Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Les actualités de la Roumanie et de la Moldavie pour le Mois de Juillet 2016 de Eastrategies

1,648 views

Published on

Eastrategies, est une société d’accompagnement à l’international spécialiste de l’Europe centrale et  orientale. Cabinet conseil international, créé en Roumanie en 1992, en Bulgarie en 2000 et Moldavie en 2008.

Published in: Business
  • Be the first to comment

Les actualités de la Roumanie et de la Moldavie pour le Mois de Juillet 2016 de Eastrategies

  1. 1. Eastrategies Page 1 Actualité macro-économique en Roumanie Population : 19,947 millions d’habitants PIB en 2014 : 151,47 milliards EUR PIB par habitant en 2014 : 7.500 EUR/habitant Croissance en 2014 : +2,8 % Croissance prévisionnelle en 2015 : +4 % Flux net d’IDE en 2013 : 2,71 milliards EUR Salaire minimum brut garanti à partir du 1er mai 2016 : 280 EUR (1.250 RON) Salaire moyen brut mensuel, en mai 2016 : 630 EUR (2.835 RON) Taux d’inflation en 2014 : 1,1 % Taux de chômage en juillet 2015 : 4,9 % Place de la France dans les échanges commerciaux : 3ème client, 4ème fournisseur Stock IDE français en 2011 : env. 7 milliards EUR, France – 3ème rang parmi les investisseurs étrangers Cours EUR/RON au 29.07.2016 : 1 EUR = 4,4687 RON NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis
  2. 2. Eastrategies Page 2 Actualité politico-économique en Roumanie Agritel estime une récolte record de blé en Roumanie : Dans le cadre de son programme EAT 2016 (European Agritel Tour), les analystes d’Agritel ont réalisé un Crop Tour du 13 au 17 juin 2016 en Roumanie, 3ème puissance exportatrice européenne. Le cabinet expert sur les marchés des matières premières publie les résultats de ses évaluations pour la production de blé. Agritel estime pour 2016 une récolte record de blé en Roumanie à 8,28 mil- lions de tonnes, en hausse de 4,5 % par rapport à l’an passé. « Nous confirmons le potentiel de rendement identi- fié lors des précédents Crop Tour par nos analystes. Toutefois, les interrogations sur le taux de protéine persistent » déclare Michel Portier, directeur d’Agritel. La méthodologie du programme EAT basée sur des comptages terrain et une méthode d’extrapolation permet à Agritel d’estimer les rendements de blé à 4,14 t/ha, contre 3,83 t/ha l’année dernière. Les échanges avec les opérateurs locaux font partie intégrante de la méthodologie pour affiner les comptages terrain. Sur place, ils confirment que le taux de protéine est attendu en retrait cette année. De plus, ils craignent l’arrivée de nouvelles pluies lors de la récolte qui pourraient dégrader à nouveau les cultures, déjà versées à hauteur de 5 % à l’échelle du pays. L’estimation est basée sur le Crop Tour réalisé du 13 au 17 juin sur un cumul de 2 875 km à travers la Roumanie par deux équipes composées d’analystes des bureaux d’Agritel Kiev et Paris, mais également de traders et analystes internationaux. L’European Agritel Tour (EAT) est un programme annuel d’Agritel qui vise à produire une information qualifiée du potentiel des cultures de blé chez trois des princi- paux exportateurs en Europe : la Roumanie, l’Allemagne et l’Ukraine. Il s’appuie sur la réalisation de tours de plai- nes à 3 périodes majeures du développement des cultures. (Source : edubourse.com) La recherche-développement enfin encouragée : Plus d'impôts sur le revenu (16%) et autres taxes pour les per- sonnes travaillant dans la recherche-développement en Roumanie. Un peu d'attention, enfin, accordée à ce sec- teur. Le gouvernement a annoncé cette mesure visant à exonérer de toutes taxes les personnes travaillant dans la recherche-développement en Roumanie. Elle va être effective à partir du mois d'août et ne devrait pas, toujours selon le gouvernement, avoir d'influence trop néfaste sur le budget de l'état. Particulièrement sous-financée, la recherche-développement roumaine occupe la dernière place à l'heure actuelle en Europe en termes d'argent consacré. La Roumanie y alloue en effet vingt fois moins d'argent que la moyenne de ses voisins européens tandis que les ingénieurs, chercheurs et différents spécialistes roumains sont de plus en plus sollicités par les entreprises locales mais aussi et surtout par les investisseurs étrangers s'installant dans le pays. « Nous espérons que cette mesure permette d'encourager les sociétés privées à investir dans la recherche-développement, tout comme les jeunes à se tourner vers ce domaine », a motivé le Premier ministre Dacian Cioloş. La Roumanie avait également opté pour ce type de mesures il y a quelques années au sujet des développeurs et programmeurs informatiques, secteur en pleine expansion. (Source : Lepetitjournal.com/Bucarest) NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis
  3. 3. Eastrategies Page 3 La Roumanie devient membre du CERN : La Roumanie est devenue dimanche le 22e pays à adhérer à l'Organisa- tion européenne pour la recherche nucléaire (CERN). Cette adhésion est l’aboutissement d’un processus de candi- dature formellement démarré en 2008. « Nous sommes fiers du travail accompli par les nombreux scientifiques et ingénieurs roumains, qui, ces dernières années, ont coopéré avec le CERN et permis cette nouvelle étape, a décla- ré Adrian Vierita, ambassadeur et représentant permanent de la Roumanie auprès de l’Office des Nations Unies à Genève. En tant qu’État membre de plein exercice, mon pays sera heureux d’intensifier et de diversifier cette col- laboration pour le bien de la science et de l’humanité. » Les débuts de la relation bilatérale entre le CERN et la Roumanie remontent à 1991, lorsqu’un accord concernant la coopération scientifique et technique a été signé, fournissant ainsi le cadre juridique d’un développement ultérieur. La communauté scientifique roumaine au CERN a augmenté régulièrement au fil des années et elle compte aujourd’hui une centaine de personnes. (Source : Lepetitjournal.com/Bucarest) Participation du secrétaire d'État, Alexandru Victor Micula, à la réunion des coordinateurs nationaux de la coo- pération Chine-Europe centrale et orientale : Le secrétaire d'État, Alexandru Victor Micula a participé, entre 24 et 27 juin 2016, à Hainan, la République populaire de Chine, à la septième réunion des coordinateurs nationaux de la coopération Chine-Europe centrale et orientale, dénommé aussi le «Le Format 16+1». La réunion a été suivie par les coordinateurs nationaux et des représentants des gouvernements des 16 pays européens participant à ce for- mat de coopération et par des observateurs représentant l'Autriche, la Suisse et la Commission européenne. La partie chinoise a été représentée par Liu Haixing, ministre assistant des Affaires étrangères et secrétaire général du Secrétariat du format de coopération «16+1», et des membres du ministère des Affaires étrangères et du mi- nistère du Commerce. A l'occasion de discours en séances plénières, le secrétaire d'État Alexandru Victor Micula a transmis un message de continuité et pragmatisme dans les décisions et les engagements déjà assumés et l'inté- rêt pour la mise en œuvre aussi rapide que possible des projets convenus lors du sommet qui a eu lieu l'année dernière à Suzhou. Dans ce contexte, l'officiel roumain a souligné que, bien que les intérêts de la Roumanie dans le format de coopération «16+1» soient axés sur les domaines de l'énergie, de l'agriculture, de l'infrastructure, des communications, de l'informatique et du tourisme, il y a la volonté de coopérer aussi dans d'autres domaines à mesure que sont identifiés des projets viables. Il a souligné à la fois l'intérêt des autorités roumaines pour exploi- ter les avantages stratégiques résultantes du statut de la Roumanie d'État membre de l'UE riverain de la mer Noi- re et du Danube pour faciliter et moyenner le transit de marchandises entre la Chine et l'UE. La réunion de Hainan a permis des progrès significatifs dans la préparation de l'ordre du jour du prochain sommet des chefs de gouver- nement des pays membres du format de coopération «16+1», qui aura lieu à Riga en novembre cette année. (Source : mae.ro) Roumanie : terre d’opportunités pour les agriculteurs européens ? : La terre noire de Roumanie est une des plus fertiles d’Europe. Pas étonnant qu’elle ait attiré de nombreux agriculteurs européens, et cela avant même l’entrée du pays au sein de l’Union européenne en 2007. De source roumaine, sur les 10 millions de terres arables, environ un tiers est exploité par des étrangers. Si les prix du foncier et de la main d’œuvre restent compétitifs, le morcelle- ment des terres complique sérieusement les choses. La Roumanie est-elle un eldorado pour les agriculteurs euro- péens ? (Source : rfi.fr) NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis
  4. 4. Eastrategies Page 4 Le français, deuxième langue étrangère la plus utilisée dans les multinationales en Roumanie : 94% des person- nes qui travaillent dans des multinationales en Roumanie possèderaient une bonne voire très bonne connaissance des langues étrangères. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée en 2015 sur un panel de 4.500 jeunes profession- nels par la société Eucom, active sur le marché des cours de langues aux entreprises. Un quart des personnes éva- luées utilisent les langues étrangères très régulièrement pour leur travail, que ce soit dans des réunions ou des rendez-vous d'affaires. Sans surprise, l'anglais est la langue la plus utilisée pour 31% des sondés. Le français arrive derrière pour 22% d'entre eux, suivi de l'allemand -18%, de l'espagnol -11% et de l'italien dont se servent 6% des employés des grosses sociétés basées en Roumanie. Rappelons que la plupart des élèves des écoles secondaires roumaines apprennent deux langues étrangères. (Source : Lepetitjournal.com/Bucarest) Vers la présence industrielle d’un nouveau constructeur en Roumanie : Vers la présence industrielle d’un nou- veau constructeur dans un avenir proche en Roumanie ? Visiblement oui et l’information a été confirmée par une des plus hautes personnalités politique du pays. L’intitulé officiel du poste occupé par Costin Borc est vice-premier ministre, ministre de l’Economie, du Commerce et des Relations avec le Milieu des Affaires. Le dirigeant roumain a ainsi confirmé que des discussions étaient actuellement menées entre les plus hautes autorités de l’état et deux constructeurs de poids pour l’implantation sur place d’un complexe industriel. Deux constructeurs importants donc, un Européen et un d’origine non européenne (américaine, indienne, chinoise, japonaise, coréenne, etc ?), sans précisions nominatives. Si cet acteur, l’autre (ou les deux), venait à officiellement investir en Roumanie et ouvrir à terme une usine il rejoindrait Dacia / Renault évidemment mais également Ford comme producteurs au- tos, Mercedes possédant sur place une usine d’assemblage de transmissions