Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
Mathias Virilli 
M2 Communication ­ Sciences Po 
Apprentissage à l’Atelier des médias & Mondoblog ­ RFI 
 
 
 
 
 
 
 
 
L...
SOMMAIRE  
 
Introduction :  
­ mémoire et numérique : notre faculté d’attention et notre capacité 
à nous souvenir 
­ jou...
B. Archiver pour ne pas oublier 
1. France Culture Papiers ​: tous les trois mois, de la radio au papier 
2. Le 1 ​: quand...
L’objet de ce mémoire part d’une fascination personnelle : comment, depuis que nous                         
sommes tous c...
 
Passeur de l’ici et du maintenant, façonneur du temps et de l'espace, le journaliste assume                             ...
rendre continue, mais le nombre de sources d’information resté circonscrit. Ce flux continu a                           
m...
 
– Oui : ​chez nous, il reste une trace durable, ce qui nous distingue des radios​.                               
Cela l...
I. Les archives définitives : une démarche documentaire 
A. Tout archiver pour mieux documenter ? 
 
L’Institut National A...
mondiale en passant par l’instauration de la liberté de la presse en 1789, la loi la consacrant                           ...
illimité a engendré une infrastructure hypertrophiée et avec elle, des interrogations relatives                       
à l...
 
Une plateforme telle que Retronews peut ainsi servir à alimenter le travail des journalistes                           
...
 
Le site RFI Savoirs, qui a ouvert en novembre 2015, s’est proposé d’organiser près de 3500                              ...
C. libre accès à une sélection d’archives organisées 
Si certains médias français ont compris l’importance de rendre acces...
portrait, une étude de l’oeuvre, un entretien et les débats et hommages à partir des archives                             ...
usage bibliothécaire des archives est limité par le fait même qu’il faille chercher une                           
informa...
l’information produite par la chaîne à l’encontre de la péremption de l’information                       
radiophonique. ...
En ce sens, le 1 rompt avec l’adage selon lequel le journal d’hier ne servirait qu’à emballer le                          ...
lendemain de sa mort. De même l’AFP a ressorti une photo datant de 1969 où l’on voit un                                   ...
exemple contribué au coffret ​Afrique, histoire sonore en partenariat avec l’INA et                       49
commercialisé...
Ces newsletters sont un outil privilégié d’éditorialisation de l’information pour ces médias en                         
l...
Les médias incorporent déjà leurs ressources mémorielles dans leurs productions                   
journalistiques, à trav...
l’histoire qu’elle a traversée, puisque Madeleine est “une mémoire qui a traversé le XXe                           
siècle...
Aujourd’hui, chaque article reste envisagé comme un monolithe : une production qui se suffit                           
à ...
La valorisation des archives par les médias - mémoire d'apprentissage
La valorisation des archives par les médias - mémoire d'apprentissage
La valorisation des archives par les médias - mémoire d'apprentissage
La valorisation des archives par les médias - mémoire d'apprentissage
La valorisation des archives par les médias - mémoire d'apprentissage
La valorisation des archives par les médias - mémoire d'apprentissage
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

La valorisation des archives par les médias - mémoire d'apprentissage

Comment les médias valorisent-ils leurs archives ? La numérisation des archives a-t-elle donné lieu à de nouveaux formats journalistiques ?

