Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi Transparence Amphibiens - 2017 - GREGE

40 views

Published on

Ce suivi s’inscrit dans le cadre de l’évaluation de la fonctionnalité des ouvrages de transparence écologique pour les Amphibiens le long de la LGV SEA Tours-Bordeaux.

Cette évaluation entre dans sa deuxième année et est menée selon un protocole de capture au moment de la période printanière de migration, à l’aide de seaux enterrés à l’extérieur des ouvrages échantillonnés.
Les amphibiens tombés dans les seaux sont identifiés, sexés dans la mesure du possible, et dénombrés, puis déplacés de l’autre côté du filet pour leur permettre de poursuivre leur « migration ».

De manière à optimiser le suivi et à le rendre totalement indirect, le GREGE a proposé d’expérimenter un nouveau dispositif spécifique de pièges photographiques fonctionnant en « timelapse », associé à une analyse informatique des clichés pour repérer les passages, puis une identification visuelle directe des espèces sur les clichés positifs.

L’objectif des expérimentations proposées est triple :
- Evaluer les contraintes techniques du suivi par pièges-photographiques.
- Confirmer l’efficacité de ce nouveau dispositif pour détecter et identifier les espèces.
- Evaluer l’intérêt d’un suivi automnal comme préconisé par certains auteurs (Migration automnale des juvéniles).

Deux sessions ont donc été proposées :
1. Une session printanière visant à la fois à tester le matériel sur des ouvrages suivis par piégeage, et à comparer les résultats avec ceux obtenus par le piégeage (comparaison qualitative, quantitative et logistique).
2. Une session automnale visant à améliorer les éventuels problèmes techniques et à évaluer la pertinence d’un suivi automnal complémentaire.

Ce rapport final présente l’ensemble des résultats et enseignements issus de ces deux sessions expérimentales.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Suivi Transparence Amphibiens - 2017 - GREGE

  1. 1. EVALUATION DE LA FONCTIONNALITE DES OUVRAGES DE TRANSPARENCE ECOLOGIQUE POUR LES AMPHIBIENS LE LONG DE LA LGV SEA TOURS-BORDEAUX EXPERIMENTATION DE PIEGES PHOTOGRAPHIQUES Rapport final réalisé pour le compte de Avril 2018
  2. 2. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 2 SOMMAIRE I. CONTEXTE................................................................................................................................................3 II. MATERIELS ET METHODES .......................................................................................................................3 II.1. PRINCIPE DU SUIVI ...................................................................................................................................... 3 II.2. POSE DU MATERIEL ET RELEVES...................................................................................................................... 4 II.3. OUVRAGES SUIVIS AU PRINTEMPS .................................................................................................................. 6 II.4. OUVRAGES SUIVIS A L’AUTOMNE ................................................................................................................... 6 II.5. ANALYSES DES DONNEES .............................................................................................................................. 7 II.5.1. Champ de détection des pièges-photos ........................................................................................ 7 II.5.2. Etude comparative des pièges-photos et des captures par seaux ................................................ 7 II.5.3. Temps de traversée des espèces ................................................................................................... 8 III. RESULTATS...............................................................................................................................................8 III.1. ASPECTS TECHNIQUES.................................................................................................................................. 8 III.1.1. Longueur détectée en fonction de la hauteur du piège-photo...................................................... 8 III.1.2. Distances parcourues par les différentes espèces et classes d’âge............................................... 8 III.2. SUIVI PRINTANIER ET ETUDE COMPARATIVE DES METHODES................................................................................. 9 III.2.1. Données générales........................................................................................................................ 9 III.2.2. Ouvrages de la Gironde............................................................................................................... 10 III.2.3. Ouvrages de la Vienne ................................................................................................................ 10 III.2.3.1. PPF 1041................................................................................................................................................. 10 III.2.3.1. PPF 1055................................................................................................................................................. 12 III.2.4. Ouvrage d’Indre-et-Loire (PPF 0203+6)....................................................................................... 12 III.2.5. Temps de traversée des espèces ................................................................................................. 13 III.2.6. Bilan ............................................................................................................................................ 13 III.3. SUIVI AUTOMNAL PAR PIEGES-PHOTOS.......................................................................................................... 