automatiques. On peut rappeler qu’entre le présent et le passé, outre Dacia et Ford, d’autres constructeurs ont aussi produit des autos en Rouma- nie comme Daewoo ou Citroën (via Oltcit). Les futurs acteurs qui négocient un contrat avec le gouvernement rou- main ont donc choisi ce pays plus qu’un autre d’Europe (hors Europe occidentale) comme Slovaquie, République Tchèque, Pologne ou Serbie là ou sont implantés (ou vont) plusieurs constructeurs. De futurs acteurs qui enten- dent bien d’appuyer sur la main d’œuvre locale, le tissu de fournisseurs et sous-traitants, la situation géographi- que du pays, les aides financières nationales ou régionales, le personnel qualifié, etc. Il sera évidemment intéres- sant de savoir, en cas de négociations positives, quel(s) constructeur(s) viendra (ont) ouvrir une usine à terme sur le territoire roumain. (Source : Autonews Europe) La SOCAR et la société roumaine Transgaz ont signé un mémorandum d’accord : Le président de la SOCAR Reuv- neg Abdoullayev s’est entretenu le 19 juillet avec une délégation composée de Ramona Nicole Manescu, membre du Parlement européen, Ion Sterian, président du Conseil des directeurs de la société roumaine Transgaz, et Ci- prian Alic, directeur du Département d’obtention de fonds européens et Relations internationales de Transgaz. Lors de l’entretien l’accent a été mis sur le développement croissant des liens azerbaïdjano-roumains, la coopéra- tion énergétique entre les deux pays et les activités réussies de la SOCAR en Roumanie ont été hautement appré- ciées. Ensuite, un mémorandum d’accord a été signé entre la SOCAR et le roumain Transgaz. Lors de l’entretien il a été noté que la signature du mémorandum d’accord permettra de développer la coopération entre les sociétés, d’élargir les activités sur les marchés de gaz naturel de l’Europe du sud-est et de la région des Balkans. (Source : azertag.az) NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis
  5. 5. Eastrategies Page 5 NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis Le Vietnam et la Roumanie resserrent leur coopération : Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étran- gères Pham Binh Minh a reçu à Hanoi le chef de la diplomatie roumaine Lazar Comanescu, dans le cadre de la visi- te officielle du Premier ministre roumain au Vietnam du 11 au 14 juillet. Les deux ministres se sont déclarés satis- faits devant l’heureux développement des relations Vietnam-Roumaine ces derniers temps et ont affirmé que la visite du Premier ministre roumain au Vietnam contribuerait à porter l’amitié traditionnelle et la coopération mul- tiforme entre les deux pays à une nouvelle hauteur. Ils ont assuré que leurs ministères collaboreraient étroite- ment avec d'autres ministères, services compétents et localités des deux pays pour appliquer au mieux les accords signés lors de cette visite, en particulier ceux portant sur le renforcement de la coopération bilatérale dans les secteurs du commerce, de l’investissement, de l’éducation-formation, et de la culture. Les deux chefs de la diplo- matie ont convenu en outre de promouvoir la coordination et la coopération entre les deux pays à l’échelle mon- diale, et au sein des forums multilatéraux comme l’Organisation des Nations Unies, le Sommet Asie-Europe, ou dans le cadre de la coopération entre l’UE et l’ASEAN dont la Roumanie et le Vietnam sont des membres actifs. (Source : vietnamplus.vn) Participation du ministre roumain des Affaires étrangères à la réunion du Conseil des affaires étrangères (CAE) : Le ministre roumain des Affaires étrangères, Lazăr Comănescu, a participé le 18 juillet 2016 à la réunion du Conseil des affaires étrangères (CAE), qui a eu lieu à Bruxelles. Les principaux questions discutées ont été la lutte contre le terrorisme, la situation de la Turquie, la Stratégie globale de l'UE, les relations avec les états de l'Amérique latine et la relation entre l'UE et la Chine. Pendant les débats sur la lutte contre le terrorisme, le ministre Lazăr Comănes- cu a présenté ses condoléances pour les victimes de l'attentat de Nice et a remercié aux autorités françaises pour leur soutien aux efforts d'identification des citoyens roumains qui en ont été touchés. Il a indiqué que le vague des attentats avec lesquels l'Union s'est confronté récemment démontre encore une fois le besoin de consolider la sécurité européenne au niveau interne et au celui des frontières extérieures. Il a rappelé, dans ce contexte, la contribution importante de la Roumanie à cet égard, y compris pour assurer la sécurité de la zone Schengen. Pen- dant le déjeuner de travail informel, les ministres des Affaires étrangères ont analysé la situation de la Turquie. L'officiel roumain a souligné l'importance de cet Etat membre essential de l'OTAN et partenaire clé de l'UE, ainsi que le rôle qu'il jouait pour la stabilité régionale. Il a encore relevé la nécessité de respecter les institutions démo- cratiques, les droits de l'homme et les libertés fondamentales, qui sont essentiels du point de vue de l'UE. Les mi- nistres ont analysé également l'implémentation de la Stratégie globale de l'UE, un document de référence pour la politique extérieure et de sécurité de l'UE. Le ministre Lazăr Comănescu a souligné qu'il était important de passer à l'étape d'implémentation sectorielle, surtout dans le domaine de la défense en ce qui concerne la l'avenir de la coopération avec l'OTAN. Les ministres ont apprécié le