Successfully reported this slideshow.

Kikk 2011 - De Garamont à Hoefler, une nouvelle typographie pour une nouvelle ère.

10

Share

Loading in …3
×
1 of 59
1 of 59

Kikk 2011 - De Garamont à Hoefler, une nouvelle typographie pour une nouvelle ère.

10

Share

Download to read offline

En rendant plus faciles et immédiates que jamais la publication et la diffusion de connaissances et d'informations, l'avènement du Web et des supports numériques online et offline est une révolution qui a beaucoup en commun avec celle qui secourait l'Europe il y a plus de 500 ans, l'imprimerie. Pourtant, en dépit de possibilités inouïes, ces nouveaux supports souffrent de problèmes de qualité, de crédibilité et d'accessibilité qui nuisent autant à leur expansion qu'aux contenus qu'ils véhiculent. Peut-on, en se tournant vers la Renaissance et l'aventure des premiers typographes, trouver des réponses à ces problématiques contemporaines ?

En rendant plus faciles et immédiates que jamais la publication et la diffusion de connaissances et d'informations, l'avènement du Web et des supports numériques online et offline est une révolution qui a beaucoup en commun avec celle qui secourait l'Europe il y a plus de 500 ans, l'imprimerie. Pourtant, en dépit de possibilités inouïes, ces nouveaux supports souffrent de problèmes de qualité, de crédibilité et d'accessibilité qui nuisent autant à leur expansion qu'aux contenus qu'ils véhiculent. Peut-on, en se tournant vers la Renaissance et l'aventure des premiers typographes, trouver des réponses à ces problématiques contemporaines ?

More Related Content

Related Audiobooks

Free with a 14 day trial from Scribd

See all

Kikk 2011 - De Garamont à Hoefler, une nouvelle typographie pour une nouvelle ère.

