Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi Mares - 2016 – PCN

80 views

Published on

Dans le cadre de la construction de la LGV SEA Tours-Bordeaux, et en application des arrêtés ministériels et inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012, portant dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces et d’habitats d’espèces animales protégées et de destruction d’espèces végétales protégées, le maître d’ouvrage est tenu d’assurer le suivi de mesures environnementales mises en oeuvre, ainsi que le suivi des populations et des habitats d’espèces protégées impactées.
Le suivi des mares de substitution, d’attractivité et de compensation s’inscrit dans ce contexte règlementaire. Il vise d’une part à évaluer l’efficacité des créations de mares pour les populations d’amphibiens et d’odonates et d’autre part, à évaluer leur fonctionnalité via un suivi de la colonisation de la faune et de la flore et à proposer des actions d'ajustement en cas de dysfonctionnement.
Afin de répondre à ces objectifs, un protocole d’inventaire des populations d’amphibiens, d’odonates et des herbiers aquatiques est mis en oeuvre. Ce protocole a été élaboré par un groupe de travail interrégional composé d’experts des 6 départements impactés par la ligne SEA.
En 2016, 93 mares ont été suivies en Poitou-Charentes, dont 43 pour la troisième année consécutive et 28 pour la seconde année.
Le présent document rappelle dans un premier temps la méthodologie mise en oeuvre pour les inventaires de terrain et le traitement des données. Dans un second temps, une présentation des données à l’échelle du Poitou-Charentes est réalisée, avec une description qualitative et quantitative des résultats.
Les résultats sont ensuite présentés et commentés par secteur géographique de création de mares.
La dernière partie du document propose une synthèse des dysfonctionnements et menaces constatés et des préconisations de restauration et de gestion.
Pour chaque mare suivie, une fiche descriptive présente de manière synthétique, l’ensemble des données collectées. L’ensemble des fiches mares est compilé dans un document joint au rapport:‘ Compilation fiches - Suivi des mares 2016’.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Suivi Mares - 2016 – PCN

  1. 1. 14 rue Jean Moulin 86240 Fontaine-le-Comte 05 49 88 99 23 pc.nature@laposte.net Rapport réalisé pour le compte de : LGV SEA TOURS-BORDEAUX Suivi 2016 des mares de compensation en Poitou-Charentes dans le cadre de la LGV SEA Rapport de suivi – Résultats 2016
  2. 2. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 1 Suivi 2016 des mares de compensation en Poitou-Charentes dans le cadre de la LGV SEA Rapport de suivi – Résultats 2016 Type de rapport : Compte-rendu 2016 Associations intervenantes Experts intervenants Vienne Nature Deux-Sèvres Nature Environnement Charente Nature Nature Environnement 17 Miguel GAILLEDRAT, David OLLIVIER, Samuel DUCEPT, Guenièvre DICEV, Lucie TEXIER, Alice CHERON, Benoit DANTEN Florian DORE, Tiphanie HERCE, Alexandre DUTREY, Nicolas RAINARD Olivier ROQUES, Nais AUBOUIN, Emilien JOMAT, Simon BELLOUR Coordinateurs PCN Version du document Agnès BOYE Laura OLLIVIER V1 Destinataires Date d’envoi Pierre COUTURIER, Thierry CHARLEMAGNE (LISEA) V1 le 21/07/2017 V2 le 30/10/2017
  3. 3. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 2 Poitou-Charentes Nature Sommaire 1. Introduction ....................................................................................................... 4 2. Méthodologie...................................................................................................... 5 2.1. Codification des mares .................................................................................................... 5 2.2. Repérage des mares........................................................................................................ 5 2.3. Description de l’environnement de la mare ........................................................................ 5 2.4. Description morphologique .............................................................................................. 5 2.4.1. Plan général de la mare ....................................................................................... 5 2.4.2. Profil en long de la mare...................................................................................... 6 2.5. Observatoire photographique ........................................................................................... 7 2.6. Suivi de la flore et des habitats naturels............................................................................ 7 2.7. Suivi des populations d’amphibiens................................................................................... 7 2.8. Suivi des populations d’odonates ...................................................................................... 8 2.9. Autres observations......................................................................................................... 8 2.10. Indicateurs de suivi...................................................................................................... 9 2.11. Analyse statistique ..................................................................................................... 10 3. Nombre de mares et secteurs suivis ................................................................. 11 3.1. Problèmes d’assec......................................................................................................... 12 4. Présentation et analyse des résultats à l’échelle de la région ........................... 14 4.1. Amphibiens .................................................................................................................. 14 4.1.1. Analyse qualitative ............................................................................................ 14 4.1.2. Analyse quantitative .......................................................................................... 15 4.2. Odonates ..................................................................................................................... 25 4.2.1. Analyse qualitative ............................................................................................ 25 4.2.2. Analyse quantitative .......................................................................................... 27 4.3. Flore et Herbiers ........................................................................................................... 37 5. Présentation et analyse des résultats secteur par secteur (Du Nord au Sud du tracé)................................................................................................................ 39 5.1. Le Vigneau à Saint-Gervais-les-Trois-Clochers ................................................................. 39 5.2. La Grotte à Colombiers .................................................................................................. 41
  4. 4. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 3 5.3. La Gênetière à Colombiers ............................................................................................. 43 5.4. Le Clos Achard à Marigny-Brizay..................................................................................... 45 5.5. Queue de Renard à Vouneuil-Sous-Biard ......................................................................... 47 5.6. La Petite Foy à Fontaine-le-Comte .................................................................................. 49 5.7. Les Barberies à Fontaine-le-Comte ................................................................................. 51 5.8. La Tillole à Coulombiers / Fontaine-le-Comte................................................................... 54 5.9. Forêt de Saint-Sauvant à Celle-L’Evescault ...................................................................... 57 5.10. Forêt de Saint-Sauvant à Payré ................................................................................... 59 5.11. Forêt de Saint-Sauvant à Rom..................................................................................... 61 5.12. Bocage de Chaunay.................................................................................................... 63 5.13. Plaine et marais de Sainte-Soline................................................................................. 66 5.14. Bocage de Plibou ....................................................................................................... 68 5.15. Prairies de Luxé à Luxé............................................................................................... 71 5.16. Viaduc de Claix .......................................................................................................... 73 5.17. Le Maine Debaud à Blanzac-Porcheresse...................................................................... 75 5.18. Chez Rochefort à Cressac-Saint-Genis.......................................................................... 77 5.19. Longeville à Deviat..................................................................................................... 79 5.20. Le Point du jour à Poullignac....................................................................................... 81 5.21. Chez Boucherie à Passirac .......................................................................................... 83 5.22. Chez Bourgouin et la Coué d’Auzenat à Brossac............................................................ 85 5.23. Saint-Vallier............................................................................................................... 87 5.24. Boresse-et-Martron .................................................................................................... 89 5.25. Les Quatre puits à Neuvicq ......................................................................................... 91 5.26. La Butte à Montguyon ................................................................................................ 93 5.27. Clérac ....................................................................................................................... 95 6. Bilan des menaces et des préconisations .......................................................... 97 7. Suivi 2017: objectifs et échantillonnage ......................................................... 102 Bibliographie .......................................................................................................... 104
  5. 5. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 4 Poitou-Charentes Nature Suivi 2016 des mares de compensation en Poitou-Charentes dans le cadre de la LGV SEA Rapport de suivi – Résultats 2016 1. Introduction Dans le cadre de la construction de la LGV SEA Tours-Bordeaux, et en application des arrêtés ministériels et inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012, portant dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces et d’habitats d’espèces animales protégées et de destruction d’espèces végétales protégées, le maître d’ouvrage est tenu d’assurer le suivi de mesures environnementales mises en œuvre, ainsi que le suivi des populations et des habitats d’espèces protégées impactées. Le suivi des mares de substitution, d’attractivité et de compensation s’inscrit dans ce contexte règlementaire. Il vise d’une part à évaluer l’efficacité des créations de mares pour les populations d’amphibiens et d’odonates et d’autre part, à évaluer leur fonctionnalité via un suivi de la colonisation de la faune et de la flore et à proposer des actions d'ajustement en cas de dysfonctionnement. Afin de répondre à ces objectifs, un protocole d’inventaire des populations d’amphibiens, d’odonates et des herbiers aquatiques est mis en œuvre. Ce protocole a été élaboré par un groupe de travail interrégional composé d’experts des 6 départements impactés par la ligne SEA. En 2016, 93 mares ont été suivies en Poitou-Charentes, dont 43 pour la troisième année consécutive et 28 pour la seconde année. Le présent document rappelle dans un premier temps la méthodologie mise en œuvre pour les inventaires de terrain et le traitement des données. Dans un second temps, une présentation des données à l’échelle du Poitou-Charentes est réalisée, avec une description qualitative et quantitative des résultats. Les résultats sont ensuite présentés et commentés par secteur géographique de création de mares. La dernière partie du document propose une synthèse des dysfonctionnements et menaces constatés et des préconisations de restauration et de gestion. Pour chaque mare suivie, une fiche descriptive présente de manière synthétique, l’ensemble des données collectées. L’ensemble des fiches mares est compilé dans un document joint au rapport:‘ Compilation fiches - Suivi des mares 2016’.
  6. 6. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 5 2. Méthodologie 2.1.Codification des mares Un code est affecté à chaque mare suivie : Exemple : 86/Marçay/M1 pour la mare n°1 située sur la commune de Marçay dans le département de la Vienne. 2.2.Repérage des mares Lors de la première année de suivi, un repérage des mares de jour est effectué au cours du mois de janvier. Ce passage permet de vérifier les accès et de vérifier la présence de la Grenouille rousse qui débute sa reproduction à cette période pour ce secteur géographique. 2.3.Description de l’environnement de la mare De manière à connaître et suivre l’évolution de l’environnement proche de la mare, une description des entités paysagères situées dans un rayon de 150 m autour de la mare est réalisée. Cette description a lieu lors de l’inventaire floristique en juin et est mise à jour chaque année. Ce descriptif est complété à partir des orthophotoplans et retranscrit sous SIG. 2.4.Description morphologique 2.4.1. Plan général de la mare Lors de la première année de suivi, un plan précis de la mare est réalisé, ce qui permet de : - connaitre précisément sa surface ; - définir son contour (forme) ; - pouvoir localiser les herbiers aquatiques (habitats naturels). La méthode utilisée permet de connaître précisément les dimensions de la mare et d’en dessiner le contour. Deux points fixes A et B sont sélectionnés et localisés par GPS à partir desquels une triangulation est effectuée sur des points localisés au bord de la mare (cf. figure 1 et 2). La distance entre les points A et B est également mesurée. département/commune/N°de la mare
  7. 7. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 6 Poitou-Charentes Nature Figure 1: Mesure des dimensions de la mare. (D’après BORREMANS Y. et al, 1997) Figure 2: Dessin du contour de la mare. (D’après BORREMANS Y. et al, 1997) Plus la mare est sinueuse et plus les mesures sont nombreuses. Le plan de la mare est ensuite reporté sous SIG. Les contours de la mare peuvent également être dessinés à partir de relevés GPS si le matériel à disposition de l’expert intervenant est suffisamment précis. 2.4.2. Profil en long de la mare Un profil en long est également réalisé sur le transect le plus caractéristique (le plus long possible et coupant des profils différents de végétation). Le profil en long permet : - d’expliquer la répartition de la végétation ; - de vérifier et mesurer les zones profondes de la mare. La hauteur d’eau ‘plein bord’ et la hauteur d’eau le jour du relevé sont notées le long du transect ainsi que la distance depuis le bord. Ces mesures seront réalisées à l’aide d’une canne à pêche munie d’un mètre ruban plombé.