cadre de coopération tracé par la future stratégie UE- Chine, qui dépend d'une approche principale et pragmatique. Ils ont souligné le rôle de la Chine en tant que parte- naire de l'UE du point de vue de la paix et de la sécurité globale. En ce qui concerne les relations bilatérales, la nouvelle stratégie de l'UE offre une plateforme commune aux États membres pour promouvoir les relations avec la Chine et les formats de coopération sous-régionale. A la lumière de CAE, il y a un entretien (déjeuner de travail) des ministres européens des Affaires étrangères avec le secrétaire d'Etat des Etats-Unis, John Kerry. Les discus- sions ont visé la situation de la Turquie, la crise syrienne et la situation à l'est de l'Ukraine. On a reconfirmé l'im- portance de la relation transatlantique et le besoin de continuer la consolidation du partenariat UE-OTAN, dans l'esprit de la Déclaration commune adoptée lors du Sommet de l'OTAN qui a eu lieu récemment. (Source : mae.ro)
  6. 6. Eastrategies Page 6 NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis Simplification des formalités et procédures administratives : Afin de diminuer la bureaucratie dans l’administra- tion publique, le Gouvernement avait lancé le 24 février 2016 un portail web accessible via maisimplu.gov.ro qui recueille diverses propositions visant à réduire la bureaucratie et à simplifier certaines procédures administrati- ves. Dans ce sens-la, pour offrir des solutions aux contribuables forcés d’habitude à passer de longues heures aux guichets d’institutions publiques, le Gouvernement a récemment adopté l’Ordonnance d’urgence n°41/2016, qui a été publiée dans le JO n°490 du 30 juin 2016. Quelques-unes des mesures introduites par l’OUG n°41/2016 vous seront présentées ci-après. Obtention du casier judiciaire Désormais, l’extrait de casier judiciaire demandé par les institutions de l’administration publique lors de l’accom- plissement de certaines formalités administratives (ex : dépôt des documents pour obtenir le permis de condui- re, notification du Registre des Opérateurs Intracommunautaires lors du changement des administrateurs d’une société) sera obtenu directement par ces institutions auprès du MAI (Ministère de l’Intérieur) et non pas par le contribuable, si la personne concernée est d’accord avec cette opération. Toutefois, les institutions publiques doivent adopter des normes internes afin d’organiser la procédure d’obtention du casier judiciaire. De même, l’extrait de casier judiciaire pourra être obtenu suite à une demande en ligne adressée à toute unité de police située sur le territoire de la Roumanie, compétente à délivrer l’extrait de casier judiciaire. Suite à l’entrée en vigueur de l’Ordonnance, les citoyens étrangers qui souhaitent obtenir un extrait de casier judiciaire ne devront plus payer la taxe extrajudiciaire de timbre qui leur était demandée jusqu’à présent. De mê- me, et désormais, cette taxe ne devra pas être payée lorsqu’ils demandent la délivrance ou la prolongation d’ac- tes d’identité. Copies légalisées Souvent, beaucoup d’institutions demandent aux contribuables de leur fournir une copie légalisée des docu- ments qu’ils déposent même si l’original est déposé ensemble avec la copie légalisée. Suite à l’entrée en vigueur de l’Ordonnance d’urgence n°41/2016, le fonctionnaire devra procéder à la certification de la copie conformé- ment à l’original. De même, ces institutions n’auront plus le droit de refuser une copie légalisée au cas où le contribuable ne présentera que ce document. Il faut noter que dans les 30 jours suite à l’entrée en vigueur de l’Ordonnance, les institutions publiques et les organes de l’administration publique centrale sont obligés d’afficher une adresse e-mail qui sert à recevoir les copies des actes d’identité. Ainsi, les contribuables pourront transmettre par e-mail cette copie pour pouvoir bé- néficier d’un certain service, sans être obligés d’en déposer une copie en format « papier ». Amendes routières Une autre modification importante concerne le paiement des amendes routières. L’Ordonnance n°41/2016 pré- voit expressément que les amendes peuvent être payées en ligne, nonobstant la nationalité, le domicile, la rési- dence du contrevenant ou le lieu où la contravention a été constatée. Le contrevenant n’est plus obligé de trans- mettre un extrait de compte ou de la preuve du paiement en ligne à l’agent constatateur, tel qu’il était le cas jus- qu’à présent. Toutefois, la preuve de paiement doit être gardé par le contribuable afin de faire la preuve du paie- ment au cas de nécessité. (Source : Lepetitjournal.com/Bucarest, Cabinet Gruia Dufaut) Bulletin financier
