Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi Mares - 2017 - CEN AQ

71 views

Published on

La LGV SEA entre Tours et Bordeaux compte 340 km de lignes nouvelles à la fin de l’année 2017. Ce projet a un impact sur la faune, la flore ou l’écoulement des eaux de pluie. Après avoir entrepris toutes les évolutions de tracé pour éviter les impacts majeurs, le projet se doit d’atténuer les impacts négatifs du tracé. Les impacts résiduels feront l’objet de mesures compensatoires. A ce titre, COSEA/LISEA a entrepris, le long du tracé, le creusement de plusieurs mares à vocation d’attractivité, de substitution ou de compensation1. Cette mission a été confiée par COSEA au Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine (CEN Aquitaine). Ainsi, deux mares ont été réalisées en 2013, deux supplémentaires en 2014, puis 4 en 2016, auxquels s’ajoute la restauration d’une mare, sur la base des prescriptions techniques du CEN.

En Aquitaine, les 2 mares créées en 2013 ont été suivies durant 3 ans à compter de 2014. Les deux suivantes sont venues augmenter l’effectif suivi en 2016. Cette année, le CEN Aquitaine a été missionné sur 7 mares pour mener les suivis de ces milieux conformément au protocole de suivi rédigé collégialement par l’ensemble des associations de protection de la nature travaillant à la mise en oeuvre des suivis écologiques sur la LGV SEA. Les mares créées en 2013 ne sont plus intégrées aux suivis jusqu’en 2022.

Le présent document fait le bilan du suivi 2017. Il a pour vocation d’évaluer la fonctionnalité des sites, d’apporter des éléments correctifs à la gestion des mares et d’amélioration du suivi, ainsi que d’effectuer un retour d’expérience sur les mesures compensatoires.

Contrairement aux années précédentes, ce rapport n’est pas présenté par thématique de suivi mais par mares.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Suivi Mares - 2017 - CEN AQ

  1. 1. Pascal TARTARY TARTARY P. 2017. Suivis écologiques des mares créées dans le cadre de la LGV SEA – Suivi des sites de mesures compensatoires 2017. CEN Aquitaine. LISEA. 69 pages + annexes
  2. 2. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 3 Maitre d’Ouvrage LISEA Structure en charge du suivi Structure : Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine Antenne : Gironde Présidente : Catherine MESAGER Directrice : Christine BARBOUX Rédaction Personnel Poste Action Date TARTARY P. Chargé de mission - Ecologue Rédaction initiale 22/01/2018 TARTARY P. Chargé de mission - Ecologue Correction 20/02/2018 Crédits photographiques Page de garde : 1 : Agrion nain Ischnura pumilio, TARTARY P©CEN Aquitaine 2 : Libellule déprimée Libellula depressa, TARTARY P©CEN Aquitaine 3 : Mare des sables à Laruscade, TARTARY P©CEN Aquitaine Corps du rapport : TARTARY P©CEN Aquitaine Versions Version Actions Date Destinataire V0 Rédaction initiale V0 22/01/2018 - V0 Envoi LISEA 22/01/2018 Thierry CHARLEMAGNE Marion GOURAUD V1 Correction 20/02/2018 - V1 Envoi LISEA 21/02/2018 Thierry CHARLEMAGNE Marion GOURAUD 1 2 3
  3. 3. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 4 Table des matières Introduction............................................................................................................................................ 8 I. Objectifs du suivi............................................................................................................................. 9 II. Protocole......................................................................................................................................... 9 A. Généralités.................................................................................................................................. 9 1. Mares suivies en 2017............................................................................................................. 9 2. Ensemble des mares compensatoires..................................................................................... 9 B. Localisation des mares.............................................................................................................. 10 C. Indicateurs de suivi................................................................................................................... 12 III. Résultats.................................................................................................................................... 13 A. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2).................................................................................... 13 1. Description de l’environnement .......................................................................................... 13 2. Colonisation des végétaux sur la mare ................................................................................ 15 3. Suivi des populations d’amphibiens .................................................................................... 17 4. Suivi des populations d’odonates ........................................................................................ 20 5. Fiche de synthèse et interprétation..................................................................................... 22 B. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) .................................................................................... 23 1. Description de l’environnement .......................................................................................... 23 2. Colonisation des végétaux sur les mares............................................................................. 25 3. Suivi des populations d’amphibiens .................................................................................... 26 4. Suivi des populations d’odonates ........................................................................................ 29 5. Fiche de synthèse et interprétation..................................................................................... 31 C. Mare du Lac vert (33/LARUSCADE/M4)................................................................................... 32 1. Description de l’environnement .......................................................................................... 32 2. Topographie de la mare........................................................................................................ 33 3. Colonisation des végétaux sur les mares............................................................................. 35 4. Suivi des populations d’amphibiens .................................................................................... 36 5. Suivi des populations d’odonates ........................................................................................ 37 6. Fiche de synthèse et interprétation..................................................................................... 38 D. Mare des Valentons (33/SAINT LOUBES/M1).......................................................................... 40 1. Description de l’environnement .......................................................................................... 40 2. Topographie de la mare........................................................................................................ 41 3. Colonisation des végétaux sur la mare ................................................................................ 42
  4. 4. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 5 4. Suivi des populations d’amphibiens .................................................................................... 44 5. Suivi des populations d’odonates ........................................................................................ 45 6. Fiche de synthèse et interprétation..................................................................................... 46 E. Mare de Canterrane (33/AMBARES/M1)................................................................................. 47 1. Description de l’environnement .......................................................................................... 47 2. Topographie de la mare........................................................................................................ 48 3. Colonisation des végétaux sur la mare de Canterrane........................................................ 50 4. Suivi des populations d’amphibiens .................................................................................... 53 5. Suivi des populations d’odonates ........................................................................................ 53 6. Fiche de synthèse et interprétation..................................................................................... 55 F. Mare prairial du site Bernard (33/GALGON/M1) .................................................................... 57 1. Description de l’environnement .......................................................................................... 57 2. Topographie de la mare........................................................................................................ 58 3. Colonisation des végétaux sur les mares............................................................................. 59 4. Suivi des populations d’amphibiens .................................................................................... 61 5. Suivi des populations d’odonates ........................................................................................ 62 6. Fiche de synthèse et interprétation..................................................................................... 63 G. Mare forestière du site Bernard (33/GALGON/M2)................................................................ 64 1. Description de l’environnement .......................................................................................... 64 2. Topographie de la mare........................................................................................................ 65 3. Colonisation des végétaux sur les mares............................................................................. 66 4. Suivi des populations d’amphibiens .................................................................................... 67 5. Suivi des populations d’odonates ........................................................................................ 67 6. Fiche de synthèse et interprétation..................................................................................... 68 IV. Discussions................................................................................................................................ 69 Table des figures Figure 1 : Localisation des mares de compensation et statut de suivi pour l’année 2017 ................... 11 Figure 2 : Répartition des principaux milieux dans les 150 m autour de la mare des Sables observée en 2017.................................................................................................................................................. 13 Figure 3 : Cartographie des formations végétales dans un rayon de 150 m autour de la mare des Sables..................................................................................................................................................... 13 Figure 4 : Transect de végétation selon la coupe longitudinale de la mare des sables........................ 15 Figure 5 : Vue générale de la mare des Sables...................................................................................... 19
  5. 5. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 6 Figure 6 : Répartition des grandes formations végétales dans les 150 m autour de la mare de la Saye ............................................................................................................................................................... 23 Figure 7 : Cartographie des formations végétales dans un rayon de 150 m autour de la mare de la saye........................................................................................................................................................ 23 Figure 8 : Femelle d’Anax imperator en train de pondre (TARTARY P. 2017)....................................... 28 Figure 9 : Répartition des grandes formations végétales dans les 150 m autour de la mare du Lac vert ............................................................................................................................................................... 32 Figure 10 : Cartographie des principales formations végétales dans un rayon de 150 m autour de la mare du Lac vert.................................................................................................................................... 32 Figure 11 : Représentation schématique de la mare du Lac vert.......................................................... 33 Figure 12 : Profil en long selon l’axe 1................................................................................................... 34 Figure 13 : profil en long selon l’axe 2................................................................................................... 34 Figure 14 : Transect de végétation selon une coupe longitudinale de la mare du Lac vert (axe 1)...... 35 Figure 15 : Répartition des principales formations végétales dans un rayon de 150 m autour de la mare des Valentons............................................................................................................................... 40 Figure 16 : Cartographie des principales formations végétales dans un rayon de 150 m autour de la mare des Valentons............................................................................................................................... 40 Figure 17 : Contours de la mares des Valentons................................................................................... 41 Figure 18 : Profil en long de la mare des Valentons.............................................................................. 42 Figure 19 : Transect de végétation selon l’axe longitudinale de la mare.............................................. 43 Figure 20 : Répartition des différentes entités paysagères composant l’environnement immédiat (150 m) de la mare de Canterrane ................................................................................................................ 47 Figure 21 : Entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare de Canterrane................. 47 Figure 22 : Contours de la mare de la Canterrane ................................................................................ 