Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Faut-il réduire les dépenses publiques ?

466 views

Published on

Un débat conçu et réalisé par un élève de première ES, Mathis Plunian.

Published in: Education
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Faut-il réduire les dépenses publiques ?

  1. 1. Débat opposant les partisans et les détracteurs de la réduction des dépenses publiques aujourd'hui en France... Dans un contexte où le déficit public vient de passer sous la barre des 3% du PIB et que d’importants mouvements sociaux se mettent en place. (Grève SNCF, EHPAD…)
  2. 2. Bonjour à vous qui nous rejoignez et bienvenus dans le grand face-à-face de France Inter. Au sommaire de l'émission nous ferons le point à sur l’actualité à partir de 14h comme tous les dimanches sur cette semaine qui vient de s’écouler, et notamment sur la décision du président, Emmanuel Macron de frapper en syrie suite à l’utilisation d’arme chimique par le régime de Bachar el-Assad contre sa propre population à Douma dans la Ghouta orientale. Mais on démarre tout de suite avec le duel qui opposera aujourd'hui Agnès Verdier-Molinié, directrice depuis 2007 de la Fondation iFRAP (Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques) et François Ruffin élu député pour la France insoumise dans la Somme lors des élections législatives de juin dernier. Ali Baddou, animateur radio chez France Inter
  3. 3. Ali Baddou, animateur radio chez France Inter Bonjour Agnès Verdier-Molinié, bonjour Monsieur Ruffin, heureux de vous retrouver on commence bien sûr avec le mouvement social qui se durcit et dure depuis déjà 2 semaines à la SNCF. Dimanche dernier lors de son interview accordé à BFMTV et Médiapart le chef de l'état a prononcé ces mots “Le mécontentement des cheminots à peu à voir avec le mal-être profondément légitime à l’hôpital qui dure depuis des années…” Ces nombreuses revendications sont au fond liées à un même débat celui opposant les partisans et les détracteurs de la réduction des dépenses publiques en France et c’est pour cela que vous êtes ici pour en débattre sachant vos opinions très tranchées et opposées.
  4. 4. Ali Baddou, animateur radio chez France Inter Pour commencer, je vais laisser la parole à Agnès Verdier-Molinié pour réagir si vous le voulez bien à l'annonce faite il y a un mois de cela par le ministre de l’ économie, Bruno Le Maire qui a indiqué que le déficit public de la France devrait s'établir entre 2,7 et 2,8 % du PIB pour l'année 2017. Sources:
  5. 5. Agnès Verdier-Molinié directrice depuis 2007 de la Fondation iFRAP, un lobby libéral qui affirme étudier l’efficacité des politiques publiques. Tout d’abord je ne peux que me réjouir de cette annonce car c’est la première fois depuis 2007 que le pays repasse sous la fameuse barre des 3 % de déficit exigée par les traités européens. Notamment celui de Maastricht qui nous impose la maîtrise de nos finances publiques. Si pour les gens qui nous écoutent la notion de déficit ne vous dit rien c’est le simple fait que les comptes des Administrations publiques: Etat, collectivités territoriales, Sécurité sociale soient déficitaires, c'est à dire qu'il y ait plus de dépenses que de ressources. Cependant, la situation de la france en matière de déficit public reste préoccupante car en 2016 seuls 2 pays de la zone euro ne respectaient pas cette règle la France et l’Espagne, pour cela la seule solution est de baisser les dépenses publiques de la France. Sources: Le Monde et le Figaro
  6. 6. Monsieur Ruffin est ce que vous avez quelque chose à exprimer sur cette annonce ? Ali Baddou, animateur radio chez France Inter
  7. 7. François Ruffin député france insoumise, 1ere circo de la Somme Non ça me fait plaisir de voir que madame s’extasie quand la France fait la courbette devant Bruxelles, mais cette baisse du déficit de la France n’est pas magique et ce sont les français de classe populaire et moyenne qui paient ces nombreuses mesures d’austérité et ces années de mauvaise gestion du budget de la France. Cette baisse du déficit se fait sur le dos des cheminots, sur le dos des personnels de maisons de retraite et j’en passe alors avant d’essayer de se conformer aux règles de l’Union Européenne il nous faut penser à sauvegarder nos services publics.