  7. 7. Eastrategies Page 7 CARREFOUR : Carrefour a obtenu des autorités roumaines le feu vert au rachat du réseau de 86 supermarchés Billa. Une transaction qui permet au distributeur français de devenir numéro un roumain des supermarchés. Carrefour a prévu de passer les magasins, qui représentent plus de 83.000 m2 de surfaces de vente, sous ensei- gne Market. Le principe de l'opération avait été annoncé en décembre 2015. Les modalités financières n'en avaient pas été communiquées. En Roumanie, Carrefour détenait jusque-là 29 hypermarchés, 110 supermar- chés et 53 magasins de proximité. (Source : boursier.com) DACIA –RENAULT : Hakim Boutehra a été nommé directeur général de Renault Commercial Roumanie, une enti- té chargée de la commercialisation des marques Renault, Dacia et Nissan sur le marché roumain. Il prendra ses fonctions à partir du 1er août 2016. Âgé de 39 ans, Boutehra a débuté sa carrière en 2001 en Algérie chez Proc- ter&Gamble en tant que superviseur des ventes, ensuite en tant que directeur régional puis national des ven- tes. Il rejoint Renault Algérie en 2004 où il sera nommé directeur commercial en 2008. Il déménage en France en 2010 où il est nommé directeur de la région Ouest (Bretagne) de Renault France. En 2013, il est nommé di- recteur commercial de Renault au Moyen-Orient, avec quatorze pays sous sa houlette. (Source : tsa-algerie.com, Business Review) DELHAIZE : Le distributeur belge Delhaize a annoncé une forte croissance de son bénéfice au deuxième trimes- tre, à la faveur de solides performances en Roumanie et en Grèce. « Le Sud-est de l'Europe a de nouveau enre- gistré une solide croissance, surtout en Roumanie et en Grèce », a déclaré le directeur général, Frans Muller, dans un communiqué. « Nous sommes satisfaits des résultats que nous avons publiés aujourd'hui », a-t-il ajou- té. L'entreprise a fait état d'un bénéfice d'exploitation en hausse de 10,4% à 247 millions d'euros au deuxième trimestre, à taux de change réels, avec une marge opérationnelle de 3,9% contre 3,7% un an auparavant. Ces résultats sont provisoires et non audités. (Source : tradingsat.com) NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis Entreprises françaises et belges en Roumanie BIFE-SIM (14-18.09.2016) : www.bife-sim.ro Salon international de mobilier, produits en bois, accessoires, décorations intérieures, machines et équipements pour l’exploitation forestière et la transformation du bois Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo PACK EXPO (27-30.09.2016) : www.pack-expo.ro Salon balkanique pour l'industrie de l'emballage Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo Evénements
  8. 8. Eastrategies Page 8 NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis Actualité macro-économique en Moldavie Population : 3,551 millions d’habitants Population active en 2015 : 1,265 million de personnes Croissance en 2014 : + 4,6 % PIB en 2015 : 6.188 milliards USD PIB par habitant en 2015 : 4.177 USD PIB par secteur en 2013 : agriculture - 12,2%, industrie -13,8%, services - 58,9% IDE en 2012 : 3.224 milliards dollars Salaire moyen brut mensuel en 2016 : 231 EUR (5.050 MDL) Salaire minimum brut garanti : 96 EUR (2.100 MDL) Taux d'inflation en 2015 : 9,7% Taux de chômage en 2015 : 4,9 % Cours EUR/MDL au 29.07.2016 : 1 EUR = 21,8006 MDL Principaux investisseurs : UE et CEI (dont Allemagne, Espagne, France, Italie, Pays Bas, Roumanie, Russie et Ukraine)
  9. 9. Eastrategies Page 9 NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis Pleine entrée en vigueur de l'accord d'association UE-Moldavie : des opportunités pour les entreprises françai- ses : L'accord d'association entre la République de Moldavie et l'Union européenne est entré pleinement en vi- gueur le 1er juillet 2016. Destiné à approfondir les relations politiques et économiques entre la Moldavie et l'Union européenne, il créé aussi une zone de libre échange approfondi et complet qui doit permettre de stimuler le commerce et la croissance économique dans ce pays en améliorant l'accès au marché européen pour ses pro- duits et services et en rapprochant globalement ses lois et règlements relatifs au commerce aux normes de l'Union. Il doit faciliter l'intégration progressive de la Moldavie au marché unique européen. D'ores et déjà, depuis le 1er septembre 2014, avec l'application partielle de l'accord, les exportations de la Moldavie vers l'UE ont aug- menté cette dernière devenant le premier partenaire commercial du pays. L'UE apporte une aide substantielle pour appuyer la mise en œuvre du programme de réforme du pays. En vertu de l'accord d'association, la Moldavie s'engage à mettre en œuvre des réformes structurelles ambitieuses dans des domaines clés, tels que la démocra- tie, la bonne gouvernance, la primauté du droit, les droits de l'homme, la politique étrangère et de sécurité, le commerce et le développement économique. L'accord prévoit également le renforcement de la coopération entre la Moldavie et l'UE dans les domaines de l'énergie, des transports, de la protection de l'environnement, de la coo- pération industrielle, du développement de la protection sociale, de l'égalité des chances, de l'éducation, de la protection des consommateurs, de la jeunesse et enfin de la culture. Si des progrès réels ont été constatés, l'UE a aussi appelé la Moldavie a ne pas se contenter de la seule adoption de lois nouvelles mais de leur application. Elle a aussi sollicité plus d'efforts des autorités en matière de lutte contre la corruption et l'amélioration de la gouver- nance. Cette entrée en vigueur pleine de l'accord d'association ouvre de nouvelles et nombreuses perspectives aux entreprises françaises qui doivent pouvoir profiter de l'ouverture de ce marché pour renforcer leurs échanges commerciaux avec ce pays, comme leurs investissements. La France dispose d'une image privilégiée dans ce pays encore très francophone et devrait être en mesure de renforcer sa place au sein du concert des investisseurs étrangers et des partenaires commerciaux du pays. (Source : Commission européenne, ccifm.md) L'Assemblée nationale se penche sur l'accord d'espace aérien commun entre l'UE et la Moldavie : Après avoir été adopté par le Sénat