48 Figure 23 : profil en long de la mare de la Canterrane.......................................................................... 50 Figure 24 : Transect de végétation de la mare de Canterrane.............................................................. 51 Figure 25 : Entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare prairial du site Bernard... 57 Figure 26 : Répartition des différentes entités paysagères composant l’environnement immédiat (150 m) de la mare prairial du site Bernard .................................................................................................. 57 Figure 27 : Contours de la mare prairial du site Bernard...................................................................... 58 Figure 28 : Profil en long de la mare prairiale selon axe 8-19............................................................... 59 Figure 29 : Transect de végétation de la mare prairial du site Bernard selon l’axe 8-19...................... 59 Figure 30 : Entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare forestière ........................ 64 Figure 31 : Répartition des différentes entités paysagères composant l’environnement immédiat (150 m) de la mare forestière........................................................................................................................ 64 Figure 32 : Contours de la mare forestière du site Bernard.................................................................. 65 Figure 33 : Profil en long de la mare forestière selon l’axe A-B............................................................ 66 Table des tableaux Tableau I : Planification par mares des suivis jusqu’en 2040................................................................ 10 Tableau II : Détails de localisation et de suivi des mares ...................................................................... 10 Tableau III : Liste des indicateurs de suivi ............................................................................................. 12 Tableau 4 : Evolution des grandes formations végétales dans les 150 m autour de la mare des Sables entre 2015 et 2017................................................................................................................................ 14 Tableau V : Composition floristique de la végétation observée en 2017 sur la mare des sables......... 16 Tableau VI : Résultats des campagnes de suivi de la mare des Sables sur les amphibiens .................. 17 Tableau VII : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare des sables (2015-2017).............................. 18
  6. 6. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 7 Tableau VIII : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) des Sables ............................................................................................................................................................... 19 Tableau IX : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare des Sables................................... 20 Tableau X : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare des Sables (2015-2017)................................. 21 Tableau 11 : Evolution des grandes formations végétales dans les 150 m autour de la mare de la Saye entre 2015 et 2017................................................................................................................................ 24 Tableau XII : Composition floristique de la végétation observée en 2017 sur la mare de la Saye ....... 25 Tableau XIII : Résultats des campagnes de suivi de la mare de la Saye sur les amphibiens ................. 26 Tableau XIV : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare de la Saye (2015-2016) ............................. 27 Tableau XV : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) du Courneau............................................................................................................................................... 28 Tableau XVI : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare de la Saye................................. 29 Tableau XVII : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de la Saye (2015-2016)............................. 30 Tableau XIX : Composition floristique observée en 2017 sur la mare du Lac vert................................ 35 Tableau XX : Résultats des campagnes de suivi de la mare du Lac vert sur les amphibiens................. 36 Tableau XXI : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur la zone humide du Viaduc de la Saye ............................................................................................................................................................... 36 Tableau XXII : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare du Lac vert............................... 37 Tableau XXIV : Résultats des campagnes de suivi de la mare des Valentons sur les amphibiens ........ 44 Tableau XXV : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare des Valentons ......................... 45 Tableau XXVI : Composition de la végétation de la mare de Canterrane ............................................. 52 Tableau XXVII : Résultats des campagnes de suivi de la mare de Canterrane sur les amphibiens....... 53 Tableau XXVIII : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare de Canterrane...................... 53 Tableau XXIX : Résultats des campagnes de suivi de la mare prairial sur les amphibiens.................... 61 Tableau XXX : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare priarial..................................... 62 Tableau XXXI : Résultats des campagnes de suivi des Ampbibiens sur la mare forestière................... 67 Tableau XXXII : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare forestière .............................. 67
  7. 7. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 8 Introduction La LGV SEA entre Tours et Bordeaux compte 340 km de lignes nouvelles à la fin de l’année 2017. Ce projet a un impact sur la faune, la flore ou l’écoulement des eaux de pluie. Après avoir entrepris toutes les évolutions de tracé pour éviter les impacts majeurs, le projet se doit d’atténuer les impacts négatifs du tracé. Les impacts résiduels feront l’objet de mesures compensatoires. A ce titre, COSEA/LISEA a entrepris, le long du tracé, le creusement de plusieurs mares à vocation d’attractivité, de substitution ou de compensation1 . Cette mission a été confiée par COSEA au Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine (CEN Aquitaine). Ainsi, deux mares ont été réalisées en 2013, deux supplémentaires en 2014, puis 4 en 2016, auxquels s’ajoute la restauration d’une mare, sur la base des prescriptions techniques du CEN. En Aquitaine, les 2 mares créées en 2013 ont été suivies durant 3 ans à compter de 2014. Les deux suivantes sont venues augmenter l’effectif suivi en 2016. Cette année, le CEN Aquitaine a été missionné sur 7 mares pour mener les suivis de ces milieux conformément au protocole de suivi rédigé collégialement par l’ensemble des associations de protection de la nature travaillant à la mise en œuvre des suivis écologiques sur la LGV SEA. Les mares créées en 2013 ne sont plus intégrées aux suivis jusqu’en 2022. Le présent document fait le bilan du suivi 2017. Il a pour vocation d’évaluer la fonctionnalité des sites, d’apporter des éléments correctifs à la gestion des mares et d’amélioration du suivi, ainsi que d’effectuer un retour d’expérience sur les mesures compensatoires. Contrairement aux années précédentes, ce rapport n’est pas présenté par thématique de suivi mais par mares. 1 Pour le contexte réglementaire, voir en annexe 1
  8. 8. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 9 I. Objectifs du suivi Les objectifs de ce suivi sont triples :  évaluer la portée des actions de création de mares sur les populations d'amphibiens, d'odonates et sur les cortèges floristiques ;  suivre la vitesse de colonisation par la faune et la flore des mares créées ;  proposer éventuellement des actions d'ajustement en cas de dysfonctionnement. II. Protocole A. Généralités 1. Mares suivies en 2017 Sept mares ont été suivies en 2017 :  la mare des Sables avec le numéro 33/LARUSCADE/M2  la mare de la Saye avec le numéro 33/LARUSCADE/M3  la mare du Lac vert avec le numéro 33/LARUSCADE/M4  les mares du site Bernard avec les numéros 33/GLAGON/M1 etM2  la mare des Valentons avec le numéro 33/SAINTLOUBES/M1  et enfin la mare de Canterrane avec le numéro 33/AMBARESETLAGRAVE/M1 Pour faciliter la lecture des cartographies, les codes mare ont été comprimés et donnent respectivement : 33LARUM2, 33LARUM3, 33LARUM4 ; 33GALGM1 ; 33GALGM2 ; 33STLOM1 et 33AMBAM1. Le suivi comporte plusieurs éléments à relever lors de plusieurs passages adaptés à la période optimale d’observation de ces éléments (chacun de ces points est décrit en annexe 2) :  une description de l’environnement de la mare ;  une description morphologique, ainsi que son profil en long ;  un observatoire photographique ;  le suivi de la flore et des habitats ;  le suivi des amphibiens ;  le suivi des odonates. Les différents éléments relevés sont répertoriés dans une fiche de suivi présentée en annexe. 2. Ensemble des mares compensatoires Les mares compensatoires sont suivies durant les trois premières années après leur création, puis un suivi tous les cinq ans sera proposé. Cela conduirait au planning de suivi ci-dessous.
  9. 9. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 10 Tableau I : Planification par mares des suivis jusqu’en 2040 Code mare 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030 2031 2032 2033 2034 2035 2036 2037 2038 3039 2040 33LARUM1 33LARUM2 33LARUM3 33LARUM4 33GALGM1 33GALGM2 33STANDM1 33STLOM1 33AMBAM1 Avec : Creusement Restauration Suivi N Suivi N+1 Suivi N+2 Suivi N+7 et suivants Année sans suivi B. Localisation des mares Cinq des sept mares se situent sur une portion de 23 km de la LGV en territoire girondin. Il s’agit du nord au sud des mares des Sables (33/LARU/M2), de la Saye (33/LARU/M3) et du Lac vert (33/LARU/M4) sur la commune de Laruscade ; de la mare des Valentons (33/STLO/M1) sur la commune de Saint-Loubès ; et de la mare de Caterrane (33/AMBA/M1) sur la commune d’Ambarès-et-Lagrave. Ces mares ont été créées ou restaurées sur des sites en acquisition qui pourront être rétrocédés à un organisme de conservation de la nature. Deux autres mares sont suivies sur la commune de Galgon : 33/GALG/M1 et 33/GALG/M2 sur un site de mesures compensatoires en conventionnement avec son propriétaire. Tableau II : Détails de localisation et de suivi des mares Type de mares Code mare Nom usuel Département Commune Suivi en 2017 Mare de substitution 33LARUM2 Mare des Sables Gironde Laruscade OUI 33LARUM1 Mare de Caboche Gironde Laruscade NON 33LARUM3 Mare de la Saye Gironde Laruscade OUI 33LARUM4 Mare du Lac vert Gironde Laruscade OUI 33STANDM1 Mare de Sainte-Escalle Gironde Saint-André-de-Cubzac NON 33STLOM1 Mare des Valentons Gironde Saint-Loubès OUI 33AMBAM1 Mare de Canterrane Gironde Ambarès-et-Lagrave OUI Mare de compensation 33GALGM1 Mare prairiale du site Bernard Gironde Galgon OUI 33GALGM2 Mare forestière du site Bernard Gironde Galgon OUI
  10. 10. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 11 Figure 1 : Localisation des mares de compensation et statut de suivi pour l’année 2017 33LARUM3
  11. 11. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 12 C. Indicateurs de suivi Les différentes variables étudiées dans le cadre de ce suivi, permettent la production d’indicateurs (cf. tableau I) qui seront étudiés chaque année, pour chaque mare et dont les évolutions pourront être analysées et interprétées. Tableau III : Liste des indicateurs de suivi Suivi Indicateur Définition Symbole Végétation % d’ombre projetée % d’ombre (vue du dessus) de la végétation sur la mare %ombre Habitat / Flore Richesse spécifique Nombre d’espèces de plante identifiées par mare Sflore Surface cumulée des herbiers aquatiques en m² Somme des surfaces des différents herbiers présents sur la mare H Amphibiens Richesse spécifique Nombre d’espèces d’amphibiens identifiées par mare Samph Coefficient de similitude Rapport de la richesse spécifique commune entre la mare créée et la mare détruite, à la richesse spécifique globale des deux mares S’amph Coefficient d’originalité Rapport du nombre d’espèces non observées dans la mare créée et la mare détruite, à la richesse spécifique des deux mares O’amph Odonates Richesse spécifique Nombre d’espèces d’odonates identifiées par mare Sodo Richesse spécifique reproductrice Nombre d’espèces d’odonates reproductrices identifiées par mare S(R)odo
  12. 12. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 13 III. Résultats A. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2) 1. Description de l’environnement a) Environnement en 2017 La mare des Sables se trouve au sein d’un ensemble boisé (52,8%) très peu morcelé à l’exception des dépendances de la LGV et des routes (15% de l’espace). Cependant, au niveau de la mare, ce sont les formations ouvertes basses qui prédominent. Figure 2 : Répartition des principaux milieux dans les 150 m autour de la mare des Sables observée en 2017 Figure 3 : Cartographie des formations végétales dans un rayon de 150 m autour de la mare des Sables Route 2% Boisement 46% Fourré 3%Emprise LGV 7% Talus LGV 8% Friche post exploitation sylvicole 9% Zone humide 3% Pelouse naturelle pionnière 15% Haie 7%
  13. 13. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 14 b) Evolution de l’environnement (2015-2017) Tableau 4 : Evolution des grandes formations végétales dans les 150 m autour de la mare des Sables entre 2015 et 2017 Formations végétales en 2015 (en m²) Formations végétales en 2017 (en m²) Evolution entre 2015 et 2017 En m² Tendance Route 2342 1317 -1025  Boisement 38806 32595 -6211  Fourré 0 2254 2254  Emprise LGV 25758 4965 -20793  Talus LGV 0 5535 5535  Friche post exploitation sylvicole 0 6190 6190  Zone humide 0 2203 2203  Pelouse naturelle pionnière 0 10869 10869  Haie 3776 4745 969  L’évolution des paysages est essentiellement due à trois phénomènes : l’un concerne la végétalisation naturelle des délaissés d’emprise qui étaient jusqu’ici comptabilisés à l’intérieur de l’emprise, l’autre concerne les modifications engendrées par les activités socio-économiques, en l’occurrence l’exploitation de la parcelle forestière située au sud-est du site ; et enfin, la précision apportée à la caractérisation des formations végétales.
