Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi Transparence mammifères semi-aquatiques - 2017 - GREGE

27 views

Published on

L’objectif est de suivre la fréquentation des ouvrages par les petits mammifères semi-aquatiques à l’échelle des six départements traversés par la LGV et sur différentes typologies représentatives des cours d'eau et des aménagements. Pour cela, différentes techniques et espèces indicatrices sont utilisées pour évaluer et comparer, en fonction des paramètres environnementaux locaux, la circulation des espèces à travers l’infrastructure :
• Suivi de la fréquentation par la Loutre des ouvrages et des milieux situés en amont de la LGV, pour évaluer la fréquentation des milieux situés en amont de l’infrastructure. L’indicateur sera le taux d’ouvrages fréquentés à l’amont depuis l’ouvrage.
• Suivi de la fréquentation des ouvrages par les petits carnivores pour évaluer la circulation dans les deux sens et aux deux extrémités. Les indicateurs seront la richesse spécifique par ouvrage et le nombre de passages par espèce.
• Suivi de la fréquentation des ouvrages par les micromammifères pour évaluer leur circulation à l’intérieur des aménagements. Les indicateurs seront la richesse spécifique par ouvrage, aux abords et à l’intérieur.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Suivi Transparence mammifères semi-aquatiques - 2017 - GREGE

  1. 1. EVALUATION DE LA FONCTIONNALITE DES OUVRAGES DE TRANSPARENCE ECOLOGIQUE POUR LES MAMMIFERES SEMI-AQUATIQUES LE LONG DE LA LGV SEA TOURS-BORDEAUX OUVRAGES SUIVIS EN 2017 Rapport réalisé pour le compte de VERSION DEFINITIVE DU 28/08/2018
  2. 2. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 2
  3. 3. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 3 SOMMAIRE I. CONTEXTE ET OBJET DU DOCUMENT (RAPPEL)........................................................................................5 II. PLAN D’ECHANTILLONNAGE ET ORGANISATION ......................................................................................6 II.1. PROGRAMME PLURIANNUEL (RAPPEL)............................................................................................................ 6 II.1.1. Plan d’échantillonnage ................................................................................................................. 6 II.1.2. Dimensions des ouvrages.............................................................................................................. 7 II.2. OUVRAGES SUIVIS EN 2017.......................................................................................................................... 8 III. LES CAPTEURS D’EMPREINTES .................................................................................................................9 III.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE .......................................................................................................................... 9 III.2. RESULTATS.............................................................................................................................................. 13 III.2.1. Ouvrages dont le suivi a été incomplet....................................................................................... 13 III.2.1.1. OHD0246 Les Douettes .......................................................................................................................... 13 III.2.1.2. PRA0438+2 La Veude de Ponçay ............................................................................................................ 13 III.2.1.1. PPF2953 Estey de Verdun....................................................................................................................... 13 III.2.1.2. PPF2954 Estey de Verdun....................................................................................................................... 14 III.2.2. Ouvrages suivis intégralement en 2017...................................................................................... 14 III.2.2.1. Données générales ................................................................................................................................. 14 III.2.2.2. Les petits carnivores............................................................................................................................... 16 III.2.2.3. Les petits micromammifères (petits muridés, petits campagnols et musaraignes) ............................... 19 III.2.2.4. Les grands micromammifères (grands muridés Rattus sp. et grands campagnols Arvicola sp.) ............ 21 III.2.2.5. Fréquentation des encoches à Musaraignes .......................................................................................... 22 III.2.2.6. Les Amphibiens....................................................................................................................................... 22 III.2.3. Ouvrages réitérés annuellement entre 2015 et 2017 ................................................................. 23 III.2.3.1. Données générales ................................................................................................................................. 23 III.2.3.2. Les petits carnivores............................................................................................................................... 24 III.2.3.1. Les petits micromammifères.................................................................................................................. 25 III.2.3.2. Les grands micromammifères ................................................................................................................ 26 III.2.4. Niveau de transparence des ouvrages........................................................................................ 26 III.2.4.1. Nouveaux ouvrages suivis en 2017......................................................................................................... 26 III.2.4.2. Ouvrages réitérés chaque année............................................................................................................ 27 III.2.4.3. Comparaison avec d’autres études ........................................................................................................ 28 III.2.5. Cas particulier des ouvrages associés ......................................................................................... 29 III.2.6. Bilan synthétique ........................................................................................................................ 30 IV. LES PIEGES PHOTOGRAPHIQUES........................................................................................................ 34 IV.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE ........................................................................................................................ 34 IV.2. RESULTATS.............................................................................................................................................. 35 V. RECHERCHE D’INDICES DE PRESENCE DE LA LOUTRE.............................................................................. 38 V.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE ........................................................................................................................ 38 V.2. RESULTATS.............................................................................................................................................. 39 V.2.1. Résultats des prospections.......................................................................................................... 39 V.2.2. Données issues des pièges photographiques.............................................................................. 41 V.2.3. Données issues des capteurs d’empreintes................................................................................. 42 V.2.4. Bilan des données de Loutre ....................................................................................................... 42 V.2.4.1. Ouvrages suivis en 2017 ......................................................................................................................... 42 V.2.4.2. Ouvrages réitérés chaque année............................................................................................................ 43 V.2.4.3. Bilan 2015 à 2017 ................................................................................................................................... 44
  4. 4. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 4 VI. LES TUBES CAPTEURS D’INDICES POUR LES MICROMAMMIFERES ..................................................... 49 VI.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE ........................................................................................................................ 49 VI.2. RESULTATS.............................................................................................................................................. 50 VI.2.1. Données générales et taux de captage....................................................................................... 50 VI.2.1.1. Ouvrages suivis en 2017 ......................................................................................................................... 50 VI.2.1.2. Evolution temporelle.............................................................................................................................. 51 VI.2.2. Espèces détectées ....................................................................................................................... 52 VI.2.2.1. Ouvrages suivis en 2017......................................................................................................................... 52 VI.2.2.2. Ouvrages réitérés en 2015, 2016 et 2017 .............................................................................................. 53 VI.2.3. Bilan synthétique ........................................................................................................................ 53 VII. BILAN - CONCLUSIONS....................................................................................................................... 59 VIII. BIBLIOGRAPHIE.................................................................................................................................. 60 IX. ANNEXES ............................................................................................................................................... 61 IX.1. ANNEXE 1 : CARACTERISTIQUES DES OUVRAGES SUIVIS EN 2017 ....................................................................... 61 IX.2. ANNEXE 2 : LISTE DES ESPECES DETECTEES (SUIVIS 2015, 2016 ET 2017) TOUTES METHODES CONFONDUES PAR GROUPE TAXONOMIQUE, ET PAR GROUPE D’ANALYSE POUR LES CAPTEURS D’EMPREINTES................................................................ 72 IX.3. ANNEXE 3 : DEMARCHE ET METHODOLOGIE D’EVALUATION DE LA FONCTIONNALITE DES OUVRAGES EN FONCTION DES TAUX DE FREQUENTATION OBSERVES ET DE LA DIVERSITE D’ESPECES FREQUENTANT L’OUVRAGE............................................. 74 IX.4. ANNEXE 4 : DONNEES SUR LES DIMENSIONS MOYENNES DES OUVRAGES SUIVIS..................................................... 77 IX.5. ANNEXE 5 : TABLEAUX DE RESULTATS DETAILLES DU SUIVI PAR CAPTEURS D’EMPREINTES. ....................................... 79 IX.6. ANNEXE 6 : SYNTHESE DES DONNEES BRUTES DE FREQUENTATION ET DE DIVERSITE, CLASSES ATTRIBUEES, ET CALCUL DU NIVEAU DE TRANSPARENCE DES 26 NOUVEAUX OUVRAGES SUIVIS EN 2017 PAR CAPTEURS D’EMPREINTES.......................... 85 IX.7. ANNEXE 7 : SYNTHESE DES DONNEES BRUTES DE FREQUENTATION ET DE DIVERSITE, CLASSES ATTRIBUEES, ET CALCUL DU NIVEAU DE TRANSPARENCE DES 10 OUVRAGES DONT LE SUIVI PAR CAPTEURS D’EMPREINTES EST REITERE CHAQUE ANNEE...... 86 IX.8. ANNEXE 8 : NOMBRE DE PASSAGES PAR ESPECE DE MAMMIFERES DANS LES 15 OUVRAGES SUIVIS PAR PIEGES- PHOTOGRAPHIQUES EN 2017. ................................................................................................................................. 87 IX.9. ANNEXE 9 : TABLEAUX DE RESULTATS DETAILLES DU SUIVI SPECIFIQUE DE LA LOUTRE ............................................. 88 IX.10. ANNEXE 10 : TABLEAUX DE RESULTATS DETAILLES DU SUIVI PAR TUBES CAPTEURS D’INDICES ............................... 92 IX.11. ANNEXE 11 : TABLEAU RECAPITULATIF DES RESULTATS PAR OUVRAGE, PAR METHODE ET PAR GROUPE D’ESPECES, ET DIVERSITES SPECIFIQUES MINIMALES OBSERVEES A L’INTERIEUR DES OUVRAGES (HORS GRANDE FAUNE). ........................... 102
  5. 5. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 5 I. CONTEXTE ET OBJET DU DOCUMENT (RAPPEL) Les articles 14 des arrêtés du 24 février 2012 et du 21 décembre 2012 prévoient la mise en place de différents types d’ouvrages visant à assurer la transparence écologique de la ligne SEA Tours-Bordeaux. Il s’agit notamment d’ouvrages de franchissement des vallées et d’ouvrages hydrauliques équipés d’aménagements spécifiques visant à assurer au quotidien la circulation, notamment de la petite faune, et plus particulièrement des Mammifères semi-aquatiques. Ces ouvrages ont pour objectifs : • De maintenir une continuité hydraulique et écologique des cours d’eau ou écoulements d’eau. • De permettre aux espèces de circuler pour accéder aux milieux initialement présents dans leurs domaines vitaux de part et d’autre de la ligne. • De maintenir des échanges suffisants entre les noyaux de population afin d’éviter leur isolement et leur fragmentation. Le GREGE, Vienne Nature et la SEPANT sont en charge de l’évaluation de la fréquentation des ouvrages hydrauliques, témoin de l’efficacité des aménagements mis en place. Un premier suivi expérimental a été mené en 2014 sur 10 ouvrages afin de tester et ajuster les protocoles de suivi (GREGE, 2015a). Puis la première année de suivi en 2015 s’est déroulée conformément à la proposition technique soumise à LISEA en janvier 2015 (GREGE et al., 2016). A noter que cette première année de suivi complet a été effectuée en fin de phase chantier : finitions génie civil en cours, certaines clôtures non encore posées, plantations en cours. Le déroulement de l’étude en 2016 puis 2017 et sa réalisation ont pu être ajustés au mieux, compte tenu des retours d’expérience successifs des précédentes années. L’objectif est de suivre la fréquentation des ouvrages par les petits mammifères semi-aquatiques à l’échelle des six départements traversés par la LGV et sur différentes typologies représentatives des cours d'eau et des aménagements. Pour cela, différentes techniques et espèces indicatrices sont utilisées pour évaluer et comparer, en fonction des paramètres environnementaux locaux, la circulation des espèces à travers l’infrastructure : • Suivi de la fréquentation par la Loutre des ouvrages et des milieux situés en amont de la LGV, pour évaluer la fréquentation des milieux situés en amont de l’infrastructure. L’indicateur sera le taux d’ouvrages fréquentés à l’amont depuis l’ouvrage. • Suivi de la fréquentation des ouvrages par les petits carnivores pour évaluer la circulation dans les deux sens et aux deux extrémités. Les indicateurs seront la richesse spécifique par ouvrage et le nombre de passages par espèce. • Suivi de la fréquentation des ouvrages par les micromammifères pour évaluer leur circulation à l’intérieur des aménagements. Les indicateurs seront la richesse spécifique par ouvrage, aux abords et à l’intérieur. Les résultats obtenus permettront de mesurer l’efficacité des mesures environnementales mises en œuvre. Ils permettront en outre de statuer sur l’éventuel cloisonnement résiduel généré par l’infrastructure.
