Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Quatre croyances répandues sur la géographie des activités scientifiques

99 views

Published on

Speech given at the 53e colloque de l'ASRDLF (Association de Science Régionale de Langue Française), 2016, Gatineau

Published in: Science
  • Be the first to comment

Quatre croyances répandues sur la géographie des activités scientifiques

  1. 1. QUATRE CROYANCES RÉPANDUES SUR LA GÉOGRAPHIE DES ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES Michel, GROSSETTI, CNRS, UMR LISST Denis, ECKERT, CNRS, UMR LISST Marion, MAISONOBE, UMR LISST Josselin,TALLEC, UMR LISST Contact : marion.maisonobe@univ-tlse2.fr
  2. 2. Quatre croyances répandues 1. les activités scientifiques sont concentrées spatialement : OUI 2. cette concentration s'accroit : NON 3. il faut une « masse critique » de chercheurs dans un ensemble donné (région, ville, établissement) pour obtenir une recherche de qualité : NON 4. les activités scientifiques s’internationalisent au détriment des contextes nationaux et régionaux : NON
  3. 3. Élaboration d’une méthode pour étudier la science à l’échelle mondiale et au niveau urbain Repérer les lieux d’activités scientifiques Construire des périmètres d’agglomérations urbaines Washington - Baltimore Source : en 2007 plus de 7 000 revues et plus d’un million de publications (SCI Expanded). Géolocalisation de près de 98% de l’ensemble des publications de la base à plusieurs dates (00-08).
  4. 4. Conception et réalisation : LJ et MM (ANR Géoscience) Notice de publication indexée dans le WoS Notice de publication : l’exemple d’un article signé par 16 auteurs entre Paris et Toulouse Le comptage entier fractionné des liens de collaborations entre agglomérations Lien unique: Paris-Toulouse Valeur de la relation = 1 Stocks de publication: Paris = 0,5 Toulouse = 0,5
  5. 5. Croyance répandue 1 : Les activités scientifiques sont concentrées spatialement Résultats : OUI. En 2007, 95 % des publications scientifiques étaient concentrées dans 912 agglomérations scientifiques et 50 % dans une centaine environ. Variations entre pays:
  6. 6. Croyance répandue 2 : Cette concentration spatiale s’accroît Résultats : NON. Elle décroît. Entre villes : Évolution de la concentration des publications mondiales sur les agglomérations les plus importantes (2000-2008) 1999-2001 2006-2008 2009-2011 10 premières 17,4 14,8 13,9 20 premières 24,8 22,4 21,4 30 premières 30,4 27,7 26,7 50 premières 39,2 36,0 35,0 100 premières 52,9 49,8 48,5 200 premières 69,9 66,8 65,1 300 premières 79,6 76,7 74,8 Nombre total de publications 828107 1201605 1407994 Source: Web of Science (articles, recensions et lettres) Part du total des publications (% cumulés)Groupe d'agglomération par nombre de publications
  7. 7. Entre pays : Évolution entre 2000 et 2007 de la part des 36 pays ayant le plus publié en 2007 (Source: SCI Exp)
  8. 8. À l’intérieur Des pays: Évolution de la part des grandes agglomérations mondiales dans leur production nationale entre 2000 et 2007 (Source: SCI Exp)
  9. 9. Croyance répandue 3 : Il faut une « masse critique » de chercheurs dans un ensemble donné (région, ville, établissement) pour obtenir une recherche de qualité. Résultats : NON. Le nombre de publications d’un ensemble est une fonction linéaire du nombre de chercheurs. Même résultat dans : BONACCORSI A., DARAIO C., (2005), Exploring size and agglomeration effects on public research productivity, Scientometrics, vol. 63, n°1, p. 87-120. En France (20 premières villes): Log (nombre de publications) = Log (nombre de chercheurs CNRS en science et ingénierie) + Log (nombre d’enseignants-chercheurs) + Log (nombre d’ingénieurs). Ce modèle permet une très bonne prédiction puisque le coefficient de corrélation multiple (R2) qui donne une idée de la part de variation expliquée par le modèle est de 95 %.
  10. 10. Dynamisme des petits sites universitaires français et déconcentration des citations (MILARD, 2012 ; CÔTÉ G., ROBERGE G., ARCHAMBAULT É., 2016) Année Type d’agglomération 1978 % 1988 % 1998 % 2008 % Paris 46,3 43,8 37,6 34,9 Autres centres académiques 1870 39,7 40,6 43,8 44,6 Autres capitales régionales 5,7 6,5 7,2 7,3 Capitales départementales avec université 5,6 6,6 8,1 9,3 Capitales départementales sans université ,09 ,08 ,16 ,25 Autres villes 2,6 2,4 3,2 3,7 Total 100 100 100 100
  11. 11. Croyance répandue 4 : Les activités scientifiques s’internationalisent au détriment des contextes nationaux. Résultats : NON. les collaborations internationales s’accroissent, mais les collaborations nationales également. Beaucoup de pays se « nationalisent » (plus de collaborations déployées dans un cadre national, ex : Chine) 1999-2001 2006-2008 2009-2011 Une seule agglomération 69,3 65,0 62,5 Plusieurs agglo du même pays 15,4 17,7 18,6 Plusieurs agglo, plusieurs pays 15,2 17,3 18,9 Nombre total de publications 829487 1202618 1408022 Source: Web of Science (articles, recensions et lettres) % de publications signées depuis : Part du total des publications (% cumulés)
  12. 12. Corrélation entre l’évolution de la concentration de la production nationale (indice de Gini) et la part nationale des collaborations des 36 premiers pays du monde (SCI Expanded) (Source: SCI Exp)
  13. 13. Un rééquilibrage des relations « territoires –activités scientifiques » ? - Un nombre croissant de territoires impliqués - De croissantes collaborations entre « anciens » et « nouveaux » territoires - Un renforcement – une intégration croissante - des systèmes nationaux de recherche

×