Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi mesure compensatoires - Sainte Soline (79) - 2016 - PCN

147 views

Published on

Un lot de parcelles agricoles situé sur la commune de Sainte-Soline, en Deux-Sèvres, a été acquis en 2012 par COSEA et rétrocédé au CREN dans le cadre des mesures compensatoires visant principalement l'avifaune de plaine. Le site Plaine et Marais de Sainte-Soline est en effet en mesure compensatoire au titre de : - l'arrêté inter-préfectoral "espèces protégées" du 24 février 2012 (art.19) ; - l'article R414-23 CE prévoyant l'application de mesures compensatoires en sites Natura 2000 ; l'arrêté inter-préfectoral "loi sur l'eau" du 28 décembre 2012 (arrêté 2012/DDT/847). L'application de modalités de gestion adaptées satisfait par ailleurs l'Engagement de l'Etat "traversée du site Natura 2000 : ZPS de la Mothe Saint Héray Lezay" qui stipule l'acquisition de 19 ha dans les secteurs abritant des noyaux de population d'Outarde canepetière (courrier d'éligibilité - DREAL09/08/2016). Ce présent rapport détaille les protocoles mis en place en 2016 sur le site des prairies de Sainte-Soline ainsi que les résultats issus de ces suivis, hormis le suivi des mares de compensation dont les résultats sont intégrés dans un rappart spécifique aux mares de compensation LGV Poitou-Charentes.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Suivi mesure compensatoires - Sainte Soline (79) - 2016 - PCN

  1. 1. 14 rue Jean Moulin 86240 Fontaine-le-Comte 05 49 88 99 23 pc.nature@laposte.net LGV SEA TOURS-BORDEAUX Suivi des mesures compensatoires Site Plaine et Marais de Saint-Soline (79), rapport 2016
  2. 2. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 2 Poitou-Charentes Nature Suivi des mesures compensatoires Site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) Type de rapport : Rapport de suivi 2016 Association(s) intervenante(s) Période d’intervention Deux-Sèvres Nature Environnement Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres Janvier à décembre 2016 Responsable(s) expert(s) Autre(s) intervenant(s) Florian DORÉ Victor TURPAUD-FIZZALA Lucie LOPES-FERREIRA Stéphane BARBIER Thomas GOUELLO Coordinateur PCN Laura OLLIVIER Destinataire(s) Date de transmission Pierre COUTURIER (LISEA) Thierry CHARLEMAGNE (LISEA) V1 le 21/07/2017 V2 le 06/11/2017 V3 le 08/11/2017
  3. 3. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 3 Sommaire 1. CONTEXTE DE L’ETUDE .....................................................................................................................5 1.1. Contexte général................................................................................................................................................5 1.2. Groupes faunistiques et floristique suivis ...........................................................................................................7 1.3. Localisation du site d’étude................................................................................................................................7 2. MATERIEL ET METHODE...................................................................................................................9 2.1. Suivi de la végétation des habitats humides ouverts (prairies humides ou mégaphorbiaies) (Protocole D13) .......9 2.1.1. Suivi des habitats naturels ...............................................................................................................................11 2.1.2. Suivi de la flore protégée .................................................................................................................................12 2.2. Suivi de l’habitat « haie » (Protocole D2)..........................................................................................................13 2.3. Suivi de l’avifaune dans les haies de compensation (Protocole D3)....................................................................14 2.4. Entomofaune ...................................................................................................................................................16 2.4.1. Suivi des rhopalocères des prairies et mégaphorbiaies (Protocole D14)...........................................................16 2.4.2. Suivi du Cuivré des marais (Protocole D14-a)...................................................................................................19 2.4.3. Suivi des orthoptères des milieux ouverts humides (D15)................................................................................22 3. RESULTATS ET INTERPRETATION................................................................................................ 26 3.1. Habitats naturels et flore .................................................................................................................................26 3.1.1. Suivi des habitats naturels ...............................................................................................................................26 3.1.2. Suivi de la flore protégée .................................................................................................................................30 3.2. Haies ...............................................................................................................................................................36 3.2.1. Description des haies et variables environnementales.....................................................................................36 3.3. Avifaune ..........................................................................................................................................................46 3.3.1. Listes d’espèces................................................................................................................................................46 3.3.2. Résultats par point d’écoute ............................................................................................................................49 3.3.2.1 Commentaires par espèce ........................................................................................................................49 3.3.2.2 Commentaires par point ...........................................................................................................................49 3.4. Entomofaune ...................................................................................................................................................53 3.4.1. Suivi des rhopalocères des prairies et mégaphorbiaies ....................................................................................53 3.4.1.1 Richesse spécifique globale ......................................................................................................................53 3.4.1.2 Richesse spécifique stationnelle ...............................................................................................................55 3.4.1.3 Synthèse des indicateurs ..........................................................................................................................57 3.4.2. Suivi du Cuivré des marais ...............................................................................................................................58 3.4.3. Suivi des orthoptères des milieux ouverts humides .........................................................................................61
  4. 4. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 4 Poitou-Charentes Nature 3.4.3.1 Richesse spécifique globale ......................................................................................................................61 3.4.3.2 Richesse spécifique stationnelle ...............................................................................................................62 3.4.3.3 Description des stations et relations avec les communautés orthoptériques ............................................65 3.4.3.4 Détails et synthèse des indicateurs de suivi ..............................................................................................67 4. SYNTHESE GENERALE..................................................................................................................... 68 4.1. Habitats naturels et Flore protégée ..................................................................................................................68 4.2. Suivi de l’habitat « Haies »...............................................................................................................................68 4.3. Suivi de l’avifaune des haies.............................................................................................................................68 4.4. Entomofaune ...................................................................................................................................................69 5. BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................... 70 6. ANNEXES............................................................................................................................................. 71
  5. 5. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 5 Suivi des mesures compensatoires Rapport de suivi 2016 1. Contexte de l’étude 1.1. Contexte général Dans le cadre de la construction de la LGV SEA Tours-Bordeaux, et en application des arrêtés ministériels et inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012, portant dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces et d’habitats d’espèces animales protégées et de destruction d’espèces végétales protégées, le maître d’ouvrage met en œuvre des mesures visant d’une part à atténuer les impacts du projet sur l’environnement et d’autre part à compenser l’impact sur les individus d’espèces protégées ou sur les habitats d’espèces protégées. Le maître d’ouvrage est donc tenu de mettre en place des mesures visant à compenser la perte d’espèces ou d’habitats d’espèces suite à la construction et l’exploitation de la ligne LGV. Pour cela, il doit réaliser une sécurisation foncière de sites de compensation, par acquisition ou par conventionnement. De plus, les sites sécurisés devront faire l'objet d'une gestion conservatoire pendant la durée de la concession. Les modalités de mise en œuvre de ces mesures sont décrites dans la section 4 des arrêtés ministériels et inter-préfectoraux du 24 février 2012 complétés par ceux du 21 décembre 2012. Conformément aux arrêtés sus-cités, le maître d’ouvrage est tenu d’assurer le suivi de mesures environnementales mises en œuvre, ainsi que le suivi des populations et des habitats d’espèces protégées impactées. Les suivis scientifiques des sites sécurisés (en conventionnement et en acquisition) doivent ainsi permettre d’évaluer l’efficacité de la gestion conservatoire mise en œuvre en faveur des espèces cibles. On cherche à savoir si le mode de gestion adopté permet d’atteindre les objectifs fixés en termes de compensation. Pour l’acquisition, l’objectif des suivis est d’évaluer l’efficacité de la gestion mise en œuvre pour les espèces à compenser sur le site et d’apporter les éléments nécessaires à la réactualisation du plan de gestion. Concernant l’impact sur la faune et la flore patrimoniales, les mesures compensatoires sont réalisées sous forme de conventionnements et d’acquisitions foncières. Dans ce contexte, les acquisitions sont rétrocédées au CREN (Conservatoire Régional des Espaces Naturels), qui organise des opérations de restauration, et met en place une gestion sur le long terme qui doit garantir à la fois la pérennité et l’additionalité prévue par la loi (les mesures compensatoires ne doivent pas se substituer aux dispositifs existants, mais bien représenter une « plus-value » environnementale). Un lot de parcelles agricoles situé sur la commune de Sainte-Soline, en Deux-Sèvres, a été acquis en 2012 par COSEA et rétrocédé au CREN dans le cadre des mesures compensatoires visant principalement l’avifaune de plaine. Le site Plaine et Marais de Sainte-Soline est en effet en mesure compensatoire au titre de : - l’arrêté inter-préfectoral « espèces protégées » du 24 février 2012 (art.19), - l’article R414-23 CE prévoyant l’application de mesures compensatoires en sites Natura 2000, - l’arrêté inter-préfectoral « loi sur l’eau » du 28 décembre 2012 (arrêté 2012/DDT/847). L’application de modalités de gestion adaptées satisfait par ailleurs l’Engagement de l’Etat « Traversée du site Natura 2000 : ZPS de La Mothe Saint Héray Lezay » qui stipule l’acquisition de 19 ha dans les secteurs abritant des noyaux de population d’Outarde canepetière (Courrier d’éligibilité - DREAL 09/08/2016)
  6. 6. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 6 Poitou-Charentes Nature Un diagnostic initial a été réalisé en 2012 par Deux-Sèvres Nature Environnement (DSNE) et le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres (GODS). Ce diagnostic a porté sur les habitats naturels et la flore, les amphibiens, les reptiles, les rhopalocères, les odonates, les orthoptères, les chiroptères et l’avifaune. Ce diagnostic initial a permis de réaliser un état des lieux du site, d’évaluer les potentialités écologiques et de restauration, d’identifier les espèces et milieux pour lesquels une compensation existe, d’apporter des pistes de réflexion quant aux mesures de gestion et enfin, de proposer un suivi adapté. Ainsi, c’est en 2016 que le suivi du site a démarré. Le programme de suivi proposé s’appuie sur les protocoles proposés dans la note méthodologique interrégionale intitulée « Propositions de suivi des mesures environnementales liées à la construction et l’exploitation de la ligne LGV-SEA Tours-Bordeaux – Avril 2015 » et concernent les habitats humides ouverts ainsi que les haies du site de compensation. Ce présent rapport détaille les protocoles mis en place en 2016 sur le site des prairies de Sainte-Soline ainsi que les résultats issus de ces suivis, hormis le suivi des mares de compensation dont les résultats sont intégrés dans un rapport spécifique aux mares de compensation LGV Poitou-Charentes. Remarque : Le Document d’Actions et de Gestion Concertée réalisé pour ce site par le Conservatoire d’Espaces Naturels de Poitou-Charentes court sur la période 2014-2019. Conformément à la note méthodologique sur les suivis, le programme de suivi du site aurait idéalement dû démarrer dès 2013. Compte tenu du contexte de démarrage du suivi du site de Sainte-Soline, le programme de suivi est à prévoir sur la période 2016-2019 en tenant des fréquences indiquées dans chaque protocole mis en œuvre. L’ajout d’un suivi des chiroptères, dont nombre d’espèces sont compensées sur ce site, est également recommandé. Un bilan des suivis menés (habitats/flore, amphibiens, reptiles, entomofaune, chiroptères, avifaune) sera à réaliser en amont de l’actualisation du plan de gestion du site, en 2019.
