a  été  étudié  il  ne  faut  pas  qu’elle  soit  trop   grosse,  ni  trop  petite,  faut  qu’elle  puisse  accepter  des  plats  liquides,  qu’elle  puisse  aller  au  four  et  bien  sur   qu’elle  soit  recyclable.  Et  cela  à  un  coût  d’où  la  démarche  sur  KissKissBankBank,  et  au  final  les  résultats  ne   sont  pas  bons,  même  si  nous  sommes  à  15    jours  de  la  collecte.   Se  rapprocher  des  chefs  c’est  une  très  bonne  chose,  nous  faisons  la  même  chose  du  côté  de  la  région   Lyonnaise,  pour  pouvoir  avoir  des  parrains  pour  lancer  la  chose,  car  si  l’élan  vient  d’eux  beaucoup  de   restaurants  traditionnels  suivront  le  pas.  Comme  j’ai  fait  un  sondage  sur  l’emballage  écologoqiue.com,  un   site  que  je  tiens  depuis  3  ans  maintenant  qui  parle,  des  produits  et  solutions  en  matière  d’emballage  eco-­‐ responsable,  j’avais  fait  un  sondage  sur  le  doggy  bag,  et  ce  qui  m’a  amène  à  développer  le  projet,  c’est   que  du  côté  consommateur  la  demande  elle  est  là,  maintenant  il  y  a  des  freins,  alors  le  frein  du  côté   consommateur  c’est  la  gène  voire  la  honte,  de  demander  ça  à  un  restaurant,  c’est  pour  ça  qu’on  voulait   demander  à  une  figure.   Et  du  côté  restaurant  il  n’  y  a  pas  de  contre  indication  juridique,  en  fait  c’est  autorisé  de  pratiquer  le   doggy   bag,   contrairement   à   ce   que   les   restaurateurs   pensent   ;   ils   pensent   que   leur   responsabilité   est  
  15. 15. 15   engagée  à  partir  du  moment  où  il  voit  partir  les  personnes  avec  la  nourriture,  alors  qu’a  partir  du  moment   où   la   nourriture   est   délivrée   au   consommateur   c’est   la   propre   responsabilité   du   consommateur.   C’est   comme  au  macdo,  on  laisse  partir  les  gens  avec  leur  sac,  et  on  ne  sait  pas  quand  ils  le  mangeront  et  c’est   pareil  c’est  de  la  viande  cuite.   J’ai  eu  une  information  ce  matin,  ils  vont  fait  paraitre  un  texte  pour  clarifier  la  situation,  aussi  bien  pour   les  consommateurs  que  pour  les  restaurateurs,  car  il  y  a  beaucoup  de  désinformation  à  ce  sujet,  il  y  a   beaucoup  de  restaurateurs  qui  se  cachent  derrière  ça  pour  ne  pas  être  impliqués,  pour  ne  pas  proposer  le   doggy  bag.   Quel  a  été  le  déclic  pour  monter  votre  entreprise  ?   Il  y  a  le  fameux  sondage  consommateurs  et  avant  j’habitais  en  Amérique  du  nord,  au  canada  et  où  le   doggy   bag   comme   au   USA   est   courant,   et   si   voulez   en   revenant   j’ai   demandé   dans   un   vingtaine   de   restaurants  d’avoir  un  doggy  bag,  ce  qui  fut  une  bonne  expérience  car  j’ai  remarqué  que  dans  80%  des   cas,  le  restaurant  ne  voyait  aucune  objection,  par  contre  ce  que  je  me  suis  rendu  compte  c’est  qu’il  n’était   pas  équipé,  par  exemple  une  fois  sur  Nancy,  j’ai  demandé,  le  serveur  était  embêté,    il  a  demandé  à  sa   patronne,   pour   savoir   si   il   pouvait   le   faire,   sa   patronne   à   dit   oui,   et   là   il   est   revenu   avec   du   papier   aluminium.  C’était  la  même  chose  a  Marseille  c’était  un  contenant  en  plastique  utilisé  pour  les  sauces   dans  le  restaurant.   