  • Login to see the comments

  • Be the first to like this

La valorisation des archives par les médias - mémoire d'apprentissage

  1. 1. Mathias Virilli  M2 Communication ­ Sciences Po  Apprentissage à l’Atelier des médias & Mondoblog ­ RFI                  L’UTILISATION DES ARCHIVES JOURNALISTIQUES  FRANCAISES DANS UN ENVIRONNEMENT  MÉDIATIQUE NUMÉRISÉ        QUELS FORMATS POUR QUELLES TEMPORALITÉS DE  L’INFORMATION ?           
  2. 2. SOMMAIRE     Introduction :   ­ mémoire et numérique : notre faculté d’attention et notre capacité  à nous souvenir  ­ journalisme et numérique  ­ historiens et journalistiques : deux travailleurs de la mémoire  ­ une profusion d’information ou la ​difficulté d’archiver une infobésité  ­ un temps médiatique toujours qui tend vers l’immédiateté ou la ​difficulté  d’archiver un flux continu  ­ journalisme et mémoire : qu’est­ce qu’a changé le web pour les  médias et leurs archives ?  ­ des archives interactives  ­ des archives personnalisées  ­ une variable d’évaluation historique accessible au grand public  ­ définition archive  ­ archives et archives journalistiques  ­ trois types d’archives en fonction de leur temporalité    Problématique  Dans un environnement médiatique numérisé, quels formats d’éditorialisation  mémorielle les médias français ont­il développé à partir de leurs archives ?     I. Les archives définitives : une démarche documentaire  A. Tout archiver pour mieux documenter ?  1. les missions de l’​Ina  2. un risque d’obsolescence ?  3. les droits de propriété  4. les missions de la ​BnF  5. le droit à l’oubli, symptôme d’un équilibre à trouver    B. la bibliothèque : un catalogue d’archives pérennes   1. Retronews   2. les vertus de l’​evergreen content  3. RFI Savoirs    C. libre accès à une sélection d’archives organisées  1. Le Monde Diplo  2. Le Monde  3. l’enjeu de monétisation    II. Les archives intermédiaires : une éditorialisation ponctuelle, à  mi­temps  A. Les archives pour désancrer le présent de l’actualité  ­ Manière de voir ​: les archives au service d’un présent détaché de  l’actualité   
  3. 3. B. Archiver pour ne pas oublier  1. France Culture Papiers ​: tous les trois mois, de la radio au papier  2. Le 1 ​: quand le journal se veut archive    III. Dans l’actualité, une utilisation occasionnelle des archives  A. Les archives, source de documentation historique  1. hommages, rétrospectives et anniversaires  2. à événements exceptionnels, usages exceptionnels    B. Les archives, un lien entre passé et présent  1. un retour sur l’actualité : bilans, synthèses, rapports  2. la ​newsletter ​: format par excellence de valorisation des archives                    courantes  3. L’imprévu ​: le journal qui remet l’archive au goût du jour  4. un élément de contextualisation du présent  5. un point de comparaison et d’analogie    C. Les archives, source d’actualité ?  1. les archives, matière première de l’information  ­ Le #​MadeleineProject​ : les archives sur les réseaux sociaux    2. l’article, un format périmé ?  ­ le risque de l’éphémère  ­ des standards journalistiques à actualiser    3. le journalisme explicatif : actualiser l’information sans empiler les  articles  ­ Les Décodeurs  ­ faire interagir les archives entre elles ?  ­ le Particle du ​NYT Labs  ­ Les Jours ​: des proto­Particles ?    Conclusion     
  4. 4. L’objet de ce mémoire part d’une fascination personnelle : comment, depuis que nous                          sommes tous connectés, procède­t­on à notre travail de mémoire ?     Nous n’avons pas commencé à externaliser notre mémoire avec la création d’Internet.                        Depuis le néolithique, ​de nombreux supports ont servi de “prothèses physiques” à notre                         1 mémoire. Ces artefacts nous ont permis d’archiver notre présent et de dépasser le cadre                            limité de la transmission orale.    Seulement, Internet offre aujourd’hui des capacités d’archivage infinies, et il n’y a jamais eu                            autant de production de mémoire. Internet, contrairement aux précédents supports                    d’externalisation de la mémoire, offre un accès universel, illimité et immatériel qui a accéléré                            et massifié le processus de mémorisation.     Aujourd’hui, il est possible de numériser son existence de manière, sinon exhaustive, du                          moins sans précédent. Des hommes s’y sont essayé, à l’instar de Gordon Bell. Son                            expérience de ​life­logging​, Total Recall, visait à tout archiver pour mieux se souvenir ​. Elle                           2 s’est soldée, de son propre aveu, par un échec. Selon Louise Merzeau, ​professeur en                            science de l’information à l’université Ouest Nanterre : “si une mémoire intégrale était                          possible, elle nous rendrait fous, malheureux et incapables de penser”.     Le stockage généralisé est­il une voie d’extension de notre mémoire et de notre savoir ou                              s’agit­il d’une dévalorisation de notre fonction mémorielle, à laquelle on accorderait moins                        d’attention? L’hypermémoire permise par Internet libère­t­elle notre cerveau d’un effort                   3 d’archivage obsolète, ou vient­elle obligatoirement avec une amnésie numérique ? Louise                      Merzeau considère que l’hypermémoire est une antimémoire dans la mesure où elle nous                          rend incapables de penser : “se souvenir, c’est déformer et reconstruire le temps révolu en                              fonction de visions et de projets, et non collecter la totalité des traces qu’il a produites”.     Ce mémoire naît donc aussi d’une angoisse personnelle : comment, depuis que nous                          avons pris conscience du potentiel archivistique d’Internet, a évolué nos fonctions                      mémorielles, c’est­à­dire notre faculté à nous informer et à nous en souvenir ?    Selon Louise Merzeau, le processus de mémorisation est déterminé par des facteurs                        ethnologiques et psychologiques, mais aussi techniques ​. Le rôle de l’artefact appelle selon                       4 Bernard Stiegler à “développer une réflexion sur son mode de fonctionnement et ses limites”                            afin de ne pas déléguer notre mémoire sans en anticiper les conséquences. ​Que la                           5 technologie soit un reflet, un cause ou un accélérateur de l’externalisation de la mémoire,                            elle nous interroge sur la façon dont nous mémorisons l’information.    L’information, c’est la matière première du journaliste. Alors, ​dans cet océan                      mémoriel, quel rôle tient le journalisme vis­à­vis de l’archivage ?   1  « Le numérique nous fait­il perdre la mémoire ? », Philippe Testard­Vaillant, le Journal du CNRS,  23.10.2014  2 http://www.lesinrocks.com/2011/01/23/web/total­recall­une­e­memoire­pour­enregistrer­toute­votre­vi e­1120885/  3  « Nouveaux médias : trop de mémoire ou pas assez ? », Cyrille Franck, mediaculture.fr, 28.08.2010  4  ​« Les paradoxes de la mémoire numérique », Louise Merzeau, Revue Inter CDI 244, 09/2013  5  « Le numérique nous fait­il perdre la mémoire ? », Philippe Testard­Vaillant, le Journal du CNRS,  23.10.2014   
  5. 5.   Passeur de l’ici et du maintenant, façonneur du temps et de l'espace, le journaliste assume                              la responsabilité de dire l’époque. Par son travail, il contribue à l’écriture d’une archive                            universelle. Le journalisme est une mémoire en action, un espace vivant de production du                            présent. Multiple, collective et plurielle, cette mémoire est aussi un testament à la postérité,                            une production qui relatera le passé et servira à l’avenir à une reconstruction historique.    Ainsi, le journal est également un lieu de mémoire pour l’historien. A ce titre, il occupe un                                  espace passif dans les archives, en attendant d’être potentiellement repris comme une trace                          représentative d’un passé historicisé.     Dans un ouvrage paru en 2006, Patrick Charaudeau écrivait que l’”histoire est une discipline                            qui, avec sa technique de recueil des données dans les archives, sa méthode critique et ses                                principes d’interprétation, rapporte des événements du passé en en proposant une vision                        explicative”. Pour lui, “le discours journalistique confronté à la façon de relater les                          événements qui viennent de se produire ne peut prétendre à une méthode du même type”.                              En cause : son rapport au temps.     “Le temps de l’histoire n’est pas celui des médias”, dit­il. “Les événements rapportés par les                              médias doivent faire partie de l’”actualité”, c’est­à­dire d’un temps encore présent, considéré                        nécessairement comme tel, car il est ce qui définit (fantasmatiquement) “la nouvelle”.” “Le                          temps des médias n’a pas d’épaisseur, alors que celui de l’histoire n’est qu’épaisseur”.     Surtout, Patrick Charaudeau considère que l’histoire “s’étend dans un long temps de                        recherche de données, de vérifications, de recoupements, qui établit une grande distance                        entre le moment de l’investigation et le moment du récit, alors que le deuxième ne vit que                                  dans l’immédiateté, toute temporisation pouvant lui être dommageable dans le rapport de                        concurrence aux autres organes d’information.”   6   Toutefois, avec les capacités d’archivage permises par Internet, ​le journalisme ne                      pourrait­il pas lui même entreprendre un travail sur sa mémoire plutôt que d’attendre                          le regard de l’historien, incomplet, problématisé et à l’audience souvent limité à un                          public universitaire ?   7   Avec Internet, le journalisme aussi a muté : hypertextualité, multimédia, interactivité,                      instantanéité, personnalisation et ubiquité représentent quelques uns des changements                  majeurs survenus au cours des quinze dernières années. Le journalisme s’est ouvert à la                           8 multiplication des sources et au renvoi hypertextuel, au contenu multimedia et                      conversationnel. Surtout, la profession a vu un de ses contraintes, l’espace, devenir                        virtuellement illimité.  9     Internet a ainsi permis une profusion de production d’information, qu’elle soit journalistique                        ou non, qui fait que nous sommes aujourd’hui confrontés à un ​flux continu ​d’informations.                            La télévision et la radio avaient déjà rompu avec le rythme journalier de l’information pour la                                6  « Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives » dans ​SEMEN 22 :  Enonciation et responsabilité dans les médias​, Patrick Charaudeau, 2006, p. 33  7  “Convergence and memory : journalism, context and history”, Marcos Palacios, 2010  8  “Webjornalismo: 7 caraterísticas que marcam a diferença”, dir. João Canavilhas, 2014 :  http://bit.ly/29B0XLC  9  “Convergence and memory : journalism, context and history”, Marcos Palacios, 2010 