  7. 7. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 7 1.2. Groupes faunistiques et floristique suivis Les groupes suivis en 2016 sur le site Plaine et Marais de Sainte-Soline sont : - Habitats naturels et flore : suivi de la végétation des habitats humides ouverts et suivi d’une espèce protégée, la Renoncule à feuilles d’Ophioglosse ; - Haies : suivi de l’habitat « haie » et suivi de l’avifaune nicheuse au sein des haies ; - Rhopalocères : suivi des communautés des milieux humides ouverts et suivi du Cuivré des marais ; - Orthoptères : suivi des communautés des milieux humides ouverts. 1.3. Localisation du site d’étude L’ensemble des parcelles se situe sur la commune de Sainte-Soline, membre du Pays Mellois, au Sud-Est du département des Deux-Sèvres, au cœur de la Zone de Protection Spéciale « Plaine de La Mothe Saint-Héray Lezay » (Site Natura 2000 FR5412022). Figure 1 : Localisation des parcelles suivies au sein de la ZPS Plaine de la Mothe Saint Héray - Lezay
  8. 8. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 8 Poitou-Charentes Nature Le lot de parcelles se compose de 5 îlots avec 2 en plaine haute en petite groie (« Plaine de Buisson Beurre » et « Champs Crochet ») et 3 autres en milieu humide (« Culaye », « La Bertinière » et « Puits Gabeleau »). Figure 2 : Localisation des parcelles avec nom des ilots (source CREN Poitou-Charentes)
  9. 9. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 9 2. Matériel et méthode 2.1. Suivi de la végétation des habitats humides ouverts (prairies humides ou mégaphorbiaies) (Protocole D13) Rappel du protocole (D13) : Cartographie des habitats → Relevés phytosociologique à réaliser selon la méthode scientifique de Braun-Blanquet au niveau de placettes de suivi de 5x5m. 3 placettes sont tirées aléatoirement par type de faciès (ou type d'habitat) au sein de la parcelle gérée. Chaque coin de placette est localisé par GPS. La méthode de Braun-Blanquet est basée sur : Une description de la placette : contexte topographique, nombre et hauteur des strates herbacées et pourcentage de recouvrement de chacune des strates, pente, exposition, hauteur par rapport à l'eau ; L'inventaire de l'ensemble des espèces ; L'évaluation de l'abondance relative de chacune des espèces à l'aide de 7 classes d'abondance (i : individu isolé, + : individu à faible recouvrement ; 1 : espèce à recouvrement d'environ 10 %; 2 : espèce à recouvrement jusqu'à 25 % ; 3 : espèce à recouvrement supérieur à 25 % jusqu'à 50 %; 4 : espèce à recouvrement supérieur à 50 % jusqu'à 75 %; 5 : recouvrement quasi-monospécifique) ; La description de leur sociabilité au sein de la placette à l'aide de 7 catégories de distribution (1 : espèce répartie de manière homogène ; 2 : en touffe ; 3 : en population serrée dans une partie du quadrat ; 4 : population dense ; 5 population quasi-monospécifique). → Caractérisation des habitats selon la typologie EUNIS ou CORINE et cartographie à l’échelle de la parcelle suivie. L’interprétation devra notamment permettre l'évaluation de l'état de conservation des habitats par comparaison avec des cortèges floristiques de référence. → Passage à réaliser entre le 1er mai et le 31 juillet, selon la teneur en eau du sol de la parcelle, son inondabilité et les conditions météorologiques annuelles. Suivi du barycentre de végétation (Boitier, 2004) Le barycentre du toit de la formation se calcule à partir des recouvrements (estimation de la surface occupée par la projection au sol des différentes strates), en considérant que le recouvrement total de toutes les strates est de 100% conformément à PRODON (1988, pp.20-21). → Relevé de terrain : relever le recouvrement en % de chacune des 6 classes de végétation : Classe 1 : Sol nu + rochers et caillou ; Classe 2 : strate cryptogamique ; Classe 3 : classe herbacées basses (<10cm) ; Classe 4 : classe herbacée moyenne (10 à 50 cm) + Arbustif bas (<50cm) ; Classe 5 : classe herbacée haute (50 à 100 cm + herbacée très haute (>100cm) + arbustif moyen (0,5 à 2 m) Classe 6 : Classe arbustive haute (>2m) + arborée
  10. 10. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 10 Poitou-Charentes Nature → Méthode de calcul : barycentre g = [recouvrement classe 1 + (2 x recouvrement classe 2) + (3 x recouvrement classe 3) + (4 x recouvrement classe 4) + (5 x recouvrement classe 5) + (6 x recouvrement classe 6)] / recouvrement total Interprétation : Stade 1 = g<2,5 = milieu très bas Stade 2 = 2,5<g<3,5 = milieu bas Stade 3 = 3,5<g<4.5 = milieu de hauteur moyenne Stade 4 = g>4,5 = milieu haut Suivi des stations de flore protégée Prospection de l'ensemble de la parcelle, localisation GPS et cartographie des stations au sein de la parcelle. Estimation de la taille des populations : Pour les fortes populations : estimation de la densité (possibilité de délimiter des sous-ensembles de densité significativement différente) Pour les petites populations : comptage des individus (pieds). Périodicité : relevés entre mai et juillet Durée et fréquence : N-1, N+1, N+3, N+5 puis tous les 5 ans (N = première année de mise en œuvre des mesures de gestion) Contraintes et points de vigilance : Qualité et pérennité de la localisation des placettes au sein de la parcelle : une attention particulière doit être portée à la capacité à retourner exactement sur la placette les années suivantes. Les secteurs de Champs Crochet et Plaine du Buisson Beurre abritent des habitats qui ne font pas l’objet de suivi (protocole D13 : suivi des prairies humides et mégaphorbiaies). De plus, ils n’abritent pas d’enjeux flore ou habitats, en raison de leur passé cultural récent sur des sols non humides. Aussi, ils abritent des enjeux ornithologiques sensibles au dérangement. Pour ces raisons, ils ne sont pas pris en compte dans la cartographie des habitats et le suivi des haies.
  11. 11. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 11 2.1.1. Suivi des habitats naturels Les relevés phytosociologiques, au nombre de 9, ont été effectués les 31 mai et 01 juin 2016. Leurs emplacements correspondent à ceux du diagnostic initial réalisé en 2012 (DSNE & GODS, 2013). 2 placettes ont été ajoutées afin d’en obtenir 3 par type d’habitat, conformément au protocole. Ces placettes sont nommées et localisées sur la carte suivante. Figure 3 : Localisation des placettes de suivi phytosociologique sur les habitats humides du site « Plaine et Marais de Sainte-Soline »
  12. 12. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 12 Poitou-Charentes Nature 2.1.2. Suivi de la flore protégée Trois passages ont été effectués : le 5 avril, le 1er juin et le 12 juillet 2016, afin de détecter les différentes espèces selon leur phénologie. L’inventaire a consisté en la recherche sur l’ensemble des parcelles des espèces végétales patrimoniales. Figure 4 : Localisation des placettes de suivi phytosociologique sur les prairies humides ou mégaphorbiaies du site « Plaine et Marais de Sainte-Soline »
  13. 13. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 13 2.2. Suivi de l’habitat « haie » (Protocole D2) MODALITES OPERATIONNELLES Protocole / Echantillonnage Echantillonnage : Suivi exhaustif de l'ensemble des haies. Un échantillonnage pourra être réalisé si le nombre de sites de compensation devient suffisamment important. Description des haies : L'ensemble de la haie suivies sera décrite selon les caractéristiques suivantes: → caractéristiques et état de la haie; → connexion de la haie; → présence de bande enherbée; → Présence d'arbres remarquables (arbres têtards, arbres sénescents, arbres morts, arbres creux...) → essences de la haie → structure de la haie → entretien Relevé des variables environnementales Les variables relatives à l'assolement seront relevées dans un rayon de 250 mètres autour de la haie : - Densité bocagère (linéaire de haies par hectare dans un rayon de 250 mètres) - Superficie des prairies - Superficie des terres arables - Superficie des vergers - Superficie des espaces boisés - Superficie des zones urbanisées - Superficie des zones humides Cartographie Une cartographie indiquera la position de la haie dans le parcellaire, sa structure et la présence d'éléments complémentaires (talus, fossé, bandes enherbées). Les variables relatives à l'assolement seront cartographiées dans un rayon de 250 mètres autour de la haie suivies. Les vieux arbres, les arbres à cavités, les arbres morts … seront également cartographiés. Matériel GPS - Appareil photographique - Boussole Période annuelle de réalisation J F M A M J J A S O N D Durée et fréquence N : année de mise en œuvre des mesures de gestion/restauration/création Pour les haies restaurées/gérées : N-1, N, N+5, N+10,...., N+25 Pour les haies plantées : N, N+1, N+2, N+3, N+5, N+10, ...,N+25 Les descriptions, sur le terrain, des 8 haies à inventorier ont été réalisées les 25, 26 et 27 juillet 2016. A noter que l’âge de la haie et ses modalités d’entretien n’ont pas été évaluées sur le terrain. Ces informations seront collectées auprès du CREN et prises en compte dans les analyses après plusieurs années de suivi (N+3 ou N+5, en amont de l’actualisation du plan de gestion). Une analyse de l’évolution dans le temps de la richesse en espèces forestières, de lisière ou de fourrés pourra être portée au terme des 3 ans pour les haies plantées. Ayant la plupart du temps des typologies variables au sein d’une même haie à décrire, et des haies qui étaient de longueur variable, il a été choisi de réaliser le suivi sur un échantillon représentatif de 150 m linéaires continus sur chaque haie.
  14. 14. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 14 Poitou-Charentes Nature Figure 5 : Localisation des haies du site « Plaine et Marais de Sainte-Soline » inventoriées en 2016 2.3. Suivi de l’avifaune dans les haies de compensation (Protocole D3) Le suivi est réalisé selon la méthode de l’échantillonnage Ponctuel Simple (EPS). L’avantage de cette méthode est d’être facilement répétable dans les années à venir afin d’étudier l’évolution naturelle du site ou évaluer la gestion mise en place. Chaque EPS dure 10 minutes et est effectué deux fois en période de nidification. Les points doivent être distants d’au moins 300 m les uns des autres pour éviter les doubles comptages. Le premier passage a lieu en début de saison de reproduction pour recenser les nicheurs précoces, le second a lieu pour les nicheurs tardifs (notamment les migrateurs transsahariens). Il est recommandé d’effectuer les deux passages à 4 à 6 semaines d’intervalle avec des conditions météorologiques favorables. Dans les années suivantes, il est fortement recommandé que les deux passages soient effectués aux mêmes dates, à quelques jours près, et avec le même intervalle. Chaque relevé a été effectué entre 1 et 4 heures après le lever du soleil (on évite ainsi le chorus matinal). Sur ce site, 7 points ont été placés de manière à englober un maximum de linéaire de haie dans un buffer de 150 m autour des points. En 2016, les 2 passages ont eu lieu le 4 mai et le 7 juin 2016.
