Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Lettre Roumanie de Eastrategies - Mars 2019

129 views

Published on

La société @Eastrategies aide les #PME et #ETI à conquérir les marchés d’Europe de l’Est !
« Eastrategies est une société de conseil et d’accompagnement opérationnel spécialisée sur les marchés d’Europe de l’Est : #Roumanie, #Bulgarie, #Moldavie et #Serbie.
Notre société d’accompagnement à l’international est composée d’une équipe d’experts français et roumains, spécialisés dans des domaines bien précis : #industrie, #commerce, #communication, #fiscalité, #droit, #comptabilité, etc. Nous vous accompagnons dans tout le processus : dès la prise de contact jusqu’à la remise des documents finaux.
Implantée en Roumanie (1992,) Bulgarie (2000), Moldavie (2008) et récemment en Serbie (2017), nous conseillons et accompagnons les entreprises dans toutes les étapes de leurs démarches commerciales et industrielles : recherche de distributeur, investissement, production, recrutement, sous-traitance, sourcing, achat, implantation, financements européens, etc. » par @Marc Pascal HUOT, CEO Eastrategies et Délégué Pays Roumanie de l’OSCI.
Découvrir l’ensemble des prestations proposées par Eastrategies : http://eastrategies.fr/

Published in: Business
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Lettre Roumanie de Eastrategies - Mars 2019

  1. 1. Eastrategies Page 1 Actualité macro-économique en Roumanie Popula on : 19,76 millions d’habitants PIB en 2017 : 186,6 milliards EUR PIB par habitant en 2017 : 9.440 EUR/habitant Croissance en 2017 : +7 % Croissance prévisionnelle en 2018 : +5,1 % Flux net d’IDE en 2016 : 4,517 milliards EUR Salaire minimum brut garan à par r du 1er décembre 2018 : 447 EUR (2.080 RON) Salaire moyen net mensuel, en janvier 2019 : 625 EUR (2.936 RON) Taux d’infla on en 2017 : 1,3 % Taux de chômage en 2017 : 4,9 % Place de la France dans les échanges commerciaux : 3ème client, 4ème fournisseur Stock IDE français en 2016 : 4,2 milliards EUR, France – 4ème rang parmi les inves sseurs étrangers Cours EUR/RON au 27.03.2019 : 1 EUR = 4,7620 RON NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s
  2. 2. Eastrategies Page 2 Actualité poli#co-économique en Roumanie La licorne roumaine, UiPath, évalué à environ 6 à 7 milliards USD : UiPath, la première licorne (terme employé pour désigner une startup, valorisée à plus d'un milliard de dollars) technologique roumaine, serait en pourpar- lers pour obtenir un nouveau tour de table financier qui donnerait à la société une valorisa on implicite de 6 à 7 milliards de dollars, soit plus du double de la valeur établie lors du précédent tour de financement, en 2018, révèle Business Insider en citant des sources non officielles. Le cycle de financement, prévu pour début avril, serait dirigé par des inves sseurs ins tu onnels tels que Coatue, avec la par cipa on éventuelle d'autres acteurs tels que T. Rowe Price, selon les mêmes sources. La société ob endrait entre 300 et 400 millions USD dans ce tour de financement. UiPath était évalué à 110 millions USD en avril 2017. En septembre 2018, la valorisa on implicite de la société aJeignait déjà 3 milliards USD. UiPath a été fondée à Bucarest par les entrepreneurs roumains Daniel Dines et Marius Tîrcă. La société, qui est maintenant basée à New York, se spécialise dans le développement de robots logiciels qui automa sent les pro- cessus répé fs dans les entreprises, une ac vité généralement appelée automa sa on des processus robo- ques (APR). Elle travaille avec de grandes entreprises interna onales ainsi que des autorités publiques. (Source : romania-insider.com, lepe tjournal.com/Bucarest) T.Melescanu: On vit plus en sécurité qu'à Berlin, Paris ou Bruxelles : Le ministre roumain des Affaires étran- gères, Teodor Melescanu, a demandé à l’Allemagne de soutenir ac vement l’adhésion de la Roumanie à l’es- pace Schengen, affirmant que la Roumanie était plus sûre que Berlin, Paris ou Bruxelles. « Il serait u le que l'Allemagne sou enne ac vement l'adhésion de la Roumanie à la zone Schengen. Nous en serions heureux », a déclaré Melescanu dans une interview avec le magazine allemand Die Welt, a rapporté Mediafax. Le ministre roumain a également déclaré que la Roumanie était ouverte à une proposi on de l'Allemagne selon laquelle l'adhésion du pays à l'espace Schengen se ferait en deux étapes. « Les contrôles douaniers dans les aé- roports seraient ini alement supprimés, suivis dans un deuxième temps par ceux des points de douane installés sur les routes et les autoroutes. Ce serait beaucoup mieux que rien », a-t-il déclaré. Teodor Melescanu a également présenté des arguments en faveur de l’adhésion de la Roumanie à Schengen. Par exemple, le pays partage déjà des informa ons avec le système d’informa on Schengen et dispose de « technologies de pointe » pour la surveillance des fron ères. « Et toute personne qui se trouve illégalement en Roumanie, qui ne se comporte pas correctement ou qui fait de la propagande en faveur des islamistes radicaux est expulsée de notre pays dans les 24 heures », a déclaré Melescanu, ajoutant qu'en Roumanie, « on vit plus en sécurité qu'à Berlin, Paris ou Bruxelles ». Le 11 décembre 2018, le Parlement européen (PE) a adopté un rapport non législa f demandant l'admission de la Roumanie et de la Bulgarie en tant que membres à part en ère dans l'espace Schengen. Puis, à la mi-janvier de ceJe année, le président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker, a exprimé son espoir de voir la Roumanie devenir un membre de Schengen d'ici la fin du mandat de ceJe commission. (Source : romania-insider.com, lepe tjournal.com/Bucarest) NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s
  3. 3. Eastrategies Page 3 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Le fournisseur d'IKEA se classe numéro 1 des exportateurs Roumains : Le producteur de meubles Aramis Invest était le plus grand exportateur roumain détenu par des inves sseurs locaux en 2018, a rapporté le quo dien Ziarul Financiar, sur la base de données fournies par l'Ins tut na onal de la sta s que (INS). L'INS ne divulgue pas de chiffres d'exporta on spécifiques, mais le quo dien ZF es me qu'Aramis a exporté des meubles pour un montant supérieur à 220 millions d'euros en 2018. Ses ventes totales s'élevaient à 1,07 mil- liard RON (230 millions d'euros), et le directeur financier de la société, Alexandru Griguta, es me la part des ex- porta ons à environ 95%. Le détaillant suédois IKEA est l’un des plus gros clients de la société. Aramis Invest, située à Baia Mare (nord-ouest de la Roumanie), une entreprise contrôlée par les entrepreneurs locaux Vladimir Iacob et Marius Şelescu, s'est classée pour la première fois en 2018 parmi les 50 plus gros expor- tateurs de Roumanie (au numéro 49) et est restée le plus grand exportateur à capital roumain. Les principaux exportateurs du pays sont des entreprises étrangères, principalement dans l’industrie automo- bile, les plus importantes étant Dacia, Ford et Daimler. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest) Un groupe indien ouvre un centre d'innova#on numérique en Roumanie : Le groupe indien Infosys, leader mondial des services numériques et du conseil de nouvelle généra on, a annoncé le 13 mars l’ouverture d’un nouveau centre d’innova on numérique à Bucarest. Le centre se concentrera sur le développement d'offres pour les clients basés sur des technologies numériques de pointe, notamment le Cloud, le Big Data, l'Intelligence Ar ficielle et le Machine Learning, a annoncé la socié- té dans un communiqué de presse. La société a également annoncé la signature d’un accord de partenariat stratégique avec l’Université de Buca- rest et l’Université polytechnique de Bucarest pour l’innova on technologique et le développement de la main- d’œuvre roumaine. Le partenariat comprendra des cours de forma on conjoints, des bourses d’études et des travaux de recherche. « Notre centre d'innova on numérique à Bucarest marque un pas en avant important pour Infosys, qui renforce sa présence dans toute l'Europe, améliorant ainsi notre capacité à servir nos clients régionaux et mondiaux. En nous associant à des ins tu ons académiques locales clés, nous créons en Roumanie des bassins de talents or- ganiques qui n'existent pas sur le marché d'aujourd'hui. En formant et en développant une main-d'œuvre hautement qualifiée en Roumanie, nous pouvons contribuer à combler le déficit de compétences numériques dans la région et contribuer à l'économie roumaine et euro- péenne », a déclaré Ravi Kumar S., président d'Infosys. Le groupe indien prévoit également d'ouvrir un nouveau centre de cyberdéfense à Bucarest cet été. Le centre fournira des services de cybersécurité de bout en bout, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à des clients européens et mondiaux. Les services comprennent l'informa que judiciaire, le piratage éthique, l'analyse de la sécurité, la détec on des menaces et la réac on. Le centre de Bucarest sera essen el pour la fourniture de services dans toute la région européenne, compte tenu des exigences du règlement général sur les données et d'autres exigences rela ves à la réglementa on des données propres à chaque pays, selon Infosys. (Source : romania-insider.com, lepe tjournal.com/Bucarest)