  6. 6. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 6 Ce rapport présente les résultats du suivi réalisé en 2017 sur 42 ouvrages et a été constitué par les personnes suivantes : Christine FOURNIER GREGE Contrôle qualité Validations scientifiques Pascal FOURNIER GREGE Coordination du dossier Développements techniques Christine FOURNIER Marion GOURAUD Laurent PALUSSIERE Sarah ESNAULT Alice CHERON Miguel GAILLEDRAT GREGE LISEA SEPANT VIENNE NATURE VIENNE NATURE VIENNE NATURE Relecture générale Catherine BOUT Estelle LAOUE Vanessa MAURIE Pascal FOURNIER Christine FOURNIER GREGE GREGE GREGE GREGE GREGE Rédaction du dossier Cartographie SIG Catherine BOUT Estelle LAOUE Vanessa MAURIE Laurent PALUSSIERE Sarah ESNAULT Alice CHERON Miguel GAILLEDRAT GREGE GREGE GREGE SEPANT VIENNE NATURE VIENNE NATURE VIENNE NATURE Réalisation des Inventaires Alain BIGOT Estelle LAOUE Vanessa MAURIE Pascal FOURNIER APAVE, mandaté par LISEA GREGE GREGE GREGE Installation des capteurs d’empreintes fixes et flottants II. PLAN D’ECHANTILLONNAGE ET ORGANISATION II.1.PROGRAMME PLURIANNUEL (RAPPEL) II.1.1. Plan d’échantillonnage Pour évaluer la transparence de l’infrastructure, 159 ouvrages aménagés pour assurer les déplacements des mammifères semi-aquatiques avaient été retenus initialement dans le cadre d’un programme de suivi pluriannuel bâti sur cinq années (2015-2019), avec un échantillonnage annuel d’environ un cinquième des ouvrages de manière à évaluer chaque ouvrage au cours du programme, et un suivi réitéré chaque année sur 10 ouvrages aménagés pour suivre l’évolution de leur fréquentation au cours des années (GREGE et al., 2016). Pour rappel, les 14 ouvrages initialement écartés sont des ouvrages sur lesquels un suivi exhaustif ne pouvait être correctement assuré du fait de leur configuration (présence d’une route, largeur excessive…). Toutefois, ce plan d’échantillonnage a évolué face à deux constats : • Une buse spécifique petite faune, PPF2525 – Le Martron, a été rajoutée aux ouvrages suivis annuellement à partir de 2017, car située à proximité immédiate du PRA2525 lui-même suivi annuellement, permettant ainsi une étude plus exhaustive à ce point de franchissement. Cette buse spécifique a cependant été suivie à l’aide de tubes capteurs de poils et fèces dès 2016. • Six ouvrages, initialement annoncés comme des ouvrages spécifiques pour amphibiens (donc à priori non aménagés pour les Mammifères semi-aquatiques) ont été rajoutés à la liste des
  7. 7. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 7 ouvrages à suivre, car ils sont situés dans les lits majeurs et se sont révélés tout à fait utilisables par la petite faune mammalienne terrestre. Finalement, ce sont 166 ouvrages qui seront suivis au cours du programme pluriannuel (Tableau I). Tableau I : Plan d’échantillonnage rectifié : nombre d’ouvrages suivis de 2015 à 2017, et à suivre de 2018 à 2019 par typologies d’ouvrage Typologies d’ouvrages Avant mise en service Après mise en service Total (OH différents)2015 2016 2017 2018 2019 Ouvrages équipés de banquettes réitérés chaque année pour le suivi de l’évolution de la fréquentation 10 10 Buse Mammifères semi-aquatiques PPF2525 réitérée 3 années 1* 1 1 Ouvrages équipés de banquettes ou berges reconstituées 29 13** 8 6 12*** 65 Buses ou dalots Mammifères semi-aquatiques 0 4 6 5 4 19 Ouvrages complémentaires mixte hydrauliques / faune 1 3 10 11 5 30 Ouvrages avec des berges naturelles 5 10 7 9 10 41 Total annuel 45 40 + 1 42 42 42 166 *Tubes capteurs uniquement, **Dont 1 partiellement suivi en 2015, *** Dont deux partiellement suivis en 2015. Quatre types de suivis ont été associés pour évaluer la fréquentation des ouvrages par la petite faune : • Deux méthodes d’inventaire non spécifiques susceptibles de détecter toutes les espèces : les capteurs d’empreintes et les pièges photographiques. • Deux méthodes d’inventaires plus ciblées : la recherche spécifique d’indices de Loutre et l’utilisation de tubes capteurs d’indices de micromammifères. La distribution des protocoles a été programmée de la façon suivante : 1. Recherche spécifique d’indices de Loutre pour tous les ouvrages suivis. 2. Pose des capteurs d’empreintes dans tous les ouvrages, sauf les viaducs ou portiques, qui ne peuvent pas être techniquement équipés de façon exhaustive sur toute la largeur des passages. 3. Pose de tubes capteurs d’indices sur environ la moitié des ouvrages, mais en incluant cette fois des viaducs, afin de créer un référentiel jugé optimal et le cas échéant pouvoir réaliser une étude comparative de la fréquentation par les micromammifères. 4. Pose de pièges-photographiques (15 poses par an), pour illustrer les fréquentations ou évaluer certains dispositifs. II.1.2. Dimensions des ouvrages Cinq paramètres de dimensionnement caractérisant les ouvrages et pouvant influencer la fréquentation par la faune ont été définis pour les ouvrages suivis, hors viaducs et portiques : la longueur (L), la largeur (l), la hauteur (h), mais également l’ouverture de l’ouvrage, c'est-à-dire sa largeur multipliée par sa hauteur (O = l x h) ou le rayon au carré multiplié par le nombre π pour les buses (πR²), et son degré de confinement, c'est-à-dire la longueur divisée par l’ouverture (C = L / O).
  8. 8. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 8 Par ailleurs, deux secteurs géographiques ont été définis en tenant compte à la fois de caractéristiques paysagères et de la limite des secteurs de construction : 1. Le secteur nord, [PRA0025 à VIA2053], de Tours jusqu’au franchissement du fleuve Charente à hauteur d’Angoulême, où les paysages sont à dominante agricole et plutôt ouverts. 2. Le secteur sud, [VIA2053 à PRA2955], correspondant au tracé situé au sud d’Angoulême, où les paysages sont plus forestiers. La comparaison des caractéristiques des ouvrages entre les secteurs nord et sud, sur la base des 124 ouvrages suivis hors viaducs et portiques révèle que les ouvrages du secteur sud sont en moyenne significativement plus longs, moins larges, moins hauts, donc avec une plus petite ouverture, et finalement plus confinés que ceux du secteur nord (Test de Wilcoxon-Mann-Whitney ; Scherrer, 1984). Si on ne tient pas compte des buses, particulièrement confinées et trois fois plus nombreuses dans le secteur sud, les cadres, dalots et voûtes du secteur sud restent significativement plus longs et plus confinés que ceux du secteur nord (Annexe 4 - Tableau XVIII). II.2.OUVRAGES SUIVIS EN 2017 En 2017, ce sont 42 ouvrages qui ont été suivis avec des typologies et des dimensions variées (Tableau II et Tableau III), répartis sur toute la ligne et entre les structures en charge du suivi. En complément, deux buses spécifiques pour Amphibiens ont fait l’objet de la première session de suivi par capteurs d’empreintes au moment des suivis spécifiques Amphibiens de l’Estey de Verdun en Gironde : PPF2953 et PPF2954. Les caractéristiques des ouvrages suivis sont présentées en Annexe 1. Tableau II : Synthèse des typologies d’ouvrages suivis en 2017, et répartition par structure et département Types d’ouvrages SEPANT VIENNE NATURE GREGE TOTAL Indre-et-Loire Vienne Charente Charente- Maritime Gironde Ouvrages équipés de banquettes ou berges reconstituées 3 4 8 2 1 18 Buses ou dalots Mammifères semi-aquatiques 0 0 0 2 5 7 Ouvrages complémentaires mixte hydrauliques / faune 4 2 1 2 1 10 Ouvrages avec des berges naturelles 0 0 5 2 0 7 Total 7 6 14 8 7 42 Parmi les ouvrages suivis en 2017, le nombre de buses suivies dans le secteur Sud a été plus élevé que dans le secteur Nord. En revanche, aucune différence significative de dimensions moyennes n’a été observée entre les cadres, dalots, voûtes des deux secteurs, ni entre les buses des deux secteurs (Annexe 4 - Tableau XIX).
  9. 9. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 9 Tableau III : Synthèse des techniques de suivis et répartition par structure et département en nombre d’ouvrages suivis en 2017. Technique de suivi SEPANT VIENNE NATURE GREGE TOTAL Indre-et-Loire Vienne Charente Charente- Maritime Gironde Prospections Loutre 7 6 14 8 7 42 Capteurs d’empreintes 7 6 9 6 7 35 Tubes capteurs de poils et de fèces 3 3 7 3 4 20 Pièges photographiques 3 3 5 4 0 15 III. LES CAPTEURS D’EMPREINTES III.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE Les capteurs d’empreintes sont une méthode non spécifique d’inventaire basée sur le passage de toutes les espèces sur une feutrine imprégnée d’une encre particulière, puis sur une feuille imbibée d’un révélateur et séchée, sur laquelle les empreintes vont se révéler de façon indélébile. Le suivi de la fréquentation des ouvrages est réalisé par la mise en place de capteurs sur tous les cheminements possibles (cheminement = unité de déplacement des animaux sur un même niveau et une même rive). Ils sont installés de manière à couvrir toute la largeur de chaque banquette, et dans les ouvrages où les lits sont cheminables, des capteurs flottants sont mis en place afin de détecter aussi les espèces empruntant le lit. Dans certaines configurations particulières, des dispositifs spécifiques ou expérimentaux ont été mis en place (Planche-photo 1). En 2017, 35 ouvrages ont été équipés de capteurs d’empreintes : 7 en Indre-et-Loire, 6 en Vienne, 9 en Charente, 6 en Charente-Maritime et 7 en Gironde. Trois sessions de suivi d’un mois (comprenant trois contrôles consécutifs, espacés de 10 à 12 jours) ont été menées entre le 24 février et le 12 décembre 2017 (Tableau IV). En complément, deux buses spécifiques pour Amphibiens ont fait l’objet de la première session de suivi au moment des suivis spécifiques Amphibiens de l’Estey de Verdun en Gironde : PPF2953 et PPF2954. Le lit du PRA1703 Le Puymarteau, en eau lors des deux premières sessions, a été jugé non cheminable pour la petite faune. Cependant, le lit étant en assec au démarrage de la troisième session, des capteurs flottants y ont alors été installés et suivis lors de cette dernière session. Au total, sur les trois sessions, 94 cheminements ont été équipés de capteurs d’empreintes puis suivis (Tableau IV) : 57 cheminements à sec (45 banquettes, 5 berges reconstituées, dont les deux enrochements du PRA1145 Le Vieux Puits 2, et 7 buses spécifiques faune), et 37 cheminements dits « hydrauliques » (7 buses hydrauliques, 3 cadres-dalots hydrauliques, et 27 cheminements de lit dans 17 ouvrages), répartis sur l’ensemble du tracé.
