Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Les actualités de la Roumanie pour le mois de Janvier 2018 de Eastrategies.fr

532 views

Published on

Eastrategies société d’accompagnement à l’international spécialiste de l’Europe centrale et orientale. Cabinet conseil, créé en Roumanie en 1992, en Bulgarie en 2000 et Moldavie en 2008, Serbie 2016 réalise mensuellement une newsletter sur la Roumanie.

Published in: Business
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Les actualités de la Roumanie pour le mois de Janvier 2018 de Eastrategies.fr

  1. 1. Eastrategies Page 1 Actualité macro-économique en Roumanie Popula on : 19,947 millions d’habitants PIB en 2016: 169,5 milliards EUR PIB par habitant en 2016 : 8.600 EUR/habitant Croissance en 2016 : +4,8 % Croissance prévisionnelle en 2017 : +4,4 % Flux net d’IDE en 2016 : 4,08 milliards EUR Salaire minimum brut garan à par r du 1er janvier 2018 : 410 EUR (1.900 RON) Salaire moyen net mensuel, en novembre 2017 : 532 EUR (2.464 RON) Taux d’infla on en 2016 : -1,5 % Taux de chômage en 2016 : 5,9 % Place de la France dans les échanges commerciaux : 3ème client, 4ème fournisseur Stock IDE français en 2015 : 4,2 milliards EUR, France – 5ème rang parmi les inves sseurs étrangers Cours EUR/RON au 29.01.2018 : 1 EUR = 4,6540 RON NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s
  2. 2. Eastrategies Page 2 Actualité poli#co-économique en Roumanie La chaîne de pharmacies Dr.Max inves#t le marché roumain : La chaîne de pharmacies tchèque Dr.Max va proba- blement devenir le leader sur le marché roumain. La firme, qui appar ent au groupe d’inves ssement Penta, vient en effet d’acquérir les sociétés A & D Pharma et Mediplus, ac ves en Roumanie. Reste encore à l’autorité rou- maine à la concurrence à valider la transac on. Si tel est le cas, Dr.Max gèrera alors plus de 600 pharmacies en Roumanie. Elle y dispose déjà d’une trentaine de magasins depuis le mois de juin, iden fiés sous la marque Arta. L’acquisi on de l’entreprise A & D Pharma n’est pas une mince affaire. Celle-ci emploie en effet 4 500 personnes. Une fois l’achat accompli, le chiffre d’affaires annuel de Dr.Max devrait aKeindre environ 2,3 milliards d'euros et son nombre de salariés s’établir à environ 12 000 personnes. A l’heure actuelle, la marque est ac ve en Répu- blique tchèque avec 423 pharmacies, en Slovaquie où elle compte 273 points de vente, ainsi qu’en Pologne et en Serbie. Elle envisage de s’implanter également en Italie. Après son entrée sur le marché roumain, la société tchèque devrait intégrer le quatuor des plus grandes chaînes de pharmacies en Europe. Le groupe Penta, qui inves t surtout dans le secteur médical mais pas seulement, poursuit également son déve- loppement. Créé en 1994, ce fonds d’inves ssement est le propriétaire de firmes qui emploient un total de 34 000 personnes. (Source : radio.cz) Viorica Dăncilă, désignée Premier ministre par Iohannis : Le président roumain, Klaus Iohannis, a annoncé avoir décidé de donner encore une chance au PSD (principal par au pouvoir). Il a désigné l’eurodéputée Viorica Dăncilă, proposée par la coali on PSD-ALDE, aux fonc ons de première ministre. Le chef de l’Etat a expliqué avoir pris ceKe décision après les consulta ons avec les représentants des par s parlementaires, en pesant tous les ar- guments, et en tenant compte de la situa on concrète au parlement, où les sociaux-démocrates disposent de la majorité. Mr Iohannis a souligné que le PSD avait promis des choses importantes, et que maintenant il doit prou- ver qu’il va tenir ses promesses. Il a invité toutes les par es prenantes à la forma on du gouvernement à se mobi- liser de manière à ce que la procédure soit finalisée avant le 1er février et que le nouveau cabinet commence à travailler. Le président a eu des consulta ons visant à désigner un nouveau premier ministre, après la démission de Mihai Tudose. Ce dernier s’est vu re rer l’appui poli que. Le leader des sociaux-démocrates, Liviu Dragnea, a affirmé que le président Iohannis avait fait le choix de la stabilité par la désigna on de Mme Viorica Dăncilă aux fonc ons de première ministre. Il a annoncé que le parlement serait convoqué en session extraordinaire le 29 jan- vier pour le vote d’inves ture du nouveau cabinet. (Source : Radio Roumanie Interna onale – RRI) NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s
  3. 3. Eastrategies Page 3 Atradius - Nouveaux bureaux en Bulgarie et en Roumanie : Atradius, n°2 mondial de l'assurance-crédit, accroît sa présence interna onale grâce à l'ouverture de deux nouvelles succursales : en Bulgarie et en Roumanie. Celles-ci seront immédiatement opéra onnelles et permeKront à Atradius de consulter ses clients et partenaires commer- ciaux depuis les capitales Sofia et Bucarest. Atradius, spécialiste de l'assurance-crédit, offre aux entreprises une protec on en cas de retards et de défauts de paiement de leurs clients. « La Bulgarie et la Roumanie sont des marchés européens qui affichent une croissance intéressante et présentent un énorme poten el » explique Andreas Tesch, le Chief Market Officer d'Atradius. « Dans ceKe op que, dévelop- per notre présence dans ces pays est une étape logique dans notre stratégie d'expansion mondiale. » Ces dernières années, le PIB de la Roumanie a augmenté annuellement entre 4 et 4,8%, ce qui, en comparaison avec les autres pays membres de l'Union Européenne, représente pour ce pays de 20 millions d'habitants, une croissance économique supérieure à la moyenne. Actuellement, le volume du marché de l'assurance-crédit en Roumanie s'élève à environ 24 millions d'euros, avec un taux de croissance annuel moyen de 10%. Quant au volume du marché de l'assurance-crédit en Bulgarie, il s'élève à 6 millions d'euros et affiche un taux de croissance significa f, preuve qu'il existe de bonnes opportunités pour un bureau dans ceKe région. « Nous voulons offrir à nos clients le meilleur service