  4. 4. Eastrategies Page 4 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Zen#va et Siyiara Enterprises ont signé un accord pour l'acquisi#on de la société pharmaceu#que roumaine Solacium : Nick Haggar, PDG de Zen va, a déclaré : « Zen va se réjouit de confirmer la signature de sa première acquisi on suite à la sépara on d'avec Sanofi au cours du dernier trimestre 2018. Solacium nous permet de compléter notre ac vité actuelle portant sur les médicaments génériques et de développer notre capacité et notre offre de produits vendus sans ordonnance pour les pa ents et les consommateurs en Roumanie. » « Après l'acquisi on d'A&D Pharma Group par Dr.Max, nous avons décidé de nous concentrer principalement sur trois piliers clés de notre ac vité en Roumanie : vente au détail, en gros ainsi que marke ng et vente de pro- duits pharmaceu ques. Bien que Solacium soit un producteur en rapide expansion de compléments alimen- taires et de médicaments en vente libre, nous pensons que, sous la direc on d'une société pharmaceu que spé- cialisée et performante comme Zen va, elle pourra exploiter tout son poten el et considérablement dynamiser son ac vité au-delà des niveaux actuels », a déclaré Leonardo Ferrandino, président et PDG du groupe Dr.Max. La transac on reste sujeJe à l'approba on de plusieurs condi ons, y compris mais sans s'y limiter, à celle du Conseil roumain de la concurrence. À propos de Zen va Zen va est un producteur européen de médicaments de haute qualité servant des pa ents en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Avec une équipe dédiée de plus de 2 500 personnes et notre réseau de sites de produc on, comprenant nos sites phares à Prague et Bucarest, nous nous efforçons de représenter les médica- ments génériques et de marque en Europe afin de mieux subvenir aux besoins quo diens des individus en ma- ère de santé. Chez Zen va, nous aspirons à ce que les soins de santé deviennent un droit, et non un privilège. Plus que jamais, les personnes ont besoin d'un meilleur accès à des médicaments et soins de santé de haute qualité et abor- dables. Nous travaillons en partenariat avec des médecins, des pharmaciens, des grossistes, des organismes de réglementa on et des gouvernements afin de fournir les solu ons du quo dien dont nous avons tous besoin. À propos de Solacium Pharma SOLACIUM PHARMA a pour ambi on de devenir l'une des plus sociétés pharmaceu ques les plus importantes de Roumanie, en cons tuant des partenariats avec des professionnels de la santé pour le bien des pa ents, des consommateurs et des employés. Ces partenariats visent à fournir des produits innovants qui permeJent aux individus de disposer des meilleurs choix pour leur santé. (Source : caducee.net) JC Flowers en négocia#ons pour la filiale roumaine de Leumi Bank : Les fonds d'inves ssement américain JC Flowers, fondé par un ancien dirigeant de Goldman Sachs, a entamé des négocia ons avec la Banque israélienne Leumi Bank pour sa filiale roumaine, selon des sources non officielles citées par le responsable local Ziarul Finan- ciar. JC Flowers a repris la filiale locale du groupe grec Piraeus Bank en 2017, qu'il a rebap sé First Bank Romania. Il recherchait d’autres opportunités d’acquisi on sur le marché local, dans le but de créer une des 10 plus grandes banques. Les négocia ons avec Leumi devraient abou r d'ici un mois, a annoncé le quo dien roumain. Leumi Bank avait précédemment conclu un accord avec la banque d'inves ssement londonienne Argo au début de 2018 pour vendre la filiale roumaine, mais l'opéra on a abou à une impasse après que la Banque na onale roumaine ait soulevé des objec ons. Dans ces condi ons, Leumi tente de trouver un autre acheteur pour les opéra ons à Bucarest, trop pe tes pour être détenues.
  5. 5. Eastrategies Page 5 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Bien que Leumi soit la plus grande banque en Israël, Leumi Bank Romania est une pe te banque qui se classait au 27ème rang des 35 banques en Roumanie à la fin de 2017, avec des ac fs de seulement 250 millions d'EUR et une part de marché de 0,32%. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest) La Roumanie a besoin de 500 000 employés de plus en 5 ans : Selon une étude menée par KPMG Advisory et l'Ins tut na onal de recherche économique de l'Académie roumaine « Cos n C. Kiriţescu » pour le compte d'une fédéra on d'employeurs présidée par Steven van Groningen (Concordia Romana), PDG de Raiffeisen Bank Roma- nia, la Roumanie aurait besoin de plus de 500 000 travailleurs au cours des cinq prochaines années mais ne pourra pas les sécuriser à l'aide de ressources internes. Selon l’étude de 300 pages in tulée « Analyse quan ta ve et qualita ve du marché du travail en Roumanie », ci- tée par Economica.net, l’un des secteurs les plus déficitaires en main-d’œuvre est l’informa que, l'hôtellerie, la restaura on et le commerce de détail. L'étude montre également qu'environ 2 millions de personnes en âge de travailler en Roumanie ne sont ni em- ployées ni étudiantes. Cependant, les auteurs de l'étude affirment que les personnes qui ne travaillent pas et qui dépendent des avantages sociaux se trouvent dans des régions où peu d'emplois sont disponibles. Bogdan Hossu, responsable de la fédéra on syndicale Cartel Alfa, a cependant cri qué certains points de ceJe étude, soulignant la cause réelle des problèmes rencontrés par certaines entreprises pour trouver des employés : les bas salaires versés, a rapporté Economica.net. « Nous n'avons pas vu dans ceJe étude l'un des éléments clés liés au problème du marché du travail - le problème de la juste rémunéra on des ressources humaines. Le panier de subsistance minimum pour une vie décente dé- passe de loin le niveau du salaire net moyen en Roumanie aujourd'hui », Dit Hossu. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest) Le nombre de chambres d'hôtel à Bucarest augmentera de 10% en 2019 : Le nombre de chambres d'hôtel à Bu- carest augmentera ceJe année de 1 500 unités (10%) à la suite de l'inaugura on de quatre grands hôtels, y com- pris de nouvelles chaines d'hôtels: Indigo (acheté par Intercon nental), Courtyard (par MarrioJ), Autograph (par MarrioJ ) et Corinthia Hotels Interna onal, révèle une analyse de la société de conseil en immobilier Colliers In- terna onal. Le secteur hôtelier à Bucarest connaît un épisode haussier propice à l'expansion, la Roumanie occupant la prési- dence du Conseil de l'Union européenne au cours des six premiers mois générant environ 50 000 nuitées dans les seuls hôtels de Bucarest. L’ac vité hôtelière restera intense après le premier semestre de l’année étant donné que le Fes val interna onal George Enescu (organisé tous les deux ans) a lieu cet automne, suivi du Championnat d’Europe de football (UEFA Euro 2020) l’année prochaine. L'augmenta on de l'offre en chambres d'hôtel pourrait exercer une pression à la baisse sur les prix mais, en réali- té, ces derniers devraient plutôt augmenter afin de refléter la hausse de 20% des coûts de construc on et de 44% du coût de la main-d'œuvre (par rapport à il y a deux ans), a commenté Raluca Buciuc, responsable des services d’évalua on et des services de conseil en hôtellerie, Colliers Interna onal. (Source : romania-insider.com)
  6. 6. Eastrategies Page 6 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Porr construira le premier tronçon de l’autoroute Sibiu-Piteş# : Le ministre roumain des Transports, Răzvan Cuc, a annoncé le 6 mars dernier à Campia Turzii que l'entreprise autrichienne Porr Construc on avait remporté l'en- chère pour les 13 premiers kilomètres de l'autoroute Sibiu-Piteş , à savoir le segment Sibiu-Boiţa. La société d'Etat chargée des projets d'infrastructure - CNAIR a confirmé que Porr avait remporté l'appel d'offres avec une offre financière de 129 millions d'EUR, TVA non comprise, ou de 9,7 millions d'EUR par kilomètre, selon Agerpres. Le délai d'exécu on est de quatre ans à compter de la signature du contrat, soit un an pour la concep- on et trois ans pour l'exécu on. Le contrat sera signé ce mois-ci à moins qu'une erce par e ne conteste le résul- tat de l'appel d'offres. Le ministre des Transports a également annoncé qu'il avait transmis à l'Agence na onale pour les marchés publics (ANAP) le dossier d'appel d'offres rela f à la concep on et à l'exécu on de la 4ème sec- on de l'autoroute Sibiu-Pites . L'autoroute Sibiu-Pites aura une longueur de 122,1 kilomètres divisée en cinq lots : Sibiu-Boita, Boita-Cornetu, Cornetu-Tigveni, Tigveni-Curtea de Arges et Curtea de Arges-Pites . La route comportera neuf tunnels et huit carrefours autorou ers. Porr Construct a également remporté l'appel d'offres pour le doublement de la ligne de chemin de fer reliant les gares de Mogoşoaia à Baloteş (concep on et exécu on), qui fait par e de la liaison ferroviaire entre la gare prin- cipale de Bucarest (Gare du Nord) et l'aéroport interna onal Henri Coanda à Otopeni. Le contrat porte sur un montant de 50,5 millions de RON (10,7 millions d’euros) plus la TVA, a annoncé lundi la compagnie des chemins de fer roumains (CFR). (Source : romania-insider.com, lepe tjournal.com/Bucarest) La startup roumaine SymphoPay a reçu un financement de 650 000 EUR : La startup roumaine SymphoPay a reçu un financement de 650 000 EUR dans le cadre d'une opéra on menée par Early Game Ventures, un fonds financé principalement par le programme opéra onnel pour la compé vité. Startupcafe.ro a rapporté que GECAD Ven- tures, Sparking Capital et des business angels ont pris part à la tournée. SymphoPay est une plate-forme middleware qui ajoute des fonc onnalités de marke ng et d’analyse à tous les périphériques POS existants en les transformant en ordinateurs réels. La solu on fournie par SymphoPay se situe entre les serveurs sécurisés effectuant le traitement dans le cloud et la mul tude de périphériques matériels u li- sés par les détaillants et les clients pour accepter et effectuer des paiements. La solu on SymphoPay est conçue pour les détaillants qui souhaitent intégrer toutes les banques partenaires dans un seul terminal de paiement (fixe ou mobile) qui, contrairement à d’autres solu ons, est connecté à une plate-forme centrale capable d’intégrer les campagnes de marke ng et de fidélité en temps réel. La plate-forme SymphoPay est déjà intégrée à trois banques et la société est en discussion pour ajouter d'autres réseaux de banques et de détaillants. « Inves r dans SymphoPay est conforme à notre thèse sur l’infrastructure d’innova on. La plate-forme middleware a : 1) le pouvoir de résoudre les problèmes actuels des banques et des détaillants ; 2) le poten el pour orchestrer, ra onaliser et faciliter l’u lisa on future de différents appareils de paiement. SymphoPay est en train de meJre en place l’infrastructure de paiement pour le secteur de la vente au détail en plein essor, et nous voulons en faire par e », a expliqué Early Game Ventures dans un ar cle de blog. Parmi les entreprises qui u lisent la solu on SymphoPay figurent eMag, le plus grand détaillant en ligne de Rou- manie, et le service de messagerie FAN Courrier. SymphoPay a été créée en 2015 et a reçu jusqu'ici des inves sse- ments de plus de 1,4 million d'euros. En 2016, elle a obtenu une injec on de capital de 550 000 EUR de Gecad Ventures. (Source : romania-insider.com)