  8. 8. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 7 2.5.Observatoire photographique Chaque année une photographie de la mare est réalisée lors de l’inventaire floristique, à partir d’un point fixe. Le point de vue est localisé sur le plan de la mare. Cela permet un suivi visuel de l’évolution de la mare. 2.6.Suivi de la flore et des habitats naturels Ce suivi floristique permet de : - Suivre l’évolution de la colonisation floristique (diversité spécifique) ; - Suivre l’évolution des habitats naturels (herbiers aquatiques et végétation des berges). Les espèces floristiques sont notées et les habitats et herbiers aquatiques sont localisés sur le plan de la mare. Les relevés sont effectués chaque année lors d’un passage au cours du mois de juin. La première année de suivi, l’inventaire floristique et la description morphologique de la mare sont réalisées le même jour. 2.7.Suivi des populations d’amphibiens L’objectif est de suivre l’évolution de la diversité spécifique dans les mares créées ou restaurées. Les visites sont réalisées sans pluie, avec un vent faible et à une température supérieure à 10°C. Les prospections commencent 20 min après le coucher du soleil. La méthode est basée sur une recherche nocturne des amphibiens et l’écoute des chants pour les anoures lors de 3 passages (en février, mars et avril/mai). Lors de chaque passage : - Point d’écoute de 5 minutes au bord de la mare (noter heure début) en arrivant sur le site (lampe éteinte) ; - Comptage visuel exhaustif à l’aide d’une lampe des individus en parcourant la totalité de la berge (20 minutes). Un deuxième tour de la mare pourra être effectué rapidement. Dans ce cas, seuls seront notés les observations et nombres d’espèces non observés lors du premier passage. Une pêche (facultative) à l’épuisette peut être recommandée pour la capture des larves et têtards repérés à vue, permettant leur détermination spécifique. Il s’agit de captures opportunistes qui amèneront une information sur l’identification d’espèces (ex : Triton de Blasius). Les individus capturés sont relâchés sur place après détermination. Les captures nécessitent d’avoir une autorisation préfectorale (tous les amphibiens sont protégés). Pour le matériel utilisé pour la capture on appliquera le protocole d’hygiène pour limiter la dissémination de la Chytridiomycose lors d’interventions sur le terrain préconisé par la Société Herpétologique de France (Dejean et al., 2010).
  9. 9. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 8 Poitou-Charentes Nature Lors de chaque passage, sont notés : - Le nombre de mâles chanteurs (anoures) ; - Le nombre d’individus de chaque espèce (avec distinction des mâles et des femelles pour les urodèles) ; - Le nombre de pontes pour les grenouilles brunes ; - La présence de ponte pour chaque espèce autre que les grenouilles brunes ; - Le nombre de larves pour la salamandre tachetée ; - La présence de larves pour chaque espèce. Hormis pour la Salamandre tachetée, les larves ne sont pas comptabilisées. Seule leur présence/absence est notée. En fonction de la phénologie de certaines espèces, le calendrier peut être légèrement modifié. Par exemple, en Poitou-Charentes, la Grenouille rousse se reproduit en janvier. Sur les secteurs ayant une problématique Grenouille rousse, le premier passage initialement prévu en février sera avancé à janvier (sauf en année 1 où l’on profite du passage de repérage pour vérifier la présence de l’espèce). 2.8.Suivi des populations d’odonates L’objectif est de suivre l’évolution de la diversité spécifique dans les mares créées. La méthode utilisée est celle de la recherche et identification des imagos et récolte et identification des exuvies lors de 3 passages : un en juin, un en juillet et le dernier en août. Les visites sont réalisées lors de conditions climatiques favorables à l’observation des odonates (journées ensoleillées). Pendant 30min, les individus imagos sont recherchés le long de la berge. Pour chaque espèce identifiée, la classe d’effectif est renseignée ainsi que les comportements observés (ponte, accouplement, maturation, etc.). En parallèle, les exuvies sont recherchées et récoltées sur la moitié du linéaire de la berge de la mare. Elles sont ensuite déterminées en salle. 2.9.Autres observations Lors des différents passages pour les inventaires faune, l’observateur relève d’autres paramètres permettant d’apporter des informations sur la fonctionnalité de la mare, notamment : − l’assèchement de la mare (date à laquelle il est constaté) ; − la présence de Ragondin ; − la présence de Rat musqué ; − la présence d’Ecrevisses ; − la présence de poissons ; − le développement de végétation exotique envahissante ; − la turbidité.
  10. 10. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 9 2.10. Indicateurs de suivi Les différentes variables étudiées dans le cadre de ce suivi permettent la production d’indicateurs (cf. Tableau 1) qui seront étudiés chaque année, pour chaque mare et dont les évolutions pourront être analysées et interprétées. Tableau 1: Liste des indicateurs par variable étudiée Variable étudiée Indicateur Définition Symbole Fermeture du milieu % d’ombre projetée % d’ombre (‘vue du dessus’) de la végétation sur la mare % ombre Développement de la végétation aquatique % de recouvrement des herbiers Surfaces des herbiers par rapport à la surface totale de la mare % Rec Amphibiens Richesse spécifique Nombre d’espèces identifiées par mare S Amph Odonates Richesse spécifique et nombre d’espèces reproductrices Nombre d’espèces identifiées par mare (x) et nombre d’espèces se reproduisant dans la mare (y) S Odo Valeurs : x (y)
  11. 11. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 10 Poitou-Charentes Nature 2.11. Analyse statistique Des analyses statistiques (modélisations) sont réalisées afin : - d’étudier l’influence de la surface des mares et des recouvrements en herbiers sur les richesses spécifiques (nombre d’espèces) en amphibiens et odonates ; - de rechercher les facteurs déterminants la colonisation (présence) des espèces les plus communes des mares suivies ; - de comparer entre 2014 et 2016 les valeurs de différents paramètres caractéristiques des mares suivies. Ces analyses sont réalisées à l’aide du programme R 3.1.2. (© The R Foundation for Statistical Computing, 2014). Etude des variables influençant les richesses spécifiques : Les modélisations des richesses spécifiques en amphibiens et en odonates sont réalisées à l’aide de régressions linéaires multiples. Une régression multiple consiste à expliquer et/ou prédire une variable qualitative Y (richesse spécifique observée en amphibiens ou odonates dans notre cas) par différentes variables explicatives X (dans notre cas, surface des mares et surface et recouvrement des herbiers aquatiques). La fonction « lm » (linear model) est utilisée. Etude des variables déterminant la présence des espèces communes : Cette modélisation a été réalisée sur le groupe prioritaire des amphibiens. Les espèces représentant trop peu de données (Triton de Blasius, Grenouille rousse et Crapaud calamite) n’ont pas été prises en compte dans les analyses, afin d’éviter des résultats non cohérents. Le complexe des grenouilles vertes n’a pas été détaillé non plus du fait des incertitudes pouvant exister sur les taxons relevés. La modélisation de la présence d’espèce est réalisée à l’aide de régressions logistiques. La régression logistique a pour objectif d’expliquer et de prédire les valeurs d’une variable qualitative Y (présence ou absence d’observations de Triton marbré par exemple) à partir de variables explicatives X = (X1,…, Xp) qualitatives ou quantitatives. Les variables prises en compte ont été la surface des mares, la surface et le recouvrement des herbiers aquatiques. La régression logistique appartient à la famille des modèles linéaires généralisés. Un ajustement de ces modèles sur R est réalisé par la fonction « glm ». Tests de comparaison : Ce rapport concernant la 3e année de suivi, les résultats entre 2014, 2015 et 2016 ont pu être comparés. Des tests de comparaison ont ainsi été menés sur : - La surface des herbiers aquatiques ; - Le recouvrement des herbiers aquatiques ; - La richesse spécifique observée en amphibiens ; - La richesse spécifique observée en odonates. Pour cela, le test de de Friedman (cas de de comparaison de plus de 2 groupes) a été utilisé pour comparer les données sur les mares pour les 3 années. Ces différents tests ont été réalisés avec le programme R 3.1.2. (© The R Foundation for Statistical Computing, 2014).
  12. 12. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 11 3. Nombre de mares et secteurs suivis 43 mares ont été suivies en Poitou-Charentes en 2014, 71 en 2015 et 93 en 2016, réparties comme suit : 46 en Vienne, 27 en Deux-Sèvres, 14 en Charente et 6 en Charente-Maritime. Le tableau ci-dessous détaille le nombre de mares suivies par département et par secteur géographique ces trois années. Tableau 2 : Liste des sites suivis entre 2014 et 2016, classés par secteur, du nord au sud du tracé Dép Commune Lieu-dit Nombre de mares suivies en 2014 Nombre de mares nouvelles suivies en 2015 Nombre de mares nouvelles suivies en 2016 Total suivi en 2016 86 Saint-Gervais-Les-Trois- Clochers Le Vigneau 3 / / 3 86 Colombiers La Grotte / 1 1 2 86 Colombiers La Gênetière 1 1 / 2 86 Marigny-Brizay Le Clos Achard 3 2 / 5 86 Vouneuil-sous-Biard Queue de Renard / 4 / 4 86 Fontaine Le Comte Site d’acquisition 3 10 / 13 86 Celle l’Evescault Forêt de Saint-Sauvant 2 / / 2 86 Payré Forêt de Saint-Sauvant 2 / / 2 79 Rom Forêt de Saint-Sauvant 12 / / 12 86 Chaunay La Bouleure / / 2 2 86 Chaunay Bocage de Chaunay 7 / 4 11 79 Sainte-Soline Plaine et marais de Sainte-Soline 4 / / 4 79 Plibou Bocage de Pliboux 2 3 6 11 16 Luxé Prairies de Luxé 1 / / 1 16 Luxé Parcelle ZI 91 / / 1 1 16 Claix Vallée du Claix 1 1 / 2 16 Blanzac-Porcheresse Maine Debaud 1 / / 1 16 Cressac-Saint-Genis Chez Rochefort / 1 / 1 16 Deviat Longeville / 1 / 1 16 Poullignac Le Point du jour / 1 / 1 16 Sainte-Souline/Passirac Les Régans - Chez Boucherie / 2 / 2 16 Brossac Le Bourgouin / / 1 1 16 Brossac La Coué d'Auzenat / / 1 1 16 Saint-Vallier / / / 2 2 17 Boresse-et-Martron / / / 2 2
  13. 13. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 12 Poitou-Charentes Nature Dép Commune Lieu-dit Nombre de mares suivies en 2014 Nombre de mares nouvelles suivies en 2015 Nombre de mares nouvelles suivies en 2016 Total suivi en 2016 17 Neuvicq Les Quatre Puits 1 / / 1 17 Montguyon La Butte / 1 / 1 17 Montguyon / / / 1 1 17 Montguyon / / / 1 1 TOTAL 43 28 22 93 3.1.Problèmes d’assec Les mares non fonctionnelles, c’est-à-dire celles avec assec permanent ou celle s’asséchant avant juillet pour les premières années de suivi 2014 et 2015, sont celles surlignées en gris dans le tableau ci-dessous. Dans cette analyse, le contexte avait également été pris en compte (mare en réseau ou isolée). Pour l’ensemble des mares ainsi jugées problématiques, il était préconisé, dans le rapport de suivi 2015, de réaliser des travaux d’imperméabilisation par apport d’argiles avant la prochaine saison de reproduction. Il était précisé que, sans mesures correctives, ces mares ne seraient pas fonctionnelles pour la faune. Pour les mares suivies en 2014 et/ou 2015 et non surlignées dans le tableau ci-dessous, il s’agissait d’être particulièrement vigilant sur leur tenue en eau lors des prochaines années de suivi afin de vérifier leur caractère fonctionnel ou non. Sur les 11 mares pour lesquelles des travaux d’imperméabilisation ont été préconisés dans le s rapports de suivi 2014 et 2015, 5 mares ont fait l’objet de travaux d’imperméabilisation effectués par COSEA en 2015. Un bilan intermédiaire des observations d’assecs et de souci de fonctionnalité des mares a par ailleurs été transmis en cours de suivi, à COSEA et LISEA, le 09/06/2016.