  10. 10. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 10 Planche-photos 1 : Illustrations des différents types d’équipements mis en place pour le suivi 2017 par capteur d’empreintes, selon la typologie des ouvrages suivis. (V. Maurie – GREGE) OHD2316 Chez Papillaud : quatre banquettes équipées de capteurs d’empreintes et installation d’un élément flottant dans le lit en eau, susceptible de s’assécher. OHD0743 La Gênetière 2 : buse hydraulique équipée d’un capteur d’empreintes flottant. PRA1145 Le Vieux Puits 2 : toutes les zones de cheminement potentiel ont été équipées de capteurs d’empreintes afin de couvrir toute la largeur de l’ouvrage, à savoir les berges, les enrochements ainsi que le lit du cours d’eau. OHD0329 La Naudaie-Saudais : dalot hydraulique équipé de capteurs flottants sur toute sa largeur. Pour deux ouvrages, le suivi a été perturbé : - Au moment du lancement de la première session de l’OHD0246 Les Douettes, les capteurs couvrant l’ensemble du lit (unique zone de cheminement disponible dans ce cadre - dalot hydraulique), et préalablement mis en place, étaient beaucoup trop dégradés (Planche-photos 2) pour un suivi efficace de cet ouvrage. La source des dégradations reste inconnue, mais un grand nombre d’empreintes de sanglier ont été observées ce jour-là à proximité des capteurs. Cet ouvrage n’a donc été suivi que lors des deux sessions suivantes, une fois que les capteurs dégradés ont été remis en état, voire remplacés. - Le PRA0438+2 La Veude de Ponçay, ouvrage annuel, n’a été suivi que partiellement lors de la deuxième session en raison de la disparition des capteurs recouvrant la berge reconstituée en rive droite, constatée le jour du lancement de cette session.
  11. 11. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 11 Planche-photos 2 : Capteurs flottants de l’OHD0246 Les Douettes, installés dans l’ouvrage quelques semaines avant et fortement dégradés lors du lancement de la première session. (L. Palussière – SEPANT) Tableau IV : Période des suivis par capteurs d’empreintes, nombre d’ouvrages hydrauliques (OH) équipés et nombre de capteurs posés pour chaque session de chaque intervenant en 2017. Secteur Session 1 Session 2 Session 3 SEPANT Entre le 20/03 et le 20/04 6 OH 7 cheminements à sec 7 cheminements hydrauliques Entre le 16/06 et le 20/07 7 OH 6 cheminements à sec 8 cheminements hydrauliques Entre le 3/11 et le 4/12 7 OH 7 cheminements à sec 8 cheminements hydrauliques Vienne Nature Entre le 28/03 et le 27/04 6 OH 8 cheminements à sec 8 cheminements hydrauliques Entre le 20/06 et le 20/07 6 OH 8 cheminements à sec 8 cheminements hydrauliques Entre le 13/10 et le 16/11 6 OH 8 cheminements à sec 8 cheminements hydrauliques GREGE Entre le 24/02 et le 21/04 24 OH 42 cheminements à sec (+ PPF2953 et PPF2954) 19 cheminements hydrauliques Entre le 31/05 et le 3/07 22 OH 42 cheminements à sec 19 cheminements hydrauliques Entre le 16/10 et le 12/12 22 OH 42 cheminements à sec 21 cheminements hydrauliques Total 36 OH 57 cheminements à sec 34 cheminements hydrauliques 35 OH 56 cheminements à sec 35 cheminements hydrauliques 35 OH 57 cheminements à sec 37 cheminements hydrauliques
  12. 12. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 12 Parmi les banquettes suivies, cinq sont équipées d’une encoche à Musaraigne (une sur chaque rive au PRA2228 Fontaine Ladre et au PRA2304 La Faye et une en rive gauche au PRA2606 La Nauve), et les capteurs y ont été installés de manière à suivre également la fréquentation sous ces encoches. A chaque session, les feuilles présentant des empreintes ont été analysées selon le protocole standardisé du GREGE, qui permet, d’une part, de déterminer le nombre de passages et, d’autre part, d’attribuer chacune des voies et des empreintes la constituant à une espèce ou un groupe d’espèces (Annexe 2). Pour chaque ouvrage ont été calculés, d’une part le taux de passages par espèce ou groupe d’espèces (= nombre de passages rapporté à 30 jours) et d’autre part, la diversité spécifique, correspondant au nombre minimal d’espèces sauvages différentes identifiées ayant fréquenté l’ouvrage. Pour chacun des groupes d’espèces, deux approches ont été menées pour l’analyse des données : une approche par ouvrage et une approche par type de cheminement. Les identifications incertaines ont été exclues de ces analyses. Enfin, la fonctionnalité des ouvrages a été évaluée en fonction des différents taux de passage observés par groupe d’espèces, et de la diversité spécifique, selon la même démarche qu’en 2015 et 2016 (Annexe 3). Aucune méthodologie existante n’étant disponible pour réaliser ce type d’évaluation, nous avons cherché à définir des classes pour chacun des critères retenus, en nous basant sur les valeurs les plus hautes observées lors de différents suivis d’ouvrages (GREGE, 2015a;b), et la distribution générale des valeurs entre elles, en prenant en compte également la signification écologique des dénombrements. Pour la diversité spécifique, la classe supérieure correspond au nombre maximum d’espèces détectables par la technique. Ainsi notre évaluation correspond en fait à une comparaison avec un « maximum ». Divers tests statistiques ont été utilisés pour comparer les données (Tableau V) et les différences ont été considérées significatives pour p  0,05. Dans certains cas, lorsque les échantillons étaient trop faibles, aucun test statistique n’a pu être réalisé et seuls les résultats bruts sont présentés et le cas échéant commentés. Tableau V : Tests statistiques utilisés selon les comparaisons recherchées (Scherrer, 1984) Comparaisons Test χ² d’homogénéité Test de Wilcoxon-Mann- Whitney Test de Kruskall- Wallis Test de Friedman Par groupe d’espèces ou espèces : comparaison du nombre total de passages entre les niveaux de cheminement et le lit X Par groupe d’espèces ou espèces : comparaison du nombre moyen de passages par mois entre les ouvrages du nord et ceux du sud X Petits micromammifères : comparaison du nombre de passages encoche/hors encoche X Par groupe d’espèces ou espèces : comparaison du nombre moyen de passages par mois respectivement entre les différentes classes de longueur, de largeur, de hauteur, d’ouverture et de confinement des ouvrages X Par groupe d’espèces : comparaison du nombre moyen de passages par mois dans les ouvrages en suivi annuel entre les années X
  13. 13. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 13 III.2. RESULTATS III.2.1. Ouvrages dont le suivi a été incomplet Quatre ouvrages sont concernés et les données présentées ci-dessous à titre informatif ne sont pas prises en compte dans les paragraphes suivants. Seules les données du PRA0438+2 La Veude de Ponçay, ouvrage suivi annuellement, ont été prises en compte pour les comparaisons interannuelles (Paragraphe III.2.3.). III.2.1.1.OHD0246 Les Douettes En raison de la forte dégradation des capteurs d’empreintes au début de la première session, seules les deuxième et troisième session ont pu être menées. Au total, 13 passages ont été mis en évidence sur les 65 jours de suivi effectués, dont 12 lors de la session 2, comprenant quatre Anoures, deux blaireaux, un petit micromammifère, et cinq carnivores domestiques (quatre chats et un chien), le passage enregistré lors de la deuxième session étant un sanglier. Même si la fréquentation de ce cadre hydraulique (ouvrage complémentaire mixte hydraulique / faune) par les Mammifères semble à priori assez faible, l’ouvrage est fonctionnel pour la faune et n’engendre pas de cloisonnement. III.2.1.2.PRA0438+2 La Veude de Ponçay Au cours des première et troisième sessions, l’ouvrage a été suivi dans sa totalité, mais lors de la deuxième session, seule la rive gauche a pu être suivie, suite à la disparition des capteurs d’empreintes de la rive droite. Sur l’ensemble du suivi (96 jours au total), 27 passages ont été mis en évidence dans cet ouvrage, dont 11 grands micromammifères, 5 petits micromammifères, 8 ragondins, 1 loutre et 2 chats. L’espèce remarquable fréquentant ce grand cadre équipé de banquettes a donc été la Loutre, détectée pour la première fois dans cet ouvrage au cours du suivi 2017, ce qui a été confirmé avec les prospections spécifiques (Paragraphe V). Six passages ont été comptabilisés sur la banquette inférieure en rive gauche, contre 21 sur la berge reconstituée en rive droite, la banquette supérieure en rive gauche n’ayant pas été fréquentée. Compte tenu de la fréquentation préférentielle de la berge reconstituée rive droite, l’absence de capteurs lors de la session 2 sous-estime donc significativement la fréquentation globale de l’ouvrage sur les trois sessions. Cet ouvrage suivi annuellement est donc fonctionnel pour la faune et sa fonctionnalité globale sera évaluée au terme des cinq années de suivi (Voir paragraphe sur les comparaisons interannuelles pour les trois premières années). III.2.1.1.PPF2953 Estey de Verdun Sur les 32 jours de suivi effectués, seulement 4 passages de petits micromammifères ont été observés sur le capteur placé dans cette buse spécifique Amphibiens. Aucune autre espèce n’y a été détectée. Il reste difficile de conclure sur la fréquentation de cet ouvrage par les Mammifères avec un suivi aussi partiel. Pour autant cette buse semble à priori beaucoup moins attractive que le PPF2954 tout à fait similaire (Ci-dessous), sans que l’on puisse y trouver une explication.
  14. 14. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 14 III.2.1.2.PPF2954 Estey de Verdun Sur les 32 jours de suivi effectués, 18 passages de mammifères ont été comptabilisés : 2 chats, 1 genette, 2 martres, 3 passages attribués au genre Martes sp., 9 petits micromammifères et 1 passage dont l’espèce n’a pas pu être identifiée. Ces résultats sur un suivi très partiel suggèrent à priori une fréquentation régulière de cette buse spécifique Amphibiens par les Mammifères sauvages, qui est donc fonctionnelle et n’engendre pas de cloisonnement. III.2.2. Ouvrages suivis intégralement en 2017 III.2.2.1.Données générales Sur l’ensemble des sessions, 32 des 33 ouvrages suivis intégralement ont été fréquentés, avec des passages observés sur 88 des 90 cheminements concernés : aucune espèce n’a fréquenté la banquette inférieure de l’OHD1759+5 Les Acourants, ni la buse hydraulique OHD2478 Chez Périou 2. Au total, 3604 passages ont été comptabilisés, dont 3540 ont pu être identifiés (Figure 1). Les passages d’Amphibiens représentent 6,3 %, dont 96,9 % d’Anoures, les passages de carnivores domestiques 17 %, dont 86,6 % de Chats, les passages de Mammifères sauvages 73,8 % et les identifications incertaines 1,1 %. Les « espèces incertaines » regroupent les passages classés comme « Genette/Chat » ou « Chien/Renard », et les « espèces indéterminées », les passages identifiés « espèce indéterminée » et « carnivore indéterminé ». Figure 1 : Répartition des passages décomptés sur les capteurs d’empreintes et nombre d’ouvrages fréquentés par groupe. Parmi les 2661 passages de Mammifères sauvages, les petits carnivores représentent 17,4 %, contre, respectivement, 25,9 et 15,9 % pour les petits micromammifères et les grands micromammifères
  15. 15. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 15 (Figure 2). Deux cinquièmes des mammifères sauvages regroupe ainsi les huit espèces supplémentaires détectées dans les ouvrages, parmi lesquelles le Ragondin, le Blaireau et le Renard sont les plus fréquentes (Annexe 5 - Tableau XX). Figure 2 : Répartition des 2661 passages attribués aux mammifères sauvages. En moyenne, sur 30 jours de suivi, 28 passages toutes espèces sauvages confondues (0-144) ont été observés par ouvrage, dont 7 petits micromammifères (0-73), 4 grands micromammifères (0-72), 5 petits carnivores (0-37), 11 passages appartenant à d’autres mammifères sauvages (0-56) et 2 d’amphibiens (0-21). Sur l’ensemble de l’étude, 17 espèces ou groupes d’espèces (hors grande Faune) ont fréquenté les ouvrages sur les 20 potentiellement attendus (Annexe 3). A l’échelle d’un ouvrage, de deux à douze espèces ont pu être contactées (Figure 3), excepté la buse hydraulique OHD2478 Chez Périou 2 où aucune empreinte n’y a été observée. Sur les 32 ouvrages fréquentés, neuf ouvrages ont une diversité spécifique globale très faible à faible, 18 ouvrages présentent une diversité spécifique globale moyenne et cinq une diversité spécifique globale élevée.