qui soit, avec le plus haut niveau d'exper se possible au sein des marchés les plus importants » explique Thomas Langen, Senior Regional Director pour l'Allemagne et l'Europe centrale et orientale chez Atradius. « L'ouverture de ces deux nouvelles suc- cursales nous permeKra non seulement de renforcer notre posi on par rapport aux entreprises locales, mais aussi d'être plus aptes à accompagner nos clients interna onaux dans l'expansion de leurs ac vités vers ces marchés. » L'ouverture des succursales bulgares et roumaines fait par e de la stratégie de croissance mondiale d'Atradius, visant à assurer le meilleur service possible et une exper se locale de haut niveau à ses clients na onaux et inter- na onaux. En 2016, Atradius a déjà étendu ses ac vités en Asie avec un nouveau bureau en Corée du Sud. Afin de renforcer sa présence en Afrique du Sud et dans d'autres pays de la région, Atradius a également acquis 25% des ac ons de la société Credit Guarantee Insurance Corpora on d'Africa Ltd (CGIC), un des principaux assu- reurs-crédit en Afrique. Atradius a par ailleurs renforcé sa posi on avec l'acquisi on de Graydon, la principale agence d'informa ons commerciales aux Pays-Bas, en Belgique et en Grande-Bretagne, mais aussi grâce à l'acqui- si on de 80% des ac ons d'Ignios, l'agence d'informa ons de crédit portugaise. Par ailleurs, Atradius Collec ons est également ac ve en Inde et en Chine depuis l'année dernière. Le Groupe Atradius dispose d'un chiffre d'affaires de 1,8 milliard et propose des solu ons d'assurance-crédit, de recouvrement et de cau on dans le monde en er grâce à sa présence stratégique dans plus de 50 pays. Atradius dispose d'informa ons sur la solvabilité de 240 millions d'entreprises dans le monde. Ses solu ons protègent les entreprises contre les impayés. Atradius fait par e du Groupe Catalana Occidente (GCO.MC), l'un des leaders de l'assurance en Espagne et de l'assurance-crédit dans le monde. (Source : lelezard.com) NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Le vice-premier ministre Paul Stanescu a rencontré la déléga#on officielle et économique du Japon conduite par M. Kotaro Nogami, directeur adjoint du Cabinet du Premier ministre du Japon : Paul Stanescu, le vice-premier ministre, ministre du Développement Régional, de l'administra on publique et des fonds européens, a eu un en- tre en au Palais Victoria, avec la conduite par M. Kotaro Nogami, directeur adjoint du Cabinet du Premier ministre du Japon, le chef de la mission commerciale. L'ordre du jour a porté sur le développement des rela ons roumano- japonaises et le secteur de la coopéra on bilatérale, principalement économique y compris dans le cadre de l'achèvement Accord de partenariat élargi entre le Japon et l'Union européenne. De la part du Gouvernement roumain, à la réunion ont également par cipé le ministre de l'Economie, M. George Simon, le ministre de l'Energie, M. Toma-Florin Petcu, le ministre pour l`Environnement des Affaires, du Com- merce et l'Esprit d'Entreprise, M. Ilan Laufer, le ministre des Affaires Etrangères M. Teodor Melescanu et les secré- taires d`Etat Ramona Lohan Florin Vodita Gabriel Andronache. « Approfondir les rela ons roumano-japonaises est une composante prioritaire de la poli que étrangère du Pro- gramme de gouvernance que nous voulons promouvoir efficacement et restera un objec f constant de la Rouma- nie quelle que soit la formule du Gouvernement de Bucarest », a déclaré le vice-premier ministre Paul Stanescu, rappelant que le Japon est l'un des principaux partenaires commerciaux asia ques de la Roumanie. Plus de 70 entreprises japonaises sont déjà présentes en Roumanie, fournissant environ 40.000 emplois dans les principaux secteurs économiques tels que les infrastructures, l'énergie, l'automobile, l'agriculture. « Tous les in- ves ssements japonais déjà présents en Roumanie sont de véritables histoires de succès qui, espérons-nous, vont arer d'autres inves sseurs poten els sur le marché roumain », a ajouté M. Paul adjoint Stanescu. Les projets concrets qui ont été discutés lors de la réunion du Palais Victoria ont été le pont suspendu sur le Da- nube Braila - Tulcea, qui sera construit par une associa on d'entreprises italiennes et japonaises et pour lequel a été signé hier le Contrat au Ministère des Transports, et le commencement dans le courant de ceKe année de la construc on du métro ligne M6, reliant l'aéroport Henri Coanda de Bucarest qui sera construit également avec la par cipa on d`entreprises japonaises. D'autres exemples de coopéra on roumano-japonaise dans le plan écono- mique men onnés au cours de la réunion ont été la remise en état et la modernisa on des centrales électriques Turceni, Paroşeni et Isalnita et mémorandum signé à la fin de l'année dernière pour la réalisa on d`une étude sur le système de chauffage à Bucarest. Les ministres présents à la réunion du vice-premier ministre Paul Stanescu avec la déléga on japonaise ont pré- senté pour chacun des secteurs économiques d'intérêt aux inves sseurs du Japon des opportunités de coopéra- on offertes par la Roumanie. Les membres de la déléga on du Japon, qui comprenait aussi 17 hommes d'affaires japonais qui ont inves en Roumanie, ont souligné à son leur que notre pays présente un intérêt majeur pour le milieu des affaires du Japon, étant donné que notre pays est une économie très important dans la région. La Roumanie a enregistré pour la deuxième année consécu ve la plus forte croissance économique dans l'Union européenne. (Source : Gouvernement de la Roumanie) Jibril Semour, le secteur immobilier en Roumanie : Pour ceKe rentrée, LePe tJournal.com de Bucarest est allé à la rencontre de Jibril Semour, directeur pour l'Europe de l'Est dans le cadre de la compagnie immobilière française Ca nvest. Jibril nous parle de son rapport à la Roumanie et des perspec ves dans l'immobilier, un secteur fragilisé par l'état des bâ ments et les risques sismiques.