  15. 15. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 15 Figure 6 : Localisation des haies suivies et des points d’écoutes réalisés en 2016 sur le site « Plaine et Marais de Sainte-Soline »
  16. 16. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 16 Poitou-Charentes Nature 2.4. Entomofaune 2.4.1. Suivi des rhopalocères des prairies et mégaphorbiaies (Protocole D14) MODALITES OPERATIONNELLES Protocole / Echantillonnage Protocole chronométré ou "Chronoventaire" (Dupont, 2014) : La base du Chronoventaire correspond à une durée minimum d'observation de 20 minutes des adultes de rhopalocères. Autant de stations que nécessaire sont définies sur le site de compensation comme suit : une station doit comprendre un milieu ouvert herbacé composé d'un habitat principal le plus homogène possible du point de vue de la structure de la végétation. Lorsque le choix des stations est fait par l'observateur, la marche à suivre pour chaque station, par session de chronoventaire, est la suivante : → Parcourir la station avec un itinéraire-échantillon non-fixe choisi par l’observateur. Noter la première espèce rencontrée. L’heure exacte de ce premier contact est notée. Elle correspond à l'heure du départ du Chronoventaire. Attribuer le chiffre 1 à toutes les espèces rencontrées au cours des 5 premières minutes. Ce chiffre correspond à un rang d’observation. Attribuer le chiffre 2 à toutes les espèces rencontrées entre 5 et 10 minutes, etc. La durée minimum de 20 minutes du Chronoventaire est donc découpée en 4 périodes qui correspondent à autant de rang d’observation. Si aucune nouvelle espèce n’est observée pendant 15 minutes après la dernière période de 5 minutes durant laquelle la dernière espèce a été observée, la session de Chronoventaire s'arrête. Si une nouvelle espèce est observée entre 20 et 25 minutes, il attribue le chiffre 5 à cette espèce. Le chiffre 6 est attribué à une espèce observée entre 25 et 30 minutes, etc. → Le parcours dans la station se fait de manière progressive au choix de l’observateur. Tous les éléments présents au niveau de la station (formations herbacées pauvres en fleurs, zones fleuries, zones arbustives, zones de sol nu ou rocher affleurant, …) doivent être visités sans priorisation. Il est conseillé de repasser plusieurs fois dans une zone. → Pour chaque station, 5 sessions de chronoventaire sont à prévoir chaque année au cours de la 1ère quinzaine des mois de mai, juin, juillet, août, septembre. → Vérifier la présence de rumex sur le site, chaque année. Protocoles associés : Dans le cas de la présence de Rumex et/ou de Damier de la succise, un protocole complémentaire et spécifique par espèce est appliqué afin de suivre plus finement l'évolution des populations en tant qu'espèces protégées inscrites à l'annexe II et IV de la Directive Habitats et à compenser : → Option 'Cuivré des marais' : cf. protocole spécifique 'Cuivré des marais' → Option 'Damier de la Succise' : cf. protocole spécifique 'Damier de la Succise'
  17. 17. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 17 Références bibliographiques Dupont, P. (2014) Le Chronoventaire. Un protocole d’acquisition de données pour l’étude des communautés de Rhopalocères et Zygènes. Version 1. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris. Rapport SPN 2014 - 22. 47 pp. Matériel Paire de jumelles à mise au point rapprochée - Filet à papillons Périodicité J F M A M J J A S O N D Durée et fréquence Sur la durée du conventionnement ou de l'acquisition. N-1 (N= 1ère année des travaux de gestion), N+1, tous les 3 ans entre N+4 et N+20, puis tous les 5 ans à partir de N+20. Contraintes et points de vigilance Accessibilité de la zone d'étude et immuabilité des stations de suivi. Les conditions météorologiques doivent être favorables : - Entre 9 h et 16°h (heure d’été). Il faut vérifier que les adultes soient majoritairement en comportement de vol. - > 14° en plaine (>12° en montagne), temps ensoleillé et faiblement nuageux. - > 17° en plaine (>15° en montagne), temps nuageux (au maximum 50% de couverture nuageuse). - Vent inférieur à 30 km/h (correspond à une force visualisée par les branches des arbres qui plient et un soulèvement de poussière lors de rafales). Si les conditions deviennent non favorables pendant l’observation, l’observateur arrête ses observations. Il reprend le protocole au départ si les conditions redeviennent favorables au niveau de la station (excepté après le passage de fortes pluies). Dans le cadre du suivi des rhopalocères sur le site de compensation Plaine et Marais de Sainte-Soline, ce sont 4 stations qui sont étudiées au sein des prairies humides. Elles se répartissent selon la figure suivante comme suit : - 2 stations au sein de l’ilot « Culaye » à savoir 1 station en haut de parcelle et 1 station en bas de parcelle ; - 1 station au sein de l’ilot « La Bertinière » ; - 1 station au sein de l’ilot « Puits Gableau ». Les relevés ont été réalisés le 20 mai, 6 juin, 8 juillet, 3 août et 2 septembre 2016.
  18. 18. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 18 Poitou-Charentes Nature Figure 7 : Localisation des stations de suivi pour les Rhopalocères sur le site « Plaine et Marais de Sainte Soline)
  19. 19. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 19 2.4.2. Suivi du Cuivré des marais (Protocole D14-a) MODALITES OPERATIONNELLES Echantillonnage Suivi exhaustif de l'ensemble des sites de compensation où l'espèce est présente (un échantillonnage pourra être réalisé si le nombre de sites de compensation devient trop important). Protocole Comptage des pieds de plante hôte (Rumex sp.) pondus et non pondus : Des placettes de suivi de 2x2 m sont tirées au sort chaque année sur le site et sont délimitées sous SIG. L'échantillonnage aléatoire permet ainsi de couvrir à la fois des habitats favorables et non favorables chaque année et d'observer des tendances sur le long terme. Un point GPS est pris au centre de chaque placette. Un minimum de 30 placettes est à prévoir quelle que soit la taille du site. Pour les sites d'une grande superficie, le nombre de placettes est à définir au cas par cas par l'expert intervenant en visant un objectif de suivi de 10 % de la surface totale du site dans la mesure du possible. Un maximum de 70 placettes est fixé. Le comptage du nombre de pieds de plante hôte pondus et non pondus est exhaustif sur ces placettes. Il est réalisé à 2 reprises : en fin de période de vol des imagos, soit pour chaque génération, 2 semaines après le pic de vol des imagos. Suivi exhaustif du site lorsque celui-ci fait moins 120m2 . Matériel Paire de jumelles à mise au point rapprochée - Filets à papillons - GPS - Quadrat Périodicité J F M A M J J A S O N D Durée et fréquence Sur la durée du conventionnement ou de l'acquisition. N-1 (N= 1ère année des travaux de gestion), N+1, tous les 3 ans entre N+4 et N+20, puis tous les 5 ans à partir de N+20. Contraintes et points de vigilance Accessibilité de la zone d'étude et immuabilité des stations de suivi. Conditions climatiques favorables (pluie, vent, nébulosité, température). Procédures administratives Autorisation préfectorale de capture à des fins scientifiques d'espèce protégée au titre de l'article L. 411-1
  20. 20. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 20 Poitou-Charentes Nature Au sein de la zone de mis en défend pour le Cuivré des marais située sur l’ilot « Culaye », une trentaine de placettes ont ainsi été disposées de manière aléatoire (Figure suivante). Les coordonnées géographiques sont précisées dans le tableau suivant. Tableau 1: Coordonnées géographiques des placettes de suivi du Cuivré des marais sur le site Plaine et Marais de Sainte Soline NUM X Y NUM X Y NUM X Y 1 470816 6578710 11 470872 6578666 21 470822 6578655 2 470870 6578690 12 470868 6578683 22 470850 6578706 3 470817 6578705 13 470847 6578715 23 470857 6578701 4 470860 6578682 14 470758 6578565 24 470838 6578681 5 470826 6578687 15 470868 6578662 25 470859 6578672 6 470883 6578683 16 470821 6578708 26 470887 6578671 7 470868 6578684 17 470859 6578709 27 470840 6578705 8 470875 6578692 18 470854 6578717 28 470850 6578706 9 470856 6578695 19 470874 6578704 29 470859 6578700 10 470856 6578727 20 470846 6578663 30 470848 6578695 Les relevés ont été réalisés le 27 juin et 31 août 2016.
  21. 21. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 21 Figure 8 : Localisation des placettes de suivi du Cuivré des marais sur le site « Plaine et Marais de Sainte Soline »
  22. 22. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 22 Poitou-Charentes Nature 2.4.3. Suivi des orthoptères des milieux ouverts humides (D15) MODALITES OPERATIONNELLES Protocole / Echantillonnage Définition d’un référentiel des synusies par grandes conditions stationnelles de milieux Un référentiel des synusies orthoptériques devra être réalisé pour les milieux ouverts humides. Ce référentiel est nécessaire pour comparer les cortèges d’orthoptères des sites de compensation aux cortèges de référence et des cortèges des sites de compensation dans le temps. Pour obtenir le référentiel des différents cortèges, il est indispensable de mener au moins 5 relevés par conditions stationnelles différentes (conditions édaphiques du sol, caractéristiques de la végétation, orientations topographiques…). Ces relevés devront être réalisés en année N autour d’au moins deux sites de compensation présentant les grands ensembles cités plus haut. Sur ces sites et aux alentours seront implantés des relevés (méthodologie décrite plus bas). Au fur et à mesure de la mie en œuvre des sites de compensation, ces derniers pourront être agrégés aux relevés pour préciser les référentiels. La réalisation des référentiels suivront la méthodologie décrite par DEFAUT (2009). Les relevés par station sont les mêmes en phase de montage du référentiel que des relevés sur sites de mesures compensatoires. Mode opératoire : Choix de la saison : Les stations doivent être homogènes en ce qui concerne les conditions stationnelles : - même altitudes extrêmes (dénivelé inférieur à 200 m), - même nature du substrat (considérée surtout du point de vue de la perméabilité), - même orientations topographiques (amplitude inférieure à 60°, de préférence), - même pentes topographiques (amplitude inférieure à 15°), - même recouvrements des différentes strates végétales (amplitude inférieure à 20% pour une même strate), - même humidité édaphique (repérage dans une classification comportant au moins 3 termes : humide, mésoïque, xérique). Pour éviter la contamination des relevés par des espèces qui leur sont étrangères, on restera en deçà d’une dizaine de mètres des limites naturelles des stations prospectées. Périodes de relevés : Pour des raisons de facilitation des reconnaissances, deux périodes de relevé seront nécessaires : au printemps (entre le 15 mai et le 15 juillet) et en fin d’été (entre le 15 août et le 15 octobre). Conditions climatiques : Le beau temps ensoleillé est une constante requise pour faire les relevés. Dans la plupart des cas, le sol doit être éclairé par le soleil.
  23. 23. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 23 Relevés des variables stationnelles : un certain nombre de variables stationnelles sont à relever sur les stations où sont effectués les relevés : • Orientation topographique • Pente topographique • Physionomie de la végétation • Recouvrement des différentes strates végétales : → Recouvrement végétal total → Recouvrement arboré (>6 m) → Recouvrement arbustif haut (>120 cm) → Recouvrement arbustif moyen (20 à 120 cm) → Recouvrement arbustif bas (<20 cm) → Recouvrement herbacé haut (>120 cm) → Recouvrement herbacé moyen (20 à 120 cm) → Recouvrement herbacé bas (de 3 à 20 cm) → Recouvrement muscinal (< 3cm) • Recouvrement de sol nu et de rocaille • Humidité édaphique (selon la méthode DEFAUT 1994) : → hyperxérique (HX) → xérique (X) → mésoxérique (MX) → mésohumide (MH) → humide (H) → hyperhumide (HH) Durée de la prospection : 30 minutes minimum de prospection sont nécessaires par station et par passage. Mais la durée de prospection est prolongée de 5’ en 5’ si une espèce nouvelle est apparue au cours des cinq dernières minutes. Il faut en tous cas n’arrêter le comptage que lorsqu’on a la conviction d’avoir rencontré toutes les espèces de la station. Relevés orthoptériques : l’observateur relève les toutes les espèces sur la station. Evaluation densitaire : il s’agit de noter, au fur et à mesure de déplacements libres dans la station, le nombre d’individus de chaque espèce et rapporter les nombres obtenus à l’unité de temps (i.e. 1 heure) pour aboutir à un indice horaire d’abondance particulier à chaque espèce. Surface minimale : Une station peut supporter un relevé à partir d’une surface de 500 m², sans pour autant qu’il y ait un plafond. Cependant, la moyenne surfacique de ce type de relevé est de 1 000m². Dans notre cas, nous ne descendrons pas en dessous des 500 m² et nous figeons la superficie et la position de la station dans le temps. Relevés du suivi : → 2 passages sont réalisés par station et par année de suivi : 1 passage de jour au printemps et 1 passage de jour à la fin de l'été. → 30 minutes minimum de prospection sont nécessaires par station et par passage. Mais la durée de prospection est prolongée de 5’ en 5’ si une espèce nouvelle est apparue au cours des cinq dernières minutes. Il faut en tous cas n’arrêter le comptage que lorsqu’on a la conviction d’avoir rencontré toutes les espèces de la station. A titre d'information, la durée moyenne de prospection est d'environ 1h.
  24. 24. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 24 Poitou-Charentes Nature Références bibliographiques DEFAUT, B. (2010) La pratique de l’entomocénotique. 2. Application à la gestion des milieux. Matériaux Orthoptériques et Entomocénotiques, 14 (2009) : 93-101. DEFAUT, B. (2010) La pratique de l’entomocénotique. 2. Application à la gestion des milieux. Matériaux Orthoptériques et Entomocénotiques, 14 (2009) : 77-91. Matériel Filet fauchoir - Détecteur d'ultrasons Périodicité J F M A M J J A S O N D Durée et fréquence Sur la durée du conventionnement ou de l'acquisition. N-1 (N= 1ère année de mise en oeuvre des mesures de gestion), N+1, tous les 3 ans entre N+4 et N+20, puis tous les 5 ans à partir de N+20. Contraintes et points de vigilance Accessibilité de la zone d'étude et immuabilité des transects de suivi. Dans le cadre du suivi des orthoptères sur le site de compensation Plaine et Marais de Sainte-Soline, ce sont 8 stations qui sont étudiées au sein des prairies humides. Elles se répartissent selon la figure suivante comme suit : - 3 stations au sein de l’ilot « Culaye » ; - 3 stations au sein de l’ilot « La Bertinière » ; - 2 stations au sein de l’ilot « Puits Gableau ». Les relevés ont été réalisés le 3 juin et 24 août 2016.