  16. 16. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 16 Figure 3 : Diversité spécifique détectée par ouvrage (du nord au sud) et par cortège, ainsi que les limites des classes. Pour les groupes Amphibiens (« Anoures » + « Urodèles ») et Micromammifères (« petits » + « grands »), la diversité maximale est de deux. III.2.2.2.Les petits carnivores III.2.2.2.1. Approche par ouvrage Vingt-cinq des 33 ouvrages suivis intégralement ont été fréquentés par au moins une des sept espèces de petits carnivores identifiées par les empreintes (Tableau VI). Il est important de noter l’apparition du groupe Vison sp. dans la liste des espèces identifiées lors du suivi de 2017, avec un passage décompté dans la voûte aménagée PRA2424 La Fontaine de Barret début mars, ouvrage situé dans le département de la Charente, sur un petit affluent de la Viveronne, elle-même affluent de la Tude. Du fait de la très grande ressemblance entre les empreintes de Vison d’Europe et de Vison d’Amérique, il n’est en effet pas possible de faire la discrimination entre ces deux espèces. Les espèces ou groupes les plus fréquents ont été le genre Martes, regroupant la Fouine et la Martre, avec près de 46,5% des passages et 23 ouvrages fréquentés au total, puis le groupe Belette/Hermine, avec 15,2% des passages dans 15 ouvrages. La fréquentation du Putois a été assez remarquable en 2017, avec 62 passages dans 8 ouvrages, notamment au PRA2228 Fontaine Ladre (30 passages) et dans la buse PPF2525 Le Martron (14 passages), et surtout, comme en 2016, dans chacun des départements traversés par la LGV. La Genette en revanche a été très peu détectée avec seulement 13 passages dans 4 ouvrages et 3 départements. Le passage observé au PRA1112 Le Palais situé en Vienne est cependant
  17. 17. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 17 très intéressante, étant donné que ce département est en limite d’aire de répartition. Toutefois, la faible détection en Charente, Charente-Maritime et Gironde, départements au cœur de son aire de répartition, déjà constatée en 2016, reste étonnante. Les passages de Loutre détectés dans sept ouvrages viennent quant à eux compléter les prospections spécifiques de l’espèce (Paragraphe V). Tableau VI : Détection des petits carnivores - nombre total de passages et nombre d’ouvrages positifs par département. Espèce Nombre total de passages et % (n=462) Nombre d’ouvrages fréquentés Indre-et- Loire (n=5) Vienne (n=6) Charente (n=9) Charente- Maritime (n=6) Gironde (n=7) Total (n=33) Genre Martes Fouine 53 11,5% 2 3 5 3 1 14 Martre 53 11,5% 3 2 3 1 1 10 Martes sp 109 23,6% 4 4 7 5 3 23 Belette/Hermine 70 15,2% 2 4 5 3 1 15 Putois 62 13,4% 2 1 1 3 1 8 Mustélidé indéterminé 54 11,5% 4 4 5 5 2 20 Loutre 26 5,6% 0 1 5 1 0 7 Genette 13 2,8% 0 1 2 0 1 4 Vison/Fouine 8 1,7% 0 1 3 2 0 6 Putois/Vison 9 1,7% 2 1 1 2 0 6 Putois/Martes 4 0,9% 1 0 1 1 0 3 Vison sp. 1 <0,1% 0 0 1 0 0 1 En moyenne, deux espèces de petits carnivores ont été détectées par ouvrage, avec une seule espèce dans cinq ouvrages, deux dans sept ouvrages, trois à quatre dans 11 ouvrages et cinq dans deux ouvrages. Parallèlement, les résultats montrent un taux de fréquentation des ouvrages par les petits carnivores sauvages globalement assez faible (Figure 4), puisque 14 ouvrages présentent une fréquentation très faible (< 5 passages en 30 jours), sept une fréquentation faible (< 10 passages en 30 jours), et trois une fréquentation moyenne (< 20 passages en 30 jours), dont PRA2228 Fontaine Ladre avec en moyenne 17,1 passages en 30 jours. Un seul ouvrage, l’OHD2482 La Fontenelle 1, a une fréquentation élevée de 21,4 passages en 30 jours Les ouvrages du secteur sud ont révélé un nombre moyen de passages un peu plus élevé que ceux du secteur nord (5,3 contre 3,1), mais cette différence n’est pas significative (Annexe 5 - Tableau XXI). Par ailleurs, la largeur, la hauteur, l’ouverture et le confinement des ouvrages ont eu une influence significative sur le taux de fréquentation des ouvrages par les petits carnivores (Annexe 5 - Tableau XXII), mais les tests de comparaison multiple n’ont pas permis d’identifier les classes qui différaient significativement entre elles.
  18. 18. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 18 Figure 4 : Fréquentation moyenne des ouvrages en 30 jours, par espèce ou groupe d’espèces de petits carnivores, ainsi que les limites des classes. III.2.2.2.2. Approche au cheminement Sur les 80 cheminements que comptent les ouvrages sur lesquels les petits carnivores ont été détectés, 60 ont été fréquentés par ces espèces : trois buses hydrauliques, deux cadres-dalots hydrauliques, deux berges naturelles reconstituées, 34 banquettes, quatre buses spécifiques et 15 cheminements de lit dans des ouvrages aménagés. Pour les deux groupes d’ouvrages dont le lit cheminable était suivi (avec respectivement un seul niveau de banquette et deux niveaux de banquette), les analyses révèlent que pour le groupe Belette/Hermine il n’existe aucune préférence de zone de cheminement entre le lit du cours d’eau et les banquettes (Tableau VII), contrairement à ce qui avait été observé sur les ouvrages suivis en 2016 (préférence pour le niveau le plus élevé) et 2015. Il est possible que ces résultats soient en relation avec le fait que les lits étaient globalement à sec lorsque ce groupe a été détecté (Planche-photos 4), et témoignent de l’adaptation de cette espèce aux contraintes locales. Pour le genre Martes (incluant la Fouine, la Martre et les Martes sp.), comme pour les ouvrages suivis en 2016 et 2015, les banquettes ont été significativement plus fréquentées, avec toujours une préférence pour le niveau le plus haut disponible. Cette tendance est également observée de nouveau pour la Genette, mais les données de 2017 ont été insuffisantes pour le confirmer. En ce qui concerne les espèces semi-aquatiques, il semble que dans les ouvrages où un seul niveau de banquette est disponible, le Putois et la Loutre ont fréquenté de manière homogène le lit et
  19. 19. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 19 l’aménagement, contrairement aux ouvrages suivis en 2015 où le lit avait été préféré par la Loutre. Dans les ouvrages à deux niveaux de banquette, le premier niveau a été significativement plus fréquenté par la Loutre, alors qu’en 2016 sa fréquentation des cheminements avait été homogène, tandis que le Putois a fréquenté significativement moins le lit, mais les deux niveaux de banquette de manière homogène (pas d’évaluation possible en 2015 et 2016) (Test χ² d’homogénéité : χ²=0,61 ; ddl = 1 ; p = 0,43). Tableau VII : Répartition du nombre de passages des petits carnivores dans le lit et sur les différents niveaux de banquettes, et résultat du test χ² d’homogénéité. (NT = test statistique non applicable ; en rose les différences significatives). Identification Ouvrages avec un seul niveau de banquettes (n = 8) Ouvrages avec deux niveaux de banquettes (n = 8) Nbre d’OH fréquentés Lit Niveau 1 Test χ² d’homogénéité ddl = 1 Nbre d’OH fréquentés Lit Niveau 1 Niveau 2 Test χ² d’homogénéité ddl = 2 Genette 1 0 1 NT 2 0 0 7 NT Belette/Hermine 6 12 19 χ²= 1,58 p = 0,21 6 12 4 10 χ²= 4,00 p = 0,14 Fouine 4 0 11 p = 0,01 6 0 6 29 χ²= 40,17 p << 0,01 Martre 3 1 14 p = 0,02 3 0 3 25 χ²= 39,93 p << 0,01 Fouine + Martre + Martes sp. 8 4 58 χ²= 47,03 p << 0,01 7 0 16 96 χ²= 141,71 p << 0,01 Putois 3 2 3 p = 1 3 1 23 18 χ²= 19,00 p << 0,01 Vison sp. 0 0 0 NT 1 0 0 1 NT Loutre 3 3 2 p = 1 4 3 17 1 χ²= 21,71 p << 0,01 Ces résultats montrent que tous les niveaux de cheminement sont fonctionnels et complémentaires, en étant empruntés de façon différenciée selon les espèces ou les contraintes hydrauliques locales du moment. Cela justifie pleinement pour les projets la mise en place d’un étagement des cheminements pour répondre à ces exigences écologiques. III.2.2.3.Les petits micromammifères (petits muridés, petits campagnols et musaraignes) III.2.2.3.1. Approche par ouvrage Vingt-neuf des 33 ouvrages suivis intégralement ont été fréquentés par les petits micromammifères. Le nombre moyen de passages de petits micromammifères en 30 jours a été de 7,7 au nord et de 5,9 au sud, mais ces différences ne sont pas significatives (Annexe 5 - Tableau XXI). Par ailleurs, la largeur, l’ouverture et le confinement des ouvrages ont eu une influence significative sur le taux de fréquentation des ouvrages (Annexe 5 - Tableau XXII). Si les tests de comparaisons multiples n’ont pas permis de discriminer les classes de largeur et d’ouverture qui différaient entre elles, ils ont montré que les ouvrages de classe 1, c’est-à-dire ceux qui sont les plus confinés (confinement inférieur à 5), sont plus fréquentés que les ouvrages de classe 3 dont le confinement est compris entre 10 et 20.
  20. 20. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 20 La fréquentation des ouvrages par les petits micromammifères a été globalement assez faible : 19 ouvrages ont révélé une fréquentation « très faible », six une fréquentation « faible », et quatre une fréquentation « moyenne » (Figure 5). Figure 5 : Fréquentation moyenne des ouvrages en 30 jours par les petits micromammifères, ainsi que les limites des classes. III.2.2.3.2. Approche au cheminement Ce cortège a été observé sur chacun des 90 cheminements suivis. Toutefois, dans les ouvrages pourvus d’un seul niveau de banquette, celle-ci est significativement plus fréquentée que le lit, comme dans les ouvrages suivis en 2016 alors que pour les ouvrages suivis en 2015 la fréquentation était homogène sur les deux niveaux. Dans les ouvrages à deux niveaux de banquette, le niveau le plus haut est deux fois plus fréquenté que les deux autres cheminements disponibles, ce qui est similaire aux observations sur les ouvrages suivis en 2016, alors que pour ceux suivis en 2015 le lit avait été préféré (Tableau VIII). Tableau VIII : Répartition du nombre de passages des micromammifères dans le lit et sur les différents niveaux de banquette, et résultat du test χ² d’homogénéité (En rose les différences significatives). Identification Ouvrages avec un seul niveau de banquettes (n = 8) Ouvrages avec deux niveaux de banquettes (n = 8) Nbre d’OH fréquentés Lit Niveau 1 Test χ² d’homogénéité ddl = 1 Nbre d’OH fréquentés Lit Niveau 1 Niveau 2 Test χ² d’homogénéité ddl = 2 Petits micromammifères 7 88 125 χ² = 6,43 p = 0,01 8 58 62 128 χ² = 37,39 p << 0,01 Grands micromammifères 7 178 30 χ² = 105,31 p << 0,01 6 61 17 51 χ² = 24,74 p << 0,01
  21. 21. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 21 III.2.2.4.Les grands micromammifères (grands muridés Rattus sp. et grands campagnols Arvicola sp.) III.2.2.4.1. Approche par ouvrage Des grands micromammifères ont été détectés dans 18 des 33 ouvrages suivis intégralement. Il est à noter qu’une fèces suspectée de Campagnol amphibie, collectée sur un capteur d’empreintes dans l’OHD0737 La Gênetière 1 le 29/06/2018 lors de la deuxième session, et soumise à identification génétique (selon la méthodologie développée pour les tubes capteurs d’indices, paragraphe VI) s’est bien révélée être du Campagnol amphibie (Arvicola sapidus). Le nombre moyen de passages de grands micromammifères en 30 jours a été plus élevé au nord, avec 6,9 passages contre 2,3 au sud, mais cette différence n’est pas significative (Annexe 5 - Tableau XXI). Par ailleurs, la largeur, la hauteur, l’ouverture et le confinement des ouvrages ont eu une influence significative sur le taux de fréquentation des ouvrages (Annexe 5 - Tableau XXII). Si les tests de comparaisons multiples n’ont pas permis de discriminer les classes de largeur, d’ouverture et de confinement qui différaient entre elles, ils ont montré que les ouvrages de classe 1, c’est-à-dire ceux qui sont les moins larges (largeur inférieure à 2m) sont moins fréquentés que les ouvrages de classe 3 dont la largeur est comprise entre 4 et 8 m. La fréquentation des ouvrages par ce cortège est globalement assez faible, toutefois toutes les classes de fréquentations sont représentées (Figure 6) : elle a été jugée « très faible » à « faible » pour 13 ouvrages, « moyenne » pour trois ouvrages et « élevée » pour deux ouvrages. Figure 6 : Fréquentation moyenne des ouvrages en 30 jours, par les grands micromammifères, ainsi que les limites des classes.