français, la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale française a exa- miné le projet de loi autorisant la ratification de l'accord sur la création d'un espace aérien commun entre la Répu- blique de Moldavie et l'Union européenne et ses États membres. Le rapport a été présenté par Thierry MARIANI, Député des français établis hors de France. Il a rappelé que ce projet accord, paraphé à Chisinau en octobre 2011 et signé le 26 juin 2012 à Bruxelles entre la Moldavie et l'Union européenne, visait à établir un cadre juridique uni- que pour l’exploitation des services aériens entre l’Union européenne et le territoire moldave et qu’il s'inscrivait dans le cadre de la politique européenne de création d’espaces aériens communs avec les États du voisinage. La création d'un espace aérien commun avec la Moldavie s'accompagne d'une harmonisation des législations fondée sur les règles édictées par l'Union européenne. L'ouverture progressive des marchés permettra d’abord aux entre- prises de transport aérien européennes et moldaves de desservir l'intégralité des routes entre tout aéroport situé dans l'Union européenne et toute destination en Moldavie. Dans un deuxième temps, les transporteurs aériens Actualité politico-économique en Moldavie
  10. 10. Eastrategies Page 10 NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis bénéficieront d'opportunités supplémentaires vers les pays tiers sous certaines conditions. L'investissement dans les transporteurs aériens sera également facilité. Avant l'adoption du projet de Loi autorisant la ratification par la France de cet accord, 19 États membres avaient achevé leurs procédures internes préalables à son entrée en vi- gueur. La Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale française à autorisé la ratification de l'ac- cord. (Source : ccifm.md) La politique monétaire de la Banque Nationale de la Moldavie : Lors de sa réunion du 4 Juillet 2016, le Conseil d'administration de la Banque Nationale de la Moldavie a adopté à l'unanimité les décisions suivantes: le taux de base appliqué sur les principales opérations de politique monétaire à court terme sera diminué de 3 %, passant de 13 à 10 % par an ; les taux d'intérêt seront diminués pour les prêts avec nuitées de 3 %, de 16 à 13 % par an et pour les dépôts de 3 %, passant de 10 à 7 % par an. Les réserves obligatoires de moyens attirés en monnaie libre- ment convertible restent à 14 % de la base de calcul et les réserves obligatoires de moyens attirés en lei moldaves et en monnaie non convertible sont maintenues au niveau de 35 % de la base de calcul. L’analyse des données statistiques récentes révèle la dynamique à la baisse du taux d'inflation annuel pour le cinquième mois consécutif, bien qu'il reste encore au-dessus de la limite supérieure de l’intervalle de variation de ± 1,5 % de la cible d'infla- tion de 5 %. Le taux d'inflation annuel de mai 2016 a atteint le niveau de 7,9 % qui est de 0,4 % inférieur à celui du mois précédent. La décélération de l'inflation annuelle en mai est en concordance avec les dernières prévisions de la BNM (publié en mai 2016) et valide la justesse des décisions de politique monétaire prises en 2015. Au cours du premier trimestre de 2016, l'activité économique a enregistré une augmentation de 0,8 % par rapport à la même période de 2015. Cette dynamique est entraînée par une augmentation de la consommation finale des ménages et de la formation brute de capital, générant une contribution de 2 %, respectivement, de 3 %. Par catégories de ressources, l'évolution positive du PIB a été tirée principalement par l'augmentation de la valeur ajoutée brute dans tous les secteurs, à l'exception de celle du secteur de la construction et autres services. Ainsi, l'augmentation du volume de production a été enregistrée dans l’agriculture de 5,1 %, le commerce de 3,5 %, les transports et les communications de 2,8 % et dans l’l'industrie de 1,1 %. La dynamique des indicateurs macro-économiques dans le premier mois du deuxième trimestre de 2016 présente des signaux positifs afférents au redressement de l'activité économique dans la période de référence. En Avril 2016, les exportations ont augmenté par rapport à la même période de 2015 de 18 % et les importations de 21,4 %. En même temps, la production industrielle a enregistré une augmentation de 10 %. Le volume du chiffre d'affaires afférent au commerce de détail a augmenté de 0,4 % et le volume du commerce des services de 2,1 % en Avril 2016 par rapport à la même période l'an dernier. (Source : bnm.md) Projet de compétitivité agricole pour la Moldavie - 2ème Financement additionnel : L'objectif de développement du Projet de compétitivité de l'agriculture pour la Moldavie est d'améliorer la compétitivité du secteur agro- alimentaire du pays en soutenant la modernisation du système de gestion de la sécurité alimentaire, ce qui facilite l'accès aux marchés pour les agriculteurs, et l'intégration des pratiques de gestion des terres agro- environnementales et durables. Le projet comporte cinq composantes. La première composante, l'amélioration de la gestion de la sécurité alimentaire, a pour objectif de soutenir des activités visant à améliorer les capacités humaines, institutionnelles et techniques du système de gestion de la sécurité alimentaire du pays, ainsi que d’as- surer l'harmonisation des réglementations avec les exigences de l'Union européenne sur la sécurité alimentaire.