  14. 14. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 15 2. Colonisation des végétaux sur la mare a) Transect de végétation La mare des Sables présente une forme ronde dans sa partie principale, prolongée par deux anses. Pour réaliser le profil en long de cette mare, il a été choisi de partir d’une des extrémités des anses pour arriver sur la berge opposée en passant par la partie la plus profonde de la mare. Figure 4 : Transect de végétation selon la coupe longitudinale de la mare des sables b) Evolution de la colonisation de la végétation le long du transect Le massif de Typha sp au centre de la mare semble en expansion. Cet ilot végétal au milieu de la mare offre un refuge à de nombreuses espèces ; c’est également un point de chant apprécié des Rainettes méridionales Hyla meridionale et un lieu particulièrement prisé des larves de libellules lors de l’émergence.
  15. 15. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 16 L’autre massif de Typha qui se développait au niveau des appendices ouest, semblent avoir souffert à la fois d’une trop longue période de sécheresse et d’un appétit vorace des sangliers qui les ont déracinés pour en manger les rhizomes. Les autres formations végétales, notamment les espèces aquatiques ne sont pas encore très développées. Les conditions climatiques, notamment pluviométriques très défavorables, n’aident pas au développement de ces espèces particulièrement sensibles face à la dessiccation. c) Composition de la végétation Tableau V : Composition floristique de la végétation observée en 2017 sur la mare des sables Espèces présentes Milieux optimum de l’espèce Juncus conglomeratus Prés tourbeux médioeuropéens, acidophiles, atlantiques Juncus effusus Prés tourbeux médioeuropéens, acidophiles, atlantiques Juncus acutiflorus Prés tourbeux médioeuropéens, acidophiles, atlantiques Ranunculus flammula Tourbières basses médioeuropéennes à boréo-subalpines, acidophiles Molinia caerulea Tourbières basses médioeuropéennes à boréo-subalpines Prunella vulgaris Prairies médioeuropéennes, mésohydriques, pâturées Typha angustifolia Magnoroselières médioeuropéennes stabilisées Juncus bufonius Tonsures hygrophiles à hydrophiles, européennes Gnaphalium sp (luteoalbum) - Cyperus sp - Mentha aquatica Prairies hydrophiles, européennes Ludwigia sp - Carex viridula Tourbières basses médioeuropéennes à boréo-subalpines, basophiles Galium debile Hémicryptophytaies des tourbières acidophiles, atlantiques, planitiaires, thermophiles à mésothermophiles Les espèces contactées sur le site de la mare des Sables sont caractéristiques d’un milieu tourbeux ou para-tourbeux en association avec des espèces de prairies ou de pelouses hygrophiles à mésohydriques. La présence de Prunela vulgaris est à surveiller pour ses risques d’embroussaillement rapides. L’espèce de Jussie indéterminée (stade végétatif non caractéristique) est également à surveiller de très prêt pour limiter les risques de prolifération.
  16. 16. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 17 d) Evolution de la composition de la végétation Le cortège floristique de la mare des Sables tend à se diversifier, aussi bien au niveau des herbiers aquatiques que des espèces de gazon amphibie. Cependant, les conditions météorologiques de la fin de l’hiver et du début du printemps ne semblent pas avoir été favorables pour nombre d’espèces. 3. Suivi des populations d’amphibiens a) Résultats 2017 Tableau VI : Résultats des campagnes de suivi de la mare des Sables sur les amphibiens Date de passage Espèces Point d’écoute Prospection lampe Pêche ♂ ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve 21 février 2017 Grenouille agile (Rana dalmatina) - - - 41 3 - - - - - - Triton sp - - - 1 - - - - - - - 31 mars 2017 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 5 - - 2 - - - - - - - Grenouille agile (Rana dalmatina) - - - - 18 - - - - - - Crapaud calamite (Bufo calamita) - - - - - X - - - - - Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) - - - - - 2 - - - - - Triton palmé (Lissotriton helveticus) - - - - - 9 - - - - - Rainette méridionale (Hyla meridionalis) - - - 2 - - - - - - - 19 mai 2017 Grenouille verte (Pelophylax sp.) - - - 9 - - - - - - - Rainette méridionale (Hyla meridionalis) - - - 1 - - - - - - - Avec : Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site X = présence mais non dénombrement Le suivi 2017 des amphibiens montrent un cortège classique pour cette mare, avec 6 espèces. Quatre d’entre elles peuvent être considérées comme reproductrice sur le site : la Grenouille agile, le Crapaud calamite, la Salamandre tachetée et le Triton palmé.
  17. 17. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 18 b) Evolution des populations Tableau VII : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare des sables (2015-2017) Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2015 Grenouille agile (Rana dalmatina) 1 individu et 1 ponte OUI Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 1 larve OUI Triton palmé (Lissotriton helveticus) 1 individu - Grenouille verte (Pelophylax sp.) 5 individus et nombreuses larves OUI 2016 Grenouille agile (Rana dalmatina) 5 individus et 10 pontes OUI Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 8 larves OUI Triton palmé (Lissotriton helveticus) 1 individu Potentielle Grenouille rousse (Rana temporaria) 4 individus - Triton marbré (Triturus marmoratus) 1 individu - Grenouille verte (Pelophylax sp.) 2 individus et quelques larves OUI Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 2 individus - 2017 Grenouille agile (Rana dalmatina) 41 individus et nombreuses larves OUI Triton sp (Triturus sp.) 1 individu - Grenouille verte (Pelophylax sp.) 11 individus OUI Crapaud calamite (Bufo calamita) Nombreuses larves OUI Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 2 larves OUI Triton palmé (Lissotriton helveticus) 9 larves OUI Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 3 individus Potentielle Synthèse 2015-2017 7 espèces 5 espèces reproductrices + 1 potentielle Le cortège des amphibiens de cette mare varie peu au cours du temps. Sur les 7 espèces observées sur le site, 6 sont toujours présentes en 2017. Parmi ces 7 espèces, 5 sont considérées comme reproductrice (la Triton palmé, la Salamandre tachetée, le Crapaud calamite, la Grenouille verte, la Grenouille agile), alors que la Rainette méridionale ne présente pas encore de preuve de reproduction.
  18. 18. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 19 c) Comparaison avec le peuplement de la mare détruite L’ancienne mare des Sables présentait un cortège d’amphibien assez rudimentaire basé sur les 4 espèces les plus communes de Gironde pour ce type de milieu. La mare créée reprend une partie du cortège, à l’exception du Crapaud commun, auquel s’additionne la Salamandre tachetée, les deux tritons (palmé et marbré), ainsi que la grenouille rousse. La proximité de la mare avec le milieu forestier riverain permet de diversifier le cortège d’amphibiens colonisant cette mare. Figure 5 : Vue générale de la mare des Sables Tableau VIII : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) des Sables Espèces observées Population estimée Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 5-10 adultes Grenouille agile (Rana dalmatina) 5-10 ad. Crapaud commun (Bufo bufo) 20-30 ad. Grenouille verte (Pelophylax sp.) 10-20 ad.
  19. 19. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 20 4. Suivi des populations d’odonates a) Résultats 2017 Tableau IX : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare des Sables Date de passage Espèces Effectifs Stades ou comportements M/F M F Ex Ex La Em Im Ad Te Ac Po Pr Au 24 mai 2017 Libellule déprimée (Libellula depressa) 1 X Leste vert (Chalcolestes viridis viridis) 4 X Leste barbare (Lestes barbarus) 3 X Agrion sp. (Platycnemis sp.) 1 X 13 juin 2017 Libellule déprimée (Libellula depressa) 1 X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 2 X Petite nymphe au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula) 1 X Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum) 4 19 X X Anax empereur (Anax imperator) 1 X 17 juillet 2017 Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) 1 X Petite nymphe au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula) 1 1 X Agrion nain (Ischnura pumilio) 4 X Leste verdoyant (Lestes virens virens) 1 X Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum) 4 X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 1 X Avec : M = Mâle F = Femelle Ex = Exuvie La = Larve Ad = Adulte Te = Comportement territorial Ac = Accouplement Po = Ponte Pr = Proie d’un prédateur Au = Autre Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site Le suivi 2017 des odonates montre un cortège peu développé et assez classique. 12 espèces ont été observées sur cette mare ; quatre d’entre elles peuvent être considérées comme reproductrice sur le site : Lestes barbarus ; Platycnemis sp. ; Sympetrum striolatum ; Pyrrhosoma nymphula.