  6. 6. rendre continue, mais le nombre de sources d’information resté circonscrit. Ce flux continu a                            mené au phénomène désigné sous le nom d’​infobésité​, ou trop­plein d’information, dont les                          chaînes d’information en contenu sont l’exemple le plus révélateur.    Avec Internet, l’accès à l’information est tellement facilité qu’il est désormais possible de                          localiser et de contextualiser le présent présenté par les médias soi­même.    De plus, le temps médiatique semble contraint à toujours plus d’immédiateté, comme en                          témoignent le succès d’audience des médias d’information en continu. Si une nouvelle                        chaîne publique devrait bientôt voir le jour, certains médias ont déjà été épinglés pour leur                              couverture prématurée. L’ODI publiait ainsi un rapport en mars dernier qui notait l’annonce                         10 prématurée de la mort de Martin Bouygues par l’AFP ou du traitement des événements                            surgis dans l’Hyper­Casher par BFM TV.    A l’origine de capacités d’archivage inédites et de changements majeurs de l’environnement                        médiatique, qu’a donc changé Internet quant aux archives journalistiques ?    Dans le Code du Patrimoine, les archives sont définies comme « l’ensemble des documents,                            quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute                                personne physique ou morale, et par tout service ou organisme public ou privé, dans                            l’exercice de leur activité » . Si on devait transposer cette définition aux archives                         11 journalistiques, celles­ci seraient ainsi ​l’ensemble des publications quelles que soient                    leur date, leur forme et leur support matériel, produites ou reçues par un média dans                              l’exercice de son activité​.    Dans sa définition des archives, le CNRS distingue trois types d’archives : les ​courantes​,                            les ​intermédiaires​ et les ​définitives ​en fonction de leur “période de vie”.    Les archives courantes sont produites dans l’environnement immédiat des journalistiques et                      sont essentielles à leur travail. Les archives intermédiaires sont les publications qui sont                          parfois consultés “soit en vertu de prescriptions légales soit comme objets de référence”.                          Enfin, les archives définitives sont les documents à conserver “indéfiniment”, “pour leur                        intérêt administratif, juridique ou historique”.     A noter que le terme archives recouvre tout à la fois les documents produits que les services                                  et les institutions qui se chargent de leur gestion ­ notamment des archives définitives ­ mais                                aussi les espaces de stockage de ces documents ­ souvent désigné au singulier : l’archive.    Avec Internet et les capacités d’archivage inédites qui en découlent, le fonctionnement de                          notre mémoire a évolué, de même que la façon dont nous nous informons. Cette évolution                              remet en cause les standards de la temporalité journalistique et appelle à repenser les                            formats journalistiques. ​Comment le journalisme remplit­il son rôle de mémoire dans un                        environnement médiatique numérisé ? Le travail mémoriel numérisé change­t­il la                    production journalistique ?    Quand la revue d’idées Esprit demande en 2009 à Pascal Riché, co­fondateur du site                            d’information Rue89, si “Rue89, c’est un peu comme une radio avec une archive ?”, voici ce                                que ce dernier répond :   10  Rapport annuel de l’ODI : L’information dans la tourmente, mars 2016 ​http://bit.ly/1UkZ5qo  11  Art. L. 211­1 du Livre II du Code du Patrimoine 
  7. 7.   – Oui : ​chez nous, il reste une trace durable, ce qui nous distingue des radios​.                                Cela leur joue d’ailleurs des tours : parfois ​une radio sort un ​scoop​, mais n’a pas l’idée                                  de le ​mettre sur son site internet​. Nous reprenons l’info – en citant évidemment la radio                                –, et tout à coup, le ​lieu de référence de l’information​, c’est nous. ​Sur les ondes, les                                  infos s’envolent. Dans la presse papier, elles s’enterrent dans des archives                      inaccessibles. Sur un site internet, on peut accéder à des années d’information,                        en intégralité. La profondeur temporelle du site est quasi illimitée : grâce aux                          moteurs de recherche, les gens peuvent retrouver des articles très anciens​.   Mais ​notre rapport à la durée est surtout transformé par le fait que la notion même                                d’article est modifiée : il peut arriver qu’un journaliste publie quelques lignes sur                          un sujet, puis qu’au fil de la journée, il y ajoute des informations​. Comme l’a dit                                Laurent [Mauriac ], ​un article sur l’internet est, par définition, évolutif​. Si nous                       12 commettons une erreur, les lecteurs la remarquent et nous la corrigeons en direct. Un                            sujet d’article peut naître avec une discussion en ligne, puis être débattu pendant notre                            conférence de rédaction (où chacun peut participer puisqu’elle est ouverte). Ensuite, la                        rédaction prend le relais : l’enquête est, elle aussi, ponctuée de conversations avec les                            internautes. Enfin ​l’article est publié, mais il n’est pas encore achevé​. Les lecteurs                          posent des questions, critiquent. Le journaliste doit encore répondre, parfois corriger ou                        enrichir son travail.   13   Les radios ont­elles réussi à faire en sorte que les infos ne s’envolent pas ? La presse                                  papier a­t­elle trouvé un moyen de rendre ses archives accessibles ? Est­ce via des moteurs                              de recherche ? Comment la transformation d’un article, d’un sujet figé et inaltérable une fois                              imprimé à une publication évolutive et interactive, est­elle appréhendée ?     En bref, comment les médias français utilisent­ils leurs archives aujourd’hui ?                      La numérisation des archives a­t­elle donné lieu à de nouveaux formats                      journalistiques ?     Les trois temporalités d’archives décrites par le CNRS serviront de base à notre analyse de                              la façon dont les médias valorisent leurs archives. Nous verrons que l’utilité documentaire                          des archives connaît des développements éditoriaux depuis leur numérisation. La pérennité                      des archives prend aussi lieu dans des formats qui s’inscrivent dans une temporalité de                            l’information intermédiaire, où l’archive est à la fois un document de l’histoire et un produit de                                l’actualité. Enfin, les archives seront étudiées à travers leur rapport à l’actualité. Cette                          interrogation de l’archive nous mènera à une réflexion sur l’accord entre les formats et la                              temporalité de l’information dans un environnement médiatique numérisé.     L’enjeu de ce mémoire sera donc de voir dans quelle mesure et comment la radio ainsi que                                  la presse française mettent à profit la “profondeur temporelle” de leurs archives de manière                            adaptée à nos pratiques numériques. Nous nous focaliserons pour cela sur les exemples du                            Monde, du Monde Diplomatique, des radios de service public RFI et France Culture, de                            plateforme de la BnF Retronews, ainsi que de nouveaux médias comme L’imprévu ou Les                            Jours.    12  co­fondateur de Rue89 en 2007 puis fondateur de Brief.me en 2014  13  « Le journalisme en ligne : transposition ou réinvention ? (Entretien) », 03/04.2009 
  8. 8. I. Les archives définitives : une démarche documentaire  A. Tout archiver pour mieux documenter ?    L’Institut National Audivisuel (INA) a été créé en 1975 pour conserver, gérer et valoriser les                              archives radiophoniques et télévisuelles.     L’INA.fr permet d’accéder à un fonds de plus de 350 000 documents télé et radio, qui                                correspondent à 45 200 heures d’images et de sons.  14   Parmi elles, on trouve les actualités filmées pendant l’occupation, de grands entretiens                        radiophoniques ou des temps forts de l’histoire du sport, en bref : la mémoire d’un temps                                révolu mais rapporté par les médias de l’époque.    Ces archives audiovisuelles sont classés dans plus de 3000 dossiers, à travers 10                          thématiques, mais aussi à travers un accès à des pages personnalités et des émissions                            culte. Elles font l’objet d’un plan de sauvegarde et de numérisation depuis 1999 afin de les                                pérenniser.    La pérennité des contenus, si elle est une chance pour l’archivage de la production                            journalistique, est également un préoccupation quant à l’obsolescence technique potentielle                    du lieu et du format de l’archive numérisée. Penser Internet dans la durée est devenue une                                question importante de la politique numérique, comme en témoigne la récente inscription de                          la mort numérique dans la Loi pour une République numérique, témoignent.   15   A compter d’un an après leur première diffusion, durée du délai de protection légal, l’INA                              peut disposer librement des archives qu’elle conserve. Elle contribue ainsi à l’exploitation                        des archives audiovisuelles des chaînes publiques selon une convention établie avec                      chacune des sociétés nationales de programme, qui fixe “la nature, les tarifs, les conditions                            financières des prestations documentaires et les modalités d’exploitation de ces archives” .                     16 L’INA a donc pour but de mettre en valeur le patrimoine audiovisuel national. L’Institut n’est                              toutefois pas dispensé de “respecter les droits moraux et patrimoniaux des titulaires de                          droits d’auteurs et de droits voisins d’un droit d’auteur, et de leurs ayants droits” .  17   L’INA est aussi en charge, avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), du dépôt légal                              des programmes diffusés par les chaînes audiovisuelles et de l’Internet, et notamment du                          web média, avec 11000 sites comptabilisés.     La BnF dispose elle aussi une bibliothèque numérique, Gallica, qui donne accès à des                            millions de documents, dont une partie produits par les médias. Regroupés dans la section                            “Presse et revues” , ces écrits retracent l’histoire de la presse écrite et des revues à travers                               18 sept dossiers dédiés aux principaux quotidiens, à la presse locale et régionale, aux journaux                            en temps de guerre ou qui opèrent un filtre thématique ou géographique. Un éditorial y                              retrace l’histoire de la presse, de la fondation de La Gazette en 1631 à la Seconde guerre                                  14  ​http://www.institut­national­audiovisuel.fr/offres­services/ina­fr.htm  15   http://www.leparisien.fr/high­tech/les­deputes­votent­le­droit­a­la­mort­numerique­21­01­2016­5473461. php  16  Fascicule de Benjamin Montels (2009) : OBJET DU DROIT D'AUTEUR ­ OEuvres protégées. OEuvre  audiovisuelle (CPI, art. L. 112­2)  17  Ibid.  18  ​http://gallica.bnf.fr/html/und/presse­et­revues/presse­et­revues 