14 III.3.1. Données générales...................................................................................................................... 14 III.3.1. Ouvrages de la Vienne ................................................................................................................ 14 III.3.1.1. PPF 1041................................................................................................................................................. 14 III.3.1.1. PPF 1055................................................................................................................................................. 14 III.3.2. Ouvrages d’Indre-et-Loire ........................................................................................................... 14 III.3.2.1. PPF 0202+1............................................................................................................................................. 14 III.3.2.2. PPF 0202+6............................................................................................................................................. 15 III.3.3. Bilan ............................................................................................................................................ 16 IV. ENSEIGNEMENTS TECHNIQUES.......................................................................................................... 17 IV.1. LES FIXATIONS .......................................................................................................................................... 17 IV.2. LES GRILLES DE PROTECTION........................................................................................................................ 17 IV.3. LES CONTROLES ........................................................................................................................................ 18 V. CONCLUSIONS........................................................................................................................................ 18 VI. ANNEXE : CLICHES ILLUSTRATIFS........................................................................................................ 19
  3. 3. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 3 I. CONTEXTE Ce suivi s’inscrit dans le cadre de l’évaluation de la fonctionnalité des ouvrages de transparence écologique pour les Amphibiens le long de la LGV SEA Tours-Bordeaux. Cette évaluation entre dans sa deuxième année et est menée selon un protocole de capture au moment de la période printanière de migration, à l’aide de seaux enterrés à l’extérieur des ouvrages échantillonnés. Trois seaux sont disposés d’un côté des ouvrages suivis, et contrôlés quotidiennement durant 45 jours : 2 seaux latéraux pour capturer les animaux souhaitant prendre le passage et 1 seau central pour capturer les animaux qui ont emprunté le passage, les deux types de seaux étant séparés par un filet petite faune vertical hermétique (bâche) qui vise également à conduire les animaux vers ces derniers (Figure 1). Les amphibiens tombés dans les seaux sont identifiés, sexés dans la mesure du possible, et dénombrés, puis déplacés de l’autre côté du filet pour leur permettre de poursuivre leur « migration ». Cette technique est lourde à mettre en œuvre (un contrôle quotidien pendant 45 jours) et pourrait de plus interférer avec les déplacements des individus, notamment lorsque ces derniers sont captés au moment où ils souhaitent entrer dans le passage. De manière à optimiser le suivi et à le rendre totalement indirect, le GREGE a proposé d’expérimenter un nouveau dispositif spécifique de pièges photographiques fonctionnant en « timelapse », associé à une analyse informatique des clichés pour repérer les passages, puis une identification visuelle directe des espèces sur les clichés positifs. L’objectif des expérimentations proposées est double :  Evaluer les contraintes techniques du suivi par pièges-photographiques.  Confirmer l’efficacité de ce nouveau dispositif pour détecter et identifier les espèces.  Evaluer l’intérêt d’un suivi automnal comme préconisé par certains auteurs (Migration automnale des juvéniles). Deux sessions ont donc été proposées : 1. Une session printanière visant à la fois à tester le matériel sur des ouvrages suivis par piégeage, et à comparer les résultats avec ceux obtenus par le piégeage (comparaison qualitative, quantitative et logistique). 2. Une session automnale visant à améliorer les éventuels problèmes techniques et à évaluer la pertinence d’un suivi automnal complémentaire. Ce rapport final présente l’ensemble des résultats et enseignements issus de ces deux sessions expérimentales. II. MATERIELS ET METHODES II.1.PRINCIPE DU SUIVI L’appareil photographique dédié est un matériel totalement innovant, développé spécifiquement pour le suivi des amphibiens, et testé pour la première fois en France au cours de ce suivi. Les pièges photographiques « classiques » ne possédant pas une sensibilité suffisante pour détecter les passages d’Amphibiens (du fait de la lenteur des mouvements et des capteurs thermiques ne fonctionnant pas sur les espèces poïkilothermes), le principe repose sur l’enregistrement automatique d’un cliché, associé à un éclairage permanent à LED infrarouges, selon une fréquence élevée (toutes