  4. 4. Eastrategies Page 4 LePe tJournal.com de Bucarest: Pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel ? Jibril Semour: J'ai démarré ma carrière en tant que contrôleur de ges on pour Carrefour en France puis j'ai rejoint la société CEGIS toujours en tant que contrôleur de ges on en 2006 sur Paris mais pour les pays de l’Est (Tchéquie, Roumanie, Slovaquie, Russie). J'ai ensuite été directeur du département centres commerciaux de Jones Lang La- Salle en Roumanie entre 2008 et 2011 (parmi nos missions, la commercialisa on du centre commercial AFI Palace Cotroceni...). En 2011, je suis revenu chez CEGIS en tant que Directeur Europe (France et Europe de l’Est) et puis, depuis 2016, je suis directeur général du groupe Ca nvest Eastern Europe, la société d'Asset management de la foncière d'inves ssement Ca nvest ayant son siège à Bucarest et ses ac fs en Roumanie, Tchéquie et Hongrie (6 centres commerciaux à ce jour : Carrefour Orhideea et Cora Pantelimon à Bucarest, Electroputere Craiova et Carrefour Tom Constanta). Comment se porte le secteur immobilier en Roumanie ? Le secteur immobilier est depuis 2 ans en pleine croissance avec une accéléra on très neKe de ceKe croissance en 2017 et des prix d'acquisi on de terrain ou de bâ ments résiden els avoisinants les prix de 2008 sur Cluj ou sur certains quar ers de Bucarest. Le financement bancaire a repris avec des taux intéressants et des avances deman- dées d'environ 15%, ce qui favorise le secteur, en par culier celui résiden el. La consomma on des ménages est en neKe augmenta on suite à une baisse de la TVA sur certains produits, l'augmenta on du salaire minimum mais aussi un certain "op misme" général qui favorise la consomma on et l’inves ssement plutôt que l’épargne. Tout cela booste donc les ventes des retailers et de fait le marché de l'immobilier commercial. Passons à présent à des ques ons plus personnelles, si vous le voulez bien. Depuis combien d'années êtes-vous installé en Roumanie et comment s'est passée votre adapta on au pays? Quelles ont été les différences cultu- relles les plus difficiles à dépasser ? Je travaille en Roumanie depuis 2006 mais j'y suis basé depuis 2009. L’adapta on au pays a été, je dois le dire, plutôt naturelle, sans effort par culier, même l'appren ssage de la langue, assez proche du français, m'est venue assez rapidement et cela a sûrement simplifié mes contacts avec les gens et mon intégra on dans ce pays. Je dois préciser que, mis à part quelques différences culinaires, les différences culturelles ne me paraissent pas essen- elles et la Roumanie est un pays européen à part en ère, très proche culturellement de ses partenaires de l'ouest... Quelles sont, selon vous, les perspec ves économiques de la Roumanie ? La Roumanie est le second marché d'Europe de l’Est après la Pologne, la plus grosse croissance économique en 2017, un des taux de chômage les plus faibles, tout cela lié à un climat fiscal assez propice aux inves ssements. Les perspec ves selon ces critères sont donc posi ves même si la croissance est peut-être un peu trop basée sur la consomma on des ménages... L’état des bâ ment en Roumanie pose de vraies difficultés en raison des risques sismiques très élevés. Que pensez -vous qu’il soit possible de faire pour y remédier et arer de nouveaux clients ? Je ne pense pas que l’état des bâ ments soit un frein aux inves ssements. Les données sont assez justes aujour- d'hui et les informa ons sur le risque sismique d’un bâ ment assez faciles à obtenir, ce qui permet très rapide- ment à un inves sseur de savoir où il met les pieds et surtout s'il peut assurer son bien ou non. Un gros travail de vérifica on a déjà été fait par les autorités, la prochaine étape sera sûrement la consolida on des bâ ments à risque. Qui paiera ces travaux, cela reste néanmoins à définir. NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s
  5. 5. Eastrategies Page 5 Le pays vous paraît-il de plus en plus aKrac f du point de vue des inves ssements étrangers ? Que devrait faire la Roumanie pour en arer d’avantage? Oui, la Roumanie est de plus en plus aKrac ve, elle est d'ailleurs pour notre groupe le 1er pays d'inves ssement sur la région. La Roumanie souffre néanmoins encore, souvent à tort, d'une image néga ve notamment à cause des cas de corrup on. Je pense que le pays a besoin de publicité car il a beaucoup plus à offrir que ce que beau- coup d'étrangers peuvent penser de l'extérieur au niveau économique, culturel et touris que d'ailleurs… (Source : Lepe tjournal.com/Bucarest) Cosme#c Valley lance son cluster européen : Chartres veut rester leader mondial dans le domaine des cosmé- ques. Jean-Luc Ansel et son équipe ont réussi la mise en place d’un cluster européen du luxe. Cosme cs4Wellbeing est son nom de baptême, appelé aussi C4W. Ses fondateurs sont Cosme c Valley (France), Beauty Cluster Barcelona (Spain), Transylvanian Lifestyle Cluster (Romania) and AEBB (Portugal). Son acte de nais- sance a été officialisé, lundi 8 janvier, au Grand Monarque à Chartres. Son père fondateur n'est autre que le fer le directeur général de Cosme c Valley, Jean-Luc Ansel, et sa pe te équipe chartraine. Comment avez-vous décidé de vous lancer dans ceKe nouvelle aventure européenne ? Pour meKre Cosme c Val- ley sur la rampe de l'interna onal, un travail de longue date était nécessaire. Et avant de lancer, lundi 8 janvier, notre cluster européen autour de la cosmé que, Cosme cs4Wellbeing, nous avons d'abord créé, en 2016, Cosme- cs Clusters Interna onal Network (CCIN) qui cons tue la première démarche dans ceKe stratégie de regroupe- ment et de développement de la filière cosmé que française et européenne. Nous avons poussé fort pour que le cluster puisse avoir le jour mais il fallait que notre rayonnement, dès le début, soit fait sur une base interna o- nale. Fondamentalement, le nouveau cluster européen C4W va nous permeKre d'avoir un seul correspondant dans chaque pays européen au lieu d'être obligé de faire appel à chaque entreprise individuellement au moment où nous organisons nos salons et nos ac ons à l'export. Le cluster européen a-t-il d'autres objec fs, en plus de regrouper les acteurs de la filière ? La créa on du cluster européen a un autre objec f important. Il permet d'accélérer le développement de notre salon annuel au Carrou- sel du Louvre à Paris, Cosme c 360. Ce dernier a déjà célébré ses trois édi ons avec succès mais il n'a jamais été un salon des entreprises françaises et pour les produits français. Dès son lancement, nous avons voulu qu'il soit une vitrine interna onale au service des entreprises, des produits et des technologies venus de l'Asie, l'Amérique, l'Afrique et le reste du monde. Quel a été l'élément déclencheur à ceKe créa on européenne à Chartres ? L'État a lancé un appel à projets auquel nous avons par cipé rapidement car les places ne sont pas nombreuses. Nous avons compris que pour être inter- na onal il fallait être européen et en par culier pour rester leader dans notre secteur, il fallait que le pôle de com- pé vité Cosme c Valley soit porteur de ce projet novateur. Aujourd'hui, Cosme c Valley a déjà signé plusieurs partenariats bilatéraux avec plusieurs filières ou pays dans le monde au travers du Cosme cs Clusters Interna o- nal Network. Ce dernier fédère, à ce jour, 21 clusters de 12 pays. Avec le nouveau cluster européen, nous allons développer d'autres échanges sur des bases plus larges. Que pourriez-vous proposer à la filière cosmé que au travers de ceKe nouvelle organisa on ? Nous allons réunir une communauté interna onale d'entreprises et d'acteurs de la filière cosmé que désireux de s'engager dans une coopéra on interna onale. Les objec fs sont clairs : encourager l'innova on, impulser une croissance durable du secteur au niveau mondial, créer un réseau d'échanges et d'informa ons, apporter un support à l'export aux en- treprises du réseau. NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s