  20. 20. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 21 b) Evolution des populations Tableau X : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare des Sables (2015-2017) Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2015 Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) 1 ind. - Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum) 1 ind. OUI Agrion mignon (Coenagrion scitulum) 2 à 10 ind. OUI Agrion nain (Ischnura pumilio) 1 ind. - Sympétrum indéterminé (Sympetrum sp.) 11 à 50 ind. OUI Leste barbare (Lestes barbarus) 2 à 10 ind. - Orthétrum indéterminé (Orthetrum sp.) 1 ind. OUI 2016 Libellule déprimée (Libellula depressa) 11 à 50 ind. OUI Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata) 2 à 10 ind. OUI Anax empereur (Anax imperator) 2 à 10 ind. OUI Leste brun (Sympecma fusca) 2 à 10 ind. - Agrion délicat (Ceriagrion tenellum) 2 à 10 ind. - Sympétrum déprimé (Sympetrum depressiusculum) 2 à 10 ind. OUI Agrion mignon (Coenagrion scitulum) 2 à 10 ind. - Sympétrum jaune d’or (Sympetrum flaveolum) 1 ind. OUI Agrion élégant (Ischnura elegans) 2 à 10 ind. - Sympétrum de Fonscolombe (Sympetrum fonscolombi) 1 ind. - Agrion nain (Ischnura pumilio) 1 ind. - Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum) 2 à 10 ind. - Sympétrum indéterminé (Sympetrum sp) 2 à 10 ind. - Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum) 2 à 10 ind. OUI 2017 Libellule déprimée (Libellula depressa) 1 ind. - Leste vert (Chalcolestes viridis viridis) 4 ind. - Leste barbare (Lestes barbarus) 3 ind. OUI Petite nymphe au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula) 1 à 2 ind. OUI Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 1 à 2 ind. - Anax empereur (Anax imperator) 1 ind. - Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum) 4 à 19 ind. OUI Agrion nain (Ischnura pumilio) 4 ind. - Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) 1 ind. - Leste verdoyant (Lestes virens virens) 1 ind. - Synthèse 2015-2017 19 espèces observées 11 espèces reproductrices Plus de la moitié des espèces observées sont reproductrices (11 reproductrices sur 19 observées). En revanche, le cortège n’est pas encore stabilisé puisque de nouvelles espèces sont encore observées et inversement, des espèces observées en 2016 ou 2015 n’ont pas été revues. Il est possible que les conditions d’accueil de la mare n’aient pas été optimales (notamment les niveaux d’eau), cette année, sur le site.
  21. 21. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 22 5. Fiche de synthèse et interprétation MARE DES SABLES ID MARE : 33/LARUSCADE/M2 Commune : Laruscade Département : Gironde Localisation de la mare des SablesVue de la mare des Sables lors de l’état initial CARACTERISTIQUES GENERALES CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Représentation schématique de la mare des Sables Représentation cartographique de l’environnement proche MORPHOLOGIE Longueur : Largeur : Surface : Profondeur : Volume : 10,94 m 10,15 m 111,041 m² 1,05 m 78,12 m3 PROFIL EN LONG COLONISATION DES HELOPHYTES Profil selon l’axe 1 INDICATEURS DE SUIVI Année %ombre Sflore H Samph S’amph O’amph Sodo S(R)odo 2015 0 9 1 m² 4 0,33 0,33 6 3 2016 0 9 2 m² 7 0,75 0,42 13 7 2017 0 14 4 m² 6 0,75 0,5 12 4 Période 2015/2016 - - +1 m² +3 +0,42 +0,09 +7 +4 Période 2016/2017 - +5 +2 m² -1 - +0,08 -1 -3 Depuis 2015 - +5 +3 m² +2 +0,42 +0,17 +6 +1 CONCLUSIONS Les conditions climatiques de la fin de l’hiver et du début du printemps n’ont pas été favorables à un bon remplissage de cette mare. En conséquence, les niveaux d’eau n’ont pas été optimum. Cela a certainement influé la diversification du cortège floristique de la mare. En effet, de nombreuses espèces caractéristiques des pelouses et des prairies se sont implantées et parallèlement, certaines espèces particulièrement adaptées au site, n’ont pas été revues. Cela dit, la flore de la mare des Sables se complexifie. Deux espèces sont cependant à surveiller avec attention : le Prunellier qui peu vite devenir envahissant et la Jussie qui présenterait ici des traces de colonisation. Sur le plan des espèces animales, la colonisation des amphibiens est légèrement en perte de vitesse. Le remplissage hivernale de la mare n’a pas été très bon. La mare nouvellement créée se rapproche du peuplement de la mare détruire (indice de similitude proche de 1) et en même temps, il semblerait que cette mare soit plus accueillante, que celle détruite, pour un plus grand nombre d’espèces (indice de divergence s’éloignant de 0). La richesse en odonates tend à se stabiliser malgré de véritables bouleversements au sein de la composition spécifique de ce cortège. La mare des sables est donc fonctionnelle pour tous les cortèges étudiés.
  22. 22. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 23 B. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) 1. Description de l’environnement a) Environnement en 2017 La mare de la Saye s’inscrit dans un contexte de plaine alluviale boisée, où plus d’un tiers des milieux est représenté par des formations forestières. 37% sont représentés par les infrastructures de communication (LGV, routes et dépendence de type talus). Les zones humides (cours d’eau, mare et zone humide) atteignent difficilement les 20%. Le reste des milieux est composé d’une mosaïque d’habitats souvent en mutation (fourré). Figure 6 : Répartition des grandes formations végétales dans les 150 m autour de la mare de la Saye Figure 7 : Cartographie des formations végétales dans un rayon de 150 m autour de la mare de la saye Dans cet environnement perturbé, les espèces envahissantes ont trouvé un espace qu’elles colonisent. Ces formations d’espèces indésirables seront à surveiller par la suite pour vérifier qu’elles ne deviennt pas trop présentes à la fois en nombre et en répartition. Boisement 35% Lande à fougères 1% Prairie 4% Zone industrielle 0% Emprise LGV 26% Cours d'eau 1% Réseau routier 11% Zone humide 8% Bosquet à Renouée du Japon 0% Végétation de zones humides 9% Fourré 3% Lande sèche 1% Jardin 1%
  23. 23. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 24 b) Evolution de l’environnement (2015-2017) Tableau 11 : Evolution des grandes formations végétales dans les 150 m autour de la mare de la Saye entre 2015 et 2017 Formations végétales en 2015 (en m²) Formations végétales en 2017 (en m²) Evolution des formations végétales entre 2015 et 2017 En m² Tendance Boisement 24830,89 24224,82 -606,07  Lande à fougères 0 1012,59 1012,59  Prairie 979,05 2811,01 1831,96  Zone industrielle 0 220,06 220,06  Emprise LGV 19841,72 2335,23 -17506,49  Cours d'eau 1194,38 475,59 -718,79  Route 1675,78 2323,59 647,81  Zone humide 5343,36 4780,91 -562,45  Bosquet à Renouée du Japon 0 320,15 320,15  Mégaphorbiaie 10511,89 6497,05 -4014,84  Mare 34,65 441,46 406,81  Fourré 0 1956,18 1956,18  Lande sèche 0 855,51 855,51  Piste d'exploitation 0 3060,86 3060,86  Talus LGV 0 15984,48 15984,48  Jardin 0 327,51 327,51  Talus routier 0 1994,41 1994,41  Végétation des bords de zones humides 0 74,8 74,8  Friche 6270,55 0 -6270,55  L’évolution des paysages est essentiellement due à trois phénomènes : l’un concerne la végétalisation naturelle des délaissés d’emprise qui étaient jusqu’ici comptabilisés à l’intérieur de l’emprise, l’autre concerne les travaux d’aménagement aux abords de la ligne (piste d’accès, route, poste d’électrification) et enfin ; le dernier concerne des modifications de précisions données dans la dénomination des habitats.
  24. 24. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 25 2. Colonisation des végétaux sur les mares a) Transect de végétation Aucune végétation aquatique ne se développe au sein de la mare de la Saye. b) Evolution de la colonisation de la végétation le long du transect Depuis 2015, aucune évolution ne se fait sentir au niveau de la colonisation des hélophytes sur le site. c) Composition de la végétation Tableau XII : Composition floristique de la végétation observée en 2017 sur la mare de la Saye Espèces présentes Milieux optimum de l’espèce Juncus conglomeratus Prés tourbeux médioeuropéens, acidophiles, atlantiques Juncus effusus Prés tourbeux médioeuropéens, acidophiles, atlantiques Juncus acutiflorus Prés tourbeux médioeuropéens, acidophiles, atlantiques Salix alba - Equisetum sp. - Lycopus europaeus Roselières et grandes cariçaies eurasiatiques Ranunculus flammula Tourbières basses médioeuropéennes à boréo-subalpines, acidophiles Eupatorium cannabinum Mégaphorbiaies planitiaires-collinéennes, eutrophiles Lysimachia vulgaris Roselières et grandes cariçaies eurasiatiques Carex sp - Mentha aquatica Prairies hydrophiles, européennes 11 espèces ont été contactées sur le site de la mare de la Saye. Le cortège observé fait mention à la fois d’une végétation caractéristique des milieux tourbeux et para tourbeux (4 espèces) et des différentes ceintures de végétation caractéristiques des zones humides : roselière, puis mégaphorbiaie puis prairie, au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre de la mare.
  25. 25. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 26 d) Evolution de la composition de la végétation Le cortège floristique de la mare de la Saye tend à se diversifier par rapport aux observations passées. 3. Suivi des populations d’amphibiens a) Résultats 2017 Tableau XIII : Résultats des campagnes de suivi de la mare de la Saye sur les amphibiens Date de passage Espèces Point d’écoute Prospection lampe Pêche ♂ ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve 21 février 2017 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 2 31 mars 2017 - 19 mai 2017 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 1 Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 1 Avec : Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site X = présence mais non dénombrement Seules deux espèces (la Grenouille verte et la Rainette méridionale) ont été observées en 2017 sur cette mare. La présence d’écrevisses invasives sur le site limite à la fois la présence et la reproduction du cortège des amphibiens.
  26. 26. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 27 b) Evolution des populations Tableau XIV : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare de la Saye (2015-2016) Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2015 Grenouille agile (Rana dalmatina) 1 individu - Grenouille verte (Pelophylax sp.) 1 individu et quelques larves OUI 2016 Grenouille agile (Rana dalmatina) 5 individus et 10 pontes OUI Grenouille rousse (Rana temporaria) 6 individus - Grenouille verte (Pelophylax sp.) 3 individus et quelques larves OUI Triton palmé (Lissotriton helveticus) 1 individu - Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 5 larves OUI 2017 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 2 individus OUI Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 1 individu Synthèse 2015-2017 5 espèces 3 espèces reproductrices Les inventaires menés depuis 2015 sur la mare de la Saye montrent la présence de 5 espèces, dont 3 reproductrices (la Grenouille verte, la Grenouille agile et la Salamandre tachetée). Cependant, au cours des saisons, il est observé un amenuisement dans le cortège des espèces d’amphibiens. La Grenouille rousse, le Triton palmé et la Salamandre tachetée qui venaient de faire leur apparition sur le site en 2016, l’ont déserté en 2017. Durant cette année, il ne reste plus qu’une espèce reproductrice sur les trois observées.