  25. 25. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 25 Figure 9 : Localisation des stations de suivi pour les Orthoptères sur le site « Plaine et Marais de Sainte Soline »
  26. 26. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 26 Poitou-Charentes Nature 3. Résultats et interprétation 3.1. Habitats naturels et flore 3.1.1. Suivi des habitats naturels Dans le diagnostic de 2012, 5 habitats étaient référencés : - Frênaie 41.3 secteur Bertinière, qui est dorénavant référencée en Saussaie marécageuse - 37.1 Peuplements reine des prés, qui est référencé dorénavant en 37.241 Pâture à Juncus inflexus x 37.1 Peuplements de Reine des prés et communautés associées - 81.1*81.2 Prairies plus ou moins humides améliorées - 22.15 Eaux oligo-méso riches en calcaire - 22.15*22.44 Eaux oligo-méso riches en calcaire à characées 9 habitats ont été cartographiés sur le site en 2016. Il s’agit essentiellement de milieux ouverts (prairies, mégaphorbiaies), ainsi que d’habitats de mares (eaux oligo-mésotrophes et tapis immergés de Characées) et de petites surfaces de phragmitaies et de boisements. Tableau 2: Habitats présents sur le site de Sainte-Soline en 2016 Habitat (code CORINE Biotopes et intitulé adapté au site) Groupe d’espèces caractéristique sur le site Valeur patrimoniale régionale Code Natura 2000 22.15 – Eaux oligo-mésotrophes riches en calcaire - +++++ - 22.15 – Eaux oligo-mésotrophes riches en calcaire x 22.44 - Tapis immergé de Characées Characées indéterminées +++++ 3140 37.241 – Pâtures à Juncus inflexus x 37.1 – Peuplements de Reine des prés et communautés associées Juncus inflexus, Holcus lanatus, Poa trivialis, Arrhenatherum elatius x (Angelica sylvestris, Filipendula ulmaria, Eupatorium cannabinum, Thalictrum flavum, Iris pseudacorus) +++++ - (x 6430) 38.2 – Prairies méso-hygrophiles de fauche Holcus lanatus, Festuca pratensis, Bromus racemosus, Leucanthemum vulgare, Ranunculus repens, Trifolium pratense ++ 6510 41 – Frênaies-Charmaies Quercus robur, Fraxinus excelsior, Acer campestre, Crataegus monogyna, Ulmus minor + - 44.92 – Saussaies marécageuses Salix atrocinerea ++++ -– 53.11 – Phragmitaies Phragmites australis ++++ - 81.2 – Prairies humides améliorées Festuca cf. pratensis, Poa trivialis, Lotus corniculatus, Ranunculus + -
  27. 27. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 27 repens, Mentha aquatica, Carex hirta 81.1 x 81.2 – Prairies plus ou moins humides améliorées Festuca arundinacea, Festuca pratensis, Lolium sp., Phleum pratense, Dactylis glomerata, Picris echioides, Cirsium arvense + -
  28. 28. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 28 Poitou-Charentes Nature Figure 10 : Cartographie des habitats naturels du site « Plaine et Marais de Sainte-Soline » en 2012 Figure 11 : Cartographie des habitats naturels des prairies humides ou des mégaphorbiaies du site « Plaine et Marais de Sainte-Soline » en 2016
  29. 29. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 29 Les mares ne présentent aucun changement de caractérisation en termes d’habitats. Le tapis immergé de Characées est toujours présent au sein de la mare sur la parcelle de Puits Gabeleau bien qu’il ait fortement régressé (environ 2 m2 à l’heure actuelle). Ces mares font l’objet d’une description plus précise dans le cadre du suivi des mares de compensation. La Bertinière Au sein de la parcelle de la Bertinière, une portion de boisement « Frênaies-Charmaies » déjà présente en 2012 est ajoutée (oubli en 2012) ; sa présence avait cependant bien été détectée et prise en compte dans le DAGC (O.G. 2, « gérer les boisements en évolution libre ». Un autre boisement situé au nord de cette parcelle, et caractérisé comme une « Frênaie » lors de l’état initial, est réactualisé en « Saussaies marécageuses » dans ce présent rapport. Après analyse de nouveaux relevés, cette nouvelle appellation semble un peu plus pertinente que celle de 2012 ; l’habitat pourrait aussi être considéré intermédiaire entre les deux (frênaie et saussaie), mais c’est le plus vraisemblable des deux qui est retenu par simplicité. Au sein de ce boisement, on observe 2 petites surfaces bien individualisées de « Phragmitaies » (non détectées en 2012 en raison de leur petite taille et d’une prospection non systématique de tout le boisement qui n’avait pas permis de les détecter). A noter qu’une phragmitaie de plus grande dimension (environ 2000 m2) jouxte la « Saussaie marécageuse » sur sa partie nord-ouest. Elle n’est pas cartographiée car hors du site MC LGV mais présente un intérêt non négligeable en terme d’habitat et également de par le nombre important de Pigamon jaune (Thalictrum flavum) observé dans celle- ci. En ce qui concerne la prairie, prédominante sur la parcelle, malgré une gestion adaptée (fauche et pâturage extensif) pouvant la faire évoluer vers une caractérisation de prairies naturelles (codes Corine biotope 37 ou 38), aucun changement de typologie d’habitat par rapport à 2012 ne peut encore être effectué à l’heure actuelle (« Prairies plus ou moins humides améliorées »). En effet, la prairie est toujours largement dominée par les espèces qui ont été implantées (Festuca arundinacea, différents Lolium, …) et par des espèces nitrophiles traduisant son passé cultural (intensif avec apport d’engrais) (Cirsium arvense, Picris echioides, …). Elle reste également peu diversifiée, notamment en dicotylédones hautes et basses qui peinent à s’implanter. La présence d’une forte proportion de Fétuques (Festuca arundinacea, Festuca pratensis) pouvant se montrer très compétitives pourrait être une des explications. De même, le passé cultural intensif a appauvri la diversité floristique de la prairie contrairement à ce que l’on peut retrouver en contexte plus mésotrophe. De plus, cela a pu appauvrir la banque de graines se trouvant dans le sol contribuant encore davantage à une recolonisation longue des dicotylédones prairiales. Le milieu pouvant encore évoluer, il n’est pas nécessaire de modifier la gestion à ce stade. Il apparaît normal que l’évolution soit lente et c’est pourquoi il est nécessaire d’attendre un plus grand nombre d’années pour voir si la végétation évolue avant d’envisager d’éventuels ajustements de gestion. La Culaye Il en est de même pour la parcelle de la Culaye, qui reste en grande partie caractérisée en « Prairie plus ou moins humide améliorée ». Toutefois, les nouveaux relevés phytosociologiques nous ont permis de différencier 2 autres zones au sein de la parcelle. Elles se distinguent en fonction du gradient trophique et d’humidité. Un faciès plus humide est distingué à l’extrême nord de la parcelle (« Prairies humides améliorées »). Sa topologie (plus basse avec des zones de dépressions) fait qu’elle reste plus longuement inondée. Ainsi, elle présente une hauteur de végétation beaucoup plus basse (30 cm), les Poaceae étant moins présentes et diversifiées. Des espèces de milieux humides sont aussi en plus forte proportion (notamment Ranunculus repens, Mentha aquatica, Carex hirta). L’autre zone correspond à une bande enherbée au sud de la parcelle et déterminée en « Prairie méso-hygrophile de fauche » car elle présente une diversité beaucoup plus importante montrant un caractère moins eutrophisé par rapport au reste de la parcelle. Cela peut être expliqué par son historique de gestion, elle n’a pas été mise en culture et présente ainsi un caractère plus mésotrophe et naturel (Holcus lanatus, Bromus racemosus, Poa pratensis, Leucanthemum vulgare, Trifolium pratense,…).
  30. 30. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 30 Poitou-Charentes Nature Puits Gabeleau La parcelle de Puits Gabeleau est caractérisée par une imbrication de 2 habitats en proportion similaire (« Pâtures à Juncus inflexus » et « Peuplements de Reine des prés et communautés associées »). En 2012, il était seulement cartographié « Peuplements de Reine des prés et communautés associées ». Lors du passage en 2016, on note une dominance importante du Jonc arqué (Juncus inflexus) sur une grande majorité de la parcelle et de vastes tapis herbacés. Toutefois, le cortège riche de la mégaphorbiaie est toujours présent localement (Filipendula ulmaria, Eupatorium cannabinum, Thalictrum flavum, …). La population de Pigamon jaune (Thalictrum flavum) est fortement réduite par rapport à 2012, probablement en raison d’une gestion peu favorable à cette espèce qui n’a pas de statut en Poitou-Charentes (sa préservation ne faisait donc pas partie des objectifs de gestion retenus dans le DAGC). 3.1.2. Suivi de la flore protégée 4 espèces végétales protégées ont été trouvées sur les parcelles inventoriées. Tableau 3 : Espèces végétales protégées recensées sur les parcelles du site « Plaine et Marais de Sainte- Soline » en 2016 Nom français Nom latin Statut Renoncule à feuilles d’ophioglosse Ranunculus ophioglossifolius Vill. Protection nationale ; Liste rouge régionale Poitou-Charentes Fritillaire pintade Fritillaria meleagris L. Liste Rouge Régionale Poitou-Charentes ; Protection régionale (Aquitaine, Centre) Samole de Valérand Samolus valerandi L. Protection régionale (Centre) Pigamon jaune Thalictrum flavum L. Protection régionale (Aquitaine, Centre) Pour chaque espèce, une cartographie des stations est réalisée (Figures suivantes). Lorsque certaines stations étaient détectées hors des parcelles CREN, elles étaient notées et sont présentées sur la cartographie. La Renoncule à feuilles d’ophioglosse est une espèce nouvelle par rapport au diagnostic de 2012, détectée au sein des parcelles des ilôts la Culaye et la Bertinière. Elle a été découverte par le CREN (Sabrina Maïano) en 2014. Dans le cadre du suivi 2016, 4 stations ont été inventoriées couvrant au total environ 130 m2 dont une station principale et très dense située à l’entrée de l’îlot de la Culaye d’environ 110m2 . La Fritillaire pintade est également nouvellement trouvée au sein des parcelles du site mais reste restreinte (3 stations dont deux d’un pied seulement et une d’une quinzaine de pieds). Par contre, d’autres stations plus importantes ont été détectées aux alentours (plus de 600 pieds observés). La Samole de Valérand avait déjà été détectée en périphérie de l’îlot de la Bertinière en un point en 2012. En 2016, elle se retrouve sur une grande partie du pourtour de la parcelle (84 pieds comptabilisés) et est présente en grande quantité au Puits Gabeleau (environ 530 pieds). Peu de nouvelles stations de Pigamon jaune ont été référencées au sein des parcelles du site. À noter qu'à l'extérieur des parcelles du site concernées par le plan de gestion, une grande population est présente dans la phragmitaie (cf. 3.1.1. Suivi des habitats naturels) et dans la jonçaie, au sein d'une prairie jouxtant à l'ouest la « Saussaie marécageuse » de la Bertinière. Ces populations ont été comptabilisées en nombre de pieds ou en densité au m2 . Pour rappel, la cartographie des stations d’espèces végétales protégées, établie dans le cadre du diagnostic initial en 2012, était la suivante :
  31. 31. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 31 Figure 12 : Stations d’espèces végétales patrimoniales et/ou « à compenser » du site « Plaine et Marais de Sainte-Soline » en 2012
  32. 32. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 32 Poitou-Charentes Nature Figure 13 : Stations de Renoncule à feuilles d’ophioglosse (Ranunculus ophioglossifolius Vill.) répertoriées sur le site « Plaine et Marais de Sainte-Soline » en 2016
  33. 33. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 33 Figure 14 : Stations de Fritillaire pintade (Fritillaria meleagris L.) répertoriées sur le site « Plaine et Marais de Sainte-Soline » en 2016
  34. 34. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 34 Poitou-Charentes Nature Figure 15 : Stations de Samole de Valérand (Samolus valerandi L.) répertoriées sur le site « Plaine et Marais de Sainte-Soline » en 2016
  35. 35. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 35 Figure 16 : Stations de Pigamon jaune (Thalictrum flavum L.) répertoriées sur le site « Plaine et Marais de Sainte-Soline » en 2016 ND Non déterminéND ND
  36. 36. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 36 Poitou-Charentes Nature 3.2. Haies Dans cette partie, chacune des 8 haies inventoriées fait l’objet d’une fiche descriptive de terrain. Cela permet de mettre en exergue des indicateurs de suivis et les facteurs d’influence agissant sur celles-ci. Pour chacune d’entre elles, les variables de l’occupation du sol sont présentées sur une cartographie et un tableau. Ce suivi permettra dans la durée d’évaluer l’efficacité des mesures compensatoires référencées dans le DAGC du site (CREN), notamment les opérations suivantes : - OG 1 Fiche technique 4 : Conforter le réseau de haies existant sur les prairies humides - OG 2 Fiche technique 5 : Restaurer des tronçons de haies sur les parcelles de plaine - OG 2 Fiche technique 9 : Entretenir les haies 3.2.1. Description des haies et variables environnementales Toutes les haies décrites se situent en zone de plaine dans la Petite Région Agricole « Plaine de la Mothe / Lezay ». Figure 17 : Présentation des haies inventoriées sur le site « Plaine et Marais de Sainte-Soline » en 2016
  37. 37. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 37 Haie n°1 Cette haie est d’une longueur d’environ 227 m sur une largeur de 4 m. Elle se situe sur un sol plutôt humide et longe un fossé peu profond (0.5 à 1 m) sur une largeur variant de 2 à 3 m. Des bandes enherbées sont présentes de chaque côté. A noter que du côté de la parcelle de Culaye, cette bande enherbée est pâturée par des ovins et bovins qui peuvent être mis au pré à partir du 5 juin. Tableau 4: Structure de la haie n°1 Strates Hauteur max. Hauteur moyenne % du linéaire de la haie Arborée (>7m) 21 m ~ 20 m 70% Arbustive (1,5 à 7m) 7 m 6 m 20% Herbacée (< 1,5m) 1,5 m 1,25 m 10% 11 espèces arborées et arbustives ont été inventoriées avec une prédominance du Frêne élevé (Fraxinus excelsior) et du Saule à feuilles d’olivier (Salix atrocinerea). Cette haie est principalement multi-strate sur ses 2/3 ouest. Le reste de la haie correspond à une strate arbustive claire dominée par de jeunes frênes. C’est également dans cette portion que se trouvent 6 jeunes arbres morts sur pied. Figure 18 : Cartographie de l’occupation du sol autour de la haie n°1 (rayon de 250 m) en 2016. Tableau 5: Occupation du sol dans un rayon de 250 m autour de la haie n°1 en 2016 Assolement Surface (ha) Espaces boisés 7,25 Prairies de fauche 14,73 Terres arables 4,97 Zones humides 1,52 La densité bocagère (périmètre de 250 m) est égale à 84,4 m de haie par hectare.