  22. 22. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 22 III.2.2.4.2. Approche au cheminement Ce cortège a été détecté sur 47 des 90 cheminements équipés dans les ouvrages ayant fait l’objet d’un suivi complet : les deux buses hydrauliques OHD0737 La Gênetière 1 et OHD2683+6 La Chaume, la berge naturelle reconstitués en rive droite du PRA1145 Les Vieux Puits 2, 20 banquettes et 24 lits répartis entre 15 ouvrages. Les grands micromammifères ont fréquenté préférentiellement les lits dans les ouvrages à un niveau de banquettes, comme pour les ouvrages suivis en 2016 et 2015. Pour les ouvrages à deux niveaux de banquettes, le lit et le niveau le plus haut ont été fréquentés de la même manière au détriment du niveau de banquette le plus bas, alors que pour les ouvrages suivis en 2015 et 2016, seul le lit avait été préféré (Tableau VIII). III.2.2.5.Fréquentation des encoches à Musaraignes Pour les cinq banquettes équipées d’une encoche à Musaraignes, 37 passages de micromammifères ont été observés sur trois d’entre elles, mais seulement six passages de petits micromammifères et deux de grands micromammifères dans l’encoche (Annexe 5 - Tableau XXIII). Des résultats similaires avaient été observés pour les ouvrages suivis en 2016, suggérant que les passages à découvert sur le reste de la banquette ne sont pas un frein à la traversée de l’ouvrage par les espèces. III.2.2.6.Les Amphibiens III.2.2.6.1. Approche par ouvrage Les Amphibiens font l’objet d’un suivi spécifique mené indépendamment dans les ouvrages dédiés, mais ils sont tout de même régulièrement détectés par les capteurs d’empreintes dans les ouvrages suivis pour les Mammifères. Des empreintes d’Anoures (Grenouilles, Crapauds) et d’Urodèles (Tritons, Salamandres) ont été observées sur les capteurs dans 24 ouvrages, dont trois où les deux cortèges y ont été détectés simultanément, avec en moyenne, respectivement, 2,1 et 0,1 passages par ouvrage en 30 jours (Figure 7). Les Anoures ont fréquenté les ouvrages tout au long de l’année, bien que le mois de novembre compte à lui seul 33,9% des passages.
  23. 23. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 23 Figure 7 : Fréquentation moyenne des ouvrages en 30 jours, par groupe d’Amphibiens. III.2.2.6.2. Approche au cheminement Dans les 16 ouvrages où les lits étaient équipés, 108 passages d’Anoures ont été décomptés, dont 68 dans le lit, ce qui est significativement supérieur aux passages sur les aménagements, comme pour les ouvrages suivis en 2015, alors que pour les ouvrages suivis en 2016, la répartition était homogène (test de χ² d’homogénéité : χ²= 7,26, ddl = 1, p < 0,01). Les Urodèles ont été détectés quatre fois et toujours sur des banquettes, comme pour les ouvrages suivis en 2015 et 2016. Par ailleurs, les Amphibiens ont été observés dans cinq des sept buses hydrauliques suivies, et quatre des sept buses spécifiques suivies, parmi lesquelles deux des trois buses considérées comme étant des aménagements pour ce cortège (PPF2525 Le Martron et PPF2981 Gravières Mondeau). III.2.3. Ouvrages réitérés annuellement entre 2015 et 2017 III.2.3.1.Données générales Sur les 10 ouvrages réitérés chaque année jusqu’à présent, 1220 passages d’espèces sauvages ont été décomptés durant les 942 journées de suivi en 2017, contre 1794 en 2016 (962 jours) et 1368 en 2015 (997 jours). Toutefois le suivi de l’ouvrage PRA0438-2 La Veude de Ponçay a été incomplet, la berge rive droite la plus fréquentée n’ayant pu être suivie lors de la deuxième session de 2017, ni lors de la première session de 2015. A ces 1220 passages, s’ajoutent les 68 passages comptabilisés dans la buse PPF2525 Le Martron, nouvellement suivie cette année (94 journées de suivi). Les variations de cortèges d’espèces ont différé selon les ouvrages, de même que l’occurrence de chaque espèce sur les 10 ouvrages, ne permettant pas de distinguer une tendance générale (Annexe 5 - Tableau XXIV).
  24. 24. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 24 En ce qui concerne l’évolution de la diversité globale, quatre tendances sont observées selon les ouvrages : 1. Elle diminue d’année en année (Un ouvrage : OHD0183). 2. Elle est stable, à une espèce près (Trois ouvrages : PRA0438+2 - suivi incomplet, OHD0592, PRA1703). 3. Elle augmente plus ou moins rapidement (Quatre ouvrages : PRA1112, PRA2304, PRA2424, OHD2475). 4. Elle fluctue d’une année à l’autre, sans varier entre 2015 et 2017 (Deux ouvrages : OHD1759+5, PRA2525). III.2.3.2.Les petits carnivores Sur l’ensemble des ouvrages en suivi réitéré, sept espèces de petits carnivores ont été observées, soit une de plus qu’en 2016 (détection du Vison sp. dans un ouvrage) et deux de plus qu’en 2015 (détection de la Genette depuis 2016). La diversité maximale considérée pour ce cortège a donc été atteinte (Annexe 5 - Tableau XXV). L’évolution de la fréquentation par les petits carnivores sur les trois années de suivi a différé d’un ouvrage à l’autre (Figure 8), mais globalement ce taux n’a pas varié pas significativement d’une année à l’autre (Annexe 5 -Tableau XXVI et Tableau XXVII). Figure 8 : Ouvrages réitérés chaque année - Fréquentation moyenne des ouvrages en 30 jours, par espèce ou groupe d’espèces de petits carnivores et par année, ainsi que les limites des classes de fréquentation. Les données présentées pour l’ouvrage PRA0438+2 La Veude de Ponçay sous-estiment la fréquentation réelle de l’ouvrage, en raison de l’absence de suivi de la berge en rive droite lors de la première session 2015 et de la deuxième session 2017.
  25. 25. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 25 Ainsi, la fréquentation : 1. A très peu varié pour l’OHD0183 La Billonnière (bien qu’elle oscille légèrement entre les deux premières classes), pour le PRA0438+2 La Veude de Ponçay (mais suivi incomplet en 2015 et 2017) et l’OHD1759+5 Les Acourants. 2. A diminué fortement pour le PRA1703 Le Puymarteau, surtout entre 2015 et 2016. 3. A augmenté graduellement mais plus intensément entre 2016 et 2017 pour les deux ouvrages les plus au sud : OHD2475 et PRA2525 4. A fluctué en sens inverse d’une année à l’autre dans le cas des quatre derniers ouvrages, mais toujours avec un nombre total de passages en 2017 égal ou supérieur à 2015 : OHD0592, PRA1112, PRA2304 et PRA2424. III.2.3.1.Les petits micromammifères Sur les trois ans, tous les ouvrages suivis ont été fréquentés par les petits micromammifères, excepté le PPF2525 Le Martron, mais qui n’a été suivi qu’en 2017. Le taux de fréquentation a pu varier d’une année à l’autre, selon les ouvrages (Tableau XXVIII et Figure 9), mais globalement ce taux n’a pas varié significativement entre les trois années, que ce soit dans le secteur nord ou dans le secteur sud (Annexe 5 -Tableau XXVI et Tableau XXVII). Figure 9 : Ouvrages réitérés chaque année - Fréquentation moyenne sur 30 jours par les petits micromammifères et par année. Les données présentées pour l’ouvrage PRA0438+2 La Veude de Ponçay sous-estiment la fréquentation réelle de l’ouvrage, en raison de l’absence de suivi de la berge en rive droite lors de la première session 2015 et de la deuxième session 2017.
  26. 26. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 26 III.2.3.2.Les grands micromammifères Sur les trois années de suivi, tous les ouvrages réitérés annuellement ont été fréquentés par ce cortège, excepté le PPF2525 Le Martron, mais qui n’a été suivi qu’en 2017. Le taux de fréquentation par les grands micromammifères a pu varier d’une année à l’autre, selon les ouvrages, alors que globalement il n’existe aucune différence significative de ce taux (Annexe 5 - Tableau XXIX). Cependant, un pic de fréquentation (jugée comme très élevée) a été observé en 2016 dans trois ouvrages (Annexe 5 - Tableau XXIX et Figure 10). Figure 10 : Ouvrages réitérés chaque année - Fréquentation moyenne sur 30 jours par les grands micromammifères et par année. Les données présentées pour l’ouvrage PRA0438+2 La Veude de Ponçay sous-estiment la fréquentation réelle de l’ouvrage, en raison de l’absence de suivi de la berge en rive droite lors de la première session 2015 et de la deuxième session 2017. III.2.4. Niveau de transparence des ouvrages III.2.4.1.Nouveaux ouvrages suivis en 2017 En 2017, 26 nouveaux ouvrages ont été suivis par capteurs d’empreintes, mais pour trois d’entre-eux le suivi a été incomplet, avec seulement une ou deux sessions réalisées sur trois, et de ce fait leur niveau de transparence n’a pas été évalué. Parmi les 23 ouvrages ayant fait l’objet d’un suivi intégral, seul l’OHD2478 Chez Périou 2 n’a été fréquenté par aucun cortège. En moyenne, 20,6 passages d’espèces sauvages ont été observés par ouvrages en 30 jours (contre 27,7 en 2016), dont 18,2 attribués aux mammifères. Des petits carnivores ont été détectés dans 17 de ces ouvrages, avec en moyenne 3,4 passages en 30 jours.