  9. 9. mondiale en passant par l’instauration de la liberté de la presse en 1789, la loi la consacrant                                  de 1881 et l’essor de différents types de journaux.     La bibliothèque numérique est elle aussi alimentée par le programme de numérisation de la                            presse engagé par la BnF. Des titres de presse parus jusqu’en 1944 et ayant disparu après                                cette date ont ainsi été numérisés et mis en ligne. Cependant, des journaux existants                            toujours ont passé des contrats pour délimiter la date de publication au­delà de laquelle la                              mise en ligne n’est pas permise. Celle­ci varie selon les journaux : L’Humanité l’a fixé à                                1939, La Dépêche du Midi en 1936 puis en 1943 à partir de 2014, Ouest France en 1935                                    avant de changer pour 1944, tandis que La Croix a opté pour la période allant de 1883 à                                    1944.  19   Seulement des ​initiatives d’archivage institutionnel telles que celles entreprise par l’INA ou la                          BnF n’ont de véritable sens que si elles permettent une consultation ou, mieux, une                            réappropriation facilitée des archives numérisées.     L’Ina.fr donne ainsi accès à 45 000 heures de contenus audio et vidéo et affiche 65 millions                                  de vues. L’INA a aussi mis en place une offre de vidéo à la demande sur abonnement.                                  Intitulée INA Premium, elle donne accès à 12 000 programmes vidéos et 8 000 programmes                              audio articulés autour de 8 genres pour 3€ par mois.    L’Institut procède aussi à ce que Louise Merzeau appelle de l’”éditorialisation mémorielle” .                       20 Chaque jour, les comptes de l’INA.fr publient une archive en lien avec l’actualité sur les                              réseaux sociaux. Qu’il s’agisse de rendre hommage à un événement du passé ou d’éclairer                            l’actualité du jour, l’INA remplit alors ses autres missions de service public : valoriser et                              transmettre. De même, l’Institut met ses archives à disposition de médias et autres sites                            partenaires afin qu’ils proposent des contenus innovants tels que des fresques interactives,                        de webdocumentaires, ou des ​serious game​. En multipliant de la sorte les portes d’entrée                            dans ses archives, l’INA permet une découverte de son vaste patrimoine audiovisuel                        français par une large variété d’usages.     C’est également l’objectif de Retronews, un site initié par BnF­Partenariats et Immanens,                        l’entreprise spécialisée dans la publication en ligne ayant investi dans le projet. La                          plateforme permet de découvrir en ligne 3 siècles de presse française, de 1631 à 1945,                              grâce aux archives numérisées de la BnF.     Retronews permet surtout une navigation visuelle et interactive à travers 15 millions                        d’articles de 50 des principaux titres de la presse d’information généraliste française. Le                          travail d’indexage, de renseignement de métadonnées et d’analyse sémantique ont abouti à                        un moteur de recherche thématique et sémantique.    Retronews se rêve l’”INA de la presse écrite” et affiche comme objectif premier de                            “numériser de nouveaux titres de presse”, car aujourd’hui, seuls 5% de la presse écrite sont                              numérisés et disponibles en ligne”.  21   Faut­il pour autant tout archiver ? Sur Internet, les productions journalistiques ne périment                          pas comme le journal : une fois en ligne, elles restent disponibles. Ce stockage numérique                              19  ​http://www.bnf.fr/fr/professionnels/droit_auteur_types_documents/s.presse_d_a.html  20 « Les paradoxes de la mémoire numérique », Louise Merzeau, Revue Inter CDI 244,  09/2013.net/archives­editorialisation­memorielle/  21  ​http://www.retronews.fr/qui­sommes­nous 
  10. 10. illimité a engendré une infrastructure hypertrophiée et avec elle, des interrogations relatives                        à la culture numérique qui y est associée.    En effet, avec l’essor du numérique, le fantasme d’une mémoire intégrale a resurgi. La lutte                              contre l’oubli a laissé sa place à la lutte pour l’oubli, avec “des efforts, des savoir­faire, des                                  technologies et des politiques pour réguler l’oubli”.  22   Après le devoir de mémoire est ainsi né le ​droit à l’oubli​, créé pour protéger les données                                  personnelles, tandis qu’une application comme WhatsApp a séduit un milliard d’utilisateurs                     23 avec une promesse d’usage basée sur l’éphémère. Est­ce le signe d’une inversion du                          rapport entre mémoire et oubli ? Difficile à dire, d’autant plus que l’application vient                            d’introduire Memories , une nouvelle fonctionnalité qui permet de sauvegarder les photos                     24 qui va à l’encontre de ce qui faisait la spécificité du réseau social jusqu’à maintenant.    Faire mémoire n’est pas synonyme d’un archivage complet : la liquidation fait partie du                            processus mémoriel. Selon Louise Merzeau, professeur en science de l’information à                      l’université Ouest Nanterre, “il n’y a pas de mémoire sans une pensée de l’oubli” .                           25 Maintenant que le web est un flux continu, il faut alors s’interroger sur ce qui ne mérite pas                                    plus qu’une vie éphémère et porter son attention sur ce qui mérite de faire date.    B. la bibliothèque : un catalogue d’archives pérennes     Au delà du choix primordial des archives sur le critère de leur valeur historique, il est                                primordial de fournir une expérience utilisateur qui facile la navigation à travers les archives                            ainsi qu’une animation éditoriale qui fasse vivre le fonds d’archives.    Si la base d’archives de Retronews est considérable, le site utilise des techniques de ​data                              mining ​pour permettre des recherches multi­entrées. Il est donc possible d’appliquer des                        filtres par thématique, par personnage, lieu ou organisation, ou bien de naviguer sur le site à                                partir d’une frise chronologique interactive.    RetroNews bénéficie également d’une éditorialisation quotidienne pour éclairer l’actualité par                    les archives. Outre la publication des “Unes du jour”, l’équipe chargée de l’animation                          éditoriale publie aussi des “Echos de la presse” qui mettent en récit la presse de l’époque.    Retronews propose également 50 dossiers thématiques, rédigés par des professeurs de                      l’Education nationale. Ils sont composés de trois volets : une mise en récit de l’évènement                              vu à travers la presse, une revue de presse de l’évènement et un ensemble de ressources                                complémentaires (iconographies, vidéos, notices biographiques). Ils permettent ainsi de                  créer de nouveaux contenus à partir d’anciennes archives.    Des éditos d’historiens, de chercheurs, de journalistes, de scientifiques ou de conservateurs,                        des focus sur des titres de presse ou des portraits d’hommes de presse proposent                            également une autre entrée dans les archives de la BnF. Le site a également mis en place                                 26 une newsletter hebdomadaire et a investi les réseaux sociaux sur lesquels le community                          manager fait remonter des archives.  22  ​https://youtu.be/o5knLmB7Uls  23  ​http://www.zdnet.fr/actualites/whatsapp­facebook­un­milliard­d­utilisateurs­actifs­39832002.htm  24  ​http://rue89.nouvelobs.com/2016/07/06/memories­snapchat­change­tout­264574  25  ​http://www.archimag.com/le­kiosque/mensuel­archimag/pdf/296­signature­electronique  26  ​http://www.retronews.fr/communication­general 
  11. 11.   Une plateforme telle que Retronews peut ainsi servir à alimenter le travail des journalistes                            comme des historiens. Nathalie Thouny considère qu’”on ne peut valoriser les archives                        qu’en ouvrant l’accès au­delà de la communauté des chercheurs”. Retronews a donc pour                          vocation de “décloisonner l’usage des archives” en proposant un accès ouvert couplé d’une                          animation éditoriale et d’un enrichissement continu des archives. Le site devrait en effet                          accueillir de nouvelles archives au fil du temps, à mesure que des titres de presse depuis                                1945 soient numérisés et que le public s’empare des options de contributions participatives.     La formule gratuite permet l’accès à l’ensemble des archives, mais des formules                        d’abonnement donnent accès à des services supplémentaires parmi lesquels les options de                        recherche avancée, le filtrage intelligent, ou encore la possibilité de télécharger et                        d’imprimer les archives. Selon Nathalie Thouny, directrice de BNF­Partenariats, la                    numérisation des archives est financée par les revenus tirés des abonnements.    Contrairement à la partie “Presse et revues” de Gallica, favorise la réutilisation non                          commerciale libre et gratuite des reproductions numériques tombées dans le domaine public                        , Retronews ne permet pas la réutilisation des articles mis à disposition, propriété de la BnF                              . Par l’interface de navigation, les outils fournis et le service d’éditorialisation qui                         27 constituent la plateforme, le site cherche à remédier au problème des archives, “peu                          consultées car inaccessibles et peu numérisées”. Nathalie Thouny espère que cette                      politique de valorisation des archives, prolongement de la mission de la BnF, donne suite à                              un essaimage dans des médias tiers sous d’autres formats, à la manière dont les archives                              de l’INA servent de point d’appuis à de nombreuses publications journalistiques.     Contrairement à l’INA ou à la BnF, qui ont une vocation encyclopédique, les médias ont                              dans leur devoir de mémoire le droit de choisir ce qu’ils veulent oublier. Pour cela, il existe                                  une méthode qui peut leur permettre d’identifier les archives à valoriser en priorité.     Cette démarche de pérennisation vise en réalité à dénuer des sujets de leurs marqueurs                            temporels, en s’assurant toutefois que l’information reste d’actualité. Ce travail nécessite                      donc de savoir faire la différence entre les information de flux et de stock, c’est­à­dire être en                                  mesure de séparer une information durable et une information périssable.    Un article peut mixer les deux, avec par exemple une information circonstancielle qui donne                            corps à l’article mais qui implique des acteurs ou un contexte plus large, qui vont être traités                                  de manière éphémère.    Les médias qui souhaitent organiser leurs archives en catalogue ou en bibliothèque doivent                          ainsi être en mesure de départager, au sein d’un article, l’information qui peut être                            réutilisable de celle qui est contingente. C’est ce que les anglo­saxons appellent l’​evergreen                          content qui intéresse les archivistes : un contenu à la durée de vie très longue ­ voire                                  illimitée ­ et par conséquent réutilisable. Le web sémantique peut aider à rechercher et                            extraire ce type d’information.    Identifier le contenu impérissable dès sa création permet d’anticiper l’éventualité d’une                      réutilisation dans de nouveaux contextes. Les médias créent alors le premier brouillon de                          l’histoire, en même temps qu’ils font la synthèse du deuxième au même moment, devenant                            ainsi une ressource de savoir et de compréhension civique.  27   http://eduscol.education.fr/numerique/tout­le­numerique/veille­education­numerique/mai­2016/retronews 