  27. 27. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 28 c) Comparaison avec le peuplement de la mare détruite Tableau XV : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) du Courneau Espèces observées Population estimée Triton marbré (Triturus marmoratus) 30-50 adultes Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 25-40 ad. Grenouille agile (Rana dalmatina) 5-10 ad. Triton palmé (Lissotriton helveticus) 80-150 ad. Crapaud commun (Bufo bufo) 5-10 ad. Grenouille verte (Pelophylax sp.) 30-50 ad. Jusqu’en 2016, 3 des 6 espèces présentes dans la mare détruite du Courneau se retrouvaient dans la nouvelle mare. Depuis cette année, la dynamique de colonisation s’est arrêtée. La présence d’écrevisses allochtones envahissantes reste un élément limitant de la diversité des amphibiens. Il est peu probable qu’à l’avenir le site se diversifie au-delà des espèces plastiques comme la Grenouille verte. Figure 8 : Femelle d’Anax imperator en train de pondre (TARTARY P. 2017)
  28. 28. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 29 4. Suivi des populations d’odonates a) Résultats 2017 Tableau XVI : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare de la Saye Date de passage Espèces Effectifs Stades ou comportements M/F M F Ex Ex La Em Im Ad Te Ac Po Pr Au 24 mai 2017 Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 2 X Anax empereur (Anax imperator) 1 X Libellule fauve (Libellula fulva) 1 X Orthétrum brun (Orthetrum brunneum) 1 X 13 juin 2017 Orthétrum brun (Orthetrum brunneum) 1 X Libellule déprimée (Libellula depressa) 1 X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 2 X Agrion nain (Ishnura pumilio) 1 X 17 juillet 2017 Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) 1 X Agrion nain (Ischnura pumilio) 4 X Petite Nymphe au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula) 1 X Leste brun (Sympecma fusca) 1 X Avec : M = Mâle F = Femelle Ex = Exuvie La = Larve Ad = Adulte Te = Comportement territorial Ac = Accouplement Po = Ponte Pr = Proie d’un prédateur Au = Autre Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site Le suivi 2017 des odonates sur la mare de la Saye montre un cortège très peu diversifié, seulement 9 espèces présentes ; et une seule considérée comme reproductrice : Sympecma fusca. La présence d’écrevisses exotiques envahissantes sur le site est certainement à l’origine de ces résultats.
  29. 29. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 30 b) Evolution des populations Tableau XVII : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de la Saye (2015-2016) Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2015 Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) 1 ind. OUI Libellule fauve (Libellula fulva) 1 ind. - Agrion nain (Ischnura pumilio) 2 à 10 ind. - Agrion à larges pattes (Platycnemis pennipes) 2 à 10 ind. - Leste barbare (Lestes barbarus) 11 à 50 ind. - Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum) 1 ind. - Libellule déprimée (Libellula depressa) 2 à 10 ind. - 2016 Libellule déprimée (Libellula depressa) 2 à 10 ind. - Agrion nain (Ischnura pumilio) 2 à 10 ind. - Agrion délicat (Ceriagrion tenellum) 1 ind. - Libellule fauve (Libellula fulva) 1 ind. - Agrion élégant (Ischnura elegans) 1 ind. - Agrion à larges pattes (Platycnemis pennipes) 2 à 10 ind. - Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 1 ind. - Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum) 1 ind. OUI Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum) 1 ind. OUI 2017 Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 2 ind. - Agrion nain (Ishnura pumilio) 1 à 4 ind. - Anax empereur (Anax imperator) 1 ind. - Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) 1 ind. - Libellule fauve (Libellula fulva) 1 ind. - Petite Nymphe au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula) 1 ind. - Orthétrum brun (Orthetrum brunneum) 1 ind. - Leste brun (Sympecma fusca) 1 ind. OUI Libellule déprimée (Libellula depressa) 1 ind. - Synthèse 2015-2017 16 espèces 4 espèces reproductrices Le cortège a du mal à se stabiliser et à se complexifier. Après 3 années de suivi, peu d’espèce développe vraiment une population sur la mare et seulement 4 espèces ont été observées comme reproductrices. La présence d’espèce exotique envahissante sur le site est très certainement à l’origine de cette très faible richesse spécifique et populationnelle.
  30. 30. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 31 5. Fiche de synthèse et interprétation MARE DE LA SAYE ID MARE : 33/LARUSCADE/M3 Commune : LARUSCADE Département : Gironde Localisation de la mare de la Saye Vue de la mare de la Saye lors de l’état initial CARACTERISTIQUES GENERALES CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Représentation schématique de la mare de la Saye Représentation cartographique de l’environnement proche MORPHOLOGIE Longueur : Largeur : Surface : Profondeur : Volume : 13,39 m 8,66 m 115,95 m² 0,73 m 56,71 m3 PROFIL EN LONG COLONISATION DES HELOPHYTES Profil selon l’axe 1 Sans objet INDICATEURS DE SUIVI Année %ombre Sflore H Samph S’amph O’amph Sodo S(R)odo 2015 0 9 0 m² 2 0,2 0,2 7 1 2016 0 8 0 m² 5 0,6 0,3 9 2 2017 0 11 0 m² 2 0,3 0,6 9 1 Période (2015/2016) - -1 - +3 +0,4 +0,1 +2 +1 Période (2016/2017) - +3 - -3 -0,3 +0,3 - -1 CONCLUSION La végétation de la mare de Saye se constitue progressivement. Le substrat très peu organique (sable grossier) ne permet pas une installation rapide de la flore et exclus rapidement des espèces exigeantes peu adaptées à des conditions difficiles. La colonisation des amphibiens est très limitée, seules les espèces ubiquistes sont présentes (Grenouille verte et Rainette méridionale). Dans cette mare, où des Gambusies et des Ecrevisses de Louisiane sont présentes, seule la Grenouille verte est capable de se reproduire. Les autres espèces fuient progressivement le site. Au niveau des libellules, les conditions d’accueil sont également difficiles : il n’y a pas eu de nouvelle espèce d’observée en 2017 et très peu sont capables de présenter une descendance capable de résister à ces conditions de prédation.
  31. 31. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 32 C. Mare du Lac vert (33/LARUSCADE/M4) La mare du Lac vert a été creusée en décembre 2016. Il s’agit du premier suivi engagé sur le site. 1. Description de l’environnement a) Environnement en 2017 Figure 9 : Répartition des grandes formations végétales dans les 150 m autour de la mare du Lac vert Figure 10 : Cartographie des principales formations végétales dans un rayon de 150 m autour de la mare du Lac vert Boisement 48% Verger 1% Bosquet d'espèces envahissante s 5% Cours d'eau 0%Etang / Zones humides / Mare 7% Fourré 1% Lande à fougères / sèches 1% Emprise LGV 2% Mégaphorbiaie 2% Pelouse calcicole 6% Piste d'exploitation 4% Prairie 8% Route / Parking 2% Talus LGV 11% Talus routier 2%
  32. 32. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 33 La mare du Lac vert se situe à quelques mètres de la mare de la Saye mais dans un contexte beaucoup plus forestier avec une répartition de ces formations qui atteignent près de 50%. Les infrastructures de communication et leur dépendance sont également bien présentes (10%) et forment la deuxième formation la plus représentée. Le reste du paysage est formé d’une mosaïque de milieux, où les zones humides et les milieux associés sont bien représentés avec 8,83% de la surface. Au niveau géographique, les formations s’interpénètrent peu. Le quart nord-ouest est dominé par les infrastructures de communication, alors que les autres secteurs restent majoritairement naturels, avec une domination pour la forêt sur la moitié est du site. 2. Topographie de la mare a) Contours Figure 11 : Représentation schématique de la mare du Lac vert La mare du Lac vert est une succession de dépressions (5) disposée en quinconce, au sein d’un périmètre de mise en eau d’environ 400 m². En période de hautes eaux, l’ensemble des 5 dépressions forment une unique mare. La plupart du temps, de petits isthmes de sable séparent les dépressions.
  33. 33. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 34 b) Topographie Figure 12 : Profil en long selon l’axe 1 Figure 13 : profil en long selon l’axe 2 Ce complexe de mares présente des dépressions de profondeurs variables et des paliers permettant l’implantation de plantes aquatiques. -2 -1,5 -1 -0,5 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 Topographie de la mare Hauteur d'eau -1,5 -1,3 -1,1 -0,9 -0,7 -0,5 -0,3 -0,1 0,1 0,3 0,5 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 Topographie de la mare Hauteur d'eau
  34. 34. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 35 3. Colonisation des végétaux sur les mares a) Transect de végétation Figure 14 : Transect de végétation selon une coupe longitudinale de la mare du Lac vert (axe 1) b) Composition de la végétation Tableau XVIII : Composition floristique observée en 2017 sur la mare du Lac vert Espèces présentes Milieux optimum de l’espèce Espèces présentes Milieux optimum de l’espèce Persicaria maculosa Friches annuelles hygrophiles eutrophiles pionnières, eurasiatiques Lysimachia vulgaris Roselières et grandes cariçaies eurasiatiques Juncus bufonius Pelouses amphibies exondables, vivaces, oligotrophiles, psychrophiles, laurasiennes Potentilla sp - Hypericum humifosum Tonsures hygrophiles de niveau topographique moyen Glyceria maxima Roselières européennes Persicaria hydropiper Friches annuelles hygrophiles eutrophiles pionnières, vasicoles Isolepis setacea Tonsures hygrophiles de niveau topographique moyen Corrigiola littoralis Friches annuelles hygrophiles eutrophiles pionnières, sabulicoles Lythrum hyssopifolia Tonsures hygrophiles à hydrophiles, européennes La composition floristique est constituée majoritairement d’espèces pionnières hygrophiles des friches, tonsures ou pelouses. Il s’agit d’un cortège relativement courant pour ce type de milieu. Il est cependant important de souligner la présence d’Isolepis setacea qui est relativement rare en Gironde.