  8. 8. Agnès Verdier-Molinié directrice depuis 2007 de la Fondation iFRAP, un lobby libéral qui affirme étudier l’efficacité des politiques publiques. En parlant de nos services publics, Monsieur le député, il y a un chiffre qui est plus qu inquiétant pour l’état de nos finances publiques, alors que nos finances publiques sont déficitaires chaque année le nombre de fonctionnaires ne cesse d’augmenter 36% depuis 1980, La France n’est toujours pas rentrée dans le vif de la réduction des dépenses publiques Et pourtant, les marges sont considérables. J’estime le surcoût administratif français à 60 milliards d’euros comparé à l’ étranger. On pourrait faire aussi bien avec moins. Pour cause de doublons partout dans le système, il y a 700 000 agents publics en trop en France. Et leur statut de fonctionnaire devrait être seulement accordé pour les fonctions régaliennes de l’Etat. Sources: Le nouvel économiste; Les echos
  9. 9. C’est pas possible d’entendre cela, alors que nos fonctionnaires dans nos hôpitaux, dans les maisons de retraite de nos anciens manifestent dans la rue pour demander des moyens et du personnel supplémentaires. Comme notre candidat le proposait il faut un grand plan de recrutement dans tous les corps de métier. Il faudrait créer 60 000 postes dans l'Education nationale, augmenter de 62 000 le personnel soignant et les médecins, embaucher 18 000 magistrats et greffiers de plus, ainsi que 10 000 policiers et gendarmes. Sources: Le Parisiens François Ruffin député france insoumise, 1ere circo de la Somme
  10. 10. Est ce que vous pensez monsieur Ruffin aux effets sur la dette de votre plan de relance “keynésien” qui est un ensemble de mesures de politique économique, qui s'effectue par des dépenses publiques supplémentaires. Ali Baddou, animateur radio chez France Inter
  11. 11. Bien sûr, les effets seront bénéfiques, ce que nous souhaitons nous la France, c’est un grand plan de relance par l'investissement public, notamment dans la transition énergétique. Pour ensuite en attendre d'importantes retombées économiques. Sources: La tribune
  12. 12. Est- ce que vous avez un chiffrage précis sur ce plan d’investissement ? Ali Baddou, animateur radio chez France Inter
  13. 13. Député France insoumise, 1ere circo de la Somme Oui bien sur je peux vous communiquer 3 chiffres à ce sujet 100 milliards d'euros de nouveaux investissements financés par l'emprunt, 173 milliards de dépenses courantes supplémentaires, et une hausse des recettes de 190 milliards d'euros. Nous avons absolument besoin d'un choc d'investissements en Europe. Même le FMI, l'OCDE et les économistes de la Commission européenne le disent désormais. Sources: La tribune
  14. 14. Agnès Verdier-Molinié directrice depuis 2007 de la Fondation iFRAP, un lobby libéral qui affirme étudier l’efficacité des politiques publiques. Ce qui nous faut aujourd’hui surtout c’est une vrai politique d'austérité, votre plan que vous proposez va encore plus creuser la dette de la France, qui aujourd’hui atteint 98.1% du PIB de notre pays, chaque seconde notre pays s’endette de 2665 euros, est ce que c’est cela que nous voulons laisser en héritage à nos enfants ?
  15. 15. Agnès Verdier-Molinié directrice depuis 2007 de la Fondation iFRAP, un lobby libéral qui affirme étudier l’efficacité des politiques publiques. Et pour financer cela il va vous falloir augmenter les impôts sur les ménages ? les entreprises ? Baisser les dépenses publiques ont pour objectif de faire baisser les impôts toujours trop lourds sur les ménages et les entreprises qui pourront ensuite relancer la consommation des ménages et les entreprises pourront embaucher. C’est un cercle vertueux !
  16. 16. Je tiens à vous répondre là dessus augmenter les dépenses publiques n’a qu’un seul objectif offrir à tous des services publics de qualité, ne pas attendre 10h aux urgences pour enfin trouver un médecin car c’est ça aujourd’hui la réalité, le gouvernement supprime l’ISF pour les plus riches et en même temps comme cette expression est à la mode le gouvernement diminue les APL pour comme il le dise “baisser les dépenses publiques”. Augmenter les dépenses publiques pourrait également aider les plus modestes à consommer par des aides ce qui relancerait la consommation. Sources: Marianne: ligne éditorial attirent principalement un lectorat de gauche François Ruffin député france insoumise, 1ere circo de la Somme
  17. 17. A vouloir diminuer les dépenses publiques et faire des cadeaux fiscaux aux plus riches (comme le CICE) ce sont nos services publics que vous voulez détruire, avec vos dérives ultra-libérales, nous, nous souhaitons les préserver et les développer pour accompagner les plus modestes qui ont été si souvent méprisés. C’est un choix de société entre la solidarité et l'individualisme que vous prônez. François Ruffin député france insoumise, 1ere circo de la Somme