Donc  voila  la  demande  elle  existe  je  l’ai  vu  via  le  blog,  c’est  plus  un  problème  de  service  de  la  clientèle  on   n’est  pas  assez  dirigé  vers  le  consommateur,  on  impose  souvent  les  choses,  ce  qui  n’est  pas  du  tout  le  cas   aux  USA  ;  ils  vont  tous  faire  pour  satisfaire  leur  business  avant  tout,  en  Europe  et  notamment  en  France   on  a  pas  trop  cette  mentalité,  donc  en  fait,  les  restaurants  se  disent  «  mon  concurrent  ne  le  fait  pas,  on   me  le  demande  que  très  rarement,  donc  pourquoi  je  le  mettrais  en  place  dans  mon  restaurant  ?  »   Il  y  a  aussi  le  fait  que  c’est  un  coût.  Parce  que  l’emballage,    c’est  pas  gratuit  et  la  période  dans  lequel  on   est,  je  pense  que  c’est  d’autant  plus  important  pour  les  restaurateurs  de  mettre  ça  en  place.   Il  y  a  effectivement  une  différence  entre  les  us  et  costumes  des  USA  et  de  l’Europe,  ça  ressort  beaucoup   dans  les  articles  lus  ou  le  questionnaire  quantitatif  ?   Exactement  ça  ne  se  fera  jamais,  c’est  ce  que  Eric  Brunet  m’a  dit  que  RMC,  que  ça  ne  se  fera  jamais  en   France,   pour   diverses   raisons,   qu’ici   on   est   en   France,   dans   le   pays   de   la   gastronomie,   qu’on   avait   la   meilleure  nourriture…  il  avait  beaucoup  d’arguments,  qui  ne  m’ont  pas  convaincu.  Et  pour  avoir  testé  un   restaurant  gastronomique  dans  le  sud  de  la  France,  j’ai  pris  un  menu,  il  y  a  près  du  quart  de  ce  que  j’avais   pris  qui  est  parti  à  la  poubelle,  et  je  ne  parle  pas  de  l’assiette  de  mon  fils  qu’on  a  réussi  à  finir,  et  le  doggy   bag  aurait  été  bien  pratique  dans  ce  type  de  restaurant,  il  y  aura  moins  de  déchet  organique  que  dans  un   restaurant   traditionnel,   mais   rien   que   pour   la   pâtisserie,   j’avais   plus   faim   et   j’aurais   été   content   de   l’emporter  avec  moi.    
  16. 16. 16   On   veut   créer   un   argumentaire   pour   les   restaurateurs,   et   ce   point   serait   pertinent,   d’emmener   son   dessert  ?   Certains  restaurateurs  me  disent  «  dans  mon  restaurant  c’est  pas  la  peine,  les  gens  finissent  leur  assiette   »  mais  ils  ne  se  posent  pas  la  question  de  savoir  pourquoi  ils  finissent  leur  assiette  ?    Moi  j’ai  44  ans  et  j’ai   été   éduqué   avec   la   phrase   «   fini   ton   assiette   »   et   j’ai   gardé   cette   habitude,   quelque   soit   le   type   de   restaurant,    j’ai  tendance  à  finir  mon  assiette,  je  vais  au  delà  de  mon  appétit,  j’ai  même  plus  faim,  et  dans   la  plupart  des  cas  je  serais  content  de  ne  pas  finir  mon  assiette  et  de  pouvoir  emporter  le  reste.   Il  y  a  autre  chose,  pour  lutter  contre  le  gaspillage  alimentaire,  il  y  a  le  problème  de  la  surconsommation  et   du  surpoids,  et  aussi  les  gens  qui  disent  «  j’ai  payé  mon  plat  je  le  fini  ».  Il  faut  leur  dire  qu’il  y  a  une  réelle   demande,  et  que  certains  clients  vont  partir  avec  la  nourriture  qu’on  leur  avait  préparé.   Pouvez-­‐vous  vous  présenter  rapidement,  vous  étiez  dans  le  domaine  de  la  restauration  avant  ou  pas  du   tout  ?   Pas  du  tout  j’ai  étais  15  ans  policier,  j’ai  toujours  été  passionné  par  l’emballage,  j’ai  crée  un  blog  qui  était   bien  consulté  par  les  professionnels  du  secteur  et  je  fais  une  fixation  sur  le  l’emballage  et  le  gaspillage  et   j’arrive  pas  à  comprendre  qu’en  2014  ça  n’existe  pas  en  France,  ni  en  Suisse,  ni  en  Belgique,  c’est  pas  un   problème  français  mais  européen.   