  6. 6. Eastrategies Page 6 Pourquoi avez-vous démarré le partenariat avec ces trois pays-là ? Nous avons voulu aller à notre rythme et tra- vailler avec des pays qui n'ont pas encore des organisa ons très développées pour les rer vers le haut. Les Alle- mands ou les Italiens, par exemple, ne sont pas en retard dans ce domaine. Nous espérons qu'ils nous rejoindront dans avenir proche. (Source : lechorepublicain.fr) NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Entreprises françaises en Roumanie ALSTOM : Alstom va réaliser des travaux d'un montant de près de 40 M€ pour le sous-tronçon ferroviaire Ilteu- Gurasada, dans le cadre du contrat de modernisa on des voies ferrées, récemment signé par le consor um CFR SA et Asocierea RailWorks dont Alstom fait par e. La fin des travaux est prévue pour décembre 2020. Le sous-tronçon ferroviaire Cap Y Ilteu - Gurasada se situe dans la branche nord du Couloir Rhin-Danube, reliant Nuremberg-Prague-Vienne-Budapest-Cur ci-Simeria-Brasov-Bucarest-Constanta. Le contrat prévoit la modernisa on de 22,34 km d'infrastructures ferroviaires pour l'exploita on de trains de voyageurs à une vitesse maximale de 160 km/h, des travaux de génie civil dans 4 gares, des travaux d'électrifica- on et de fourniture d'énergie, ainsi que des travaux de mise en œuvre de l'ERTMS de niveau 2, pour lesquels Alstom fournira son système Atlas 200 pour le contrôle des trains et des systèmes d'enclenchement ainsi que la mise en place du système de télécommunica on GSM-R. Alstom est chargé des deux dernières tâches dans le cadre du consor um. « Par ce contrat, Alstom consolide sa posi on de leader sur le marché roumain, tant pour la signalisa on ferro- viaire que pour l'électrifica on. Je suis très heureux de voir que la modernisa on des lignes ferroviaires de la Rou- manie progresse et qu'Alstom reste ac vement impliqué dans ce processus. Les équipes Alstom vont meKre en œuvre les systèmes de signalisa on ERTMS niveau 2, et notamment le système GSM-R et l'enclenchement élec- tronique, ainsi que l'électrifica on - les lignes d'alimenta on et la sous-sta on de trac on sur ce sous-tronçon fer- roviaire », a déclaré Gabriel Stanciu, Directeur général d'Alstom pour la Roumanie, la Bulgarie et la République de Moldavie. « Le projet tombe à point nommé, alors qu'un autre projet similaire, réalisé pour le tronçon ferroviaire Micasasa- Coslariu, arrive à sa fin. Ce nouveau contrat garan ra la poursuite des ac vités dans la région et la mise en œuvre hautement efficace du nouveau projet, qui peut débuter immédiatement », a ajouté Gabriel Stanciu. Alstom est présent en Roumanie depuis plus de 20 ans, et dé ent des posi ons de leadership dans le domaine de la signalisa on et de l'électrifica on sur le marché roumain. De plus, la société est actuellement chargée de 5 pro- jets de rénova on et de modernisa on qui sont en cours, et dé ent un contrat de maintenance d'une durée de 15 ans pour le métro de Bucarest. (Source :zonebourse.com)
  7. 7. Eastrategies Page 7 NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s DACIA – RENAULT : Le constructeur automobile français Renault a fait savoir qu'en 2017 ses ventes sur le marché de France ont aKeint le niveau le plus élevé des 6 dernières années grâce à une croissance de 6,5% des ventes de voitures Dacia. Avec près de 120.000 véhicules immatriculés, la marque roumaine a établi un nouveau record his- torique des ventes dans l'Hexagone. La Dacia Sandero est le modèle le plus vendu auprès des personnes physiques et occupe la 8e dans le classement des 10 premières automobiles recherchées. Les ventes de Duster ont augmenté elles aussi, même si une nouvelle généra on vient d'être lancée. Les usines Dacia ont été rachetées par le Groupe Renault en 1999. Relancée en 2004 avec le modèle Logan, la Dacia est devenue depuis un joueur important sur le marché automobile européen. (Source : Lepe tjournal.com/Bucarest, Radio Roumanie Interna onale - RRI) DACIA Duster : low-cost est compa#ble avec rentabilité Le nouveau DACIA Duster sera commercialisé en 2018. Le Duster est en effet le modèle le plus rentable du groupe Renault avec une marge opéra onnelle de 15%. Coûts serrés et plate-forme commune à plusieurs véhicules sont les secrets de ceKe performance. A cela il faut ajouter l’emploi de moins de pièces qui sont communes à 70% des véhicules. Les coûts serrés sont réalisés grâce aux implanta ons dans des pays à bas coûts comme la Roumanie (pays d’ori- gine de la marque) ou le Maroc. Les coûts horaires sont environ de 10€ dans les pays de l’est et de 3€ au Maroc contre 30€ en France. Les frais de publicité et de distribu on sont aussi serrés au maximum. Le concept low-cost c’est « l’essen el au moindre coût ». Il sera appliqué aussi sur le nouveau Duster qui sera commercialisé ceKe année. Ecoutant les améliora ons souhaitées par les clients, la marque a amélioré le design et propose de nouveaux équipements mais les moteurs n’ont pas été modifiés tout comme les prix qui restent inchangés. Ce nouveau modèle sera fabriqué dans l’usine de Pites en Roumanie. Ce nouveau 4X4 urbain à bas coûts doit être commercialement très performant comme l’ont été les modèles pré- cédents. Lancée en 2010, la première version a été vendue à 1 million d’exemplaires sous la marque Dacia et un autre mil- lion sous la marque Renault hors d’Europe. Le Duster représentait 9 à 10% des ventes totales de Renault en 2017. Ce succès mondial contredit l’idée selon laquelle les modèles doivent s’adapter aux marchés na onaux. Le nouveau Duster s’appuie sur des valeurs qui ont fait son succès depuis son lancement : look moderne, sécurité op misée, grand espace intérieur et surtout prix imbaKable. On peut l’acquérir pour 12 000 euros sans op on et aller jusqu’à 20 000 euros avec toutes op ons. Le prix moyen se situant à 17 000 euros. Aujourd’hui tous les modèles low-cost (Logan, Sandero, Duster, Kwid) représentent 37% des ventes du groupe. Globalement Renault a connu une année faste en 2017 profitant de l’augmenta on des immatricula ons en France (+4,74%). Mais il semble que la marque au losange soit la mal aimée de la Bourse. L’organisa on originale de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et sa gouvernance reposant sur un seul homme, Carlos Ghosn, pourrait en être la cause. Son remplacement, prévu dès le début de ceKe année, pourrait supprimer ce préjugé. L’ac on cote 84,25€ à Francfort. Elle a perdu -2,36% sur un an mais a progressé de +106,77% sur 5 ans. Un divi- dende de 3,15€ (3,74%) a été distribué en juin. (Source : zonebourse.com)