  11. 11. Eastrategies Page 11 NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis La 2ème composante, le renforcement du potentiel d'accès au marché, soutient des activités visant à améliorer la compétitivité et l'intégration sur les marchés des fortes valeurs de la Moldavie, des produits horticoles, lorsque le pays a prouvé les avantages comparatifs dans la production de fruits et légumes frais. La 3ème composante, l'amélioration de la productivité des terres grâce à une gestion durable des terres, soutient des activités visant à intégrer les pratiques de gestion durable des terres et les technologies, et la réhabilitation des ceintures de pro- tection anti-érosion. La 4ème composante, la gestion de projet, soutient les coûts associés à la mise en œuvre et la coordination des projets à travers divers organismes gouvernementaux. La 5ème composante, les subventions de soutien aux ventes compensatoires, soutient les agriculteurs qui ont vendu des pommes, des prunes et des raisins pour la transformation sur le territoire de la Moldavie à l'automne de 2014, en réponse aux restrictions commerciales sur les exportations agro-alimentaires moldaves imposées par la Fédération de Russie. (Source: banquemondiale.org ) La République de Moldavie couverte par le brevet européen : Suite à l’accord de validation conclu entre l’OEB et la République de Moldavie, cette dernière est couverte par le brevet européen depuis le 1er Novembre 2015. De- puis cette date les déposants peuvent valider leur brevet européen en Moldavie et les brevets validés produiront donc les mêmes effets que dans les pays déjà membres de l’Organisation européenne des brevets. Ceci porte le nombre de pays potentiellement couverts par le brevet européen à 42. (Source : aquinov.fr) Modifications de la loi sur la réglementation des devises étrangères : Parmi les modifications apportées par la loi adoptée en mai 2016, il y a des modifications qui concernent le retrait de devises étrangères. Sur le territoire mol- dave il est interdit de retirer des espèces en devises étrangères aux distributeurs automatiques par l’intermédiaire des cartes émises par des banques agréées et des fournisseurs de services de paiement non-bancaires résidents, rattachés à des comptes bancaires/comptes de paiement des entreprises. Les devises étrangères provenant de la vente de biens ou de services en Moldavie par des cartes émises par l’intermédiaire des banques et les fournis- seurs de services de paiement non-bancaires résidents autorisés et reçues par la banque agréées/le prestataire de services de paiement non-bancaire résident en faveur d'un commerçant opérant en Moldavie seront achetées par la banque/le prestataire concerné et l'équivalent en monnaie nationale sera viré dans le compte bancaire/le compte de paiement de ce commerçant. Cette disposition ne concerne pas les commerçants opérant en Moldova qui ont le droit, en vertu de la législation, de vendre des biens/services en Moldavie contre la monnaie étrangère. (Source : lex.justice.md) La législation en matière de protection des données personnelles de la République de Moldova : Le 5 juillet 2016 une table ronde a eu lieu à Chisinau, Moldavie, sur la présentation des expertises juridiques et des recom- mandations du Conseil de l’Europe relatives aux amendements apportés au cadre juridique de la protection des données de la République de Moldavie. L'événement a été co-organisé dans le cadre du projet joint CdE/UE « Renforcer le droit à la protection des données ». L'expertise juridique a identifié les principaux défis et recom- mandations en vue de l'amélioration de la législation nationale en conformité avec la Convention modernisée du Conseil de l'Europe pour la protection des personnes à l'égard du traitement automatisé des données à caractère personnel (Convention 108) et les meilleures pratiques européennes. (Source : coe.int)
  12. 12. Eastrategies Page 12 NOUVEAUTES Juillet 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis Interview avec l’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Française en République de Moldavie, Pascal VAGOGNE : « Depuis mon arrivée en Moldavie, il y aura bientôt deux ans, j’ai pu constater à quel point nos deux pays entretiennent une relation particulière, qui s’appuie sur des affinités culturelles et lin- guistiques profondes. Je fais bien entendu référence à la pratique du français, dans ce pays qui a compté jusqu’à 80% d’apprenants. La tradition francophone reste encore très vivace, puisque près de la moitié des Moldaves choisissent d’apprendre notre langue à l’école. J’aimerais rappeler à cet égard que nous célébrons cette année le 20e anniversaire de l’adhésion de la Moldavie à l’Organisation Internationale de la Francophonie. Au-delà