  27. 27. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 27 La combinaison des classes de fréquentation et de diversité selon la méthodologie décrite en Annexe 3 a permis d’attribuer à chacun des 22 ouvrages nouvellement suivis et positifs aux espèces sauvages, un « niveau de transparence » par rapport à un « maximal » prédéfini (Annexe 6). Ainsi, il a été jugé : 1. « Très faible » pour 14 ouvrages. 2. « Faible » pour cinq ouvrages. 3. « Moyen » pour trois ouvrages. La transparence des ouvrages suivis en 2017 est donc jugée très inférieure à une transparence « maximale », puisque 2/3 des ouvrages suivis présentent un niveau de transparence très faible. Ce résultat est toutefois à relativiser puisque l’optimal défini correspond aux données les plus élevées enregistrées sur des études menées par le GREGE dans différents contextes. Avec le recul et en étudiant les résultats obtenus depuis sur diverses autres études, il est possible que les niveaux pris en compte au départ aient été tout à fait exceptionnels, et que l’évaluation comparative soit ainsi trop sévère. Par ailleurs, rappelons que seul un ouvrage n’a pas été du tout fréquenté, et que tous les niveaux de cheminement sont fonctionnels et complémentaires, indiquant qu’aucun cloisonnement n’est engendré. III.2.4.2.Ouvrages réitérés chaque année Les dix ouvrages réitérés chaque année ont été fréquentés par au moins deux espèces ou groupes d’espèces de mammifères sauvages, avec en moyenne 39,0 passages observés en 30 jours, contre 41,0 en 2015 et 55,3 en 2016. Rappelons que le suivi de l’ouvrage PRA0438-2 La Veude de Ponçay a été incomplet, la berge rive droite habituellement la plus fréquentée n’ayant pu être suivie lors de la deuxième session de 2017 ni lors de la première session de 2015. L’ouvrage PPF2525 Le Martron, suivi uniquement en 2017, est par ailleurs exclu de cette moyenne, mais 21,7 passages ont été observés en moyenne sur 30 jours, dont 6,4 de petits carnivores. Bien que la différence ne soit pas significative statistiquement (Annexe 5 - Tableau XXVII) le taux de fréquentation des petits carnivores a légèrement augmenté cette année par rapport à l’année précédente, passant de 4,1 passages en 30 jours à 5,8, mais reste du même ordre de grandeur qu’en 2015. En 2017, le niveau de transparence par rapport à l’optimal, a été jugé « Très faible » pour 3 ouvrages, « Faible » pour 4 ouvrages et « Moyen » pour les 4 derniers ouvrages (Annexe 7). L’évolution de ce niveau de transparence au cours des 3 années de suivi réitéré a été extrêmement variable d’un ouvrage à l’autre, ne permettant de dégager aucune tendance générale (Annexe 7). Pour les 9 ouvrages au suivi complet, le niveau de transparence : 1. Est resté stable sur les trois années pour deux ouvrages (OHD0592 Moulin de Main, et OHD1759+5 Les Acourants). 2. Est resté stable les deux premières années et a augmenté d’un niveau en 2017 pour deux ouvrages (PRA2424 Fontaine de Barret, et OHD2475 Chez Périou1). 3. Est resté stable les deux premières années et a diminué d’un niveau en 2017 pour un ouvrage (OHD0183 La Billonnière). 4. A augmenté d’un niveau en 2016 puis est resté stable en 2017 pour un ouvrage (PRA2525 Le Martron). 5. Est revenu au niveau de la première année après avoir augmenté d’un niveau en 2016 pour un ouvrage (PRA2304 La Faye). 6. Est revenu au niveau de la première année après avoir diminué d’un niveau en 2016 pour un ouvrage (PRA1112 Le Palais).
  28. 28. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 28 7. A atteint à un niveau intermédiaire après avoir diminué de deux niveaux en 2016 pour un ouvrage (PRA1703 Le Puymarteau). L’évolution du niveau de transparence de chacun des ouvrages, dans un sens comme dans l’autre, est principalement liée aux variations des taux de fréquentation combinées aux fluctuations du nombre d’espèces (petits carnivores ou toutes espèces sauvages confondues), excepté dans le cas de l’OHD0183 La Billonnière, où la diminution d’un niveau découle uniquement d’une chute du nombre d’espèces, avec trois espèces en moins de 2015 à 2017, dont un petit carnivore (Annexe 7). III.2.4.3.Comparaison avec d’autres études Comme pour les ouvrages suivis en 2016, nous proposons de comparer nos données à celles figurant dans le rapport du réseau VINCI Autoroutes sur le retour d’expérience des aménagements réalisés dans le cadre de la restauration des continuités écologiques sur autoroutes et des suivis faunistiques réalisés à l’aide de pièges photographiques (Fagart et al., 2016). La comparaison avec nos données doit rester prudente, puisque sur le réseau Vinci, il s’agit de réhabilitations sur le réseau autoroutier existant (étude d’un décloisonnement) et d’un suivi par pièges photographiques, alors que dans notre étude, il s’agit d’un tracé neuf (cloisonnement avec création de passages) et d’un suivi par capteurs d’empreintes. Dans l’étude de Vinci, deux catégories d’ouvrages ont été distinguées : les buses et dalots spécifiques d’une part, et les ouvrages hydrauliques aménagés d’autre part. Ainsi, nos résultats obtenus pour les buses et dalots semblent globalement inférieurs à ceux de Vinci toutes espèces confondues, même si certaines espèces sont plus détectées (Tableau IX). Toutefois dans le cadre de l’étude de Vinci, les buses et dalots correspondent au seul cheminement disponible pour les espèces, alors que dans notre suivi, ces buses ou dalots viennent compléter un ouvrage principal lui-même rétabli et qui constitue généralement le voie la plus empruntée par la Faune (Voir paragraphe III.2.5 ci-dessous), expliquant donc ces différences de résultats. En revanche, pour les ouvrages hydrauliques aménagés, nos données d’occurrence et de nombre de passages sont globalement supérieures à celles de Vinci, confirmant la bonne fonctionnalité des ouvrages de la LGV. Les différences pour certaines espèces, telles Belette/Hermine et les grands micromammifères, sont probablement liées à un défaut de détection de ces espèces par la technique des pièges photographiques (Tableau X). Ainsi, bien que le niveau de transparence attribué aux ouvrages suivis le long de la LGV soit inférieur à une transparence « maximale », nos données restent similaires voire supérieures à d’autres contextes, trois ans après les travaux. Ces résultats confirment que notre méthodologie d’évaluation est basée sur un niveau maximal enregistré certainement dans une configuration exceptionnelle, et que la comparaison apporte un jugement trop sévère. Au terme des cinq premières années de suivi, il conviendra de refaire un bilan comparatif avec toutes les études de suivi d’ouvrages menées par le GREGE avec les mêmes approches, pour redéfinir les différentes classes de la méthodologie de calcul. Tableau IX : Comparaison des fréquentations par espèce ou groupe dans les ouvrages spécifiques de type buse ou dalot, avec les données recueillies lors du suivi faunistique sur le réseau VINCI Autoroutes. Espèce ou groupe d’espèces Occurrence Nombre moyen de passages par an et par ouvrage Suivi LISEA 2017 (n=10) Suivi VINCI (n=35) Suivi LISEA 2017 Suivi VINCI Renard 0,50 0,94 8,1 50,5 Genre Martes 0,50 0,91 11,5 36,6 Ragondin 0,50 0,46 14,2 58,5
  29. 29. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 29 Espèce ou groupe d’espèces Occurrence Nombre moyen de passages par an et par ouvrage Suivi LISEA 2017 (n=10) Suivi VINCI (n=35) Suivi LISEA 2017 Suivi VINCI Blaireau 0,30 0,83 26,0 189,0 Lagomorphe * 0,30 0,43 à 0,85 7,4 62,5 Grands micromammifères * 0,20 0,26 à 0,43 1,9 5,4 Genette 0,20 0,26 3,1 36,8 Belette/Hermine * 0,20 0,11 à 0,17 1,5 2,7 Putois 0,10 0,06 5,4 5,6 Hérisson - 0,29 - 10,8 Loutre - 0,14 - 2,0 Ecureuil - 0,06 - - *Pour le suivi VINCI, l’occurrence et le nombre de passages moyen ont été recalculés pour ces groupes à partir des données à l’espèce du rapport de référence, afin de permettre la comparaison avec nos données. Tableau X : Comparaison des fréquentations par espèce ou groupes dans les ouvrages hydrauliques aménagés, avec les données recueillies lors du suivi faunistique sur le réseau VINCI Autoroutes. Espèce ou groupe d’espèces Occurrence Nombre moyen de passages par an et par ouvrage Suivi LISEA 2017 (n=17) Suivi VINCI (n=14) Suivi LISEA 2017 Suivi VINCI Genre Martes 0,88 0,86 41,0 107,3 Grands micromammifères * 0,88 0,21 à 0,35 90,7 10,7 Ragondin 0,76 0,64 64,4 21,1 Renard 0,76 0,64 48,0 50,2 Blaireau 0,59 0,43 22,9 8,0 Belette/Hermine * 0,59 0,14 à 0,21 12,5 4,6 Hérisson 0,53 0,14 14,5 2,2 Loutre 0,47 0,07 6,2 0,9 Ecureuil 0,35 0,21 11,9 2,9 Putois 0,35 0,07 10,8 35,7 Genette 0,18 0,21 1,8 19,8 Lagomorphe 0,06 - 5,3 - *Pour le suivi VINCI, l’occurrence et le nombre de passages moyen ont été recalculés pour ces groupes à partir des données à l’espèce du rapport de référence, afin de permettre la comparaison avec nos données. III.2.5. Cas particulier des ouvrages associés Les ouvrages « associés » sont des ouvrages situés sur un même cours d’eau avec des fonctions différentes : un ouvrage hydraulique avec ou non des aménagements, et un ouvrage spécifique Faune. Ainsi, les espèces sont susceptibles d’emprunter l’un au l’autre, et la fonctionnalité du corridor doit donc être évaluée à partir des passages décomptés dans les deux ouvrages. En 2017, deux ouvrages associés ont ainsi été suivis en parallèle pour trois cours d’eau :
  30. 30. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 30 1. Sur le Martron, le PRA 2525, ouvrage annuel, et la buse spécifique PPF2525 situées à 25 m ont été suivis en même temps (le suivi de la buse spécifique devenant annuel à partir de 2017). Les résultats ont montré que le cheminement des espèces se fait principalement dans l’ouvrage principal, le long du cours d’eau, correspondant au cheminement naturel des espèces (Annexe 7). 2. De même sur la Chaume, la buse spécifique PPF2683, située en haut de berge à quelques mètres de buse hydraulique OHD2683+6, a été moins fréquentée probablement parce que ne se situant pas dans le prolongement du cheminement naturel des espèces comme la buse hydraulique (Annexe 7). 3. Sur les Sables, la buse hydraulique OHD2756+1 et la buse spécifique PPF2756 situées à une dizaine de mètres l’une de l’autre ont révélé toutes deux une fréquentation très faible, mais avec toutefois une ségrégation des cortèges : la majorité des passages d’Amphibien, le Ragondin et les petits micromammifères ont été détectés dans la buse hydraulique, alors que les autres mammifères ont été détectés dans la buse spécifique. Toutefois, en couplant les données des deux ouvrages pour chacun des trois cours d’eau concernés et en appliquant à nouveau notre méthodologie pour l’estimation du niveau de transparence du corridor, ce dernier correspond finalement à celui de l’ouvrage du binôme le plus fréquenté et n’est pas augmenté par les données de l’ouvrage le moins fréquenté. Pour les Sables, le niveau reste très faible, malgré une classe de fréquentation par les mammifères plus élevée et un nombre d’espèces détectées plus important. III.2.6. Bilan synthétique En 2017, le suivi complet ou partiel de 37 ouvrages et 96 cheminements, a permis de décompter et analyser 3666 passages sur 93 cheminements, dont 6,3 % d’amphibiens, 16,9 % de carnivores domestiques, 12,8 % de petits carnivores sauvages, 31,1 % de micromammifères et 30,0 % d’autres mammifères sauvages. Sur les 18 espèces ou groupes d’espèces de mammifères attendus (grande faune exclue) pouvant cheminer dans les ouvrages, 15 ont été détectés dans les ouvrages suivis, soit le même nombre qu’en 2015 et 2016. Toutefois, aucun Gliridé n’a été détecté cette année, contrairement aux inventaires précédents (le Loir en 2015 et le Lérot en 2016). En revanche, un passage de Vison sp. a été détecté au PRA2424 La Fontaine de Barret. Cette donnée est particulièrement notable compte tenu de l’absence de données récentes autour de cet ouvrage. L’ouvrage concerné est sur un affluent de la Viveronne, elle-même affluent de la Tude, située dans le département de la Charente, considéré avec le département de la Charente-Maritime, comme l’un des derniers bastions de Vison d’Europe en France. Ces deux départements sont par ailleurs considérés comme exempt de populations établies de Vison d’Amérique. Les données confirmées les plus proches et de moins de 5 ans sont situées à plus de 50 kilomètres pour les deux espèces. Un passage de Vison sp. avait déjà été détecté sur la Viveronne (PRA 2409) lors du suivi expérimental de 2014 (GREGE, 2015a). Cette récurrence pose désormais la question de l’identification exacte de l’espèce tant l’enjeu est important, soit pour confirmer la détection d’un noyau relictuel de Vison d’Europe, soit pour mettre en évidence du Vison d’Amérique imposant par la suite d’engager des mesures de suivi et d’éradication. Des investigations complémentaires spécifiques à l’échelle du bassin de la Viveronne apparaissent donc particulièrement indispensables pour tenter de lever ces incertitudes, avec trois stratégies complémentaires à développer : 1. Confirmation ou non de l’absence du Vison d’Amérique sur le bassin versant avec la pose de radeaux à empreintes, méthode spécifique de détection de cette espèce. Ces installations viendront d’ailleurs s’adosser aux radeaux déjà suivis par le GREGE dans le cadre du LIFE VISON sur le Né, bassin versant adjacent.