  4. 4. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 4 les 15 secondes). Il convient de préciser que cet éclairage ne génère aucune perturbation que ce soit pour les Amphibiens ou pour les Mammifères. En effet, aucun stationnement d’individu ou cliché avec l’animal regardant l’objectif n’a été enregistré comme ce peut être le cas de façon régulière sur les pièges photographiques classiques à LED s’allumant au passage de l’animal. Un logiciel spécifique analyse ensuite automatiquement (script informatique) l’ensemble des clichés et repère les divergences entre des clichés successifs, permettant de repérer les clichés positifs aux Amphibiens ou autres cortèges. Seuls ceux-ci sont ensuite analysés visuellement pour trier les passages de vertébrés et identifier les espèces d’amphibiens, la classe d’âge, le sexe pour certaines espèces, l’horaire, la direction empruntée, ainsi que le comportement (traversant, demi-tour, hésitant, …). II.2.POSE DU MATERIEL ET RELEVES Les appareils sont fixés en hauteur, centrés dans les buses, du côté opposé aux seaux de capture lors de la session printanière (Figure 1). Ils sont installés dans un support spécifique parallèle à la buse. Pour la session automnale, un repère métrique a été dessiné au crayon sur le fond de la buse (deux traits perpendiculaires avec des tirets de repères métriques), de façon à apparaître sur les clichés. Afin d’éviter le vol du matériel, ou sa détérioration lors du passage de certains gros mammifères (Sanglier notamment), une grille de protection est installée de chaque côté de la buse équipée. Une attention particulière a été portée au positionnement de la barre inférieure du cadre afin que celle-ci ne constitue pas un obstacle ou une marche pour les amphibiens. Lors des contrôles, l’appareil est retiré de son support grâce à une perche télescopique pour éviter de démonter la grille, et le sol de la buse est nettoyé des éventuels cailloux, terre, etc… grâce à un balai brosse. Les batteries ont une autonomie assez courte, imposant un relevé tous les 5 jours (120 heures) au maximum au cours duquel la batterie est remplacée ainsi que la carte SD. En pratique, les contrôles ont eu lieu tous les lundis et tous les vendredis produisant près de 23000 clichés à analyser à chaque relevé. Figure 1 : Schéma du dispositif de capture pour le suivi des Amphibiens (Source : CEN Aquitaine, 2016), et position du piège photographique à Amphibiens du côté opposé lors de la session printanière. Piège photographique à Amphibiens fonctionnant en « timelapse »
  5. 5. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 5 Planche-photos 1 : Pose des pièges-photographiques pour Amphibiens et relevés Vue du support d’installation, piège-photo non placé (GREGE) Piège-photo placé dans son support d’installation (GREGE) Repère métrique dessiné au sol (GREGE) Vue d’une des grilles installées à l’entrée de l’ouvrage suivi et contrôle à l’aide de la perche (GREGE). Piège photo installé dans une buse, en cours de contrôle à l’aide de la perche télescopique (GREGE). Illustration de l’analyse informatique des clichés permettant d’extraire les changements d’images (clichés positifs) avant analyse visuelle pour identification (GREGE)
  6. 6. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 6 II.3.OUVRAGES SUIVIS AU PRINTEMPS Quatre ouvrages devaient initialement être suivis à l’aide de quatre pièges-photographiques, deux en Gironde et deux en Vienne, mais les bons résultats obtenus par capture en Indre-et-Loire nous ont amenés à interrompre un suivi en Gironde, afin de le reporter sur un ouvrage d’Indre-et-Loire pour permettre une évaluation sur un ouvrage mieux fréquenté. Un autre ouvrage en Gironde a ensuite été suivi après la période de capture, lorsque le suivi d’Indre-et-Loire s’est achevé. Sur deux ouvrages de Gironde, des capteurs à empreintes, sensibles aux passages d’amphibiens, ont été également installés pour confronter également la méthode de suivi après achèvement des piégeages par seau. Ainsi, lors de la première session printanière, six opérations de suivi ont été menées, trois en Gironde, deux en Vienne et une en Indre-et-Loire (Tableau I). Les pièges-photos ont été placés avec l’objectif à une hauteur variant de 22 à 37 cm par rapport au niveau le plus bas de la buse ou du dalot. Tableau I : Détail du suivi des ouvrages au printemps 2017 Département Gironde Vienne Indre-et-Loire Ouvrage PPF 2956 PPF 2953 PPF 2951 PPF 1041 PPF 1055 PPF 0203+6 Type d’ouvrage Buse Buse Buse Buse Buse Buse Suivi Piège- photos 03/02 - 20/02 17 jours H = 30 cm Côté : Ouest 07/02 - 02/05 84 jours H = 30 cm Côté : Ouest 23/03 - 02/05 40 jours H = 30 cm Côté : Ouest 13/02 - 26/03 41 jours H = 37 cm Côté : Est 13/02 - 26/03 41 jours H = 22 cm Côté : Est 22/02 - 12/03 18 jours H = 29 cm Côté : Ouest Suivi Captures seaux 02/02 - 19/03 45 jours 02/02 - 19/03 45 jours 02/02 - 19/03 45 jours 13/02 - 23/03 38 jours Non 01/02 – 17/03 44 jours Période de suivi commun 03/02 - 20/02 17 jours 07/02 - 19/03 40 jours Néant 13/02 - 23/03 38 jours Néant 22/02 - 12/03 18 jours Suivi capteur empreintes NON 20/03 - 21/04 20/03 – 21/04 NON NON NON II.4.OUVRAGES SUIVIS A L’AUTOMNE Pour l’évaluation de la pertinence du suivi automnal, ont été sélectionnés quatre ouvrages présentant des bons taux de fréquentation printanière par les Amphibiens, dans la Vienne et en Indre-et-Loire (Tableau II). Cette fois, les pièges-photos ont été placés plus hauts que lors du suivi printanier, à une hauteur comprise entre 45,5 et 49,5 cm, afin d’avoir un champ de vision plus grand. Tableau II : Détail du suivi des ouvrages à l’automne 2017 Département Vienne Indre-et-Loire