  1. 1. Nous vivons une époque formidable.
  2. 2. Nous aimons le Web. Le Web met la connaissance, l’échange, les idées et les petits pandas à portée de tous.
  3. 3. Nous aimons la révolution du numérique. Un nouveau support qui facilite la diffusion, accroît le public accessible et élargit le bassin d’auteurs potentiels.
  4. 4. Univers des contenus longs Le Web est en mesure d’être la Bibliothèque d’Alexandrie mise à la portée de tous, mais il reste des progrès à faire.
  5. 5. Trop jeune pour être sérieux
  6. 6. Trop froid pour émouvoir
  7. 7. Trop moche pour être lisible
  8. 8. Surcharge sur un journal en ligne
  9. 9. Problème de lisibilité sur Wikipédia
  10. 10. Une affaire de perception Amalgame entre support et contenu et contamination réciproque.
  11. 11. Une affaire de sensation Immatériels, les contenus numériques peinent à séduire et à véhiculer une impression de valeur intrinsèque.
  12. 12. “ De la typographie sur le Web ? Une perte de temps. — Mon copain Charles de l’atelier
  13. 13. “ Mais enfin Charles, ressaisis-toi, tu parles comme un moine de 1462, la bière en moins ! — Votre serviteuse
  14. 14. Anoblir le numérique Ces objections sont en partie infondées mais révélatrices : le numérique doit acquérir ses lettres de noblesse.
  15. 15. Il y a 500 ans, en pleine révolution de l’imprimerie…
  16. 16. L’imprimerie Une nouvelle technique qui facilite la diffusion, accroît le public accessible et élargit le bassin d’auteurs potentiels.
  17. 17. Humanisme & Réforme Volonté de mettre le savoir – et les textes religieux – à la portée de tous.
  18. 18. Le livre imprimé est à la fois le véhicule et le fruit d’une volonté de clarté.
  19. 19. Emploi du français Le français remplace le latin comme véhicule du savoir et des idées, et devient langue officielle de l’administration.
  20. 20. Des caractères nouveaux Les graveurs cherchent à anoblir la langue française et à donner à la page imprimée la clarté des idées nouvelles.
  21. 21. Une nouvelle mise en page On abandonne le modèle du manuscrit pour une mise en page en accord avec le support et la technique.
  22. 22. Au début, la Textura
  23. 23. La gothique bâtarde
  24. 24. Le premier romain
  25. 25. Le Garamond
  26. 26. 500 ans plus tard, quelle mission ?
  27. 27. Accessibilité & Standards Mettre les contenus à la portée de tous et œuvrer pour l’universalité du Web en promouvant les standards et les bonnes pratiques.
  28. 28. Aller dans le sens du support L’écran, imprévisible, et la page sans contours se conjuguent pour former un support dont les possibilités doivent être exploitées.
  29. 29. Repenser la typographie Redéfinir les moyens d’atteindre les objectifs de lisibilité, d’intelligili-bilité et d’esthétique pour faciliter la lecture et l’assimilation des contenus.
  30. 30. Rechercher l’excellence Comme il y a la belle édition, le design Web et la typographie numérique peuvent être des artisanats d’art.
  31. 31. Être en phase avec son temps La typographie entretient un rapport étroit avec l’histoire des idées.
  32. 32. Le Didot, caractère de la Révolution française
  33. 33. Le Futura, caractère du Bauhaus
  34. 34.   Le progrès en marche aujourd’hui
  35. 35. Dans les navigateurs Le support de @font-face lève la limite des polices websafe, des propriétés CSS3 comme la gestion de la césure et des colonnes émergent.
  36. 36. Sur les liseuses électroniques Les technologies d’e-ink progressent. Confort de lecture et basse consommation sont de puissants atouts face aux
  37. 37. Du côté des fonderies On numérise et on adapte les polices pour l’écran à l’aide du hinting manuel, véritable travail d’orfèvre au XXI e siècle.
  38. 38. Avant et après hinting (merci Typekit !)
  39. 39. Jonathan Hoefler déclenchant l’hystérie lors de la Ampersand Conference.
  40. 40. Spécialisation des métiers Le Web s’est professionnalisé, les différentes disciplines sont approfondies et le niveau de compétence augmente.
  41. 41. La collection A Book Apart
  42. 42. Le tournant du design réactif On cesse progressivement d’aller contre le support : la page Web est mouvante, le texte numérique est flexible, exploitons ces atouts.
  43. 43. Les 3 états de Sweet Hat Club
  44. 44. Jeunesse du support et grands travaux
  45. 45. L’inégalité par le navigateur L’expérience Web peut varier considérablement d’un navigateur à l’autre. Beaucoup de techniques utiles restent encore expérimentales.
  46. 46. Accessibilité & universalité Parce qu’il lève les barrières du temps et de l’espace, le Web a vocation à être accessible à tous. L’accessibilité n’est pas un plus, c’est une priorité.
  47. 47. Une typographie solide C’est le visage du contenu. Elle doit faciliter la lecture et minimiser la fatigue, mettre en évidence la hiérarchie de l’information pour en faciliter la compréhension.
  48. 48. Blog de Mounir Lamouri
  49. 49. La clarté et la rigueur de la mise en page confèrent intelligibilité et crédibilité au contenu. Les choix esthétiques contribuent à renforcer le message et à donner une impression de qualité.
  50. 50. StudioCE.de
  51. 51. Le livre numérique à inventer Interactivité, multimédia, éco- systèmes, enrichissement… Le livre numérique doit fonder sa légitimité sur sa spécificité et sa valeur ajoutée.
  52. 52. Voir à long terme Produire des designs durables implique de garder du recul face à toutes les nouveautés et de privilégier les technologies ouvertes et les standards.
  53. 53. Lâcher prise Il y aura toujours une minorité de beaux sites pour un océan de pages affreuses. L’important est que les sites utiles soient bien conçus.
  54. 54. La tâche est immense mais les outils et les bonnes volontés sont là. Le texte numérique atteindra la maturité plus tôt que nous ne le pensons.
  55. 55. Un dernier mot…
  56. 56. Pour Antoine Augereau, pendu en 1534, comme pour les blogueurs emprisonnés en ce moment. Les vecteurs de la liberté d’expression ne sont jamais acquis.
  57. 57. MERCI Ressources & liens sur typographisme.net/pages/kikk2011 Pour me poser des questions ou me raconter des blagues : @mitternacht ✽ asfradier@gmail.com ✽ typographisme.net

