Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Webinaire : GRADE

98 views

Published on

Le cadre de référence GRADE : évaluer la qualité des données probantes et la force des recommandations

Le cadre de référence GRADE (Grading of Recommendations Assessment, Development and Evaluation) note la qualité (c.-à-d. le degré de confiance ou de certitude) des données probantes et la force des recommandations des revues systématiques et des guides de pratique clinique. Le système GRADE classe la qualité des données probantes et leur attribue un classement global pouvant être « données probantes de très faible qualité », « données probantes de faible qualité », « données probantes de qualité moyenne » ou « données probantes de haute qualité ». Le classement de la qualité des données probantes dépend d’une synthèse de différents facteurs.

Comment le cadre GRADE peut-il vous aider?

La méthode GRADE est utile lorsqu’on répond à des questions qui portent sur des interventions, ainsi que lorsqu’il faut prendre des décisions fondées sur des données probantes et émettre des recommandations. Élaborée à l’origine pour les interventions cliniques, la méthode GRADE vise à évaluer la qualité des données probantes des essais contrôlés randomisés et des études observationnelles. Un outil d’évaluation standard peut servir à déterminer le risque de biais dans les études individuelles colligées dans une revue systématique. Toutefois, le système GRADE juge la qualité d’un ensemble de données probantes et non d’études individuelles.

Cliquez ici pour accéder au cadre de référence GRADE : http://www.nccmt.ca/fr/referentiels-de-connaissances/interrogez-le-registre/304

Le Centre de collaboration nationale des méthodes et outils est financé par l’Agence de la santé publique du Canada et affilié à l’Université McMaster. Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.

Le CCNMO est l’un des six centres de collaboration nationale en santé publique au Canada. Les Centres encouragent et améliorent l’utilisation des connaissances provenant de la recherche scientifique et des autres savoirs afin de renforcer la pratique et les politiques de santé publique au Canada.

Published in: Education
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Webinaire : GRADE