  7. 7. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 7 Ouvrage PPF 1041 PPF 1055 PPF 0202+1 PPF 0202+6 Type d’ouvrage Buse Buse Buse Dalot Suivi Piège-photos 29/09 - 31/10 32 jours H = 46 cm Côté : Ouest 29/09 - 31/10 32 jours H = 45,5 cm Côté : Ouest 05/10 – 03/11 29 jours H = 49,5 cm Côté : Ouest 13/09 – 03/11 51 jours H = 48,5 cm Côté : Ouest II.5.ANALYSES DES DONNEES II.5.1. Champ de détection des pièges-photos Des mesures de longueur de champs de vision en fonction de la hauteur des pièges-photos ont été réalisées expérimentalement sur une buse reconstituée, et confirmées à l’automne à l’aide des repères métriques tracés au fond des ouvrages. Ces analyses avaient pour objectif de tester le niveau de corrélation entre les deux variables et de connaître la longueur détectée par chaque appareil en fonction de sa hauteur d’installation, qui peut dépendre des possibilités de fixation ou simplement de la taille de l’ouvrage à suivre. A partir de ces informations ont été calculées, sur les clichés obtenus lors du suivi, les distances parcourues entre deux clichés successifs de 15 secondes par les différents individus détectés. Lorsqu’un seul cliché était disponible, une distance « minimale » a été estimée entre l’individu et la sortie ou bien l’entrée dans le champ de détection. Les deux séries de données ont ensuite été mises en relation, afin d’estimer si les différentes espèces détectées étaient susceptibles de parcourir, entre deux clichés, une distance supérieure au champ de vision des pièges-photos. L’objectif final est d’évaluer le taux d’animaux non détectés en fonction de la hauteur pour proposer une installation optimale pouvant être plafonnée par l’intensité de l’éclairage installé sur le dispositif. II.5.2. Etude comparative des pièges-photos et des captures par seaux Pour la session printanière, les données obtenues par pièges-photos et par captures ont été comparées sur les périodes communes de suivi, en recherchant systématiquement une correspondance entre individus détectés par pièges-photos et individus capturés. Pour cela, ont été mis en correspondance la date et l’heure de passage, l’espèce détectée, le nombre d’individus et le sens de déplacement. Ont été pris en compte pour étudier cette correspondance, les comportements d’hésitation, de demi- tour et d’aller-retour observés sur certains individus grâce aux pièges-photos. Ainsi, seul un décompte minimum a été pris en compte pour ne pas surestimer le nombre de passages : - Pour les clichés, si ceux-ci ont mis en évidence un seul ou plusieurs allers et retours d’un même individu, un seul passage est décompté. - De même pour les captures, si un individu est pris dans un seau à l’extérieur (donc placé à l’intérieur après capture), puis un individu équivalent repris le lendemain dans un seau à l’intérieur, il est possible que ce soit le même individu qui n’ait pas traversé la buse, et le passage n’est donc pas décompté.
  8. 8. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 8 II.5.3. Temps de traversée des espèces Pour tous les passages détectés à la fois par capture et pièges-photos dans le sens « seaux de capture vers piège-photo », une estimation du temps passé dans l’ouvrage par les individus a été réalisée par comparaison de l’horaire de relâcher à l’entrée de l’ouvrage avec l’horaire du cliché photographique. III. RESULTATS III.1. ASPECTS TECHNIQUES III.1.1. Longueur détectée en fonction de la hauteur du piège-photo Il existe une corrélation très significativement positive entre la hauteur de l’objectif et la longueur de détection (Figure 2), suggérant que, selon la vitesse de déplacement des animaux et leur taille, certains pourraient avoir le temps de passer dans le champ de l’objectif entre deux clichés successifs (donc ne pas être détectés) si la distance couverte par le cliché est trop courte. Ainsi, on voit bien que d’augmenter la hauteur de l’objectif de 15 cm (en passant de 30 à 45 cm du sol), permet d’augmenter la longueur de détection de 17 cm, en passant de 41 à 58 cm de longueur. Figure 2 : Longueur de détection en fonction de la hauteur de l’objectif des pièges-photos. III.1.2. Distances parcourues par les différentes espèces et classes d’âge Quatre-vingt-deux distances parcourues en 15 secondes ont pu être calculées à partir des différents clichés. La figure 3 nous montre que la Salamandre, le Triton palmé et les crapauds communs juvéniles présentent des distances de déplacement en 15 s assez courtes (33 cm maximum), et que même lorsque le piège-photo est placé assez bas (30 cm), la longueur de détection reste supérieure à ces distances, suggérant que les passages de ces trois groupes ne peuvent pas être manqués par le piège- photo. En revanche, pour les grenouilles agiles adultes ou juvéniles comme pour les crapauds communs adultes, 22 à 33% des distances parcourues sont supérieures à 40 cm et deux individus ont, semble-t- il de façon exceptionnelle, parcouru jusqu’à 60 cm (3,7%). Ces données indiquent que lorsque les
  9. 9. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 9 pièges-photos sont placés trop bas, leur champ de vision est plus petit que certains déplacements effectués entre deux clichés, et que ces derniers seront donc manqués par le piège-photo concerné. Figure 3 : Longueur de détection des piège-photos et distances parcourues en 15 s par les Amphibiens. Ces éléments nous amènent à préconiser une hauteur d’objectif proche de 50 cm, couvrant ainsi une longueur de 64 cm au sol. Le taux d’échec de détection serait alors nul à très faible. A cette hauteur, les éclairages infra-rouges des individus ont diminué du fait de la remontée du boitier. Cela diminue la résolution mais elle semble suffisante pour assurer une identification des espèces ayant circulé en automne. Cette difficulté potentielle avait été anticipée pour 2018 en faisant installer une deuxième LED sur les nouveaux appareils, imposant de doubler les batteries. Elle ne semble à ce stade, pas requise. Une nouvelle évaluation sera réalisée lors du suivi de 2018 pour confirmer ce résultat. III.2. SUIVI PRINTANIER ET ETUDE COMPARATIVE DES METHODES III.2.1. Données générales Cinq espèces d’Amphibiens ont été détectées lors du suivi printanier : 1. Le Crapaud commun, Bufo bufo, détecté avec les deux méthodes. 2. La Grenouille agile, Rana dalmatina, détectée avec les deux méthodes. 3. La Salamandre tachetée, Salamandra salamandra, détectée avec les deux méthodes. 4. Le Crapaud calamite, Epidalea calamita, détecté une seule fois avec les captures.