  14. 14. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 13 Tableau 3 : Liste des mares présentant des problèmes d’assec signalés en 2014 et/ou 2015 Mare Assèchement 2014 Assèchement 2015 Travaux d’étanchéification par COSEA en 2015 16/BLANZAC-PORCHERESSE/M1 07/04/2014 10/04/2015 4ème trimestre 2015 16/DEVIAT/M1 Non suivie 07/07/2015 16/PASSIRAC/M1 Non suivie 27/07/2015 16/PASSIRAC/M2 Non suivie 11/04/2015 17/NEUVICQ/M1 / 09/08/2015 79/PLIBOU/M2 / 03/08/2015 79/PLIBOU/M3 / 03/08/2015 79/PLIBOU/M4 Non suivie 20/04/2015 79/PLIBOU/M5 Non suivie 09/07/2015 79/ROM/M1 19/08/2014 16/07/2015 79/ROM/M2 20/08/2014 12/08/2015 79/ROM/M4 / 26/06/2015 79/ROM/M5 Assec permanent Assec permanent 4ème trimestre 2015 79/ROM/M7 Assec permanent Assec permanent 4ème trimestre 2015 79/SAINTE-SOLINE/M2 / 06/08/2015 79/SAINTE-SOLINE/M3 / 06/08/2015 86/CELLE-L'EVESCAULT/M1 31/07/2014 14/04/2015 86/CHAUNAY/M1 22/07/2015 09/07/2015 3ème trimestre 2015 86/CHAUNAY/M3 24/07/2015 09/07/2015 3ème trimestre 2015 86/CHAUNAY/M4 24/07/2015 09/07/2015 86/CHAUNAY/M7 24/07/2015 21/04/2015 3ème trimestre 2015 86/COULOMBIERS/M1 Non suivie 20/04/2015 86/COULOMBIERS/M3 Non suivie 20/03/2015 86/PAYRE/M2 Assec permanent 14/04/2015 4ème trimestre 2015 86/VOUNEUIL-SOUS-BIARD/M1 Non suivie Assec permanent
  15. 15. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 14 Poitou-Charentes Nature 4. Présentation et analyse des résultats à l’échelle de la région 4.1.Amphibiens 4.1.1. Analyse qualitative En 2016, 16 espèces d’amphibiens ont été contactées au cours des 3 passages et sur l’ensemble des mares soit un taxon de plus qu’en 2015 et 2 de plus qu’en 2014. En plus du Crapaud calamite découvert l’année dernière, la Grenouille verte s’ajoute à la liste. Deux individus adultes ont pu être identifiés au niveau d’une mare de Saint-Gervais, dans la Vienne. Son absence dans les relevés des années précédentes peut provenir de la difficulté d’identification du complexe des grenouilles vertes. Le tableau ci-dessous liste les espèces identifiées et leur statut de protection. Tableau 4 : Liste des taxons identifiés au cours des inventaires menés entre 2014 et 2016 Nom français Nom scientifique Protection nationale Directive Habitat Liste Rouge Nationale Liste Rouge Régionale Urodèles Salamandridae Salamandre tachetée Salamandra salamandra N LC Triton crêté Triturus cristatus N A2, A4 NT R Triton marbré Triturus marmoratus N A4 NT R Triton palmé Lissotriton helveticus N LC Triton de Blasius Triturus hyb. Blasius N R Anoures Discoglossidae Alyte accoucheur Alytes obstetricans N A4 LC NT Pélodytidae Pélodyte ponctué Pelodytes punctatus N LC NT Bufonidae Crapaud commun Bufo bufo N LC LC Crapaud calamite Epidalea calamita N A4 LC NT Hylidae Rainette verte Hyla arborea N A4 NT NT Rainette méridionale Hyla meridionalis N A4 LC LC Ranidae Grenouille agile Rana dalmatina N A4 LC LC Grenouille verte Pelophylax kl. esculentus N A5 NT DD Grenouille rieuse Pelophylax ridibundus N A5 LC NA Grenouille rousse Rana temporaria N A5 LC NT Grenouilles vertes Pelophylax sp. N A5 LC Protection nationale : N Directive Européenne "Habitats-Faune-Flore" : A2 annexe II, A4 annexe IV, A5 annexe V Liste Rouge Nationale (2015) : CR danger critique d'extinction, EN en danger, VU Vulnérable, NT quasi menacée, LC préoccupation mineure
  16. 16. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 15 Nom français Nom scientifique Protection nationale Directive Habitat Liste Rouge Nationale Liste Rouge Régionale Liste Rouge Régionale (2016) : NT quasi menacée , LC préoccupation mineure, DD Données insuffisantes, NA Non applicable 4.1.2. Analyse quantitative → La richesse spécifique En 2016, la richesse spécifique moyenne est de 3,7, soit relativement équivalente à la valeur de 2015 (3,6). Les mares les plus représentées sont celles avec une richesse spécifique allant de 3 à 5 (Figure 3), représentant 53% des mares suivies. La distribution des mares par richesse spécifique (en %, Figure 4) est sensiblement la même en 2016 qu’en 2015 pour une richesse comprise entre 0 et 2, mais proportionnellement, plus de mares présentent en 2016 une richesse comprise entre 4 et 7 (49% contre 42%). Cela pourrait indiquer une évolution positive de la richesse spécifique entre 2015 et 2016. Cela est confirmé par la valeur de la médiane de la richesse spécifique qui passe de 3 à 4 entre ces deux années ; en outre, cette année 53% des mares ont une richesse supérieure ou égale à 4, contre 47% en 2015. Il est cependant difficile de faire ressortir une tendance en fonction du lot de mares suivies (cf. Figure 5) : si ce sont des mares plus anciennes qui accueillent les richesses spécifiques les plus élevées (les richesses spécifiques supérieures ou égales à 5 sont distribuées ainsi : 53% de mares suivies depuis 2014, 31% suivies depuis 2015 et 16% depuis 2016), ce sont également d’anciennes mares qui constituent la majorité des sites avec une richesse spécifique faible. Figure 3: Nombre de mares par richesse spécifique observée en amphibiens en 2016
  17. 17. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 16 Poitou-Charentes Nature Figure 4: Pourcentage de mares par richesse spécifique observée en amphibiens en 2015 et 2016 Figure 5: Pourcentage cumulé de mares par richesse spécifique observée en amphibiens depuis 2014 Les tests statistiques de comparaisons interannuelles montrent qu’aucune différence significative n’est à noter dans la richesse spécifique moyenne par année depuis 2014. En effet, cette richesse, sur les mares comparables, est peu changeante entre 2014 et 2016. Tableau 5: Résultats des tests de comparaisons interannuelles de la richesse spécifique en amphibiens (valeur de p) Richesse spécifique Amphibiens 2014-2015-2016 0,63 2014-2015 0,59 2015-2016 0,37 2014-2016 0,95 Les richesses spécifiques par mare suivie en 2016 sont présentées en Figure 6.
  18. 18. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 17 Parmi les 8 mares présentant une richesse spécifique nulle (cf. Figures 3 et 6), 3 sont des mares qui ne tiennent pas l’eau depuis les relevés de 2014 (M5 et M7 à Rom et M2 à Payré) et 2 mares suivies depuis cette année (M2 à Montguyon et M8 à Pliboux). Seules 3 mares a priori fonctionnelles (M4 à Marigny-Brizay et Pliboux, suivies depuis 2015, et M8 à Chaunay, une nouvelle) n’ont pas été colonisées par des amphibiens. A noter que les autres mares identifiées comme problématiques dans le tableau 3 ne présentent pas de résultat nul car des amphibiens ont tout de même pû être relevés lors du ou des premiers passages. La richesse spécifique la plus élevée est observée au niveau de la mare M5 de Chaunay (suivie depuis 2014, 9 taxons identifés), suivie par celles M1 de Passirac et M2 de Coulombiers (suivies depuis 2015, 8 taxons identifés). Le nombre de mares à 7 puis 6 taxons est ensuite plus important (respectivement 7 puis 9 mares). La Figure 7 7 présente l’évolution des richesses spécifiques observées pour les mares suivies entre 2014 et en 2016 (43 mares). Pour 9 d’entre elles, la richesse spécifique relevée est stable. 19 mares montrent une augmentation du nombre d’espèces soit 44% des mares. Enfin, le nombre d’espèces observées baisse pour 15 mares soit 35%. Pour beaucoup de mares, les évolutions constatées sont de faibles amplitudes et concernent 1 à 2 espèces (80% des cas de richesse ayant évolué). Néanmoins pour 8 mares l’écart entre la richesse spécifique de 2014 et celle de 2016 est plus importante et peut aller jusqu’à 7 espèces en plus pour une mare de Chaunay (mare M5). La Figure 8 quant à elle présente cette même évolution pour les mares suivies uniquement depuis 2015 (28 mares). Pour 9 d’entre elles, la richesse spécifique relevée est stable. 15 mares montrent une augmentation du nombre d’espèces soit 54% des mares. Enfin, le nombre d’espèces observées baisse pour 4 mares soit 14%. Pour ces nouvelles mares également, les évolutions constatées sont de faibles amplitudes et concernent 1 à 2 espèces (79% des cas de richesse ayant évolué) et ne sont pas significatives d’une réelle évolution positive ou négative. Les variations interrannuelles ou un fonctionnement en réseau de mares pouraient expliquer ces fluctuations. La poursuite du suivi dans les prochaines années permettra de vérifier ces tendances.
  19. 19. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 18 Poitou-Charentes Nature Figure 6: Richesse spécifique en amphibiens par mare en 2016
  20. 20. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 19 Figure 7: Evolution de la richesse spécifique en amphibiens pour les mares suivies entre 2014 et 2016 Figure 8: Evolution de la richesse spécifique en amphibiens pour les mares suivies entre 2015 et 2016
  21. 21. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 20 Poitou-Charentes Nature → Fréquence relative La Figure 9 présente les fréquences relatives calculées par espèce soit le nombre de mares occupées par l’espèce divisé par le nombre total de mares suivies. Figure 9: Fréquence relative observée par taxon en 2016 - Amphibiens Les résultats suivent les mêmes tendances depuis 2014 : les espèces les plus fréquentes cette année encore sont la Grenouille agile et le Triton palmé (respectivement 77 et 63% des mares) puis la Salamandre tachetée et le complexe des Grenouilles vertes (45% des mares). Ces résulats ne sont pas surprenants car ces espèces sont les plus communes en Poitou-Charentes et les plus largement réparties sur le territoire. De plus, certaines espèces comme la Grenouille agile sont dites pionnières et colonisent rapidement les milieux aquatiques récents. → Etude des variables influencant la richesse spécifique La modélisation de la richesse spécifique observée en amphibiens met en evidence cette année 2016 un effet positif de la surface et du recouvrement des herbiers aquatiques (p<0,001 pour ces deux paramètres), comme présenté dans le tableau et sur les figures ci-après. 2016 est la première année pour laquelle on constate ces résultats.