  1. 1. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo 1 Présentateurs : Gordon Guyatt, M.D., M. Sc., FRCP, O.C. Sarah McDowell, Ph. D 22 mars 2018, 13 h à 14 h 30 (HAE) Financé par l’Agence de la santé publique du Canada | Affilié à l’Université McMaster Le développement de cette présentation a été rendue possible grâce à une contribution financière de l'Agence de la santé publique du Canada. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement celles de l’Agence de la santé publique du Canada. GRADE (Grading of Recommendations Assessment, Development and Evaluation)
  2. 2. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo 2 Utilisez Chat pour partager vos questions et commentaires pendant le webinaire. • « Envoyez » les questions à tous (et non en privé à l’animatrice) Problèmes de connexion • Connexion à Internet filée (et non sans fil) recommandée • Ligne d’aide WebEx offerte 24 heures sur 24, sept jours sur sept • 1-866-229-3239 Gestion interne Panneau latéral du participant dans WebEx Chat
  3. 3. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo 3 Après aujourd’hui La présentation PowerPoint (en anglais et en français) et l’enregistrement audio en anglais seront offerts. Ces ressources pourront être consultées à : http://www.nccmt.ca/fr/perfectionnement- professionnel/webinaires-precedents
  4. 4. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo 4 Question no 1 Combien de personnes regardent la séance d’aujourd’hui avec vous? A. Il n’y a que moi B. De 1 à 3 C. De 4 à 5 D. De 6 à 10 E. Plus de 10
  5. 5. 5 GRADE http://www.nccmt.ca/fr/referentiels-de- connaissances/interrogez-le-registre/304
  6. 6. CCN des maladies infectieusesWi nnipeg, MB CCN des méthodes et outils Hamilton, ON CCN sur les politiques publiques et la santé Montréal, QC CCN des déterminants de la santé Antigonish, NS CCN de la santé autochtone Prince George, BC CCN en santé environnement ale Vancouver, BC 6
  7. 7. Registre des méthodes et des outils Possibilités d’apprentissage en ligne AteliersMultimédia Public Health+ Réseautage et relations externes Produits et services du CCNMO 7
  8. 8. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo 8 Question no 2 Dans quelle mesure connaissez-vous la méthode ou l'outil dont nous discutons aujourd'hui? A. Je ne connais pas la méthode ou l'outil B. J'ai entendu parler de la méthode ou l'outil C. Je utilisé la méthode ou l'outil
  9. 9. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo 9 Conférencièrs Gordon Guyatt, M.D., M. Sc., FRCP, O.C. Professeur émérite, Département des méthodes, des données et de l’impact de la recherche en santé Sarah McDowell, Ph. D. Responsable des études cliniques, Qualité des services de santé Ontario
  10. 10. Gordon Guyatt Université McMaster
  11. 11.  GRADE : mise en contexte  Deux étapes  confiance dans les estimations  force de la recommandation  Profils de données probantes
  12. 12.  Le groupe a commencé à se réunir en 2000  Premier article décrivant la méthode BMJ 2004  Lignes directrices pour aider les cliniciens à comprendre GRADE  série en six volets dans BMJ 2008  Pour les auteurs de revues systématiques et de lignes directrices  série en 17 volets, 2011 à 2017, J Clinical Epidemiology  2 chapitres dans Cochrane Handbook
  13. 13. >100 organisations ont adopté GRADE
  14. 14. Aucune confiance Confiance totaleÉlevée Modérée Faible Deux éléments Force de la recommandation : solide et faible Très faible
  15. 15.  Au départ, les ECR sont classées selon un niveau de confiance élevé  Au départ, les études observationnelles sont classées selon un niveau de confiance faible  5 limites peuvent réduire la qualité  Risque de biais  Incohérence  Caractère indirect  Imprécision  Biais de publication
  16. 16.  Bien établis  dissimulation  respect du principe de l’intention de traiter  essais à l’insu  exhaustivité du suivi  Plus récents  biais sélectif dans la déclaration des résultats  interruption du traitement en raison d’effets bénéfiques
  17. 17.  Petite taille de l’échantillon  petit nombre d’événements  Intervalles de confiance étendus  incertitude quant à l’ampleur de l’effet  Comment décider ce qui est trop étendu?  Principal critère :  les décisions seraient-elles différentes aux extrêmes de l’IC?
  18. 18. 01,0 %
  19. 19.  Variation dans la taille de l’effet  Chevauchement des intervalles de confiance  Signification statistique de l’hétérogénéité  I2