  10. 10. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 10 5. Le Triton palmé, Lissotriton helveticus, détecté deux fois avec les captures. Vingt-quatre passages de Mammifères ont également été détectés avec les clichés : le chat domestique (19 passages) et des petits rongeurs type Mulot ou Souris, voire Campagnol. Un mammifère non identifié pouvant être un Mustélidé a également été photographié. III.2.2. Ouvrages de la Gironde Les trois ouvrages suivis en Gironde n’ont été que pas ou très peu fréquentés par les Amphibiens, quelle que soit la méthode de suivi mise en place : 1. Le PPF 2956, suivi 17 jours avec les deux méthodes, n’a révélé aucun passage d’Amphibiens, ni par les clichés, ni par les captures dans les seaux. Seul un chat domestique a été détecté par le piège-photo. 2. Le PPF 2953, suivi 84 jours par piège-photo, dont 40 jours également par captures, a révélé le passage d’un Crapaud calamite via les captures uniquement : il a été capturé en sortie de buse dans le seau central, semble-t-il après avoir traversé la buse. Il n’a pas été détecté avec les clichés, mais une trace d’humidité a cependant été repérée après un visionnage exhaustif des clichés correspondant, laissant supposer que l’animal a eu le temps de passer entre deux clichés. Le piège-photo était placé à 30 cm de hauteur, soit une longueur de détection de 41 cm, qui comme nous l’avons vu auparavant n’est pas optimale pour un comptage exhaustif de certaines espèces. La hauteur de l’appareil explique donc cet échec sur une espèce qu’on peut considérer comme se déplaçant au moins aussi rapidement que le Crapaud commun. D’autre part, trois mammifères ont été détectés par les clichés (2 petits rongeurs et probablement un mustélidé). Le suivi par capteurs d’empreintes a débuté après les captures, et n’a révélé aucun passage d’Amphibiens non plus. 3. Le PPF 2951, suivi 41 jours par piège-photos postérieurement à la session de captures, n’a révélé le passage que d’un seul Crapaud commun traversant de l’est vers l’ouest, ainsi qu’un Chat domestique et un Rongeur du type Mulot ou Souris. Cette très faible fréquentation de l’ouvrage a également été constatée par le très faible nombre de captures. Le suivi par capteurs d’empreintes a corroboré ces observations. III.2.3. Ouvrages de la Vienne III.2.3.1.PPF 1041 Cet ouvrage a été suivi 38 jours avec les deux méthodes combinées. Vingt passages de 15 individus ont été décomptés toutes méthodes confondues. En effet, un crapaud commun a probablement fait deux allers-retours complets avant de sortir côté seaux et un autre a tourné en rond avant de sortir côté piège-photo. Un crapaud commun et une salamandre tachetée capturés dans les seaux extérieurs ont été relâchés directement de l’autre côté de la buse par les observateurs, et la comparaison des 2 méthodes de suivi porte donc sur 13 individus, dont 9 crapauds communs, une grenouille agile et trois salamandres tachetées. La figure 4 montre clairement que sur les 9 crapauds communs décomptés, seuls trois ont été capturés et que la grenouille agile n’a été détectée que par les clichés. Pour la salamandre tachetée, sur trois individus, un seul a été détecté avec les deux méthodes.