  38. 38. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 38 Poitou-Charentes Nature Haie n°2 Cette haie est d’une longueur d’environ 117 m sur une largeur de 4 à 10 m, elle devient double sur une partie. Elle présente une rupture de 5 m correspondant à une entrée de champ. Elle se situe sur un sol mésohydrique. Une seule bande enherbée est présente du côté de la parcelle de Culaye sur environ 3 m de largeur. L’autre côté correspond à une prairie de fauche. Tableau 6: Structure de la haie n°2 Strates Hauteur max. Hauteur moyenne % du linéaire de la haie Arborée (>7m) 8 m 8 m 5% Arbustive (1,5 à 7m) 7 m 5 m 55% Herbacée (< 1,5m) 1,5 m 1 m 40% 9 espèces arborées et arbustives ont été inventoriées avec une proportion importante de Frêne élevé (Fraxinus excelsior), de Prunellier (Prunus spinosa), de Cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) et de Saule (Salix sp.). Cette haie est qualifiée de haie arbustive haute mais présente des typologies variables comprenant également des zones de haies basses voire relictuelles. 3 jeunes arbres morts sur pied sont trouvés. Figure 19 : Cartographie de l’occupation du sol autour de la haie n°2 dans un rayon de 250 m en 2016. Tableau 7: Occupation du sol dans un rayon de 250 m autour de la haie n°2 en 2016 Assolement Surface (ha) Espaces boisés 2,35 Prairies de fauche 16,3 Terres arables 5,72 La densité bocagère (périmètre de 250 m) est égale à 88.4 m de haie par hectare.
  39. 39. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 39 Haie n°3 Cette haie nouvellement créée est d’une longueur d’environ 218 m sur une largeur de 2 m. Elle se situe sur un sol mésohydrique. Des bandes enherbées sont présentes de chaque côté. A noter que du côté de la parcelle de Culaye, cette bande enherbée d’un mètre de large est pâturée par des ovins et bovins qui peuvent être mis au pré à partir du 5 juin. Tableau 8: Structure de la haie n°3 Strates Hauteur max. Hauteur moyenne % du linéaire de la haie Arborée (>7m) - - - Arbustive (1,5 à 7m) 2,5 m 1,5 m 10% Herbacée (< 1,5m) 1,5 m 1 m 90% 12 espèces ont été plantées avec une prédominance de Prunellier (Prunus spinosa) et d’Aubépine (Crataegus monogyna) ainsi que de Cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) et d’Erable champêtre (Acer campestre). Figure 20 : Cartographie de l’occupation du sol autour de la haie n°3 dans un rayon de 250 m en 2016. Tableau 9: Occupation du sol dans un rayon de 250 m autour de la haie n°3 en 2016 Assolement Surface (ha) Espaces boisés 0,85 Prairies de fauche 19,26 Terres arables 4,78 Pâtures 0,41 Zones humides 0,97 La densité bocagère (périmètre de 250 m) est égale à 109.6 m de haie par hectare.
  40. 40. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 40 Poitou-Charentes Nature Haie n°4 Cette haie est d’une longueur d’environ 400 m sur une largeur allant de 3 à 5 m. Elle se situe sur un sol mésohydrique. Des bandes enherbées sont présentes de chaque côté. Du côté de la parcelle de la Culaye, environ 2,5 m sont non fauchés mais pâturés par les ovins et bovins. L’autre bande enherbée représente une bande de 1 m non fauchée au sein d’une prairie de fauche. Tableau 10: Structure de la haie n°4 Strates Hauteur max. Hauteur moyenne % du linéaire de la haie Arborée (>7m) 13 m 10 m 20% Arbustive (1,5 à 7m) 7 m 6 m 70% Herbacée (< 1,5m) 1,5 m 1,3 m 10% 12 espèces arborées et arbustives ont été inventoriées avec une prédominance de Prunellier (Prunus spinosa) et Sureau noir (Sambucus nigra) suivi de Frêne élevé (Fraxinus excelsior), de Fusain (Euonymus europaeus) et d’Orme (Ulmus sp.). Cette haie peut être caractérisée comme haie arbustive haute car ce caractère représente une majorité de la typologie de la haie. Il faut tout de même noter une grande hétérogénéité de typologie sur les 400 m de la haie. 4 arbres morts sur pied ont été notés. Figure 21 : Cartographie de l’occupation du sol autour de la haie n°4 dans un rayon de 250 m en 2016. Tableau 11: Occupation du sol dans un rayon de 250 m autour de la haie n°4 en 2016 Assolement Surface (ha) Espaces boisés 3,45 Prairies de fauche 18,78 Terres arables 5,27 Pâtures 0,41 Zones humides 2,57 Zones urbanisées 1,31 La densité bocagère (périmètre de 250 m) est égale à 100.2 m de haie par hectare.
  41. 41. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 41 Haie n°5 Cette haie pour la majorité nouvellement créée est d’une longueur d’environ 290 m sur une largeur de 2.5 m. Elle se situe sur un sol mésohydrique. Une seule bande enherbée est présente du côté de l’îlot de la Bertinière d’une largeur de 1 m, l’autre côté de la haie donne sur le chemin. Tableau 12: Structure de la haie n°5 Strates Hauteur max. Hauteur moyenne % du linéaire de la haie Arborée (>7m) Arbustive (1,5 à 7m) 4 m 2 m 30% Herbacée (< 1,5m) 1 m 1 m 70% 14 espèces arborées et arbustives ont été inventoriées (principalement des espèces plantées) avec une prédominance de Prunellier (Prunus spinosa) et d’Aubépine à un style (Crataegus monogyna) suivi de Troène (Ligustrum vulgare), de Fusain (Euonymus europaeus) et d’Erable champêtre (Acer campestre). Cette haie est récente dans sa majorité mais une portion fragmentée correspond à un reliquat de haie arbustive à Cornouiller sanguin (une centaine de mètres non continus sur la longueur totale). Figure 22 : Cartographie de l’occupation du sol autour de la haie n°5 dans un rayon de 250 m en 2016. Tableau 13: Occupation du sol dans un rayon de 250 m autour de la haie n°5 en 2016 Assolement Surface (ha) Espaces boisés 2,5 Prairies de fauche 7,92 Terres arables 20,45 Zones humides 0,21 La densité bocagère (périmètre de 250 m) est égale à 62.6 m de haie par hectare.
  42. 42. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 42 Poitou-Charentes Nature Haie n°6 Cette haie est d’une longueur d’environ 260 m sur une largeur allant de 5.5 à 8 m (voir 10 m). C’est une double haie s’élargissant beaucoup sur une portion avec un fossé peu profond (de 0.3 à 0.5 m) de largeur allant de 1 à 2 m. Elle se situe sur un sol plutôt humide. Aucune bande enherbée n’est présente. Tableau 14: Structure de la haie n°6 Strates Hauteur max. Hauteur moyenne % du linéaire de la haie Arborée (>7m) 17 m 15 m 40% Arbustive (1,5 à 7m) 7 m 5 m 60% Herbacée (< 1,5m) - - - 12 espèces arborées et arbustives ont été inventoriées avec une prédominance de Frêne élevé (Fraxinus excelsior) et de Chêne pédonculé (Quercus robur) pour la partie arborée et d’Aubépine à un style (Crataegus monogyna) et de Nerprun (Rhamnus cathartica) pour la partie arbustive. C’est une haie multi-strate avec des strates arbustive et arborée denses. Elle comporte 10 arbres morts sur pied de différents âges et 1 arbre mort au sol. Figure 23 : Cartographie de l’occupation du sol autour de la haie n°6 dans un rayon de 250 m en 2016. Tableau 15: Occupation du sol dans un rayon de 250 m autour de la haie n°6 en 2016 Assolement Surface (ha) Espaces boisés 2,5 Prairies de fauche 10,9 Terres arables 14,85 Zones humides 0,35 La densité bocagère (périmètre de 250 m) est égale à 74.91 m de haie par hectare.
  43. 43. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 43 Haie n°7 Cette haie est d’une longueur d’environ 480 m sur une largeur allant de 3 à 7 m, elle possède une rupture continue de 6 m. Cette haie longe un fossé peu profond (de 0.3 à 0.5 m) de largeur allant de 2 à 3 m, il n’était plus en eau à la date du passage. Elle se situe sur un sol très humide. Aucune bande enherbée n’est présente. Tableau 16: Structure de la haie n°7 Strates Hauteur max. Hauteur moyenne % du linéaire de la haie Arborée (>7m) 25 m 12 m 25% Arbustive (1,5 à 7m) 7 m 4 m 71% Herbacée (< 1,5m) 1,5 m 1,5 m 4% 11 espèces arborées et arbustives ont été inventoriées avec une prédominance de Frêne élevé (Fraxinus excelsior), de Saule à feuille d’olivier (Salix atrocinerea), de Prunellier (Prunus spinosa) et de Cornouiller sanguin (Cornus sanguinea). C’est une haie multi-strate sur le transect de 150 m mais l’ensemble est très hétérogène avec des ruptures, des portions à strate arborée claire, constituées de jeunes Frênes élevés et de Saule à feuille d’olivier, et une portion de boisement. 3 jeunes arbres morts ont été notés. Figure 24 : Cartographie de l’occupation du sol autour de la haie n°7 dans un rayon de 250 m en 2016. Tableau 17: Occupation du sol dans un rayon de 250 m autour de la haie n°7 en 2016 Assolement Surface (ha) Espaces boisés 3,55 Prairies de fauche 19,6 Terres arables 7,99 Zones humides 3,83 La densité bocagère (périmètre de 250 m) est égale à 124.8 m de haie par hectare.