  20. 20. Pas d’inquiétude 0 % Légère inquiétude Inquiétude modérée Grande inquiétude 100 % Pourquoi grouper?
  21. 21. Learning Programs to Accelerate the BioPharma Transition Risque relatif — IC à 95 % pour la vitamine D Fractures non vertébrales Chapuy et al. (2002) 0,85 (0,64, 1,13) Modèle groupé (méthode à effets aléatoires) 0,82 (0,69 à 0,98) p = 0,05 hétérogénéité, I2 = 53 % Chapuy et al. (1994) 0,79 (0,69, 0,92) Lips et al. (1996) 1,10 (0,87, 1,39) Dawson-Hughes et al. (1997) 0,46 (0,24, 0,88) Pfeifer et al. (2000) 0,48 (0,13, 1,78) Meyer et al. (2002) 0,92 (0,68, 1,24) Trivedi et al. (2003) 0,67 (0,46, 0,99) Privilégie la vitamine D Privilégie le groupe témoin Risque relatif IC à 95 % ' ' ' ' ' ' ' ' 0.1 1
  22. 22. Explications de l’hétérogénéité : où regarder?  Patients  Interventions  Résultats  Méthodologie
  23. 23. Risque relatif — IC à 95 % pour la vitamine D (Fractures non vertébrales, dose >400)
  24. 24. Risque relatif — IC à 95 % pour la vitamine D (Fractures non vertébrales, dose = 400)
  25. 25.  Populations  plus vieilles, plus malades ou comorbidité supérieure  Interventions  warfarine dans les essais vs la pratique clinique  Résultats  résultats importants vs indicateurs de substitution  contrôle du glucose vs événements cardiovasculaires
  26. 26. Alendronate Risedronate Placebo Caractère direct On s’intéresse à A vs B Données disponibles pour A vs C, B vs C
  27. 27.  Une probabilité élevée pourrait réduire la qualité  Quand soupçonner ▪ plusieurs petites études ▪ commanditées par l’industrie
  28. 28.  Une grande ampleur peut faire monter le classement d’un échelon  très grande : deux échelons  Critères courants  tout le monde avait de mauvais résultats  presque tout le monde a de bons résultats  action rapide  Remplacement de la hanche en cas d’arthrose
  29. 29. Critères d’évaluation de la certitude Modèle d’étude Confiance dans les estimations Plus faible si Plus élevée si Essais randomisés Élevée Risque de biais -1 Sérieux -2Très sérieux Incohérence -1 Sérieuse -2Très sérieuse Caractère indirect -1 Sérieux -2Très sérieux Imprécision -1 Sérieux -2Très sérieux Biais de publication -1 Probable -2Très probable Effet important + 1 Important + 1Très important Relation dose-effet +1 Indications quant à l’existence d’un gradient Toutes les variables confusionnelles plausibles +1 Réduiraient un effet démontré ou +1 Indiqueraient un effet erroné quand les résultats ne montrent aucun effet Modérée Études observationnelles Faible Très faible
  30. 30.  La plupart des systèmes utilisent des données probantes au sujet du principal bénéfice seulement  Mais qu’en est-il des autres résultats (effets indésirables)?  Que faire?  Options  tous les ignorer, sauf le principal  le résultat le plus faible  une approche mixte  le résultat critique le plus faible
  31. 31. Évaluation de la qualité Résumé des conclusions Qualité Effet relatif (IC à 95 %) Différence de risque absolu Résultat Nombre de participants (études) Risque de biais Cohérence Caractère direct Précision Biais de publication Infarctus du myocarde 10 125 (9) Aucune limite sérieuse Aucune limite sérieuse Aucune limite sérieuse Aucune limite sérieuse Pas détecté Élevée 0,71 (0,57 à 0,86) 1,5 % de moins (0,7 % de moins à 2,1 % de moins) Mortalité 10 205 (7) Aucune limite sérieuse Aucune limite sérieuse Aucune limite sérieuse Imprécise Pas détecté Modérée 1,23 (0,98 – 1,55) 0,5 % de plus (0,1 % de moins à 1,3 % de plus) AVC 10 889 (5) Aucune limite sérieuse Aucune limite sérieuse Aucune limite sérieuse Limites sérieuses Pas détecté Modérée 1,67 (1,00 – 2,80) 0,3 % de plus (0 de plus à 1,5 % de plus) Les bêtabloquants dans le cas de chirurgies non cardiaques
  32. 32.  Forte recommandation  les avantages l’emportent clairement sur les risques/difficultés/coûts  les risques/difficultés/coûts l’emportent clairement sur les avantages  Qu’est-ce qui peut réduire la force?  Faible confiance dans les estimations  Les effets bénéfiques et indésirables sont presque en équilibre
  33. 33.  Aspirine après un infarctus du myocarde  réduction de 25 % du risque relatif  effets secondaires minimes, coûts minimes  le bénéfice est manifestement beaucoup plus important que le risque/coût  Anticoagulants vs Aspirine pour la fibrillation auriculaire à faible risque  les anticoagulants réduisent les AVC de 50 % vs l’AAS  mais si le risque n’est que de 1 % par année, RRA 0,5 %  augmentation des saignements : 1 % par année