  11. 11. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 11 Figure 4: Nombre d’individus par espèce détectés par un cliché sans capture associée (rouge), par un cliché et une capture correspondante (orange) et par une capture sans cliché associé (jaune) dans le PPF 1041 lors du suivi printanier. Les passages se font dans les deux sens de circulation (Figure 5), mais la proportion d’individus photographiés non capturés est plus élevée dans le sens piège-photo vers les seaux, suggérant que les animaux arrivent à franchir la bâche mise en place pour les diriger vers le seau central. Toutefois, dans l’autre sens aussi des individus semblent réussir à franchir la bâche et pénétrer dans l’ouvrage sans se faire capturer. Concernant la salamandre capturée dans les seaux extérieurs, mise dans la buse et non détectée par le piège-photo, compte tenu de sa lenteur de déplacement et du champ de vision du piège-photo (Figure 3), il est impossible qu’elle n’ait pas été détectée par le piège-photo et l’hypothèse serait qu’elle ait fait demi-tour et ait franchi la bâche pour ressortir côté seaux. Figure 5: Nombre d’individus détectés par un cliché sans capture associée (rouge), par un cliché et une capture correspondante (orange) et par une capture sans cliché associé (jaune) dans le PPF 1041 lors du suivi printanier, selon le sens de circulation dans l’ouvrage
  12. 12. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 12 Finalement, pour le PPF1041, les pièges-photos ont donné de meilleurs résultats que les captures, avec 12 passages détectés, contre 5 avec les captures. III.2.3.1.PPF 1055 Cet ouvrage n’a été suivi qu’avec le piège-photo pendant 41 jours mais aucun passage d’Amphibiens n’a été détecté. III.2.4. Ouvrage d’Indre-et-Loire (PPF 0203+6) Cet ouvrage a été suivi pendant 18 jours avec les deux méthodes. Toutefois, la mise en place du piège- photo le 22/02 a eu lieu à 10h00 du matin, soit 1h30 après le relevé des seaux à 8h30. Les captures enregistrées ce jour-là n’ont donc pas été prises en compte dans la comparaison des deux méthodes, car les animaux ont eu le temps de traverser tout l’ouvrage avant la mise en fonctionnement du piège- photo. Dix-neuf passages de 19 individus ont été enregistrés (17 crapauds communs et deux tritons palmés), dont deux crapauds en amplexus, et un crapaud ayant fait un aller-retour. La figure 6 montre que pour les 14 données de crapauds communs retenues, sept proviennent de clichés sans capture, et seulement trois de captures sans cliché. Ces trois captures sans cliché corroborent toutefois le fait que le piège-photo était placé trop bas (29 cm) pour une détection exhaustive de tous les passages (Figure 3). Concernant le Triton palmé, aucun des animaux capturés n’a été détecté avec le piège-photo, et compte tenu de sa lenteur de déplacement et du champ de vision du piège-photo (Figure 3) il est impossible qu’ils n’aient pas été détectés par le piège-photo et ils ont certainement fait demi-tour et franchi la bâche pour ressortir côté seaux. Ainsi, pour le PPF 0203+6, malgré un inventaire probablement non exhaustif du fait de la « faible » hauteur du piège-photo, celui-ci a donné de meilleurs résultats que les captures, avec 11 passages détectés contre neuf avec les captures, suggérant à nouveau que des individus franchissent les bâches dans un sens comme dans l’autre (Figure 7). Figure 6: Nombre d’individus par espèce détectés par un cliché sans capture associée (rouge), par un cliché et une capture correspondante (orange) et par une capture sans cliché associé (jaune) dans le PPF 0203+6 lors du suivi printanier.
  13. 13. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 13 Figure 7 : Nombre d’individus détectés par un cliché sans capture associée (rouge), par un cliché et une capture correspondante (orange) et par une capture sans cliché associé (jaune) dans le PPF 0203+6 lors du suivi printanier, selon le sens de circulation dans l’ouvrage. III.2.5. Temps de traversée des espèces Les temps relevés sur cinq passages montrent que les animaux sont susceptibles de traverser les ouvrages très rapidement, de l’ordre d’une heure trente, mais ils peuvent aussi passer une grande partie de la journée dans l’ouvrage (Tableau III) sans que l’on sache si cela est lié à leur comportement nocturne ou à la perturbation liée à la capture. Tableau III : Quelques temps de traversée des Amphibiens au printemps Ouvrage Espèce Date Horaire relâché seaux Horaire cliché piège-photo Temps passé dans l’ouvrage PPF 1041 Bufo bufo 14/02/2017 9h00 19h21 10h21 PPF 1041 Salamandra salamandra 13/03/2017 10h15 20h38 10h23 PPF 0203+6 Bufo bufo (Amplexus) 22/02/17 08h30 10h03 1h33 PPF 0203+6 Bufo bufo 01/03/17 08h50 10h19 1h29 PPF 0203+6 Bufo bufo 02/03/17 09h00 13h12 4h12 III.2.6. Bilan Le suivi réalisé avec les deux méthodes a permis d’analyser les avantages et limites de chacune des méthodes pour tenter si possible de corriger les problèmes rencontrés. La comparaison des techniques a montré l’efficacité supérieure et l’intérêt des pièges-photos par rapport aux captures, avec notamment : - L’absence d’impact lié à la capture. - Un recensement exhaustif si l’appareil est positionné suffisamment haut. - Une efficacité du dispositif même lorsque les conditions sont défavorables (fortes pluies), inondant les seaux de captures et rendant les captures impossibles.
