Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Les comportements d'achats des consommateurs haut-marnais

Les achats restent traditionnellement réalisés en magasin, notamment pour l'alimentaire. Mais les ventes hors magasins occupent une place non négligeable pour certains produits : Internet constitue la principale forme de vente hors magasin pour les livres-jeux-jouets, l'informatique et la TV-Hifi, la vente par correspondance domine quand il s'agit d'achat de vêtements hors magasin.
Globalement, la proximité et le choix sont les deux principaux motifs qui conduisent le consommateur haut-marnais à privilégier un achat plutôt qu'un autre. La proximité prime quand il s'agit des courses de la semaine, du bricolage, de la TV-Hifi et de l'informatique. Le choix est la première raison invoquée quand il s'agit d'achat de vêtements, de chaussures, d'équipement de sport, de mobilier, de décoration et de livres-jeux-jouets.
Les lieux d'achat cités sont avant tout un indicateur du niveau d'équipement commercial et la place du centre-ville, par rapport à l'offre commerciale périphérique, n'est pas identique d'un produit à un autre (par exemple, que ce soit à Langres, Chaumont ou Saint-Dizier, la fréquentation du centre-ville reste importante pour l'achat de vêtements).
L'évasion commerciale n'est pas non plus uniforme sur le département, elle est plus marquée dans les bassins de vie limitrophes, proches de pôles commerciaux des départements voisins.