  34. 34. Aspirine après un infarctus du myocarde — oui Warfarine au lieu de l’AAS pour la fibrillation auriculaire -- probablement oui -- probablement non
  35. 35.  Variabilité des préférences des patients  forte, presque tous font le même choix (>90 %)  faible, le choix varie sensiblement  Interaction avec le patient  forte, seulement informer le patient  faible, veiller à ce que le choix reflète les valeurs  Utilisation d’une aide à la décision  forte, ne pas s’en donner la peine; faible, utiliser l’aide  Critère de la qualité des soins  forte, envisager; faible, ne pas envisager
  36. 36.  Les cliniciens et les décideurs politiques ont besoin de résumés  qualité des données probantes  force des recommandations  Règles explicites  transparentes, informatives  GRADE  simple, transparent, systématique  adoption de plus en plus large
  37. 37. GRADE: un point de vue d’utilisateurs Pleins feux sur les méthodes et outils d’application des connaissances 22 MARS 2018 SARAH MCDOWELL QUALITÉ DES SERVICES DE SANTÉ
  38. 38. 39 Plan • Présentation de QSSO et du programme d’évaluation des technologies de la santé (ETS) • Trois exemples d’utilisation de GRADE dans nos ETS
  39. 39. 40 Évaluation des technologies de la santé chez Qualité des services de santé Ontario • QSSO a un mandat défini par la loi qui consiste à faire des recommandations au ministre de la Santé au sujet du financement par les fonds publics des services de soins de santé et des dispositifs médicaux. • Le Comité consultatif ontarien des technologies de la santé (CCOTS) examine les données probantes des ETS et fait des recommandations à QSSO. • Dans les ETS, nous étudions : – les effets cliniques bénéfiques et indésirables; – le rapport qualité-prix et l’accessibilité financière; – les préférences et les valeurs des patients.
  40. 40. 41 Utilisation de GRADE chez Qualité des services de santé Ontario • Utilisé dans le volet sur les données probantes cliniques de l’ETS • Nous utilisons GRADE depuis 2004 • Le CCOTS fait une recommandation « oui/non » et n’évalue pas la force des recommandations
  41. 41. 42 Exemples GRADE
  42. 42. 43 Thrombectomie mécanique pour les patients ayant subi un accident ischémique cérébral aigu Question de recherche • Quels sont les effets cliniques bénéfiques et indésirables d’un traitement endovasculaire par des appareils de thrombectomie mécanique de nouvelle génération (avec ou sans thrombolyse intraveineuse [TIV]) comparativement à la TIV seule (si possible) chez les patients ayant subi un AVC ischémique aigu causé par une occlusion intracrânienne proximale de la circulation antérieure? Résultats • Une revue systématique a recensé 5 ECR (dont la taille variait de 50 à 500 patients)
  43. 43. 44 Thrombectomie mécanique pour les patients ayant subi un accident ischémique cérébral aigu Mortalité Indépendance fonctionnelle
  44. 44. 45 Thrombectomie mécanique pour les patients ayant subi un accident ischémique cérébral aigu Résultat Nbre de participants (études) Effets absolus anticipés (IC à 95 %) Effet relatif (IC à 95 %) Certitude des données probantes (GRADE) Risque avec TIV Différence du risque avec TM Indépendance fonctionnelle N = 1 278 (5 ECR) 264 pour 1 000 +197 pour 1 000 (+139 à +258) RC : 2,39 (1,88 à 3,04) ⊕⊕⊕⊕ ÉLEVÉE Mortalité N = 1 282 (5 ECR) 188 pour 1 000 -32 pour 1 000 (-66 à +11) RC : 0,8 (0,6 à 1,07) ⊕⊕⊕ MODÉRÉE en raison d’imprécision Hémorragie symptomati- que intracérébrale N = 1 286 (5 ECR) 43 pour 1 000 +4 pour 1 000 (-14 à +34) RC : 1,11 (0,66 à 1,87) ⊕⊕⊕ MODÉRÉE en raison d’imprécision TM = thrombectomie mécanique; TIV = thrombolyse intraveineuse
  45. 45. 46 Thrombectomie mécanique pour les patients ayant subi un accident ischémique cérébral aigu Recommandation quant au financement (février 2016) • Qualité des services de santé Ontario, avec les conseils du Comité consultatif ontarien des technologies de la santé, « recommande de financer par les fonds publics les extracteurs de cathéters et les dispositifs de thromboaspiration pour la thrombectomie mécanique chez les patients ayant subi un accident ischémique cérébral aigu, dans des centres d’accident vasculaire cérébral sélectionnésidentifiés par le Réseau ontarien d’accident vasculaire cérébral ». http://www.hqontario.ca/Améliorer-les-soins-grâce-aux-données-probantes/Évaluations- des-technologies-de-la-santé/Examens-et-recommandations/Thrombectomie- mécanique-pour-les-patients-ayant-subi-un-accident-ischémique-cérébral-aigu