  8. 8. Eastrategies Page 8 ORANGE : Les abonnés à l’offre TV d’Orange par satellite en Roumanie con nueront de profiter de leur bouquet via les satellite Astra à 31,5 degrés Est suite au prolongement d’un accord entre SES et Globecast. Globecast loue- ra plusieurs répéteurs sur Astra 5B à 31,5 degrés Est pour desservir Orange Romania, qui u lise ceKe capacité pour diffuser 112 chaînes, dont 52 sont en HD en DVB-S2 et MPEG-4. Globecast gère la contribu on, le cryptage et l’encodage pour l’ensemble du bouquet de chaînes télévisées ainsi que le transport des signaux vers les installa- ons de liaison montante pour Astra 5B. Avec plus de 10 millions de clients et un chiffre d’affaires de 277,2 mil- lions d’euros au 30 septembre 2017, les affaires d’Orange se portent bien en Roumanie. Depuis son lancement en 2013, l’offre TV d’Orange s’est développée de manière exponen elle dans ce pays. (Source : telesatellite.com) GROUPE OPEN : Groupe Open gagne 1,10% à 27,55 euros après l’annonce de plusieurs opéra ons des nées à renforcer sa rentabilité. Elles s’intègrent dans le cadre de son plan stratégique à horizon 2020, dont les principaux objec fs sont une marge opéra onnelle courante de 10% et un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros. A tre de comparaison, la société de services informa ques a réalisé l’année dernière une marge de 7,1% et 304,7 millions d'euros de revenus. Groupe Open a décidé de se séparer d'ac vités qu'elle décrit comme étant "en décroissance et dilu ves". Sa filiale belge Groupe Open Belgium sera cédée à la société NSI alors qu'elle ne bénéficiait pas de la taille cri que néces- saire à son développement. La société hollandaise, dont le nom n'est pas communiqué et qui était détenue jus- qu'alors par la société belge, est quant à elle conservée. Autre opéra on d'élagage, l'ac vité chinoise de Groupe Open sera arrêtée au quatrième trimestre car il es me ne pas disposer des leviers nécessaires pour aKeindre une taille cri que dans le pays. Dans le même temps, Groupe Open a annoncé l'acquisi on de la société Beler Soj en Roumanie afin de disposer d'un centre de produc on nearshore complétant le disposi f de produc on existant. CeKe société d'une cinquantaine de collaborateurs opère ses ac vités actuelles auprès de clients français. Le groupe finalise enfin l'acquisi on d'un fonds de com- merce d'une vingtaine de personnes qui sera intégré à l'ac vité Applica on Services en France. Il viendra renfor- cer la présence de Groupe Open sur certains domaines d'ac vités liés aux enjeux digitaux. L'ensemble de ces transac ons impacteront à la baisse le chiffre d'affaires en année pleine de 8 millions d'euros et généreront une déprécia on de goodwill de l'ordre de 2,5 millions d'euros. Le résultat opéra onnel courant de Groupe Open sera en revanche impacté posi vement, en valeur absolue comme en valeur rela ve. (Source : bourse.lefigaro.fr) NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Bulle#n financier Le président Klaus Iohannis a promulgué la Loi du budget de l'Etat et celle du budget de la sécurité sociale pour 2018 : Il a pourtant mis en garde contre les vulnérabilités de ces actes et les difficultés du cadre fiscal et budgétaire, dans le contexte où la Roumanie a besoin d'un budget crédible et équilibré, qui vise avec persévé- rance à maintenir les objec fs fondamentaux de stabilité macro-économique, de prédic bilité et de durabilité fiscale et budgétaire. Rappelons-le, le budget de l'Etat 2018 table sur une croissance économique de 5,5%, un taux moyen d'infla on annuelle de 3,1%, un taux de change moyen de 4,55 lei pour 1 euro et un revenu salarial moyen net de 2614 lei (565 euros) par mois. (Source : Lepe tjournal.com/Bucarest, Radio Roumanie Interna onale - RRI)
  9. 9. Eastrategies Page 9 NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Première hausse des taux depuis 2008 : La Banque centrale de Roumanie (BNR) a annoncé un relèvement de son principal taux directeur, à 2%, sa première hausse depuis août 2008, sur fond de hausse de l'infla on et d'incer tude quant à la poli que fiscale du gouvernement. La BNR maintenait depuis mai 2015 son taux directeur à 1,75%. Il avait été porté à 10,25% en août 2008, avant d'être progressivement abaissé. La décision de relever le taux « vise à maintenir la stabilité des prix à moyen terme, de manière à assurer une croissance économique durable », a indiqué la BNR dans un communiqué. La Roumanie a affiché au troisième trimestre un des taux de croissance les plus dynamiques d'Europe, à 2,6% (8,6% sur un an). Mais le moteur de ceKe embellie a été la consomma on, qui a dopé l'infla on, a souligné la banque. La hausse des prix à la consomma on a ainsi aKeint 3,2% en novembre sur un an (2,6% selon la norme harmoni- sée Eurostat), un plus haut depuis août 2013. Selon les analystes, cet indicateur pourrait poursuivre son envolée au cours des prochains mois. « Les incer - tudes et les risques associés à la perspec ve de l'infla on émanent de la poli que fiscale », a relevé la BNR. La majorité sociale-démocrate, au pouvoir depuis un an, a notamment majoré les salaires de la fonc on pu- blique et les retraites, tout en baissant les taxes, favorisant l'infla on. Une réforme fiscale, cri quée tant par le patronat que par les syndicats, est par ailleurs entrée en vigueur début janvier. Celle-ci réduit le taux unique de l'impôt sur le revenu à 10%, contre 16% auparavant, crée un impôt de 1% sur le chiffre d'affaires des PME et prévoit le transfert à la charge des salariés des co sa ons jusque là payées par les employeurs, un point par culièrement controversé. « La part des inves ssements dans les dépenses publiques devrait augmenter pour que la croissance puisse re- poser moins sur la consomma on », a préconisé le gouverneur de la BNR, Mugur Isarescu, au cours d'une confé- rence de presse. La Banque centrale européenne a maintenu en décembre son principal taux directeur à 0%, tout en confirmant la réduc on de son sou en à l'économie de la zone euro à par r de janvier 2018. En août, la Banque centrale tchèque avait donné le signal d'une hausse des taux en Europe centrale, faisant pas- ser son principal taux directeur de 0,05% à 0,5%, en deux étapes. (Source : cbanque.com) Plusieurs mesures fiscales sont entrées en vigueur en Roumanie au 1er janvier : Le salaire minimum brut est passé de 1.450 lei (environ 300 euros) à 1.900 lei (environ 410 euros), la retraite minimum est de 640 lei (quelque 135 euros), et l'impôt sur le revenu a baissé de 16% à 10%. Egalement en 2018, les contribu ons au 2e pilier du système de retraite ont baissé et le paiement frac onné de la TVA est entré en vigueur, étant obliga- toire pour les entreprises ayant accumulé des deKes de versement de la taxe ou se trouvant en situa on d'insol- vabilité. Les contribu ons sociales sont en èrement à la charge des salariés, ce qui implique la renégocia on des contrats de travail, avec, comme résultat, une éventuelle baisse des revenus. De l'avis du gouvernement, ces mesures auront un effet posi f sur le PIB, en s mulant l'emploi, en augmentant le pouvoir d'achat des sala- riés et en réduisant le travail au noir. Les analystes économiques pensent, quant à eux, que l'impact de ces me- sures sur la popula on et sur le milieu des affaires ne peut pas être es mé actuellement. (Source : Lepe tjournal.com/Bucarest, Radio Roumanie Interna onale - RRI)