  • Login to see the comments

  • Be the first to like this

Les comportements d'achats des consommateurs haut-marnais

  1. 1. L’ bservatoire de la Consommationde la Haute-Marne Etude de la consommation des ménages Haute-Marne
  2. 2. Situé au sud de la région Champagne-Ardenne, le département de la Haute-marne de type rural compte 15 pôles commerciaux de différentes importances, répartis du nord au sud : Saint-Dizier, Montier-en-Der, Wassy, Joinville, Rimaucourt, Bologne, Chaumont, Nogent, Chateauvillain, Val-de-Meuse, Bourbonne-les-Bains, Langres - Saints-Geosmes, Fayl-Billot, Chalindrey et Longeau- Percey. Parmi ces 15 pôles commerciaux, 3 pôles sont de type centre- urbain : Saint-Dizier, Chaumont et Langres. LOCALISATION STRUCTURE ET ÉVOLUTION DU NOMBRE DE MÉNAGES SUR LE DEPARTEMENT Evolution du nombre de ménages entre 1999 et 2009 Structure des ménages entre 1999 et 2009 Comme en région mais dans une moindre proportion, le nombre de ménages haut-marnais a augmenté durant la période 1999-2009. Alors que la population des ménages reste stable en région, elle diminue de près de 6% sur le département. L’augmentation du nombre de ménages sur la période 1999-2009 est due à l’accroissement des ménages d’une personne et des couples sans enfants. Source : Insee, Recensements de la population exploitation complémentaire 2009, 1999 Source : Insee, Recensements de la population exploitation complémentaire 2009, 1999 Evolution de la population des ménages entre 1999 et 2009 Source : Insee, Recensements de la population exploitation complémentaire 2009, 1999 Région 1999 : 539 949 2009 : 582 767 Département 1999 : 79 058 2009 : 81 694 +3,3% +7,9% Région 1999 : 1 312 306 2009 : 1 305 864 Département 1999 : 191 485 2009 : 180 154 -5,9% -0,5% 2 29,2% 34,0% 28,5%30,2% 33,2% 26,1% 7,6%7,8% 1,5%1,9% Personnes seules Ménages Couple sans enfants Ménages Couple avec enfants Ménages Famille monoparentale Ménages Autres RP 2009 RP 1999 Etude de la consommation des ménages sur la Haute-Marne
  3. 3. PROFIL DES MÉNAGES RÉSIDANT SUR LE DEPARTEMENT Age et catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence Source : Insee, Recensements de la population exploitation complémentaire 2009 Le poid des ménages dont la personne de référence est agée de 65 ans et plus est plus important dans le département qu’en région. Cette caractéristique trouve son prolongement au niveau des catégories socio- professionnelles, avec une surreprésentation dans le département des ménages dont la personne de référence est inactive. Revenu fiscal moyen mensuel par foyer en 2010 Source : DGFiP, impôt sur le revenu 2011 Le revenu fiscal moyen mensuel par foyer en Haute-Marne qui s’élèveà1655eurosestinférieur à la moyenne régionale de près de 200 euros. Haute-Marne : 1 655 € Champagne-Ardenne : 1 838 € INDICE DE DISPARITÉS DE CONSOMMATION PAR FAMILLE DE PRODUITS Indice de disparité de consommation Source : ACFCI, IDC 2010, traitement Observatoire Economique de la Haute-Marne Les ménages de Haute-Marne, consomment moins que la moyenne des ménages français, notamment pour les achats non-alimentaires (-14,4 points par rapport à l’indice national). Au global, l’IDC du département est de 93,1, soit 6,9 points de moins que l’indice national (100,0). L’indice de disparité des dépenses de consommation, (abrégé IDC) est un indice calculé par l’ACFCI qui permet de corriger une moyenne de consommation nationale d’un produit afin de tenir compte des disparités sociales et régionales. Un indice supérieur à 100 signifie que la zone définie est plus consommatrice d’un produit que la moyenne nationale. Près de la moitié des ménages est composée d’au moins deux personnes. Par rapport à la région, la répartition par taille des ménages est sensiblement équivalente. Toutefois, les ménages de 4 personnes et plus sont légèrement sous réprésentés dans le département. Taille des ménages Source : Insee, Recensements de la population exploitation complémentaire 2009 3 65 ans et plus De 40 à 64 ans Moins de 40 ans 26,3% 28,2% 45,5% 30,7% 23,5% 45,7% CSP+ CSP- Inactif 13,6% 40,8% 45,7% 11,5% 44,6% 43,9% 34,0% 33,9% 49,6% 16,4% 17,6% Une personne 2 à 3 personnes 4 personnes ou plus 48,5% 100,097,6 100,0 100,0 93,1 Alimentaire Non-alimentaire Total 85,6 Haute-Marne Champagne-Ardenne Haute-Marne France Haute-Marne Champagne-Ardenne Les CSP+ regroupent les agriculteurs exploitants, les chefs d’entreprises, les artisans et commerçants, les cadres et les professions intellectuelles supérieures. Les CSP - : les professions intermédiaires, les employés et ouvriers. Etude de la consommation des ménages sur la Haute-Marne des ménages
