Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Lettre Roumanie Novembre 2019 Eastrategies.fr

185 views

Published on

Toutes l'actualités de la Roumanie rédigées par Eastrategies, société de conseil et d’accompagnement opérationnel spécialisée sur les marchés d’Europe de l’Est : #Roumanie, #Bulgarie, #Moldavie et #Serbie.

Published in: Business
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Lettre Roumanie Novembre 2019 Eastrategies.fr

  1. 1. Eastrategies Page 1 Actualité macro-économique en Roumanie Popula on : 19,5 millions d’habitants PIB en 2018 : 202 milliards EUR PIB par habitant en 2018 : 10.300 EUR Croissance en 2018 : +4,1 % Croissance prévisionnelle en 2019 : +3,3 % Flux entrants d'IDE en 2018 : 4,9 milliards EUR Salaire minimum brut garan à par r du 1er décembre 2018 : 447 EUR (2.080 RON) Salaire moyen net mensuel, en septembre 2019 : 650 EUR (3.082 RON) Taux d’infla on en 2018 : 4,6 % Taux de chômage en 2018 : 3,8 % Place de la France dans les échanges commerciaux : 3ème client, 6ème fournisseur Stock IDE français en 2018 : 4,731 milliards EUR, France – 5ème rang parmi les inves sseurs étrangers Cours EUR/RON au 22.11.2019 : 1 EUR = 4,7729 RON NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s
  2. 2. Eastrategies Page 2 Actualité poli#co-économique en Roumanie L’économie roumaine va légèrement progresser ce0e année, es#me la Commission européenne : Le rythme de croissance de l’économie roumaine va légèrement augmenter ceCe année, jusqu’à 4,1% du PIB, mais il va ralen r les deux années à venir, devant se situer à 3,6% en 2020 et à 3,3% en 2021. C’est ce que révèlent les pré- visions économiques de l’automne 2019, rendues publiques par la Commission européenne. Par ailleurs, l’Exécu f communautaire s’aCend à ce que les pressions infla onnistes en Roumanie baissent de 4,1% en 2018 à 3,9% en 2019. En 2020, ce même indicateur devrait rentrer dans l’intervalle visé par la Banque centrale de Roumanie, à savoir 2,5% plus ou moins un point de pourcentage. Enfin, la Commission européenne met en garde contre le fait que le déficit budgétaire va augmenter jusqu’à 3,6% en raison des majora ons signi- fica ves des salaires dans le secteur public. (Source : Radio Roumanie Interna onal) Google ouvrira un centre de recherche à Bucarest : Selon des sources du marché immobilier, Google envisage d’ouvrir un centre de recherche à Bucarest, où il recrutera au moins 50 employés. Pour son futur centre de re- cherche, Google prévoit de louer 1 000 m² de bureaux dans la tour Unirii View du centre-ville de Bucarest. La nouvelle intervient quelques jours à peine après l'annonce par Google de l'acquisi on du fabricant de vête- ments intelligents Fitbit, qui dispose également d'un centre de recherche à Bucarest avec 200 employés. Le chiffre d’affaires officiel de Google en Roumanie, annoncé par sa filiale locale Google Bucarest SRL, s’élève à 20,6 millions de RON (environ 4,4 millions d’EUR) l’année dernière, soit une hausse de 9% par rapport à 2017. La filiale de Google à Bucarest comptait 15 employés l’année dernière. Il y a quelques années, l'ancien responsable na onal de Google Bucarest a expliqué que les ac vités déclarées par la filiale locale n'incluaient pas les revenus de la publicité en ligne, car la filiale locale n'était qu'une en té fournissant des services de conseil aux entreprises roumaines. Sur le plan opéra onnel, tout est centralisé en Irlande. C'est le cas d'autres groupes informa ques mondiaux tels que Facebook, MicrosoQ, Oracle et IBM. La quasi- totalité des ac vités de Google se font en Roumanie depuis l'Irlande, comme c'est le cas pour ses ac vités au Royaume-Uni, en France, en Israël ou en Afrique du Sud. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest) L'élargissement de l'espace Schengen, en débat : Par la future adhésion à l'espace Schengen de la Croa e, de la Bulgarie et de la Roumanie l'UE sera mieux équipée pour protéger ceCe zone de libre circula on. C'est ce qu'a déclaré mardi, à Strasbourg, le commissaire européen à la Migra on, aux Affaires intérieures et à la citoyenneté, Dimitris Avramopoulos. Cela, dans le contexte où la Commission européenne a décidé mardi que Zagreb rem- plissait les condi ons techniques nécessaires à l'intégra on de l'espace Schengen. Prévue ini alement pour le mois de mars 2011, l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l'espace Schengen a été reportée à plusieurs reprises en raison de l'opposi on de plusieurs Etats membres, qui ont invoqué l'ab- sence des réformes en ma ère de jus ce. (Source : Radio Roumanie Interna onal) NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s
  3. 3. Eastrategies Page 3 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Un loueur de voitures éme0ra des obliga#ons d’un montant de 20 millions d’euros à la Bourse de Bucarest : La société de loca on de voitures roumaine Autonom, contrôlée par les entrepreneurs locaux Dan et Marius Stefan de Piatra-Neamt, prépare une émission obligataire de 20 millions d’euros qui serait cotée à la bourse de Bucarest, selon plusieurs sources citées par le quo dien Ziarul Financiar. BRD, la filiale roumaine du groupe français Société Générale, et BT Capital Partners, membre du groupe local Banca Transilvania, géreront l’émission. Les obliga ons paieront un coupon annuel de 6% à 7%, selon les sources. Les fonds recueillis par Autonom auprès d’inves sseurs sou endraient les plans de développement de la socié- té, à savoir l’extension du parc de véhicules, qui compte actuellement environ 10 000 unités. Selon certaines sources, Autonom organiserait des réunions avec des inves