  44. 44. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 44 Poitou-Charentes Nature Haie n°8 Cette haie est d’une longueur d’environ 450 m sur une largeur de 2 m à 5m. Deux typologies se distinguent et sont présentes en proportion équivalente. Afin de pouvoir mieux caractériser cette haie, il a été choisi d’effectuer 2 transects de 150 m (8 et 8bis). Le transect 8 correspond à une portion de haie relictuelle avec seulement quelques saules (Salix atrocinerea) d’une hauteur d’environ 8 m et de jeunes frênes (Fraxinus excelsior) sur la partie nord du transect. Sur les 150 m échantillonnés, environ 90 m de rupture non continue sont présents. La haie se trouve sur un sol plutôt humide et présente une bande enherbée sur le côté, correspondant à une banquette non fauchée dans une plantation de peuplier. Tableau 18: Structure du transect n°8 Strates Hauteur max. Hauteur moyenne % du linéaire de la haie Arborée (>7m) 8 m 8 m 1% Arbustive (1,5 à 7m) 7 m 5 m 39% Herbacée (< 1,5m) 1,5 m 1 m 60% La haie présente 4 espèces inventoriées, principalement du Frêne élevé (Fraxinus excelsior) et du Saule à feuilles d’olivier (Salix atrocinerea). Le transect n°8bis correspond à une haie multi-strates s’intégrant pour une grande partie dans deux espaces boisés de petite dimension et à une portion de haie bordant le chemin. Une rupture de 5 m est présente et correspond à une entrée de champ. Le sol est mésohydrique et aucune bande enherbée n’est présente. Tableau 19: Structure du transect n°8 bis Strates Hauteur max. Hauteur moyenne % du linéaire de la haie Arborée (>7m) 21 m 15 m 80% Arbustive (1,5 à 7m) 7 m 6 m 20% Herbacée (< 1,5m) 14 espèces arborées et arbustives ont été inventoriées avec une prédominance de Frêne élevé (Fraxinus excelsior) et e d’Erable champêtre (Acer campestre) pour la partie arborée et d’Aubépine à un style (Crataegus monogyna) et d’Orme (Ulmus minor) pour la partie arbustive.
  45. 45. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 45 Figure 25 : Cartographie de l’occupation du sol autour de la haie n°8 dans un rayon de 250 m en 2016. Tableau 20: Occupation du sol dans un rayon de 250 m autour de la haie n°8 en 2016 Assolement Surface (ha)Espaces boisés 2,16 Prairies de fauche 16,62 Terres arables 12,1 Zones humides 3,83 La densité bocagère (périmètre de 250 m) est égale à 111.2 m de haie par hectare.
  46. 46. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 46 Poitou-Charentes Nature 3.3. Avifaune 3.3.1. Listes d’espèces Les points d’écoutes ont permis de recenser des indices de nidification pour 47 espèces différentes (Tableau 22), parmi lesquelles 4 sont inscrites à l’annexe I de la directive « oiseaux » : l’Outarde canepetière, l’Oedicnème criard, le Pic noir et la Pie-grièche écorcheur. Les 2 premières sont des oiseaux de plaine fréquentant les parcelles acquises par le CREN dans le cadre des mesures compensatoires Avifaune de plaine. Le Pic noir fréquente les grands arbres des boisements humides de la vallée de la Dive. En revanche, la Pie-Grièche écorcheur fréquente les haies du type de celles qui sont suivies dans cette étude. L’unique contact a d’ailleurs été fait sur l’une d’elle à partir du point 4. Figure 26 : Pie-grièche écorcheur (Source : Fabrice Conort)
  47. 47. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 47 Tableau 21: Liste des espèces d’oiseaux contactées Echelle départementale Echelle régionale Echelle nationale Echelle européenne Nom français Nom latin Statut 79 GODS SP. Dét. Nich79 Nicheur PC Sp.dét. Nich PC Liste Rouge PC LR France Nicheur Protection France Nicheur Europe 04 Directive oiseaux Canard colvert Anas platyrhynchos très communes ?/0 LC LC C-GE ?/(S)/? II/1 & III/1 Perdrix grise Perdix perdix communes OUI - NE LC 3/(V)/? Caille des blés Coturnix coturnix communes OUI AS/F DD LC C-OP 3/Dp/-2 II/2 Buse variable Buteo buteo très communes ?/+1 LC LC P ?/S/? - Faucon crécerelle Falco tinnunculus très communes AS/0 LC NT P 3/D/-1 - Foulque macroule Fulica atra communes ?/+1 LC LC C-GE ?/(S)/? II/1 & III/2 Outarde canepetière Tetrax tetrax rares OUI V/-2 OUI EN VU P 2/V/? I Oedicnème criard Burhinus oedicnemus communes OUI AS/0 OUI LC NT P 3/(V)/? I Courlis cendré Numenius arquata peu fréquentes OUI E/-1 OUI EN VU C-GE 2/D/-1 II/2 Pigeon ramier Columba palumbus très communes ?/+1 LC LC C-OP ?/S/? II/1 et III/2 Tourterelle des bois Streptopelia turtur très communes D/-1 LC VU C-OP 3/D/-1 II/2 Martinet noir Apus apus communes ?/0 LC NT P ?/(S)/? - Pic vert Picus viridis communes AS/0 LC LC P 2/(Dp)/-1 - Pic noir Dryocopus martius peu fréquentes OUI V/+1 OUI VU LC P ?/S/? I Pic épeiche Dendrocopos major très communes ?/0 LC LC P ?/S/? - Alouette des champs Alauda arvensis très communes D/-1 NT NT C-OP 3/(Dp)/-2 II/2 Hirondelle rustique Hirundo rustica très communes AS/0 LC NT P 3/Dp/-1 - Pipit des arbres Anthus trivialis communes ?/0 LC LC P ?/S/? - Bergeronnette printanière Motacilla flava communes OUI ?/0 LC LC P ?/(S)/? - Troglodyte mignon Troglodytes troglodytes très communes ?/0 LC LC P ?/S/? - Accenteur mouchet Prunella modularis très communes ?/0 LC LC P ?/S/? - Rougegorge familier Erithacus rubecula très communes ?/0 LC LC P ?/S/? - Rossignol philomèle Luscinia megarhynchos très communes ?/0 LC LC P ?/(S)/? - Tarier pâtre Saxicola torquatus communes AS/0 NT NT P ?/(S)/? - Merle noir Turdus merula très communes ?/+1 LC LC C-OP ?/S/? II/2 Grive musicienne Turdus philomelos très communes ?/0 LC LC C-OP ?/S/? II/2
  48. 48. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 48 Poitou-Charentes Nature Grive draine Turdus viscivorus communes ?/0 NT LC C-OP ?/S/? II/2 Rousserolle effarvatte Acrocephalus scirpaceus peu fréquentes ?/0 OUI EN LC P ?/S/? - Hypolaïs polyglotte Hippolais polyglotta très communes - LC LC P ?/(S)/? - Fauvette à tête noire Sylvia atricapilla très communes ?/+1 LC LC P ?/S/? - Fauvette des jardins Sylvia borin communes ?/0 EN NT P ?/(S)/? - Fauvette grisette Sylvia communis très communes ?/+1 NT LC P ?/S/? - Pouillot véloce Phylloscopus collybita très communes ?/0 LC LC P ?/S/? - Mésange bleue Parus caeruleus très communes ?/0 LC LC P ?/S/? - Mésange charbonnière Parus major très communes ?/0 LC LC P ?/S/? - Grimpereau des jardins Certhia brachydactyla communes ?/0 LC LC P ?/(S)/? - Loriot d'Europe Oriolus oriolus communes ?/0 NT LC P ?/S/? - Pie-grièche écorcheur Lanius collurio peu fréquentes OUI AS/F OUI NT NT P 3/(Dp)/-1 I Geai des chênes Garrulus glandarius très communes ?/0 LC LC C-GS ?/S/? II/2 Corneille noire Corvus corone très communes ?/0 LC LC C-GS ?/S/? II/2 Etourneau sansonnet Sturnus vulgaris très communes ?/+1 LC LC C-GS 3/D/-1 II/2 Pinson des arbres Fringilla coelebs très communes ?/0 LC LC P ?/S/? - Chardonneret élégant Carduelis carduelis très communes ?/0 LC VU P ?/S/? - Linotte mélodieuse Carduelis cannabina communes ?/0 NT VU P 2/D/-1 - Bruant jaune Emberiza citrinella communes ?/0 VU VU P ?/(S)/? - Bruant zizi Emberiza cirlus communes ?/0 LC LC P ?/S/? - Bruant proyer Miliaria calandra communes ?/0 LC LC P 2/(D)/-1 - Gras : espaces annexe I ; Autres : voir Tableau 5, ANNEXE 1 ; Orange : Espèces rares en Deux-Sèvres ; Autres : voir Tableau 3 en ANNEXE
  49. 49. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 49 3.3.2. Résultats par point d’écoute L’ensemble des 7 points d’écoute, d’une durée de 10 minutes, ont été réalisés le 4 mai et le 7 juin 2016, l’ensemble des données brutes se trouve en annexe. Pour chaque point, c’est le nombre maximal de contacts par espèce qui a été retenu dans le tableau 23. Les espèces ont été classées en fonction de leur abondance relative puis de leur fréquence. 3.3.2.1 Commentaires par espèce Avec une abondance relative de plus de 10%, c’est l’Alouette des champs qui est de loin l’oiseau le plus abondant sur le secteur étudié. En regardant les détails par point, on constate qu’on retrouve surtout de gros effectifs sur les points 1 et 7 (respectivement 7 et 6 contacts), qui sont ceux situés dans les plaines ouvertes. Alors que les points 4 et 5, situés dans les prairies humides n’en comptent aucun. Les 4 espèces suivantes, également les plus fréquentes, illustrent bien un cortège typique des haies, avec du plus abondant au moins abondant : la Fauvette grisette, la Fauvette à tête noire, le Pinson des arbres et le Rossignol philomèle. 3.3.2.2 Commentaires par point Les 3 points les plus fournis en abondance et en richesse spécifique sont les points 3, 5 et 6. Le point 3 se situe à proximité d’un étang, appelé bassine de Bonneuil, et les points 5 et 6 sont situés à la lisière des boisements humides de la vallée de Dive. C’est grâce à leur localisation proche de zones humides que ces points sont les plus riches tant d’un point de vue d’abondance que de richesse spécifique. A contrario, le point 1, isolé dans la plaine récemment ensemencée en différentes parcelles enherbées, et situé le long de la haie récemment mise en place est le moins riche pour 2016.