  12. 12.   Le site RFI Savoirs, qui a ouvert en novembre 2015, s’est proposé d’organiser près de 3500                                articles dans une centaine de dossiers thématiques. Né au printemps 2014, l’idée de RFI                            Savoirs met à disposition de l’internaute la richesse que représente la profondeur des                          archives de la radio. Si le site a mis un an et demi à voir le jour, c’est parce que les contenus                                            ont été choisis manuellement, à quatre mains. Compte tenu du volume, Olivier Da Lage                            décrit la mission comme “s’engager dans la jungle avec un canif”.    A ce jour, 70 à 75% des articles sélectionnés ont été classés suivant 7 thématiques                              principales : Économie, Environnement, Francophonie, ​G​é​opolitique, ​Histoire, Santé, et                  Sciences. D’après son rédacteur en chef, Olivier Da Lage, deux autres catégories suivront                          bientôt : Société et Culture. Chaque dossier peut contenir de quelques contenus à peine                            jusqu’à une quarantaine, mais tourne généralement autour d’une quinzaine d’articles et                      d’émissions.     Selon Olivier Da Lage, la sélection “impitoyable” des contenus pertinents et la confiance                          dans la sélection humaine sont les atouts du balisage effectué. Il envisage son rôle comme                              celui d’un “chef cuisinier qui accommode les restes sans toucher l’aliment originel”.    Les articles et contenus archivés nécessitent quand même souvent une réécriture pour                        enlever tout ancrage temporel. La date de publication originelle est bien sûr indiquée, mais                            le contenu est modifié dans une démarche de pérennisation. Les contenus peuvent                        également être mis à jour à l’occasion de leur mise en avant, comme ce fut le cas du dossier                                      sur la disparition des abeilles. Originellement écrit en août 2011 par Patricia Blettery, l’article                           a été réactualisé avec de nouvelles informations. 28   De même, les dossiers sont mis à jour ponctuellement et peuvent être mis en Une du site                                  s’ils résonnent avec l’actualité. Pour ne pas que les archives s’endorment, le site fait l’objet                              d’une éditorialisation permanente et d’une diffusion sur les réseaux sociaux.    Si le contenu est redondant avec celui que l’on pourrait trouver sur le site de RFI à travers la                                      barre de recherche, les deux portails n’ont pas la même vocation. Selon Olivier Da Lage, les                                besoins sont différents et les deux sites sont donc complémentaires. En effet, le site de RFI                                Savoirs est organisé comme une bibliothèque et s’adresse à ce que le rédacteur en chef                              appelle les “apprenants”, qu’ils soient encadrés ou autodidactes. Sur RFI Savoirs, les                        archives de RFI ont donc vocation à être organisées comme sur Wikipedia.    Pour compléter sa base de données, le site a aussi décidé de nouer des partenariats avec                                des centres de recherche ou des associations de professeurs d’histoire­géographie. Ces                      partenariats se concrétisent par un échange de contenus sous forme de liens hypertextes et                            visent à combler et enrichir des contenus souvent très portés sur l’international par des                            informations plus tournées vers la France, comme c’est le cas avec le dossier “Comment,                            pourquoi la grande guerre” ou celui sur Jean Jaurès.    RFI Savoirs répond à la volonté de rendre accessible au­delà de l’empilement, de faire                            remonter à la surface des informations qui n’ont pas perdu de leur valeur pédagogique.     28   https://savoirs.rfi.fr/fr/comprendre­enrichir/sciences/la­disparition­des­abeilles­un­phenomene­qui­inquiet e 
  13. 13. C. libre accès à une sélection d’archives organisées  Si certains médias français ont compris l’importance de rendre accessibles leurs archives,                        peu sont ceux qui en proposent une valorisation éditorialisée. Ainsi, Le Nouvel Obs ou,                           29 dans une mise en page plus travaillée, Slate.fr , se contentent d’un index par jour de                             30 publication.    Le Monde Diplomatique dispose aussi d’un index qui permet d’explorer ses éditions par                          date, numéro par numéro. Seulement, le mensuel a aussi créer un service de navigation                           31 qui permet de les découvrir par pays ou zone géographique ou par thème. Sa page                              d’archives donne accès aux 50 000 articles publiés depuis la fondation du journal en 1954.                              Outre ces entrées thématiques, géographiques ou chronologiques, Le Monde Diplomatique                    inventorie également les archives en lien avec l’actualité ou ceux qui ont rapport avec “les                              pays, les événements ou les grandes questions évoqués dans le numéro du mois”. Ce                            dispositif éditorial permet de donner une seconde vie à des archives en contexte, soit qu’ils                              résonnent avec l’actualité récente, soit qu’ils permettent une mise en perspective d’une                        situation présente. Ces archives sont aussi classés en dossiers d’actualité constitués d’une                        liste d’archives, de cartes et de références extérieures. Enfin, Le Monde Diplomatique fait                          une sélection de “textes importants du moment”, comme une vitrine de la ligne éditoriale du                              journal qui propose ainsi son best­of de ses publications les plus pertinentes, qu’elles datent                            de 1973 comme c’est le cas avec “Résister aux sociétés multinationales”, écrit par Michel                            Rocard, ou un article sur l’”ordolibéralisme allemand” publié en août 2015.    Les archives du Monde Diplomatique font partie intégrante de la stratégie éditoriale du                          journal. Si celui­ci tire ses ressources de la vente du mensuel papier, les articles publiés 9                                mois auparavant sont en libre accès sur Internet. Accessibles via le menu, juste après                            l’onglet dédié au “Numéro du mois”, elles permettent de prolonger la lecture selon plusieurs                            logiques d’approfondissement.    Le service d’archives du Monde donne accès à l’ensemble des articles publiés dans le                            quotidien depuis 1944, soit plus de 2,8 millions d’articles.    Pour accéder à cette ressource documentaire, l’internaute peut choisir un événement                      marquant à partir d’une frise chronologique interactive, ou d’une liste qui les classe par                            décennie. Chaque événement marquant donne lieu à un dossier, composé de quatre ou                          cinq volets multimédias qui diffèrent selon les sujets. Sont ainsi proposés des “Faits”,                          souvent relatés par un article anniversaire ou la “Une”, qui affiche la photographie de                            l’archive originelle si elle est disponible. Ce peut aussi être un reportage, un récit, un portrait,                                un portfolio, une chronologie, une analyse ou un décryptage de l’époque ou encore une                            vidéo de l’INA. Si le sujet le permet, une mise à jour intitulée “et depuis…” donne suite aux                                    enjeux ou à l’événement abordés.   Cette mise en forme laisse également la place à un encart “A découvrir dans nos archives”                                qui propose 3 liens renvoyant vers d’autres archives.     Outre cet accès en ligne sous forme de frise chronologique interactive, Le Monde publie une                              série bimestrielle de revues grand format intitulée “Une vie, une oeuvre”, consacré à des                            personnalités qui ont marqué l’histoire contemporaine. Ces hors­séries proposent un                    29  ​http://tempsreel.nouvelobs.com/index/  30  ​http://www.slate.fr/archives  31  ​http://www.monde­diplomatique.fr/archives 
  14. 14. portrait, une étude de l’oeuvre, un entretien et les débats et hommages à partir des archives                                du journal.     De la même façon, les livres historiques de la série “Ils ont changé le monde” puisent leurs                                  ressources dans les archives du journal. lls retracent la trajectoire croisée d’hommes et de                            pays, à l’instar de Fidel Castro à Cuba ou de Margaret Thatcher au Royaume­Uni. Mis à part                                  l’introduction et les éléments de contextualisation (titres, intertitres et exergues), les articles                        publiés sont tous des archives ordonnés “dans l’ordre chronologique des évènements dont                        ils parlent et non dans leur ordre de parution originale.” Ils font l’objet d’un travail d’édition                                afin de les rendre plus compréhensibles et d’enrichissement avec des éléments                      biographiques, des précisions historiques, et, surtout une chronologie introductive.    D’après Frédérique Lamy, ces 20 livres sont destinés à un public de lycéens de première et                                de terminale ainsi qu’à des étudiants post­bac : ils assument ainsi une vocation                          pédagogique.     Mais, comme au Midi Libre, où les archives font l’objet d’un outil de recherche avancé                              jusqu’au 1er janvier 1990, les archives sont d’accès payant. Au Monde, les hors­séries sont                            vendus en kiosque et les archives en ligne sont accessibles par abonnement à la version                              numérique du journal et font l’objet d’une application dédiée, Le Monde Archives. Les                          hors­séries, eux, sont vendus en kiosque. Chez Midi Libre cependant, elles sont facturées à                            l’unité ou par pack d’articles. Un article coûte ainsi 3€, 10 coûtent 22,5€, 50 s’achètent à 99€                                  et 100 à 185€.    Souvent, les archives courantes ne posent pas ce problème d’accès. Avec la délinéarisation                          induite par le web, il est tout à fait possible de remettre la main sur un contenu qui date de                                        quelques jours, quelques mois voire quelques années. Pour ce qui est des archives plus                            anciennes, les médias estiment que leur valeur historique leur permet de les monétiser.    Aux Etats­Unis, les journaux américains développent différentes stratégies pour monétiser                    leurs archives. Accès intégral contre abonnement annuel payant, accès gratuit aux archives                        récentes mais payant pour les plus anciennes, achat à la pièce : les modèles divergent,                              mais semblent trouver leur public.   Cinq des plus anciens magazines américains offrent ainsi un accès en ligne à des contenus                              remontant jusqu’au milieu du 19è siècle. C’est ainsi que Vogue n’hésite pas à proposer                            l’intégralité de ses 122 ans de publication pour 1575 dollars par an. ​Le ​New Yorker a profité                                  du lancement de son nouveau site pour proposer un libre accès à ses archives numérique                              pendant 5 mois, avant d’installer un mur payant, source de nouveaux abonnés.  32     Sur Wikipédia, la définition d’archives “dans le langage du ​web​”, “se réfère à des pages                              anciennes plus forcément d'actualité” . Le terme “archiver” est associé à une forme de                         33 passage du présent au passé. Gmail nous propose ainsi d’​archiver ​nos messages une fois                            que nous les avons lus pour qu’ils puissent être rangés ailleurs que sur la boîte de réception,                                  consacrée aux affaires présentes. L’email reste disponible, mais il n’est plus immédiatement                        visible : il faut engager une recherche pour la retrouver. C’est là le principal problème des                                types de valorisation des archives définitives que nous avons décrits jusqu’à présent un                          32  “After the archive came down: The New Yorker’s revamped paywall is driving new readers and  subscribers”, Nieman Lab, 11.03.2015  33  ​https://fr.wikipedia.org/wiki/Archives 