  22. 22. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 21 Tableau 6: Résultats des régressions multiples de modélisation des richesses spécifiques en amphibiens en 2016 (valeur de p) Amphibiens 2014 2015 2016 Surface mare 0.32 <0.01** 0.12 Surface herbiers aquatiques 0.16 0.11 <0.001*** Recouvrement herbiers aquatiques 0.46 0.13 <0.001*** * : p<0,05 (significatif) / ** : p<0,01 (très significatif) / *** : p<0,001 (hautement significatif) La surface des mares n’est plus une variable explicative cette année, contrairement à la situation en 2015. Toutefois comme annoncé l’année dernière, ce n’est pas forcément la surface de la mare qui determine prioritairement la richesse taxinomique en amphibiens. Cette dernière est plus à lier au phénomène de colonisation par les espèces, qui se met en place au fur et à mesure suite à la création d’une mare, ainsi qu’au contexte local. On relèvera l’importance d’un réseau de mares par rapport à une mare isolée. Il est ainsi attendu à long terme un lissage de l’effet du paramètre ‘surface de mare’, et cela peut être constaté dès cette année. L’évolution de la valeur explicative de ce paramètre en 2015 peut être liée à : - La poursuite de la colonisation des petites mares créées il y a déjà quelques années ; - De bons résultats en 2015 sur de grandes mares en Vienne notamment (tirant les résultats vers le haut) ; - Une richesse spécifique plutôt faible sur la plus grande mare créée en 2016 (tirant les résultats vers le bas). Figure 10: Richesse taxinomique en amphibiens en fonction de la surface des herbiers aquatiques
  23. 23. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 22 Poitou-Charentes Nature Figure 11: Richesse taxinomique en amphibiens en fonction du recouvrement des herbiers aquatiques Il apparait donc que la colonisation et le développement des herbiers aquatiques ont très probablement joué un rôle dans la colonisation des mares par les amphibiens. Ainsi les mares les plus pauvres en herbiers aquatiques sont également les plus pauvres en amphibiens. En regardant de plus près les données, il apparait que lorsque le recouvrement des herbiers est inférieur à 25% de la mare, la richesse spécifique moyenne n’est que de 2,7 – pour une moyenne globale de 3,7. Elle est de 2,6 pour un recouvrement inférieur ou égal à 10%. Puis, cette valeur augmente : 4,4 pour un recouvrement compris entre 25% et 50%, 6,1 entre 50% et 75% (les 2 mares accueillant les plus fortes richesses spécifiques sont dans cette tranche et tirent la moyenne vers le haut). Au-delà de 75% de recouvrement par les herbiers, la richesse spécifique moyenne redescend à 4,2. Les mares dont la surface des herbiers aquatiques est inférieure à 10 m² possèdent une richesse taxinomique moyenne observée en amphibiens de 2,4, de même que pour les mares dont les herbiers aquatiques n’excèdent pas 5 m². Au contraire la richesse taxinomique moyenne observée en amphibiens est de 4,6 pour les mares dont les herbiers représentent une surface supérieure à 10 m². → Etude des facteurs déterminant la présence des espèces En 2016, la surface des herbiers aquatiques explique la présence de plusieurs espèces d’amphibiens : Triton marbré, Triton palmé, grenouille verte indéterminée. Le recouvrement de ces herbiers aquatiques semble également jouer un rôle pour la présence de Crapaud commun, de Rainette méridionale et de Grenouille agile (voir Tableau ci-dessous et Figures suivantes). Ces conclusions, contrairement à celles de l’année dernière, suivent les données bibliographiques, qui expliquent en effet que les herbiers sont déterminants pour la colonisation des mares par les espèces. Par contre, la surface des mares n’explique plus la présence des espèces, comme indiqué plus haut.
  24. 24. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 23 Tableau 7: Résultats des régressions logistiques de modélisation de la présence des amphibiens en 2016 (valeur de p) Surface mare Surface herbiers aquatiques Recouvrement herbiers aquatiques Triton marbré 0.56 <0.01** 0.06 Triton crêté 0.65 0.24 0.45 Triton palmé 0.14 <0.05 * 0.07 Salamandre tachetée 0.83 0.68 0.79 Alyte accoucheur 0.05 0.17 0.86 Crapaud commun 0.41 0.07 <0.05 * Rainette verte 0.68 0.22 <0.01** Rainette méridionale 0.97 0.17 <0.05 * Pélodyte ponctué 0.63 0.32 0.34 Grenouille verte ind. 0.05 <0.001*** <0.001*** Grenouille agile 0.99 0.05 <0.01** * : p<0,05 (significatif) / ** : p<0,01 (très significatif) / *** : p<0,001 (hautement significatif) Les Grenouilles vertes sont généralement présentes dans des mares avec présence d’herbiers aquatiques étendus (cf. Figure 12) : d’une surface moyenne de 91 m² (contre 23 m² en moyenne pour les mares sans Grenouilles vertes) pour un recouvrement moyen de l’ordre de 40% (contre 14% en moyenne pour les mares sans Grenouille verte). Figure 12: Surfaces et recouvrement des herbiers aquatiques pour les mares avec et sans Grenouille verte De même pour le Triton marbré : ce dernier est généralement présent dans des mares avec présence d’herbiers aquatiques étendus (cf. Figure 13) : d’une surface moyenne de 82 m² (contre 48 m² en moyenne pour les mares sans Grenouilles vertes) pour un recouvrement moyen de l’ordre de 38% (contre 23% en moyenne pour les mares sans Triton marbré).
  25. 25. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 24 Poitou-Charentes Nature Figure 13: Surfaces et recouvrement des herbiers aquatiques pour les mares avec et sans Triton marbré
  26. 26. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 25 4.2.Odonates 4.2.1. Analyse qualitative 39 espèces ont été identifiées au cours des inventaires 2016 (31 espèces en 2015, et 29 en 2014). Le Tableau 8 liste ces espèces ainsi que leur statut de protection. Les deux taxons identifiés en 2014 et non observés en 2015 ont été recontactés cette année : − Aeshna mixta ; − Sympetrum fonscolombii. 7 nouvelles espèces sont venues compléter les listes précédentes en 2016 : − Calopteryx splendens ; − Erythromma lindenii ; − Platycnemis pennipes ; − Anax parthenope ; − Aeshna isoceles ; − Brachytron pratense ; − Libellula fulva. Seul Coenagrion pulchellum, observé depuis 2014, n’a pas été contacté cette année. Parmi les espèces identifiées, aucune n’est protégée. A noter toutefois la présence de plusieurs espèces patrimoniales (liste rouge régionale, LRR): − Aeshna mixta (vulnérable) ; − Somatochlora metallica (vulnérable) ; − Ischnura pumilio (quasi menacé) ; − Lestes virens (vulnérable) ; − Anax parthenope (vulnérable) − Brachytron pratense (quasi menacé).
  27. 27. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 26 Poitou-Charentes Nature Tableau 8: Liste des taxons identifiés au cours des inventaires menés entre 2014 et 2016 Nom français Nom scientifique 2014 2015 2016 Protection nationale Directive Habitat Liste Rouge Nationale 2009 Liste Rouge Régionale Zygoptères Lestidae Leste brun Sympecma fusca X X X LC Leste sauvage Lestes barbarus X X X NT Leste des bois Lestes dryas X X NT EN Leste fiancé Lestes sponsa X X LC EN Leste verdoyant Lestes virens X X X NT VU Leste vert Chalcolestes viridis X X X LC Calopterygidae Calopteryx éclatant Calopteryx splendens X LC Coenagrionidaex Naïade aux corps vert Erythromma viridulum X X X LC Naïade aux yeux bleus Erythromma lindenii X Petite nymphe au corps de feu Pyrrhosoma nymphula X X X LC Agrion à larges pattes Platycnemis pennipes X LC Agrion délicat Ceriagrion tenellum X X X LC Agrion élégant Ischnura elegans X X X LC Agrion nain Ischnura pumilio X X X NT NT Agrion porte-coupe Enallagma cyathigerum X X X LC Agrion joli Coenagrion pulchellum X X NT EN Agrion jouvencelle Coenagrion puella X X X LC Agrion mignon Coenagrion scitulum X X X NT NT Anisoptères Aeshnidae Anax empereur Anax imperator X X X LC Anax napolitain Anax parthenope X LC VU Aeschne bleue Aeshna cyanea X X X LC Aeschne affine Aeshna affinis X X X LC Aeschne isocèle Aeshna isoceles X VU EN Aeschne printanière Brachytron pratense X LC NT Aeschne mixte Aeshna mixta X X LC VU Gomphidae Gomphe joli Gomphus pulchellus X X LC Cordulidae Cordulie bronzée Cordulia aenea X X LC NT Cordulie métallique Somatochlora metallica X X X NT VU Libellulidae Crocothemis écarlate Crocothemis erythraea X X X LC Libellule quadrimaculée Libellula quadrimaculata X X X LC Libellule déprimée Libellula depressa X X X LC Libellule fauve Libellula fulva X LC Orthétrum bleuissant Orthetrum coerulescens X X X LC Orthétrum brun Orthetrum brunneum X X X LC Orthétrum réticulé Orthetrum cancellatum X X X LC Orthétrum à stylets blancs Orthetrum albistylum X X X LC Sympétrum méridional Sympetrum meridionale X X X LC Sympétrum de Sympetrum fonscolombii X X LC VU
  28. 28. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 27 Nom français Nom scientifique 2014 2015 2016 Protection nationale Directive Habitat Liste Rouge Nationale 2009 Liste Rouge Régionale Fonscolombe Sympétrum fascié Sympetrum striolatum X X X LC Sympétrum sanguin Sympetrum sanguineum X X X LC Protection nationale : N Liste Rouge Régionale : CR danger critique d'extinction, EN en danger, VU Vulnérable, NT quasi menacée L'augmentation progressive de la richesse spécifique en odonates, liée à la colonisation des mares créées, témoigne du gain en fonctionnalité de celles-ci. Les espèces contactées caractérisent un cortège quasi complet des odonates des milieux lentiques. Les mares créées possèdent dorénavant un enjeu majeur de conservation des cortèges odonatologiques. 4.2.2. Analyse quantitative → Richesse spécifique En 2016, la richesse spécifique moyenne observée en libellules est de 6,2, soit en progression depuis 2015 (4,7) ; le nombre moyen d’espèces se reproduisant par mare est quant à lui relativement stable (1,7 cette année contre 2 en 2015) (cf. Figure 17: Richesse spécifique et nombre d’espèces d’odonates se reproduisant par mare en 2016). Cette année encore, de nombreuses mares n’ont pas vu s’installer d’odonates (18% environ). Hormi cette dernière catégorie, les mares les plus représentées sont celles avec une richesse spécifique de 3, 7, 8 et 11 (Figure 14), représentant 38% des mares suivies. La distribution des mares par richesse spécifique (en %, Figure 15) en 2016 diffère assez de celle en 2015. On relève globalement une proportion plus importante de mares avec une richesse spécifique supérieure ou égale à 11 : 19% au lieu de 10% l’année dernière). Comme pour les amphibiens, la valeur médiane de la richesse spécifique évolue et passe de 4 à 6, ce qui semble montrer une évolution positive de la richesse spécifique entre 2015 et 2016. Il est cependant difficile de faire ressortir une tendance selon les lots de mares suivies : si ce sont des mares plus anciennes qui accueillent les richesses spécifiques les plus élevées (cf. Figure 16), elles sont également les plus représentées proportionnellement dans les richesses spécifiques les plus faibles.
  29. 29. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 28 Poitou-Charentes Nature Figure 14: Nombre de mares par richesse spécifique observée en odonates en 2016 Figure 15: Pourcentage de mares par richesse spécifique observée en odonates en 2015 et 2016
  30. 30. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 29 Figure 16: Pourcentage cumulé de mares par richesse spécifique observée en odonates depuis 2014 Le test de comparaison (réalisé ici encore sur les mares comparables) montre que la différence de la richesse spécifique moyenne par année est significative pour les odonates (contrairement aux amphibiens), avec notamment une différence plus marquée entre 2015 et 2016. Tableau 9: Résultats des tests de comparaisons interannuelles de la richesse spécifique en odonates (valeur de p) Richesse spécifique Odonates 2014-2015-2016 0.03 * 2014-2015 0.22 2015-2016 < 0.01 ** 2014-2016 0.12 * : p<0,05 (significatif) / ** : p<0,01 (très significatif) / *** : p<0,001 (hautement significatif) Les richesses spécifiques par mare suivie en 2016 sont présentées en Figure 17. La mare M2 de Coulombiers accueille cette année le nombre le plus important d’espèces (suivie depuis 2015 avec ‘seulement’ 9 espèces ; 22 espèces). Les mares M1 à Poullignac (suivie depuis 2015 ; 18 taxons), et M1 à Pliboux (suivie depuis 2014 ; 17 taxons) et Déviat (suivie depuis 2015 ; 17 taxons) sont ensuite les plus riches en termes d’espèces contactées. Peu de mares présentent une richesse spécifique entre 12 et 16 espèces, une à 2 mares étant dénombrées dans chaque catégorie. Le nombre de mares à moins de 11 taxons est ensuite plus important. Parmi les 17 mares présentant une richesse spécifique nulle, 12 sont des mares qui ne tiennent pas l’eau : les 6 identifiées comme problématiques depuis les relevés de 2014, 4 depuis 2015 (M2 à Passirac, M3 à Pliboux, M3
  31. 31. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 30 Poitou-Charentes Nature à Coulombiers et M1 à Vouneuil-sous-Biard), et 2 mares suivies depuis cette année (M2 à Montguyon et M8 à Pliboux). Seules 5 mares a priori fonctionnelles (M4 à Pliboux suivie depuis 2014, M1, M2 et M6 à Rom et M2 à Celle-l’Evescault, suivies depuis 2015) n’ont pas accueilli d’odonates. Il est intéressant de noter que ce ne sont pas dans tous les cas les mêmes mares qui n’ont pas accueilli ni d’amphibien ni d’odonate. A noter que 3 mares identifiées comme problématiques dans le tableau 3 ne présentent pas de résultat nul car au moins le premiers passage aura permis de contacter des libellules. La Figure 7 16 présente l’évolution des richesses spécifiques observées pour les mares suivies entre 2014 et en 2016 (43 mares). Pour 8 d’entre elles, la richesse spécifique relevée est stable (19%). 16 mares montrent une augmentation du nombre d’espèces soit 37% des mares. Enfin, le nombre d’espèces observées baisse pour 19 mares soit 44%. Le nombre d’espèces reproductrices n’a augmenté pour aucune mare cette année. Il est stable pour 58% des mares et diminue pour 42% des mares (voir Figure 18). Pour comprendre ces résultats, une lecture secteur par secteur doit être réalisée. Néanmoins, le facteur métérologique a pu influencer globalement les dynamiques d’espèces. En effet, 2016 était une année particulièrement sèche au cours de la période d’activité des libellules et plusieurs mares se sont asséchées précocément. La Figure 19 quant à elle présente cette même évolution pour les mares suivies uniquement depuis 2015 (28 mares). Pour 2 d’entre elles, la richesse spécifique relevée est stable. 18 mares montrent une augmentation du nombre d’espèces soit 64% des mares. Enfin, le nombre d’espèces observées baisse pour 8 mares soit 29%. Pour ces nouvelles mares, les évolutions constatées sont variables et peuvent aller jusqu’à 11 taxons supplémentaires en 2016 (M1 à Déviat et M2 à Coulombiers). Une mare a connu une forte dominution de sa richesse spécifique depuis 2015 : la mare M2 à Colombiers a en effet ‘perdu’ 9 espèces cette année. Le nombre d’espèces reproductrices sur ce lot de mares suivies depuis 2015 est stable pour 32% des mares, en augmentation pour 39% et en diminution pour 29%.