sseurs ins tu onnels, y compris des fonds d’inves ssement, pour obtenir ce financement. Les obliga ons seraient cotées sur le segment alterna f AeRo de la Bourse de Bucarest. Autonom a été fondée en 2006 et son ac vité a connu une croissance con nue depuis son lancement pour aCeindre 28 millions d’euros en 2018. L’entreprise avait un bénéfice net de 2,35 millions d’euros l’année der- nière. (Source : ecopeco.org) Un inves#sseur turc relance un projet de bureau après une réorganisa#on de 14 millions d’euros : TC Capital, une société d’inves ssement immobilier gérée par l’inves sseur turc Ali Capa, ancien ac onnaire du groupe An- chor, va relancer le projet de construc on d’immeubles de bureaux Hyperion Towers dans le district de Pipera, au nord de Bucarest, à la densité de bureaux, après un vaste processus de rénova on en cours, a rapporté Economica.net. L’inves sseur plaide en faveur de la localisa on, ce qui est bien meilleur que la situa on générale qui prévaut dans le district de Pipera. L’homme d’affaires turc a acheté le complexe, anciennement connu sous le nom de Twin Tower Barba Centre, en 2017, l’a renommé et a entamé un processus de rénova on dans lequel il a inves quelque 14 millions d’EUR. Le projet comprend deux bâ ments d’une superficie loca ve totale de 40 000 m² de bureaux de classe A. Le processus de rénova on se déroule en deux étapes : l’achèvement du premier bâ ment est prévu pour la fin de l’année, tandis que la deuxième tour sera complètement modernisée dans la deuxième par e de 2020. (Source : ecopeco.org) La Roumanie, 5ème des#na#on la plus prisée par Airbnb’s 2020 : La Roumanie figure en cinquième posi on sur la liste des 20 des na ons les plus en vogue d’Airbnb pour 2020, sur la base de la croissance annuelle des réser- va ons, a annoncé la société de réserva on d’hébergements le mardi 22 octobre dernier. Les réserva ons en Roumanie via la plateforme Airbnb ont augmenté de près de 300%, révèle le classement. La Roumanie est la seule des na on d'Europe de l'Est incluse dans ceCe liste. « La Roumanie, avec ses collines immaculées et ses anciens villages ruraux, est la des na on idéale pour tous ceux qui recherchent quelque chose hors des sen ers baCus. Le pays possède certaines des forêts vierges les mieux préservées d'Europe et, selon l'indice de performance environnementale de 2018, il se classe au 15ème rang mondial pour la vitalité de son écosystème », souligne Airbnb. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest)
  4. 4. Eastrategies Page 4 Roumanie : la croissance ralen#t à 0,6% au T3 : La croissance roumaine a encore ralen au troisième trimestre à 0,6%, après 0,8% au trimestre précédent, douchant les espoirs de Bucarest d'aCeindre son objec f annuel, selon une première es ma on de l'Ins tut de sta s ques. C'est le troisième trimestre successif de décéléra on du PIB qui avait encore progressé de 1% sur les trois premiers mois de l'année. En glissement annuel, le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 3,2% au troisième trimestre, contre 4,3% au deuxième trimestre et 4,9% au premier, en données corrigées des varia ons saisonnières. Sur les neuf premiers mois, la croissance s'est élevée à 4,1%. Pour 2019, Bucarest tablait sur une progression du PIB de 5,5%, un objec- f désormais inaCeignable selon les économistes. La Banque centrale avait mis en garde contre une décéléra on de la croissance au deuxième semestre, sur fond de performance « modeste » de l'agriculture et de ralen ssement des exporta ons. La hausse de la demande a dopé les importa ons, le déficit commercial s'élevant à 12 milliards d'euros au cours des neuf premiers mois, en hausse de 20% par rapport à la même période de 2018. Le Fonds monétaire interna onal (FMI) et la Commission européenne tablent sur une hausse de 4% du PIB rou- main ceCe année. La croissance roumaine avait décéléré à 4,1% en 2018, après un record de 7% en 2017, dans un contexte de hausses salariales et de baisses de taxes. (Source : lefigaro.fr) La proposi#on de la Romanie pour le poste de commissaire européen a été avalisée par le Parlement euro- péen : Le candidat désigné par la Roumanie pour le poste de commissaire européen aux Transports, l’eurodépu- tée Adina Vălean, a reçu l’aval de la commission de spécialité du Législa f communautaire. Parmi ses priorités figurent le transport écologique et équitable et la réduc on du nombre d’accidents de la route, chapitres aux- quels la Roumanie compte parmi les pays de l’Union les plus déficitaires. La composi on de la nouvelle équipe de la Commission européenne dirigée par Ursula von der Leyen devrait être soumise au vote en session plénière du Parlement européen, le 27 novembre. (Source : Radio Roumanie Interna onal) La Roumanie, parmi les pays de l'UE où il y a le moins de vols qualifiés : La Roumanie a enregistré 16 cas de vols qualifiés déclarés par la police pour 100 000 habitants en 2017, selon les données d'Eurostat citées par Agerpres. L’Estonie et la République tchèque (15 cas pour 100 000 habitants), Chypre (14), la Slovénie (12), la Slovaquie et la Hongrie (tous deux 9) étaient les seuls États membres de l’UE présentant des taux inférieurs à ceux de la Roumanie. À l'opposé, le nombre le plus élevé d'infrac ons pour 100 000 habitants a été observé en Belgique (167), en France (150), en Espagne (144), en Angleterre et au Pays de Galles (Royaume-Uni) (132) et au Portugal (115). Dans l'UE, le nombre de vols qualifiés enregistrés par la police a diminué de 24% entre 2011 et 2017, passant de 522 000 à 396 000, après une augmenta on de 4% entre 2008 et 2011. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest) Par#cipa#on de l’Ambassadrice de France à l’inaugura#on de la ligne de produc#on modernisée de Saint- Gobain Glass Roumanie à Călărași : Mme Michèle Ramis, Ambassadrice de France en Roumanie, a été l’invitée d’honneur de la cérémonie de relance de la ligne de produc on de verre floCé de Saint-Gobain le 3 octobre 2019 à Călărași. NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s