  15. 15. usage bibliothécaire des archives est limité par le fait même qu’il faille chercher une                            information, et, par suite, s’y intéresser pour y accéder.    Les archives peuvent­elles sortir de ses usages en tant que ressource bibliothécaire ? Outre                            leur traitement historique et documentaire, les archives peuvent­elles être valorisées sans                      pour autant s’ancrer dans l’environnement immédiat des journalistes ?     II. Les archives intermédiaires : une éditorialisation ponctuelle, à                mi­temps  Nous allons voir à présent qu’il existe dans les médias français des initiatives intéressantes                            de valorisation des archives, qui se placent dans une temporalité intermédiaire, où l’archive                          est considéré comme un objet de référence, entre document historique et information                        d’actualité.     RF Podcast permet par exemple de retrouver gratuitement les émissions de Radio France                          sous forme d’un catalogue de 1400 émissions. Chaque émission propose 3 mois d’archives,                          qu’il s’agisse d’émission d’actualité ou de culture et de savoirs.    A. Les archives pour désancrer le présent de l’actualité    Le Monde Diplomatique édite en ce sens une revue thématique, ​Manière de voir​. Ce                            bimestriel, consacré à une problématique particulière, puise dans les archives du journal                        pour susciter une réflexion croisée.    Sur le sommaire du dernier numéro en date ­ le 146ème ­ on peut lire : “Les articles publiés                                      dans ce numéro ­ à l’exception de trois inédits ­ sont déjà parus dans ​Le Monde                                Diplomatique​. La plupart ont fait l’objet d’une actualisation, et leur titre a souvent été modifié.                              La date de première publication ainsi que les titres originaux en page 98” , soit en dernière                               34 page de la revue ­ sur laquelle figure d’ailleurs, à point nommé, un encart promotionnel                              dédié aux archives en ligne du mensuel.    Depuis 1987, ​Le Monde Diplomatique propose ainsi une sélection réactualisée de ses                        archives pour mettre en lumière “un thème emprunté à l’actualité, à la géopolitique ou à                              l’histoire, concernant une région du monde, un conflit, une question économique, sociale ou                          culturelle” . “Ces articles sont accompagnés de textes inédits et d'une iconographie, d'une                       35 cartographie et de chronologies qui renforcent la vocation pédagogique affirmée d'une revue                        notamment destinée à un public lycéen et étudiant.”  36   B. Archiver pour ne pas oublier    Cette éditorialisation ponctuelle, pas encore tout à fait archive historique mais détachée de                          l’actualité quotidienne, passe aussi par des innovations de format. Dans un mook sobrement                          appelé ​France Culture Papiers​, la radio d’actualité culturelle et politique choisit ses meilleurs                          contenus et les couche sur le papier.     Si France Culture peut se permettre cette transition de l’oral à l’écrit, c’est parce que ses                                contenus sont dits “de stock”. Le trimestriel exprime ainsi un désir d’archivage de                          34  Manière de voir n°146 ­ p.3  35  ​https://fr.wikipedia.org/wiki/Mani%C3%A8re_de_voir  36  ​https://fr.wikipedia.org/wiki/Mani%C3%A8re_de_voir 
  16. 16. l’information produite par la chaîne à l’encontre de la péremption de l’information                        radiophonique. Jean­Michel Borzeix écrivait en 1997 que « si l’on compare avec la presse,                            on peut dire que France Culture est à la fois un quotidien, un hebdomadaire et une revue »                                  37 . Le mook viendrait montrer l’intemporalité des émissions de France Culture qui conditionne                          la sélection des contenus imprimés. Jean­Michel Djian, le rédacteur en chef de la revue,                            écrit dans l’édito du premier numéro que “l’intemporalité du propos constitue un mode de                            sélection privilégié.”   38   Désireuse de s’extraire de l’actualité chaude, France Culture a su trouver un nouveau format                            qui mette à profit les productions intemporelles de la radio et de leur offrir une seconde vie,                                  plus pérenne, dans un livre voué à se garder et à se feuilleter comme un objet de référence.                                    Le trimestriel ne s’y trompe d’ailleurs pas : il consacre une rubrique dédiée à une sélection                                d’archives. Dans le numéro 18 de l’été 2016, on trouve ainsi la retranscription de l’émission                              de la RTBF “La Tribune de Paris” à l’occasion du premier festival de Cannes, en 1946,                                accompagnée de photos et d’illustrations d’époque. La section se compose aussi d’un                        entretien avec Edmonde Charles­Roux enregistré en 1995 et rediffusé en janvier dernier,                        ainsi qu’une émission avec René Girard pour parler de son concept de “bouc émissaire”,                            diffusée en 2001.    Dans le cas de ​France Culture Papiers ​comme de ​Manière de voir​, cette éditorialisation                            ponctuelle des archives est rendue possible par le caractère intemporel de l’information que                          cherchent respectivement à produire ​France Culture ​et ​Le Monde Diplomatique​.    C’est d’ailleurs sûrement une des raisons du succès des podcasts de la radio publique, dont                              les audiences comparées à d’autres radios sont disproportionnées par rapport à celles                        glânées sur son flux . La revue n’oublie d’ailleurs pas de faire le lien entre les deux formats,                                 39 en invitant ses lecteurs à écouter ses podcasts en complément. A ce titre, ce n’est pas non                                 40 plus une surprise de voir Slate se lancer dans la production de podcasts. En effet, le site                                 41 d’information se considère comme “le magazine en ligne de référence”. Dédié à l’analyse et                            au décryptage, le site traite ainsi de l’actualité avec une approche explicative des                          événements . 42   Une telle posture de recul critique, commune aux démarches de ​France Culture ​et ​Le                            Monde Diplomatique​, se retrouve aussi dans une initiative de presse récente comme Le 1.                            Ce journal hebdomadaire, s’il n’utilise pas ses propres archives, traite chaque semaine une                          thématique en lien avec l’actualité. Seulement, plutôt que de la traiter comme un fait                            d’actualité, le journal propose des pistes de réflexion avec l’ambition de prendre du recul sur                              les faits rapportés par les journaux d’actualité. Il fait pour cela appel à des chercheurs, des                                intellectuels et des écrivains pour produire un objet de presse dont le travail d’édition revient                              à des journalistes.     37  ​Le Débat n°95, France Culture, une singularité française​, « Cette conversation que nous sommes »  Alain Finkielkraut, mai­août 1997  38  ​France Culture Papiers, ​p.4, printemps 2012, n°1, Bayard, ​voir annexe n°3  39  ​http://www.lalettre.pro/notes/33_b9666621.html  40  « France Culture Papiers : quand la radio se donne à lire, que reste­t­il à entendre ? », Effeuillage   41  ​http://www.slate.fr/story/119447/slatefr­lance­ses­podcasts  42   http://www.lefigaro.fr/medias/2011/03/11/04002­20110311ARTFIG00613­jean­marie­colombani­invite­du ­buzz­media.php 
  17. 17. En ce sens, le 1 rompt avec l’adage selon lequel le journal d’hier ne servirait qu’à emballer le                                    poisson d’aujourd’hui et propose une résistance à l’éphémère, à l’accélération, à la vitesse.                          En bref, la publication repose sur une interrogation fondamentale sur la durée de                          l’information.    Le 1 interroge le rôle de la mémoire dans une ère de vitesse et souhaite rompre avec le                                    présentisme. Sa démarche fustige le manque de perspective, de hiérarchisation et de                        profondeur historique.        Cependant, notons qu’aucune des valorisations d’archives intermédiaires relevées ne sont                    le fruit d’une démarche éditoriale en ligne. Peut­être parce que l'accessibilité continue à                          l’information sur Internet produite ces dernières années ne se prête pas à cette forme                            d’éditorialisation mémorielle. Nos usages délinéarisés de prise d’information en ligne                    appellent ainsi à une différente utilisation des archives.    III. Dans l’actualité, une utilisation occasionnelle des archives    Qu’il s’agisse d’une démarche de libre accès à la documentation ou de republication                          ponctuelle, les médias ont compris que les archives définitives et intermédiaires pouvaient                        faire l’objet d’une “éditorialisation mémorielle”. Celle­ci dépend de l’intérêt historique de la                        production journalistique et du caractère durable voire intemporel de l’information.    Pourtant, le recours à la mémoire est une condition de la production journalistique au                            quotidien. L’actualité, comme nous allons le voir maintenant, peut appeler une mobilisation                        d’archives définitives ou intermédiaires.    A. Les archives, source de documentation historique    Parmi les utilisations les plus répandues des archives courantes, figurent les hommages et                          les dates anniversaires.     Quand l’information a un caractère commémoratif ou que le fait relaté signale la fin d’une                              trajectoire, qu’il s’agisse de celle d’un homme ou d’un texte de loi, les journalistes vont                              puiser dans leurs archives pour produire à nouveau de l’information.    Le plus récent exemple est certainement celui de la mort de Michel Rocard et de l’hommage                                que lui ont fait les médias. Ainsi, le journal Libération n’a pas hésité à faire remonter ses                                  interviews de l’homme politique en 2012 ou en 2015 ou bien la nouvelle de sa décoration                               43 44 par François Hollande en octobre dernier, dans le fil d’information mise en place le                           45 43   http://www.liberation.fr/france/2012/03/02/michel­rocard­on­est­dans­l­imbecillite­politique­collective_799 992  44   http://www.liberation.fr/france/2015/04/22/misere­du­monde­ce­qu­a­vraiment­dit­michel­rocard_125693 0  45   http://www.liberation.fr/france/2015/10/09/hollande­a­rocard­c­est­l­ami­qui­distingue­l­homme_1400981 