  7. 7. Eastrategies Page 7 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Rencontre du président azerbaïdjanais avec le vice-premier ministre de la Roumanie : Le président de la Répu- blique Ilham Aliyev a rencontré Ana Birchall, vice-Premier ministre de la Roumanie. Ana Birchall a déclaré que ceJe rencontre créait de nouvelles opportunités et occasions pour le développement des rela ons bilatérales entre les deux pays. Il a souligné que ceJe année marquait le 10e anniversaire de l'éta- blissement d'un partenariat stratégique entre l'Azerbaïdjan et la Roumanie. Le président Ilham Aliyev a noté que la contribu on personnelle et le sou en d’Ana Birchall au développement des rela ons entre l'Azerbaïdjan et la Roumanie était très appréciée dans son pays. Le chef de l'Etat a déclaré qu'il existait de grandes opportunités pour développer encore davantage les rela ons bilatérales entre les deux pays, notamment pour encourager la coopéra on économique et commerciale. Ana Birchall a fait savoir que la réunion de la commission intergouvernementale tenue l'année dernière avait été très fructueuse et que ceJe commission jouait un rôle important dans le développement des rela ons écono- miques entre les deux pays. Au cours de la rencontre, les par es ont abordé aussi la coopéra on au sein des organisa ons interna onales et ont salué le sou en mutuel des deux pays. Il a également été noté que la réunion des ministres des affaires étran- gères azerbaïdjanais, géorgien, roumain et turkmène avait eu lieu récemment et que le développement du sec- teur du transport était une ques on importante lors de la même réunion. Le chef de l'Etat a également évoqué la par cipa on de la Roumanie au Conseil consulta f du Corridor gazier Sud. Ana Birchall a dit que la Roumanie avait fermement soutenu l’élargissement des rela ons entre l'Azerbaïdjan et l'Union européenne durant sa présidence au Conseil de l’Union européenne. (Source : azertag.az) La Roumanie veut inves#r dans la santé, l’agriculture, la forêt, l’éduca#on et l’énergie au Gabon : Venue rencon- trer le Premier ministre gabonais Julien Nkoghe Bekale, en vue de solliciter le sou en du Gabon pour un poste de membre non permanent au Conseil de sécurité des Na ons unies pour la période 2020-2021, la représentante spéciale pour la Roumanie, Daniela Gitman, a laissé entendre que son pays est intéressé par des inves ssements de grande ampleur dans bien des secteurs et filières. Tout en adressant ses félicita ons au chef du gouvernement pour la coopéra on économique, poli que et secto- rielle entre les deux pays, Daniela Gitman a indiqué que le gouvernement roumain a ciblé des ac vités dans les secteurs bien précis. Il s’agit de la santé, l’agriculture, la forêt, l’éduca on, l’énergie et des nouvelles technologies de l’informa on et de la communica on. Outre la coopéra on économique, les deux personnalités ont également évoqué des ques ons en rapport avec la coopéra on entre les universités gabonaises et les centres de recherches roumains. (Source : lenouveaugabon.com) La France approuve l'adhésion de la Roumanie à l'OCDE : La Roumanie a reçu le sou en de la France pour son adhésion à l'Organisa on de coopéra on et de développement économiques (OCDE), a annoncé le ministère des Finances le 4 mars. « Je remercie mon collègue et ami Bruno Le Maire, ministre français des Finances publiques, pour sa promesse sincère de soutenir fermement la candidature roumaine à l'OCDE, dans une leJre adressée à Monsieur Angel Guarria, secrétaire général de l'OCDE », a déclaré le ministre des Finances Eugen Teodorovici dans un communiqué de presse.
  8. 8. Eastrategies Page 8 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s CeJe déclara on intervient à un moment où l'agence de nota on S & P envisage sérieusement de placer la Rou- manie sur la liste des en tés à surveiller. Le pays bénéficie actuellement de la note la plus faible en terme d'inves- ssement. Le ministère des Finances a déclaré que l'adhésion éventuelle à ceJe organisa on signifierait que les grandes économies du monde (États-Unis, Chine, Japon) ainsi que les pays tout autour renforceraient leur con- fiance dans l'économie roumaine. Cela impliquera également une reconnaissance mondiale du fait que la Rouma- nie est une économie de marché viable, a déclaré le ministère. Le syndicat aver t que les incidents de pirates ont augmenté d'intensité dans la région de la baie de Guinée, à des niveaux sans précédent, ce qui affecte les marins et les transports mari mes dans le monde. Le navire aJaqué, Histria Ivory, baJant pavillon maltais, transportait des produits pétrochimiques du Togo au Libéria. Son équipage était composé de marins roumains, parmi l'équipage à bord trois d'entre eux ont été kidnappés. (Source : romania-insider.com) La Roumanie est le hui#ème constructeur automobile de l'UE : La Roumanie a dépassé la Hongrie et la Pologne l'année dernière, devenant le hui ème constructeur automobile de l'Union européenne. Cependant, la Roumanie est toujours loin derrière la République tchèque et la Slovaquie, selon le dernier rapport de l’associa on de cons- tructeurs automobiles européens ACEA publié le 28 février, cité par Hotnews.ro. La produc on automobile en Roumanie a augmenté de 30% pour aJeindre 471 711 unités en 2018, sous l’effet de la forte augmenta on de la produc on de l’usine Ford à Craiova, mais également de la forte demande de Duster, modèle phare produit par la filiale locale de Renault, Dacia, à Pites . Parallèlement, la produc on de voitures en Hongrie a diminué de 3,7% pour aJeindre 461 000 unités. En Pologne, elle était inférieure à 365 000 unités, soit une baisse de près de 15% par rapport à 2017. La République tchèque a produit 1,4 million d'unités et la Slovaquie plus d'un million. Globalement, la produc on automobile dans l'Union européenne a diminué de 2,1% par rapport à 2017, pour s'établir à 16,1 millions d'unités. L'Allemagne est le plus grand constructeur avec 4,9 millions de voitures, suivie de l'Espagne avec 2,1 millions. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest) Les exporta#ons IT & C ont été mul#pliées par 2,5 en cinq ans : Les exporta ons roumaines de services de tech- nologie de l'informa on et de communica on (IT & C) ont été mul pliées par 2,5 au cours des cinq dernières an- nées, passant de moins de 2 milliards d'euros en 2013 à 4,5 milliards d'euros en 2018, selon le quo dien Ziarul Financiar. IT & C se classe ainsi au deuxième rang des secteurs de services en termes d'exporta ons, après les transports, qui ont enregistré des exporta ons de 6,5 milliards d'euros en 2018. À tre de comparaison, les expor- ta ons agricoles de la Roumanie s'élevaient à 4 milliards d'euros en 2018. IT & C a connu une croissance « stellaire » ces dernières années, générant 5,2% du PIB en 2017 avec moins de 200 000 employés. À tre de comparaison, l'agriculture, qui emploie 2 millions de personnes, n'a généré que 4,3% du PIB en 2017, selon les sta s ques. Cependant, les avantages générés par le développement vigoureux du secteur des technologies de l'informa on et des communica ons devraient dépasser la balance commerciale. « La Roumanie doit bénéficier des technologies de pointe non seulement en contribuant à la balance commer- ciale, mais aussi en u lisant la technologie comme moteur pour accroître la compé vité et transformer le pays en un centre d'innova on régional », a déclaré Gabriela Mechea, directrice exécu ve d'ANIS - Associa on des em- ployeurs de l'industrie du logiciel et des services. (Source : romania-insider.com, lepe tjournal.com/Bucarest)