  10. 10. Eastrategies Page 10 NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Bulle#n juridique Acheter son terrain en Roumanie La législa on roumaine en vigueur prévoit le droit incondi onnel des résidents ou des non-résidents des Etats membres de l’UE ou de l’Espace Economique Européen d’obtenir le droit de propriété sur les terres en Roumanie. Cependant, la façon d’interpréter la loi par les autorités compétentes reste controversée et la pra que en fait pleinement la preuve. Le cadre légal Dans le cadre du processus d’adhésion à l’UE, la Roumanie a adopté la Loi no 312/2005 portant sur l’obten on du droit de propriété privée sur les terres par les citoyens étrangers et les apatrides, ainsi que par les personnes mo- rales étrangères. La règle ins tuée par la loi est celle selon laquelle le citoyen d’un Etat membre (résident ou non – la loi ne fait pas de dis nc on) peut acquérir le droit de propriété sur les terrains «dans les mêmes condi ons que celles prévues par la loi pour les citoyens roumains (…)». Et comme toute règle a aussi une excep on, celle-ci consiste dans le fait que le citoyen d’un Etat membre non- résident en Roumanie peut obtenir le droit de propriété sur les terrains pour des résidences secondaires à l’échéance d’un délai de 5 ans de la date d’adhésion de la Roumanie à l’Union Européenne (soit, donc à par r du 1er janvier 2012). Les opinions divergentes Deux opinions divergentes ont donné lieu à des interpréta ons différentes du texte légal. Une première interpréta on, à laquelle nous souscrivons, est que les citoyens d’un Etat membre, nonobstant s’ils ont ou non le statut de résident en Roumanie, ont le droit d’acheter des terres dans les mêmes condi ons que les citoyens roumains. Notre interpréta on est soutenue par le Traité d’adhésion de la Roumanie à l’Union Européenne. Le Traité prévoit le droit de la Roumanie de maintenir en vigueur, pour une période de cinq ans, à compter de la date de son adhé- sion, les restric ons imposées par sa législa on en vigueur lors de la signature du traité, concernant l’obten on de la propriété sur les terres pour des résidences secondaires par les ressor ssants des Etats membres non-résidents en Roumanie. Il ressort clairement qu’au-delà des 5 ans, aucune restric on ne peut plus être maintenue. Une deuxième opinion (à notre avis – erronée, mais malheureusement dominante dans la pra que auprès des Notaires en Roumanie) tend à soutenir que seuls les citoyens de l’UE résidents en Roumanie peuvent acquérir le droit de propriété sur les terres, dans les mêmes condi ons que les citoyens roumains. Et que les citoyens de l’UE non-résidents en Roumanie ne peuvent obtenir le droit de propriété sur les terres que pour des résidences secon- daires. CeKe interpréta on se formalise en pra que comme suit : Dans la première hypothèse, par le fait que les autorités demandent, en applica on de ceKe règle, que les ci- toyens de l’UE concernés présentent leur cer ficat d’enregistrement de leur résidence en Roumanie, délivré par l’Inspec on Générale pour les Immigra ons. Dans la deuxième hypothèse, par le fait que les autorités vérifient si la terre en ques on a été u lisée par le non- résident pour la construc on d’une résidence.
  11. 11. Eastrategies Page 11 NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Du fait que la deuxième interpréta on ci-dessus est dominante en pra que il résulte une entrave injus fiée à l’acquisi on des terrains en Roumanie par les citoyens d’un État membre et une contrariété avec l’esprit de la législa on européenne. N’oublions cependant pas qu’un citoyen étranger résident ou non, européen ou pas, a pu de tout temps, même avant l’entrée de la Roumanie dans l’Union Européenne, acheter des terres en Roumanie au travers d’une struc- ture sociétaire, même détenue à 100%. Ainsi donc malgré tout les étrangers ont pu et peuvent acquérir une propriété foncière en Roumanie. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest, gruiadufaut.com) Paiement scindé de la TVA : modifica#ons pour 2018 L’Ordonnance du Gouvernement n° 23/2017 concernant le paiement scindé de la TVA qui a donné lieu a des nombreuses cri ques de la part du milieu des affaires roumains, vient d’être approuvée fin 2017 par le Parle- ment, devenant ainsi la Loi n° 275 de 27 décembre 2017, publiée au JO n° 1036 du 28 décembre 2017. Donc à par r du 1er janvier 2018, des nouvelles règles sont applicables, s’agissant d’une applica on plus restreinte du paiement scindé de la TVA. Les principales modifica ons apportées par la Loi n ° 275 de 27 décembre 2017 vi- sent les aspects suivants: CATEGORIES DE PERSONNES POUR LESQUELLES LE PAIEMENT SCINDE DE LA TVA EST OBLIGATOIRE A par r du 1er janvier 2018, les personnes imposables et les ins tu ons publiques enregistrées au regard à la TVA qui se trouvent au moins dans l’une des situa ons suivantes, sont obligées d’u liser le mécanisme du paie- ment scindé de la TVA: - au 31 décembre 2017 ont des deKes représentant de la TVA supérieures à: (i) 15.000 lei (environ 3.260 Euros) pour les grands contribuables; (ii) 10.000 lei (environ 2.174 Euros) pour les contribuables dits moyens; (iii) 5.000 lei (environ 1.087 Euros) pour les autres contribuables, si ces obliga ons ne sont pas payées jusqu’au 31 janvier 2018; - à par r du 1er janvier 2018, ont des deKes représentant de la TVA supérieures à: (i) 15.000 lei pour les grands contribuables; (ii) 10.000 lei pour les contribuables dits moyens; (iii) 5.000 lei pour les autres contribuables, si ces obliga ons ne sont pas payées dans un délai de 60 jours à compter de la date d’échéance; - tombent sous l’incidence des disposi ons légales concernant les procédures collec ves. CATEGORIES DES PERSONNES POUR LESQUELLES LE PAIEMENT SCINDE DE LA TVA EST FACULTATIF Les personnes imposables et les ins tu ons publiques enregistrées au regard de la TVA, autres que celles pour lesquelles le paiement scindé de la TVA est obligatoire peuvent opter pour le paiement scindé de la TVA. Dans une telle situa on, elles ont l’obliga on de no fier l’organe fiscal compétent. DATE A PARTIR DE LAQUELLE LE PAIEMENT SCINDE DE LA TVA S’APPLIQUE Les contribuables enregistrées au regard de la TVA qui sont obligées ou celles qui décident d’opter pour appli- quer le paiement scindé de la TVA, appliqueront le mécanisme du paiement scindé de la TVA le lendemain du jour où elles se seront enregistrées dans le Registre des personnes qui appliquent le paiement scindé de la TVA, pour les factures/les documents émis en conformité avec les disposi ons légales et les acomptes encaissés à par r de ceKe date. Le Registre des personnes qui appliquent le paiement scindé de la TVA est public et il est affiché sur le site inter- net de l’ANAF – L’Agence Na onale d’Administra on Fiscale ().