  5. 5. Eastrategies Page 5 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s La processus de modernisa on de ceCe ligne de produc on, complexe et impliquant des inves ssements d’en- vergure, marque une étape importante du développement de l’entreprise Saint Gobain en Roumanie. MeCant en exergue l’importance et la diversité des partenariats franco-roumains, l’Ambassadrice de France a tenu à féliciter l’ensemble des collaborateurs et collaboratrices de Saint-Gobain pour leur engagement et pour leur implica on dans ce projet à la pointe de la technologie, qui représente le symbole de l’engagement de ceCe usine à con nuer pour très longtemps à produire du verre de haute qualité et la promesse de contribuer ainsi au bon développement de la région de Calarasi. (Source : ambafrance.org) Le blé roumain, un concurrent menaçant pour la filière française ? : La Roumanie est devenue un acteur impor- tant sur le marché du blé, principale culture du pays. Sa produc on a considérablement augmenté ces dernières années, permise par un développement des rendements. Selon Gau er Maupu, spécialiste des pays de la mer Noire, la progression devrait se poursuivre, entraînant la produc on encore à la hausse. Faut-il y voir une menace pour la filière blé française ? Focus sur ce pays qui a récemment rejoint l’Union européenne. Sur le marché des grains, les opérateurs se focalisent beaucoup sur la Russie. Et c’est à juste tre puisque l’agri- culture s’y est fortement développée. D’une produc on de blé à 44 Mt en 1997, le pays est passé à près de 86 Mt en 2017. En l’espace de 20 ans, la produc on a donc presque doublé. À l’est de l’Europe se trouve la Rouma- nie qui, elle aussi, a neCement progressé sur le marché du blé. La France peut-elle considérer le blé roumain comme un sérieux concurrent ? À l’heure actuelle, la Roumanie est le 3e exportateur de blé en Europe, derrière la France et l’Allemagne. Depuis deux - trois ans, la Roumanie exporte entre 5 et 7 Mt de blé par an. Mais le pays présente une par cularité, ex- plique l’expert « sur ces 5 à 7 Mt d’exports (les chiffres proviennent des sta s ques d’exports), il y a aussi pas mal d’importa ons qui sont faites en provenance de Hongrie et Bulgarie. Le blé transite par le Danube pour re- joindre la Roumanie et être ensuite exporté sur la mer Noire à par r des ports roumains ». Finalement, la Rou- manie en elle-même exporte entre 3 et 5 Mt et importe entre 500 k et 2 Mt tous les ans en provenance de ses voisins, en fonc on de leur récolte locale. 50 000 ha pour la plus grande exploita on ! Entre 1997 et 2017, les rendements en Roumanie sont passés de 3 t/ha à près de 4,9 t/ha, d’après la FAO. Soit une progression de l’ordre de 63 % en 20 ans ! Dans le même temps, les surfaces n’ont presque pas bougé : elles sont restées stables, autour de 2 Mha. À tre de comparaison, en Russie, les rendements sont passés de 1,8 t/ ha à 3,1 t/ha (+ 70 %) et les surfaces ont progressé de 24 Mha à 27,5 Mha (+ 15 %). Toutefois, « quand on part d’un rendement à près de 1,5 t/ha, ce n’est pas très difficile de l’augmenter un peu ! », souligne Gau er Maupu, consultant interna onal chez Agritel. De 7,2 Mt en 1997, la produc on de blé roumain s’est élevée à 10 Mt en 2017. Contrairement à la Russie, l’aug- menta on de la produc on est passée exclusivement par la hausse des rendements. Ils sont d’ailleurs par culiè- rement hétérogènes en raison de la grande variabilité de taille entre les exploita ons, qui s'échelonne de près de 2 ha à 50 000 ha ! Plusieurs raisons permeCent d’expliquer la progression des rendements. Le pays regorge de bonnes terres et du tchernoziom (une terre par culièrement riche en ma ère organique et jugée comme la meilleure terre du monde pour les grandes cultures) est même présent dans le sud.
  6. 6. Eastrategies Page 6 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s « Le climat a offert des condi ons un peu plus clémentes pour les blés ces derniers temps, bien que l’on ne soit pas à l’abri de certains problèmes clima ques, comme ce fut le cas en 2003 ou 2007, où la canicule avait forte- ment imputé les rendements », souligne l’analyste. D’autre part, l'améliora on de la géné que a également joué un rôle primordial. « De plus en plus d’exploita- ons u lisent des variétés européennes, qui permeCent d’avoir un rendement plus élevé ». Par ailleurs, l’améliora on des techniques culturales est clairement visible. « Il y a plus d’achat de matériel et plus de technique dans la ges on des intrants, que ce soient des engrais mais aussi des produits phytosanitaires », explique Gau er Maupu. L’entrée dans l’UE : un nouveau souffle pour la Roumanie La Roumanie a rejoint l’Union européenne en 2007. Son entrée l'a aidée à progresser au niveau de la stabilité, de l’économie et la logis que, explique le spécialiste. Les inves ssements et les subven ons, « qui allaient par- fois jusqu’à 50, 70, voire même 100 % pour les agriculteurs qui installaient du stockage ou de l’irriga on », ont redonné un nouveau souffle au pays. La filière agricole représente une bonne par e du PIB en Roumanie et entre 2007 et 2014, de nombreux plans de financement européens ont été mis en place pour essayer de