  31. 31. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 31 2. Mise en œuvre d’opérations spécifiques de détection du Vison d’Europe alliant à la fois des campagnes standardisées de piégeage et de détection indirecte selon les protocoles en cours d’élaboration dans le cadre du LIFE VISON. 3. Mise en place d’un suivi « quasi continu » des ouvrages PRA 2409 et PRA 2424. Le GREGE fera une proposition technique à LISEA en ce sens. Au-delà de cette donnée exceptionnelle de Vison, l’ensemble des résultats a révélé une assez grande disparité selon les ouvrages, sans que le secteur ou les dimensions des ouvrages ne puissent expliquer ces différences. En moyenne, sur 30 jours, 28 passages d’espèces sauvages ont été décomptés par ouvrage, dont 4 passages de petits carnivores, 4 de grands micromammifères, 7 de petits micromammifères, 11 d’autres mammifères sauvages et 2 d’Amphibiens. Cette année, les sept espèces de petits carnivores attendues dans les ouvrages ont été observées, grâce à la détection certaine du Vison sp. Un autre fait exceptionnel à noter est l’importante fréquentation par le Putois, espèce dont le statut de conservation est devenu « Quasi menacé » en novembre 2017 sur la liste rouge française. Avec 62 passages répartis dans huit des 37 ouvrages suivis, contre onze passages dans cinq ouvrages en 2015 et 26 dans neuf ouvrages en 2016, c’est l’une des espèces les plus fréquentes avec le genre Martes et le groupe Belette/Hermine. Comme chaque année, un choix de zone de cheminement préférentielle a été mis en évidence en fonction des cortèges ou des espèces, et du nombre de niveaux de banquettes. Si pour la Fouine, la Martre et la Genette, la préférence est invariablement chaque année pour le niveau le plus haut disponible, ces préférences ont varié selon les années pour les autres cortèges de mammifères, montrant bien l’adaptation des espèces aux contraintes locales des ouvrages et/ou aux variations hydrauliques, et tout l’intérêt de disposer de plusieurs niveaux de cheminement. De même si les Urodèles ont préféré chaque année les banquettes, les Anoures n’ont préféré le lit qu’en 2015 et 2017. L’ensemble de ces données confirme que les ouvrages et l’ensemble des cheminements sont fonctionnels et qu’aucun cloisonnement n’est engendré. Dans les ouvrages suivis annuellement, de fortes variations annuelles ont été observées sur certains d’entre eux, mais pour cinq d’entre eux, le niveau de transparence n’a pas évolué entre 2015 et 2017, alors qu’il a augmenté pour trois, mais diminué pour deux. Pour les nouveaux ouvrages suivis en 2017 comme pour les ouvrages réitérés, le niveau de transparence global reste majoritairement inférieur par rapport à une transparence « maximale », mais nos données restent similaires voire supérieures à d’autres contextes, trois ans après les travaux. Au terme des cinq premières années de suivi, il conviendra de refaire un bilan comparatif avec toutes les études de suivi d’ouvrages menées par le GREGE avec les mêmes approches, pour redéfinir les différentes classes de la méthodologie de calcul du niveau de transparence.
  32. 32. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 32 Carte 1 : Evaluation de la transparence écologique de la LGV SEA pour les mammifères semi-aquatiques : nombre de passages par espèces de carnivores ( + Hérisson) dans les ouvrages suivis en 2017 par capteurs d’empreintes de la zone Nord.
  33. 33. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 33 Carte 2 : Evaluation de la transparence écologique de la LGV SEA pour les mammifères semi-aquatiques : nombre de passages par espèces de carnivores ( + Hérisson) dans les ouvrages suivis en 2017 par capteurs d’empreintes de la zone Sud
  34. 34. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 34 IV. LES PIEGES PHOTOGRAPHIQUES IV.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE Le « piège photographique » est une méthode d’inventaire complémentaire non exhaustive qui vient illustrer et renforcer les autres techniques, en apportant notamment un certain nombre d’informations supplémentaires sur le comportement, le nombre d’individus, la confirmation d’espèce, … Dans le cadre du suivi 2017, sept modèles d’appareils ont été utilisés, avec 17 poses de pièges photographiques dans 15 ouvrages, pour des sessions de deux à six semaines avec un à deux contrôles par appareil (Planche-Photo 3 et Tableau XI). Dans quelques cas, l’appareil a été réglé en mode vidéo, pour une aide supplémentaire à l’identification des espèces. Tableau XI : Détails du suivi réalisé par pièges photographiques en 2017. Intervant Ouvrage Cours d’eau Période Durée (nuits) Modèle Cheminements ciblés SEPANT PRA0170 Ruisseau de Montison Du 30 mars au 10 avril 11 Bushnell TC 119437 Banquette et lit en rive droite Du 24 novembre au 4 décembre 10 Bushnell TC 119437 Banquette et lit en rive droite OHD0183 La Billonnière Du 29 juin au 20 juillet 21 Bushnell TC 119437 Banquette en rive droite et lit PRA0438+2 La Veude de Ponçay Du 3 novembre au 24 novembre 21 Bushnell TC 119437 Banquette supérieure en rive gauche Vienne Nature OHD0592 Moulin de Main Du 13 octobre au 16 novembre 34 Moultrie 990I Banquette et lit OHD1141 Le Vieux Puits 1 Du 28 mars au 27 avril 30 Moultrie 990I Banquette et lit PRA1145 Le Vieux Puits 2 Du 20 juin au 20 juillet 30 Moultrie 990I Berge reconstituée en rive gauche GREGE PRA2228 Fontaine Ladre Du 28 mars au 26 avril 29 Bushnell Agressor 119776 Banquettes et lit en rive droite Du 10 novembre au 12 décembre 32 Scout Guard SG2060-X Banquettes et lit en rive droite PRA2304 La Faye Du 10 novembre au 12 décembre 32 Bushnell NatureView 119740 Banquette supérieure en rive droite OHD2316 Chez Papillaud Du 10 novembre au 12 décembre 32 Reconyx HC 500 Banquette supérieure en rive gauche OHD2475 Chez Périou 1 Du 16 octobre au 17 novembre 32 Scout Guard SG2060-X Lit OHD2482 La Fontenelle 1 Du 19 octobre au 17 novembre 29 Scout Guard SG2060-X Banquette inférieure en rive gauche PPF2525 Le Martron Du 1er au 29 août 28 Reconyx HC 500 Buse OHD2536+0 Les Enclos / La Randée Du 19 octobre au 17 novembre 29 Stealth Cam G42NG Buse PRA2606 La Nauve Du 1er au 29 août 28 Stealth Cam G42NG Banquette en rive droite
  35. 35. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 35 Intervant Ouvrage Cours d’eau Période Durée (nuits) Modèle Cheminements ciblés OHD2683+6 La Chaume Du 1er au 29 août 28 Bushnell NatureView 119740 Buse Seuls les clichés concernant les Mammifères sont saisis dans la géodatabase dédiée, avec chaque série de clichés d’un même animal (ou groupe) à un même horaire considéré comme étant une seule « observation » (= un seul passage). Planche-photos 3 : Illustrations de pièges photographiques installés en complément de capteurs d’empreintes PRA0170 Ruisseau de Montison : piège photographique détectant les passages ayant lieu sur la banquette et une partie du lit. (L. Palussière – SEPANT) Piège photographique installé dans la buse hydraulique OHD2683+6 La Chaume (E. Laoué – GREGE). IV.2. RESULTATS Sur les 456 nuits de suivi par piège photographique, 4113 photos et 56 vidéos ont été recueillies et visionnées, pour 38,8 % de mammifères sauvages ou domestiques. Une couleuvre (6 clichés pour un aller et un retour, espacés de six minutes) a été détectée dans la buse OHD2683+6 La Chaume (Planche-photos 4), le reste étant soit des oiseaux, soit des passages humains, soit des déclenchements intempestifs ou trop lents. Au total, ce sont 402 individus qui ont été observés pour 16 poses effectuées (Annexe 8). Pour le PRA0438+2 La Veude de Ponçay, aucun cliché n’a été pris, ce qui corrobore l’absence d’empreintes sur le capteur concerné et le fait qu’aucun animal n’a circulé sur la banquette supérieure rive gauche durant cette période. Parmi les individus observés, 330 mammifères sauvages et 56 mammifères domestiques (essentiellement du Chat) ont été décomptés. Les autres animaux n’ont pas pu être identifiés à l’espèce.