  12. 12. Eastrategies Page 12 NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s DATE D’ENREGISTREMENT DANS LE REGISTRE DES PERSONNES QUI APPLIQUENT LE PAIEMENT SCINDE DE LA TVA - les personnes qui décident d’opter pour le paiement scindé de la TVA et les personnes qui tombent sous l’inci- dence des disposi ons légales concernant la procédure collec ve après le 31 décembre 2017 – dans un délai de maximum 3 jours à par r de la date du dépôt de la no fica on - les personnes qui au 31 décembre 2017 ont des deKes représentant de la TVA – à compter du 01 mars 2018; les personnes qui à par r du 01 janvier 2018 ont des deKes représentant de la TVA – à compter du 1er jour du deuxième mois suivant le mois quant les obliga ons de paiement de la TVA sont arrivées à échéance; Sont inscrites d’office dans le Registre des personnes qui appliquent le paiement scindé de la TVA par l’organe fiscal compétent: - les personnes qui tombent sous l’incidence des disposi ons légales concernant la procédure collec ve au 31 décembre 2017 – à par r du 01 mars 2018; - les personnes qui tombent sous l’incidence des disposi ons légales concernant la procédure collec ve après le 31 décembre 2017 – à par r du premier jour du mois suivant le mois dans lequel l’organe fiscal constate que la personne imposable enregistrée au regard de la TVA n’a pas no fié l’applica on du paiement scindé de la TVA. RENONCIATION AU PAIEMENT SCINDE DE LA TVA Dans certains cas, il est possible de renoncer au payement scindé de la TVA. La renoncia on au paiement scindé de la TVA se fait par le dépôt d’une no fica on dans ce sens auprès de l’organe fiscal compétent. La radia on du Registre des personnes qui appliquent le paiement scindé de la TVA est faite par l’organe fiscal compétent dans un délai de maximum 5 jours ouvrés à par r de la date du dépôt de la no fica on. FACILITES PREVUES POUR CEUX QUI DECIDENT D’OPTER POUR LE PAIEMENT SCINDE A LA TVA APRES LE 01.01.2018 Les personnes imposables qui décident d’opter pour le paiement scindé de la TVA après le 01 janvier 2018 béné- ficient d’une réduc on de 5% de l'impôt sur le bénéfice / de l'impôt sur les revenus des microentreprises affé- rent à la période pendant laquelle elles appliquent le système du paiement scindé de la TVA. DELAI DU TRANSFERT DE LA TVA DANS LE COMPTE DE LA TVA Les sociétés qui appliquent le système du paiement scindé de la TVA ont un délai de 30 jours ouvrés (au lieu de 7 jours qui étaient prévus ini alement par l’Ordonnance n° 23/2017), à par r de la date de l’encaissement de la contrevaleur des livraisons des biens/presta on des services pour transférer la TVA afférente dans le compte de TVA, ouvert auprès de la Trésorerie et/ou la banque. Le compte de la TVA peut être exécuté forcé uniquement pour le paiement de la TVA due au budget de l’Etat, ainsi qu’en vertu des tres exécutoires, selon la loi, pour la TVA afférente à l’acquisi on de biens et/ou de ser- vices. SANCTIONS L’inobserva on des obliga ons issues du mécanisme de paiement scindé de la TVA, est sanc onnée par une amende comprise entre 2.000 lei (environ 435 Euros) et 4.000 lei (environ 870 Euros). (Source : lepe tjournal.com/Bucarest, gruiadufaut.com) Le salaire minimum brut en 2018 A par r du 1er janvier 2018, en conformité avec la Décision du Gouvernement n° 846/2017, publiée au Journal Officiel n° 950 du 29 novembre 2017, le salaire minimum brut de base garan en paiement au niveau na onal
  13. 13. Eastrategies Page 13 NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s en 2018 passera de 1.450 Lei par mois (environ 313 Euros) à 1.900 Lei par mois (environ 410 Euros), pour un travail à plein temps de 166,666 heures par mois, soit 11,40 Lei/heure. Le salaire de base minimum brut au niveau na onal est défini comme étant le plus bas salaire de base pouvant être accordé à un salarié embauché en vertu d’un contrat individuel de travail, pour un travail à plein temps. La fixa on d’un salaire de base à une somme inférieure à celle prévue par la Décision ci-dessus men onnée cons tue une contraven on et sera sanc onnée par une amende allant de 300 Lei à 2.000 Lei. En conséquence, pour les salariés qui travaillent à plein temps ayant un salaire inférieur à celui prévu par la loi, le salaire brut doit être augmenté à 1.900 Lei à par r du 1er janvier 2018. Etant donné que c’est une modifica- on imposée par la loi, conformément à l’ar cle 17 paragraphe 5 du Code du Travail, il n’est pas obligatoire de conclure un avenant au contrat de travail. Pour mémoire, le salaire minimum brut de base garan au niveau na onal a été majoré de 1.250 Lei à 1.450 Lei à compter du 1er février 2017, soit une hausse de 16%. CeKe nouvelle augmenta on de 31,03% du salaire mini- mum brut au niveau na onal est aussi influencée par le transfert des contribu ons sociales patronales à la charge des employés. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest, gruiadufaut.com) Impôt sur le chiffre d’affaires: modifica#ons L’Ordonnance d’Urgence du Gouvernement n° 79/2017 publiée au Journal Officiel du 10.11.2017 qui transfère les charges patronales aux salariés, modifie également les disposi ons du Code Fiscal concernant l’impôt sur le Chiffre d’Affaires des microentreprises. En effet, les principales modifica ons (qui seront applicables à par r du 1er janvier 2018) ennent au nouveau plafond d’applica on de l’impôt ainsi qu’aux nouvelles catégories de per- sonnes morales qui seront, à par r du 1er Janvier 2018, également soumises à l’impôt sur le chiffre d’affaires des microentreprises. Ci-après, nous allons vous présenter les principales modifica ons concernant l’impôt sur le chiffre d’affaires. Augmenta on du plafond d’applica on de l’impôt sur le chiffre d’affaires L’OUG n° 79/2017 a modifié de nouveau les condi ons qu’une entreprise doit remplir pour être considérée une microentreprise du point de vue fiscal. A compter du mois de janvier 2018, la condi on rela ve au Chiffre d’Affaires que doit obtenir une société pour être considérée une microentreprise sera modifiée. Ainsi seront de droit soumises à cet impôt toutes les entre- prises réalisant un Chiffre d’Affaires de maximum 1 Million d’Euros (équivalent en lei), tandis qu’antérieurement la limite était de 500.000 Euros. Nous vous rappelons que la dernière modifica on de ce plafond avait été faite au début de l’année 2017 lorsque le plafond de l’impôt sur le chiffre d’affaires avait augmenté de 100.000 Euros à 500.000 Euros. Nouvelles catégories de personnes morales assujees a l’impôt sur le chiffre d’affaires des microentreprises En conformité avec les nouvelles modifica ons légales, à par r du 1er janvier 2018, même les sociétés qui réali- sent des ac vités dans le domaine bancaire, de l’assurance et la réassurance, du marché de capitaux, des jeux d’hasard; des ac vités d’exploita on, de développement, d’exploita on des gisements de pétrole et du gaz na- turel et dont le chiffre d’affaires en 2017 sera inférieur au montant de 1.000.000 Euros seront soumises de droit à l’impôt sur le chiffre d’affaires des microentreprises. Ainsi, à par r du 1er janvier 2018, ces catégories ne se- ront plus exceptées de l’impôt sur le Chiffre d’Affaires.