remeCre à niveau les exploita ons et toute la filière, ainsi que de refaire les routes. « Les aides Pac ont aussi aidé à s muler le secteur agricole, bien qu’elles soient plus faibles depuis 2014 ». « La Roumanie, ce n’est pas la Russie : les surfaces ne sont pas illimitées », explique l’expert. D'autant plus qu’une bonne par e au milieu du pays est couverte de montagnes. Le pays cul ve également du maïs et les sur- faces ne sont pas appelées à diminuer. L’hypothèse d’une extension des surfaces de blé parait donc peu pro- bable. Toutefois, l’analyste es me qu’il y a encore une progression à venir pour les rendements : « l’améliora- on géné que va con nuer, tout comme l’améliora on des techniques culturales ». Presque 10 % des surfaces sont exploitées par des étrangers « Il y a encore cinq ans, de fortes disparités pouvaient être constatées entre les grosses exploita ons bien gé- rées, détenues souvent par des agriculteurs étrangers et les très pe tes exploita ons qui avaient peu de moyens et avaient du mal à gérer leurs cultures ». Aujourd’hui, c'est de moins en moins le cas, avance Gau er Maupu. Il note une améliora on des pe ts producteurs : « quand on voit le voisin qui fait deux fois plus de ren- dement que nous, au bout d’un moment on se pose des ques ons et on s’en inspire pour progresser ». Par ail- leurs, les écoles d'agricultures se développent dans le pays et la popula on d’agriculteurs se renouvelle progres- sivement, apportant de nouvelles compétences. Selon le spécialiste, les rendements vont progresser, certes, mais n’aCeindront probablement pas les niveaux français ou allemand. « Aller chercher les derniers quintaux coûte cher et sachant qu’en Roumanie, il peut par- fois pleuvoir à peine 300 ou 350 mm à l’année, le risque est grand. Sans eau, le rendement sera quoi qu’il arrive très faible ». Plutôt que d’aller chercher ces derniers quintaux trop coûteux et risqués, la stratégie des agriculteurs roumains se porte davantage sur une bonne ges on des approvisionnements et la recherche d’un rendement suffisam- ment élevé mais sans viser le maximum, le tout, en faisant en sorte que cela ne soit pas trop coûteux à la fin de l’année, en cas de perte suite à un poten el aléa clima que. (Source : terre-net.fr)
  7. 7. Eastrategies Page 7 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Entreprises françaises en Roumanie DACIA-RENAULT : Dacia propose à ses clients de Roumanie le nouveau Logan Stepway Dacia surprend une fois de plus le monde automobile avec une proposi on inédite dans le segment des berlines tricorps. Logan, le modèle le plus vendu en Roumanie, sera disponible, dès le 14 novembre 2019, dans une ver- sion Stepway, au design moderne et aCrayant. La nouvelle version se fait remarquer par ses éléments de style inspirés de l’univers des véhicules de la famille Stepway. Les passages de roue ainsi que les bas de caisse sont surlignés par un habillage noir spécifique. Le look robuste et affirmé du véhicule est souligné par les boucliers bi-ton et les éléments chrome sa né au niveau du ski ainsi que par les jantes de 16‘’ Flexwheels. A l’intérieur, on découvre une sellerie spécifique, en deux nuances de gris. Le marquage « Stepway » est impri- mé sur le dossier des sièges ainsi qu’au centre du volant en cuir. Pour le confort de ses occupants, la nouvelle version propose le système MediaNav, à écran 7‘’, les miroirs dégivrants à réglage électrique, le système cruise control et l’aide au parking arrière. Par culièrement généreux, le nouveau Logan Stepway offre un espace accueillant pour ses occupants et leurs bagages, avec un coffre parmi les plus grands du segment (jusqu’à 1.257 litres avec la banqueCe arrière ra- baCue). En exclusivité sur le modèle Logan, la version Stepway est disponible avec la teinte Bleu Azurite. E op on, le vé- hicule peut être équipé de jantes alu, clima sa on à réglage automa que et caméra de recul. Le modèle est disponible en 3 versions de motorisa on : le propulseur essence TCe 90 et deux moteurs Diesel : Blue dCi 75 et Blue dCi 95, à la fois efficaces et puissantes. Logan Stepway peut être commandé dès le 14 Novembre 2019, exclusivement à travers la plate-forme de ventes online (hCps://vanzari.dacia.ro/). Dès le mois de décembre, le modèle sera disponible aussi dans le ré- seau Dacia. Les prix varient entre 10.250 Euro (TTC) pour la version équipée du moteur TCe 90, et 12.150 Euro, pour la ver- sion Blue dCi 95. A l’occasion du lancement, Dacia a préparé avec son partenaire RCI Romania, une offre spé- ciale de crédit à par r de 99 Euro/mois, TTC. (Source : gruprenault.ro) L’usine mécanique et châssis Dacia a produit 2 millions moteurs TCE En 2012, à l’Usine Mécanique et Châssis Dacia de Mioveni entrait en fabrica on la première généra on de mo- teurs TCe 90 et vers la fin de l’année passée, la deuxième généra on, TCe100. Depuis la ligne d’Assemblage Mo- teurs de l’usine est sor le moteur numéro 2 000 000, un moteur TCe 100, essence, avec une capacité cylin- drique 1l, puissance 100 CP et couple de 160 Nm. Il a été livré à l’Usine Véhicules Dacia pour équiper un modèle Duster. « 2 millions véhicules dans le monde sont équipés de moteurs produits en Roumanie, à Mioveni. Soit qu’on parle de modèles de la gamme Dacia, Renault ou Nissan. Le fait d’allouer ce projet majeur à l’Usine Mécanique et Châssis Dacia, la produc on des moteurs TCe, prouve les compétences et le professionnalisme de nos équipes. Je ens à remercier à toutes et à tous pour la contribu on à ce chiffre rond et pour les résultats obte- nus », a déclaré Mihai Alexa, directeur de l’Usine Mécanique et Châssis Dacia.
  8. 8. Eastrategies Page 8 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s A présent, 80% de la produc on des moteurs TCe va à l’exporta on (TCe90 et TCe 100). Il s’agit de clients qui ont choisi ces moteurs pour des modèles de la gamme Dacia – Logan, Logan MCV, Sandero, Sandero Stepway, Duster, Renault – Clio IV, Clio V, Twingo ou Nissan – Micra. L’introduc on en fabrica on des généra ons des moteurs TCe a été réalisée en étroite liaison avec l’ac vité d’ingénierie, déroulée par Renault technologie Rou- manie. Ainsi, le projet a associé des périmètres divers d’ac vité (Fonderie Aluminium, usinage carter cylindres et assemblage moteur). Environ 90% de l’ac vité d’ingénierie mécanique a été réalisée en Roumanie. Usine Mécanique et Châssis Dacia L’Usine Mécanique et Châssis Dacia (UMCD) est la plus complexe usine de Groupe Renault, à niveau mondial, de point de vue processus et ac vités. Elle intègre une diversité de technologies de fabrica on. Dans les 4 dé- partements de l’Usine, des pièces brutes en aluminium sont produites, des moteurs et des boîtes de vitesses sont usinés et assemblés, des trains avant et arrière sont montés, des essieux et des cadres groupe motopro- pulseur pour les véhicules de la gamme Dacia, Renault et Nissan, assemblés à Mioveni et dans d’autres usines au monde. L’usine u lise le système de produc on commun aux usines de l’Alliance Renault Nissan Mitsubishi, Alliance Produc on Way (APW). En 2018, l’usine a fabriqué au total 559.000 moteurs (Energy TCe et K7), 432.000 boîtes de vitesses et 747.000 châssis. (Source : gruprenault.ro) ORANGE : Orange lance ses premières offres commerciales 5G en Roumanie La 5G ne devrait être commercialisée, en France, qu’au printemps 2020, mais Orange vient de lancer ses pre- mières offres labellisées 5G, en Roumanie. Espérant ainsi muscler sa posi on dans le marché de la téléphonie. En aCendant que son intense travail de prépara on paye en France. Orange a décidé de miser très gros sur la 5G. L’opérateur entend se posi onner en champion de ceCe nouvelle norme de communica on mobile, et profiter d’offres plus performantes que la concurrence pour récupérer des clients chez les autres opérateurs. 5G : Orange a mis le paquet en France, et se lance en Roumanie En France, l’appel d’offre sur les fréquences 5G devrait s’achever tout début 2020, et les premières offres com- merciales devraient être proposées au printemps 2020. Et Orange n’a pas lésiné sur les moyens pour être im- médiatement au top : au 1er octobre 2019, l’Agence na onale des fréquences (ANFR) avait autorisé 382 sta- ons 5G expérimentales en France. Orange en opérait plus des deux ers (287) ! L’opérateur compte aussi sur des déploiements réussis à l’étranger pour y muscler sa présence. C’est notam- ment le cas en Roumanie où Orange commercialise, depuis le 5 novembre 2019, ses toutes premières offres 5G, dans les trois plus grandes villes du pays : Bucarest, Cluj-Napoca et Iaşi. La 5G pour Orange : « un avantage certain sur nos concurrents » Ces offres permeCront aux clients de bénéficier d’un débit descendant allant jusqu’à 1,2 Gb/s et d’une vitesse moyenne de téléchargement de 600 Mb/s : « L’évolu on du réseau 5G, soutenue par l’équipe locale dont l’ADN même est axé sur l’innova on, nous offrira, comme pour la 3G et la 4G, un avantage certain sur nos concur- rents. La qualité du réseau et l’expérience client sont les piliers d’une évolu on durable et resteront notre prio- rité afin que nous puissions apporter aux u lisateurs tous les avantages d’une connec vité plus proche de ce qui compte pour eux », a affirmé, enthousiaste, Liudmila Climoc, CEO d’Orange Roumanie. Le groupe devrait lancer d’autres offres similaires dans d’autres pays d’Europe, tout prochainement puis au long de l’année 2020. (Source : rudebagueCe.com)
  9. 9. Eastrategies Page 9 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Le RGPD dans les rapports de travail La mise en applica on du Règlement européen sur la protec on des données à caractère personnel (RGPD) par l’employeur dans les rapports avec ses salariés a accentué les obliga ons des entreprises en ma ère de collecte, de traitement et de stockage des données ayant un caractère personnel. Les principaux défis auxquelles doivent faire face les sociétés sont de protéger leur réseau informa que contre toute faille numérique et surtout de prendre conscience de l’ampleur du traitement des données personnelles de leurs employés et de le limiter au strict nécessaire. Tout excès ne fait qu’enfreindre les principes directeurs du Règlement européen. Avant de présenter une liste des obliga ons qui incombent aux entreprises dans la perspec ve des rapports de travail, il faut rappeler que les données à caractère personnel représentent l’ensemble des éléments qui per- meCent l’iden fica on directe ou indirecte d’une personne physique, par référence à un iden fiant, tel que le nom, le Code Numérique Personnel (CNP), le numéro du portable, etc. Les obliga ons de l’employeur Contrairement à ce que l’on peut penser, toute entreprise qui a des salariés traite automa quement et obligatoi- rement des données à caractère personnel, d’où le besoin de meCre en place une série de mesures élémentaires, comme par exemple : - Analyser les supports internes et externes (serveurs, cloud, prestataires informa ques, etc.) de stockage des données personnelles des salariés ; - Tenir un registre des ac vités de traitement de toutes les données personnelles recueillies ; - Traiter uniquement les données personnelles nécessaires à l’ac vité de l’entreprise ; - MeCre en place les moyens d’iden fica on et d’authen fica on des salariés (établir une poli que de ges on des mots de passe et limiter les accès aux dossiers sensibles aux seules personnes vraiment concernées) ; - Prévoir, selon le cas, un DPO (responsable avec le traitement des données à caractère personnel) ; Dans le milieu professionnel, le traitement des données des salariés est sur une obliga on légale, soit pour l’exé- cu on du contrat de travail, soit pour un intérêt légi me de la part d’employeur. De plus, le traitement des données à caractère personnel peut être aussi nécessaire pour défendre un droit ou un intérêt devant la jus ce. Dans le cadre du processus de traitement des données à caractère personnel, l’employeur doit s’engager à une série d’obliga ons envers son salarié : 1. INFORMER préalablement le salarié par une note informa ve ou à travers les disposi ons insérées dans le Rè- glement Intérieur en ce qui concerne, non seulement le type de données recueillies, le but et la durée du proces- sus de déten on de ces données, mais aussi quels seraient les possibles des nataires en cas de transfert de ces données. Une aCen on par culière doit être prêtée en cas de transfert des données à caractère personnel en de- hors de l’UE (les données transférées par exemple de la filiale vers la société mère sise en dehors de l’UE, selon le cas) ; Bulle#n juridique