Editor's Notes

  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • Réduction, voire disparition des coûts de publication\nImmédiateté de la transmission\nUbiquité des savoirs et des contenus\n
  • Je vais passer en revue les principales objections qu’on fait souvent aux contenus diffusés sur le Web ainsi qu’au livre électronique. On va voir qu’elles s’appuient pratiquement toujours sur une comparaison avec le papier. Et il va falloir se demander si cette comparaison est pertinente.\n
  • Problème de CRÉDIBILITÉ :\nSources non traçables, impression que tout le monde peut dire des choses invérifiables dans une sorte d’effervescence toute adolescence : Wikipédia. Le livre, lui, s’inscrit dans une longue tradition de transmission du savoir qui lui confère une légitimité (même truffé d’âneries)\nLe Web est encore vu comme un univers expérimental.\n\n
  • Le Web, l’écran, etc. sont associés à l’univers des sciences et au travail.\nÉcran = froideur, incompatible avec l’émotion littéraire, avec une relation intime avec le contenu.\nLe numérique est considéré par certains comme un outil avant tout.\n
  • - Mises en page surchargées, graphisme douteux\n- Mises en page inconfortables, problèmes de lisibilité (cf. Wikipédia)\n- Qualité des écrans : fatigue visuelle due à la luminosité et au flou entourant les caractères\n
  • \n
  • \n
  • Les contenus sur le Web sont très hétéroclytes, ce support s’apparente à un capharnaüm.\nMauvaise qualité des contenus ou aspect purement utilitaire > le Web n’est pas fait pour les contenus de qualité\n> la perception des contenus Web en souffre.\n
  • Le livre parle aux sens : aspect de la mise en page, poids, texture du papier et de la couv, odeur de livre neuf ou de vieux bouquin\n> relation intime avec l’objet. Fétichisme.\nFichier : duplicable, effaçable, intangible. Son poids est abstrait. => JETABLE. Ne mérite pas d’être conservé. Moindre valeur.\n
  • Voilà comment on peut en arriver à entendre ce genre de choses. Heureusement, il s’agit d’un cas extrême : un passionné de belle édition qui pratique la typographie au plomb.\n
  • Voilà comment on peut en arriver à entendre ce genre de choses. Heureusement, il s’agit d’un cas extrême : un passionné de belle édition qui pratique la typographie au plomb.\n
  • Le Web et les supports numériques ont fait leur preuves dans bien des domaines – vie pratique, musique, administration, divertissement.\nLes domaines de la littérature et des contenus longs (encyclopédiques par ex.) sont encore dominés par l’idéal du livra. \n
  • \n
  • Oui, je recycle mes slides, c’est écologique.\nImpression en série possible = diffusion. Les auteurs se font publier. Cf. Rabelais. Les idées circulent.\n
  • On dit “démocratiser” l’accès au savoir aujourd’hui. La question de la traduction des textes religieux est centrale dans la Réforme, dont l’objectif, dans un premier temps, est de réconcilier les hommes avec la religion en place.\n\n
  • \n
  • 1539 : Ordonnance de Villers Cotterêt - Travail de Geoffroy Tory\nOn traduit les textes pour mieux les diffuser\n
  • Dans un 1er temps, on imite la calligraphie du manuscrit, idéal qu’on cherche à reproduire. \n\n
  • Les imprimeurs vont ensuite s’affranchir progressivement de cet idéal pour créer une nouvelle typographie en accord avec le support et la technique.\n
  • \n
  • \n
  • Basé sur l’écriture manuelle des humanistes (1460-70)\n
  • Rationnalisation de l’écriture humaniste manuscrite\n
  • \n
  • Opquast, technos ouvertes et universelles pour les fichiers multimédias, accessibilité des personnes porteuses de handicap\n
  • L’écran n’est pas le papier, ces deux supports sont fondamentalement différents. Le support numérique ne doit plus être considéré comme un parent pauvre du papier.\n
  • Ajustement des paramètres typographiques par rapport au papier\n
  • valeur ajoutée, crédibilité, sérieux, prestige\n
  • \n
  • Caractère rigoureux, très rationnel, sans lien avec la lettre calligraphiée. Représente le progrès technique, la rigidité, la morale (la “vertu”)\n
  • Dans les années 20, l’école du Bauhaus prône l’emploi d’un caractère simple et fonctionnel, recherchant l’efficacté et l’impact graphique plutôt que l’effet décoratif. On cherche dans la mécanisation et la production de masse un nouveau bonheur pour l’homme et l’aplanissement des écarts sociaux. \n
  • On l’a vu, l’état des lieux est assez mitigé. Heureusement, la typographie est un domaine qui évolue très rapidement et dans le bon sens depuis quelques années, grâce à la passion de ceux qui la font.\n
  • Attention, port du casque obligatoire, la prise en charge est très inégale d’un navigateur à l’autre.\nDébat sur @font-face : c’est cool parce qu’un caractère est porteur de quelque chose, moins cool quand on fait n’importe quoi (mais j’aime pas interdire pour éviter les débordements).\n
  • \n
  • On numérise des typos depuis que l’ordinateur a un moniteur, mais la généralisation de @font-face a créé une demande en typos conçues pour l’écran. Les fonderies répondent avec les Webfonts.\n
  • Expliquer le hinting.\n
  • Presque 100% du catalogue H&FJ prêt pour l’écran - We mentioned at the Ampersand conference that so far we've added 90,968,995 hints to our fonts.\n
  • La spécialisation permet la poursuite de l’excellence. Véritable prise en compte de la typographie, diffusion des bonnes pratiques de design typo\n
  • Problématiques toujours plus pointues, exploration du support\n
  • expliquer design réactif\nMeilleure compréhension du support\n
  • \n
  • Voilà le contexte, voyons maintenant l’ampleur de la tâche à accomplir\n
  • \n
  • Professionnalisation encore. L’ergonomie web est devenue un métier, la qualité doit l’être aussi.\n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • donc pas Silverlight. Ah tiens c’est déjà mort ça.\n
  • Et l’effet d’amalgame dont je parlais au début va s’atténuer avec la banalisation galopante du support. Il est totalement absent de l’édition papier et de l’édition musicale (les gagnants de la Star Ac ne diminuent pas la valeur des coffrets Deutsche Gramophon)\n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • ×