Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi Transparence mammifères semi-aquatiques - 2016 – GREGE

143 views

Published on

Le GREGE, Vienne Nature et la SEPANT sont en charge de l’évaluation de la fréquentation des ouvrages hydrauliques, témoin de l’efficacité des aménagements mis en place. Un premier suivi expérimental a été mené en 2014 sur 10 ouvrages afin de tester et ajuster les protocoles de suivi (GREGE, 2015a). Puis la première année de suivi en 2015 s’est déroulée conformément à la proposition technique soumise à LISEA en janvier 2015 (GREGE et al., 2016). A noter que cette première année de suivi complet a été effectuée en fin de phase chantier : finitions génie civil en cours, certaines clôtures non encore posées, plantations en cours. Le déroulement de l’étude en 2016 et sa réalisation ont pu être ajustés au mieux, compte tenu des retours d’expérience de l’année 2015.
L’objectif est de suivre la fréquentation des ouvrages par les petits mammifères semi-aquatiques à l’échelle des six départements traversés par la LGV et sur différentes typologies représentatives des cours d'eau et des aménagements. Pour cela, différentes techniques et espèces indicatrices sont utilisées pour évaluer et comparer, en fonction des paramètres environnementaux locaux, la circulation des espèces à travers l’infrastructure :
 Suivi de la fréquentation par la Loutre des ouvrages et des milieux situés en amont de la LGV pour évaluer la fréquentation des milieux situés en amont de l’infrastructure. L’indicateur sera le taux d’ouvrages fréquentés à l’amont depuis l’ouvrage.
 Suivi de la fréquentation des ouvrages par les petits carnivores pour évaluer la circulation dans les deux sens et aux deux extrémités. Les indicateurs seront la richesse spécifique par ouvrage et le nombre de passages par espèce.
 Suivi de la fréquentation des ouvrages par les micromammifères pour évaluer leur circulation à l’intérieur des aménagements. Les indicateurs seront la richesse spécifique par ouvrage, aux abords et à l’intérieur.
Les résultats obtenus permettront de mesurer l’efficacité des mesures environnementales mises en oeuvre. Ils permettront en outre de statuer sur l’éventuel cloisonnement résiduel généré par l’infrastructure.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Suivi Transparence mammifères semi-aquatiques - 2016 – GREGE

  1. 1. EVALUATION DE LA FONCTIONNALITE DES OUVRAGES DE TRANSPARENCE ECOLOGIQUE POUR LES MAMMIFERES SEMI-AQUATIQUES LE LONG DE LA LGV SEA TOURS-BORDEAUX OUVRAGES SUIVIS EN 2016 Rapport réalisé pour le compte de VERSION DEFINITIVE - AVRIL 2017
  2. 2. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 2
  3. 3. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 3 SOMMAIRE I. CONTEXTE ET OBJET DU DOCUMENT (RAPPEL)........................................................................................5 II. PLAN D’ECHANTILLONNAGE ET ORGANISATION ......................................................................................6 II.1. PROGRAMME PLURIANNUEL ..........................................................................................................................6 II.1.1. Plan d’échantillonnage ..................................................................................................................6 II.1.2. Dimensions des ouvrages...............................................................................................................7 II.2. OUVRAGES SUIVIS EN 2016...........................................................................................................................9 III. LES CAPTEURS D’EMPREINTES ............................................................................................................... 10 III.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE .........................................................................................................................10 III.2. RESULTATS...............................................................................................................................................13 III.2.1. Ouvrages dont le suivi a été perturbé..........................................................................................13 III.2.1.1. PRA0623 La Veude (bras ouest) ............................................................................................................. 13 III.2.1.1. OHDCE20029 et OHDCE10032 La Font Bertin ........................................................................................ 14 III.2.2. Ouvrages suivis en 2016...............................................................................................................14 III.2.2.1. Données générales ................................................................................................................................. 14 III.2.2.2. Les petits carnivores............................................................................................................................... 16 III.2.2.2.1. Approche par ouvrage...................................................................................................................... 16 III.2.2.2.2. Approche au cheminement.............................................................................................................. 18 III.2.2.3. Les petits micromammifères (petits muridés, petits campagnols et musaraignes) ............................... 19 III.2.2.3.1. Approche par ouvrage...................................................................................................................... 19 III.2.2.3.2. Approche au cheminement.............................................................................................................. 20 III.2.2.4. Les grands micromammifères (grands muridés Rattus sp. et grands campagnols Arvicola sp.) ............ 20 III.2.2.4.1. Approche par ouvrage...................................................................................................................... 20 III.2.2.4.2. Approche au cheminement.............................................................................................................. 21 III.2.2.5. Fréquentation des encoches à Musaraignes .......................................................................................... 21 III.2.2.6. Les Amphibiens....................................................................................................................................... 22 III.2.2.6.1. Approche par ouvrage...................................................................................................................... 22 III.2.2.6.2. Approche au cheminement.............................................................................................................. 23 III.2.3. Ouvrages réitérés en 2015 et 2016..............................................................................................23 III.2.3.1. Données générales ................................................................................................................................. 23 III.2.3.2. Les petits carnivores............................................................................................................................... 24 III.2.3.1. Les petits micromammifères.................................................................................................................. 24 III.2.3.2. Les grands micromammifères ................................................................................................................ 26 III.2.4. Niveau de transparence des ouvrages .........................................................................................26 III.2.4.1. Nouveaux ouvrages suivis en 2016......................................................................................................... 27 III.2.4.2. Ouvrages réitérés chaque année............................................................................................................ 28 III.2.4.3. Comparaison avec d’autres études ........................................................................................................ 28 III.2.5. Bilan synthétique .........................................................................................................................30 IV. LES PIEGES PHOTOGRAPHIQUES ............................................................................................................ 34 IV.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE .........................................................................................................................34 IV.2. RESULTATS...............................................................................................................................................35 V. RECHERCHE D’INDICES DE PRESENCE DE LA LOUTRE.............................................................................. 40 V.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE .........................................................................................................................40 V.2. RESULTATS...............................................................................................................................................41 V.2.1. Résultats des prospections...........................................................................................................41 V.2.2. Données issues des pièges photographiques...............................................................................44 V.2.3. Données issues des capteurs d’empreintes..................................................................................46 V.2.4. Bilan des données de Loutre ........................................................................................................47 V.2.4.1. Ouvrages suivis en 2016 ......................................................................................................................... 47 V.2.4.2. Ouvrages réitérés chaque année............................................................................................................ 47 V.2.4.3. Bilan 2015-2016...................................................................................................................................... 48
  4. 4. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 4 VI. LES TUBES CAPTEURS D’INDICES POUR LES MICROMAMMIFERES ......................................................... 56 VI.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE .........................................................................................................................56 VI.2. RESULTATS...............................................................................................................................................57 VI.2.1. Données générales et taux de captage........................................................................................57 VI.2.1.1. Ouvrages suivis en 2016 ......................................................................................................................... 57 VI.2.1.2. Evolution temporelle.............................................................................................................................. 60 VI.2.2. Espèces détectées ........................................................................................................................61 VI.2.2.1. Ouvrages suivis en 2016 ......................................................................................................................... 61 VI.2.2.2. Ouvrages réitérés en 2015 et 2016 ........................................................................................................ 64 VI.2.1. Bilan synthétique .........................................................................................................................64 VII. BILAN - CONCLUSIONS ........................................................................................................................... 74 VIII. BIBLIOGRAPHIE...................................................................................................................................... 75 IX. ANNEXES ............................................................................................................................................... 81
  5. 5. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 5 I. CONTEXTE ET OBJET DU DOCUMENT (RAPPEL) Les articles 14 des arrêtés du 24 février 2012 et du 21 décembre 2012 prévoient la mise en place de différents types d’ouvrages visant à assurer la transparence écologique de la ligne SEA Tours- Bordeaux. Il s’agit notamment d’ouvrages de franchissement des vallées et d’ouvrages hydrauliques équipés d’aménagements spécifiques visant à assurer au quotidien la circulation, notamment de la petite faune, et plus particulièrement des Mammifères semi-aquatiques. Ces ouvrages ont pour objectifs :  De maintenir une continuité hydraulique et écologique des cours d’eau ou écoulements d’eau.  De permettre aux espèces de circuler pour accéder aux milieux initialement présents dans leurs domaines vitaux de part et d’autre de la ligne.  De maintenir des échanges suffisants entre les noyaux de population afin d’éviter leur isolement et leur fragmentation. Le GREGE, Vienne Nature et la SEPANT sont en charge de l’évaluation de la fréquentation des ouvrages hydrauliques, témoin de l’efficacité des aménagements mis en place. Un premier suivi expérimental a été mené en 2014 sur 10 ouvrages afin de tester et ajuster les protocoles de suivi (GREGE, 2015a). Puis la première année de suivi en 2015 s’est déroulée conformément à la proposition technique soumise à LISEA en janvier 2015 (GREGE et al., 2016). A noter que cette première année de suivi complet a été effectuée en fin de phase chantier : finitions génie civil en cours, certaines clôtures non encore posées, plantations en cours. Le déroulement de l’étude en 2016 et sa réalisation ont pu être ajustés au mieux, compte tenu des retours d’expérience de l’année 2015. L’objectif est de suivre la fréquentation des ouvrages par les petits mammifères semi-aquatiques à l’échelle des six départements traversés par la LGV et sur différentes typologies représentatives des cours d'eau et des aménagements. Pour cela, différentes techniques et espèces indicatrices sont utilisées pour évaluer et comparer, en fonction des paramètres environnementaux locaux, la circulation des espèces à travers l’infrastructure :  Suivi de la fréquentation par la Loutre des ouvrages et des milieux situés en amont de la LGV pour évaluer la fréquentation des milieux situés en amont de l’infrastructure. L’indicateur sera le taux d’ouvrages fréquentés à l’amont depuis l’ouvrage.  Suivi de la fréquentation des ouvrages par les petits carnivores pour évaluer la circulation dans les deux sens et aux deux extrémités. Les indicateurs seront la richesse spécifique par ouvrage et le nombre de passages par espèce.  Suivi de la fréquentation des ouvrages par les micromammifères pour évaluer leur circulation à l’intérieur des aménagements. Les indicateurs seront la richesse spécifique par ouvrage, aux abords et à l’intérieur. Les résultats obtenus permettront de mesurer l’efficacité des mesures environnementales mises en œuvre. Ils permettront en outre de statuer sur l’éventuel cloisonnement résiduel généré par l’infrastructure.
  6. 6. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 6 Ce rapport présente les résultats du suivi réalisé en 2016 sur 40 ouvrages et a été constitué par les personnes suivantes : Christine FOURNIER GREGE Contrôle qualité Validations scientifiques Pascal FOURNIER GREGE Coordination du dossier Développements techniques Christine FOURNIER Delphine QUINTARD Laurent PALUSSIERE Alice CHERON Miguel GAILLEDRAT GREGE LISEA SEPANT VIENNE NATURE VIENNE NATURE Relecture générale Catherine BOUT Estelle LAOUE Vanessa MAURIE Pascal FOURNIER Christine FOURNIER GREGE GREGE GREGE GREGE GREGE Rédaction du dossier Cartographie SIG Catherine BOUT Estelle LAOUE Laurent PALUSSIERE Nicolas TRANCHANT Benoît DANTEN Alice CHERON Miguel GAILLEDRAT GREGE GREGE SEPANT VIENNE NATURE VIENNE NATURE VIENNE NATURE VIENNE NATURE Réalisation des Inventaires Alain BIGOT Estelle LAOUE Vanessa MAURIE Pascal FOURNIER APAVE, mandaté par LISEA GREGE GREGE GREGE Installation des capteurs d’empreintes fixes et flottants II. PLAN D’ECHANTILLONNAGE ET ORGANISATION II.1.PROGRAMME PLURIANNUEL II.1.1. Plan d’échantillonnage Pour évaluer la transparence de l’infrastructure, 159 ouvrages aménagés pour assurer les déplacements des mammifères semi-aquatiques avaient été retenus initialement dans le cadre d’un programme de suivi pluriannuel bâti sur cinq années (2015-2019), avec un échantillonnage annuel d’environ un cinquième des ouvrages de manière à évaluer chaque ouvrage au cours du programme, et un suivi réitéré chaque année sur 10 ouvrages aménagés pour suivre l’évolution de leur fréquentation au cours des années (GREGE et al., 2016). Pour rappel, les 14 ouvrages initialement écartés sont des ouvrages sur lesquels un suivi exhaustif ne pouvait être correctement assuré du fait de leur configuration (présence d’une route, largeur excessive…). Toutefois, ce plan d’échantillonnage a évolué face à deux constats :  Une buse spécifique petite faune, PPF2525 – Le Martron, sera rajoutée aux ouvrages suivis annuellement à partir de 2017, car située à proximité immédiate du PRA2525 lui-même suivi annuellement, permettant ainsi une étude plus exhaustive à ce point de franchissement. Cette buse spécifique a cependant été suivie à l’aide de tubes capteurs de poils et fèces dès 2016.  Six ouvrages, initialement annoncés comme des ouvrages spécifiques pour amphibiens (donc à priori non aménagés pour les Mammifères semi-aquatiques) ont été rajoutés à la liste des
  7. 7. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 7 ouvrages à suivre, car ils sont situés dans les lits majeurs et se sont révélés tout à fait utilisables par la petite faune mammalienne terrestre. Finalement, ce sont 166 ouvrages qui seront suivis au cours du programme pluriannuel (Tableau I). Tableau I : Plan d’échantillonnage rectifié : nombre d’ouvrages suivis en 2015 et 2016, et à suivre de 2017 à 2019 par typologies d’ouvrage Typologies d’ouvrages Avant mise en service Après mise en service Total (OH différents)2015 2016 2017 2018 2019 Ouvrages équipés de banquettes réitérés chaque année pour le suivi de l’évolution de la fréquentation 10 10 Buse Mammifères semi-aquatiques PPF2525 réitérée 3 années 1* 1 1 Ouvrages équipés de banquettes ou berges reconstituées 29 13** 8 6 12*** 65 Buses ou dalots Mammifères semi-aquatiques 0 4 6 5 4 19 Ouvrages complémentaires mixte hydrauliques / faune 1 3 10 11 5 30 Ouvrages avec des berges naturelles 5 10 7 9 10 41 Total annuel 45 40 + 1 42 42 42 166 *Tubes capteurs uniquement, **Dont 1 partiellement suivi en 2015, *** Dont deux partiellement suivis en 2015. Quatre types de suivis ont été associés pour évaluer la fréquentation des ouvrages par la petite faune :  Deux méthodes d’inventaire non spécifiques susceptibles de détecter toutes les espèces : les capteurs d’empreintes et les pièges photographiques.  Deux méthodes d’inventaires plus ciblées : la recherche spécifique d’indices de Loutre et l’utilisation de tubes capteurs d’indices de micromammifères. La distribution des protocoles a été programmée de la façon suivante : 1. Recherche spécifique d’indices de Loutre pour tous les ouvrages suivis. 2. Pose des capteurs d’empreintes dans tous les ouvrages, sauf les viaducs ou portiques, qui ne peuvent pas être techniquement équipés de façon exhaustive sur toute la largeur des passages. 3. Pose de tubes capteurs d’indices sur environ la moitié des ouvrages, mais en incluant cette fois des viaducs, afin de créer un référentiel jugé optimal et le cas échéant pouvoir réaliser une étude comparative de la fréquentation par les micromammifères. 4. Pose de pièges-photographiques (15 poses par an), pour illustrer les fréquentations ou évaluer certains dispositifs. II.1.2. Dimensions des ouvrages Cinq paramètres de dimensionnement caractérisant les ouvrages et pouvant influencer la fréquentation par la faune ont été définis pour les ouvrages suivis, hors viaducs et portiques : la longueur (L), la largeur (l), la hauteur (h), mais également l’ouverture de l’ouvrage, c'est-à-dire sa largeur multipliée par sa hauteur (O = l x h) ou le rayon au carré multiplié par le nombre π pour les buses (πR²), et son degré de confinement, c'est-à-dire la longueur divisée par l’ouverture (C = L / O).
  8. 8. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 8 Par ailleurs, deux secteurs géographiques ont été définis en tenant compte à la fois de caractéristiques paysagères et de la limite des secteurs de construction : 1. Le secteur nord, [PRA0025 à VIA2053], de Tours jusqu’au franchissement du fleuve Charente à hauteur d’Angoulême, où les paysages sont à dominante agricole et plutôt ouverts. 2. Le secteur sud, ]VIA2053 à PRA2955], correspondant au tracé situé au sud d’Angoulême, où les paysages sont plus forestiers. La comparaison des caractéristiques des ouvrages entre les secteurs nord et sud, sur la base des 124 ouvrages suivis hors viaducs et portiques révèle que les ouvrages du secteur sud sont en moyenne significativement plus longs, moins larges, moins hauts, donc avec une plus petite ouverture, et finalement plus confinés que ceux du secteur nord (Test de Wilcoxon-Mann-Whitney ; Scherrer, 1984). Si on ne tient pas compte des buses, particulièrement confinées et trois fois plus nombreuses dans le secteur sud, les cadres, dalots et voûtes du secteur sud restent significativement plus longs et plus confinés que ceux du secteur nord (Tableau II). Tableau II : Dimensions moyennes des ouvrages (hors viaducs) des secteurs nord et sud et différences significatives (en rose, test de Wilcoxon-Mann-Whitney, p  0,05). Paramètres des ouvrages Types Secteur nord Moyenne  écart-type (Nombre d’ouvrages) Secteur sud Moyenne  écart-type (Nombre d’ouvrages) Longueur L (m) Cadres, dalots, voûtes 36,4 22,5 (n = 43) 54,4  23,9 (n = 39) Buses 37,6  18,4 (n = 10) 33,8  11,0 (n = 32) Tous ouvrages 36,6 21,6 (n = 53) 45,1  21,7 (n = 71) Largeur l (m) ou diamètre d Cadres, dalots, voûtes 5,2  4,1 (n = 43) 3,2  1,4 (n = 39) Buses 1,2  0,3 (n = 10) 1,1  0,3 (n = 32) Tous ouvrages 4,4  4,0 (n = 53) 2,3  1,5 (n = 71) Hauteur h (m) ou diamètre d Cadres, dalots, voûtes 3,3  1,8 (n = 43) 2,6  1,2 (n = 39) Buses 1,2  0,3 (n = 10) 1,1  0,3 (n = 32) Tous ouvrages 2,9  1,8 (n = 53) 2,0  1,2 (n = 71) Ouverture O = L x l (m²) ou O = π(d/2)² (m²) Cadres, dalots, voûtes 22,8  28,9 (n = 43) 9,9  9,1 (n = 39) Buses 1,3  0,5 (n = 10) 1,0  0,5 (n = 32) Tous ouvrages 18,7  27,4 (n = 53) 5,9  8,0 (n = 71) Confinement C = L / O Cadres, dalots, voûtes 5,5  7,1 (n = 43) 8,9  5,4 (n = 39) Buses 32,5  13,2 (n = 10) 38,1  13,7 (n = 32) Tous ouvrages 10,5  13,6 (n = 53) 22,0  17,7 (n = 71)
  9. 9. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 9 II.2.OUVRAGES SUIVIS EN 2016 En 2016, ce sont 40 ouvrages qui ont été suivis avec des typologies et des dimensions variées (Tableaux III et IV), répartis sur toute la ligne et entre les structures en charge du suivi. Les caractéristiques des ouvrages suivis sont présentées en Annexe 1. Tableau III : Synthèse des typologies d’ouvrages suivis en 2016, et répartition par structure et département Types d’ouvrages SEPANT VIENNE NATURE GREGE TOTAL Indre-et-Loire Vienne Charente Charente- Maritime Gironde Ouvrages équipés de banquettes ou berges reconstituées 5 5 7 4 2 23 Buses ou dalots Mammifères semi-aquatiques 1 - - 3 - 4 Ouvrages complémentaires mixte hydrauliques / faune - - 2 1 3 Ouvrages avec des berges naturelles 1 1 3 2 3 10 Total 7 6 12 10 5 40 Tableau IV : Synthèse des techniques de suivis et répartition par structure et département en nombre d’ouvrages suivis en 2016. Types d’ouvrages SEPANT VIENNE NATURE GREGE TOTAL Indre-et-Loire Vienne Charente Charente- Maritime Gironde Prospections Loutre 7 6 12 10 5 40 Capteurs d’empreintes 6 5 9 8 2 30 Tubes capteurs de poils et de fèces 3 4 5 5 4 21 Pièges photographiques 1 3 2 5 2 13 Parmi les ouvrages suivis en 2016, les buses, très confinées, n’ont été suivies que dans le secteur sud. Par ailleurs, les cadres, dalots et voûtes suivis en 2016 se sont révélés significativement plus longs dans le secteur sud que dans le secteur nord (Tableau V). Globalement, les ouvrages du secteur sud suivis en 2016 ont donc eu des contraintes dimensionnelles plus élevées pour la faune.
  10. 10. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 10 Tableau V : Dimensions moyennes des ouvrages suivis en 2016 des secteurs nord et sud et différences significatives (en rose, test de Wilcoxon-Mann-Whitney, p  0,05). Paramètres des ouvrages Nord (Moyenne  écart-type) Sud (Moyenne  écart-type) Longueur L (m) Cadres, dalots, voûtes 31,2  17,1 (n=14) 49,8  25,2 (n=10) Buses - 35,2  14,2 (n=6) Largeur l (m) ou diamètre d Cadres, dalots, voûtes 4,4  3,6 (n=14) 3,1  1,5 (n=10) Buses - 1,3  0,4 (n=10) Hauteur h (m) ou diamètre d Cadres, dalots, voûtes 2,7  1,7 (n=14) 2,6  1,2 (n=10) Buses - 1,3  0,4 (n=10) Ouverture O = L x l (m²) ou O = π(d/2)² (m²) Cadres, dalots, voûtes 16,9  28,7 (n=14) 9,6  8,5 (n=10) Buses - 1,5  0,9 (n=10) Confinement C = L / O Cadres, dalots, voûtes 7,3  10,3 (n=14) 8,1  4,7 (n=10) Buses - 29,6  17,6 (n=10) III. LES CAPTEURS D’EMPREINTES III.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE Les capteurs d’empreintes sont une méthode non spécifique d’inventaire basée sur le passage des espèces sur une feutrine imprégnée d’une encre spécifique, puis sur une feuille imbibée d’un révélateur et séchée, sur laquelle les empreintes vont se révéler de façon indélébile. Le suivi de la fréquentation des ouvrages est réalisé par la mise en place de capteurs sur tous les cheminements possibles (cheminement = unité de déplacement des animaux sur un même niveau et une même rive). Ils sont installés de manière à couvrir toute la largeur de chaque banquette, et dans les ouvrages où les lits sont cheminables, des capteurs flottants sont mis en place afin de détecter aussi les espèces empruntant le lit. Dans certaines configurations particulières, des dispositifs spécifiques ou expérimentaux ont été mis en place (Planche-photo 1). En 2016, 30 ouvrages ont été équipés de capteurs d’empreintes : 6 en Indre-et-Loire, 5 en Vienne, 9 en Charente, 8 en Charente-Maritime et 2 en Gironde. Trois sessions de suivi d’un mois (comprenant trois contrôles consécutifs, espacés de 10 à 12 jours) ont été menées entre le 15 février et le 14 novembre 2016 (Tableau VI).
  11. 11. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 11 Planche-photos 1 : Illustrations des différents types d’équipement mis en place pour le suivi par capteur d’empreintes selon la typologie des ouvrages suivis. OHD1759+5 Les Acourants : deux banquettes équipées de capteurs d’empreintes et installation de deux éléments flottants dans le lit cheminable (V. Maurie – GREGE). PRA0265 La Crosneraie 1 : banquette équipée d’un capteur d’empreintes sur sa partie plane et d’un dispositif expérimental sur sa partie oblique. (V. Maurie – GREGE) OHD2643+4 La Faïencerie : buse hydraulique équipée de trois éléments flottants (V. Maurie – GREGE). PRA1537 La Péruse : Berge équipée sur toute sa largeur d’éléments flottants de 40 cm (V. Maurie – GREGE). Au cours des deux premières sessions, les deux buses hydrauliques de La Font Bertin (OHDCE10032 et OHDCE20029) n’ont pas pu être suivies en raison de niveaux d’eau trop élevés (d’où 28 ouvrages suivis), de même que les lits des ouvrages PRA1703 Le Puymarteau, OHD2584+2 La Bourguette/Le Marquet, OHD2781+5 Caboche et OHD2899+3 Seignan. Le lit du PRA2576 Le Gât, quant à lui, n’a pas été suivi lors de la première session. Au cours de la deuxième session, l’une des berges naturelles du PRA0623 La Veude (bras ouest) a été abandonnée en raison d’une fréquentation régulière par des quads (Planche-photos 2). De plus, le suivi des lits du PRA0710 Les Grands Bois et PRA0773 Le Belloir a été annulé après le premier contrôle en raison d’une hauteur d’eau limitant les passages de la faune et de la présence de boue rendant l’identification des empreintes quasiment impossible. Ces deux lits n’ont pas été suivis non plus au cours de la troisième session.
  12. 12. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 12 Planche-photos 2 : Illustration de l’impact d’un passage de quad sur la lisibilité d’un des capteurs d’empreintes au PRA0623 La Veude (bras ouest). (B. Danten – Vienne Nature) Ainsi, sur l’ensemble des trois sessions, 95 cheminements différents ont été suivis : 53 banquettes (dont les deux parties obliques des banquettes du PRA0265 La Crosneraie), 5 berges naturelles, 3 buses hydrauliques, 3 buses spécifiques faune, 1 dalot spécifique faune et 30 cheminements de lits. Parmi les banquettes suivies, quatre sont équipées d’une encoche à Musaraigne (deux au PRA2304 La Faye et deux au PRA2576 Le Gât), et les capteurs y ont été installés de manière à suivre également la fréquentation sous ces encoches. A chaque session, les feuilles présentant des empreintes ont été analysées selon le protocole standardisé du GREGE, qui permet, d’une part, de déterminer le nombre de passages et, d’autre part, d’attribuer chacune des voies et des empreintes la constituant à une espèce ou un groupe d’espèces (Annexe 2) Tableau VI : Période des suivis par capteurs d’empreintes, nombre d’ouvrages hydrauliques (OH) équipés et nombre de capteurs posés pour chaque session de chaque intervenant en 2016. Secteur Session 1 Session 2 Session 3 SEPANT Entre le 15/03 et le 14/04/16 6 OH 14 cheminements classiques 4 cheminements de lits (2 OH) Entre le 21/06 et le 21/07/16 6 OH 14 cheminements classiques 4 cheminements de lits (2 OH) Entre le 5/10 et le 14/11/16 6 OH 14 cheminements classiques 4 cheminements de lits (2 OH) Vienne Nature Entre le 27/04 et le 3/06/16 5 OH 8 cheminements classiques 8 cheminements de lits (4 OH) Entre 2/08 et le 2/09/16 5 OH 7 cheminements classiques 8 cheminements de lits (4 OH) Entre 4/10 et le 3/11/16 5 OH 7 cheminements classiques 4 cheminements de lits (2 OH) GREGE Entre le 15/02 et le 18/03/16 17 OH 41 cheminements classiques 11 cheminements de lits (7 OH) Entre le 6/06 et le 11/07/16 17 OH 41 cheminements classiques 13 cheminements de lits (8 OH) Entre le 7/09 et le 20/10/16 19 OH 43 cheminements classiques 18 cheminements de lits (12 OH) Total 28 OH 63 cheminements classiques 23 cheminements de lit (13 OH) 28 OH 62 cheminements classiques 25 cheminements de lit (14 OH) 30 OH 64 cheminements classiques 26 cheminements de lit (16 OH)
  13. 13. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 13 Pour chaque ouvrage ont été calculés, d’une part le taux de passages par espèce ou groupe d’espèces (= nombre de passages rapporté à 30 jours) et d’autre part, la diversité spécifique, correspondant au nombre minimal d’espèces sauvages différentes ayant fréquenté l’ouvrage. Pour chacun des groupes d’espèces, deux approches ont été menées pour l’analyse des données : une approche par ouvrage et une approche par type de cheminement. Les identifications incertaines ont été exclues de ces analyses. Enfin, la fonctionnalité des ouvrages a été évaluée en fonction des différents taux de passage observés et de la diversité spécifique, selon la même démarche qu’en 2015 (Annexe 3). Divers tests statistiques ont été utilisés pour comparer les données (Tableau VII) et les différences ont été considérées significatives pour p  0,05. Dans certains cas, lorsque les échantillons étaient trop faibles, aucun test statistique n’a pu être réalisé et seuls les résultats bruts sont présentés et le cas échéant commentés. Tableau VII : Tests statistiques utilisés selon les comparaisons recherchées (Scherrer, 1984) Comparaisons Test χ² d’homogénéité Test de Wilcoxon- Mann-Whitney Test de Kruskal- Wallis Par groupe d’espèces ou espèces : comparaison du nombre total de passages entre les niveaux de cheminement et le lit X Par groupe d’espèces ou espèces : comparaison du nombre moyen de passages par mois entre les ouvrages du nord et ceux du sud X Petits micromammifères : comparaison du nombre de passages encoche/hors encoche X Par groupe d’espèces ou espèces: comparaison du nombre moyen de passages par mois respectivement entre les différentes classes de longueur, de largeur, de hauteur, d’ouverture et de confinement des ouvrages, X III.2. RESULTATS III.2.1. Ouvrages dont le suivi a été perturbé Trois ouvrages sont concernés et les données présentées à titre informatif ne sont pas prises en compte dans les paragraphes suivants. III.2.1.1.PRA0623 La Veude (bras ouest) Lors de la première session, les deux rives ont été équipées pendant 37 jours, mais aucune empreinte n’a été observée en rive droite, en dehors des passages de quad (Planche-photos 2). Sur la rive gauche, 37 passages de mammifères ont été décomptés: 1 chien, 9 ragondins, 26 grands micromammifères et 1 passage non identifié. A la deuxième session, sur la rive gauche suivie pendant 31 jours, 109 passages ont été décomptés : 1 blaireau, 17 ragondins et 91 grands micromammifères. Au cours de la dernière session, d’une durée de 30 jours, 34 passages ont été décomptés sur cette rive gauche : 1 chat, 2 mustélidés indéterminés, 2 ragondins et 26 grands micromammifères, entre le 4 et le 13 octobre, puis seulement 3 petits micromammifères durant les 21 jours restants.
  14. 14. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 14 III.2.1.1.OHDCE20029 et OHDCE10032 La Font Bertin Ces buses, situées à proximité l’une de l’autre, n’ont pu être suivies qu’au cours de la dernière session de 33 jours, car elles étaient en eau lors des deux premières. Dans la buse OHDCE20029, seulement sept passages ont été observés : 2 anoures, 2 chats et 3 grands micromammifères. Dans la buse OHDCE10032, 27 passages ont été comptabilisés : 25 chats, 1 passage identifié « genette/chat » et 1 passage indéterminé. La fonctionnalité intermittente de ces buses pour les déplacements de la Faune pourrait expliquer ce faible taux de passages d’espèces sauvages. III.2.2. Ouvrages suivis en 2016 III.2.2.1.Données générales Sur l’ensemble des sessions, les 27 ouvrages suivis sans perturbation ont été fréquentés, avec des passages observés sur 85 des 91 cheminements suivis. Au total, 3957 passages ont été comptabilisés dont 3908 passages identifiés (Figure 1). Les passages d’Amphibiens représentent 2,4 % (dont 92% d’Anoures), les passages de carnivores domestiques 12,9% (dont 83% de chats) et les identifications incertaines 1,3% (« Genette/Chat » et « Chien/Renard »). Figure 1 : Répartition des passages décomptés sur les capteurs d’empreintes et nombre d’ouvrages fréquentés par groupe. Les « espèces incertaines » regroupent les passages classés comme « Genette/Chat » ou « Chien/Renard », et les « espèces indéterminés », les passages identifiés « espèce indéterminée » et « carnivore indéterminé ».
  15. 15. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 15 Les passages de Mammifères sauvages représentent donc 83,4 %, au sein desquels, les petits carnivores sauvages représentent 22 %, contre 28 % de petits micromammifères et 31 % de grands micromammifères (Figure 2). Neuf autres espèces de mammifères ont été contactées dans les ouvrages, représentant 20 % des passages, le Ragondin, le Renard et la Blaireau étant les plus fréquentes (Tableau VIII). Figure 2 : Répartition des 3262 passages attribués aux mammifères sauvages. Tableau VIII : Détection des mammifères, autres que petits et grands micromammifères et petits carnivores, par département. Entre parenthèses est noté le nombre d’ouvrages suivis par département. Espèce Nombre total de passages Nombre d’ouvrages fréquentés Indre-et-Loire (6) Vienne (4) Charente (7) Charente-Maritime (8) Gironde (2) Total (27) Ragondin 342 5 4 6 4 0 19 Blaireau 139 4 1 2 2 2 11 Renard 78 2 4 5 3 2 16 Lagomorphe 26 4 0 0 2 0 6 Ecureuil 22 2 2 1 0 1 6 Hérisson 11 0 0 3 2 0 5 Chevreuil 6 1 0 0 0 0 1 Lérot 5 1 0 0 0 0 1 Sanglier 3 2 1 0 0 0 3
  16. 16. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 16 En moyenne, sur 30 jours de suivi, 39 passages toutes espèces sauvages confondues (0-104) ont été observés par ouvrage, dont 10 petits micromammifères (0-104), 13 grands micromammifères (0- 230), 8 petits carnivores (0-84), 7 passages appartenant à d’autres mammifères sauvages (0-54) et 1 d’amphibien (0-13). Sur l’ensemble de l’étude, 17 espèces ou groupes d’espèces (hors grande Faune) ont fréquenté les ouvrages sur les 20 potentiellement attendus (Annexe 3). A l’échelle d’un ouvrage, entre une et 13 espèces ont pu être contactées (Figure 3), mais excepté l’OHD1759+5 Les Acourants, tous les ouvrages ont été fréquentés par au moins deux espèces sauvages dont un petit carnivore. Seuls quatre ouvrages ont des diversités spécifiques très faibles à faibles, 13 ouvrages présentent une diversité spécifique globale moyenne et 10 ouvrages une diversité spécifique globale élevée. .- Figure 3 : Diversité spécifique détectée par ouvrage (du nord au sud) et par cortège. Pour les groupes Amphibiens (« Anoures » + « Urodèles ») et Micromammifères (« petits » + « grands »), la diversité maximale est de deux. III.2.2.2.Les petits carnivores III.2.2.2.1. Approche par ouvrage Vingt-six des 27 ouvrages suivis ont été fréquentés par au moins une des six espèces de petits carnivores identifiées par les empreintes (Tableau IX). Les espèces ou groupes les plus fréquents ont été la Fouine et la Martre, avec près de 57% des passages et 20 ouvrages fréquentés, puis le groupe Belette/Hermine. Les passages de Genette, bien qu’assez nombreux, n’ont concerné que 3 ouvrages
  17. 17. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 17 en Charente. Si l’absence de détection de l’espèce en Indre-et-Loire et en Vienne est certainement liée une répartition moins large dans ces départements situés en limite nord de son aire de répartition, l’absence en Charente-Maritime et en Gironde, départements au cœur de son aire de répartition, est plus étonnante. Inversement les passages de Putois ont été bien moins nombreux mais ont concerné neuf ouvrages. Les passages de Loutre détectés dans six ouvrages viennent quant à eux compléter les prospections spécifiques de l’espèce. Tableau IX : Détection des petits carnivores - nombre total de passages et nombre d’ouvrages positifs par département. Espèce Nombre total de passages et % (n=707) Nombre d’ouvrages fréquentés Indre-et- Loire (n=6) Vienne (n=4) Charente (n=7) Charente- Maritime (n=8) Gironde (n=2) Total (n=27) Genette 97 13,7% 0 0 3 0 0 3 Belette/Hermine 85 12,0% 4 3 1 2 2 12 Fouine 239 33,8% 5 2 4 7 2 20 Martre 24 3,4% 4 2 1 6 2 15 Martes sp 137 19,4% 5 2 3 7 2 19 Putois 23 3,3% 1 1 3 3 1 9 Putois/Martes 21 3,0% 2 3 2 4 1 12 Putois/Vison 1 0,1% 0 0 0 1 0 1 Vison/Fouine 3 0,4% 0 0 1 0 0 1 Mustélidé indéterminé 58 8,2% 3 2 3 6 2 16 Loutre 19 2,7% 0 0 4 1 1 6 En moyenne, 3,1 espèces de petits carnivores ont été détectées par ouvrage, avec une seule espèce dans cinq ouvrages, deux dans quatre ouvrages, trois à quatre dans 12 ouvrages et cinq à six dans cinq ouvrages. (Figure 3). Parallèlement, les résultats montrent un taux de fréquentation des ouvrages globalement faible, puisque 11 ouvrages présentent une fréquentation très faible (< 5 passages en 30 jours), huit une fréquentation faible (< 10 passages en 30 jours) et cinq une fréquentation moyenne (< 20 passages en 30 jours). Deux ouvrages se distinguent avec une fréquentation élevée, notamment de la Genette ou de la Fouine : PRA2270 La Grande Eau et OHD2899+3 Seignan avec, respectivement, 48,6 et 21,8 passages en 30 jours. Les ouvrages du secteur sud ont révélé un nombre moyen de passages plus élevé que ceux du secteur nord (11,4 contre 5,0), mais cette différence n’est pas significative (Annexe 4). De même aucune différence significative de nombre moyen de passages n’a été observée en fonction des cinq paramètres caractérisant les dimensions des ouvrages (Annexe 5)
  18. 18. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 18 Figure 4 : Fréquentation moyenne des ouvrages en 30 jours, par espèce ou groupe d’espèces de petits carnivores. III.2.2.2.2. Approche au cheminement Deux groupes d’ouvrages dont le lit cheminable était suivi ont été définis : les ouvrages munis d’un seul niveau de banquette (9 OH) et les ouvrages munis de deux niveaux de banquette (8 OH). Les autres configurations d’ouvrages n’ont pas été prises en compte, car trop peu nombreuses pour avoir un échantillonnage de passages suffisant statistiquement. Les analyses révèlent que pour la Genette, la Belette/Hermine, la Fouine, et le groupe des Martes (incluant la Fouine, la Martre et les Martes sp.), les banquettes sont significativement plus fréquentées que les lits (Tableau X) et pour les ouvrages avec deux niveaux de banquettes, c’est le niveau 2 qui est le plus utilisé. Ces résultats sont tout à fait similaires à ceux obtenus sur les mêmes catégories d’ouvrages suivis en 2015. Pour les espèces semi-aquatiques, comme le Putois et la Loutre, les passages semblent répartis de façon plus homogène entre le lit et les banquettes, mais l’échantillonnage reste le plus souvent trop faible pour confirmer cette tendance.
  19. 19. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 19 Tableau X : Répartition du nombre de passages des petits carnivores dans le lit et sur les différents niveaux de banquettes, et résultat du test χ² d’homogénéité. (NT = test statistique non applicable ; en rose les différences significatives). Identification Ouvrages avec un seul niveau de banquettes (n = 9) Ouvrages avec deux niveaux de banquettes (n = 8) Nbre d’OH fréquentés Lit Niveau 1 Test χ² d’homogénéité ddl = 1 Nbre d’OH fréquentés Lit Niveau 1 Niveau 2 Test χ² d’homogénéité ddl = 2 Genette 0 - - - 2 0 2 94 χ²=180,25 p << 0,01 Belette/Hermine 3 0 17 Méthode exacte de Fischer p < 0,01 3 4 3 33 χ²=43,55 p << 0,01 Fouine 8 1 38 χ²= 35,10 p << 0,01 5 0 2 50 χ²= 92,46 p << 0,01 Martre 5 2 7 p = 0,33 4 0 2 3 NT Fouine + Martre + Martes sp 9 3 72 χ²= 63,48 p << 0,01 6 0 9 69 χ²= 108,23 p << 0,01 Putois 1 0 1 NT 4 1 3 3 NT Loutre 0 - - - 5 8 5 5 p = 0,61 III.2.2.3.Les petits micromammifères (petits muridés, petits campagnols et musaraignes) III.2.2.3.1. Approche par ouvrage Vingt-six des 27 ouvrages suivis ont été fréquentés par les petits micromammifères. Le nombre moyen de passages de petits micromammifères en 30 jours a été de 12,2 au nord et de 9,1 au sud, mais ces différences ne sont pas significatives (Annexe 4). De même, aucune différence significative de nombre moyen de passages n’a été observée en fonction des cinq paramètres caractérisant les dimensions des ouvrages (Annexe 5). Dix-neuf ouvrages ont révélé une fréquentation « très faible » par les petits micromammifères, quatre une fréquentation « faible », et trois une fréquentation « élevée » (Figure 5).
  20. 20. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 20 Figure 5 : Fréquentation moyenne des ouvrages en 30 jours par les petits micromammifères. III.2.2.3.2. Approche au cheminement Les petits micromammifères ont significativement plus fréquenté les banquettes que les lits, et plutôt le niveau 2 lorsque deux niveaux étaient disponibles (Tableau XI), ce qui ne correspond pas aux tendances observées sur les mêmes catégories d’ouvrages en 2015. Tableau XI : Répartition du nombre de passages des micromammifères dans le lit et sur les différents niveaux de banquette, et résultat du test χ² d’homogénéité (En rose les différences significatives). Identification Ouvrages avec un seul niveau de banquettes (n = 9) Ouvrages avec deux niveaux de banquettes (n = 8) Nbre d’OH fréquentés Lit Niveau 1 Test χ² d’homogénéité ddl = 1 Nbre d’OH fréquentés Lit Niveau 1 Niveau 2 Test χ² d’homogénéité ddl = 2 Petits micromammifères 8 144 340 χ²= 79,37 p << 0,01 7 3 73 103 χ²= 88,27 p << 0,01 Grands micromammifères 6 545 140 χ²= 239,45 p << 0,01 7 205 4 5 χ²= 375,71 p << 0,01 III.2.2.4.Les grands micromammifères (grands muridés Rattus sp. et grands campagnols Arvicola sp.) III.2.2.4.1. Approche par ouvrage Des grands micromammifères ont été détectés dans 20 des 27 ouvrages.
  21. 21. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 21 Le nombre moyen de passages de grands micromammifères en 30 jours a été de 18,7 au nord et de 4,6 au sud, mais ces différences ne sont pas significatives (Annexe 4). De même, aucune différence significative de nombre moyen de passages n’a été observée en fonction des cinq paramètres caractérisant les dimensions des ouvrages (Annexe 5). De grandes disparités existent entre les ouvrages, avec quelques ouvrages présentant une fréquentation très élevée (PRA2270 La Grande Eau et PRA2304 La Faye) et d’autres extrêmement faible (Figure 6). Figure 6 : Fréquentation moyenne des ouvrages en 30 jours, par les grands micromammifères. III.2.2.4.2. Approche au cheminement Les grands micromammifères ont fréquenté préférentiellement les lits, que ce soit dans les ouvrages à un niveau de banquettes ou dans les ouvrages à deux niveaux de banquettes (Tableau XI). Ces résultats sont tout à fait similaires à ceux obtenus sur les mêmes catégories d’ouvrages suivis en 2015. III.2.2.5.Fréquentation des encoches à Musaraignes Quatre banquettes sur deux ouvrages étaient équipées d’encoches, mais seul le PRA2576 Le Gât a été fortement fréquenté et a révélé que la partie découverte de la banquette a été significativement plus fréquentée que l’encoche par les petits micromammifères (Tableau XII). Ces résultats ne corroborent pas les tendances observées sur les ouvrages suivis en 2015, suggérant que de multiples facteurs influencent certainement la fréquentation ou non de l’encoche. Pour les grands micromammifères, aucune conclusion n’est possible, puisque un seul passage a été décompté sur la partie découverte de la banquette en rive gauche du PRA2576 Le Gât.
  22. 22. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 22 Tableau XII : Nombre de passages sous et hors encoche pour les petits micromammifères sur les banquettes présentant une encoche, et résultat du test χ² d’homogénéité (en rose, les différences significatives). Nom d’ouvrage Courd d’eau Encoche Hors encoche Test χ² d’homogénéité ddl = 1 PRA2304 La Faye 1 0 NT PRA2576 Le Gât 4 157 χ²= 239,45 p << 0,01 III.2.2.6.Les Amphibiens III.2.2.6.1. Approche par ouvrage Les Amphibiens font l’objet d’un suivi spécifique mené indépendamment dans les ouvrages dédiés, mais ils sont tout de même régulièrement détectés par les capteurs d’empreintes dans les ouvrages hydrauliques. Des empreintes d’Anoures (Grenouilles, crapauds) et d’Urodèles (Tritons, salamandres) ont été observées sur les capteurs, avec deux pics de détection en juillet et en septembre (respectivement 30 et 28 passages décomptés, contre une moyenne de 5,9 passages sur les huit autres mois de l’année -pas de suivi en janvier ni décembre). Quatre-vingt trois passages d’Anoures ont ainsi été décomptés dans 19 ouvrages et 10 passages d’Urodèles dans cinq ouvrages (Figure 7). Figure 7 : Fréquentation moyenne des ouvrages en 30 jours, par groupe d’Amphibiens.
  23. 23. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 23 III.2.2.6.2. Approche au cheminement Les 55 passages d’Anoures décomptés dans les 18 ouvrages où les lits étaient équipés, se répartissent de manière homogène entre les banquettes et le lit (respectivement 32 et 23 passages, χ²= 1,47, p = 0,22). Les Urodèles ont été détectés six fois et toujours sur des banquettes. III.2.3. Ouvrages réitérés en 2015 et 2016 III.2.3.1.Données générales Sur les 10 ouvrages réitérés chaque année, 1794 passages d’espèces sauvages ont été décomptés en 962 journées de suivi en 2016, contre 1368 en 997 journées en 2015, soit une augmentation de 31%. Toutefois, cette augmentation est essentiellement due au nombre de passages de grands micromammifères, qui a presque triplé sur l’ensemble des ouvrages et surtout très fortement augmenté dans quatre ouvrages (Tableau XIII). Inversement le nombre de passages de petits carnivores a diminué de 18% et celui des petits micromammifères de 10%. Les variations de cortèges d’espèces ont différé selon les ouvrages, de même que l’occurrence de chaque espèce sur les 10 ouvrages. A noter toutefois la détection de trois nouvelles espèces : la Genette, le Hérisson et le Sanglier. Six ouvrages ont vu leur nombre d’espèces détectées augmenter, contre deux diminuer et deux stables (Tableau XIII). Tableau XIII : Nombre de passages par espèce et par ouvrage réitéré en 2015 et 2016. Espèce Année Secteur Nord Secteur Sud TOT Occurrence (/ 10 OH)OHD 0183 PRA 0438+2 OHD 0592 PRA 1112 PRA 1703 OHD 1759+5 PRA 2304 PRA 2424 OHD 2475 PRA 2525 Genette 2015 - - - - - - - - - - 0 0 2016 - - - - - - 9 - - - 9 1 Belette/Hermine 2015 8 - 12 2 17 - - - - 10 49 5 2016 6 1 5 - - - - 1 - 4 17 5 Fouine 2015 13 - 8 1 6 2 6 16 4 5 61 9 2016 7 - 9 - - - 9 7 5 5 42 6 Martre 2015 - - 3 - - - 2 1 - - 6 3 2016 1 - 1 1 - - - - - 2 5 4 Martes sp. 2015 1 - 8 2 - - 3 2 - 1 17 6 2016 2 - 6 - - - 1 4 - 3 16 5 Putois 2015 1 - - - - - - - - 2 3 2 2016 - - - - 5 - 1 - - 2 8 3 Putois/Martes 2015 - - 1 - - - 2 - - - 3 - 2016 - - 1 1 1 - - - - 1 4 - Putois/Vison 2015 - - - - - - - - - 1 1 - 2016 - - - - - - - - - 1 1 - Vison/Fouine 2015 1 - - - 2 - - 1 - 1 5 - 2016 - - - - - - - - - - 0 - Loutre 2015 - - 1 - 5 - 1 - - - 7 3 2016 - - - - 1 - 4 2 - 6 13 4 Mustélidé indéterminé 2015 - - - 1 1 - - 2 - 2 6 - 2016 - - 6 - - - 2 4 - 3 15 - Grands Micromammifères 2015 27 9 79 127 32 3 8 1 - 6 292 9 2016 17 47 307 295 2 - 113 4 - 4 789 8 Petits micromammifères 2015 49 134 74 162 57 49 18 5 7 41 596 10 2016 232 35 9 133 11 1 29 4 37 47 538 10
  24. 24. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 24 Espèce Année Secteur Nord Secteur Sud TOT Occurrence (/ 10 OH)OHD 0183 PRA 0438+2 OHD 0592 PRA 1112 PRA 1703 OHD 1759+5 PRA 2304 PRA 2424 OHD 2475 PRA 2525 Renard 2015 66 4 - 2 16 1 4 8 - 2 103 8 2016 8 - 6 1 3 - 20 1 - 6 45 7 Blaireau 2015 30 - - - 4 - - - - - 34 2 2016 49 - 2 - 6 - - - - - 57 3 Sanglier 2015 - - - - - - - - - - 0 0 2016 1 - - 1 - - - - - - 2 2 Ragondin 2015 62 2 31 16 34 - 5 2 - - 152 7 2016 5 1 45 15 63 - 33 2 5 17 186 9 Lagomorphe 2015 3 3 - - - - - - - 2 8 3 2016 2 - - - - - - - - 7 9 2 Hérisson 2015 - - - - - - - - - - 0 0 2016 - - - - - - 2 4 - 1 7 3 Ecureuil 2015 - - 4 - - - - - - - 4 1 2016 - - 2 2 - - 1 - - - 5 3 Anoure 2015 3 - 2 10 - - 1 - - 1 17 4 2016 6 1 4 7 - - 3 1 - 3 25 7 Urodèles 2015 2 - - - - - 1 - - 1 4 3 2016 - - - - - - - - - 1 1 1 Nombre d’espèces de petits carnivores 2015 3 0 4 2 3 1 3 2 1 3 5 2016 3 1 3 1 2 0 4 3 1 5 6 Nombre total d’espèces (hors grandeFaune) 2015 11 5 9 7 8 4 9 6 2 9 14 2016 10 5 10 7 7 1 11 9 3 13 16 III.2.3.2.Les petits carnivores Avec l’apparition de la Genette, six espèces de petits carnivores ont été détectées dans les 10 ouvrages annuels en 2016, avec une diversité spécifique qui a varié en hausse pour quatre ouvrages, et en baisse pour quatre autres (Tableau XIII). Aucune différence significative de taux de passage n’a été détectée entre les secteurs Nord et Sud pour chacune des deux années d’études (Annexe 6), permettant de regrouper les données des deux secteurs par année. Ainsi, le taux de passage moyen sur 30 jours des petits carnivores dans ces 10 ouvrages annuels n’a pas significativement varié entre les deux années d’étude, passant de 5,1 en 2015 à 4,1 en 2016 (Annexe 7). Il en est de même pour les deux groupes d’espèces les plus fréquents dans les ouvrages (Groupes Belette/Hermine et genre Martes), dont le taux de passage moyen n’a pas significativement diminué entre 2015 et 2016. Toutefois, de fortes variations ont été observées sur plusieurs ouvrages, avec des diminutions importantes de taux de passage pour deux ouvrages du secteur Nord (OHD0592 Moulin de Main et PRA1703 Le Puymarteau), et une augmentation notable pour un ouvrage du secteur Sud (PRA2304 La Faye, Figure 8). III.2.3.1.Les petits micromammifères Pour ce groupe d’espèces, des différences significatives de taux de passage dans les 10 ouvrages annuels ont été observées entre les secteurs Nord et Sud en 2015 (Annexe 6), impliquant de comparer les années par secteur géographique.
  25. 25. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 25 Pour chacun des deux secteurs, aucune différence significative des taux de passages de petits micromammifères n’a été observée entre 2015 et 2016, passant de 25,5 à 21,2 dans le secteur Nord, et de 5,7 à 9,3 dans le secteur Sud (Annexe 7). Toutefois, comme pour les petits carnivores, de fortes variations sont observées à la hausse ou à la baisse pour six des ouvrages, dont cinq dans le secteur Nord (Figure 9). Figure 8 : Ouvrages réitérés chaque année - Fréquentation moyenne des ouvrages en 30 jours, par espèce ou groupe d’espèces de petits carnivores et par année. Figure 9 : Ouvrages réitérés chaque année - Fréquentation moyenne sur 30 jours par les petits micromammifères et par année.
  26. 26. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 26 III.2.3.2.Les grands micromammifères Pour les grands micromammifères, aucune différence significative de taux de passage n’a été détectée dans les 10 ouvrages annuels entre les secteurs Nord et Sud pour chacune des deux années d’études (Annexe 6), permettant de regrouper les données des deux secteurs par année. Ainsi, le taux de passage moyen sur 30 jours des grands micromammifères est passé de 9,3 en 2015 à 24,3 en 2016, mais cette importante augmentation n’est pas significative (Annexe 7). Elle concerne en fait essentiellement trois ouvrages (OHD0592 Moulin de Main, PRA1112 La Palais et PRA2304 La Faye, Figure 10) Figure 10 : Ouvrages réitérés chaque année - Fréquentation moyenne par les grands micromammifères sur 30 jours et par année. III.2.4. Niveau de transparence des ouvrages Il convient de noter d’un point de vue technique qu’en 2016, des capteurs flottants ont été utilisés pour équiper les lits cheminables, mais également les berges « naturelles » potentiellement inondables. Leur pertinence dans les lits a été confirmée cette année encore, puisque 49 % des passages observées dans les ouvrages concernés, toutes espèces sauvages confondues, ont eu lieu dans les lits. Par contre, leur fonctionnalité sur les « berges naturelles » dans un ouvrage tel que celui de La Péruse (PRA1537) ne semble pas optimale, car l’exposition au vent et au soleil dans de tels ouvrages très peu confinés assèche la feutrine, rendant le capteur opérationnel moins longtemps (Photo 1). Une réserve est donc à émettre sur le niveau de transparence attribué à cet ouvrage.
  27. 27. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 27 III.2.4.1.Nouveaux ouvrages suivis en 2016 En 2016, 20 nouveaux ouvrages ont été suivis par capteurs d’empreintes, mais pour trois d’entre- eux, le suivi a été incomplet. Ainsi, les deux buses hydrauliques de la Font Bertin (OHDCE10032 et OHDCE20029) étant en eau une bonne partie de l’année, elles ne sont qu’occasionnellement fonctionnelles pour la faune, et leur niveau de transparence est donc limité. Pour le PRA0623 La Veude (bras ouest), le suivi partiel ne permet pas de conclure, mais le dérangement lié au passage des quads pourrait être un facteur limitant. Chacun des 17 nouveaux ouvrages ayant fait l’objet d’un suivi complet a été fréquenté par des mammifères sauvages, dont des petits carnivores, avec une moyenne de 27,7 passages par ouvrage en 30 jours, soit environ un par nuit, ce qui est similaire aux résultats obtenus sur les ouvrages suivis en 2015. Sur les 46 cheminements que comptent ces 17 ouvrages, huit n’ont jamais détecté de mammifères sauvages, soit environ 1/6, ce qui représente une proportion non négligeable : - les deux parties obliques des banquettes du PRA0265 La Crosneraie, qui avaient équipées à titre expérimental. Compte-tenu de la pente, cette non-utilisation apparait cohérente et les cheminements se font logiquement sur le haut de la banquette. - la banquette rive droite et le lit du PRA0773 Le Belloir. - la banquette inférieure en rive droite du PRA2270 La Grande Eau, sans qu’aucune raison apparente ne puisse l’expliquer car elle est tout à fait similaire aux autres banquettes de l’ouvrage. - les deux rives du lit du PRA2576 Le Gât (deux anoures ont été comptabilisés pour le lit en rive droite), lit reconstitué et graveleux. - le lit de l’OHD2584+2 La Bourguette/Le Marquet, lit bétonné. - et le lit de l’OHD2899+3 Le Seignan, lit bétonné mais qui s’est comblé de graves. La combinaison des classes de fréquentation et de diversité selon la méthodologie décrite en annexe 3 a permis d’attribuer un « niveau de transparence » à chacun de ces nouveaux 17 ouvrages suivis (Tableau XVI). Ainsi, il a été jugé : 1. « Très faible » pour quatre ouvrages. 2. « Faible » pour neuf ouvrages. 3. « Moyen » pour trois ouvrages. 4. «Elevé» pour un seul ouvrage. Photo 1 : Capteurs d’empreintes exposés au soleil et au vent au PRA1537 La Péruse entraînant un assèchement des feutrines plus rapide que dans un ouvrage avec un confinement plus important (©V.Maurie – GREGE).
  28. 28. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 28 Ces proportions sont similaires à celles observées sur les ouvrages suivis en 2015, avec toutefois en 2016 un ouvrage présentant un niveau de transparence maximal (PRA 2270 La Grande Eau). La dominante reste cependant à une transparence jugée insuffisante par rapport à l’optimal, puisque 3/4 des ouvrages suivis présentent un niveau de transparence faible à très faible. III.2.4.2.Ouvrages réitérés chaque année Tous les ouvrages ont été fréquentés par au moins une espèce ou groupe d’espèces de mammifères sauvages, dont neuf fréquentés par les petits carnivores, avec une moyenne de 4,1 passages par ouvrage sur 30 jours, contre 5,1 en 2015. Par ailleurs, sur les 45 cheminements suivis, huit n’ont pas été fréquenté par des mammifères sauvages, alors qu’ils l’avaient été en 2015 : - La banquette supérieure du PRA0438+2 La Veude de Ponçay. - La banquette en rive droite du PRA1112 Le Palais (tout de même fréquentée par cinq anoures). - Les deux banquettes (uniquement fréquentées par le Chat domestique) et le lit de l’OHD1759+5 Les Acourants. - La banquette inférieure en rive droite du PRA2304 La Faye. - En enfin, la banquette inférieure en rive gauche et la rive droite du lit au PRA2424 La Fontaine de Barret. Le niveau de transparence évalué selon la méthodologie décrite en annexe 3 est resté stable entre 2015 et 2016 pour cinq ouvrages, a augmenté d’un niveau pour trois ouvrages et a diminué de un à deux niveaux pour les deux derniers (Tableau XVII). Ainsi, les proportions pour chaque niveau sont restées similaires entre les deux années avec trois ouvrages ayant un niveau très faible, trois ouvrages un niveau faible et quatre ouvrages un niveau moyen. Pour les ouvrages dont le niveau de fréquentation s’est amélioré, on note une augmentation des trois classes d’indicateurs pour les PRA0438+2 La Veude de Ponçay et PRA2304 La Faye, et un net accroissement de la diversité spécifique globale pour le PRA2525 Le Martron. Pour les deux ouvrages dont le niveau de transparence diminue, on note : - au PRA1112 Le Palais, une diminution de la diversité spécifique des petits carnivores qui passe de deux à une espèce. - au PRA1703 Le Puymarteau, une baisse de l’ensemble des indicateurs étudiés (taux de fréquentation et diversités). Aucune explication n’est pour l’heure avancée pour expliquer cette détérioration globale du niveau de transparence, cet ouvrage n’étant ni de très grande longueur, ni confiné. Ces résultats suggèrent dans tous les cas de nombreux facteurs susceptibles d’influencer la fréquentation des ouvrages, indépendamment de leur typologie. III.2.4.3.Comparaison avec d’autres études A notre connaissance, il existe très peu de publications sur la fréquentation par la petite faune des ouvrages hydrauliques aménagés, nous permettant une comparaison avec nos résultats. Le réseau VINCI Autoroutes a récemment publié un rapport de retour d’expérience des aménagements réalisés dans le cadre de la restauration des continuités écologiques sur autoroutes et des suivis faunistiques réalisés à l’aide de pièges photographiques (Fagart et al., 2016). La comparaison avec nos données doit rester prudente, puisque sur le réseau Vinci, il s’agit de réhabilitations sur le réseau autoroutier existant (étude d’un décloisonnement) et d’un suivi par pièges photographiques, alors que dans notre étude, il s’agit d’un tracé neuf (cloisonnement avec création de passages) et d’un suivi par capteurs d’empreintes.