  10. 10. Eastrategies Page 10 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s 2. ASSURER le caractère exact des données, par un traitement rigoureux et une mise à jour constante ; 3. DIMINUER au maximum les données traitées, par l’adéqua on au but visé ; 4. CONSULTER les représentants des salariés sur l’installa on des moyens électroniques de surveillance (des ca- meras vidéo par exemple, ou surveillance de la messagerie électronique), une obliga on qui est d’ailleurs pré- vue par la Loi no. 190/2018 sur la protec on des données à caractère personnel et leur diffusion 5. RESPECTER la vie privée de ses salariés. Cela veut dire par exemple une surveillance limitée au strict néces- saire en ce qui concerne l’historique des recherches effectuées par le salarié sur internet depuis l’ordinateur qui aura été mis à sa disposi on par l’employeur dans le cadre de son travail, aussi bien par une surveillance limitée de ses trajets faits en dehors du travail par une voiture de service, au travers d’ou ls de géolocalisa on 6. LIMITER LA DIVULGATION des données à caractère personnel du salarié envers une erce personne. CeCe divulga on peut être déterminée par une obliga on légale, l’exécu on d’un contrat ou bien un intérêt légi me de la part de l’employeur. De plus, conformément au Code de Travail, le traitement des données à caractère personnel du salarié est permis uniquement après informa on préalable de celui-ci et doit être limité aux ac vi- tés qu’il réalise et pour la durée de sa presta on au profit de l’employeur 7. FORMER les salariés qui ont des aCribu ons concernant le traitement des données à caractère personnel des salariés. Ces employés doivent très bien connaître les procédures internes et les disposi ons légales à appliquer dans ce domaine. 8. SECURISER les données des salariés (prévoir une clause de confiden alité dans le contrat individuel de travail et des sanc ons, par exemple, le non-respect des procédures ou instruc ons mises en place par l’employeur représente une faute disciplinaire qui, selon les conséquences, peut conduire à la sanc on disciplinaire du sala- rié, y compris à son licenciement) Les systèmes de surveillance des salariés Conformément à la Loi no 190/2018, l’u lisa on de systèmes de surveillance (systèmes vidéo, etc.) est accep- tée, uniquement dans les condi ons suivantes : - Les mo fs invoqués par l’employer pour la surveillance doivent servir à un objec f en rapport direct avec son business (comme par exemple : préserver le secret professionnel) qui prévaut aux droits des salariés ; - Les salariés sont bien informés par rapport à l’existence des systèmes de surveillance, avant l’installa on de ces systèmes ; - Le syndicat ou les représentants des salariés sont consultés avant l’installa on des systèmes de surveillance ; - L’employeur s’est documenté et démontre que ce type de surveillance est la meilleure modalité et la moins intrusive afin d’aCeindre son but; - La durée de conserva on des données à caractère personnel recueilles par les systèmes de surveillance ne doit pas dépasser 30 jours; cependant, ceCe période peut être plus longue si la loi le prévoit expressément ou dans des cas bien jus fiés. Ces principales mesures doivent être mises en place sous peine de sanc ons de l’autorité compétente en cas de contrôle ou dans le cas d’un incident de sécurité ayant eu un impact sur la sécurité des données personnelles. Le RGPD prévoit des amendes par paliers, selon les fautes commises. Il précise que ceCe sanc on peut aCeindre jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires annuel. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest, gruiadufaut.com)
  11. 11. Eastrategies Page 11 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s DROIT FISCAL : TVA ou de l’usage du cachet … Des nouvelles disposi ons légales sont entrées en vigueur début octobre 2019 concernant le régime de la TVA dans le cas du transfert du droit de propriété des biens et l’enregistrement à la TVA de la personne morale présentant un risque fiscal, de même que l’apposi on du cachet sur les documents présentés aux autorités publiques. Nouvelles disposi ons liées à l’applica on de la tva La Loi no. 172 de 7 octobre 2019 pour la modifica on du Code fiscal introduit certaines modifica ons concernant le régime de la TVA dans les opéra ons liées à la livraison de biens. Ainsi, le transfert du droit de propriété des biens après l′exécu on forcée reste une opéra on assimilée à la livrai- son de biens uniquement, s′il ne s′agit pas du transfert de biens immeubles d′une personne imposable vers une ins tu on publique, en vue d’éteindre une obliga on fiscale restante. N’est cependant pas assimilée à la livraison de biens, l’achat par une personne imposable de biens meubles cor- porels (autres que les biens de capital) qui ont été achetés ou produits par ceCe personne afin d’être u lisés pour des opéra ons qui ne donnent pas droit à une déduc on intégrale, si la taxe afférente aux biens concernés a été par ellement ou totalement déduite à la date de leur acquisi on. L’usage du cachet Dans un effort de simplifier la rela on entre le contribuable et l’autorité publique, la Roumanie a commencé depuis 2015 un processus visant à l’éli- mina on progressive de l’obliga on d’apposer le cachet sur certains docu- ments déposés auprès des ins tu ons et autorités publiques ou émis/ conclus dans les rela ons avec les ins tu ons ou les autorités publiques. Récemment, de nouvelles modifica ons ont été introduites par la Loi no 169/2019 qui modifient l’Ordonnance du Gouvernement no 17/2015 sur la réglementa on de certaines mesures fiscales et budgétaires, ainsi que la modifica on et l’accomplissement de certains actes norma fs. Tenant compte du fait que certaines ins tu ons et autorités publiques n'ont pas encore renoncé à ceCe formali- té, le législateur a imposé des sanc ons pour les fonc onnaires publics qui demandent l’apposi on du cachet… Le fait de demander, par un fonc onnaire public l’apposi on du cachet sur des déclara ons ou outres documents, par des personnes physiques, morales de droit privé ou public ou par des en tés sans personnalité morale repré- sente une faute disciplinaire …. qui engage la responsabilité du fonc onnaire … En même temps, les personnes morales de droit public ne sont plus obligées d’u liser le cachet sur des déclara- ons, demandes, contrats ou autres documents présentés aux ins tu ons ou autorités publiques ou émis ou con- clus dans la rela on avec d'autres ins tu ons ou autorités publiques. Ces personnes morales ne sont plus non plus obligées d’apposer le cachet sur les documents émis dans la rela on avec des personnes physiques ou mo- rales de droit privé ou les en tés sans personnalité morale, sauf disposi ons contraires prévues par une loi spé- ciale. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest, gruiadufaut.com)