  18. 18. lendemain de sa mort. De même l’AFP a ressorti une photo datant de 1969 où l’on voit un                                    jeune Michel Rocard en meeting pour l’élection présidentielle.    Les émissions musicales consacrent régulièrement des rétrospectives à des musiciens ou                      des courants musicaux qui ont marqué l’histoire de la musique. C’est par exemple le cas de                                L’épopée des musiques noires ​sur RFI ou de ​Very good trip ​sur France Inter. De même, la                                  reprise de la saga Star Wars a donné lieu à une abondante résurgence de documents                              d’archives de la part des fans comme des médias, qui relatent par exemple comment ils                              avaient traité le premier volet lors de sa sortie en 1977.    La Première guerre mondiale, dont on commémore le centenaire depuis 2014 jusqu’en                        2018, fait également l’objet d’une plongée dans les archives, bien qu’elle ne fasse pas                            référence à une une actualité récente.  Dans la catégorie Histoire du Figaro, Figaro Archives a publié des archives                        recontextualisées de la bataille de la Somme, le 2 juillet 1916 : un communiqué officiel en                                Une du jour ainsi qu’un article paru le 22 juin 1966 à l’occasion du cinquantième                              anniversaire.   46   Les médias, par devoir professionnel ici encore, se doivent de rendre hommage. Cependant,                          ces évènements font l’objet d’un traitement particulier parce qu’ils ont jalonné l’histoire                        contemporaine. En effet, ils sont aussi l’occasion d’enrichir les archives d’une expérience                        utilisateur approfondie, à travers un dossier, un webdocumentaire, un long format, une carte                          interactive voire un ​newsgame​.    Ainsi, pour un hommage aussi conséquent que celui est dû à la Grande Guerre, France Info                                consacre, depuis l’assassinat le 11 novembre 1913 jusqu’à l’armistice cinq ans plus tard,                          une émission quotidienne à 12h. ​France Info y était propose “de suivre au jour le jour le                                  quotidien d’un monde en guerre via archives et chroniques inédites” et publie chaque jour                            l’archive en question sur sa page Facebook “14 ­ 18 : Radio France y était”, que ce soit un                                     47 document, une photo, un texte, une carte ou une chanson.    En 2014, depuis le premier janvier et jusqu’à l’anniversaire de la déclaration de la guerre en                                août, Arte avait adopté une démarche similaire avec “1914 : dernières nouvelles” . Chaque                         48 jour était publié(e) un article ou une photographie de l’époque, remis en contexte. Le                            document était intégré dans une frise chronologique qui retrace l’avant­guerre.    La commémoration est aussi l’occasion de collecter de nouvelles archives, comme l’action                        interactive Europeana 14­18, une opération lancée conjointement par Les Archives de                      France, la Bibliothèque nationale de France, la Mission du Centenaire et European                        1914­1918. Elle vise à recueillir des archives personnelles de civils et de mobilisés, ensuite                            diffusés.    Ces mobilisations spéciales d’archives peuvent bien sûr s’appuyer sur un prétexte artificiel,                        mais permettre de remettre “au goût du jour” d’un corpus d’information cohérent,                        pédagogique et documenté. Le travail de mémoire audiovisuelle sur l’histoire africaine,                      effectué par Philippe Sainteny dans l’émission ​Mémoire d’un continent ​sur RFI, a par                          46   http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2016/06/30/26010­20160630ARTFIG00177­la­bataille­de­la­som me­relatee­par­le­figaro­en­1966.php  47  ​https://www.facebook.com/FranceInfoYEtait  48  ​http://1914dernieresnouvelles.arte.tv/ 
  19. 19. exemple contribué au coffret ​Afrique, histoire sonore en partenariat avec l’INA et                       49 commercialisé en 2002. Ces 7 compilent 275 documents soit 7 heures d’archives sonores                          enregistrées entre 1944 et 2002. Commentées par Philippe Sainteny et l’historien de                        l’Afrique Elikia Mbokolo, elles permettent de comprendre “l’histoire politique de l’Afrique                      contemporaine.”    Pour autant, la re­publication d’archives à l’occasion d’évènements historiques n’est pas                      l’unique moyen dont les médias disposent pour utiliser leurs archives dans leurs productions                          au quotidien.     B. Les archives, un lien entre passé et présent    Il n’existe pas de mémoire spontanée ou naturelle. De fait, tout est archive dès lors que le                                  temps dans lequel s’inscrivent les faits est considéré comme clôt, et l’évènement ou la                            période relaté(e) comme terminé(e). Les journalistes, parce qu’ils publient de l’information,                      sont les premiers producteurs d’archives et contribuent à l’événementialisation de leurs                      sujets. Parce qu’ils utilisent les informations “produites dans leur environnement immédiat”,                      ils sont également les premiers usagers des archives dites courantes.    Outre les usages commémoratifs des archives, qui puisent dans le passé pour donner de la                              profondeur journalistique à la fin d’un parcours, on trouve bien des des rapports qui font le                                bilan les évènements d’une période donnée à partir de leurs propres archives. Jusqu’à cette                            année, un journal télévisé comme Le Zapping de Canal + faisait chaque jour une revue de                                sa propre dernières 24h d’antenne pour proposer un regard sur l’actualité.    Le format existe pour toute les temporalités : c’est tout autant le cas des dossiers de fin                                  d’année ou des passages en revue du siècle passé lors du passage millénaire. Chaque                            samedi, l’émission L’esprit Inter propose ainsi de “(re)découvrir les instants cultes qui font                          que France Inter est cette radio qui s’adresse et reçoit tous les publics” en proposant un                               50 flashback hebdomadaire des meilleurs moment de la semaine à l’antenne.    A l’instar de Brief.me, des médias se sont construits sur la promesse d’un condensé                            d’information qui synthétise ce qu’il y a “à savoir” de l’actualité de la journée. Ces médias                                proposent des formats courts destinés à un temps d’attention concentré, à l’instar de la                            newsletter.     Parmi les médias qui produisent une large quantité d’informations, certains se sont                        appropriés cette occasion de faire un tri parmi d’abondantes archives courantes pour                        présenter leur hiérarchie de l’information.     C’est par exemple le cas d’un journal comme Mediapart qui envoie chaque jour une                            newsletter, celle­ci pouvant être éditorialisée autour d’une thématique unique pour un édition                        ou un dossier spécial. Le 28 juin dernier, Mediapart consacrait ainsi une newsletter entière                            au Brexit et renvoyant intégralement vers des articles publiés sur le site du journal.    49   http://www.fremeaux.com/index.php?page=shop.product_details&category_id=17&flypage=shop.flypage &product_id=458&option=com_virtuemart  50  ​https://www.franceinter.fr/emissions/l­esprit­inter 
  20. 20. Ces newsletters sont un outil privilégié d’éditorialisation de l’information pour ces médias en                          ligne qui fonctionnent par abonnement. Dans la lignée de Mediapart, les Jours rapportent                          une infolettre qui met en avant les nouveaux articles et rappellent les sujets traités par                              ailleurs. Le média en ligne laisse aux abonnés le choix de la périodicité de ce retour sur les                                    publications, entre un rythme quotidien ou hebdomadaire.     Dans une stratégie de valorisation des archives courantes mais aussi de hiérarchisation des                          informations, Le Monde publie aussi une édition papier le week­end, dédiée aux                        informations les plus importantes ou aux articles les plus marquants de la semaine. En ligne,                              Les Décodeurs du Monde consacrent aussi une section dédiée au rattrapage de l’actualité.                          Intitulé “En bref”, cette section fait le point sur l’actu à 8h, à la mi­journée, à 19h ou à la fin                                          de la semaine. Ce brief hebdomadaire se retrouve aussi sur l’application mobile La Matinale,                            une sélection d’une vingtaine d’articles de la veille qui paraît tous les matins.    Le Monde a bien intégré la fragmentation de l’information et la nécessité d’adapter le                            contenu au format du média de diffusion. Dans sa newsletter quotidienne, qui intègre un                            focus sur une question d’actualité ainsi qu’une revue de presse tirée de sources extérieures                            en quelques paragraphes, le journal en profite pour proposer une sélection d’articles, qu’il                          s’agisse d’actualités culturelles dans “La liste de nos envies” ou d’autres publications dans                          “Aujourd’hui dans le monde”.    Nombreux sont aussi les reportages qui se consacrent à l’”après­évènement”. A une date                          suffisamment ultérieure pour qu’elle puisse permettre un recul, une mise en perspective, un                          journaliste se rend alors sur place pour rendre compte de l’évolution de la situation et,ce                              faisant, l’actualiser.     Le nouveau site d’information L’imprévu souhaite ainsi “raviver la mémoire par rapport à                          l’actualité et l’information”, selon sa co­fondatrice Claire Berthelemy. L’imprévu veut remettre                      des sujets au goût du jour quand ils ne sont plus de l’actualité, “revenir sur des événements                                  très médiatisés et en dérouler le fil jusqu’à aujourd’hui” pour éviter l’écueil d’un traitement                            trop éphémère et superficiel de l’information.     Ainsi, la rubrique Droits de suite (#DDS) revient sur des évènements de l’actualité a relégué                              au second plan. Sur son site, L’imprévu écrit : “on sait qu’une info chasse l’autre, mais                                qu’est­ce qui nous empêche de revenir sur celle qui a été chassée ?”. Selon le ​pure player​,                                  “l’événement ne s’arrête pas au moment où il est raconté en direct” et “c’est le temps qui lui                                    donne son sens”.    Toutefois, un des usages les plus fréquents des archives par les producteurs audiovisuels                          consiste, dans le cas d’un nouveau fait venant alimenter un sujet, à utiliser la télévision ou la                                  radio comme élément de datation. L’archive peut aussi servir à la contextualisation une                          nouvelle histoire . 51   Les émissions peuvent peuvent choisir de recourir à des sources extérieures au média qui                            diffusera l’information. Combien de fois le ​Radioscopie ​de Jacques Chancel a servi aux                          producteurs de radio du jour ? Combien de fois ​Là­bas si j’y suis ​servira aux producteurs de                                  demain ?    51  ​http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=TDM_001_0232 