  14. 14. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 14 - Une installation possible sur des ouvrages à enjeux dont les sorties bétonnées ne permettent pas l’installation de seaux. - Les animaux photographiés dans l’ouvrage l’ont réellement emprunté alors que les captures sur les seaux extérieurs ne sont qu’une « intentionnalité extrapolée ». D’autre part, cette méthode nous apporte des informations supplémentaires sur le comportement des amphibiens et notamment sur des tentatives de traversée des ouvrages, pouvant parfois échouer. Certaines limites des pièges photographiques ont été entrevues lors de cette première phase pour lesquelles des solutions correctives ont été proposées et pour certaines testées à l’automne afin d’aboutir à un protocole de suivi optimal. III.3. SUIVI AUTOMNAL PAR PIEGES-PHOTOS III.3.1. Données générales Trois espèces d’Amphibiens ont été détectées par pièges-photos lors du suivi automnal : 1. Le Crapaud commun, Bufo bufo, dont 4 juvéniles et 1 adulte. 2. La Grenouille agile, Rana dalmatina, dont 15 juvéniles et 1 adulte. 3. Le Triton palmé, Lissotriton helveticus (3 adultes). Quarante-quatre passages de Mammifères et Oiseaux ont également été détectés avec les clichés, dont le chat domestique, des petits rongeurs type Souris, Mulot, Campagnol, du Ragondin et plusieurs passereaux (rouge-gorge, mésange). III.3.1. Ouvrages de la Vienne III.3.1.1.PPF 1041 Cet ouvrage a été suivi 32 jours et seuls deux passages d’Amphibiens adultes ont été décomptés, contre vingt au printemps : 1. Une Grenouille agile adulte. 2. Un Crapaud commun adulte. Dix passages de Mammifères et Oiseaux ont également été décomptés, dont six passages de petits rongeurs, deux passages de passereaux et deux chats domestiques. III.3.1.1.PPF 1055 Cet ouvrage a été suivi 32 jours mais comme lors du suivi printanier, aucun passage d’Amphibiens n’a été détecté. Cependant, huit passages de chat domestique ont été décomptés et deux passages de ragondins. III.3.2. Ouvrages d’Indre-et-Loire III.3.2.1.PPF 0202+1 Cette buse a été suivie pendant 29 jours et sept passages de trois espèces ont été décomptés (Figure 8). Il s’agissait d’individus juvéniles, sauf pour le Triton palmé.
  15. 15. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 15 Figure 8: Nombre d’individus par espèce détectés selon le sens de circulation dans le PPF 0202+1 lors du suivi automnal de 29 jours. Par comparaison, au printemps dans cet ouvrage, 49 passages de quatre espèces avaient été décomptés lors des 38 jours de suivi, ce qui rapporté à une durée de suivi de 29 jours correspondrait à 37 passages, principalement dans le sens Est - Ouest (Figure 9). Un seul individu de Triton crêté (Triturus cristatus) avait été considéré comme juvénile. Figure 9: Nombre d’individus par espèce capturés au printemps selon le sens de circulation dans le PPF 0202+1 (données rapportées à 29 jours). III.3.2.2.PPF 0202+6 Ce dalot a été suivi pendant 51 jours et quinze passages des trois mêmes espèces ont été décomptés (Figure 10). Il s’agissait d’animaux juvéniles, sauf pour le Triton palmé. Le principal sens de circulation a été d’Ouest en Est, mais les 4 passages en direction de l’Ouest pourraient en fait correspondre à des individus ayant fait demi-tour.
  16. 16. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 16 Figure 10: Nombre d’individus par espèce détectés selon le sens de circulation dans le PPF 0202+6 lors du suivi automnal. Par comparaison, au printemps dans cet ouvrage, 59 passages de six espèces avaient été décomptés lors des 39 jours de suivi, ce qui rapporté à une durée de suivi de 51 jours correspondrait à 73 passages, principalement dans le sens Est- l’Ouest (Figure 11). Trois individus de Triton crêté (Triturus cristatus) avaient été considérés comme juvéniles. Figure 11 : Nombre d’individus par espèce capturés au printemps selon le sens de circulation dans le PPF 0202+6 (données rapportées à 51 jours). III.3.3. Bilan Même si le nombre d’espèces et le taux de fréquentation ont été moindres par rapport au suivi printanier des mêmes ouvrages, le suivi automnal par pièges-photos a permis de confirmer l’utilisation des deux ouvrages suivis en Indre-et-Loire par des Amphibiens juvéniles. Ces données confirment donc que cette classe d’âge a la capacité de trouver les passages et de les emprunter lors de sa migration.