  29. 29. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 29 Dans l’étude de Vinci, deux catégories d’ouvrages ont été distinguées : les buses et dalots spécifiques d’une part, et les ouvrages hydrauliques aménagés d’autre part. Tableau XIV : Comparaison des fréquentations par espèce ou groupe dans les ouvrages de type buse ou dalot, avec les données recueillies lors du suivi faunistique sur le réseau VINCI Autoroutes. Espèce ou groupe d’espèces Occurrence Nombre moyen de passages par an et par ouvrage Suivi LISEA 2016 (n=5) Suivi VINCI (n=35) Suivi LISEA 2016 Suivi VINCI Genre Martes 1 0,91 69,4 36,6 Ragondin 0,60 0,46 7,6 58,5 Grands micromammifères * 0,60 0,26 à 0,43 6,0 5,4 Blaireau 0,40 0,83 40,9 189,0 Belette/Hermine * 0,40 0,11 à 0,17 6,0 2,7 Putois 0,20 0,06 0,7 5,6 Ecureuil 0,20 0,06 1,5 - Lagomorphe * 0,20 0,43 à 0,85 0,7 62,5 Renard - 0,94 - 50,5 Hérisson - 0,29 - 10,8 Genette - 0,26 - 36,8 Loutre - 0,14 - 2,0 *Pour le suivi VINCI, l’occurrence et le nombre de passages moyen ont été recalculés pour ces groupes à partir des données à l’espèce du rapport de référence, afin de permettre la comparaison avec nos données. Tableau XV : Comparaison des fréquentations par espèce ou groupes dans les ouvrages hydrauliques aménagés, avec les données recueillies lors du suivi faunistique sur le réseau VINCI Autoroutes. Espèce ou groupe d’espèces Occurrence Nombre moyen de passages par an et par ouvrage Suivi LISEA 2016 (n=22) Suivi VINCI (n=14) Suivi LISEA 2016 Suivi VINCI Grands micromammifères * 0,77 0,21 à 0,35 168,4 10,7 Genre Martes 0,77 0,86 54,3 107,3 Ragondin 0,72 0,64 58,1 21,1 Renard 0,72 0,64 13,5 50,2 Belette/Hermine * 0,45 0,14 à 0,21 13,2 4,6 Blaireau 0,40 0,43 14,1 8,0 Putois 0,36 0,07 3,9 35,7 Loutre 0,27 0,07 3,4 0,9 Lagomorphe 0,23 - 4,2 - Ecureuil 0,23 0,21 3,4 2,9 Hérisson 0,23 0,14 1,9 2,2 Genette 0,14 0,21 17,5 19,8 *Pour le suivi VINCI, l’occurrence et le nombre de passages moyen ont été recalculés pour ces groupes à partir des données à l’espèce du rapport de référence, afin de permettre la comparaison avec nos données.
  30. 30. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 30 Ainsi, nos résultats obtenus pour les buses et dalots semblent globalement inférieurs à ceux de Vinci toutes espèces confondues, même si certaines espèces sont plus détectées, mais notre suivi n’a concerné que 5 buses ou dalots, contre 35 chez Vinci (Tableau XIV). En revanche, pour les ouvrages hydrauliques aménagés, nos données d’occurrence et de nombre de passages sont globalement similaires à celles de Vinci, les différences pour certaines espèces telles Belette/Hermine et les grands micromammifères étant probablement liées à un défaut de détection de ces espèces par la technique des pièges photographiques (Tableau XV). Ainsi, bien que le niveau de transparence attribué aux ouvrages suivis le long de la LGV soit jugé insuffisant par rapport à une transparence optimale définie selon notre propre méthodologie, nos données restent similaires à d’autres contextes et encourageantes deux ans seulement après les travaux. III.2.5. Bilan synthétique Le suivi complet de 27 ouvrages par capteurs d’empreintes a révélé la fréquentation de 85 des 91 cheminements suivis, et la détection de 17 des 20 espèces ou groupes d’espèces sauvages attendues (hors grande Faune), allant de une à 13 espèces par ouvrage. Vingt-six ouvrages ont été fréquentés par les petits carnivores, avec une à six espèces par ouvrage. L’ensemble des résultats a révélé une assez grande disparité selon les ouvrages, mais aucune différence significative de fréquentation n’a été observée entre les ouvrages du secteur Nord et du secteur Sud, ni en fonction des cinq paramètres caractérisant les dimensions des ouvrages. En moyenne, sur 30 jours de suivi, 39 passages d’espèces sauvages ont été décomptés par ouvrage, dont 8 passages de petits carnivores, 13 passages de grands micromammifères, 10 passages de petits micromammifères, 7 passages d’autres mammifères sauvages et un passage d’Amphibien. Les petits carnivores les plus fréquents (en nombre de passages et d’ouvrages) ont été les Fouine & Martre et la Belette/Hermine, mais le Putois a tout de même été détecté dans 1/3 des ouvrages. Les petits carnivores « terrestres » ont préféré cheminer sur les banquettes que dans les lits, de même que les petits micromammifères et les Urodèles, alors que les grands micromammifères ont préféré les lits. Pour les mustélidés semi-aquatiques et les Anoures, les passages semblent ou sont plus homogènes entre lits et banquettes. Dans les ouvrages suivis annuellement, de fortes variations ont été observées sur certains ouvrages, mais globalement les taux de fréquentation n’ont pas évolué de façon significative entre 2015 et 2016. Deux nouvelles espèces de petite Faune ont cependant été détectées : la Genette et le Hérisson. Pour les nouveaux ouvrages suivis en 2016 comme pour les ouvrages réitérés, le niveau de transparence global reste majoritairement insuffisant par rapport à l’optimal, mais la comparaison de nos résultats avec un suivi réalisé par VINCI autoroutes sur son réseau réhabilité indique des résultats globalement similaires, ce qui reste très encourageant.
  31. 31. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 31 Tableau XVI : Synthèse des données brutes de fréquentation et de diversité, classes attribuées, et calcul du niveau de transparence des 17 nouveaux ouvrages suivis en 2016 par capteurs d’empreintes. Département Cours d’eau Nom d’ouvrage PK Secteur Fréquentation par les petits micromammifères Fréquentation par les grands micromammifères Classe moyenne de fréquentation par les micromammifères Fréquentation par les petits carnivores (Loutre incluse) Classe finale de fréquentation par les mammifères Diversité spécifique de petits carnivores sauvages (Loutre incluse) Diversité spécifique globale (toutes espèces sauvages, hors grande faune) Classe finale de diversité spécifique Classe de fonctionnalité (Fréquentation X diversité) Niveau de transparence Passages en 30 j Classe Passages en 30 j Classe Passages en 30 j Classe Nb Classe Nb Classe 2016 Indre-et-Loire (37) La Fontaine PRA0025 2,5 Nord 0,90 1 5,10 2 1,50 3,00 1 1,25 2 2 6 3 2,50 3,13 Faible La Séguinière PPF0259 25,9 Nord 4,80 1 1,20 1 1,00 12,90 3 2,00 4 3 12 4 3,50 7,00 Moyen La Crosneraie 1 PRA0265 26,5 Nord 2,40 1 0,00 0 0,50 10,50 3 1,75 2 2 8 3 2,50 4,38 Faible Le Houteau PRA0279 27,9 Nord 6,90 1 0,30 1 1,00 5,10 2 1,50 2 2 8 3 2,50 3,75 Faible Vienne (86) Les Grands Bois PRA0710 71 Nord 13,16 2 19,90 3 2,50 3,67 1 1,75 2 2 7 3 2,50 4,38 Faible Le Belloir PRA0773 77,3 Nord 3,37 1 8,88 2 1,50 13,16 3 2,25 2 2 7 3 2,50 5,63 Faible Charente (16) La Péruse PRA1537 153,7 Nord 0,00 0 3,47 1 0,50 0,32 1 0,75 1 1 6 3 2,00 1,50 Très faible La Grande Eau PRA2270 227,09 Sud 2,93 1 20,87 4 2,50 48,59 4 3,25 5 4 10 4 4,00 13,00 Elevé Charente- Maritime (17) Le Gât PPF2576 257,5 Sud 4,42 1 0,32 1 1,00 3,47 1 1,00 1 1 5 3 2,00 2,00 Très faible PRA2576 61,26 4 0,32 1 2,50 7,58 2 2,25 3 3 10 4 3,50 7,88 Moyen PPF2575 7,58 1 0,00 0 0,50 15,16 3 1,75 3 3 7 3 3,00 5,25 Faible La Bourguette / Le Marquet OHD2584+2 258,4 Sud 0,32 1 0,00 0 0,50 9,68 2 1,25 2 2 5 3 2,50 3,13 Faible La Faïencerie OHD2643+4 264,4 Sud 0,32 1 0,95 1 1,00 2,53 1 1,00 1 1 4 2 1,50 1,50 Très faible PPF2643 5,68 1 0,00 0 0,50 1,89 1 0,75 1 1 2 2 1,50 1,13 Très faible Les Nauves de Frouin (2) OHD2700+8 269,8 Sud 1,91 1 0,32 1 1,00 7,66 2 1,50 3 3 9 3 3,00 4,50 Faible Gironde (33) Caboche OHD2781+5 278,1 Sud 4,95 1 0,00 0 0,50 16,48 3 1,75 3 3 8 3 3,00 5,25 Faible Seignan OHD2899+3 289,933 Sud 0,66 1 2,64 1 1,00 21,76 4 2,50 5 4 9 3 3,50 8,75 Moyen Tableau XVII : Synthèse des données brutes de fréquentation et de diversité, classes attribuées, et calcul du niveau de transparence des dix ouvrages suivis annuellement par capteurs d’empreintes. Département Cours d’eau Nom d’ouvrage PK Secteur Niveau de transparence 2015 Fréquentation par les petits micromammifères Fréquentation par les grands micromammifères Classe moyenne de fréquentation par les micromammifères Fréquentation par les petits carnivores (Loutre incluse) Classe finale de fréquentation par les mammifères Diversité spécifique de petits carnivores sauvages (Loutre incluse) Diversité spécifique globale (toutes espèces sauvages hors grande faune) Classe finale de diversité spécifique Classe de fonctionnalité (Fréquentation X diversité) Niveau de transparence Passages en 30 j Classe Passages en 30 j Classe Passages en 30 j Classe Nb Classe Nb Classe 2016 Indre-et-Loire (37) La Billonnière OHD0183 18,3 Nord Moyen 69,60 4 5,10 2 3,00 4,80 1 2,00 3 3 10 4 3,50 7,00 Moyen La Veude de Ponçay PRA0438+2 43,8 Nord Très faible 10,50 2 14,10 3 2,50 0,30 1 1,75 1 1 5 3 2,00 3,50 Faible Vienne (86) Moulin de Main OHD0592 59,2 Nord Moyen 2,76 1 93,98 4 2,50 8,57 2 2,25 3 3 10 4 3,50 7,88 Moyen Le Palais PRA1112 111,2 Nord Moyen 40,71 4 90,31 4 4,00 0,61 1 2,50 1 1 7 3 2,00 5,00 Faible Charente (16) Le Puymarteau PRA1703 170,261 Nord Moyen 3,59 1 0,65 1 1,00 2,28 1 1,00 2 2 7 3 2,50 2,50 Très faible Les Acourants OHD1759+5 175,954 Nord Très faible 0,32 1 0,00 0 0,50 0,00 0 0,25 0 0 1 1 0,50 0,13 Très faible La Faye PRA2304 230,45 Sud Faible 9,26 1 36,06 4 2,50 8,30 2 2,25 4 3 11 4 3,50 7,88 Moyen La Fontaine de Barret PRA2424 242,5 Sud Faible 1,26 1 1,26 1 1,00 5,68 2 1,50 3 3 10 4 3,50 5,25 Faible Chez Périou 1 OHD2475 247,58 Sud Très faible 11,68 2 0,00 0 1,00 1,58 1 1,00 1 1 3 2 1,50 1,50 Très faible Charente- Maritime (17) Le Martron PRA2525 252,5 Sud Faible 14,84 2 1,26 1 1,50 8,53 2 1,75 5 3 13 4 3,50 6,13 Moyen
  32. 32. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 32 Carte 1 : Evaluation de la transparence écologique de la LGV SEA pour les mammifères semi-aquatiques : nombre de passages par espèces de carnivores ( + Hérisson) dans les ouvrages suivis en 2016 par capteurs d’empreintes de la zone Nord.