  12. 12. Eastrategies Page 12 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Aides d'État : la Commission autorise la recapitalisa#on conforme au marché de CEC Bank par la Roumanie : La Commission européenne a conclu que le projet de la Roumanie d'injecter 200 millions d'euros dans CEC Bank, en èrement détenue par l'État, ne comportait aucune aide d'État. La Commission es me que la recapitalisa on s'effectuera aux condi ons du marché et, dès lors, ne cons tue pas une aide d'État en faveur de la banque au sens des règles de l'UE. Mme Margrethe Vestager, commissaire chargée de la poli que de concurrence, a fait la déclara on suivante : « Le traité UE n'opère pas de dis nc on entre propriété publique et propriété privée. Nous avons es mé que les condi ons auxquelles l'injec on de capitaux serait effectuée par le gouvernement roumain, en tant qu'unique propriétaire de CEC Bank, sont les mêmes que celles qu'un opérateur privé en économie de marché accepterait. Nous avons donc conclu que la recapitalisa on de la banque ne cons tuait pas une aide d'État au sens de nos règles. » En octobre 2019, la Roumanie a no fié à la Commission son inten on de recapitaliser la banque publique CEC Bank. CeCe recapitalisa on a pour objec f, d'une part, de renforcer la capacité de prêt de la banque, compte te- nu notamment du poten el du marché na onal, et, d'autre part, d'entamer une modernisa on substan elle de ses systèmes informa ques afin de lui permeCre de con nuer à assurer le service à la clientèle, d'améliorer l'effi- cience et de réduire les risques opéra onnels. La Roumanie a présenté à la Commission un plan d'entreprise pour la banque couvrant la période 2019-2023. Conformément aux règles de l'UE en ma ère d'aides d'État, lorsqu'un État membre intervient comme le ferait un inves sseur privé et qu'il perçoit pour le risque supporté une rémunéra on qu'un inves sseur privé accepterait, une telle interven on ne cons tue pas une aide d'État. Il ressort de l'évalua on réalisée par la Commission du plan d'entreprise présenté par la Roumanie que l'apport en capital de 200 millions d'euros générerait un retour sur inves ssement conforme aux condi ons du marché en faveur de l'État roumain, ac onnaire unique de la banque. Le plan prévoit notamment une augmenta on de la part de marché de la banque dans les ac vités de prêt et de dépôt, un accroissement de l'efficience et des ni- veaux de fonds propres solides. Sur ceCe base, la Commission a pu conclure que la recapitalisa on de CEC Bank par la Roumanie serait effectuée à des condi ons qu'un inves sseur privé accepterait, et que la mesure ne comportait dès lors aucune aide d'État, au sens des règles de l'UE, en faveur de CEC Bank. Contexte CEC Bank est actuellement la sep ème plus grande banque en Roumanie. Elle est détenue à 100 % par l'État rou- main depuis 1864. Selon les règles de l'UE en ma ère d'aides d'État, l'interven on d'un État ne cons tue pas une aide d'État et ne relève pas du contrôle de l'UE en la ma ère dès lors que l'État membre en ques on décide d'intervenir à des con- di ons qu'un acteur privé opérant en économie de marché aurait acceptées (principe de l'opérateur en économie de marché). (Source : zonebourse.com) Bulle#n financier
  13. 13. Eastrategies Page 13 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Bucarest introduit une taxe spéciale pour les voitures polluantes : Le Conseil général de Bucarest a voté le 23 octobre le projet de la maire Gabriela Firea d’instaurer une taxe spéciale sur les voitures non conformes aux normes de pollu on Euro 5 qui traversent la ville. La taxe spéciale est appelée vigneCe Oxygen. La décision de la municipalité interdit aux voitures de niveau Euro 2 ou inférieur d'entrer dans la zone d'ac- on pour la qualité de l'air (ZACA) du centre-ville de Bucarest à compter du 1er janvier 2020. Ces voitures (non-Euro, Euro 1 et Euro 2) seront autorisées, cepen- dant, dans le reste de Bucarest, si elles paient la vi- gneCe Oxygen, de 15 RON (3,2 EUR) par jour. Les voitures Euro 3 et Euro 4 devront également payer une taxe de 5 RON (1,06 EUR) par jour, mais elles se- ront tout de même autorisées dans le centre de Buca- rest. La taxe pour les voitures Euro 3 s'appliquera à par- r du 1er janvier 2020 et pour les voitures Euro 4 à par- r de janvier 2021. Les propriétaires de voitures ont également la possibili- té de payer des vigneCes mensuelles ou annuelles, dont les valeurs diffèrent en fonc on de la norme de pollu on (de 80 à 300 RON par mois et de 500 à 1 900 RON par an). L’amende pour les conducteurs qui ne se conforment pas aux nouvelles disposi ons sera d'un montant entre 1 500 et 2 000 RON. Le Conseil général a également voté un amendement au projet de loi interdisant complètement les voitures non Euro, Euro 1 et Euro 2 dans tout Bucarest à par r de 2022 et les voitures Euro 3 à par r de 2024. «Je suis heureuse de constater qu'aujourd'hui, avec la majorité du Conseil général ayant voté ce projet, nous avons fait un grand pas en avant pour la santé des habitants de Bucarest et que nous nous alignons sur les villes européennes qui prennent des mesures claires pour réduire la pollu on», a déclaré la maire Gabriela Firea dans un post de Facebook. « Bucarest est sixième au classement des villes les plus polluées d'Europe et quatrième parmi les villes les plus polluées de Roumanie (après Iasi, Cluj-Napoca et Brasov), c'est pourquoi des mesures concrètes sont nécessaires pour améliorer la qualité de l'air », a-t-elle ajouté. Firea a également expliqué que la modernisa on du trafic ne résoudra pas à elle seule le problème si le trafic est bloqué. Plus de 1,62 million de véhicules sont immatriculés à Bucarest et dans le département voisin, Ilfov, dont plus d'un ers (600 000) sont très polluants (3 euros ou moins), selon les données officielles. En plus, des milliers de voitures immatriculées ailleurs transitent par la ville. « Nulle part dans le monde civilisé, les voitures autres que Euro, Euro 1 et Euro 2 ne circulent sans être taxées, et dans de nombreuses villes, elles sont interdites », a déclaré la maire Firea. L'argent provenant de ceCe taxe sera u lisé pour la mise en œuvre d'autres mesures de protec on de l'environ- nement, telles que l'achat de véhicules de transport en commun modernes et non polluants. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest)