  9. 9. Eastrategies Page 9 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Le marché du conseil en RO aLeint 200 millions d'euros : Le marché roumain des services de conseil a progressé de 6% par rapport à 2017, pour aJeindre plus de 200 millions d'euros, selon les données fournies par la société de conseil en management Horváth & Partners. La société es me que le taux de croissance de 6% sera également maintenu ceJe année. « Pour le marché du con- seil en management en Roumanie, 2018 a récemment été l'une des meilleures années. Depuis 2017, la numérisa- on est l'un des principaux moteurs du marché », a déclaré Kurt Weber, directeur général de Horváth & Partners Romania. « En 2018, nous avons reçu un nombre important de demandes de clients souhaitant augmenter leur produc vité et ra onaliser leurs processus. Ils avaient donc besoin de conseils sur la mise en œuvre de services numériques. Les augmenta ons salariales ont mis la pression sur de nombreuses entreprises, les obligeant à allouer davantage de fonds au conseil pour ainsi améliorer les performances et réduire les coûts », a expliqué Weber. L'année dernière, la demande de services de conseil a été la plus forte de la part des sociétés de services finan- ciers, suivies des sociétés d'énergie et des sociétés du secteur des services de ressources humaines. (Source : romania-insider.com, lepe tjournal.com/Bucarest) La Roumanie souhaite rejoindre le Corridor gazier Sud à l'avenir : Les perspec ves de la Roumanie de rejoindre le Corridor gazier Sud ont fait l’objet de discussions. Une déléga on composée de Luljan Robert Tudorache, secré- taire d’Etat roumain de l’Energie, des représentants des sociétés Transgaz et Romgaz a été au Ministère de l’Ener- gie. Luljan Robert Tudorache a dit qu’il allait par ciper pour la deuxième fois à la réunion ministérielle dans le cadre du Conseil consulta f du Corridor gazier Sud, meJant en valeur le sou en de son pays au projet. Il a déclaré que l'interconnecteur Bulgarie-Roumanie et le projet BRUA joueraient un rôle important dans l'expansion future du Corridor gazier Sud jusqu’en Europe centrale. Il a fait savoir que la Roumanie souhaitait rejoindre le Corridor ga- zier Sud à l’avenir. Le ministre de l'Énergie Perviz Chahbazov a salué ceJe posi on de la Roumanie et a évoqué les perspec ves d'ex- pansion du Corridor gazier Sud grâce à sa transmissibilité. « Ce projet mis en œuvre par l'Azerbaïdjan est un corri- dor, ce qui permet de diversifier les producteurs, les consommateurs et les pays de transit dans les années à venir », a es mé le ministre azerbaïdjanais. Les par es se sont déclaré convaincue que le partenariat stratégique entre l'Azerbaïdjan et la Roumanie servirait les intérêts des deux pays dans le domaine de l'énergie. Lors de l’entre en, les discussions ont également porté sur les opportunités de coopéra on des entreprises roumaines opérant dans l’énergie avec la SOCAR. (Source : azertag.az) La Roumanie est devenue l'eldorado des inves#sseurs agricoles. Là-bas, près des 40% des terres sont cul#vées par des agriculteurs étrangers : Plusieurs exploitants étrangers ont décidé d'inves r en Roumanie. Et pour cause, les terres y sont très fer les et font par e des moins chères d'Europe. En 30 ans, la présence des inves sseurs agricoles a transformé l'agriculture roumaine en une agriculture intensive. L'ancien pays communiste est même devenu le premier pays européen producteur de maïs. (Source : lci.fr)
  10. 10. Eastrategies Page 10 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s THALES GROUPE : Le projet ELI-NP (Extreme Light Infrastructure for Nuclear Physics), basé en Roumanie, a enre- gistré un record mondial : le système laser ultra intense développé par Thales a livré avec succès ses premières impulsions d'une puissance de 10 pétawaJs. C'est un projet qui devrait permeJre au prix Nobel de physique 2018, le Français Gérard Mourou, de travailler sur son projet visant à réduire la radioac vité des déchets nu- cléaires grâce à des lasers de très grande puissance. Ce nouveau système développé par Thales sera d'ailleurs le cœur d'un nouveau centre unique de hautes technologies et de recherche fondamentale dans le domaine de la physique nucléaire. « Il représente un saut d'un facteur 10 sur ce qui avait été démontré au moment du commencement du projet. C'était un véritable challenge pour Thales et la Roumanie. Un "Moon Landing" sans la possibilité d'échouer. Pour moi j'ai arrêté de respirer pendant les deux dernières années », a expliqué Gérard Mourou, ini ateur de l'infras- tructure ELI, cité dans le communiqué publié par Thales. Après une première phase de développement, de fabrica- on et de vérifica on préliminaire des performances des sous-systèmes en France, Thales a démarré à Magurele près de Bucarest fin 2016 la mise en œuvre du système laser le plus puissant du monde, permeJant de générer deux faisceaux laser d'une puissance de 10 pétawaJs chacun. Une équipe franco-roumaine Le système est désormais en èrement intégré et testé, avec la démonstra on d'une puissance de 3 pétawaJs avec chaque faisceau en 2018. Depuis début 2019, l'équipe Thales, composée d'ingénieurs français et roumains, travaille à la mise au point finale du système visant à augmenter l'énergie et la puissance crête progressivement. Après la démonstra on d'un faisceau délivrant des impulsions de 7 pétawaJs pendant plus de 4 heures de fonc- onnement en con nu, le système Thales a délivré ses premières impulsions avec la puissance record de 10 péta- waJs le 7 mars 2019. Thales permet à l'Ins tut roumain de physique nucléaire (IFIN-HH) et ELI-NP de disposer dé- sormais du laser le plus puissant du monde. Le groupe d'électronique a rejoint le programme ELI-NP (Extreme Light Infrastructure for Nuclear Physics) en 2013 pour développer le système laser le plus puissant du monde dans son domaine (le High Power Laser System- HPLS). Ce laser sou ent la recherche en physique nucléaire et aide à faire progresser la compréhension humaine de la physique de la ma ère. (Source : latribune.fr) Thales : renforce en Roumanie et inaugure un nouveau centre de compétences en ingénierie : Ce nouveau centre basé à Bucarest a pour voca on d'accompagner le développement des ac vités civiles et militaires du Groupe en Roumanie et partout dans le monde. Il contribuera à la créa on d'emplois et au développement des compétences en Roumanie où Thales prévoit de recruter plus de 1 000 personnes d'ici fin 2021. Unique en Roumanie, ce centre de compétences en ingénierie adresse les cinq marchés de Thales : spa al, trans- ports terrestres, aéronau que, défense, et sécurité. Avec l'ouverture de ce centre de compétences en ingénierie à Bucarest, Thales développe son ancrage mondial et renforce son posi onnement sur l'ensemble de ses marchés : le spa al, le transport terrestre, l'aéronau que, la défense, et la sécurité. Entreprises françaises et belges en Roumanie
  11. 11. Eastrategies Page 11 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s A l'occasion de la cérémonie d'inaugura on, des dignitaires roumains, des ambassadeurs, des représentants de l'industrie roumaine et d'organismes d'État ont été accueillis dans les nouveaux locaux de Thales à Bucarest. Le choix de Thales d'ouvrir ce centre de compétences en ingénierie s'est porté sur Bucarest car la ville est un véri- table vivier de talents et d'ingénieurs qualifiés. L'ambi on de Thales est de développer son ac vité dans le pays et de recruter plus de 1 000 personnes au cours des trois prochaines années. Avec près de 3 milliards d'euros inves s dans la R&D chaque année, Thales est un creuset d'innova on et déploie ses ac vités dans 56 pays. Fort de sa posi on de leader dans le domaine des transports terrestres (signalisa on ferroviaire), Thales en Roumanie souhaite aujourd'hui renforcer ses ac vités sur l'ensemble des marchés du Groupe, en développant des produits et solu ons pour applica ons civiles et militaires : train, métro, ges on du trafic aérien, défense navale et terrestre, avionique, cyber-sécurité et satellites. « Présent en Roumanie depuis plus de 40 ans en tant que fournisseur des forces armées roumaines, Thales y a également développé des ac vités industrielles depuis 2007. Pour créer ce centre de compétences en ingénierie, le Groupe a beaucoup inves non seulement dans les équipements et les logiciels, mais aussi dans des ou ls de forma on professionnelle et pour le partage des connaissances. Nous allons recruter des talents à fort poten el, en leur offrant des opportunités de carrière pour travailler sur des projets innovants. Ce centre d'ingénierie, stra- tégique pour le Groupe, contribuera à accompagner la digitalisa on opérée sur tous nos marchés, et répondre ainsi aux besoins de nos clients. » Silviu Agapi, directeur de Thales en Roumanie. (Source : zonebourse.com) CARREFOUR : Carrefour Roumanie annonce poursuivre sa transforma on digitale en renforçant son partenariat avec Google et en testant pour la première fois le paiement biométrique. « Une par e du futur digital du groupe Carrefour s'écrit aujourd'hui en Roumanie », explique le distributeur. « Carrefour Roumanie teste depuis le mois dernier un système de paiement biométrique par reconnaissance digi- tale dans son supermarché Skanska de Bucarest. Ce mode de paiement révolu onnaire est proposé aux caisses classiques et automa ques du magasin ». En parallèle, Carrefour Roumanie a renforcé son partenariat stratégique avec Google pour explorer de nouvelles voies de développement pour le commerce en ligne. Une collabora on qui se traduit notamment par le lancement des Carrefour Techdays, des heures de forma on à des na on de 300 employés pour partager les connaissances sur le numérique et apprendre à mieux an ciper et sa sfaire les besoins des clients. (Source : boursedirect.fr) CORA : Le détaillant français Cora nie son inten on de se re rer de la Roumanie. Le groupe de distribu on fran- çais Cora con nuera d'inves r sur le marché roumain et envisage d'ouvrir de nouveaux magasins, selon les repré- sentants de Cora Romania. Ils ont écarté les rumeurs récentes selon lesquelles le groupe envisageait de vendre ses ac vités locales. Des sources non officielles ont déclaré à Ziarul Financiar plus tôt ceJe semaine que le groupe français Carrefour, le deuxième acteur du marché de détail local, explorerait les op ons éventuelles pour reprendre les 11 hypermar- chés Cora de Roumanie. Les responsables de Cora ont nié ces informa ons tandis que les représentants de Carrefour Romania ont refusé de faire le moindre commentaire.