  46. 46. 47 Traitement des plaies de pression par stimulation électrique Question de recherche • Chez les adultes ayant des plaies de pression, quels sont les effets cliniques bénéfiques et indésirables de la stimulation électrique jumelée aux soins des plaies standard en comparaison avec les seuls soins des plaies standard? Résultats • Une revue systématique a recensé 9 ECR et 2 études contrôlées non randomisées
  47. 47. 48 Traitement des plaies de pression par stimulation électrique Résultat Nbre de participants (études) Résultats Certitude des données probantes (GRADE) Temps de guérison N = 97 (2 ECR) Pas de différence dans les temps de guérison en comparant la stimulation électrique et les soins standard ⊕⊕ FAIBLE en raison du risque de biais et d’imprécision Complications N = 236 (5 ECR) 3/5 études : événements mineurs rapportés ⊕⊕⊕⊕ ÉLEVÉE Taux relatif de guérison N = 211 (1 ECR, 2 ECNR) 2/3 études révèlent une différence significative en comparant la stimulation électrique et les soins standard ⊕⊕ FAIBLE en raison du risque de biais et du caractère indirect
  48. 48. 49 Traitement des plaies de pression par stimulation électrique Recommandation quant au financement (novembre 2017) • Qualité des services de santé Ontario, avec les conseils du Comité consultatif ontarien des technologies de la santé, « se prononce contre le financement à même les fonds publics du traitement des plaies de pression par stimulation électrique ». http://www.hqontario.ca/Améliorer-les-soins-grâce-aux-données-probantes/Évaluations- des-technologies-de-la-santé/Examens-et-recommandations/traitement-des-plaies-de- pression-par-stimulation-électrique
  49. 49. 50 Système de prothèse rétinienne pour la rétinite pigmentaire avancée Question de recherche • Quels sont les effets cliniques bénéfiques et indésirables du système de prothèse rétinienne Argus II pour traiter des patients n’ayant que peu ou pas de perception de la lumière en raison d’une rétinite pigmentaire avancée? Résultats • Une revue systématique a recensé une étude de cohorte prospective de 30 patients
  50. 50. 51 Système de prothèse rétinienne pour la rétinite pigmentaire avancée Fonction visuelle Résultat Nbre de participants (études) Résultats* Certitude des données probantes (GRADE) Localisation d’un objet N = 30 (1 ECNR) 1 an : 93,8 % 3 ans : 89,3 % 5 ans : 80,9 % ⊕⊕⊕ MODÉRÉE renforcée à cause de la trajectoire sous- jacente de la rétinite pigmentaire (+1) Direction du mouvement N = 30 (1 ECNR) 1 an : 62,5 % 3 ans : 55,6 % 5 ans : 50,0 % ⊕⊕⊕ MODÉRÉE renforcée à cause de la trajectoire sous- jacente de la rétinite pigmentaire (+1) Acuité visuelle par mires N = 30 (1 ECNR) 1 an : 48,2 % 3 ans : 33,3 % 5 ans : 38,1 % ⊕⊕⊕ MODÉRÉE renforcée à cause de la trajectoire sous- jacente de la rétinite pigmentaire (+1) *Résultats = % de patients ayant eu des résultats significativement meilleurs (P<0.05) avec Argus II que sans Argus II.
  51. 51. 52 Système de prothèse rétinienne pour la rétinite pigmentaire avancée Recommandation quant au financement (novembre 2017) • Qualité des services de santé Ontario, avec les conseils du Comité consultatif ontarien des technologies de la santé, « recommande la prise en charge à même les fonds publics du système de prothèse rétinienne pour la rétinite pigmentaire avancée ». http://www.hqontario.ca/Améliorer-les-soins-grâce-aux-données-probantes/Évaluations- des-technologies-de-la-santé/Examens-et-recommandations/système-de-prothèse- rétinienne-pour-la-rétinite-pigmentaire-avancée
  52. 52. 53 Conseils et réflexions d’ordre général • Échangez avec vos collègues au sujet des classements • Engagez le dialogue avec des cliniciens pour comprendre le problème de santé • Le tableau-sommaire des résultats GRADE est utile pour transmettre l’information • Suivez le groupe de travail GRADE
  53. 53. 54 Résumé • GRADE nous offre une approche structurée et systématique permettant d’évaluer et de présenter la qualité de l’ensemble des données probantes. • GRADE génère des informations importantes pour la prise de décision à propos de la certitude de l’efficacité d’un traitement.