  35. 35. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 36 4. Suivi des populations d’amphibiens a) Résultats 2017 Tableau XIX : Résultats des campagnes de suivi de la mare du Lac vert sur les amphibiens Date de passage Espèces Point d’écoute Prospection lampe Pêche ♂ ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve 21 février 2017 Grenouille agile (Rana dalmatina) - - - 1 1 - - - - - - 31 mars 2017 Salamandre tacheté (Salamandra salamandra) - - - - - 3 - - - - - 19 mai 2017 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 1 - - - - 22 - - - - - Rainette méridionale (Hyla meridionalis) - 1 - - - - - - - - - Avec : Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site X = présence mais non dénombrement Cette mare nouvellement créée affiche déjà 4 espèces : la Grenouille agile, la Grenouille verte, la Salamandre tachetée et la Rainette méridionale. A l’exception de cette dernière, elles sont toutes reproductrices sur le site. b) Comparaison avec le peuplement de la mare détruite Tableau XX : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur la zone humide du Viaduc de la Saye Espèces observées Population estimée Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 5-10 adultes Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 20-30 ad. Grenouille agile (Rana dalmatina) 50-100 ad. Crapaud commun (Bufo bufo) 40-60 ad. Grenouille verte (Pelophylax sp.) 10-20 ad. Pour le moment, 4 des 5 espèces présentes dans la zone humide de la Saye se retrouvent dans la nouvelle mare. Il est à noter que la mare à compenser n’a pas été détruite physiquement, mais les éléments écologiques ont subi d’importants impacts. Ainsi, pour cette mare, il est important de raisonner en terme de réseau (mare – zone humide), les cortèges se répartissant les niches écologiques sur ces deux milieux.
  36. 36. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 37 5. Suivi des populations d’odonates a) Résultats 2017 Tableau XXI : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare du Lac vert Date de passage Espèces Effectifs Stades ou comportements M/F M F Ex Ex La Em Im Ad Te Ac Po Pr Au 24 mai 2017 Leste brun (Sympecma fusca) 1 X Anax empereur (Anax imperator) 1 X Libellule fauve (Libellula fulva) 1 X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 2 1 1 X Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) 1 X Leste vert (Chalcolestes viridis viridis) 1 X 13 juin 2017 Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) Anax empereur (Anax imperator) 1 1 X X Sympétrum strié (Sympetrum striolatum) 1 5 X Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) 1 X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 2 3 X X 17 juillet 2017 Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo meridionalis) 1 X Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) 3 X Anax empereur (Anax imperator) 1 X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 2 2 X Agrion nain (Ischnura pumilio) 3 2 X Petite nympe au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula) 1 X Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) 1 X Avec : M = Mâle F = Femelle Ex = Exuvie La = Larve Ad = Adulte Te = Comportement territorial Ac = Accouplement Po = Ponte Pr = Proie d’un prédateur Au = Autre Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site Il s’agit d’un cortège relativement riche pour une première année de colonisation des odonates après une création. Le nombre d’espèces s’élèvent à 11. Partie celles-ci, 7 sont considérées comme reproductrices. La proximité de cette mare avec à la fois le cours de la Saye et un réseau de mares dans l’environnement proche permet une colonisation rapide du milieu et des incursions d’espèces de cours d’eau, à l’image de Calopteryx virgo meridionalis.
  37. 37. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 38 6. Fiche de synthèse et interprétation MARE DU LAC VERT ID MARE : 33/LARUSCADE/M4 Commune : Laruscade Département : Gironde Localisation de la mare du Lac vert Vue de la mare du Lac vert lors de l’état initial CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL CARACTERISTIQUES GENERALES Représentation graphique de l’environnement proche Représentation schématique de la mare du Lac vert MORPHOLOGIE Longueur : Largeur : Surface : Profondeur : Volume : 25,10 m 19 m 147,64 m² -0,42 m 62 m3 PROFIL EN LONG Profil en long selon l’axe A Profil en long selon l’axe B COLONISATION DES HELOPHYTES -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 Topographie de la mare Hauteur d'eau -1,5 -1 -0,5 0 0,5 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 Topographie de la mare Hauteur d'eau
  38. 38. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 39 Transect de végétation selon l’axe A Transect de végétation selon l’axe B INDICATEURS DE SUIVI Année %ombre Sflore H Samph S’amph O’amph Sodo S(R)odo 2017 0 10 0 4 0,8 0,2 11 7 CONCLUSION La mare du Lac vert présente une colonisation intéressante et dynamique dans tous les compartiments biologiques étudiés.
  39. 39. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 40 D. Mare des Valentons (33/SAINT LOUBES/M1) La mare des Valentons a été creusée à l’automne 2016. Il s’agit du premier suivi engagé sur le site. 1. Description de l’environnement a) Environnement en 2017 Figure 15 : Répartition des principales formations végétales dans un rayon de 150 m autour de la mare des Valentons Figure 16 : Cartographie des principales formations végétales dans un rayon de 150 m autour de la mare des Valentons Bande enherbée 5% Boisement 2% Friche 26% Emprise LGV 6% Piste d'exploitation 10% Route 4% Talus LGV 10% Talus routier 3% Culture intensive 6% Verger 2% Vignoble 26%
  40. 40. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 41 La mare des Valentons sur la commune de Saint-Loubès est implantée au sein d’un délaissé d’emprise dans un contexte à la fois marqué par l’agriculture (34%), et plus particulièrement la vigne (26%), et par les infrastructures de communication (32%) et leurs dépendances. L’environnement y est ouvert avec très peu de formations forestières. 2. Topographie de la mare a) Contours Figure 17 : Contours de la mares des Valentons La mare des Valentons se présente sous la forme d’une succession de trois mares de taille et de profondeur différentes. Ces mares sont reliées entre elles par de petites dépressions permettant une mise en eau facile.
  41. 41. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 42 b) Profil en long Figure 18 : Profil en long de la mare des Valentons La dépression la plus grande est également la plus profonde. Cette disposition permet un remplissage rapide par gravitation. 3. Colonisation des végétaux sur la mare a) Transect de végétation
  42. 42. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 43 Figure 19 : Transect de végétation selon l’axe longitudinale de la mare b) Composition de la végétation Espèces présentes Milieux optimum de l’espèce Espèces présentes Milieux optimum de l’espèce Pusicaria sp. - Ranunculus sceleratus Friches annuelles hygrophiles eutrophiles pionnières, vasicoles Carex riparia Roselières et grandes cariçaies eurasiatiques Salix sp. - Cyperus eragrostis Prairies hygrophiles, subtropicales Lycopus europaeus Roselières et grandes cariçaies eurasiatiques Salicaria sp. - Juncus effusus Prés tourbeux médioeuropéens, acidophiles, atlantiques Typha angustifolia Magnoroselières médioeuropéennes stabilisées Lysimachia vulgaris Roselières et grandes cariçaies eurasiatiques Persicaria maculosa Friches annuelles hygrophiles eutrophiles pionnières, eurasiatiques Lytrum portula Tonsures hygrophiles à hydrophiles, européennes Le cortège floristique s’élève à 10 espèces. C’est une bonne dynamique de colonisation pour une mare nouvellement creusée.
  43. 43. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 44 4. Suivi des populations d’amphibiens a) Résultats 2017 Tableau XXII : Résultats des campagnes de suivi de la mare des Valentons sur les amphibiens Date de passage Espèces Point d’écoute Prospection lampe Pêche ♂ ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve 21 février 2017 Crapaud calamite (Bufo calamita) 1 31 mars 2017 Crapaud calamite (Bufo calamita) 3 2 19 mai 2017 Grenouille taureau (Lithobates catesbeianus) 1 Avec : Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site X = présence mais non dénombrement Cette mare créée l’année dernière présente à la fois le Crapaud calamite comme espèce pionnière, typique de ces milieux ; et la Grenouille taureau comme espèce exogène envahissante. La présence de cette dernière est inquiétante pour l’avenir de la colonisation des amphibiens sur le site.
  44. 44. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 45 b) Comparaison avec le peuplement de la mare détruite Nous ne connaissons pas le peuplement initial de la mare détruite 5. Suivi des populations d’odonates a) Résultats 2017 Tableau XXIII : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare des Valentons Date de passage Espèces Effectifs Stades ou comportements M/F M F Ex Ex La Em Im Ad Te Ac Po Pr Au 24 mai 2017 Agrion élégant (Ischnura elegans) 1 X 17 juin 2017 Anax napolitain (Anas parthenope) 1 X 17 juillet 2017 Libellule déprimée (Libellula depressa) 2 X Orthétrum réticullé (Orthétrum cancellatum) 1 X Anax empereur (Anax imperator) 1 X Agrion à larges pattes (Platycnemis pennipes) 1 1 X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 4 X Agrion élégant (Ischnura elegans) 4 X Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) 1 X Avec : M = Mâle F = Femelle Ex = Exuvie La = Larve Ad = Adulte Te = Comportement territorial Ac = Accouplement Po = Ponte Pr = Proie d’un prédateur Au = Autre Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site Le suivi des odonates porte à 10 le nombre d’espèces contactées sur le site, dont 2 espèces reproductrices : l’Anax empereur et l’Agrion à larges pattes. La dynamique de colonisation pour ce groupe est jugé satisfaisante.
  45. 45. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 46 6. Fiche de synthèse et interprétation MARE DES VALENTONS ID MARE : 33/SAINT LOUBES/M1 Commune : Saint-Loubes Département : Gironde Localisation de la mare des Valentons Vue de la mare des Valentons lors de l’état initial CARACTERISTIQUES GENERALES CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Représentation schématique de la mare des Valentons Représentation graphique de l’environnement proche MORPHOLOGIE Longueur : Largeur : Surface : Profondeur : Volume : 38,97 m 15,54 m 228,66 m² -0,43 m 98,32 m3 PROFIL EN LONG COLONISATION DES HELOPHYTES INDICATEURS DE SUIVI Année %ombre Sflore H Samph S’amph O’amph Sodo S(R)odo 2017 0 12 0 1 - - 9 2 CONCLUSION La mare des Valentons présente une faible richesse d’amphibiens consécutive à la présence de deux espèces envahissantes particulièrement problématique sur le site : l’Ecrevisse de Louisiane et la Grenouille taureau. Sur le plan de la colonisation de la végétation et des libellules, la mare présente une dynamique intéressante qui devrait permettre une diversification rapide de ces deux peuplements.