  50. 50. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 50 Poitou-Charentes Nature Tableau 22: Récapitulatif des résultats des points d’écoute Par espèce Points d’écoutes Espèces Maximum Fréquence1 Abondance2 Abondance Abondance IPA 1 IPA 2 IPA 3 IPA 4 IPA 5 IPA 6 IPA 7 moyenne3 relative4 Alouette des champs 7 3 3 0 0 2 6 71% 21 3,0 10,2% Fauvette grisette 0 3 2 2 3 3 1 86% 14 2,0 6,8% Fauvette à tête noire 0 1 3 1 3 2 2 86% 12 1,7 5,8% Pinson des arbres 0 2 2 1 1 2 4 86% 12 1,7 5,8% Rossignol philomèle 0 2 3 2 2 1 1 86% 11 1,6 5,3% Bruant jaune 2 2 2 3 0 2 0 71% 11 1,6 5,3% Pouillot véloce 0 1 2 1 2 3 0 71% 9 1,3 4,4% Hirondelle rustique 2 1 1 1 1 1 0 86% 7 1,0 3,4% Tourterelle des bois 0 1 1 2 1 1 1 86% 7 1,0 3,4% Merle noir 0 1 2 1 2 0 1 71% 7 1,0 3,4% Corneille noire 1 0 1 1 1 1 1 86% 6 0,9 2,9% Étourneau sansonnet 0 0 0 1 2 1 2 57% 6 0,9 2,9% Pipit des arbres 0 1 2 0 1 2 0 57% 6 0,9 2,9% Bruant proyer 1 0 1 0 0 0 4 43% 6 0,9 2,9% Bergeronnette printanière 2 1 0 0 0 1 1 57% 5 0,7 2,4% Loriot d'Europe 0 1 1 0 2 1 0 57% 5 0,7 2,4% Grive draine 1 0 1 0 1 1 0 57% 4 0,6 1,9% Hypolaïs polyglotte 0 1 0 1 0 1 1 57% 4 0,6 1,9% Pigeon ramier 1 0 1 1 0 1 0 57% 4 0,6 1,9% Linotte mélodieuse 0 1 0 0 0 2 1 43% 4 0,6 1,9% Bruant zizi 0 0 2 2 0 0 0 29% 4 0,6 1,9% Grive musicienne 0 0 0 0 2 2 0 29% 4 0,6 1,9% Pic épeiche 0 0 1 1 1 0 0 43% 3 0,4 1,5% Pic vert 0 0 1 1 1 0 0 43% 3 0,4 1,5% Chardonneret élégant 0 0 0 0 0 0 3 14% 3 0,4 1,5%
  51. 51. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 51 Troglodyte mignon 0 0 0 0 3 0 0 14% 3 0,4 1,5% Faucon crécerelle 1 0 0 1 0 0 0 29% 2 0,3 1,0% Martinet noir 1 0 0 0 1 0 0 29% 2 0,3 1,0% Mésange bleue 0 0 0 0 1 1 0 29% 2 0,3 1,0% Mésange charbonnière 0 0 1 1 0 0 0 29% 2 0,3 1,0% Accenteur mouchet 0 0 0 0 1 0 0 14% 1 0,1 0,5% Buse variable 0 0 0 0 0 1 0 14% 1 0,1 0,5% Caille des blés 0 0 0 0 0 0 1 14% 1 0,1 0,5% Canard colvert 0 0 0 1 0 0 0 14% 1 0,1 0,5% Courlis cendré 1 0 0 0 0 0 0 14% 1 0,1 0,5% Fauvette des jardins 0 0 0 0 0 1 0 14% 1 0,1 0,5% Foulque macroule 0 0 1 0 0 0 0 14% 1 0,1 0,5% Geai des chênes 0 0 0 0 1 0 0 14% 1 0,1 0,5% Grimpereau des jardins 0 0 0 0 1 0 0 14% 1 0,1 0,5% Oedicnème criard 1 0 0 0 0 0 0 14% 1 0,1 0,5% Outarde canepetière 0 0 0 0 0 0 1 14% 1 0,1 0,5% Perdrix grise 0 1 0 0 0 0 0 14% 1 0,1 0,5% Pic noir 0 0 0 1 0 0 0 14% 1 0,1 0,5% Pie-grièche écorcheur 0 0 0 1 0 0 0 14% 1 0,1 0,5% Rougegorge familier 0 0 1 0 0 0 0 14% 1 0,1 0,5% Rousserolle effarvatte 0 0 0 0 0 1 0 14% 1 0,1 0,5% Tarier pâtre 0 0 0 0 0 0 1 14% 1 0,1 0,5% Abondance par point 5 21 23 35 27 34 34 32 Abondance moyenne 6 29 Abondance totale 7 206 Richesse spécifique 8 12 16 22 21 22 23 17 Richesse spécifique totale 10 47 Richesse spécifique moy. 9 19
  52. 52. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 52 Poitou-Charentes Nature Légende : Le nombre de contacts est le nombre maximum obtenus au cours des 2 passages. Horizontale : 1 Fréquence : pourcentage de points où l’espèce est présente ; 2 Abondance par espèce : nombre de contact additionné sur tous les points pour une espèce donnée ; 3 Abondance moyenne : nombre de contact moyen sur l’ensemble des points pour une espèce donnée ; 4 Abondance relative : pourcentage que représente l’abondance par espèce par rapport à l’abondance totale. Verticale : 5 Abondance par points : nombre de contacts par points, toutes espèces confondues ; 6 Abondance moyenne : nombre moyen de contacts par points, toutes espèces confondues ; 7 Abondance totale : total des contacts sur l’ensemble des points, toutes espèces confondues ; 8 Richesse spécifique : nombre d’espèce par points ; 9 Richesse spécifique moyenne : nombre moyen d’espèce par points ; 10 Richesse spécifique totale : nombre d’espèce total sur l’ensemble des points.
  53. 53. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 53 3.4. Entomofaune 3.4.1. Suivi des rhopalocères des prairies et mégaphorbiaies 3.4.1.1 Richesse spécifique globale 29 espèces de rhopalocères ont été contactées sur les stations de suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline en 2016 (Tableau suivant). 33 avaient été observées en 2012 lors du diagnostic initial (relevés à l’échelle parcellaire et non stationnelle). Parmi ces espèces, notons la présence du Cuivré des marais Lycaena dispar, espèce protégée, inscrite à l’Annexe II de la Directive Habitats et déterminante pour la désignation de ZNIEFF en Poitou-Charentes. Le Cuivré des marais est également vulnérable en Poitou-Charentes. Le Cuivré des marais affectionne les prairies humides méso-hygrophiles à hygrophiles. Il produit deux générations par an : généralement en mai et en août. Les œufs sont pondus sur le dessus des feuilles de différentes espèces d’oseilles sauvages du genre Rumex dont crispus et obtusifolius. Les adultes butinent les fleurs de différentes espèces : renoncules, salicaires, menthes, Eupatoire chanvrine, Grande berce … Figure 27 : Cuivré des marais, mâles imagos (Source : Florian Doré / DSNE) Notons également la présence du Demi-Argus Cyaniris semiargus, une espèce de Lycaenidés quasi menacée en Poitou-Charentes. Figure 28 : Demi-Argus (Source : Florian Doré / DSNE)
  54. 54. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 54 Poitou-Charentes Nature Tableau 23: Liste et statut des rhopalocères observés sur les stations de suivi Nom français Nom scientifique PN DH LRN LRR DPC D79 Hesperidés Hespérie du Dactyle Thymelicus lineolus LC LC Point de Hongrie Erynnis tages LC LC Hespérie de l’alcée Carcharodus alceae LC LC Sylvaine Ochlodes sylvanus LC LC Papilionidés Flambé Iphiclides podalirius LC LC Piéridés Aurore Anthocharis cardamines LC LC Citron Gonepteryx rhamni LC LC Piéride de la moutarde Leptidea sinapis LC LC Piéride de la rave Pieris rapae LC LC Piéride du chou Pieris brassicae LC LC Piéride du navet Pieris napi LC LC Souci Colias croceus LC LC Lycaenidés Azuré commun Polyommatus icarus LC LC Azuré des nerpruns Celastrina argiolus LC LC Collier de corail Aricia agestis LC LC Cuivré commun Lycaena phlaeas LC LC Cuivré des marais Lycaena dispar X II LC VU X X Azuré de la faucille Cupido alcetas LC LC Demi-Argus Cyaniris semiargus LC NT Nymphalidés Amaryllis Pyronia tithonus LC LC Belle-Dame Vanessa cardui LC LC Carte géographique Araschnia levana LC LC Demi-Deuil Melanargia galathea LC LC Fadet commun Coenonympha pamphilus LC LC Mélitée des centaurées Melitaea phoebe LC LC Myrtil Maniola jurtina LC LC Paon du Jour Aglais io LC LC Tircis Pararge aegeria LC LC Vulcain Vanessa atalanta LC LC PN = Protection nationale / DH = Direction Habitats / DPC = Espèce déterminante en Poitou-Charentes / D79 = Espèce déterminante en Deux-Sèvres. Date obs : la plus récente / LRN = Liste rouge nationale ; LRR : Liste rouge régionale ; LC : préoccupation mineur, NT : quasi-menacé, NA : Non applicable, VU : vulnérable, EN : en danger, CR : en danger critique d’extinction / Date obs. : observation la plus récente
  55. 55. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 55 3.4.1.2 Richesse spécifique stationnelle La station de suivi située en partie basse de l’ilot de Culaye présente la richesse spécifique observée en rhopalocères la plus élevée en 2016 avec 25 espèces (voir Tableau suivant). La station de Puits Gabeleau est, dans une moindre mesure avec 19 espèces observées en 2016, l’autre station la plus riche d’un point de vue spécifique. La station de Culaye-bas est également celle ayant fait l’observation de Cuivré des marais (secteur faisant l’objet d’un suivi spécifique pour le Cuivré des marais). L’espèce a été contactée uniquement lors de la première génération (passage du 6 juin 2016) au seuil de détectabilité égal à 1. De manière générale et ce lors de chaque passage, toutes les espèces ont été observées lors des 25 premières minutes d’observation. Il n’a jamais été fait d’observation de nouvelle espèce durant la période de 15 minutes après l’observation de la dernière. En ce qui concerne le Demi-Argus, il a été observé lors de du dernière passage le 2 septembre 2016, également sur la station de Culaye-bas au seuil 3 de détectabilité. Culaye_haut Culaye_bas Observation du Cuivré des marais Observation du Demi-Argus La Bertinière Puits Gabeleau Figure 29 : Courbes des cumuls de richesse spécifique par passage et par station en fonction de la pression d’observation
  56. 56. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 56 Poitou-Charentes Nature Tableau 24: Liste des rhopalocères observés par station de suivi Nom français Nom scientifique Culaye_bas Culaye_haut La Bertinière Puits Gabeleau Hesperidés Hespérie du Dactyle Thymelicus lineolus X X Point de Hongrie Erynnis tages X X X Hespérie de l’alcée Carcharodus alceae X Sylvaine Ochlodes sylvanus X X Papilionidés Flambé Iphiclides podalirius X Piéridés Aurore Anthocharis cardamines X X Citron Gonepteryx rhamni X X X X Piéride de la moutarde Leptidea sinapis X Piéride de la rave Pieris rapae X X X X Piéride du chou Pieris brassicae X X X Piéride du navet Pieris napi X X X X Souci Colias croceus X X X X Lycaenidés Azuré commun Polyommatus icarus X X Azuré des nerpruns Celastrina argiolus X X Collier de corail Aricia agestis X Cuivré commun Lycaena phlaeas X Cuivré des marais Lycaena dispar X Azuré de la faucille Cupido alcetas X X Demi-Argus Cyaniris semiargus X Nymphalidés Amaryllis Pyronia tithonus X X X X Belle-Dame Vanessa cardui X Carte géographique Araschnia levana X X Demi-Deuil Melanargia galathea X X X X Fadet commun Coenonympha pamphilus X X X X Mélitée des centaurées Melitaea phoebe X Myrtil Maniola jurtina X X X X Paon du Jour Aglais io X X X Tircis Pararge aegeria X X X X Vulcain Vanessa atalanta X X X X Richesse spécifique 25 14 14 19
  57. 57. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 57 Contrairement au diagnostic initial en 2012, le Cuivré des marais n’a pas été revu sur l’ilot de Puits Gabeleau en 2016 lors des sessions de relevés. En 2012, seuls des imagos en vol y avaient été observés, ceux-ci se reproduisant probablement à proximité. La parcelle acquise demeure favorable à la reproduction avec la présence de plantes hôtes en a priori moindre abondance que sur l’ilot de Culaye. Il en est de même en ce qui concerne les plantes favorables pour la ressource alimentaire des imagos. D’autres espèces de rhopalocères non revues en 2016 sont potentiellement toujours présentes. C’est le cas notamment du Machaon Papilio machaon, du Gazé Aporia crataegi, du Tabac d’Espagne Argynnis paphia ou encore du Nacré de la ronce Brenthis daphne sur l’ilot de Puits Gabeleau. Ces espèces sont connues à proximité et n’utilisent la parcelle probablement qu’à l’occasion de déplacement et/ou ponctuellement pour l’alimentation et/ou la reproduction. Le Demi-Argus Cyaniris semiargus, contacté sur Culaye-bas en 2016 ne l’avait pas été en 2012 mais en revanche sur l’ilot de La Bertinière où il n’a pas été revu en 2016. Nous en sommes encore au début du suivi des rhopalocères, il est ainsi difficile de pouvoir commencer à mettre en évidence des tendances et/ou des affirmations quant à l’évolution des communautés de rhopalocères. 3.4.1.3 Synthèse des indicateurs Le tableau suivant présente la synthèse des indicateurs de suivis dans le cadre du suivi des rhopalocères des prairies et mégaphorbiaies. Tableau 25: Récapitulatif des indicateurs de suivi rhopalocères Culaye_bas Culaye_haut La Bertinière Puits Gabeleau Global Richesse spécifique en rhopalocères 25 14 14 19 29 Richesse spécifique en rhopalocères déterminants ZNIEFF des zones humides 1 0 0 0 1 Présence/Absence de Cuivré des marais 1 0 0 0 1 Présence/absence de Damier de la succise 0 0 0 0 0