  18. 18. Agnès Verdier-Molinié directrice depuis 2007 de la Fondation iFRAP, un lobby libéral qui affirme étudier l’efficacité des politiques publiques. Vous venez de parler d’aides est ce que vous ne trouvez pas qu’il y en a suffisamment en France, ces aides représentent un véritable gouffre pour nos dépenses publiques car la plupart ne sont pas intégralement financées. Ces aides représentent au bout du compte plus de 700 milliards de dépenses sociales soit 34% du PIB. Il faut fusionner toutes ces aides et les plafonner c’est comme cela que nous pourrons baisser les dépenses publiques donc les impôts et relancer l’économie nationale.
  19. 19. Agnès Verdier-Molinié directrice depuis 2007 de la Fondation iFRAP, un lobby libéral qui affirme étudier l’efficacité des politiques publiques. Il nous faut réserver au maximum les dépenses publiques aux remboursements de notre dette publique et aux fonctions régaliennes de l’Etat: la Police, la défense nationale et la justice. Sources: Le nouvel économiste; Les échos
  20. 20. Ali Baddou, animateur radio chez France Inter J’aimerais maintenant si vous le voulez bien, laisser quelques instants la parole à nos auditeurs, et vous pourrez madame Molinié et monsieur le député réagir.
  21. 21. Dominique Goubault (Goubault Imprimeur) Bonjour, pour vous exposer ma situation je suis chef d’une entreprise, une PME spécialisée dans l’imprimerie, et hésite aujourd’hui à embaucher un 50ème salarié qui m’obligerait à payer des “charges” supplémentaires. Je suis pour une baisse des dépenses publiques, qui pourrait nous faire diminuer nos impôts qui aujourd’hui sont lourds et nous freinent dans notre croissance. Sources: L’opinion
  22. 22. Ali Baddou, animateur radio chez France Inter Voulez vous réagir à ce témoignage de notre auditeur ?
  23. 23. Agnès Verdier-Molinié directrice depuis 2007 de la Fondation iFRAP, un lobby libéral qui affirme étudier l’efficacité des politiques publiques. Bien sûr, le cas de monsieur est symptomatique de ce qui se passe dans notre pays, l’augmentation de dépenses publiques nous pousse à augmenter les “charges” qui pèsent sur nos entreprises ce qui les freinent dans leur développement.
  24. 24. François Ruffin député france insoumise, 1ere circo de la Somme moi je crois en l’Etat providence, un État qui intervient activement dans les domaines sociaux et économiques en vue d'assurer des prestations aux citoyens. Les cotisations sociales et les impôts que monsieur paient sont légitimes et participent à la redistribution des richesses.
  25. 25. Ali Baddou, animateur radio chez France Inter Merci à vous deux d’avoir participé au grand face-à-face de France Inter j'espère que ce débat aura été constructif et permettra à nos auditeurs de mieux comprendre les enjeux et l’importance de l’augmentation ou de la diminution des dépenses publiques dans notre pays.
  26. 26. Ali Baddou, animateur radio chez France Inter Agnès Verdier-molinié vous avez sorti un livre “ Ce que doit faire le (prochain) président” aux éditions Broché
  27. 27. Agnès Verdier-Molinié directrice depuis 2007 de la Fondation iFRAP, un lobby libéral qui affirme étudier l’efficacité des politiques publiques. Voilà dans ce livre j’évoque également la maîtrise nécessaire des dépenses publiques
  28. 28. Ali Baddou, animateur radio chez France Inter Monsieur Ruffin, on peut suivre votre actualité dans votre journal vous avez récemment publié “ un député à l'hôpital psychiatrique”
  29. 29. François Ruffin député france insoumise, 1ere circo de la Somme Et j’invite le maximum de personnes à le lire car on y voit de manière concrète les effets négatifs de la baisse des dépenses publiques, et si je peux ajouter quelque chose j’invite chaque français et française à venir dire le 5 mai 2018 non aux baisses des dépenses publiques, non à la réforme de la SNCF qui est menée aujourd'hui, le 5 mai venez faire la “ fête à Macron”. Sources:La France insoumise
  30. 30. Ali Baddou, animateur radio chez France Inter Merci monsieur Ruffin… Tout de suite place au décryptage de l’actu de la semaine en compagnie de Natacha Polony.
  31. 31. Source annexe: L’interview de François Ruffin dans ONCP du 18 avril 2018 (l’invité politique de la semaine)

×