En  faisant  la  veille,  on  a  remarqué  ToGoodToWaste   Au  départ  ça  devait  s’appeler  «  J’en  porte  »,  mais  on  avait  peur  que  les  gens  voient  ceci  comme  de  la   vente  à  emporter,  et  j’ai  fait  des  recherches  et  j’ai  vu  que  le  concept  a  été  lancé  avec  l’association  de   restaurateurs  londoniens,  des  grands  chefs  aussi  en  2011.  Ce  que  j’aime  dans  le  nom  c’est  qu’il  y  a  bon   c’est  pas  du  tout  dévalorisant  pour  le  restaurateur,  et  il  y  a  surtout  le  mot  clés  «  gaspiller  »,  il  y  avait  aussi   «  trop  bon  pour  jeter  »  «  trop  bon  pour  la  poubelle  »,  mais  il  avait  le  mot  poubelle  et  en  matière  de   communication  c’est  pas  bon  du  tout  et  jeter,  jeter  des  aliments  ça  n’allait  pas.   Votre  entreprise  est  lancée  depuis  combien  de  temps  ?   J’ai   un   site   qui   s’appelle   l’emballage   vert,   qui   vise   à   la   réduction   des   déchets,   avec   pleins   d’objets   différents  et  on  voudrait  que  la  boite  soit  commercialisée  au  sein  du  site  de  l’emballage  vert.   Pour  l’instant  c’est  un  prototype  c’est  ça  ?   Oui  on  a  approché  des  restaurateurs  mais  pour  l’instant  ils  sont  plus  tentés  de  tester  la  boite  plutôt  que   de  l’acheter,  ils  ne  sont  pas  du  tout  réticents,  depuis  que  j’ai  lancé  la  collecte  sur  kisskissbankbank  j’ai  été   pas  mal  contacté  aussi  par  organismes  de  restauration  collective.   La  collecte  sur  kisskissbankbank  servirait  uniquement  à  produire  la  boite  ?   Oui  il  y  a  beaucoup  de  frais,  il  y  a  beaucoup  de  dépenses,  la  collecte  c’est  uniquement  la  boite  pour  la   faire  découvrir  aux  restaurateurs.  Les  couts  de  production  je  préfère  pas  trop  en  parler,  les  journalistes   ont  mal  interprété  mon  propos  ;  et  les  restaurateurs  ne  vont  pas  comprendre,  il  faut  expliquer  le  prix.    Et  
  17. 17. 17   oui   j’ai   oublié   de   vous   le   dire,   oui   on   pratique   le   doggy   bag   au   USA   et   même   en   France   dans   les   restaurants  étrangers,  asiatique  par  exemple,  mais  c’est  toujours  avec  de  l’aluminium,  du  plastique  et  du   polystyrène,   qui   est   fait   avec   du   pétrole   donc   pas   écologique   du   tout.   Donc   oui   on   lutte   contre   le   gaspillage  alimentaire  mais  on  lutte  pas  contre  la  réduction  des  déchets.  C’est  pourquoi  ça  qu’on  voulait   un  produit  recyclable,  qui  pouvait  recycler  comme  le  carton,  le  cout  est  plus  important  qu’un  emballage   normal  ,  le  cout  est  plus  important  parce  qu’il  est  produit  en  France,  ça  serait  plus  rentable  pour  nous  de   le  faire  produire  dans  les  pays  de  l’est  ou  en  Asie,  mais  en  France  ça  a  des  avantages  car  on  est  à  l’origine   du  projet.   En  matière  d’emballage  vous  n’avez  pas  le  droit  d’utiliser  du  carton  recyclé  dans  la  restauration,  donc   c’est  fait  à  base  de  carton  certifiée  ,  il  y  a  la  possibilité  d’imprimer  notre  logo  sur  la  boite  et  d’autres   textes  avec  des  encres  végétales,  ça  aussi  c’est  possible.   Et  si  on  arrive  a  produire  ce  qu’on  souhaite  en  3  ans,  c'est-­‐à-­‐dire  70  000  boites  ça  reviendra  au  même   pour   le   restaurateurs   qu’un   emballage   en   polystyrène,   donc   le   rapport   qualité   /   prix   serait   bien.   