  46. 46. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 47 E. Mare de Canterrane (33/AMBARES/M1) La mare de Canterrane a été restaurée en 2016. Il s’agit du premier suivi engagé sur le site. 1. Description de l’environnement a) Environnement en 2017 Figure 20 : Répartition des différentes entités paysagères composant l’environnement immédiat (150 m) de la mare de Canterrane Figure 21 : Entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare de Canterrane Prairie 27% Jardins 3% Talus routier 14% Piste d'exploitation 0% Route 13% Talus LGV 2% Urbanisme 3% Boisement alluvial 11% Mare 7% Zone industrielle 19% LGV 1%
  47. 47. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 48 La mare de Canterrane s’inscrit dans un environnement urbain au contact des parcelles agricoles. Ces dernières représentent 27% de l’ensemble du périmètre d’étude. Les voies de circulation et leurs dépendances couvrent également 27% de la surface. Une bande boisée maintient la mare dans un écrin de verdure, la protégeant de l’urbanisme et de la base travaux de la LGV (zone industrielle). La LGV se situe à moins de 100 m de la mare. Les milieux artificiels dominent le secteur (55% de la surface d’étude). 2. Topographie de la mare a) Contours Figure 22 : Contours de la mare de la Canterrane La mare de la Canterrane est une dépression d’une surface d’un peu plus de 4 000 m². Elle s’étend plus ou moins selon sa mise en eau.
  48. 48. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 49 b) Profil en long -1 -0,8 -0,6 -0,4 -0,2 0 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74
  49. 49. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 50 Figure 23 : profil en long de la mare de la Canterrane La mare de Canterrane présente une succession de dépressions et de buttes. Ces variations topographiques sont de faible ampleur et permettent d’importantes variations dans la surface en eau. 3. Colonisation des végétaux sur la mare de Canterrane a) Transect de végétation -1 -0,8 -0,6 -0,4 -0,2 0 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95
  50. 50. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 51 Figure 24 : Transect de végétation de la mare de Canterrane La majorité des plantes qui colonisent la mare se développent au niveau des points topographiques les plus hauts.
  51. 51. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 52 b) Composition de la végétation Tableau XXIV : Composition de la végétation de la mare de Canterrane Espèces présentes Milieux optimum de l’espèce Espèces présentes Milieux optimum de l’espèce Myosotis scorpioides Cressonnières flottantes européennes Juncus effusus Prés tourbeux médioeuropéens, acidophiles, atlantiques Ranunculus sceleratus Friches annuelles hygrophiles eutrophiles pionnières, vasicoles Holcus lanatus Prairies européennes Iris pseudocorus Roselières et grandes cariçaies eurasiatiques Galium mollugo Prairies médioeuropéennes, mésohydriques Juncus bufonius - Persicaria maculosa Friches annuelles hygrophiles eutrophiles pionnières, eurasiatiques Mentha aquatica - Liseron sp - Cirsium sp - Mentha suavolens Prairies hygrophiles pâturées, médioeuropéennes, thermophiles Eupatoria - Scrophularia auriculata - Callitriche sp - Juncus heterophylla - Carex viridula - Salix roux - Lysimachia vulgaris Roselières et grandes cariçaies eurasiatiques Salix alba - Cirsium palustre Mégaphorbiaies planitiaires-collinéennes, mésotrophiles, acidophiles Plantago major Prairies médioeuropéennes, mésohydriques, pâturées, surpiétinées, planitiaires à montagnardes Lycopus europaeus Roselières et grandes cariçaies eurasiatiques La mare de Canterrane présente une diversité floristique importante liée à son implantation historique sur le secteur. Les interventions au titre de la compensation ont visé uniquement la restauration de cette mare et non son creusement.
  52. 52. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 53 4. Suivi des populations d’amphibiens a) Résultats 2017 Tableau XXV : Résultats des campagnes de suivi de la mare de Canterrane sur les amphibiens Date de passage Espèces Point d’écoute Prospection lampe Pêche ♂ ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve 21 février 2017 Crapaud calamite (Bufo calamita) 1 31 mars 2017 Crapaud calamite (Bufo calamita) 3 19 mai 2017  Avec : Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site X = présence mais non dénombrement Cette mare restaurée l’année dernière (2016) présente un cortège d’amphibiens très appauvrie avec une seule et unique espèce : le Crapaud calamite. Cette situation pose question, mais s’explique probablement par la présence d’une écrevisse exogène envahissante sur le site. Il est possible aussi que les travaux de restauration entrepris aient pu bousculer les habitudes des espèces présentes. 5. Suivi des populations d’odonates a) Résultats 2017 Tableau XXVI : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare de Canterrane Date de passage Espèces Effectifs Stades ou comportements M/F M F Ex Ex La Em Im Ad Te Ac Po Pr Au 24 mai 2017  13 juin 2017 Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) 1 X Agrion nain (Ischnura pumilio) 2 1 X 17 juillet 2017 Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 1 X Agrion nain (Ischnura pumilio) 1 X Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) 1 X Avec : M = Mâle F = Femelle Ex = Exuvie La = Larve Ad = Adulte Te = Comportement territorial Ac = Accouplement Po = Ponte Pr = Proie d’un prédateur Au = Autre Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site
  53. 53. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 54 La mare de Canterrane présente une faible diversité en Odonates pour une mare présente de longue date. Seules 3 espèces ont été observées, dont une seule se reproduit sur le site : l’Agrion jouvencelle. La restauration engagée en 2016 devrait permettre de gagner en richesse sur ce peuplement.
  54. 54. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 55 6. Fiche de synthèse et interprétation MARE DE CANTERANE ID MARE : 33/AMBARES/M1 Commune : Ambarès-et-Lagrave Département : Gironde Localisation de la mare de Canterane Vue de la mare de Canterrane lors de l’état initial CARACTERISTIQUES GENERALES CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Représentation schématique de la mare de Canterane Représentation graphique de l’environnement proche MORPHOLOGIE Longueur : Largeur : Surface : Profondeur : Volume : 119 m 47,32 m 4 283,47 m² 0,58 m 2 484,41 m3 PROFIL EN LONG (d’ouest en est)
  55. 55. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 56 COLONISATION DES HELOPHYTES (d’ouest en est) INDICATEURS DE SUIVI Année %ombre Sflore H Samph S’amph O’amph Sodo S(R)odo 2017 50 23 1m² 1 - - 3 - CONCLUSION La mare des Canterrane présente une faible richesse d’amphibiens et de libellules consécutive à la présence de deux espèces envahissantes particulièrement problématique sur le site : l’Ecrevisse de Louisiane prédate toutes les larves et le Ragondin génère une forte pression d’abroutissement sur les herbiers. Malgré cela, cette mare présente des potentiels de colonisation relativement importants pour les libellules et les amphibiens. Sa récente restauration offre des conditions d’implantation de la biodiversité plus favorables qu’avant. -1 0 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 Topographie de la mare Hauteur d'eau
  56. 56. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 57 F. Mare prairial du site Bernard (33/GALGON/M1) 1. Description de l’environnement a) Environnement en 2017 La mare prairial du site Bernard se situe dans un ensemble de milieux ouverts dominé par les prairies (33%). La renaturation appliquée à ces parcelles de compensation ont permis le retour d’une prairie humide sur le site, là où les peupliers étaient encore présents il y a deux ans. Le reste du paysage se partage entre boisement (31%) et culture intensive (24%). Un petit îlot d’urbanisme se développe au sud de la mare sur un ancien moulin. Figure 25 : Entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare prairial du site Bernard Figure 26 : Répartition des différentes entités paysagères composant l’environnement immédiat (150 m) de la mare prairial du site Bernard Boisement 31% Prairie 33% Jardin 11% Culture intensive 24% Urbanisme 1%
  57. 57. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 58 2. Topographie de la mare a) Contours Figure 27 : Contours de la mare prairial du site Bernard Cette mare prairiale se présente sous la forme d’une graine de haricot d’une trentaine de mètres de long sur 17 de large.
  58. 58. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 59 b) Profil en long Figure 28 : Profil en long de la mare prairiale selon axe 8-19 Cette mare présente deux fosses disposées symétriquement par rapport au centre du profil. Ces fosses plongent à 1,5 m de profondeur et sont séparées par un bourrelé terreux qui affleure tout juste la surface de l’eau. 3. Colonisation des végétaux sur les mares a) Transect de végétation Figure 29 : Transect de végétation de la mare prairial du site Bernard selon l’axe 8-19
  59. 59. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 60 La végétation aquatique s’installe, pour le moment, préférentiellement au niveau du bourrelet centrale et des berges à fleur d’eau. b) Composition de la végétation Espèces présentes Milieux optimum de l’espèce Espèces présentes Milieux optimum de l’espèce Carex sp. Fraxinus excelsior Erable negundo* Typha sp. Potentilla erecta Pelouses acidophiles médioeuropéennes, planitiaires-collinéennes Alisma plantago-aquatica Parvoroselières médioeuropéennes pionnières Juncus bufonius Tonsures hygrophiles à hydrophiles, européennes Mentha aquatica Prairies hydrophiles, européennes Lysimachia vulgaris Roselières et grandes cariçaies eurasiatiques Lycopus europaeus Roselières et grandes cariçaies eurasiatiques Potamot sp Juncus heterophyllus Pelouses amphibies exondables, vivaces, oligotrophiles, atlantiques à subméditerranéennes Persicaria maculosa Friches annuelles hygrophiles eutrophiles pionnières, eurasiatiques *= espèces invasive Le cortège floristique de cette mare présente déjà des espèces aquatiques, des espèces de pelouses amphibies et des espèces d’hélophytes. Cette diversification si rapide après le creusement de cette mare est encourageante pour la suite.
  60. 60. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 61 4. Suivi des populations d’amphibiens a) Résultats 2017 Tableau XXVII : Résultats des campagnes de suivi de la mare prairial sur les amphibiens Date de passage Espèces Point d’écoute Prospection lampe Pêche ♂ ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve 21 février 2017  31 mars 2017  19 mai 2017  Avec : Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site X = présence mais non dénombrement Cette mare a été creusée très récemment dans le cadre des travaux de renaturation de la propriété au travers des mesures compensatoires conventionnelles. Le peuplement d’Amphibiens sur le secteur est surtout composé d’espèces de cours d’eau et non d’eau stagnante. Les prochaines années seront décisives dans la colonisation de cette mare, en fonction de l’éloignement des autres points d’eau stagnants.