  4. 4. FLUX ET ÉVASION COMMERCIALE TOUTES FAMILLES DE PRODUITS CONFONDUES Principaux lieux d’achats en magasin Rétention et évasion commerciales estimées sur le bassin de vie Source : Enquête consommateur 2012, Traitement Observatoire Economique de la Haute-Marne Source : Enquête consommateur 2012, Traitement Observatoire Economique de la Haute-Marne Source : Enquête consommateur 2012, Traitement Observatoire Economique de la Haute-Marne Toutes familles de produits confondues, le département retient près de 9 dépenses sur 10 (88%). L’évasion hors du département représente 8% des dépenses réalisées principalement dans les départements des régions voisines. Les dépenses hors magasins s’élèvent à 5%. 87,7% Rétention dans le département 7,7% Evasion hors du département 4,6% Hors magasin 100 % Dépenses commercialisables Lieux de consommation % des dépenses réalisées Saint-Dizier 27,0% Chaumont 22,7% Langres – Saint-Geosmes 13,9% Joinville 6,1% Autres lieux 30,2% Ensemble 100,0 % 4 TOUTES FAMILLES DE PRODUITS CONFONDUES Etude de la consommation des ménages sur la Haute-Marne du département La majorité des dépenses pour les produits étudiés se concentre sur le pôle de Saint-Dizier (27%), puis Chaumont (23%), Langres (14%) et Joinville (6%). Près d’un tiers des achats sont éffectués soit dans d’autres communes du département (22%) soit hors du département (8%).
  5. 5. FLUX ET ÉVASION COMMERCIALE DES CONSOMMATIONS Principaux lieux d’achats en magasin Rétention et évasion commerciales estimées sur le bassin de vie Source : Enquête consommateur 2012, Traitement Observatoire Economique de la Haute-Marne Source : Enquête consommateur 2012, Traitement Observatoire Economique de la Haute-Marne Source : Enquête consommateur 2012, Traitement Observatoire Economique de la Haute-Marne Près de 95% des dépenses alimentaires sont éffecuées dans le département. Dans ce secteur de consommation, l’évasion est limitée (5%) et peu d’achats se font hors magasin. Les achats alimentaires en magasin confirment le poid respectif des différents pôles avec cependant un léger retrait pour Saint-Dizier (24%). Langres, Chaumont et Saint-Dizier concentrent plus de 60% des dépenses alimentaires. Suivent des pôles de consommation de taille plus petite que sont Joinville (7%) et Nogent (3%). Les autres communes du département captent ensemble 26% des dépenses et 4% reviennent à des communes situées dans les départements limitrophes. 94,6% Rétention dans le bassin de vie 4,3% Evasion hors du département 1,1% Hors magasin 100 % Dépenses commercialisables Lieux de consommation % des dépenses réalisées Saint-Dizier 23,5% Chaumont 21,7% Langres – Saint-Geosmes 13,4% Joinville 7,4% Nogent 3,3% Autres lieux 30,7% Ensemble 100,0 % ALIMENTAIRES 5 Etude de la consommation des ménages sur la Haute-Marne
  6. 6. Principaux lieux d’achats en magasin Rétention et évasion commerciales estimées sur le bassin de vie Source : Enquête consommateur 2012, Traitement Observatoire Economique de la Haute-Marne Source : Enquête consommateur 2012, Traitement Observatoire Economique de la Haute-Marne Source : Enquête consommateur 2012, Traitement Observatoire Economique de la Haute-Marne Le pôle de Saint-Dizier draine 34% des dépenses non-alimentaires, loin devant Chaumont (25%) et Langres (15%). Dijon (6%) est le quatrième lieu d’achats fréquenté par les hauts-marnais, suivi du pôle commercial de Joinville (4%). Les autres communes du département totalisent 6% des dépenses. Troyes ainsi que Neufchâteau ont un impact équivalent avec 2% des dépenses. 3/4 des dépenses non- alimentaires sont réalisées dans le département. 74,8% Rétention dans le département 14,1% Evasion hors du département 11,1% Hors magasin 100 % Dépenses commercialisables Lieux de consommation % des dépenses réalisées Saint-Dizier 34,2% Chaumont 24,9% Langres – Saint-Geosmes 14,9% Dijon 5,5% Joinville 3,6% Autres lieux 16,9% Ensemble 100,0 % FLUX ET ÉVASION COMMERCIALE DES CONSOMMATIONS L’évasion hors du département représente seulement 14% des dépenses et la vente hors magasin 11%, dont 6% réalisés sur Internet et 3% en vente par correspondance. NON ALIMENTAIRES 6 Rappel méthodologique : Les données concernant les comportements d’achats des ménages sont issues de l’enquête quantitative menée octobre- novembre 2012 auprès de 800 ménages. Les ménages étaient interrogés sur leurs derniers actes d’achats. Les résultats ont été consolidés à partir des dépenses commercialisables et des indices de disparité de consommation publiés par l’ACFCI. Initialement, l’enquête a porté sur l’étude de 10 familles de produits : - Alimentation, - Mobiliers, - Matériel de bricolage, - Petit mobilier – décoration, - Vêtements, - Télé-hifi-électroménager, - Chaussures, - Livres-jeux-jouets, - Équipement de sport, - Informatique. Etude de la consommation des ménages sur la Haute-Marne

×