  54. 54. 55 Références QSSO : Améliorer les soins grâce aux données probantes http://www.hqontario.ca/Améliorer-les-soins-grâce-aux-données-probantes Thrombectomie mécanique pour les patients ayant subi un accident ischémique cérébral aigu http://www.hqontario.ca/Améliorer-les-soins-grâce-aux-données-probantes/Évaluations-des-technologies-de-la-santé/Examens-et- recommandations/Thrombectomie-mécanique-pour-les-patients-ayant-subi-un-accident-ischémique-cérébral-aigu ETS (en anglais) : http://www.hqontario.ca/Portals/0/Documents/evidence/reports/hta-mechanical-thrombectomy-1602-en.pdf Recommandation (en anglais) : http://www.hqontario.ca/portals/0/documents/evidence/reports/recommendation-mechanical- thrombectomy-1602-en.pdf Système de prothèse rétinienne pour la rétinite pigmentaire avancée http://www.hqontario.ca/Améliorer-les-soins-grâce-aux-données-probantes/Évaluations-des-technologies-de-la-santé/Examens-et- recommandations/système-de-prothèse-rétinienne-pour-la-rétinite-pigmentaire-avancée ETS : http://www.hqontario.ca/Portals/0/documents/evidence/reports/ohtac-recommendations-retinal-prosthesis-1711-fr.pdf Recommandation (en anglais) : http://www.hqontario.ca/Portals/0/documents/evidence/reports/ohtac-recommendations-retinal- prosthesis-1711-en.pdf Traitement des plaies de pression par stimulation électrique http://www.hqontario.ca/Améliorer-les-soins-grâce-aux-données-probantes/Évaluations-des-technologies-de-la-santé/Examens-et- recommandations/traitement-des-plaies-de-pression-par-stimulation-électrique ETS : http://www.hqontario.ca/Portals/0/documents/evidence/reports/ohtac-recommendations-electrical-stimulation-1711-fr.pdf Recommandation (en anglais) : http://www.hqontario.ca/Portals/0/documents/evidence/reports/ohtac-recommendations-electrical- stimulation-1711-en.pdf QSSO (ETS) — Guide des processus et des méthodes : http://www.hqontario.ca/Portals/0/documents/evidence/Quality_Standards_Process_and_Methods_Guide_FR--Oct_2017.pdf
  55. 55. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo 57 Vos commentaires ou questions • Utilisez Chat pour partager vos questions et commentaires. • « Envoyez » les questions à tous (et non en privé à l’animatrice) Panneau latéral du participant dans WebEx Chat
  56. 56. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo 58 Question no 3 Pourrait cette méthode ou outil être utile dans la pratique? A. Énormément B. Quelque peu C. Pas du tout D. Je l’ignore
  57. 57. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo 59 Veuillez prendre quelques minutes pour partager vos idées sur le webinaire d’aujourd’hui. Vos commentaires et vos suggestions permettent d’améliorer les ressources que nous offrons et de planifier d’autres webinaires. Le sondage court se trouve à l’adresse : https://surveys.mcmaster.ca/limesurvey/index.php/ 163839?lang=en Votre rétroaction est importante
  58. 58. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo 60 Question no 4 Quelles étapes suivrez-vous ensuite? (Cochez toutes celles qui s’appliquent.) A. Accéder la méthode ou l’outil dont il est question dans l’exposé. B. Lire le sommaire du CCNMO sur la méthode ou l’outil décrit aujourd’hui. C. Songer à mettre en pratique la méthode ou l’outil. D. Parler de la méthode ou de l’outil à un collègue.
  59. 59. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo Partagez votre histoire! • Utilisez-vous la PDFDP dans vos pratiques? Nous voulons vous entendre! • Écrivez-nous : ccnmo@mcmaster.ca • Avez-vous besoin d’aide relativement à la PDFDP? Demandez-nous du soutien! • Écrivez-nous : ccnmo@mcmaster.ca • Nous répondons habituellement en moins de 24 heures ouvrables. 61
  60. 60. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo Série de webinaires du CCNMO http://www.nccmt.ca/fr/perfectionnement- professionnel/serie-de-webinaires • Pleins feux sur les méthodes et outils • Méthodes et outils thématiques • Club de lecture en ligne • Webinaire entre pairs 62
  61. 61. Follow us @nccmt Suivez-nous @ccnmo Funded by the Public Health Agency of Canada | Affiliated with McMaster University Production of this presentation has been made possible through a financial contribution from the Public Health Agency of Canada. The views expressed here do not necessarily reflect the views of the Public Health Agency of Canada.. Pour plus d'information sur le Centre de collaboration nationale des méthodes et outils (CCNMO) Site du CCNMO : www.nccmt.ca/fr/ Courriel : nccmt@mcmaster.ca Financé par l’Agence de la santé publique du Canada | Affilié à l’Université McMaster Le développement de cette présentation a été rendue possible grâce à une contribution financière de l'Agence de la santé publique du Canada. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement celles de l’Agence de la santé publique du Canada.

×