  33. 33. GREGE et al.2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 33 Carte 2 : Evaluation de la transparence écologique de la LGV SEA pour les mammifères semi-aquatiques : nombre de passages par espèces de carnivores ( + Hérisson) dans les ouvrages suivis en 2016 par capteurs d’empreintes de la zone Sud
  34. 34. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 34 IV. LES PIEGES PHOTOGRAPHIQUES IV.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE Le « piège photographique » est une méthode d’inventaire complémentaire qui vient illustrer et renforcer les autres techniques, en apportant notamment un certain nombre d’informations supplémentaires (comportement, nombre d’individus, confirmation d’espèce,…). Dans le cadre du suivi 2016, quatre modèles d’appareils ont été utilisés, avec 14 poses de pièges photographiques dans 13 ouvrages, pour des sessions de quatre à six semaines avec un à deux contrôles par appareil (Planche-Photo 3 et Tableau XVIII). Cependant, au PRA0265, l’appareil installé a été dérobé fin octobre en cours de suivi. Tableau XVIII : Détails du suivi réalisé par pièges photographiques en 2016. Intervant Ouvrage Cours d’eau Période Durée (nuits) Modèle Cheminements ciblés SEPANT PRA0265 La Crosneraie 1 6 au 17 octobre Appareil volé lors du contrôle du 17/10/17 11 Uway VH 400HD Banquette en rive G Vienne Nature OHD0592 Moulin de Main 27 avril au 24 mai 27 Moultrie 990 I Banquette et lit en rive D PRA0710 Les Grands Bois 24 mai au 25 juin 32 Moultrie 990 I Banquette en rive D et une bonne partie du lit 4 octobre au 3 novembre 30 Moultrie 990 I Banquette et lit en rive D PRA0773 Le Belloir 2 août au 14 septembre 43 Moultrie 990 I Banquettes et lit en rive D GREGE PRA2424 La Fontaine de Barret 7 septembre au 10 octobre 33 Bushnell TC HD 119437 Banquette inférieure en rive D OHD2475 Chez Périou 1 11 octobre au 17 novembre 37 Reconyx HC 500 Banquette et lit en rive G PRA2525 La Martron 11 octobre au 17 novembre 37 Reconyx HC 500 Banquette supérieure en rive G PRA2576 Le Gât 27 mai au 27 juin 31 Bushnell TC 119437 Banquette inférieure en rive G et le lit PPF2575 8 septembre au 11 octobre 33 Reconyx HC 500 Toute la largeur de la buse OHD2643+4 La Faïencerie 27 mai au 6 juillet 40 Bushnell TC 119437 Toute la largeur de la buse OHD2700+8 Les Nauves de Froin (2) 11 octobre au 17 novembre 37 Bushnell TC 119437 Banquette inférieure en rive D OHD2781+5 Caboche 27 mai au 27 juin 31 Reconyx HC 500 Banquette en rive D OHD2899+3 Seignan 8 septembre au 11 octobre 33 Reconyx HC 500 Banquette supérieure puis l’inférieure en rive G Seuls les clichés concernant les Mammifères sont saisis dans la geodatabase dédiée, avec chaque série de clichés d’un même animal (ou groupe) à un même horaire considéré comme une seule « observation » (= un seul passage).
  35. 35. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 35 Planche-photos 3 : Pièges photographiques installés en complément de capteurs d’empreintes PPF2575 Le Gât : piège photographique Reconyx HC 500 permettant de détecter les passages sur toute la largeur de la buse hydraulique (V. Maurie – GREGE). OHD0592 Moulin de Main : piège photographique permettant de détecter les passages sur la banquette (Benoît Danten – Vienne Nature). IV.2. RESULTATS Sur les 455 nuits de suivi des 13 ouvrages, 9480 clichés ont été recueillis et visionnés : 17,2 % de ces clichés concernent des mammifères sauvages ou domestiques (1626), le reste étant soit des oiseaux, soit des passages humains, soit des déclenchements intempestifs ou trop lents. Les pièges photographiques ont permis de détecter 195 passages de mammifères sauvages dans 12 ouvrages, et 74 passages de carnivores domestiques (Tableau XIX et Planche-photos 4). Seul l’ouvrage OHD2475 Chez Periou 1 n’a recueilli aucun cliché de Mammifère, ce qui corrobore la très faible fréquentation de cet ouvrage révélée par les capteurs d’empreintes (Voir III.). En 2016, les informations complémentaires apportées par les pièges-photographiques ont été les suivantes (Tableau XIX et Planche-photos 4): 1. Au PRA2576 Le Gât, la présence de la Loutre a été confirmée, avec un cliché d’un passage au milieu du lit, non équipé de capteurs d’empreintes, alors que le suivi spécifique n’avait pas permis de la mettre en évidence dans cet ouvrage, ni en amont (Voir V.). 2. Toujours au Gât, au PPF2575, les 39 passages de Fouines ou Martres photographiés sur 23 des 33 jours de suivi, ont confirmé l’appropriation de l’ouvrage par ce groupe, mise en évidence avec les empreintes. De plus, la curiosité des Martres venant tout près de l’objectif a permis de distinguer grâce à la forme du plastron au moins 2 individus différents. 3. Au PRA0773 Le Belloir, la présence de Martes sp. a été confirmée alors que les empreintes n’avaient pu discriminer ce groupe de façon certaine (Empreintes de Putois et de Putois/Martes). Le Putois détecté par les empreintes l’a également été par les pièges photographiques. 4. Au PRA2525 Le Martron, l’un des passages identifiés en tant que « Lagomorphe » à l’aide des capteurs d’empreintes correspondait à un Lapin de Garenne et deux des passages de petits micromammifères correspondaient à du Mulot. 5. De même, à l’OHD2781+5 Caboche, du Mulot a été détecté comme petit micromammifère. 6. Au PRA0710 Les Grands Bois, les cinq passages de grands micromammifères observés sur l’un des capteurs du lit étaient du Surmulot. 7. De même à l’OHD2643+4 La Faïencerie, du Surmulot a été détecté comme grand micromammifère.
  36. 36. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 36 Tableau XIX : Nombre de passages par espèce dans les 13 ouvrages suivis par pièges-photographiques en 2016 (En gras, les données ayant apporté des informations complémentaires aux autres méthodes). Espèce PRA 0265 OHD 0592 PRA 0710 PRA 0773 PRA 2424 OHD 2475 PRA 2525 PRA 2576 PPF 2575 OHD 2643+4 OHD 27000+8 OHD 2781+5 OHD 2899+3 TOT Occurrence (/13 OH) Chat 5 1 7 1 2 2 2 9 5 1 35 11 Chien 11 2 1 21 3 1 39 5 Belette 2 1 3 2 Fouine 5 1 1 1 8 4 Martre 19 19 1 Martes sp. 2 5 1 1 20 1 28 5 Putois 1 1 1 Loutre 1 1 1 3 2 Mustélidé ind. 2 4 1 11 18 4 Renard 1 1 2 2 4 2 14 7 Ragondin 2 21 1 1 4 29 5 Lapin 1 1 1 Surmulot 11 1 12 2 Grand Micromammifère 4 1 5 2 Mulot 2 5 1 8 3 Petit Micromammifère 15 1 5 14 35 4 Espèce indéterminée 1 1 5 1 1 1 1 11 7 A noter également :  une Martre ou Fouine traversant l’OHD0592 (Moulin de Main) avec une proie dans la gueule, probablement un Lapin.  Le passage d’une grande couleuvre dans le lit de l’OHD2781+5 La Caboche.  Un cliché de Belette dans l’OHD2781+5 La Caboche, également détectée par les capteurs d’empreintes, mais généralement difficile à capter avec les pièges photographiques du fait de son petit gabarit et de sa rapidité. Planche-photos 4 : Illustrations pour quelques espèces détectées par les pièges photographiques dans les ouvrages suivis en 2016 Loutre (PRA2576 Le Gât) - GREGE Renard (PRA2576 Le Gât) - GREGE
  37. 37. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 37 Planche-photos 4 : Illustrations pour quelques espèces détectées par les pièges photographiques dans les ouvrages suivis en 2016 Martre 1 (PPF 2575 Le Gât) - GREGE Martre 2 (PPF 2575 Le Gât) - GREGE Putois d’Europe (PRA0773 Le Belloir) - Vienne Nature Martre ou Fouine (PRA0773 Le Belloir) - Vienne Nature Lapin de Garenne (PRA2525 Le Martron) - GREGE Mulot (PRA2525 Le Martron) - GREGE
  38. 38. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 38 Planche-photos 4 : Illustrations pour quelques espèces détectées par les pièges photographiques dans les ouvrages suivis en 2016 Surmulot (OHD2643+4 La Faïencerie) – GREGE Martre ou Fouine traversant l’OHD0592 (Moulin de Main) avec une proie, un Lapin- Vienne Nature Couleuvre (OHD2781+5 La Caboche) - GREGE Belette (OHD2781+5 La Caboche) - GREGE Fouine (PRA0710 Les Grands Bois) - Vienne Nature Renard (OHD2700+8 Les Nauves de Frouin 2) - GREGE Enfin, des pièges photographiques orientés vers le lit ont permis de constater ou confirmer des crues suspectées et ainsi estimer les passages éventuels qui pourraient avoir été ratés par la technique des empreintes si le capteur était trop dégradé ou, pour les mammifères semi-aquatiques, si les espèces ont contourné les capteurs à la nage (Planche-photos 5).
  39. 39. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 39 Cette année, aucun passage de grande faune n’a été mis en évidence par cette technique, et très peu par celle des capteurs d’empreintes (trois sangliers et six chevreuils). Cette absence de contact ne signifie pas une absence de fréquentation des ouvrages par ces espèces, mais elle résulte des dimensions de capteurs inadaptées à ces espèces et, dans bon nombre de cas, des modalités de pose des pièges photographiques. Enfin, les pièges photographiques ont révélé une présence humaine régulière dans certains ouvrages, ainsi que de chiens, qui pourrait constituer un paramètre de perturbation, qu’il reste difficile à estimer. Planche-photos 5: Niveau d’eau et détection des espèces. Exemple du PRA0710 Les Grands Bois Capteurs en état de fonctionnement, bien qu’un espace subsiste entre les deux capteurs du lit en lien avec les dimensions standardisées des éléments. Situation n°1 : Le cours d’eau en crue a submergé la banquette, qui devient alors non fonctionnelle pour la petite faune. Le système de fixation des capteurs flottants étant adapté à la hauteur de la banquette, le capteur situé contre la banquette est également submergé. Les mammifères semi-aquatiques peuvent tout de même circuler à la nage et ainsi éviter les capteurs. Situation n°2 : une fois le niveau d’eau redescendu, l’élément précédemment sous l’eau se retrouve sans feuilles jusqu’au prochain contrôle des capteurs, rendant impossible la détection des passages éventuels qui auraient eu lieu entre temps.
  40. 40. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 40 V.RECHERCHE D’INDICES DE PRESENCE DE LA LOUTRE V.1. RAPPEL METHODOLOGIQUE L’inventaire de la Loutre est basé sur la recherche d’indices indirects, plus particulièrement d’épreintes, et le suivi deux fois par an des ouvrages et de places de marquage présélectionnées. Les résultats du suivi de 2015 nous ont cependant amenés à adapter le protocole de suivi :  Au sud du tracé, sur les bassins versants de la Charente et de la Dordogne, où la Loutre est bien implantée, le protocole initial a été appliqué avec un suivi de la fréquentation des ouvrages et des milieux situés en amont (six places de marquage quand le linéaire est supérieur à 1,5 km, sinon un transect de 200-300 m de l’ouvrage vers l’amont, complétés par 3 places de marquage en aval de l’ouvrage si l’amont est négatif).  Au nord du tracé, sur les bassins versants de l’Indre et de la Vienne, où la Loutre est en phase de recolonisation, les efforts de prospection se sont basés sur une approche globale à l’échelle des bassins (Indre, Vienne et Clain) pour d’abord caractériser le degré de recolonisation de l’espèce, et ensuite ne concentrer les comparaisons « amont vs aval » que sur les cours d’eau considérés comme réellement exploités par la Loutre. Ainsi, les premiers résultats obtenus au printemps nous ont conduits à adapter la position des points pour la deuxième session : sur le bassin du Clain où la Loutre a été détectée, les efforts se sont concentrés sur les parties aval et amont des cours d’eau interceptés par l’infrastructure, alors que sur l’Indre et la Vienne, les points de prospection de la session 1 ont été réitérés à la session 2 afin de repérer l’avancée de la Loutre. En 2016, les sessions de prospections se sont réparties comme suit : Session 1 :  De janvier à juin 2016 pour le GREGE.  D’avril à mai 2016 pour Vienne Nature.  En avril 2016 pour la SEPANT. Session 2 :  De septembre à novembre 2016 pour le GREGE.  D’octobre à décembre 2016 pour la SEPANT.  De novembre à décembre 2016 pour Vienne Nature. A l’occasion de toutes les visites de terrain, tout indice de circulation de la Loutre aux abords de l’ouvrage a été noté, pouvant ainsi venir renforcer le jeu de données recueilli à l’aide des prospections standardisées. Enfin, les détections par piège-photographique et par capteur d’empreintes ont été prises en compte dans l’évaluation finale de la fréquentation des ouvrages.