  32. 32. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 31 Figure 17: Richesse spécifique et nombre d’espèces d’odonates se reproduisant par mare en 2016
  33. 33. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 32 Poitou-Charentes Nature Figure 18: Evolution de la richesse spécifique en odonates par mare entre 2014 et 2016 Figure 19: Evolution de la richesse spécifique en odonates pour les mares suivies entre 2015 et 2016
  34. 34. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 33 Figure 20: Evolution du taux d’espèces reproductrices d’odonates par mare entre 2014 et 2016 Figure 21: Evolution du taux d’espèces reproductrices d’odonates par mare entre 2015 et 2016
  35. 35. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 34 Poitou-Charentes Nature → Fréquence relative Figure 22: Fréquence relative observée par taxon en 2016 – Odonates La figure ci-dessus montre que l’espèce la plus couramment rencontrée est une espèce pionnière : Libellula depressa (la Libellule déprimée). Arrivent ensuite Ischnura elegans (l’Agrion élégant), puis Coenagrion puella (l’Agrion jouvencelle).
  36. 36. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 35 → Etude des variables influençant la richesse spécifique La modélisation de la richesse spécifique observée en odonates met en evidence cette année 2016 un effet positif de la surface et du recouvrement des herbiers aquatiques (p<0,001 pour ces deux paramètres), comme présenté dans le tableau et sur les figures ci-après. Ces résultats viennent confirmer ceux des années précédentes, et notamment 2015 où les mêmes résultats étaient apparus. Toutefois, on peut noter cette année une légère tendance significative positive également entre la richesse spécifique observée en odonates et la surface des mares. Comme expliqué précédemment pour les amphibiens, la taille des mares ne doit pas influencer la richesse spécifique en odonates ; l’effet présent cette année doit être lié à des phénomènes de colonisation et à des contextes locaux peut-être particuliers. Tableau 10: Résultats des régressions multiples de modélisation des richesses spécifiques en odonates en 2016 (valeur de p) Odonates 2014 2015 2016 Surface mare 0.79 0.34 <0.05 * Surface herbiers aquatiques 0.07 <0.001*** <0.001*** Recouvrement herbiers aquatiques <0.05 * <0.001*** <0.001*** * : p<0,05 (significatif) / ** : p<0,01 (très significatif) / *** : p<0,001 (hautement significatif) Figure 23: Richesse taxinomique en odonates en fonction de la surface des herbiers aquatiques
  37. 37. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 36 Poitou-Charentes Nature Figure 24: Richesse taxinomique en odonates en fonction du recouvrement des herbiers aquatiques Il apparait donc que la colonisation des mares par les odonates a été déterminée par la colonisation et le développement des herbiers aquatiques. Ainsi les mares les plus pauvres en herbiers aquatiques sont également les plus pauvres en odonates. Lorsque le recouvrement des herbiers est inférieur à 25% de la mare, la richesse spécifique moyenne n’est que de 3,8 – pour une moyenne globale de 6,2. Elle est même de 3,5 pour un recouvrement inférieur ou égal à 10%. Puis, cette valeur augmente : 9,5 pour un recouvrement compris entre 25% et 50%, 9,2 entre 50% et 75%. Au-delà de 75% de recouvrement par les herbiers, la richesse spécifique moyenne ‘baisse’ à 8,8. Les mares dont la surface des herbiers aquatiques est inférieure à 10 m² possèdent une richesse taxinomique moyenne observée en odonates de 2,7, cette dernière étant même de 2,5 pour les mares dont les herbiers aquatiques n’excèdent pas 5 m². Au contraire, la richesse spécifique moyenne est de 8,4 pour les mares dont les herbiers représentent une surface supérieure à 10 m².
  38. 38. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 37 4.3. Flore et Herbiers En 2016, 63% des mares suivies présentent un développement d’herbiers aquatiques (59 mares sur les 93 suivies). Trois mares présentent cette année un développement d’herbiers proche ou égal à 100% de la surface de la mare : M3 à Marigny-Brizay, M2 à Saint-Gervais et M6 à Chaunay. Pour les 43 mares suivies depuis 2014, le nombre de mares avec développement d’herbier constaté est stable depuis l’année dernière. En effet, il y a toujours 30 mares avec développement d’herbier (soit 70% des mares, contre 30% en 2014). Enfin, pour les 28 mares suivies depuis ces deux dernières années, on note une nette progression : on passe de 8 à 18 mares colonisées par des herbiers, soit de 29% à 64% des mares. L’étude statistique montre que le développement des herbiers aquatiques laisse apparaître une différence significative entre chaque année de suivi, avec des valeurs plus importantes au fil des années. Tableau 11: Résultats tests de comparaisons interannuelles des surfaces des herbiers aquatiques et des recouvrements des herbiers aquatiques (valeur de p) Surface herbiers aquatiques Recouvrement herbiers aquatiques 2014-2015-2016 < 0.001 *** < 0.001 *** 2014-2015 0.01 * < 0.001 *** 2015-2016 < 0.001 *** < 0.01 ** 2014-2016 < 0.001 *** < 0.001 *** * : p<0,05 (significatif) / ** : p<0,01 (très significatif) / *** : p<0,001 (hautement significatif) Figure 25: Evolution de la surface moyenne des herbiers aquatiques depuis 2014
  39. 39. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 38 Poitou-Charentes Nature Figure 26: Evolution du recouvrement moyen des herbiers aquatiques depuis 2014 A noter que la mare M1 de Fontaine-le-Comte présentait un développement de Potamogeton trichoides, une plante aquatique patrimoniale (déterminante pour la désignation des ZNIEFF en région Poitou-Charentes et inscrite à la Liste Rouge Régionale). Cet herbier est passé de 1% à 7% de recouvrement entre 2014 et 2015. L’herbier n’a pas été réobservé en 2016, ce qui peut être dû à la très grande discrétion de l’espèce, c’est pourquoi son maintien sur le site ne sera pas complètement écarté. Une attention toute particulière sera apportée à cette mare en 2017 pour apporter une confirmation. Relevons la présence en 2016 d’une espèce protégée au niveau national : Pilularia globulifera au niveau de la mare M6 à Fontaine-le-Comte. C’est une espèce caractéristique des zones humides sur sols pauvres, de faible profondeur et plus ou moins asséchées en été. Elle ne tolère pas l’ombrage ni une concurrence importante. Elle a enifn besoin pour se développer d’une période prolongée inondée en hiver et début de printemps, suivie d’une exondation en fin de printemps. Enfin, deux autres espèces, déterminantes dans le département de la Vienne, ont été relevées en 2016 : Lactuca perennis sur la mare M2 à Colombiers et Parentucellia viscosa sur la mare M5 à Marigny-Brizay.
  40. 40. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 39 5. Présentation et analyse des résultats secteur par secteur (du Nord au Sud du tracé) 5.1.Le Vigneau à Saint-Gervais-les-Trois-Clochers Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M1 M2 M3 2014 2 % 21 % 19 % 2015 10 % 88 % 97 % 2016 29 % 108% 56 % Evolution % Ombre M1 M2 M3 2014 0 % 0 % 0 % 2015 0 % 0 % 10 % 2016 0 % 0 % 10 % Evolution S Amph M1 M2 M3 2014 4 4 3 2015 3 3 3 2016 2 3 5 Evolution S Odo M1 M2 M3 2014 2 (2) 5 (2) 6 (3) 2015 2 (1) 11 (7) 11 (6) 2016 4 (0) 8 (3) 8 (4) Evolution
  41. 41. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 40 Poitou-Charentes Nature Commentaires Créées en 2013, les trois mares de Saint-Gervais-les-Trois-Clochers sont situées en milieu boisé. Relativement homogènes sur le plan batrachologique, elles se caractérisent par un cortège d’espèces forestières avec la Salamandre tachetée, le Triton palmé et la Grenouille agile se reproduisant chaque année dans les mares depuis 2014. Les inventaires de 2016 ont permis d’y oberver 2 nouvelles espèces : le Crapaud commun et la Rainette verte. Le développement des herbiers aquatiques sur les mares M2 et M3 est favorable à ces espèces. A contrario, ces herbiers limitent la visibilité lors des prospections nocturnes, certaines espèces comme les gros tritons pouvant alors passer inaperçues. Le cortège odonatologique de ces mares correspond toujours à celui de jeunes mares forestières, comme en témoigne la présence d’espèces pionnières comme l’Agrion élégant, l’Aeschne bleue, l’Anax empereur, la Libellule déprimée et le Sympétrum strié. Le développement des herbiers dans les mares M2 et M3 a permis l’enrichissement spécifique du cortège avec 14 espèces observées depuis 2014 mais cependant avec une légère régression de la richesse spécifique en 2016 liée probablement à la disparition des espèces pionnières comme l’Agrion nain. La mare M1 reste toutefois bien moins riche, souffrant toujours de son manque de luminosité. Les herbiers aquatiques ne se développent pas et les diversités batrachologique et odonatologique en pâtissent. La coupe sylvicole de 2015 destinée à remettre en lumière la mare a eu peu d’efficacité. Menaces Concernant l’aspect fonctionnel des mares, seule la mare M1 reste peu accueillante du fait : - D’un manque de luminosité accroissant les risques de comblement (apport de matière organique) et limitant le développement d’herbiers aquatiques ; - D’un quasi assèchement au cours de l’été 2016. Préconisations particulières - Conserver la fonctionnalité de ce réseau de mares ; - Veiller à garder des mares ouvertes.