  14. 14. Eastrategies Page 14 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Bourse des affaires Recherche de collabora#on ou inves#ssement 1. Usine de mécano soudure installée dans l’ouest de la Roumanie recherche des clients pour de la mécano sou- dures. Ac vités, ferroviaires, machines spéciales. 50 personnes 1,5 millions d’euros Pour toutes autres informa ons : office@eastrategies.ro 2. Usine à Bucarest équipée de découpe laser, plieuse et soudure, recherches des collaborateurs en France pour de la mécano soudure de maximum 400 kgs acier, inox, aluminium. Pour toutes autres informa ons : office@eastrategies.ro 3. Usine de menuiserie bois près de Bucarest spécialisée dans les portes fenêtres, fenêtres et portes. Équipée de séchoirs et divers commandes numériques. Recherche des clients Pour toutes autres informa ons : office@eastrategies.ro 4. Société à capital privé en èrement roumain fondée en 2010. L'objet principal de ces ac vités est le commerce des emballages flexibles pour différentes industries de transforma on. En 2011, elle a commencé la produc on d'enveloppes préformées pour l'industrie alimentaire. À par r de 2013, nous avons acheté une machine à fabriquer des sacs à dos permanent (doy pack) et, en 2018, j'ai acheté du maté- riel pour la produc on de sacs à pliage pour le condi onnement du café. Op mal pour les sacs que nous produi- sons, nous pouvons monter une vanne de ven la on et un zip. La société dispose d'une équipe jeune et bien formée qui interagit en permanence avec les clients et qui répond pleinement à leurs exigences grâce à des services de qualité. Nous servons actuellement plus de 600 clients. Notre société produit et vend des sacs de différents types de matériaux flexibles selon les normes les plus strictes en ma ère de clarté et de sécurité, conformément aux normes de qualité et environnementales ISO 9001 et ISO 14001. Elle recherche soit des clients soit des inves sseurs pour développer la société. Pour toutes autres informa ons : office@eastrategies.ro 5. L’opportunité d’inves ssement est le plus grand producteur de produits de confiserie, de pâ sserie et de bou- langerie de Bucarest, qui vend des produits frais sous sa propre marque. La société est une entreprise familiale créée en 1993 et dont les propriétaires ont aCeint l’âge de la retraite et cherchent une issue. La société affichait un chiffre d'affaires net de 15 millions de RON à la fin de 2017 (3,3 millions d'euros) contre 7,5 millions de RON en 2014. La Société a enregistré des taux de croissance significa fs en 2015 et 2016 en raison de la baisse de la TVA (de 24% à 9%). %, pour les produits alimentaires). En 2017 et 2018 (ytd), la société a enregistré des taux de croissance de 7 à 8%. Selon la direc on, la société dispose d'un poten el de croissance important si elle devait être en mesure de recruter un personnel suffisant. Actuellement, la société est obligée de sélec onner ses clients en raison d'une pénurie de main-d'œuvre.
  15. 15. Eastrategies Page 15 NOUVEAUTES Novembre 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s La direc on de la société es me qu'une augmenta on des effec fs par rapport au niveau actuel de 150 à 180 - 200 personnes aiderait la société à augmenter ses ventes de plus de 50%, sans inves ssement supplémentaire important. Compte tenu de la pénurie de main-d'œuvre, la direc on de la société a constamment inves dans de nouveaux équipements qui permeCraient d'accroître la produc vité et la qualité des produits. La société possède égale- ment sa propre distribu on (32 voitures) qui approvisionne quo diennement ses clients à Bucarest. D'autres clients, en dehors de Bucarest, sont approvisionnés chaque semaine ou toutes les deux semaines. Les produits de la société sont vendus à plus de 150 clients, parmi lesquels les clients de détail modernes rent les plus grosses ventes. Les principaux clients de la société sont Carrefour, MegaImage, Kaufland, Profit, Auchan, Ikea, qui représentent un peu moins de 80% des ventes. Pour toutes autres informa ons : office@eastrategies.ro Vous avez des annonces à nous faire parvenir : office@eastartegies.ro Evénements Notre Directeur Général de Eastrategies, Marc Pascal Huot, sera prochainement en déplacement à Lyon du 27 au 29 Novembre 2019 pour des entre ens individuels avec des décideurs d'entreprises ayant des projets de développement en Europe de l’Est. Implanté en Roumanie depuis 29 ans, il a accompagné plusieurs centaines de dirigeants. Si cela rentre dans votre réflexion actuelle, je vous propose de rencontrer M. Huot: office@eastrategies.ro * DENTA II (5 - 7.12.2019) : www.denta.ro Salon internaonal de produits et d’équipement pour la médecine et la technique dentaire Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA *
  16. 16. Avec nous vers la réussite à l’interna onal ! Eastratégies, est une société d’accompagnement à l’interna onal créée en Roumanie en 1992, en Bulgarie en 2000, Moldavie en 2008, France en 2016 et Serbie 2017. Le plus ancien cabinet privé implanté en Roumanie, axé sur une démarche terrain, nous accompagnons les sociétés dans toutes les étapes de leurs dé- marches commerciales et industrielles, tant dans leurs projets de recherche de distributeur, de produc on, de recrutement, de sous-traitance, de sourcing (hCp://www.sourcingenroumanie.com), d’achat, d’implanta on, de recherche financements européens tant dans des missions de Management de transi on (hCp://managementdetransi on.ro). 1200 missions en 30 ans. Partenaire étranger de Bretagne Commerce Interna#onal, de la Fédéra on des Industries Mécaniques française et de la BNP PARIBAS FORTIS pour le Trade, Délégué Roumanie OSCI et Partenaire Bpifrance Marc Pascal HUOT Fondateur de Eastrategies 17, rue C.A Rosen Secteur 2, Bucarest Roumanie Tél. Roumanie :+40747013650 Tél. France +33643513008 Email : office@eastrategies.ro Site web : www.eastrategies.ro

×