Ils   peuvent  aussi  répercuter  le  prix  de  l’emballage  sur  leurs  menus,  si  ils  rajoutent  30  centimes  à  sont  menu,     si  40  personnes  demandent  sur  le  doggy  bag  sur  un  scénario  de  100  couverts  l’emballage  ne  leur  coûte   rien.   La  collecte  sur  kisskissbankbank  est  mauvaise,  je  trouve  ça  dommage  de  la  part  e  kisskissbankbank  qu’il   n’est  pas  médiatisé  le  concept,  rien  que  sur  leur  slideshow   Vous  avez  été  pas  mal  médiatisé  ?   J’ai  été  contacté  par  Anne  Sophie  Novel,  elle  sortait  une  enquête  sur  le  doggy  bag  et  voulait  parler  de   mon   projet   avant   de   le   lancer,   et   ensuite   ça   a   fait   boule   de   neige.   J’ai   eu   des   gros   médias   qui   m’ont   contacté  mais  ça  n’a  pas  suffit.   Vos  objectifs  à  long  terme  ?   L’objectif  c’est  de  généraliser  cette  pratique  a  travers  un  concept  intelligent,  j’avais  interrogé  des  gens  en   demandant  si  le  cout  du  doggy  bag  était  reversé  à  un  organisme  solidaire,  est-­‐il  prêt  à  payer  et,  oui  ils   étaient  prêts  à  payer,  c’était  700  personnes  interrogées  et  même  certaines  sur  ces  700  étaient  prêtes  à   payer  jusqu'à  1€50,  en  ayant  fait  la  moyenne  je  dirais  que  les  gens  étaient  prêts  à  payer  0.50  centimes   d’euros,  pour  payer  l’emballage.  Donc  il  y  aurait  une  partie  des  bénéfices  reversée  à  des  associations,  je   me  suis  entretenu,  c’est  un  peu  officieux,  avec  l’ANES,  l’association  nationale  des  épiceries  solidaires  qui   serait   l’association   choisie   pour   récupérer   cette   aide.   Eux   ils   ont   un   concept   intéressant,   ils   ont   des   épiceries  solidaires,  c'est-­‐à-­‐dire  qu’ils  vendent  au  plus  démunis,  ça  permet  d’acheter  les  produits  20%  du   prix  normal,  ce  qu’on  pourrait  trouver  chez  carrefour  ou  Leclerc.   Pensez  vous  élargir  votre  domaine  à  la  restauration  professionnelle  ou  collective  ?   Oui   justement   j’ai   eu   une   demande,   d’une   restauration   collective   qui   est   intéressée   de   tester   et   aujourd’hui  on  m’a  parlé  de  Sodexo  aussi  qui  est  un  grand  groupe  de  la  restauration  collective,  qui  veut   lutter   contre   le   gaspillage   alimentaire   et   qui   veut   mettre   un   système   pour   que   leurs   clients   puissent  
  18. 18. 18   repartir   avec   les   restes   de   leur   assiette.   Oui   c’est   un   secteur   qu’on   vise   pas   la   suite.   Il   y   a   plus   de   gaspillage  dans  la  restauration  commerciale,  mais  oui  c’est  vrai  que  la  restauration  collective,  tout  part  à   la  poubelle.  Donc  ça  sera  intéressant  pour  les  personnes  de  voir  le  doggy  bag  apparaitre.       Annexe  4  –  Quelques  données  sur  la  pratique  du  Doggy  Bag     Extrait  d’un  questionnaire  quantitatif  porté  auprès  de  160  personnes.      
  19. 19. 19        
  20. 20. 20         Sources     http://www.atlantico.fr/decryptage/doggy-­‐bag-­‐francais-­‐resistent-­‐aux-­‐tentatives-­‐convertir-­‐jean-­‐pierre-­‐ corbeau-­‐994141.html   http://www.leparisien.fr/societe/les-­‐francais-­‐pas-­‐fans-­‐du-­‐doggy-­‐bag-­‐25-­‐02-­‐2014-­‐3622957.php   http://www.lemonde.fr/vous/article/2014/01/24/je-­‐me-­‐sens-­‐honteuse-­‐de-­‐demander-­‐un-­‐doggy-­‐ bag_4354024_3238.html   http://www.rtl.fr/actualites/info/alimentation/article/le-­‐doggy-­‐bag-­‐arrive-­‐en-­‐france-­‐7769499610   http://www.courantpositif.fr/agroalimentaire-­‐la-­‐france-­‐se-­‐dote-­‐dun-­‐plan-­‐anti-­‐gaspillage/      

×