  42. 42. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 41 5.2.La Grotte à Colombiers Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M3 M4 2015 3 % 2016 27 % 9 % Evolution S Amph M3 M4 2015 3 2016 5 3 Evolution % Ombre M3 M4 2015 0 % 2016 0 % 0 % Evolution S Odo M3 M4 2015 10 (2) 2016 9 (7) 8 (1) Evolution Commentaires Les mares M3 (créée en 2014) et M4 (créée en 2015) sont localisées au sein d’une prairie située en fond de vallée humide d’un affluent du ruisseau de l’Envigne. Sur le plan batrachologique, il s’agit de la mise en place du cortège typique des mares prairiales, marqué principalement par la présence de la Grenouille agile et du Triton palmé. Les effectifs sont encore faibles dans
  43. 43. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 42 Poitou-Charentes Nature les 2 mares mais devraient augmenter naturellement dans les prochaines années. Le Crapaud calamite présent dans les prairies à proximité ne se reproduit pas sur ces mares. Le cortège odonatologique de ces deux mares comprend naturellement des espèces pionnières comme la Libellule déprimée et le Sympétrum strié. Les herbiers aquatiques sont encore très peu développés au sein des mares, expliquant probablement la faible richesse spécifique. Cependant, la reproduction a été prouvée pour 7 espèces en 2016 dans la mare M3 contre seulement 2 en 2015, ce qui montre l’évolution positive de la colonisation. Le ruisseau situé à quelques mètres des mares apporte son propre lot d’espèces dont les Orthétrums, qui sont issus de cortèges plus avancés et stables, sans lien direct avec la mare. Menaces - Présence de l’Ecrevisse de Louisiane dans des bassins à proximité et pouvant coloniser les 2 mares. Préconisations particulières - Adapter les périodes et méthode de fauche afin de réduire l’impact sur la flore des berges et, par conséquent, sur la faune.
  44. 44. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 43 5.3.La Gênetière à Colombiers Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M1 M2 2014 14 % 2015 18 % 118 % 2016 61 % 71 % Evolution % Ombre M1 M2 2014 0 % 2015 0 % 0 % 2016 0 % 0 % Evolution S Amph M1 M2 2014 3 2015 4 4 2016 4 6 Evolution S Odo M1 M2 2014 14 (6) 2015 15 (7) 22 (7) 2016 15 (4) 13 (8) Evolution Commentaires Créée en 2013, la mare M1 se situe au cœur d’une petite roselière à Phragmite à proximité directe d’une zone
  45. 45. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 44 Poitou-Charentes Nature boisée. Au cours de l’été 2014, elle a bénéficié de travaux d’ouverture afin de limiter l’expansion de la roselière. Créée en 2014, la mare M2 est plus récente, intégrée dans un réseau de vasques plus ou moins profondes qui accentuent grandement son attrait. Sur le plan du cortège batrachologique, ces deux mares sont assez homogènes, marquées par la présence d’espèces pionnières dont le Triton palmé, la Grenouille agile et les Grenouilles vertes. La diversité spécifique du site reste identique avec 6 espèces. La mare M2 et les dépressions humides voisines présentent des faciès intéressants pour le Crapaud calamite retrouvé en quantité (20 adultes, 48 pontes et près de 500 têtards en 2016) où il y trouve son optimum en terme d’habitat : végétation rase alternant avec des zones nues, sol meuble et bon ensoleillement. Un suivi du cortège batrachologique du site, qui engloberait également l’inventaire des espèces présentes dans les dépressions humides, permettrait une meilleure évaluation de l’efficacité des mesures compensatoires Amphibiens déployées. Le cortège odonatologique de M1 semble évoluer progressivement vers un cortège de milieux plus stable avec la disparition d’espèces pionnières comme l’Agrion nain et l’apparition de nouvelles dont le Leste brun, l’Aeschne bleue et un renforcement des populations d’Agrion jouvencelle et d’Agrion élégant. Le cortège de M2 est plus complexe à définir puisque la mare est incorporée à un réseau de vasques présentant des faciès d’assèchement rapide et de pleine eau. On retrouve le cortège classique d’une mare de prairie représentée principalement par le Leste brun, l’Agrion élégant, l’Agrion jouvencelle, l’Agrion mignon, l’Aeschne bleue, la Libellule à quatre tâches ainsi que des espèces pionnières dont l’Agrion nain, l’Agrion porte-coupe, l’Anax empereur, la Libellule déprimée, la Libellule écarlate et le Sympétrum strié. Sur les vasques s’asséchant en été, le relais est assuré par des espèces adaptées au milieux temporaires comme le Leste fiancé, le Leste verdoyant, la Naïade au corps vert (LRR), l’Agrion nain ou encore le Sympétrum sanguin. Au total, sur le site, 25 espèces d’Odonates ont été observées dont 3 sont inscrites sur la liste rouge du Poitou-Charentes des espèces menacées : le Leste fiancé (EN), le Leste verdoyant (VU) et l’Anax napolitain (VU). Menaces L’intégration de M1 et M2 au sein d’un réseau fonctionnel de mares temporaires bénéficie aux odonates ainsi qu’aux amphibiens. Les principales menaces identifiées sont : - Comblement naturel des mares, - Fermeture de la mare M2 par les Phragmites, - Présence du ragondin pouvant limiter le développement des ceintures de végétation, - Colonisation potentielle de l’Ecrevisse de Louisiane observée à proximité. Préconisations particulières - Maintien du réseau de mares existantes (ne pas chercher à combler ou sur-creuser les mares) ; - Maintien d’une végétation rase avec ses zones d’affleurement (pas de végétalisation artificielle). - Engager un suivi batrachologique global du site Acquisition
  46. 46. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 45 5.4.Le Clos Achard à Marigny-Brizay Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M1 M2 M3 M4 M5 2014 43 % 4 % 1 % 2015 69 % 32 % 96 % 0 % 0 % 2016 76% 65% 94% 10% 19% Evolution % Ombre M1 M2 M3 M4 M5 2014 0 % 0 % 0 % 2015 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 2016 20 % 0 % 0 % 0 % 0 % Evolution
  47. 47. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 46 Poitou-Charentes Nature S Amph M1 M2 M3 M4 M5 2014 2 3 3 2015 2 3 4 1 1 2016 3 4 3 0 2 Evolution S Odo M1 M2 M3 M4 M5 2014 5 (1) 9 (2) 9 (5) 2015 9 (5) 9 (5) 8 (4) 3 (1) 5 (1) 2016 8 (0) 9 (1) 7 (2) 7 (0) 7 (2) Evolution Commentaires Créées en 2013, les mares M1, M2 et M3 de Marigny-Brizay sont localisées en contexte alluvial. Deux d’entre elles (M1 et M3) ont d’ailleurs été créées au sein de zones humides présentes dans le lit majeur du ruisseau de la Lière. Ces mares sont bordées par un massif boisé. Les mares M4 et M5 sont plus récentes (2015), localisées dans des zones prairiales bordées par des boisements. La création de ces mares M4 et M5 est encore trop récente pour que des populations stables d’amphibiens soient observées. En 2015, le Crapaud calamite s’était reproduit dans la mare M4, ce qui n’a pas été le cas en 2016. Aucune autre espèce n’y a été observée. Concernant les mares plus anciennes, que sont M1, M2 et M3 de 2013, le cortège batrachologique reste identique aux années précédentes avec le Triton palmé, la Grenouille agile et le complexe des Grenouilles vertes. La Grenouille agile reste toujours bien présente dans ces 3 mares avec près de 80 pontes observées. Le cortège observé est encore faible et peut s’enrichir en termes d’espèces à l’avenir. Concernant les odonates inféodés aux mares M1, M2 et M3, nous retrouvons un cortège mixte intégrant à la fois des espèces pionnières avec la Libellule déprimée et l’Agrion jouvencelle et des espèces de boisements comme le Leste brun ou le Leste vert. Le cortège se stabilise avec l’apparition cette année de l’Aeschne mixte. Sur les mares M4 et M5, la diversité odonatologique est encore faible avec essentiellement des espèces pionnières comme la Libellule déprimée, ainsi que des espèces à grande capacité de déplacement comme l’Aeschne bleue. Hormis la végétation humide des berges, les patchs de Carex et de Joncs, les herbiers aquatiques (hydrophytes) des mares M4 et M5 sont encore très peu développés, ce qui explique la faible diversité faunistique observée dans ces mares. Menaces - Comblement et assèchement des mares M1 et M3. Préconisations particulières - Envisager une réouverture des mares M1 et M3.
  48. 48. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 47 5.5.Queue de Renard à Vouneuil-Sous-Biard Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M1 M2 M3 M4 2015 0 % 0 % 0 % 0 % 2016 0 % 0 % 0 % 0 % Evolution % Ombre M1 M2 M3 M4 2015 0 % 0 % 0 % 0 % 2016 0 % 0 % 5 % 0 % Evolution S Amph M1 M2 M3 M4 2015 0 2 2 3 2016 1 3 3 3 Evolution
  49. 49. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 48 Poitou-Charentes Nature S Odo M1 M2 M3 M4 2015 0 (0) 2 (0) 1 (1) 4 (2) 2016 0 (0) 3 (0) 2 (0) 6 (1) Evolution Commentaires Les mares de Vouneuil-sous-Biard ont toutes été créées en 2014. M1, M2 et M3 sont situées en lisière forestière avec une orientation nord-ouest. Beaucoup mieux exposée, M4 est située dans une friche herbacée, ceinturée au sud par la LGV et au nord par une route communale. La mare M1 n’est pas fonctionnelle actuellement (assèchement) et devra faire l’objet de travaux complémentaires pour qu’elle soit attractive pour les espèces visées par la mesure compensatoire. Sur le plan batrachologique ces mares sont homogènes. Elles sont marquées par la présence d’espèces pionnières comme le Triton palmé et la Grenouille agile. Ubiquiste et capable de longs déplacements terrestres, la Grenouille agile utilise ces mares comme site de reproduction (pontes). Les effectifs sont encore pauvres mais devraient s’enrichir naturellement au cours des prochaines années comme on a pu le constater pour le Triton palmé. A noter également, les premières observations de grand triton dans ces mares (Triton marbré et T. crêté). Le cortège odonatologique est encore très faible voire même nul (M1 et M2). Seules quelques espèces pionnières ont déjà fait leur apparition, comme l’Agrion nain ou la Libellule déprimée, ainsi que l’Aeschne bleue, une libellule connue pour son grand pouvoir de colonisation, dans la mare M4, qui demeure la plus favorable à l’établissement d’une population de libellules. Menaces - Assèchement des mares M1, M2 et M3 trop précoce. Préconisations particulières - S’assurer du maintien en eau des mares M1, M2 et M3.
  50. 50. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 49 5.6.La Petite Foy à Fontaine-le-Comte Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M7 M8 M9 M10 2015 0 % 0 % 0 % 0 % 2016 0 % 87 % 79 % 0 % Evolution % Ombre M7 M8 M9 M10 2015 0 % 0 % 0 % 0 % 2016 0 % 0 % 0 % 0 % Evolution S Amph M7 M8 M9 M10 2015 3 4 3 2 2016 6 3 3 2 Evolution
  51. 51. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 50 Poitou-Charentes Nature S Odo M7 M8 M9 M10 2015 6 (2) 5 (3) 2 (0) 6 (1) 2016 11 (4) 11 (5) 10 (2) 3 (0) Evolution Commentaires Créées en 2014, les mares de la Petite Foy de Fontaine le Comte sont situées dans un contexte que l’on pourrait qualifier de bocager, avec son réseau de haies (complété par des plantations) et de mares déjà existant. Le cortège batrachologique est donc proche de celui du bocage, avec la présence de la Salamandre tachetée (nombreuses larves), des tritons palmé et marbré, de la Rainette verte et de la Grenouille agile. Les dimensions, la situation et l’âge de la mare M8 pourraient la rendre plus favorable que les autres. Si la végétation commence à bien se développer dans la plupart des mares, la mare M10 en est quasiment dépourvue expliquant sa faible diversité batrachologique. Le cortège odonatologique de ces mares correspond au premier stade de la colonisation d’un milieu par les libellules. On y retrouve des espèces pionnières dont l’Agrion élégant, l’Agrion jouvencelle, l’Agrion nain, la Libellule déprimée ainsi que l’Anax empereur, mais dans des proportions légèrement différentes. La mare M9 souffre d’un assèchement précoce en début d’été ce qui limite la venue et la reproduction des libellules et la mare M10 est dépourvue de végétation impliquant un faible attrait pour l’odonatofaune. A noter la présence de plusieurs espèces de lestes dont le Leste verdoyant (VU) et le Leste des Bois (EN), tous deux inscrits sur la liste rouge des odonates menacés du Poitiou-Charentes. Menaces - Assèchement précoce de la mare M9. Préconisations particulières - Surveiller la tenue en eau de la mare M9 lors du prochain suivi.