  58. 58. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 58 Poitou-Charentes Nature 3.4.2. Suivi du Cuivré des marais Malgré l’observation d’imagos au sein de la zone de mise en défend sur l’ilot de Culaye, aucune ponte n’a été observée sur les différentes placettes de suivis en 2016. Il est probable que les conditions exceptionnelles aient joué un rôle sur nos résultats : - printemps très pluvieux et peu favorable aux rhopalocères lors de la première génération de Cuivré des marais en mai-juin ; - été très sec et végétation très sèche lors de la deuxième génération en août-septembre. Il est en effet connu, lorsque la plante hôte se dessèche, que les femelles pondent sur ses tiges sèches ou à proximité sur les feuilles vertes de diverses plantes (Lafranchis et al., 2015). Il est également probable que nous puissions passer, du fait de l’échantillonnage, à côté de pieds de plante-hôte présentant des œufs. Seule la poursuite du suivi nous permettra de prendre du recul quant à nos observations de 2016. Tableau 26: Bilan de comptages des pieds de Rumex sp par passage 1 ère génération – passage 27/06/2016 2 ème génération – passage 31/08/2016 Numéro de placette Nb pied Rumex Nb pied avec œuf de Cuivré des marais Nb pied Rumex Nb pied avec œuf de Cuivré des marais 1 2 0 2 0 2 0 0 0 0 3 3 0 2 0 4 0 0 0 0 5 2 0 1 0 6 1 0 1 0 7 0 0 0 0 8 2 0 1 0 9 1 0 1 0 10 2 0 2 0 11 3 0 2 0 12 0 0 0 0 13 13 0 6 0 14 0 0 0 0 15 0 0 0 0 16 6 0 3 0 17 15 0 4 0 18 2 0 2 0 19 2 0 1 0 20 0 0 0 0 21 1 0 1 0 22 2 0 2 0 23 53 0 14 0 24 4 0 3 0 25 1 0 1 0 26 0 0 0 0 27 5 0 3 0 28 1 0 1 0 29 32 0 8 0 30 3 0 2 0 Total 156 0 63 0
  59. 59. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 59 Figure 30 : Nombre de pied de Rumex sp par placette de suivi du Cuivré des marais lors du premier passage le 27 juin 2016
  60. 60. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 60 Poitou-Charentes Nature Figure 31 : Nombre de pied de Rumex sp par placette de suivi du Cuivré des marais lors du second passage le 31 août 2016
  61. 61. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 61 3.4.3. Suivi des orthoptères des milieux ouverts humides 3.4.3.1 Richesse spécifique globale 21 espèces d’orthoptères (sauterelles, grillons et criquets) ont été contactées sur les 8 stations de suivi au sein du site de compensation Plaine et Marais de Sainte-Soline en 2016 (Tableau suivant). 33 avaient été observées en 2012 lors du diagnostic initial (relevés à l’échelle parcellaire et non stationnelle). Parmi ces espèces, notons 2 déterminantes pour la désignation de ZNIEFF : - le Criquet des roseaux Mecostethus parapleurus (déterminant en Deux-Sèvres) ; - le Criquet ensanglanté Stethophyma grossum (déterminant en Poitou-Charentes). La présence également du Grillon des marais Pteronemobius heydenii est caractéristique des zones humides Tableau 27: Liste et statut des orthoptères observés sur les stations de suivi Nom vernaculaire Nom scientifique LRN FR LRN AQU Dét. OrdredesEnsifères Famille Tettigoniidae 1 Phanéroptère méridional Phaneroptera nana 4 4 2 Conocéphale bigarré Conocephalus fuscus 4 4 3 Conocéphale gracieux Ruspolia nitidula 4 4 4 Grande sauterelle verte Tettigonia viridissima 4 4 5 Decticelle bariolée Metroptera roeselii 4 4 Famille Gryllidae 6 Grillon champêtre Gryllus campestris 4 4 7 Grillon des marais Pteronemobius heydenii 4 4 OrdredesCaelifères Famille Acrididae 8 Tétrix des vasières Tetrix ceperoi 4 4 9 Tétrix riverain Tetrix subulata 4 4 10 Tétrix commun Tetrix undulata 4 4 Famille Acrididae 11 Criquet pansu Pezotettix giornae 4 4 12 Aïolope émeraudine Aiolopus thalassinus 4 4 13 Criquet des roseaux Mecostethus parapleurus 4 3 79 14 Criquet ensanglanté Stethophyma grossum 4 3 PC 15 Criquet des pâtures Pseudochorthippus parallelus 4 4 16 Criquet vert-échine Chorthippus dorsatus 4 4 17 Criquet marginé Chorthippus albomarginatus 4 4 18 Criquet mélodieux Gomphocerippus biguttulus 4 4 19 Criquet duettiste Gomphocerippus brunneus 4 4 20 Criquet des bromes Euchorthippus declivus 4 4 21 Criquet blafard Euchorthippus elegantulus 4 4 Dét.: espèce déterminante pour la désignation de ZNIEFF en Poitou-Charentes (PC) et/ou en Deux-Sèvres (79). LRN : Liste Rouge Nationale (Sardet et Defaut, 2004) ; FR : LR France ; AQU : LR pour le domaine biogéographique subméditerranéen aquitain ; 4 : espèce non menacée en l’état actuel des connaissances ; 3 : espèce menacée à surveiller ; 2 : espèce fortement menacée d’extinction ; 1 : espèce proche de l’extinction ou déjà éteinte.
  62. 62. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 62 Poitou-Charentes Nature 3.4.3.2 Richesse spécifique stationnelle La station de suivi située en partie basse de l’ilot de Culaye présente, comme pour les rhopalocères, la richesse spécifique observé en orthoptères la plus élevée en 2016 avec 14 espèces (voir Tableau suivant). Les autres stations présentent des richesses spécifiques globalement comparables, comprises entre 8 et 11 espèces. Les espèces les mieux réparties sont le Criquet des pâtures Pseudochorthippus parallelus et le Criquet vert-échine Chorthippus dorsatus, présentes dans chacune des 8 stations suivies. Ces deux espèces présentent également les abondances observées les plus importantes avec pour certaines stations le Grillon des marais Pteronemobius heydenii, le Criquet des roseaux Mecostethus parapleurus et le Criquet ensanglanté Stethophyma grossum. Tableau 28: Liste et abondance relative des orthoptères observés par station de suivi Nom vernaculaire Nom scientifique Puits Gabeleau Culaye La Bertinière 1 2 3 4 5 6 7 8 OrdredesEnsifères Famille Tettigoniidae 1 Phanéroptère méridional Phaneroptera nana 1 2 Conocéphale bigarré Conocephalus fuscus 2 2 2 3 Conocéphale gracieux Ruspolia nitidula 1 1 4 Grande sauterelle verte Tettigonia viridissima 1 1 1 1 1 1 5 Decticelle bariolée Metroptera roeselii 2 2 1 Famille Gryllidae 6 Grillon champêtre Gryllus campestris 2 1 2 2 2 2 2 7 Grillon des marais Pteronemobius heydenii 3 3 3 3 3 2 OrdredesCaelifères Famille Tetrigidae 8 Tétrix des vasières Tetrix ceperoi 2 1 2 9 Tétrix riverain Tetrix subulata 1 10 Tétrix commun Tetrix undulata 1 1 1 Famille Acrididae 11 Criquet pansu Pezotettix giornae 1 12 Aïolope émeraudine Aiolopus thalassinus 1 1 1 13 Criquet des roseaux Mecostethus parapleurus 3 3 2 3 1 1 14 Criquet ensanglanté Stethophyma grossum 3 3 2 15 Criquet des pâtures Pseudochorthippus parallelus 3 3 2 2 3 2 2 2 16 Criquet vert-échine Chorthippus dorsatus 3 3 2 2 2 3 3 3 17 Criquet marginé Chorthippus albomarginatus 1 1 1 18 Criquet mélodieux Gomphocerippus biguttulus 2 2 2 2 2 2 19 Criquet duettiste Gomphocerippus brunneus 1 1 2 2 2 20 Criquet des bromes Euchorthippus declivus 1 21 Criquet blafard Euchorthippus elegantulus 2 2 2 2 2 2 Richesse spécifique 11 10 11 11 14 10 9 8 Indice d’abondance : 1 = 1-2 individus observés ; 2 = 3-10 individus observés ; 3 = >10 individus observés, abondant ; 4 = abondant et dominant.
  63. 63. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 63 Le Criquet des roseaux Mecostethus parapleurus (Figure suivante) est une espèce déterminante pour la désignation de ZNIEFF en Deux-Sèvres. Le Criquet des roseaux est considéré comme non menacé en France en l’état actuel des connaissances en 2004 (Sardet et Defaut, 2004) et menacé à surveiller dans le domaine subméditerranéen aquitain. Le Criquet des roseaux occupe des zones humides, principalement des prairies de fauche et pâturées, souvent bien ouvertes, exposées et ensoleillées. Les milieux s’asséchant en été présentent les abondances les plus fortes. Des individus isolés sont régulièrement observés dans des milieux où la reproduction ne semble pas se produire (chaumes, pelouses sèches …). Le Criquet des roseaux est connu sur le site de Sainte-Soline sur 6 des 8 stations suivies et de manière plus abondante sur les stations les plus humides, sur l’ilot de Puits Gabeleau et en partie basse de celui de Culaye. Figure 32 : Criquet des roseaux Mecostethus parapleurus, femelle (gauche) et mâle (droite) (Source : Florian Doré / DSNE) Le Criquet ensanglanté Stethophyma grossum (Figure suivante) est une espèce déterminante pour la désignation de ZNIEFF en Poitou-Charentes. Bien que considérée comme non menacée en l’état actuel des connaissances en France, cette espèce est menacée à surveiller dans le domaine biogéographique subméditerranéen aquitain. Le Criquet ensanglanté est une espèce typique des zones humides. Elle apprécie les végétations denses plus ou moins hautes dans des milieux bien exposés et ensoleillés. Ainsi on le rencontre dans des prairies de fauches et pâtures, des bordures végétalisées d’étangs, marais, tourbières … La présence de zone de sol nu est également important pour la ponte. Le Criquet ensaglanté est connu sur le site de Sainte-Soline sur les 3 stations les plus humides, sur l’ilot de Puits Gabeleau et en partie basse de celui de Culaye. Figure 33 : Criquet ensanglanté Stethophyma grossum, femelle (gauche) et mâle (droite) (Source : Florian Doré / DSNE)
  64. 64. Suivi du site Plaine et Marais de Sainte-Soline (79) – Juillet 2017 64 Poitou-Charentes Nature Le Grillon des marais Pteronemobius heydenii (Figure suivante) est considérée comme non menacé en l’état actuel des connaissances en France ainsi que dans le domaine biogéographique subméditerranéen aquitain. Le Grillon des marais occupe diverses zones humides, ces dernières pouvant s’assécher fortement en période estivale. On le rencontre généralement en milieu prairial mais occupe également des bordures de mares, d’étangs et certains ruisseaux. Ces sites sont généralement bien exposés et ensoleillés. Pouvant occuper des milieux récents, le Grillon des marais semble pouvoir se disperser pour coloniser de nouveaux sites. Sur le site, le Grillon des marais semble abondant. On le contacte sur l’ensemble des zones humides hormis certains secteurs plus mésophiles, à savoir 2 stations sur l’ilot de La Bertinière. Figure 34 : Grillon des marais Pteronemobius heydenii (Source : Florian Doré / DSNE)

×