  12. 12. Eastrategies Page 12 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s « Nous sommes heureux de compter plus d'un million de clients détenteurs d'une carte Cora [fidélité]. Nous leur dédions notre travail, ainsi qu'à tous les autres consommateurs roumains. Je ens donc à rassurer à la fois nos clients et nos partenaires commerciaux que les rumeurs qui ont circulé ne sont en aucun cas fondées. Les médias parlent aujourd'hui de prétendus pourparlers pour la vente de Cora mais il n'en est rien. La réalité est la suivante : Cora reste en Roumanie et se développe sur le marché local », a déclaré Thierry Destailleur, PDG de Cora Roma- nia. Cora est présent en Roumanie depuis plus de 16 ans et possède 11 hypermarchés représentant un chiffre d'affaires de près de 1,8 milliard de RON (390 millions d'EUR). (Source : lepe tjournal.com/Bucarest) WAREHOUSES DEPAUW (WDP) : Le développeur belge de logis que WDP construira un nouvel entrepôt de 62 000 m² pour le groupe italien Pirelli à Sla na, en Roumanie, dans le cadre d’une extension des installa ons de pro- duc on existantes du fabricant de pneuma ques. WDP inves ra quelque 40 millions d’euros dans ce développe- ment. Le nouvel entrepôt sera achevé au troisième trimestre de 2020 et Pirelli le louera pour une durée de quinze ans. « La réalisa on de cet entrepôt de nouvelle construc on permeJra à Pirelli d’op miser son site de produc on principal et de pérenniser ceJe installa on », a déclaré Jeroen Biermans, directeur général de WDP en Roumanie. Le nouvel entrepôt sera construit juste à côté de l'installa on Pirelli existante à Sla na, et les deux entrepôts se- ront directement connectés. Les inves ssements de Pirelli au cours des dernières années ont s mulé les ac vités sur ce site, rendant l’agrandissement nécessaire. Le nouveau bâ ment abritera la logis que entrante et sortante ainsi que les espaces réservés aux ac vités de produc on. En 2016, Pirelli a annoncé qu’elle inves rait 200 millions d’euros en Roumanie d’ici 2021. Le plan d’inves ssement permeJrait d’augmenter la capacité de produc on du groupe à Sla na de 10 à 15 millions d’unités par an et de créer de nouveaux emplois. (Source : romania-insider.com) Evénements ROMMEDICA (11 - 13.04.2019) : www.rommedica.ro Salon interna onal de médicine et pharmacie Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA DENTA I (11 - 13.04.2019) : www.denta.ro Salon interna onal de produits et d’équipement pour la médecine et la technique dentaire Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA TIBCO (30.05 - 2.06.2019) : www. bco.ro Salon interna onal de biens de grande consomma on Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA
  13. 13. Eastrategies Page 13 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Bulle#n juridique PFA et EI : évitez le risque de radia#on Les personnes physiques autorisées (PFA) et les entreprises individuelles (EI) doivent transmeJre au Registre du Commerce jusqu’au 18 mars 2019 une demande de mise en conformité en ce qui concerne le nombre limite de catégories d’ac vités men onnés dans leurs actes, en vue de se conformer aux disposi ons de la Loi no. 182/2016. Après ceJe date, le Registre du Commerce peut procéder à la radia on d’office des PFA et des Entreprises Indivi- duelles qui n’ont pas effectué la modifica on de leurs actes, selon un communiqué de presse du Registre du Com- merce. A noter que les deux formes juridiques sous lesquelles un entrepreneur personne physique peut exercer une ac - vité économique sont la Personne Physique Autorisée (PFA, ce qui correspond plus ou moins à un statut d’autoen- trepreneur en France) et l’Entreprise individuelle (EI). Selon l’Ordonnance d’Urgence du Gouvernement no 4 du 16 avril 2008, l’entreprise individuelle est une entreprise économique sans personnalité morale, organisée par un entrepreneur personne physique ; la PFA est l’entreprise économique sans personnalité morale, organisée par une personne physique qui u lise, principalement, de la main d’œuvre. Les condi ons de cons tu on, la forme d’organisa on, ainsi que les obliga ons fiscales sont presque les mêmes pour les PFA et les EI. Les différences rési- dent en ce qui concerne le nombre de salariés qu’elles peuvent avoir (au maximum trois, pour la PFA, et au maxi- mum huit, pour une ’EI) et au nombre de catégories d’ac vités principales qu’elles peuvent avoir inscrites dans leurs objets d’ac vité. Rappel des Principaux changements Selon les disposi ons de la Loi no 182/2016 pour l’approba on de l’Ordonnance d’Urgence du Gouvernement no 44/2008 concernant l’ac vité des personnes physiques autorisées, les entreprises individuelles et les entreprises familiales, une PFA peut avoir jusqu'à 5 catégories d'ac vités couvertes par un code APE (CAEN), tandis qu'une entreprise individuelle (EI) peut disposer d'un maximum de 10 classes d'ac vités couvertes par le code APE (CAEN). Une PFA peut également exercer les ac vités pour lesquelles elle est autorisée, seule ou conjointement avec 3 personnes au maximum, ayant des contrats de travail individuels, tandis qu’une entreprise individuelle peut avoir au maximum 8 salariés dans les mêmes condi ons. Loi no 182/2016 est entrée en vigueur le 17 janvier 2017, prévoyant un délai de 2 ans pour les PFA et les EI pour leur permeJre de procéder à la mise en conformité de leurs actes cons tu fs en ce qui concerne le nombre de catégories composant leur objet d’ac vité et l’enregistrement selon le cas des modifica ons auprès du l'Office Na onal du Registre du Commerce (ONRC). A noter que la modifica on concernant l'objet d'ac vité et la délivrance de nouveaux cer ficats d'enregistrement par l'Office du Registre du Commerce compétent se fait sur demande, à tre gratuit. A toutes fins u les, la liste des personnes physiques autorisées et des entreprises individuelles qui n’avaient pas rempli leurs obliga ons de no fica on concernant l’objet d’ac vité, jusqu’à la date de 23 janvier 2019, est publiée sur la page internet du Registre de Commerce. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest, gruiadufaut.com)
  14. 14. Eastrategies Page 14 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s La circula#on des actes entre états de l’UE, simplifiée Les citoyens européens vivant ou travaillant dans un autre Etat membre bénéficient d’un système de dispense de la légalisa on de certains actes ou des formalités simplifiés auprès des autorités locales, comme suite à l’en- trée en vigueur le 16 février 2019 du Règlement (UE) 2016/1191 du Parlement Européen et du Conseil du 6 juil- let 2016, dont la mise en applica on est immédiate et obligatoire pour tous les pays de l’Union. En effet, les disposi ons du Règlement européen visent à favoriser la libre circula on des citoyens par la simpli- fica on des condi ons de présenta on de certains documents publics (documents émanant d'une autorité ou d'un fonc onnaire d'un État membre, documents administra fs, actes notariés, déclara ons officielles, etc.) dans l'Union européenne. Selon un communiqué de la Commission Européenne, les nouvelles règles profiteront à environ 17 millions de citoyens de l’UE qui s'installent ou vivent dans un autre pays de l'Union et qui étaient jusqu’à maintenant tenus d’obtenir un mbre pour prouver l'authen cité de leurs documents publics (tels qu’un cer ficat de naissance, de mariage ou de décès). Au tre de ces nouvelles règles, les citoyens ne seront plus non plus tenus de fournir une traduc on assermentée/officielle de leurs documents publics dans de nombreux cas. Champ d’applica on Le règlement s'applique aux documents publics délivrés par les autorités d'un État membre conformément au droit na onal de cet État et qui doivent être présentés aux autorités d'un autre État membre et dont la finalité première est d'établir un ou plusieurs des faits suivants : • la naissance, le fait d'être en vie (cer ficats de vie) ou le décès • le nom, le mariage, y compris la capacité en vue du mariage et la situa on matrimoniale • le divorce, la sépara on de corps et l'annula on du mariage • le pacs enregistré, y compris la capacité de conclure un pacs et le statut de pacsé • la dissolu on du pacs, la sépara on de corps ou l'annula on d'un pacs • la filia on, l'adop on • le domicile et/ou la résidence • la na onalité, • l'absence de casier judiciaire Le règlement s'applique également aux documents publics que des citoyens de l'Union résidant dans un État membre dont ils ne sont pas ressor ssants peuvent être tenus de présenter, lorsqu'ils souhaitent par exemple exercer leur droit de vote ou d'éligibilité aux élec ons au Parlement européen ou aux élec ons municipales dans leur État membre de résidence. A cet effet, le Règlement introduit des formulaires types mul lingues comme aide à la traduc on de documents publics pour ce qui concerne : la naissance, le fait d'être en vie, le décès, le mariage (y compris la capacité à ma- riage et la situa on matrimoniale), le pacs, y compris la capacité de conclure un pacs enregistré et le statut de pacsé, le domicile et/ou la résidence, et l'absence de casier judiciaire. Les formulaires sont disponibles ici. A noter que le Règlement ne s’applique pas aux documents publics délivrés par les autorités d’un pays ers, ni aux copies cer fiées conformes des documents publics délivrés par les autorités d’un pays ers, établies par les autorités d’un Etat membre. Le Règlement ne s'applique pas non plus pour la reconnaissance dans un État membre d'effets juridiques aJa- chés au contenu de documents publics délivrés par les autorités d'un autre État membre.