  61. 61. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 62 5. Suivi des populations d’odonates a) Résultats 2017 Tableau XXVIII : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare priarial Date de passage Espèces Effectifs Stades ou comportements M/F M F Ex Ex La Em Im Ad Te Ac Po Pr Au 24 mai 2017 Libellule déprimée (Libellula depressa) 1 X Libellule fauve (Libellula fulva) 1 X Anax empereur (Anax imperator) 1 1 X 13 juin 2017 Agrion nain (Ischnura pumilio) 1 X Orthétrum brun (Orthetrum brunneum 4 Libellule déprimée (Libellula depressa) 1 X 17 juillet 2017 Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) 2 1 X Anax empereur (Anax imperator) 2 X Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) 1 X Agrion à larges pattes (Platycnemys pennipes) 1 1 X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 1 X Avec : M = Mâle F = Femelle Ex = Exuvie La = Larve Ad = Adulte Te = Comportement territorial Ac = Accouplement Po = Ponte Pr = Proie d’un prédateur Au = Autre Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site Les observations entreprises sur le cortège des Odonates portent à 9 le nombre d’espèces, dont 2 reproductrices : l’Orthetrum cancellatum et le Platichnemys pennipes. Cela constitue une colonisation plutôt rapide. Le peuplement devrait, dans les prochaines années, se diversifier à raison de 1 à 3 espèces supplémentaires.
  62. 62. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 63 6. Fiche de synthèse et interprétation MARE PRAIRIAL SUR LE SIE BERNARD ID MARE : 33/GALGON/M1 Commune : Galgon Département : Gironde Localisation de la mare prairial Vue de la mare prairial lors de l’état initial CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL CARACTERISTIQUES GENERALES Représentation graphique de l’environnement proche Représentation schématique de la mare prairial MORPHOLOGIE Longueur : Largeur : Surface : Profondeur : Volume : Profil en long 28,34 m 17 m 386,99 m² -0,68 m 263,15 m3 COLONISATION DES HELOPHYTES INDICATEURS DE SUIVI Année %ombre Sflore H Samph S’amph O’amph Sodo S(R)odo 2017 0 12 0  Non évaluable Non évaluable 8 - CONCLUSION La mare prairial souffre d’une faible richesse spécifique en Amphibiens, malgré la présence d’espèces au sein des dépressions autour. Cette mare est également le support d’une végétation envahissante (Erable negundo) qu’il faudra gérer rapidement pour éviter son expansion. Au-delà de ces points, la végétation aquatique semble s’implanter sans aucun problème et les libellules colonisent rapidement ce plan d’eau. -5 -3 -1 1 1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 Topographie de la mare Hauteur d'eau calculée
  63. 63. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 64 G. Mare forestière du site Bernard (33/GALGON/M2) 1. Description de l’environnement a) Environnement en 2017 La mare forestière du site Bernard s’inscrit dans une matrice paysagère forestière (73%), dominée par les formations végétales caractéristiques des vallées alluviales. La renaturation appliquée à ces parcelles de compensation ont permis le retour d’une prairie humide (14%) sur le site, là où les peupliers étaient encore présents il y a deux ans. Les surfaces restantes se partagent entre culture intensive, sur les parcelles les plus productives, et l’urbanisation au contact des îlots de construction. Figure 30 : Entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare forestière Figure 31 : Répartition des différentes entités paysagères composant l’environnement immédiat (150 m) de la mare forestière Culture intensive 8% Boisement 73% Prairie 14% Jardin 4% Urbanisme 1%
  64. 64. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 65 2. Topographie de la mare a) Contours Figure 32 : Contours de la mare forestière du site Bernard La mare forestière du site de compensation Bernard se présente sous la forme de la réunion de deux ronds. Elle mesure environ 11 m de long sur 6 de large.
  65. 65. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 66 b) Profil en long Figure 33 : Profil en long de la mare forestière selon l’axe A-B Cette mare présente trois dépressions successives permettant l’implantation de plantes plus ou moins exigeantes au niveau des hauteurs d’eau. 3. Colonisation des végétaux sur les mares a) Transect de végétation Aucune végétation aquatique ne se développe pour le moment sur le site. b) Composition de la végétation Espèces présentes Milieux optimum de l’espèce Persicaria hydropiper Friches annuelles hygrophiles eutrophiles pionnières, vasicoles Populage sp - Acer campestre - Cette mare présente une faible richesse en végétaux car elle vient d’être creusée. Par ailleurs, sa localisation sous un couvert forestier permet difficilement l’implantation de nouvelles espèces. La colonisation des plantes aquatiques sur cette mare sera plus longue que sur les autres, notamment celles implantées en milieux ouverts.
  66. 66. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 67 4. Suivi des populations d’amphibiens a) Résultats 2017 Tableau XXIX : Résultats des campagnes de suivi des Ampbibiens sur la mare forestière Date de passage Espèces Point d’écoute Prospection lampe Pêche ♂ ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve 21 février 2017  31 mars 2017  19 mai 2017  Avec : Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site X = présence mais non dénombrement Cette mare a été creusée très récemment dans le cadre des travaux de renaturation de la propriété au travers des mesures compensatoires conventionnelles. La faible pluviométrie de l’année n’a pas permis un remplissage adéquate de la mare. 5. Suivi des populations d’odonates a) Résultats 2017 Tableau XXX : Observations des odonates faites en 2017 sur la mare forestière Date de passage Espèces Effectifs Stades ou comportements M/F M F Ex Ex La Em Im Ad Te Ac Po Pr Au 24 mai 2017  13 juin 2017  17 juillet 2017  Avec : M = Mâle F = Femelle Ex = Exuvie La = Larve Ad = Adulte Te = Comportement territorial Ac = Accouplement Po = Ponte Pr = Proie d’un prédateur Au = Autre Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site La très faible mise en eau de cette mare ne permet pas une attractivité suffisante pour les libellules.
  67. 67. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 68 6. Fiche de synthèse et interprétation MARE FORESTIERE DU SITE BERNARD ID MARE : 33/GALGON/M2 Commune : Galgon Département : Gironde Localisation de la mare forestière Vue de la mare forestière CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL CARACTERISTIQUES GENERALES Représentation graphique de l’environnement proche Représentation schématique de la mare forestière MORPHOLOGIE Longueur : Largeur : Surface : Profondeur : Volume : 10,94 m 6,30 m 68,922 m² 0,76 m 53,14 m3 PROFIL EN LONG COLONISATION DES HELOPHYTES INDICATEURS DE SUIVI Année %ombre Sflore H Samph S’amph O’amph Sodo S(R)odo 2017 100 0 -  Non évaluable Non évaluable  Non évaluable CONCLUSION La mare forestière du site Bernard montre un retard dans sa colonisation, aussi bien sur le plan des espèces animales que des espèces végétales. La localisation de cette mare sous couvert forestier rend plus difficile l’implantation d’une végétation humide associée à cet élément. Il n’y a pas d’inquiétude à avoir pour le moment la mare vient tout juste d’être creusée et la mise en eau n’a pas été optimale.
  68. 68. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 69 IV. Discussions L’implantation des différents cortèges (flore, faune) se font très variablement entre les mares suivies, même si d’une façon générale, les colonisations animales et végétales sont satisfaisantes. A noter cependant que les suivis 2017 ont pu être influencés par les conditions climatiques particulièrement extrêmes sur toute la période de suivi avec des déficits pluviométriques importants. Précisons également que quasiment toutes les mares suivies sont colonisées par des espèces exogènes envahissantes qui peuvent devenir problématiques. Il conviendra d’engager des actions de lutte rapidement. La mare des sables (33LARUM2) a subi un très faible remplissage durant l’hiver. Cet aléa s’est poursuivi très longuement durant l’année. Cela a eu pour conséquence la perte d’une espèce d’amphibien et de libellule pour le site. Cette mare est à surveiller avec attention durant les prochaines années car elle pourrait être colonisée par une espèce de Jussie sp. La mare des sables remplace efficacement la mare détruite sur le secteur. La mare de la Saye (33LARUM3) est impactée par la présence d’Ecrevisses américaines qui semble conditionner directement la richesse en amphibiens et en libellules. Peu d’espèces peuvent résister à une pression de prédation aussi forte. La mare de la Saye sert de site de transit pour les espèces que de site de reproduction. Il sera particulièrement difficile de lutter contre la colonisation des écrevisses sur cette mare, le réservoir de colonisation étant immédiatement à côté (étang du viaduc). La mare du Lac vert (33LARUM4) semble quant à elle peu impactée par les espèces exogènes envahissantes. La problématique sur cette mare est plutôt liée à la pratique du quad et du motocross en dehors des chemins. Le substrat sableux permet le développement d’une espèce patrimoniale rare pour la Gironde. Il conviendra d’être particulièrement vigilant sur la conservation de cette espèce. La mare des Valentons (33STLOM1) présente aussi une colonisation par les espèces exogènes envahissantes (Grenouille taureau et Ecrevisse de Louisiane). La présence de ces espèces influe directement sur la richesse des amphibiens. Pour le moment, la richesse en odonates ne semble pas impactée. La mare de Canterrane (33AMBAM1) a fait l’objet d’une restauration en 2016. Les actions d’ouverture du milieu et d’évacuation des déchets devraient à terme dynamiser le site. Cela semble déjà avoir eu lieu sur les odonates puisque 3 espèces ont visitées le site alors qu’aucune n’était donnée présente. Cependant, la présence de Ragondin et d’écrevisses américaines risque de limiter à terme la richesse sur le site. Les deux mares du site Bernard (33GALGONM1 et M2) présentent des faciès différents, l’une prairial, est colonisée par un cortège de libellules assez conséquent (8 espèces), mais présente une carence pour les amphibiens. Alors que la seconde, en milieu forestier, souffre d’un déficit de mise en eau qui limite la colonisation du site par les espèces aquatiques (animales et végétales). Ainsi, durant la prochaine année de suivi, il conviendra d’être particulièrement vigilent sur l’évolution des populations d’espèces invasives et sur les impacts qu’elles peuvent générer.
  69. 69. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2017 des mares de compensation – 70 Table des annexes Annexe 1 : Contexte réglementaire Annexe 2 : Présentation du protocole de suivi Annexe 3 : Fiche de suivi Annexe 4 : Profil en long de la mare de Caboche Annexe 5 : Profil en long de la mare des Sables Annexe 6 : Profil en long de la mare de la Saye Annexe 7 : Profil en long de la mare de Sainte-Escalle Annexe 8 : Fiche de synthèse de la mare de Caboche Annexe 9 : Fiche de synthèse de la mare des Sables Annexe 10 : Fiche de synthèse de la mare de la Saye Annexe 11 : fiche de synthèse de la mare de Ste-Escalle

×