  21. 21. Les médias incorporent déjà leurs ressources mémorielles dans leurs productions                    journalistiques, à travers des liens hypertextes insérés dans des encarts invitant à compléter                          sa lecture. Résultats d’une automation à partir des méta­données renseignées (​tags ​ou                        mots­clés) ou d’une démarche manuelle, ces encarts et ces liens sont des invitations à                            découvrir les articles connexes ­ si l’article soulève une question corollaire ­ ou les archives                              courantes ­ si le journaliste fait référence à un fait précédent.     La mémoire est aussi utilisée dans le rapport au présent, que ce soit comme point de                                comparaison avec les événements du passé, comme opportunité d’analogies, comme                    déconstruction, construction ou reconstruction du passé à la lumière des faits du présent.    C’est par exemple le cas d’une émission comme l’Histoire en direct sur BFM TV, dont le                                projet est de “décrypter l’actualité en remontant le temps”, de “comprendre et raconter les                            évènements du moment en s’appuyant sur ceux du passé”, et ce grâce aux archives                            fournies par l’INA.  52   La promesse ultime de l’interactivité avec le passé est à ce propos contenue dans le                              potentiel des expériences de réalité virtuelle. Celles­ci peuvent “présentifier” l’expérience du                      réel, c’est­à­dire faire revivre les événements passés comme s’il s’agissait du présent.     Frédérique Lamy, de la documentation du Monde, confirme que son travail consiste                        principalement à déterminer les sujets d’actualité pour lesquels les archives sont                      mobilisables : que ce soit pour une date anniversaire, d’un événement de l’actualité ou d’un                              décès, son rôle est de nourrir le travail des journalistes de lemonde.fr par son travail de                                documentation. Elle peut ainsi alimenter la frise chronologique de nouveaux temps forts en                          fonction de l’actualité. Récemment, la mort de Prince a donné lieu à la constitution d’un                              dossier , de même que l’Euro de foot a permis la mise à disposition d’archives concernant                             53 le Championnat d’Europe des Nations de 1984 ou du match France­Allemagne lors de la                            Coupe du Monde 1982. Ces “Temps forts” peuvent alors être publiés sur la Une de la                                version abonnés de lemonde.fr. Chaque mois, Frédérique Lamy sélectionne de la sorte deux                          ou trois événéments marquants qui feront l’objet d’un travail de recherche archivistique et de                            mise en forme éditoriale.    C. Les archives, source d’actualité ?     Les archives peuvent aussi servir à raconter de nouvelles histoires qui n’auraient pas connu                            de traitement journalistique autrement.     Ainsi, quand Clara Beaudoux commence à tweeter sur la vie de Madeleine sous le hashtag                              #MadeleineProject​, une femme dont elle a découvert les affaires dans la cave de son                            appartement parisien, elle sort les archives des oubliettes de l’histoire. Après avoir                        quotidiennement documenté la vie de cette femme née en 1915 pendant une semaine, la                            journaliste est allée à la rencontre de personnes qui avaient côtoyé Madeleine de son vivant,                              à Bourges. A travers le dévoilement d’une vie, Clara Beaudoux espère ainsi faire parler                            52  ​http://www.bfmtv.com/emission/decouvrez­la­nouvelle­ba­de­l­histoire­en­direct­921951.html  53   http://abonnes.lemonde.fr/archives/temps_fort/2016/04/22/21­avril­2016­la­mort­de­prince_4906786_18 19218_4906723.html 
  22. 22. l’histoire qu’elle a traversée, puisque Madeleine est “une mémoire qui a traversé le XXe                            siècle” .  54   Ce documentaire Twitter montre que les archives peuvent servir de matière première de                          l’information, faire émerger de nouvelles histoires et déboucher sur une nouvelle narration                        journalistique. Toutefois, dans le cas du #MadeleineProject comme dans d’autres, la même                        contrainte pèse sur cette valorisation de l’archive : le risque de noyade dans l’océan                            informationnel et de péremption de l’information.    “​Yesterday’s newspaper is fit only for wrapping up fish​”. Selon cette expression                        anglo­saxonne, le journalisme n’aurait pas de mémoire : il serait une chronique du présent.                            Le passé n’aurait que peu ou pas d’importance, et le futur ne serait envisagé que comme un                                  horizon de résultats. En effet, les sites d’information sont aujourd’hui conçus comme des                          portes d’entrée sur des contenus dits “chauds”, qui disparaissent à mesure qu’ils périment.     Une vidéo parodique parodiait récemment le traitement médiatique d’une catastrophe                    humanitaire dans le fictionnel pays du Darfimbabwour , mettant à nu l’impuissance du                       55 traitement journalistique face à l’irrémédiable et constant renouvellement de l’actualité.    Toutefois, il est important de se rappeler, face aux limites que représente le caractère                            éphèmère de l’information, que le processus de remémoration forme une partie du travail de                            mémoire. Ainsi, les médias peuvent contribuer, parallèlement aux documentalistes et aux                      historiens, à faire en sorte que leurs productions journalistiques ne tombent pas dans l’oubli.    Ce travail sur la mémoire journalistique implique de penser le format de production de                            l’information en même temps que sa temporalité.    La forme journalistique majoritaire actuellement correspond à des standards qui répondent                      aux contraintes de la presse écrite et aux débuts de la presse en ligne. Les codes hérités ne                                    sont cependant plus adaptés à la façon dont a évolué la presse en ligne.  L’intégration des liens hypertextes et de contenus multimédias (vidéo, audio) ne constituent                        en un sens que la prolongation de ce qui se faisait sur le papier, avec la citation des sources                                      et l’intégration d’images.    Les informations sont historiquement représentées comme une série d’articles qui                    rapportent les évènements au fur et à mesure qu’ils se produisent. Les contraintes de la                              presse papier impliquaient qu’un journal ne soit publié qu’une fois ­ voire deux ­ par jour. Un                                  article, une fois publié, était inaltérable.    On observe à ce propos des journaux en ligne comme le ​Times ​au Royaume­Uni renoncer                              au flux continu d’informations pour revenir à l’idée de “bouclage”, en proposant trois mises à                              jour quotidiennes : à 9 heures, midi et 17h.  56   54   http://bibliobs.nouvelobs.com/web­side­stories/20160527.OBS1387/grace­au­madeleine­project­je­me­s uis­mise­a­dire­je.html  55  ​https://www.youtube.com/watch?v=uHTdFgkV4qo  56   http://www.lemonde.fr/actualite­medias/article/2016/04/02/le­site­web­du­times­de­londres­renonce­au­fl ux­d­informations_4894350_3236.html 
  23. 23. Aujourd’hui, chaque article reste envisagé comme un monolithe : une production qui se suffit                            à elle­même qu’il est très dur de combiner avec d’autres informations.   Il revient encore au lecteur d’effectuer le travail de synthèse, avec ce qu’il implique de                              questionnements dont les temporalités diffèrent, de recherches à travers différents articles                      pour obtenir un tableau représentatif d’une situation.     Le journalisme ne s’est pas adapté à la possibilité technique de voir ses publications intégrer                              les évolutions ou additions de savoir produites au fil du temps de manière native. La                              temporalité journalistique est restée calée sur le rythme d’impression des journaux.    Les rédactions publient chaque jour des contenus redondants. Cet héritage des publications                        de presse paraît aujourd’hui obsolète voire absurde d’une perspective numérique native.   C’est comme si Wikipédia publiait une nouvelle page sur la Syrie à chaque nouvelle page                              concernant le pays.    Pourtant, l’ensemble des citations d’une personnalité sur un sujet, la chronologie d’un                        événement : ce genre d’information contextuelle et longitunidal reste encore aujourd’hui à                        développer dans le traitement journalistique.    C’est pour cette raison qu’un “​journalisme explicatif​” a pu se développer et trouver sa                            place dans les pratiques journalistiques. Chaque rédaction produit l’information nécessaire à                      créer ce savoir longitudinal : il s’agit simplement de l’encoder pour la rendre accessible,                            réutilisable, remixable après coup.    Aussi appelé journalisme structuré, journalisme de stock ou journalisme de données                      narratives, le journal explicatif foisonne sur le web. Grâce aux outils numériques, le                          journalisme explicatif “propose souvent beaucoup d’infos sur une même page, plusieurs                      entrées pour chaque info, des formes narratives différentes et flexibles pour la même info, et                              laissent le contrôle à l’utilisateur”, selon Bill Adair, fondateur de Politifact aux Etats­Unis et                            professeur à Duke University. “Avec leurs encadrés permanents réactualisés, ils                    ressemblent parfois à des sortes de Wikipédia de luxe, sous stéroïdes!”.     Ainsi un article pose d’abord l’essentiel avant d’être éventuellement réactualisé. De fait, le                          journalisme explicatif s’abroge de l’impératif d’une “version définitive d’un sujet et des                        deadlines artificiels”. Selon Felix Salmon, de Fusion : pas besoin de tout réexpliquer à                            chaque fois à partir de zéro. Un encadré sur le côté, et le tour est joué !”.    A contre­courant de la lutte pour le ​breaking news ​(être “premier sur l’info”), le journalisme                              explicatif prend en compte la couverture effectuée par les autres médias et s’en sert de base                                à la construction de ce que Richard Gingras, chef de Google News, appelle les “services de                                la connaissance” : des “URL permanents” qui évitent que “les journaux ne mettent aux                            archives (à la morgue) les articles périmés”. Chris Amico, co­fondateur de Homicide Watch,                          considère ainsi que “ce journalisme est un bon moyen de ne jamais perdre l’information”.   57   Les Fils rouges de L’imprévu travaillent en ce sens : ils “décomposent en plusieurs                            questions qui sont autant de clefs pour cerner un sujet et ses subtilités”. “Evolutifs, ils                              peuvent être enrichis au fil du temps ou mis à jour si nécessaire”. Ils visent à donner le                                    “maximum de cartes en main” pour se forger une opinion.    57  ​http://meta­media.fr/2014/05/04/fini­le­journalisme­de­flux­vive­le­journalisme­de­stock.html 

×