  52. 52. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 51 5.7.Les Barberies à Fontaine-le-Comte Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M2 M3 M4 M5 M6 2014 0 % 0 % 2015 20 % 20 % 0 % 0 % 0 % 2016 48% 34% 25% 3% 27% Evolution % Ombre M2 M3 M4 M5 M6 2014 0 % 0 % 2015 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 2016 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % Evolution
  53. 53. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 52 Poitou-Charentes Nature S Amph M2 M3 M4 M5 M6 2014 3 5 2015 3 5 2 3 3 2016 1 4 3 3 3 Evolution S Odo M2 M3 M4 M5 M6 2014 12 (5) 11 (5) 2015 8 (3) 9 (5) 3 (0) 5 (0) 6 (1) 2016 14 (4) 9 (4) 7 (2) 8 (0) 11 (4) Evolution Commentaires Créées en 2012, les mares M2 et M3 des Barberies de Fontaine-le-Comte sont situées en milieu ouvert à l’instar des mares M4, M5 et M6 créées en 2014. Ce réseau de mares ainsi que d’anciens bassins forment un réseau de milieux aquatiques qui parait très attractif pour les amphibiens et on s’attendrait à y retrouver le cortège batrachologique des mares bocagères. Si on observe le Triton palmé, la Rainette verte, la Grenouille agile, accompagnés de Grenouilles vertes, les effectifs sont très faibles et n’ont quasiment pas évolué depuis le début des suivis. Après 3 ans de suivis sur certaines mares, on constate que les populations d’Amphibiens sont très faibles en comparaison avec d’autres secteurs également suivis. Cette zone a été fortement perturbée pendant la phase chantier de la LGV, ce qui explique probablement ces résultats. Ces derniers sont corroborés par ceux du suivi de la ‘transparence des ouvrages pour les amphibiens’ mené sur ce secteur et dans lequel aucun amphibien n’a été noté lors de 45 jours de suivi consécutif en 2016. Le secteur semble ne pas avoir encore été recolonisé par de nombreux Amphibiens. Le cortège odonatologique des mares M4, M5 et M6 correspond à un stade pionnier avec l’arrivée d’espèces typiques comme l’Agrion élégant, la Libellule déprimée, le Sympetrum strié ainsi que l’Anax empereur. Les cortèges de M2 et M3 se stabilisent. Les espèces pionnières sont toujours présentes ; celles précédemment citées mais également l’Agrion nain et la Libellule écarlate. A noter également les observations de l’Anax napolitain (VU) et de l’Aeschne isocèle (EN), tous deux inscrits sur la liste rouge des Odonates menacés en Poitou-Charentes. Menaces - Assèchement précoce (M5, M6), - Présence du ragondin, - Présence de la Perche Soleil (M2). Préconisations particulières
  54. 54. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 53 - Maintenir l’ouverture des mares, - Limiter la population de ragondin et Perche soleil.
  55. 55. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 54 Poitou-Charentes Nature 5.8.La Tillole à Coulombiers / Fontaine-le-Comte Synthèse des indicateurs de suivi % Rec Fontaine Coulombiers M1 M1 M2 M3 2014 1 % 2015 7 % 0 % 0 % 0 % 2016 16 % 0 % 41 % 0 % Evolution % Ombre Fontaine Coulombiers M1 M1 M2 M3 2014 20 % 2015 100 % 0 % 0 % 0 % 2016 0 % 80 % 0 % 0 % Evolution
  56. 56. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 55 S Amph Fontaine Coulombiers M1 M1 M2 M3 2014 1 2015 3 3 6 0 2016 3 1 8 2 Evolution S Odo Fontaine Coulombiers M1 M1 M2 M3 2014 8 (6) 2015 4 (3) 0 (0) 9 (2) 2 (1) 2016 5 (1) 3 (0) 15 (5) 0 Evolution Commentaires Créée en 2012 en bordure forestière, la mare M1 de Fontaine-le-Comte souffre toujours d’un manque de lumière. Cette mauvaise exposition ne permet pas aux libellules, espèces héliophiles, de s’implanter et de se maintenir sur cette mare. Les espèces pionnières tels l’Agrion nain, l’Agrion jouvencelle ou l’Orthétrum réticulé, ont totalement disparu. Sur le plan batrachologique, peu d’évolution : l’enrichissement apparent de la mare est principalement lié à sa maturité ainsi qu’à sa proximité avec des vasques gorgées d’eau. Le cortège d’amphibiens semble toutefois glisser progressivement vers celui d’une mare bocagère avec la présence du Triton palmé, de la Grenouille agile et de la Rainette verte. Cette mare présente l’originalité de posséder quelques pieds de Potamogeton trichoides, une plante aquatique patrimoniale (déterminante et Liste Rouge Régionale). Le développement de cet herbier devra être surveillé d’autant qu’il conditionnera la colonisation future par les amphibiens (support de pontes). Cette espèce n’a malheureusement pas été observée en 2016. Créées en 2014, les trois mares de Coulombiers sont plus récentes. Elles se situent dans un contexte bocager, associées au fond de vallée humide de la Rune, et en présence de prairies et de boisements. Si M2 a rapidement profité de sa proximité avec une zone humide existante et fonctionnelle, les mares M1 et M3 ne sont pas fonctionnelles, à cause d’un assèchement tôt en saison (2015 et 2016). Ces 2 mares se remplissent très rapidement après un coup d’eau, mais ne sont pas imperméables et se vident également très rapidement. Leur intérêt biologique est nul. En ce qui concerne M2, 7 espèces se reproduisent dans la mare, dont les Tritons marbré et crêté. Le cortège odonatologique de cette mare correspond aux espèces pionnières. Un suivi du cortège batrachologique du site, qui engloberait également l’inventaire des espèces présentes dans les dépressions humides, permettrait une meilleure évaluation de l’efficacité des mesures compensatoires Amphibiens déployées. Menaces La principale « menace » de la mare M1 de Fontaine-le-Comte concerne le manque de luminosité qui accroit
  57. 57. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 56 Poitou-Charentes Nature les risques de comblement (apport de matière organique) et limite le développement d’herbiers aquatiques, notamment de Potamogeton trichoides ; - Manque de luminosité de la mare M1 de Fontaine-le-Comte ; - Développement lent des herbiers aquatiques. Concernant les mares M1, M2 et M3 de Coulombiers : - Assec précoce des mares M1 et M3 ; - Pollution de M3 liée au lessivage des sols par les eaux de ruissellement arrivant de la plateforme ferroviaire. Préconisations particulières - Creusement des mares M1 et M3 de Coulombiers pour les rendre plus étanches ; - Déconnecter M3 du réseau des eaux pluviales de la plateforme ferroviaire ; - Ouverture des abords de la mare M1 de Fontaine-le-Comte. - Engager un suivi batrachologique global du site Acquisition
  58. 58. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 57 5.9.Forêt de Saint-Sauvant à Celle-L’Evescault Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M1 M2 2014 0 % 0 % 2015 0 % 0 % 2016 0 % 0 % Evolution % Ombre M1 M2 2014 0 % 70 % 2015 0 % 100 % 2016 0 % 80 % Evolution S Amph M1 M2 2014 2 2 2015 1 5 2016 3 4 Evolution S Odo M1 M2 2014 1 (0) 0 (0) 2015 0 (0) 0 (0) 2016 0 (0) 0 (0) Evolution Commentaires
  59. 59. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 58 Poitou-Charentes Nature Créées en 2013, les mares M1 et M2 sont des mares forestières sur sol sablo-argileux qui ne permettent pas la tenue en eau. Leur assèchement précoce a évidemment un impact sur la flore aquatique et la faune qu’elles accueillent. De ce fait, aucun odonate n’a été observé sur les mares lors des deux dernières années. Sur le plan batrachologique, seule M2 permet l’installation d’un cortège pérenne typique d’une mare forestière. Les espèces observées en 2015 ont de nouveau été observées cette année, à savoir la Salamandre tachetée, le Triton palmé, la Rainette verte ainsi que le Triton marbré. Menaces - Assèchement précoce, voire non-tenue en eau des mares, notamment M1 ; - Manque de luminosité de la mare M2 ; - Isolement potentiel des mares par rapport aux populations d’amphibiens à proximité. Préconisations particulières - S’assurer de la mise en étanchéité des 2 mares ; - Permettre une mise en lumière de la mare M2.
  60. 60. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 59 5.10. Forêt de Saint-Sauvant à Payré Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M1 M2 2014 34 % 0 % 2015 56 % 0 % 2016 74 % 0 % Evolution % Ombre M1 M2 2014 20 % 0 % 2015 10 % 0 % 2016 0 % 0 % Evolution S Amph M1 M2 2014 7 0 2015 8 0 2016 7 0 Evolution ‘S Odo M1 M2 2014 9 (8) 0 (0) 2015 6 (4) 0 (0) 2016 7 (2) 0 Evolution Commentaires
  61. 61. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 60 Poitou-Charentes Nature La mare M1 de Payré est une mare de création plus ancienne que M2. Il s’agit d’une mare restaurée située en lisière de la forêt de Saint-Sauvant. Les hélophytes et les hydrophytes couvrent une bonne partie de la mare et contribuent à sa richesse spécifique. Le cortège batrachologique est constant et est toujours caractérisé par des espèces de milieux évolués anthropiques avec le Crapaud commun, la Grenouille agile et l’Alyte accoucheur et seule la Rainette verte n’a pas été observée en 2016. Le cortège odonatologique se compose d’espèces ubiquistes, relativement banales, mais assez caractéristiques d’une mare peu profonde et riche en végétation, notamment sur ses parties exondées. Créée en 2013, la mare M2 ne tient pas l’eau et, par voie de conséquence, n’accueille ni amphibien ni odonate. Cela a également un impact direct sur la présence d’herbiers aquatiques et la flore associée aux berges. Menaces - Non tenue en eau de la mare M2 ; Préconisations particulières - Etanchéifier M2.
  62. 62. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 61 5.11. Forêt de Saint-Sauvant à Rom Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 M12 2014 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0,2 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 2015 0 % 0 % 3 % 0 % 2 % 9 % 0 % 35 % 2 % 3 % 4 % 2 % 2016 0% 0% 7% 0 % 0 % 11% 0 % 25% 36% 8% 19% 6% Evolution % Ombre M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 M12 2014 100 % 10 % 5 % 0 % 5 % 10 % 5 % 10 % 20 % 15 % 80 % 0 % 2015 90 % 10 % 5 % 0 % 5 % 15 % 5 % 5 % 20 % 5 % 80 % 0 % 2016 90 % 15 % 10 % 0 % 5 % 15 % 5 % 5 % 20 % 5 % 80 % 0 % Evolution
  63. 63. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 62 Poitou-Charentes Nature SAmph M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 M12 2014 1 1 1 3 0 1 0 4 1 2 6 4 2015 2 3 5 2 0 5 0 6 5 3 6 6 2016 1 3 4 2 0 5 0 5 5 3 4 5 Evolution SOdo M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 M12 2014 0 2 3 4 0 1 0 1 0 3 1 3 2015 0 1 5 3 0 2 0 3 2 2 1 6 2016 0 0 6 2 0 0 0 7 3 5 2 8 Evolution Commentaires La colonisation des mares par les amphibiens sur ce secteur semble avoir atteint un palier en 2016. Les richesses spécifiques sont sensiblement les mêmes qu’en 2015 voire légèrement inférieures (1 à 2 taxons en moins sur certaines mares). La richesse taxinomique moyenne observée passe de 2 en 2014 à 3,6 en 2015 puis 3,1 en 2016. Cette apparente baisse de la richesse spécifique en amphibiens méritera d’être suivie. Il peut également s’agir d’un biais annuel avec une reproduction moins importante sur le secteur en 2016. Si la Salamandre tachetée et le Triton palmé sont bien répartis sur le secteur, le Triton crêté n’a pas été recontacté en 2016. 2 mares demeurent à sec malgré travaux (M5 et M7) et sans enjeu pour les amphibiens. La colonisation semble se poursuivre pour les odonates avec une richesse spécifique observée passant de 1,5 en 2014 à 2,1 en 2015 puis 2,75 en 2016. Ces constats méritent d’être pris avec recul et dans la durée. Les mares les plus ouvertes, ensoleillées avec présence d’herbiers aquatiques sont les plus riches en odonates avec un maximum de 8 espèces pour la mare M12. Les effectifs observés pour ces 2 groupes (amphibiens et odonates) demeurent encore faibles. Le développement des herbiers aquatiques a probablement en partie favorisé ces colonisations. Toutefois ils restent restreints pour la majorité des mares même si les évolutions sont positives. Menaces - Assèchement précoce particulier en 2015, en 2016 au cours d’été malgré un printemps pluvieux, et non-tenue en eau des mares M5 et M7 (malgré la réalisation de travaux) ; - Isolement potentiel des mares par rapport aux métapopulations d’amphibiens à proximité ; - Le développement des herbiers aquatiques risque de prendre encore quelques années selon les mares. Préconisations particulières - Apport d’argile significatif pour une mise en étanchéité des mares M5 et M7 ; - Surveiller la non fermeture des abords des mares par les strates arbustive et arborée ; - Création d’ouvertures et mise en lumière partielle des mares M1 et M11, fortement soumises à l’ombrage (risque de comblement rapide par les apports de feuilles et de faible développement d’herbiers aquatiques).