  17. 17. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 17 En outre, les ajustements techniques testés suite aux résultats de la phase printanière ont permis de corriger les limites de détection entrevues et d’aboutir à un procédé de suivi particulièrement fiable. IV. ENSEIGNEMENTS TECHNIQUES Les différentes installations et les contrôles ont été riches d’enseignements au printemps puis à l’automne pour permettre de nouvelles améliorations et caler des recommandations engagées en 2018. IV.1. LES FIXATIONS Le principe de fixation initial avait été conçu à partir d’une planche installée au diamètre de la buse et sur laquelle était fixé le cadre support de l’appareil. Ce système n’est pas pratique car il impose de détenir une planche pour chaque diamètre de buse et surtout, faire coulisser cette planche ajustée au diamètre théorique de la buse n’est pas chose facile car l’intérieur de la buse n’est pas suffisamment régulier. En outre, le calage altimétrique de l’appareil en fonction de la taille de la buse n’est pas aisé. Une potence réglable a donc été conçue pour 2018 permettant un ajustement très simple de la hauteur pour des buses allant de 800 à 1200, en incluant les dalots de 70 cm de hauteur. Planche-photos 2 : Vue du support d’installation 2018, piège-photo non placé (GREGE) IV.2. LES GRILLES DE PROTECTION Elles sont indispensables, mais celles fabriquées sur mesures en 2017 avaient été calibrées sur les têtes de buses constatées en Gironde. L’installation sur les autres secteurs de la LGV a révélé des modalités de positionnement des grillages et des finitions aussi variées que le nombre initial de lots constructifs. De nouvelles grilles plus grandes seront testées en 2018.
  18. 18. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 18 IV.3. LES CONTROLES Quelques problèmes ont été constatés au début des opérations lors des contrôles ayant pour objectif de changer les piles de l’appareil, les batteries de l’éclairage et la carte SD :  Oubli de réarmer l’appareil.  Mélange des piles chargées et déchargées ou rechargement insuffisant de la batterie d’éclairage.  Mauvais positionnement de l’appareil dans son boitier étanche.  Décalage de l’objectif.  Arrachage du fil de batterie.  Arrachage du fil de la lampe. Les contrôles sont actuellement nécessaires toutes les 120 heures. D’un point de vue organisation, les contrôles ont été réalisés tous les lundis et les vendredis. Quelques essais ont été tentés en ne passant que les lundis après avoir doublé la batterie de l’éclairage. A ce stade, ce sont les piles rechargeables de l’appareil qui ne tenaient pas toujours jusqu’au lundi suivant. Fort de ce constat et comme les quelques erreurs de manipulation potentielles feraient perdre ou altèreraient les données sur une période plus longue, cette optimisation a été abandonnée. Pour 2018, les contrôles restent calés les lundis et vendredis. V.CONCLUSIONS Cette étude expérimentale du suivi de la fréquentation d’ouvrages par des pièges-photographiques à Amphibiens a permis de montrer que : 1. Cette technique innovante, sans impact sur les espèces, a une meilleure efficacité que le suivi par captures, et avec des contraintes logistiques moindres (2 contrôles par semaine pour changer les batteries). 2. Les pièges-photos doivent être placés à une hauteur proche de 50 cm pour avoir un champ de détection permettant de ne rater aucun passage entre deux clichés successifs (15 s), même pour les espèces se déplaçant plus rapidement. 3. Les juvéniles sont capables de trouver et d’emprunter les ouvrages. Toutefois, en l’absence de données précises sur les périodes maximales de migration automnale, des suivis complémentaires seraient nécessaires pour mieux cerner cette période et évaluer la pertinence du suivi automnal en complément du suivi printanier. 4. Les ouvrages sont également utilisés par d’autres cortèges de Mammifères et Oiseaux et présentent donc un intérêt complémentaire en termes de rétablissement des connexions pour la Faune. Toutefois, la présence récurrente de Chats domestiques dans certains passages pourrait avoir une influence négative. Fort de ces résultats et conclusions, nous proposons de poursuivre le protocole d’évaluation de la fonctionnalité des ouvrages de transparence pour les Amphibiens à l’aide des pièges photographiques développés.
  19. 19. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 19 VI. ANNEXE : CLICHES ILLUSTRATIFS Suivi printanier PPF 2956 : Chat domestique PPF 2953 : petit rongeur type Campagnol PPF 2951 : Crapaud commun
  20. 20. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 20 PPF 2951 : Souris PPF 1055 : Chat domestique PPF 1041 : Crapaud commun
  21. 21. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 21 PPF 1041 : Grenouille agile PPF 1041 : Salamandre tachetée PPF 0203+6 : Crapauds communs en amplexus
  22. 22. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 22 PPF 0203+6 : Crapaud commun PPF 0203+6 : Petit rongeur Suivi automnal PPF 1041 : Crapaud commun
  23. 23. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 23 PPF 1041 : Grenouille agile PPF 1041 : Rouge-gorge PPF 1055 : Ragondin
  24. 24. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 24 PPF 0202+1 : Grenouille agile juvénile PPF 0202+1 : Crapaud commun juvénile PPF 0202+1 : Triton palmé
  25. 25. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 25 PPF 0202+1 : Rouge-gorge PPF 0202+6 : Crapaud commun juvénile PPF 0202+6 : Grenouille agile juvénile
  26. 26. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 26 PPF 0202+6 : Triton palmé PPF 0202+6 : Petit rongeur type Campagnol PPF 0202+6 : Mulot
  27. 27. GREGE 2017 – LGV SEA – Expérimentation de pièges photographiques pour le suivi des ouvrages Amphibiens. 27 PPF 0202+6 : Mésange charbonnière

×