  15. 15. Eastrategies Page 15 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Simplifica on des formalités Les citoyens européens n’auront donc plus l’obliga on de s’adresser aux ambassades ou consulats Roumains par exemple pour inscrire leurs cer ficats d’état civil afin de se faire reconnaître par les autorités roumaines, pour qu’elles produisent des effets juridiques. Les nouvelles règles meJent fin à un certain nombre de procédures bureaucra ques, notamment : • les documents publics (concernant, par exemple, la naissance, le mariage ou l'absence de casier judiciaire) délivrés dans un pays de l'UE ne devront plus être revêtus d'un mbre d'authen fica on pour être acceptés comme authen ques par les autorités d'un autre État membre; • l'obliga on pour les citoyens de produire dans tous les cas une copie et une traduc on cer fiées conformes de leurs documents publics; pour éviter de devoir faire traduire leurs documents publics, les citoyens peu- vent également demander, comme aide à la traduc on, un formulaire type mul lingue, dont il existe une version dans chaque langue de l'UE, disponible à ce lien. • le règlement instaure des garde-fous contre la fraude: si une autorité des nataire a des doutes raisonnables quant à l'authen cité d'un document public, elle pourra le vérifier auprès de l'autorité de délivrance de l'autre pays de l'Union en passant par une plateforme informa que déjà en place, le système d'informa on du marché intérieur («IMI»). A noter aussi que les documents publics délivrés par les autorités de pays ers n'entrent pas dans le champ d'applica on du présent Règlement. De plus, les accords et arrangements en ma ère de légalisa on ou de for- malités similaires pour des documents publics rela fs à des ques ons relevant du présent règlement qui sont délivrés par les autorités d'États membres ou de pays ers et qui sont des nés à être u lisés dans les rela ons entre les États membres et les pays ers concernés ne peuvent pas affecter l'applica on du présent règlement. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest, gruiadufaut.com) Opter pour une succursale ou un établissement stable ? : Vous pensez sor r à l’interna onal, développer une nouvelle ac vité ou bien ouvrir un nouveau site de produc on? Vous pouvez faire un premier choix entre deux structures juridiques et fiscales dis nctes – la succursale ou l’établissement stable - si vous n’avez pas encore décidé de créer directement une société de droit roumain. Le choix de l’une ou l’autre des structures corres- pond à la stratégie de la société mère sur le moyen et le long terme. La succursale de la société étrangère vs l’établissement stable Aux termes de la Loi n° 31/1990 des sociétés, LA SUCCURSALE est le siège sans personnalité morale d’une socié- té, dont l’enregistrement auprès du Registre du Commerce est obligatoire. Une fois enregistrée, la succursale ob ent un code unique d’enregistrement fiscal, octroyé par le Ministère des Finances Publiques et qui est men- onné sur le cer ficat d’enregistrement de ladite succursale, délivré par le Registre du Commerce. Ceci dit, on dis ngue déjà certaines caractéris ques qui peuvent être résumées comme suit: • absence de personnalité morale propre ; elle n'a donc pas la qualité de sujet de droit dis nct par rapport à la société-mère; • une certaine autonomie économique, juridique et de ges on par rapport à la société mère; • capacité de conclure des actes juridiques au nom et pour le compte de la société-mère, dans la limite des pouvoirs octroyés par celle-ci, avec représenta on ou sans représenta on; • absence de patrimoine propre; la succursale exerce son ac vité avec les moyens mis à sa disposi on par la société-mère.
  16. 16. Eastrategies Page 16 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s A noter cependant que même si la succursale n’a pas un patrimoine propre, elle bénéficie de son propre capital, respec vement d’une somme de biens qui lui est affectée en totalité, qui appar ent, du point de vue juridique, à la société-mère: • rela ve indépendance, le responsable de la succursale disposant de manière générale de pouvoirs juridiques de représenta on assez larges, en fonc on des limites fixées par la société-mère; • capacité de conclure des actes de commerce et d’exercer des ac vités commerciales, de presta ons de ser- vices, des travaux; • capacité d’emploi; les contrats de travail sont conclus entre la succursale et ses employés. Par rapport à la succursale, L’ETABLISSEMENT STABLE ne représente pas une véritable structure juridique, mais il s’agit plutôt d’une créa on fiscale. C’est un lieu fixe, par l’intermédiaire duquel un non-résident exerce intégrale- ment ou par ellement son ac vité, soit directement, soit par l’intermédiaire d’un agent dépendant. L’établissement stable ne doit pas être enregistré auprès du Registre du Commerce, mais auprès de l’Administra- on Fiscale dans la circonscrip on de laquelle se trouve le siège de l’établissement. Il reçoit un code d’enregistre- ment fiscal et un cer ficat d’enregistrement fiscal mais qui est pour un non-résident. Du point de vue juridique, l’établissement stable, qui est cons tué en dehors de la structure d’une succursale, est traité comme un siège secondaire de la société mère. Les caractéris ques principales de l’établissement stable: • n’a pas de personnalité morale propre; • ne peut conclure des actes juridiques en son propre nom, mais dans les actes conclus au nom et pour le compte de la société-mère, il doit u liser les éléments d’iden fica on fiscale octroyés par les autorités rou- maines compétentes; • peut conclure des actes de commerce et exercer certaines ac vités commerciales, presta ons de services, travaux; • représente, en général, un établissement de moindre importance (structures matérielles plus légères ou pou- voirs limités de sa direc on), que la succursale; • réalise des opéra ons régulières dans le lieu stable du non-résident (même s’il existe parfois des interrup ons temporaires d’ac vité). ATTENTION! Certaines ac vités ne sont pas cependant spécifiques, selon le Code Fiscal, à un établissement stable, même si ces ac vités sont exercées dans une installa on fixe d’affaires. • peut avoir des salariés, mais les contrats de travail sont conclus entre la personne morale étrangère et les sa- lariés. La fiscalité de la succursale et de l’établissement stable La succursale a un régime fiscal semblable à celui de l’établissement stable. Ainsi, les deux structures: • sont soumises au paiement de l’impôt sur le bénéfice en Roumanie au taux général de 16% ; • peuvent être assujeps à la TVA. Dans certains cas expressément décrits par le Code Fiscal, l’établissement stable est obligé de s’enregistrer en tant que payeur de la TVA ; • les bénéfices nets après paiement de l’impôt qui seront distribués à la société-mère ne donnent pas lieu au paiement de dividendes, car les deux structures ne sont pas dans la situa on de décider si elles distribuent ou non des résultats. Ses bénéfices sont ceux de l’entreprise dans son ensemble. • les pertes fiscales sont déduc bles à par r des profits imposables pour les 7 années consécu ves. Les pertes /
  17. 17. Eastrategies Page 17 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s bénéfices de l’établissement stable sont déterminées par les revenus et les dépenses aJribués à l’éta- blissement stable. Enfin, on peut conclure que dans le cas de la succursale et de l’établissement stable il s’agit de deux habits diffé- rents pour une même société, sur le plan juridique et fiscal, correspondant chacune à une situa on donnée. L’ouverture de l’une ou de l’autre structure dépend tout d’abord du contexte organisa onnel et du choix des sociétés-mères. Une succursale peut être par exemple un premier pas vers l’implanta on d’une future entre- prise indépendante fiscalement dans un pays étranger. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest, gruiadufaut.com) Contrats de loca#on : Nouvelle procédure d’enregistrement L’Ordre de l’ANAF, consacre la possibilité d'enregistrer les contrats de loca on y compris par électronique. Une autre nouveauté apportée par l’Ordre est que la procédure d’enregistrement a été unifiée par rapport aux for- malités à suivre par les personnes physiques ou morales. La raison de la règlementa on Le législateur a ins tué la procédure d’enregistrement des contrats de loca on auprès des autorités fiscales en vue de reconnaître le caractère exécutoire des contrats de loca on. Le Code civil roumain confère un caractère exécutoire aux paiements du loyer des contrats de loca on conclus par des actes sous seing privée enregistrés auprès des autorités fiscales. Avant la modifica on du Code fiscal en 2018, par l’Ordonnance d’urgence n° 18/2018 qui avait introduit la « Déclara on unique », les assujeps qui obtenaient des revenus loca fs étaient tenus de faire une déclara on concernant le revenu es mé, dans un délai de 30 jours à compter de la date de signature du contrat de loca- on. Dans le même délai, ils étaient tenus d’enregistrer aussi le contrat de loca on. L’ordonnance d’urgence n° 18/2018 avait éliminé l’obliga on d’enregistrement auprès des autorités fiscales du contrat de loca on, en même temps que la Déclara on unique. Selon le nouvel ordre d’ANAF no 114/2019, les contribuables peuvent enregistrer leurs contrats de loca on auprès des autorités fiscales afin d’obtenir un tre exécutoire pour le paiement du loyer. Dans le cas où le locataire ne paye pas son loyer conformément au contrat, le bailleur ayant enregistré le contrat de loca on peut obtenir directement l’exécu on forcée du locataire. La nouvelle procédure d’enregistrement des contrats de loca on est une procédure unique et la dis nc on se- lon la qualité du bailleur – personne physique ou personne morale – n’a plus lieu d’être. En effet, si l’ancienne règlementa on prévoyait une procédure différente pour l’enregistrement des contrats de loca on selon que le bailleur était une personne physique ou une personne morale, désormais la nouvelle règlementa on ins tue une seule procédure, quelle que soit le statut du locateur. L’ordre de l’ANAF consacre aussi la possibilité de faire un enregistrement du contrat de loca on par voie élec- tronique. La nouvelle procédure donne également la possibilité d’enregistrer la modifica on ou la résilia on du contrat de loca on par un seul et même formulaire, en cochant l'op on « Modifica on » ou « Résilia on », ac- compagné des pièces jus fica ves. La date d'enregistrement du contrat de loca on, de modifica on ultérieure ou de résilia on est la date de dépôt de la demande auprès de l'autorité fiscale centrale compétente ou la date d'enregistrement sur le portail. Il convient de noter que l’autorité fiscale responsable de l’enregistrement des contrats de loca on est celle du domicile / siège du bailleur résident ou celle de la localisa on du bien dans le cas d’un bailleur non-résident. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest, gruiadufaut.com)
  18. 18. Eastrategies Page 18 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s L’infla#on globale de la Roumanie passe à 3,8% en février : L’infla on globale de la Roumanie s’est accélérée pour aJeindre 3,8% en février, soit neJement plus que le consensus de Bloomberg de 3,45%, après une hausse des prix à la consomma on de 0,8% en février par rapport au mois précédent, selon l’Ins tut na onal de la sta- s que - INS. La hausse des prix reflète en par e l’affaiblissement de la monnaie locale en janvier, lorsque le marché a réagi à l’ordonnance d’urgence 114/2018. Les prix des denrées alimentaires ont neJement dépassé la tendance saisonnière, passant de 3,8% en janvier à 4,5% d'une année à l'autre. Les prix des produits non alimentaires ont également augmenté, mais seulement pour aJeindre 3,7% d'une année sur l'autre en février. Les frais de services ont augmenté en moyenne de 3,1% au cours de la dernière année. Selon les dernières prévisions de la Banque na onale roumaine (BNR), le taux d'infla on était de 3,0% à la fin mars et à la fin de l'année. Dans un commentaire, ING Bank Romania a déclaré qu’elle s'aJend à ce que la banque centrale revoie ses prévisions d’infla on de fin d’année à 3,8%. « La BNR acceptera probablement un leu faible et une infla on à court terme dépassant son objec f, peut-être même au prix de sa crédibilité, alors que les vulnérabilités monétaires sont à la hausse », a déclaré ING, souli- gnant que la banque centrale ne se sentait pas libre d'u liser l'argent dans les condi ons de la « taxe sur la cu- pidité » liée aux taux d’intérêt du marché monétaire ING s'aJend à ce que la BNR main enne le taux directeur à 2,50% pour ceJe année, à condi on que des modifi- ca ons raisonnables du prélèvement bancaire soient adoptées. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest) Les coûts du travail en Roumanie enregistrent la plus forte croissance : Le coût horaire de la main-d'œuvre en Roumanie a con nué d'augmenter à des taux à deux chiffres, mais il reste parmi les plus bas de l'Union euro- péenne (seule la Bulgarie a un niveau inférieur). En outre, selon Eurostat, la produc vité du travail s'est amélio- rée à un rythme record en Roumanie, le plus élevé des pays de l'UE. Les coûts salariaux horaires payés par les entreprises roumaines ont enregistré la croissance la plus substan- elle dans l'Union européenne au dernier trimestre de 2018, avec une augmenta on de 13,1% a / a, soit près de cinq fois celle de la moyenne de l'UE à 2,8%, selon les données publiées par l’office sta s que d’Eurostat le 19 mars. Le taux de croissance a ralen par rapport aux deux trimestres précédents, alors que le coût de la main- d'œuvre en Roumanie avait augmenté de 15,5% sur un an au deuxième trimestre et de 13,9% sur un an au troi- sième trimestre. Toutefois, le coût de la main-d'œuvre liée à un employé roumain, soit 1 008 EUR par mois en 2017, représentait un quart de la moyenne de l'Union européenne, seule la Bulgarie ayant un revenu inférieur (784 EUR) selon les données d'Eurostat citées par Ziarul Financiar. En outre, la produc vité du travail en Roumanie a augmenté de 50% depuis l'adhésion du pays à l'Union euro- péenne, aJeignant une performance proche de celles de la Pologne, de la Hongrie, de la Croa e et de la Grèce, selon Profit.ro citant des données d'Eurostat. (Source : romania-insider.com, lepe tjournal.com/Bucarest) Bulle#n financier
  19. 19. Eastrategies Page 19 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Lidl Romania décide d'augmenter les salaires de ses employés : Lidl Romania, la chaîne de supermarchés dis- count du groupe de distribu on allemand Schwarz, a décidé d'augmenter les salaires de tous ses employés pour luJer contre les migra ons de sa main-d'œuvre. À compter du 1er mars, le salaire brut moyen mensuel le plus bas parmi les employés de Lidl sera de 3 500 RON (745 EUR), ce qui représente 2 180 RON (460 EUR) en valeur neJe. Ce montant comprend les chèques de salaire et de repas, les primes annuelles de Pâques et de Noël, ainsi que d’autres primes. De plus, Lidl applique une poli que de paie étape par étape, avec des augmenta ons de salaire annuelles au cours des premières années d'ac vité au sein de l'entreprise. À compter de ceJe année, l’entreprise garan t des aug- menta ons de salaire au cours des quatre premières années d’emploi. L'annonce de Lidl intervient juste après que la chaîne d'hypermarchés discount Kaufland, le leader du marché de la vente au détail locale, qui fait également par e du groupe Schwarz, a-t-elle aussi annoncé une ini a ve simi- laire. Les deux, pris ensemble, dominent le marché de la vente au détail dans les villes moyennes de Roumanie et les salaires plus élevés vont réduire davantage leur concurrence dans un grand nombre de villes. (Source : romania-insider.com, lepe tjournal.com/Bucarest) Le gouvernement propose une nouvelle formule « taxe sur la cupidité » : Le 20 mars, le ministère roumain des Finances a informé les banquiers de la dernière version de la « taxe sur la cupidité », ainsi que de la promesse de la réduire à néant pour les banques les plus industrieuses qui « font preuve d'un engagement dans le financement des entreprises et des ménages locaux ». « Je mets zéro [receJes de la taxe sur la cupidité] dans le budget parce que je ne veux pas percevoir de taxes », a déclaré le ministre des Finances, Eugen Teodorovici. Pour que l'impôt soit levé, les banques devront « augmenter le financement » d'au moins 8% au cours de l'année [il ne sait pas encore s'il s'agit d'un stock de prêts ou de nouveaux prêts], et réduire à nouveau la marge d'intérêt sur les dépôts, par exemple. On ignore si cela est défini pour les ac ons ou les nouveaux emprunts / dépôts], a rapporté Profit.ro. Les deux condi ons représentent 50% de renoncia on dans la « taxe sur la cupidité ». En ce qui concerne le calcul de la taxe sur la cupidité, les choses se compliquent. Teodorovici s’engage toutefois à ne pas prélever un impôt supérieur au bénéfice de la banque, dans le pire des cas. Les banques déficitaires ne paieront pas la taxe sur la cupidité. (Source : romania-insider.com) Eastrategies vous recommande : www.managerdetransi#on.ro Un manager de transi on accompagne les changements majeurs de l’entreprise. Il apporte sa présence, ses com- pétences, un regard neuf sur l’entrepris. Il sait que sa mission est éphémère, il n’y a pas de perspec ves de car- rière ou de rela ons amicales qui viennent troubler ses choix. Il reste factuel, ses résultats doivent être mesu- rables dans ce court laps de temps. Il s’aJache donc à régler les problèmes, intégralement tourné vers la réussite de l’entreprise, y compris pour des phases de restructura on et de redressement.