  41. 41. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 41 V.2. RESULTATS V.2.1. Résultats des prospections Au nord du tracé (Vienne et Indre-et-Loire), secteur où l’espèce est en phase de recolonisation, pour 13 ouvrages suivis, ce sont 130 places de marquage qui ont été contrôlées, comptabilisant 190 point- contrôles (Tableaux XX, XXI et XXV, et Carte 3). - Sur 51 places de marquage et 7 ouvrages des bassins de l’Indre, de la Manse et de la Vienne, situées tout au nord du tracé, et totalisant 99 point-contrôles, aucun ne s’est révélé positif. - Sur 16 places de marquage et 2 ouvrages du bassin de la Veude, affluent de la Vienne intercepté plus au sud du tracé, totalisant 21 point-contrôles, 5 se sont révélés positifs : un en aval de la ligne, l’ouvrage du Moulin de Main (OHD0592) a été positif à deux reprises, ainsi que 2 places de marquage sur quatre en amont de l’OHD0592. - Sur 17 places du suivi de la répartition positionnées sur le Clain (20 points-contrôles), quatre ont été positives une fois. - Et sur 33 places et 4 ouvrages prospectés sur les cours d’eau affluents du Clain interceptés par l’infrastructure (50 point-contrôles), trois places aval ont été positives une fois, une sur l’Envigne (PRA0710) et deux sur la Bouleure (PRA1414). Tableau XX : Nombre de points prospectés pour le suivi de la colonisation dans le secteur Nord et résultats Dpt Cours d'eau Objectif prospection Nombre de points prospectés Nombre de points positif 37 La Manse La Manse et ses affluents 14 0 37 La Vienne La Vienne et ses affluents 13 0 37 L'Indre L'Indre et ses affluents 24 0 86 Le Clain Le Clain 17 4 Au sud du tracé, bassins versants de la Charente et de la Dordogne (écoulements situés au sud à partir du ruisseau de la Péruse), 128 places de marquage ont été suivies, dont 27 points ouvrages pour 22 corridors hydrauliques, 61 points amont dont 8 transects, et 40 points aval. Parmi les 240 point-contrôles réalisés, 70 se sont révélés positifs (soit 29 %), correspondant à 46 places différentes (soit 36 %) (Tableaux XXI et XXV, Planche-photos 6 et Carte 4). Sur les 27 ouvrages suivis, 11 d’entre eux (soit 2/5) ont été positifs à l’ouvrage et sur les 22 corridors, 15 ont été positifs à partir de l’ouvrage, soit les 2/3. Sur ces 15 corridors positifs, huit ont été confirmés à la fois en amont et à l’ouvrage, trois uniquement au niveau de l’ouvrage et jamais en amont (PRA2304 La Faye, OHD2781+5 La Caboche et OHD2899+3 Le Seignan), et quatre uniquement en amont dont un viaduc (VIA1896 Charente médiane), un portique (PRA2709 Pas de Lapouyade) un grand cadre avec berges naturelles réaménagées (PRA1537 La Péruse) et un petit cadre avec banquette (OHD2475 Périou1). Ces résultats confirment donc la nécessité de maintenir les prospections amont, malgré une plus forte probabilité de détection dans l’ouvrage, qui constitue une place de marquage préférentielle.
  42. 42. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 42 Tableau XXI : Détail des résultats des prospections positives. Dpt PK Nom de l'ouvrage Cours d'eau ID du point Objectif point Nb de passages sur le point Nb de passages positifs Remarques et localisations des indices 86 59,2 OHD0592 Moulin de Main 164 Ouvrage 2 2 Sur la banquette 50 RG Amont 251 Amont 1 1 Au niveau de la queue de l'étang, sur un muret à la confluence 250 Amont 1 1 Sur un caillou dans passage busé sec - - Le Clain 158 Répartition 2 1 Banquette 154 Répartition 1 1 Banquette 151 Répartition 1 1 Banquette 148 Répartition 1 1 Amont Rocher 62,2 PRA0710 L'Envigne 177 Aval 2 1 Au niveau de la pile centrale 62,3 PRA0623 La Veude 169 Aval 1 1 NC 141,4 PRA1414 La Bouleure 183 Aval 2 1 Sur la paroi de la buse 182 Aval 2 1 Sur la banquette 100 RG 16 153,7 PRA1537 La Péruse 137 Amont 2 1 En rive gauche, sur racine d'arbre 138 Amont 2 1 RD en aval 170,261 PRA1703 Le Puymarteau 130 Aval 2 1 Sous le pont du cours d’eau à sec 314 Aval 2 2 Sur toile coco 175,954 OHD1759+5 Les Acourants 103 Aval 2 2 A l’amont du cadre sur rocher, et tronc d'arbre dans l'eau 176,848 VIA1768 Charente Nord 118 Amont 2 2 Sur le rebord béton du cadre, sur rocher berge 122 Amont 2 2 Confluence 123 Ouvrage 2 1 RG sur enrochement 125 Amont 2 2 Sous pont banquette terre 189,6 VIA1896 Charente Médiane 96 Aval 2 2 OH ligne BQ50 RG, sur roche dans le lit 100 Amont 2 1 Sur racine sous pont en fer 101 Amont 2 1 Sur la canalisation d'eau sous cadre 211,6 OHDCE20029 La Font Bertin 3 Aval 2 2 A l’aval du pont provisoire rive gauche dans roche 4 Aval 2 2 Sous l’OH RD sur rochers et voie latérale amont 227,09 PRA2270 Grande Eau 21 Ouvrage 2 2 Dans l’OH et sur une banquette 111 Amont 2 1 Sur rocher à l'aval entrée de buses 112 Amont 2 2 A l’entrée de buse sur caillou à l'aval des étangs 230,45 PRA2304 La Faye 20 Ouvrage 2 2 Sur le capteur 3330 et dans le lit sur rocher 212 Aval 2 1 Sous le pont 242,5 PRA2424 La Fontaine de Barret 37 Amont Linéaire 2 1 Petit cadre amont
  43. 43. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 43 Dpt PK Nom de l'ouvrage Cours d'eau ID du point Objectif point Nb de passages sur le point Nb de passages positifs Remarques et localisations des indices 88 Aval 1 1 Sur un tuyau d'eau sous l’OH 207 Ouvrage 2 1 Sur un rocher dans le lit 247,58 OHD2475 Chez Periou1 57 Amont Linéaire 2 1 Petit étang à l’amont 121 Aval 1 1 Dans le lit sous l’OH 17 252,5 PRA2525 Le Martron 82 Aval 2 2 Sous le pont 255,9 VIA2559 La Goujonne 87 Amont 2 2 Caillou dans buse et tronc Etang 79 Ouvrage 2 2 Queue de l'étang aval du Cours d’eau 257,5 PRA2576 Le Gat 16 Ouvrage 2 1 Dans l’ouvrage 75 Amont 2 1 Grosse place de marquage entre le cours d’eau et le trou d'eau 264,4 OHD2643+4 La Faïencerie 22 Aval 1 1 En sortie de buse 69 Ouvrage 2 1 Sur ponton dans buse 70 Amont Linéaire 2 2 Sous l’OH en amont 270,8 PRA2709 Le Pas de Lapouyade 24 Amont 2 2 Sur pierre en queue de Lagune 42 Amont 2 1 Sur banc de sable aval de la buse 33 274,9 VIA2749 Meudon Sud 39 Ouvrage 2 2 Sur banc de sable du méandre et poteau béton amont viaduc 40 Amont 2 2 Sur banc de sable du méandre amont du pont 41 Amont 2 2 Sur banquette rive gauche 278,1 OHD2781+5 La Caboche 34 Aval 2 1 Banc de sable du cours d’eau principal 35 Ouvrage 2 1 Sur la banquette basse aval rive gauche 289,933 OHD2899+3 Le Seignan 28 Ouvrage 2 2 Sur la banquette basse amont de l'OH et sur un banc de sable 32 Aval 2 1 En aval dans l’OH de la RD 296,3 VIA2963 La Virvée 27 Amont 2 1 Dans le lit sec 50 Ouvrage 2 2 Sous l’OH 54 Amont 2 2 Sous le pont 55 Amont 2 2 Sur la berge et dans le lit quasi sec, et sous le pont rive droite 56 Amont 2 2 Sous le pont
  44. 44. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 44 Planche-photos 6 : Exemples d’indices de Loutre caractéristiques trouvés depuis les ouvrages Epreinte de Loutre dans la buse sèche en amont de l’OHD0592 Moulin de Main (E. Laoué - GREGE) Epreinte de Loutre sur capteur flottant de l’OHD2643+4 La Faïencerie (C. Bout - GREGE) Epreinte au bord de la petite retenue d’eau en amont de l’OHD2475 Périou1 (E. Laoué - GREGE) V.2.2. Données issues des pièges photographiques Sur l’ensemble du tracé, 13 ouvrages ont été équipés de pièges photographiques. Trois pièges photos ont permis de capter des déplacements de Loutre (Tableau XXII).  Le Gât (PRA2576) comptabilisant un contact.  Le Martron (PRA2525) comptabilisant un contact. Cette donnée est intéressante car aucun indice indirect n’avait été détecté dans l’ouvrage, ni à l’amont.  Fontaine de Barret (PRA2424) comptabilisant un contact également. D’autres ouvrages équipés de pièges photographiques où les prospections spécifiques étaient positives, n’ont pas pris de clichés de Loutre comme pour les ouvrages du Seignan, de La Caboche, de La Faïencerie, de Périou1 ou du Moulin de Main, où le positionnement du piège ne permettait pas de détecter la Loutre.
  45. 45. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 45 Tableau XXII : Synthèse des détections de Loutre par pièges photographiques (© GREGE). Ouvrage, nom du cours d’eau, date de pose de l’appareil Placement de l’appareil et direction de l’animal Cliché PRA2424 Fontaine de Barret 7/09/2016 Dans l’ouvrage à l’amont, rive gauche, objectif dirigé vers l’intérieur, banquette basse rive droite La Loutre captée le 16/09/2016 arrive de l’amont et se dirige vers l’aval en empruntant le lit PRA2525 Le Martron 11/10/2016 Dans l’ouvrage à l’amont, rive gauche, objectif dirigé vers l’intérieur, vers l’aval. Une loutre captée le 11/11/2016 se dirige vers l’aval en empruntant le lit. PRA2576 Le Gât 27/05/2016 Dans l’ouvrage à l’amont, rive gauche, objectif dirigé vers l’intérieur, vers l’aval. Une loutre captée le 15/06/2016 se dirige vers l’amont en empruntant le lit
  46. 46. GREGE 2017 – LGV SEA – Evaluation de la transparence des ouvrages hydrauliques pour les mammifères semi-aquatiques. Suivi 2016. 46 V.2.3. Données issues des capteurs d’empreintes Les capteurs à empreintes positionnés sur les banquettes ou dans les lits cheminables ont détecté des passages de Loutre sur six ouvrages, totalisant 21 passages (Tableau XXIII). Cette méthode a permis de détecter l’espèce sur deux ouvrages supplémentaires où aucun indice de présence n’avait été trouvé lors des prospections spécifiques : l’ouvrage de Puymarteau (PRA1703) et l’ouvrage du Martron (PRA2525), également positif au piège-photographique. Tableau XXIII : Synthèse des détections par capteurs d’empreintes. Nom de l'Ouvrage Nom du cours d'eau Date de relevé Position du capteur dans l'ouvrage Sens du déplacement Cheminement utilisé PRA1703 Le Puymarteau 10-oct-16 Milieu De l'aval à l'amont Banquette 50G PRA2270 Grande Eau 17-mars-16 Aval De l’amont à l'aval Banquette 50G 20-oct-16 Aval De l'aval à l'amont Banquette 50G 26-févr-16 Aval De l'aval à l'amont Banquette 50G 17-mars-16 Aval De l'aval à l'amont Banquette 50G PRA2304 La Faye 25-févr-16 Amont De l’amont à l'aval Banquette 100G 25-févr-16 Amont De l'aval à l'amont Banquette 100G 08-mars-16 Amont De l'aval à l'amont Banquette 100G 17-mars-16 Amont De l’amont à l'aval Banquette 100G PRA2424 Fontaine de Barret 29-sept-16 Aval De l’amont à l'aval Lit cheminable 29-sept-16 Aval De l’amont à l'aval Lit cheminable PRA2525 Le Martron 27-juin-16 Milieu De l'aval à l'amont Lit cheminable 27-juin-16 Milieu De l'aval à l'amont Lit cheminable 27-juin-16 Milieu De l’amont à l'aval Lit cheminable 27-juin-16 Milieu De l’amont à l'aval Lit cheminable 27-juin-16 Milieu De l’amont à l'aval Lit cheminable 27-juin-16 Milieu De l'aval à l'amont Lit cheminable OHD2899+3 Le Seignan 20-oct-16 Aval De l'aval à l'amont Banquette 50G 20-oct-16 Aval De l'aval à l'amont Banquette 50G 20-sept-16 Aval De l'aval à l'amont Banquette 50G 20-sept-16 Aval De l’amont à l'aval Banquette 50G

×