  36. 36. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 36 Planche-photos 4 : Illustrations pour quelques espèces détectées par les pièges photographiques dans les ouvrages suivis en 2017 Loutre d’Europe et son loutron (PRA2228 Fontaine Ladre) - GREGE Putois d’Europe (OHD2683+6 La Chaume) - GREGE Belette d’Europe cheminant dans le lit à sec de l’ouvrage (OHD2475 Chez Périou 1) - GREGE Martre des pins (OHD2482 La Fontenelle 1) - GREGE Blaireau européen (PPF2525 Le Martron) - GREGE Renard roux (OHD2316 Chez Papillaud) - GREGE
  37. 37. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 37 Planche-photos 4 : Illustrations pour quelques espèces détectées par les pièges photographiques dans les ouvrages suivis en 2017 Lapin de garenne (OHD2536+0 Les Enclos / La Randée) - GREGE Lièvre d’Europe (OHD1141 Le Vieux Puits 1) – Vienne Nature Ragondin (PRA2228 Fontaine Ladre) - GREGE Rat surmulot (OHD2683+6 La Chaume) - GREGE Mulot (PRA2606 La Nauve) - GREGE Couleuvre empruntant la buse hydraulique OHD2683+6 La Chaume, alors à sec - GREGE En dehors de la validation des identifications faites à partir des capteurs d’empreintes, l’observation du comportement de la petite faune (horaires de passages, vitesse de déplacement, comportement particulier face au capteur), et éventuellement le suivi des fluctuations des niveaux d’eau, les pièges photographiques ont également permis :
  38. 38. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 38 - De détecter la Genette au PRA0170 Ruisseau de Montison, dont la présence n’a pas été constatée via les capteurs d’empreintes. Toutefois ne voyant pas l’animal monter sur les capteurs, il est impossible de confirmer que celle-ci est bien passée dessus et donc de conclure à un défaut de marquage du capteur. - De détecter le Putois au PRA2304 La Faye et à l’OHD2683+6 La Chaume en affinant l’identification incertaine faite sur le capteur d’empreintes (respectivement « Putois/Vison » et « mustélidé indéterminé »). - De détecter le Lapin de garenne à l’OHD2536+0 Les Enclos/La Randée : on peut voir sur les clichés que l’animal, observé à trois reprises, fait demi-tour avant de passer sur le capteur d’empreintes, expliquant ainsi la non détection par celui-ci. - D’affiner l’identification des passages de Lagomorphe à l’OHD1141 Le Vieux Puits 1 et PRA1145 Le Vieux Puits 2 en les attribuant au Lièvre d’Europe. - De mettre en évidence que certains des passages de grands micromammifères décomptés correspondent à du Rat surmulot, et que le mulot fait partie des petits micromammifères détectés. En conclusion, les pièges photographiques, bien que non exhaustifs en tant qu’outil d’inventaire seul (retour selon notre propre expérience), se révèlent utiles en complément des autres techniques d’inventaires, en couvrant d’autres périodes par rapport aux inventaires spécifiques ou en apportant des informations complémentaires. Cette année, aucun passage de grande faune n’a été mis en évidence par cette technique, et très peu par celle des capteurs d’empreintes (un sanglier et un chevreuil). Cette absence de contact ne signifie pas une absence de fréquentation des ouvrages par ces espèces, mais elle résulte des dimensions de capteurs inadaptées à ces espèces et, dans bon nombre de cas, des modalités de pose des pièges photographiques, qui ne ciblent pas ce cortège. V.RECHERCHE D’INDICES DE PRESENCE DE LA LOUTRE V.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE L’inventaire de la Loutre est basé sur la recherche d’indices indirects, plus particulièrement d’épreintes, et le suivi deux fois par an des ouvrages et de places de marquage présélectionnées. Depuis 2016, le protocole de suivi a été adapté aux résultats des premiers suivis : • Au nord du tracé, sur les bassins versants de l’Indre et de la Vienne, où la Loutre est en phase de recolonisation, les efforts de prospection se sont basés sur une approche globale à l’échelle des deux bassins, pour d’abord caractériser le degré de recolonisation de l’espèce. Les points de prospection ont été réitérés 1 fois dans l’année afin de repérer l’avancée de la Loutre. Toutefois, pour le bassin du Clain, les résultats positifs obtenus en 2016 sur le Clain lui-même nous ont conduits à adapter la position des points sur ses affluents et les efforts se sont concentrés sur les parties aval et amont des cours d’eau interceptés par l’infrastructure (Palais, Vonne, Dive). • Au sud du tracé, sur les bassins versants de la Charente et de la Dordogne, où la Loutre est bien implantée, le protocole initial a été appliqué avec un suivi de la fréquentation des ouvrages et des milieux situés en amont (six places de marquage quand le linéaire est supérieur à 1,5 km, sinon un transect de 200-300 m de l’ouvrage vers l’amont), complétés par 3 places de marquage en aval de l’ouvrage si ce dernier et l’amont sont négatifs.
  39. 39. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 39 En 2017, les sessions de prospections se sont réparties comme suit : Session 1 : • De mai à août 2017 pour le GREGE. • En juin 2017 pour Vienne Nature. • En mars 2017 pour la SEPANT. Session 2 : • D’octobre à décembre 2017 pour le GREGE. • En octobre 2017 pour Vienne Nature. • En octobre 2017 pour la SEPANT. A l’occasion de toutes les autres visites de terrain, tout indice de circulation de la Loutre aux abords de l’ouvrage a été noté, pouvant ainsi venir renforcer le jeu de données recueilli à l’aide des prospections standardisées. Enfin, les détections par piège-photographique et par capteur d’empreintes ont été prises en compte dans l’évaluation finale de la fréquentation des ouvrages. V.2. RESULTATS V.2.1. Résultats des prospections Au nord du tracé (Indre-et-Loire, Vienne et Deux-Sèvres), secteur où l’espèce est en phase de recolonisation, pour 13 ouvrages suivis, ce sont 93 places de marquage qui ont été contrôlées, comptabilisant 186 points-contrôles. En 2017, des indices de Loutre ont été trouvés sur tous les réseaux hydrographiques (Annexe 9 - Tableau XXX, Tableau XXXI, Carte 3 et Planche-photos 5) : - Sur l’Indre et son affluent le Montison, sur 14 points suivis, un point a été positif une fois sur l’Indre à une quinzaine de km en aval de la ligne. - Sur la Manse, affluent de la Vienne, et ses affluents, sur 12 points suivis, deux points ont été positifs une fois à une quinzaine de km en aval de la ligne. - Sur la Vienne et ses petits affluents aux abords immédiats de la ligne, sur 25 points suivis, trois points ont été positifs : un point sur le Réveillon, à moins de 2 km en aval de la ligne, un point dans l’ouvrage PRA0438+2 La Veude de Ponçay, suivi annuellement, positif pour la première fois et à deux reprises, et un point en amont cet ouvrage. - Sur la Veude, comme chaque année, l’ouvrage du Moulin de Main (OHD0592) a été positif à deux reprises, ainsi qu’une place de marquage en aval sur la Veude, en revanche aucun indice n’a été trouvé en amont de l’ouvrage. - Enfin, sur le Clain et l’Envigne juste en aval de la confluence du Clain, sur 36 points suivis, quatre points ont été positifs sur les parties amont du réseau, sur la Vonne en amont et en aval de la ligne, et sur la Dive en aval de la ligne. Au sud du tracé, bassins versants de la Charente et de la Dordogne (écoulements situés au sud à partir du ruisseau de Puymarteau), 132 places de marquage ont été suivies, dont 29 points-ouvrages pour 23 corridors hydrauliques, 63 points amont dont 8 transects, et 40 points aval. Parmi les 264 points-contrôles réalisés, 51 se sont révélés positifs (soit 19 %), correspondant à 34 places différentes (soit 26 %) (Annexe 9 - Tableau XXX, Tableau XXXI,, Carte 4 et Planche-photos 6).
  40. 40. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 40 Planche-photos 5 : Exemples d’indices de Loutre caractéristiques trouvés au Nord de la ligne en Indre et Loire Epreinte de Loutre dans l’ouvrage PRA0438+2 LA Veude de Ponçay (L.Palussière - SEPANT) Epreinte de Loutre dans une coulée (L.Palussière - SEPANT) Sur les 29 ouvrages suivis, 11 d’entre eux (soit environ 2/5) ont été positifs à l’ouvrage et/ou à l’amont, et sur les 23 corridors, 11 ont été positifs à partir de l’ouvrage, soit la moitié. Sur ces 11 corridors positifs, 5 ont été confirmés à la fois en amont et à l’ouvrage, 3 uniquement au niveau de l’ouvrage et jamais en amont (PRA1703 Puymarteau, PRA2525 Le Martron et PRA2606 La Nauve), et 3 uniquement en amont dont deux viaducs (VIA2077 La Boëme et VIA2449 Les Lorettes), et un petit cadre avec banquette (OHD2475 Chez Périou). Ces résultats confirment donc la nécessité de maintenir les prospections amont, malgré une plus forte probabilité de détection dans l’ouvrage, qui constitue une place de marquage préférentielle. Planche-photos 6: Exemples d’indices de Loutre et milieux favorables Lagune proche du Viaduc des Lorettes (VIA2449) (E.Laoué - GREGE) Epreinte trouvée à la lagune (E.Laoué - GREGE)
  41. 41. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 41 V.2.2. Données issues des pièges photographiques Sur l’ensemble du tracé, 15 ouvrages ont été équipés de pièges photographiques représentant 17 poses pour des sessions de deux à six semaines avec un à deux contrôles par appareil. Un piège photo a permis de capter des déplacements de Loutre (Tableau XII). • Font Ladre (PRA2228) comptabilisant deux contacts donc un avec deux individus (Une Loutre et son loutron). Six ouvrages équipés de pièges photographiques où les prospections spécifiques étaient positives, n’ont pas pris de clichés de Loutre comme pour les ouvrages de la Veude de Ponçay, du Moulin de Main, de la Faye, de Fontaine Ladre, de Périou1 et le Martron. Plusieurs facteurs expliquent ces résultats : 1. Soit la loutre n’a pas fréquenté l’ouvrage durant la période de pose du piège photographique, ce qui montre l’intérêt des prospections spécifiques qui visent à trouver des indices persistant plusieurs semaines. 2. Selon la taille de l’ouvrage suivi, l’animal peut cheminer en dehors du champ de détection du piège-photographique et n’est donc pas détecté. 3. L’inventaire par piège-photographiques n’est dans tous les cas pas exhaustif, quels que soient les modèles utilisés. Des études comparatives menées en interne par le GREGE révèlent un taux d’échec de détection entre 25 et 50% selon les études. Ces résultats confirment que la méthode de prédilection pour le suivi de la Loutre reste les prospections spécifiques pour la recherche d’indices. Tableau XII : Synthèse des détections de Loutre par pièges photographiques en 2017 (© GREGE). Ouvrage, nom du cours d’eau, date de pose de l’appareil Placement de l’appareil et direction de l’animal Cliché PRA2228 Font Ladre 10/11/2017 Dans l’ouvrage à l’aval, rive droite, objectif dirigé vers l’intérieur, visant les banquettes et le lit rive droite La Loutre captée le 10/11/2017 arrive de l’amont et se dirige vers l’aval en empruntant le lit
  42. 42. GREGE et al., 2018– LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2017. 42 Ouvrage, nom du cours d’eau, date de pose de l’appareil Placement de l’appareil et direction de l’animal Cliché PRA2228 Font Ladre 24/11/2017 La Loutre et son loutron captée le 24/11/2017 arrivent de l’aval et se dirige vers l’amont en empruntant le lit puis ils chemineront sur la banquette inférieure V.2.3. Données issues des capteurs d’empreintes Les capteurs à empreintes positionnés sur les banquettes ou dans les lits cheminables ont détecté des passages de Loutre sur 8 ouvrages, totalisant 27 passages (Annexe 9 - Tableau XXXII). Cette méthode a permis de détecter l’espèce sur un ouvrage supplémentaire où aucun indice de présence n’avait été trouvé lors des prospections spécifiques : l’ouvrage de Fontenelle (OHD2482). Par ailleurs, pour l’ouvrage de Chez Périou (OHD2475), où les indices ont toujours été trouvés en amont de l’ouvrage mais jamais à l’intérieur, des empreintes ont bien été détectées dans le lit de l’ouvrage. V.2.4. Bilan des données de Loutre V.2.4.1. Ouvrages suivis en 2017 Au nord du tracé, les prospections de cette année ont apporté de nouveaux résultats avec la découverte d’indices de l’espèce sur l’Indre en aval de la ligne ainsi que sur des affluents de la Vienne notamment sur la Manse, le Réveillon et dans l’ouvrage PRA0438+2 de la Veude de Ponçay, avec une place de marquage positive en amont (Tableau XIII). Dans le département d’Indre-et-Loire, la Loutre commence seulement sa recolonisation et depuis 2010 sa présence n’a été signalée qu’à quelques reprises avec divers indices uniquement sur le cours aval de l’Indre (Ouvrage collectif et Hurel (coord), 2015). Cependant lors de prospections spécifiques par les équipes du GREGE pour une autre étude sur des espaces naturels sensibles, des indices de Loutre ont pu être trouvés sur la Loire et surtout plusieurs points sur l’Indre jusqu’à moins de 5 kilomètres en aval de la ligne. L’ensemble de ces données confirment que l’espèce poursuit son avancée sur l’Indre, la Vienne et leurs affluents jusqu’à proximité immédiate de la ligne. Sur le bassin de la Veude, affluent de la Vienne, son passage dans l’ouvrage OHD0592 (Moulin de Main) a été de nouveau confirmé en 2017, même si aucun indice n’a été trouvé à l’amont. Sur le bassin du Clain, positif en 2016 à l’échelle du réseau hydrographique, le protocole initial avait été réadapté en 2017 avec principalement des recherches en amont et en aval sur les cours d’eau interceptés. Malgré la présence confirmée de la Loutre sur le cours d’eau principal, seule la Vonne a révélé des indices en aval et en amont de la ligne, témoignant du franchissement de celle-ci, ainsi que la Dive avec un point positif en aval de la ligne. Dans la partie sud, les résultats du suivi couplés aux données issues des pièges-photographiques et de capteurs d’empreintes confirment une assez bonne utilisation des parties amont, avec 12 corridors

×