  14. 14. Eastrategies Page 14 NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s Une autre catégorie des contribuables qui seront également soumises à l’impôt sur le chiffre d’affaires des mi- croentreprises sont les contribuables personnes morales qui ont ob ennent des revenus résultant des ac vités de conseil et management, dès lors que ceKe ac vité représente plus de 20% du Chiffre d’Affaires. Applica on par op on de l’impôt sur les bénéfices Actuellement, les microentreprises ayant un capital social d’au moins 45.000 Lei (l’équivalent d’environ 9.783 Euros) peuvent opter pour l’impôt sur les bénéfices (16% du bénéfice enregistré par la société) qui est le taux commun applicable. A par r du 1er janvier 2018, la possibilité pour les microentreprises qui ont souscrit un capital social d’au moins 45.000 Euros d’opter pour l’impôt sur le bénéfice sera éliminée. Par conséquent, à par r du 1er janvier 2018, l’impôt sur le chiffre d’affaires des microentreprises sera du par toutes les sociétés réalisant un CA de moins de 1.000.000 Euros (nonobstant la valeur du capital social), à l’ex- cep on du: Fond de garan e des dépôts dans le système bancaire, cons tué conformément à la loi; Fond de compensa on des inves sseurs, cons tué conformément à la loi; Fond de garan e des retraites privées, cons tué conformément à la loi; Fond de garan e des assurés, cons tué conformément à la loi; En té transparente du point de vue fiscal, ayant la personnalité morale. Les sociétés qui paient actuellement un impôt sur les bénéfices de 16%, mais dont le chiffre d’affaires à la fin de l’année 2017 sera inférieur à 1.000.000 Euros, passeront à par r du 1er janvier 2018 automa quement et de droit au régime de l’impôt sur le chiffre d’affaires des microentreprises (1% ou 3% du chiffre d’affaires, selon le nombre de salariés de la société). Taux d’imposi on Le taux d’imposi on des microentreprises reste le même que jusqu’à présent, à savoir: 1% du chiffre d’affaires pour les microentreprises qui ont 1 ou plusieurs salariés; 3% du chiffre d’affaires pour les microentreprises qui n’ont pas de salariés. (Source : lepe tjournal.com/Bucarest, gruiadufaut.com) Evénements CONSTRUCT EXPO (8 - 11.03.2018) : www.constructexpo.ro Salon interna onal de technologies, équipements, ou llages et matériaux pour construc ons - 25ème édi on Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA AMBIENT EXPO (8 - 11.03.2018) : www.ambient-expo.ro Salon interna onal de produits et systèmes pour aménagements intérieurs et extérieurs, décora ons, mobilier et piscines - 25ème édi on Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA
  15. 15. Eastrategies Page 15 NOUVEAUTES Janvier 2018 Correspondant Bretagne Commerce Interna#onal, Fédéra#on des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas For#s ROMTHERM (8 - 11.03.2018) : www.romtherm.ro Salon interna onal d’installa ons et d’équipements de chauffage, refroidissement et de condi onnement de l’air Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA ROMENVIROTEC (8 - 11.03.2018) : www.romenvirotec.ro Salon interna onal de technologies et d’équipements de protec on de l’environnement – 25ème édi on Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA EXPO FLOWERS & GARDEN (8 - 11.03.2018) : www.expoflowers.ro Salon interna onal de fleurs, aménagement paysager, hor culture et jardinage – 10ème édi on Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA EXPOENERGIE (8-11.03.2018) : www.eee-expo.ro Salon interna onal de l’énergie renouvelable, énergie conven onnelle, équipements et technologies pour l’in- dustrie du pétrole et gaz naturels – 8ème édi on Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA MODEXPO I (8 - 11.03.2018) : www.modexpo.ro Salon interna onal de ssus tex les, vêtements, peausserie, pelleterie, chaussures et maroquinerie, accessoires Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA SIAB (23.03 - 1.04.2018) : www.siab.ro Salon interna onal de l’automobile Bucarest Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA ROMHOTEL (19 - 21.04.2018) : www.romhotel.ro Salon interna onal d’équipements, mobilier et matériels pour les hôtels et les restaurants Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA DENTA I (19 - 21.04.2018) : www.denta.ro Salon interna onal de produits et d’équipement pour la médecine et la technique dentaire Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA ROMMEDICA (19 - 21.04.2017) : www.rommedica.ro Salon interna onal de médicine et pharmacie – 28ème édi on Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA EXPO DRINK & WINE (19 - 21.04.2018) : www.targdevinuri.ro Salon interna onal de vins et boissons alcoolisées et non alcoolisées – 9ème édi on Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo SA
  16. 16. Avec nous vers la réussite à l’interna onal ! Conseil en affaires, appui aux entreprises – prospec#on du marché, implanta#on, délocalisa#on, sous- traitance, recherche partenaires, exporta#ons … en Roumanie, Moldavie et Bulgarie La société Eastrategies, relais pour la FIM, Bretagne Commerce Interna#onal et BNP Paribas For#s, est présente sur le marché roumain depuis 20 ans et son ac vité consiste à proposer aux entreprises roumaines et étrangères des services de conseil de la plus haute qualité. Cabinet de Conseil faisant par d'un groupe de sociétés dont le dirigeant français est industriel en Roumanie, Moldavie, Bulgarie et République tchèque, nous meKons à votre disposi on une suite de services qui comprend : · Conseil en développement à l’interna onal · Etudes marke ng, prospec on du marché · Recrutement · Assistance implanta on, délocalisa on · Recherche de partenaires export/import, joint-venture · Recherches de sites de produc on · Recherche de sous traitants · Assistance Juridique · Assistance personnalisée aux PME · Recherche de synergie entre PME et grands groupes Marc Pascal HUOT Fondateur de Eastrategies, Directeur Général – Associé 17, rue C.A Rose Secteur 2, Bucarest Roumanie PO BOX 22 - 103 Téléphone : +4021527016 Télécopie: +40215270310 Email : office@eastrategies.ro Site web : www.eastrategies.ro

×