  20. 20. Eastrategies Page 20 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s L’entreprise libérée ! Innovation managériale collaborative. Nouvelles formes de travail. Levier de performance ou effet de mode ? Pour illustrer mon propos et plutôt que de vous refaire le nème papier sur ce qui est dans l’air du temps, une redite sur ce qui est mis en place chez X ou Y et ce qui n’a pas marché chez Z, j’ai choisi de vous parler de ce que nous co-construisons chez nous : parce que, soyons honnêtes… c’est ce que je connais le mieux ! Je vous plante le décor : Qui sommes-nous ? Une société de management de transition composée de 30 Business Partners, tous dirigeants ou entrepreneurs qui avons choisi de construire EULEOS ENSEMBLE. Pourquoi avons-nous choisi de travailler ENSEMBLE ? Parce que 1 + 1 = 10 : le potentiel de l’ENSEMBLE dépasse largement le potentiel de la somme des membres. Parce que nous partageons la même ambition, la même vision : • Construire un écosystème collaboratif avec nos clients et nos partenaires ; • qui reconnait l’intelligence collective comme un vrai levier de performance. Comment travaillons-nous ? Nous avons défini notre socle de valeurs, notre « CODE » : CO comme CO-Construire et faire sa part : • Nous, Business Partners EULEOS, participons à la construction de la société • Avec nos clients et partenaires pour mailler le réseau de compétences. La newsletter qui parle autrement du management de transition !
  21. 21. Eastrategies Page 21 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s D comme Donner du sens : • Nous veillons à réconcilier sens et performance • Nous mettons dans chacune de nos actions le principe de subsidiarité • Nous sommes tous responsables des actions que nous entreprenons. E comme être audacieux : • Entreprendre et oser • Innover, inventer, tester, produire • Dire, transmettre et porter. Sur cette base, nous avons établi des règles de fonctionnement pour transformer nos habitudes et passer d’un lien de subordination au principe de subsidiarité. Pour posi onner le pouvoir de décision au plus près de l’action à mener. • Nous nous sommes organisés en cercles en fonction de nos expertises et compétences. Nos actions sont systémati- quement examinées à l’aune du double principe : subsidiarité et agilité. • En veille permanente sur l’entreprise de demain nous intervenons dans des groupes de réflexion, des établisse- ments de formation. Chacun fait sa part c’est notre effet colibri ! • Le modèle économique a été établi au bénéfice du Client et du Business Partner, pour que les coûts de mission soient les plus justes : - 10% du CA au Business Partner EULEOS qui a apporté la mission, - 80% au Business Partner qui réalise la mission, - 10% de contribution à EULEOS pour les frais de structure. La newsletter qui parle autrement du management de transition ! Quel bilan après un an ? Le fonctionnement semble clair aujourd’hui mais nous avons avancé... en marchant ! Nous continuons ! Il s’agit d’un chemin à inventer, fondé sur la confiance et l’intelligence collective. Ce qui a fonctionné • Le mode collaboratif fait que nous nous connaissons tous ; nous avons l’habitude de travailler ensemble, d’échan- ger avec réciprocité : j’apporte la mission/tu la mènes ; je te forme sur le RGPD/tu m’assures un soutien en Supply Chain … • Nous sommes intervenus à plusieurs sur certaines missions au bénéfice du client • Nos clients reconnaissent dans nos interventions, notre agilité, notre esprit entrepreneur, notre transversalité, notre esprit collaboratif. Et notre enthousiasme. • Nous apprécions de travailler ainsi : nous sommes bien loin des résultats des rapports Gallup qui a mesuré à 9% le taux d’engagement des salariés dans les entreprises françaises (Chiffres 2017). Ce qui a moins bien fonctionné • Certains cercles ont été mis en place puis refermés : le droit à l’erreur existe ! La seule erreur que nous refusons est celle de ne pas essayer. - Reconnaissons-le, certains qui nous avaient rejoints ne sont pas restés : Manque de cadre ; rôles trop transverses… Nos modes de fonctionnement ne correspondent pas à tous. Aujourd’hui, EULEOS vient d’être reconnue Entreprise Libérée et nous en sommes très fiers. Il s’agit de la reconnaissance de ce qui nous anime ; de la reconnaissance de notre vision du nou- veau monde du travail. Un monde qui donne du sens, qui offre la place aux initiatives et qui li- bère, ainsi, les potentiels.
  22. 22. Eastrategies Page 22 NOUVEAUTES Mars 2019 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s EUROLASER Votre partenaire en Roumanie pour la Mécano Soudure, Crée en 2005, la société a commencé, l’an suivant, la construc on de l'usine de Ciorogarla à 5 kms de Bucarest vers Pites . De l'offre de prix à la livraison, EuroLaser met en œuvre tous ses moyens techniques et humains pour vous assu- rer un service de premier ordre. Grâce à un parc machine récent (2 lasers et 1 plieuse TRUMPF ), fréquemment renouvelé, ainsi qu'à un important stock ma ère, nous vous assurons la meilleure compé vité dans le respect de vos délais. Disposant d’un bureau d'étude, Euro Laser met à votre disposi on 3 postes de programma on (logiciel de marque RADAN) spécialisés dans la découpe et l'imbrica on de pièces 2D. Nous pouvons réaliser, avec notre équipement DAO / FAO, vos programmes à par r de plans papier, de pièces types ou de fichiers informa ques sous format DXF, DWG, IGS …. Pour prouver sa flexibilité et sa fiabilité, Euro Laser s'engage à répondre à chacune de vos demandes au plus vite afin de vous livrer dans les meilleurs délais et de fournir une qualité de service irréprochable. Contact : Marc Pascal HUOT Port: +40.755 04 88 55 Email: marc.huot@eurolaser.ro www.eurolaser.ro Partenaires Si vous souhaitez communiquer avec notre newsleJer, vous pouvez nous contacter : office@eastrategies.ro
  23. 23. Avec nous vers la réussite à l’interna onal ! Conseil en affaires, appui aux entreprises – prospec#on du marché, implanta#on, délocalisa#on, sous- traitance, recherche partenaires, exporta#ons … en Roumanie, Moldavie et Bulgarie La société Eastrategies, relais pour la FIM, Bretagne Commerce Interna#onal et BNP Paribas For#s, est présente sur le marché roumain depuis 20 ans et son ac vité consiste à proposer aux entreprises roumaines et étrangères des services de conseil de la plus haute qualité. Cabinet de Conseil faisant par d'un groupe de sociétés dont le dirigeant français est industriel en Roumanie, Moldavie, Bulgarie et République tchèque, nous meJons à votre disposi on une suite de services qui comprend : · Conseil en développement à l’interna onal · Etudes marke ng, prospec on du marché · Recrutement · Assistance implanta on, délocalisa on · Recherche de partenaires export/import, joint-venture · Recherches de sites de produc on · Recherche de sous traitants · Assistance Juridique · Assistance personnalisée aux PME · Recherche de synergie entre PME et grands groupes Marc Pascal HUOT Fondateur de Eastrategies, Directeur Général – Associé 17, rue C.A Rosep Secteur 2, Bucarest Roumanie PO BOX 22 - 103 Téléphone : +4021527016 Télécopie: +40215270310 Email : office@eastrategies.ro Site web : www.eastrategies.ro

×