de la langue, cette proximité vient plus encore de l’appartenance commune à la latinité, qui s’exprime sous des formes très diverses, allant de la passion commune pour la viticulture à une chaleur très méridionale dans les relations humaines. Ces différents aspects suscitent, chez nos deux peuples, une connivence qui permet, entre nous, un contact privilégié, direct et immédiat. La France a été l’un des premiers pays à porter une attention à la jeune Moldavie indépendante, après la Roumanie bien entendu. Le souvenir de la visite du Président Chirac à Chisinau, en 1998, est encore très présent dans les esprits et nos entreprises ont été parmi les premières et les plus impor- tantes à investir dans le pays comme par exemple Lafarge, Orange ou Lactalis. Je n’ai pas eu le sentiment d’un ra- lentissement d’activité, dans les relations bilatérales, ni d’une baisse de l’attention portée par nos autorités politi- ques à la Moldavie depuis mon arrivée, bien au contraire. Nous accueillons à l’Ambassade, presque toutes les se- maines, des délégations et des missions venant de France, qui contribuent au dialogue politique, mais aussi à la coopération technique entre nos deux pays. Dans presque tous les cas, les échanges dépassent les attentes et aboutissent au développement des activités. Cette vitalité se fonde ainsi sur des liens personnels, dont la solidité résiste aux aléas de la politique. » (Source « : moldavie.fr ) Des fabricants moldaves ont travaillé pendant de nombreuses années avec des marques étrangères renommées du secteur textile : Des entreprises d'Italie, Allemagne, Pays-Bas, France, Autriche, Belgique et Grande-Bretagne se sont approvisionné et ont produit en Moldavie. Et avec une bonne raison: la Moldavie assure des livraisons ra- pides, flexibles et avec des niveaux de qualité les plus élevés. L'emplacement de la Moldavie et la main-d'œuvre qualifiée en font une base exceptionnelle pour le commerce entre l'Est et l'Ouest. Le pays a une économie ouverte formant un pont entre l'UE et les marchés de la CEI en pleine croissance. Plus de 600 entreprises, employant plus de 26.000 personnes, travaillent actuellement dans le textile, l’un des secteurs les plus dynamiques et en pleine croissance de l’économie moldave, l'habillement, les chaussures et l'industrie du cuir. Moldova exporte actuelle- ment plus de 80% des produits manufacturés dans le secteur prouvant la capacité des fabricants à fournir la quali- té et la quantité demandée par les marchés. Il y a une tradition de cette industrie qui couvre plusieurs décennies, et qui offre une main-d'œuvre expérimentée dans les vêtements et les chaussures, les textiles et les tapis. De plus en plus industriels moldaves désignent et produisent leurs propres lignes de vêtements, étant un indicateur d'une industrie en développement et jouissant de succès. Icatex Pro fabrique des uniformes médicaux pour le secteur de la santé et des uniformes pour le secteur de la restauration. En outre, l'entreprise produit des uniformes pour les buanderies industrielles, l'industrie alimentaire et le secteur des services, uniforme de travail et vêtements de protection, ainsi que des vêtements sur mesure pour un certain nombre de grandes entreprises. En 2014, Icatex Pro (filiale de Teamdress) en collaboration avec De Berkel a décidé de lancer un nouveau partenariat avec une entreprise locale. (Source : miepo.md)
  13. 13. Avec nous vers la réussite à l’international ! Conseil en affaires, appui aux entreprises – prospection du marché, implantation, délocalisation, sous- traitance, recherche partenaires, exportations … en Roumanie, Moldavie et Bulgarie La société Eastrategies, relais pour la FIM, Bretagne Commerce International et BNP Paribas Fortis, est présente sur le marché roumain depuis 20 ans et son activité consiste à proposer aux entreprises roumaines et étrangères des services de conseil de la plus haute qualité. Cabinet de Conseil faisant parti d'un groupe de sociétés dont le dirigeant français est industriel en Roumanie, Moldavie, Bulgarie et République tchèque, nous mettons à votre disposition une suite de services qui comprend : · Conseil en développement à l’international · Etudes marketing, prospection du marché · Recrutement · Assistance implantation, délocalisation · Recherche de partenaires export/import, joint-venture · Recherches de sites de production · Recherche de sous traitants · Assistance Juridique · Assistance personnalisée aux PME · Recherche de synergie entre PME et grands groupes Marc Pascal HUOT Fondateur de Eastrategies, Directeur Général – Associé 17, rue C.A Rosetti Secteur 2, Bucarest Roumanie PO BOX 22 - 103 Téléphone : +4021527016 Télécopie: +40215270310 Email : office@eastrategies.ro Site web : www.eastrategies.ro

×