  64. 64. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 63 5.12. Bocage de Chaunay Synthèse des indicateurs de suivi % Ombre M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 M12 M13 2014 0 % 0 % 10 % 0 % 0 % 0 % 0 % 2015 0 % 0 % 10 % 0 % 0 % 0 % 0 % 2016 0 % 0 % 10 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 5 % 0 % 0 % Evolution % Rec M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 M12 M13 2014 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 40 % 2015 3 % 14 % 0 % 0 % 4 % 10 % 0 % 2016 21 % 78% 0 % 0 % 71% 95% 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % Evolution
  65. 65. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 64 Poitou-Charentes Nature S Amph M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 M12 M13 2014 7 7 7 7 2 7 5 2015 4 6 8 5 8 7 1 2016 6 5 6 5 9 7 2 0 1 4 2 2 1 Evolution S Odo M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 M12 M13 2014 3 (1) 4 (3) 5 (0) 8 (3) 9 (6) 5 (2) 7 (0) 2015 2 (0) 4 (1) 0 (0) 1 (0) 8 (5) 9 (5) 0 (0) 2016 3 (0) 8 (3) 3 (0) 6 (2) 6 (3) 3 (0) 0 (0) 3 (1) 3 (0) 5 (1) 3 (0) 2 (1) 2 (0) Evolution Commentaires En 2012, sept mares (M1 à M7) ont été créées à Chaunay au sein d’un milieu bocager ou alternent prairies humides et boisements. Ce réseau de mares du bocage de Chaunay a été renforcé par la création en 2015 de 4 autres mares (M8 à M11). Ces 11 mares sont directement connectées à un réseau déjà existant et fonctionnel de mares bocagères. De plus 2 autres mares ont été créées au nord du site, dans un contexte prairial. Comme en 2015, certaines mares s’assèchent au cours de l’année (M4, M7, M9, M11, M12 et M13), ce qui devient problématique lorsque l’assec survient trop tôt en saison (avril pour M13 par exemple). Pour certaines mares (M7), cet assec précoce se reproduit chaque année ce qui affecte les cortèges batrachologique et odonatologique. Globalement, 10 espèces d’Amphibiens ont été observées sur l’ensemble des mares suivies avec des populations variables d’une mare à une autre, les mares les plus anciennes ayant un cortège plus important. Ce cortège batrachologique s’apparente clairement à celui du bocage comprenant Salamandre tachetée, tritons (palmé, marbré et crêté), Rainette verte, Grenouille agile, et parfois accompagnés de Crapaud commun. Cette année, le Triton marbré a été observé dans 3 mares (M1, M3 et M6) et le Triton crêté dans 4 (M1, M3, M5 et M6). L’hybride de ces deux espèces, le Triton de Blasius, a été observé sur M6 (M3 en 2015). Les cortèges odonatologiques suivent cette tendance. De fortes chutes d’effectifs et de diversité ont été constatées. Les libellules pionnières ne réussissent pas à se maintenir sur les mares du fait de leur assèchement précoce. Les plus grandes diversités sont observées sur M2, M4 et M5. Notons notamment la présence du Leste des Bois (EN) qui est inscrit sur la liste rouge des odonates menacées du Poitou-Charentes. Menaces - Présence d’Ecrevisse de Louisiane et de ragondins (qui limitent le développement des herbiers aquatiques) ; - Assèchement précoce, voire non-tenue en eau des mares ; - Ombrage trop important qui limite le développement des herbiers aquatiques et la venue des espèces héliophiles (libellules).
  66. 66. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 65 Préconisations particulières - Surveiller et contrôler la colonisation des Ecrevisses de Louisiane (piégeage et évaluation des impacts à partir des suivis faune) – Le CREN a lancé quelques actions ponctuelles sur le site. - Mise en étanchéité des mares M4, M7, M9, M11 et M13 ; - Création d’ouvertures et mise en lumière partielle de la mare M1.
  67. 67. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 66 Poitou-Charentes Nature 5.13. Plaine et marais de Sainte-Soline Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M1 M2 M3 M4 2014 69 % 0 % 0 % 0 % 2015 123 % 6 % 0 % 23 % 2016 54 % 28 % 0 % 45 % Evolution % Ombre M1 M2 M3 M4 2014 0 % 0 % 0 % 0 % 2015 0 % 0 % 0 % 2 % 2016 0 % 0 % 0 % 2 % Evolution
  68. 68. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 67 S Amph M1 M2 M3 M4 2014 4 5 7 5 2015 6 2 4 3 2016 5 2 3 3 Evolution S Odo M1 M2 M3 M4 2014 10 (3) 2 (0) 6 (0) 7 (4) 2015 8 (3) 1 (0) 2 (0) ? 2016 9 (0) 5 (0) 4 (0) 7 (0) Evolution Commentaires Les mares de Sainte-Soline demeurent pauvres en amphibiens avec une évolution négative pour ce groupe. Les richesses taxinomiques moyennes passent ainsi de 5,25 en 2014 à 3,75 en 2015 puis 3,25 en 2016. Les mares ont été les plus riches lors de leur première année de colonisation. L’avenir de chaque mare est de plus préoccupant avec la présence de l’Écrevisse de Louisiane sur chacune d’entre elles. Toutefois en 2016 sur la mare M1, on retrouve plus de pontes de Grenouille agile soit 35 contre respectivement 30 et 15 en 2014 et 2015. La Salamandre tachetée n’est plus recontactée sur le site. Si certaines espèces se maintiennent, leurs effectifs sont faibles. Pour exemple concernant la Grenouille agile, les pontes dénombrées sont respectivement passées de 20 en 2014 à 5 en 2015 puis 5 en 2016 pour la mare M2, 71 à 30 puis 45 pour la mare M2 et baisse de 10 en 2014 et 2015 à 3 pour la mare M4. Le total des pontes dénombrées de Grenouille agile sur les 4 mares passe ainsi de 131 à 60 puis 85 pontes entre 2014 et 2016. La Grenouille rousse se reproduit toujours au niveau de la mare M1. Cette mare demeure la seule accueillant la reproduction de la Grenouille rousse parmi les mares compensatoires de la LGV. Toutefois, seule une ponte a été observée en 2016. Si le développement des herbiers aquatiques, excepté sur la mare M3 et une baisse sur la mare M1, est un facteur positif pour les amphibiens et les odonates, la présence importante d’Écrevisse de Louisiane est très préjudiciable. Le constat réalisé sur les amphibiens vaut également pour les odonates en 2015. De 6,25 espèces observées en moyenne par mare en 2014, seules 3 le sont en moyenne en 2015 mais 6,75 en 2016. Les indices de reproduction demeurent en revanche très faibles. Menaces - La présence d’Ecrevisse de Louisiane sur toutes les mares ; - Le développement des herbiers aquatiques limité par la présence d’écrevisses. Préconisations particulières - Surveiller la non fermeture de la mare M1 et M2, totalement mise en exclos pour le bétail ; - Surveiller l’enrichissement et les intrants accumulés par la mare M1 en provenance des cultures ; - Évaluer et surveiller l’impact des écrevisses sur les communautés d’amphibiens et d’odonates.
  69. 69. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 68 Poitou-Charentes Nature 5.14. Bocage de Plibou Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 2014 0 % 0 % 2015 32 % 19 % 0 % 0 % 0,3 % 2016 52 % 37 % 7 % 0 % 65 % 0 % 1 % 0 % 0 % 0 % 1 % Evolution % Ombre M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 2014 0 % 0 % 2015 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 2016 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 40 % 50 % 5 % 2 % Evolution
  70. 70. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 69 Commentaires Les mares de Plibou présentent de fortes richesses taxinomiques en amphibiens bien que la richesse observée en 2015 soit légèrement inférieure à celle de 2014. Il convient donc d’être prudent sur ces résultats et il est ainsi important d’observer les évolutions dans les années à venir. Les taxons non recontactés en 2015 sur les mares (1 Triton de Blasius observés en 2014 sur la mare M1 et non revus en 2015 par exemple) présentaient des effectifs observés très faibles en 2014. Non recontacté en 2016, sur la mare M1, le Crapaud commun est à nouveau observé en 2017 (mare non incluse dans le suivi 2017). Pour les urodèles et la plupart des anoures, les effectifs semblent faibles pour ces trois premières années de suivi. Ceux de Grenouille agile semblent, quant à eux, en situation positive sur ces mares. Le nombre de pontes comptabilisées passe ainsi de 20 pontes en 2014 à 50 en 2015 et 2016 pour la mare M1 mais demeure le même pour la mare M2 (10 pontes) en 2014 et 2015 mais 25 pontes en 2016. Les nouvelles mares créées et suivies (M6 à M11) ont été colonisées par plusieurs taxons d’amphibiens soit 8, excepté la mare M8 en assec dès le début du suivi : la Salamandre tachetée, le Triton palmé, le Triton marbré, le Triton crêté, le Pélodyte ponctué, la Rainette verte, la Grenouille rieuse et la Grenouille agile. Ces mares présentent une richesse spécifique de 4 pour leur première année de suivi. Concernant les odonates, excepté sur la mare M1, les richesses spécifiques sont faibles et le demeurent en 2016. Quelques espèces ont colonisé les nouvelles mares avec un maximum de 7 observées sur la mare M6. Le développement des herbiers aquatiques sur ces nouvelles mares conditionnera pour partie la poursuite de la colonisation par les amphibiens et les odonates. Menaces - Assèchement précoce, voire la non tenue en eau des mares M4 et M8 ; - L’isolement potentiel des mares par rapport aux métapopulations d’amphibiens à proximité, phénomène accentué par la présence de la LGV ; - Le développement des herbiers aquatiques risquant de prendre quelques années selon les mares. Préconisations particulières S Amph M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 2014 11 7 2015 9 5 3 0 4 2016 6 7 3 0 7 4 4 0 4 4 4 Evolution S Odo M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 2014 12 (8) 3 (3) 2015 10 (3) 3 (1) 2 (0) 0 (0) 5 (0) 2016 17 (0) 7 (0) 0 (0) 0 (0) 6 (0) 7 6 0 1 4 2 Evolution
  71. 71. Rapport de suivi des mares de compensation 2016 – Juillet 2017 70 Poitou-Charentes Nature - Surveiller la non fermeture des abords des mares par les strates arbustive et arborée notamment pour les mares M9 et M10 ; - Conserver des haies et boisements en périphérie des mares ; - Surveiller et anticiper la colonisation potentielle d’écrevisses exotiques.
  72. 72. CR Suivi 2016 – Suivi des mares de compensation – Juillet 2017 Poitou-Charentes Nature 71 5.15. Prairies de Luxé à Luxé Synthèse des indicateurs de suivi % Rec M1 M2 2014 0 % 2015 0 % 2016 16 % 7 % Evolution % Ombre M1 M2 2014 15 % 2015 15 % 2016 15 % 0 % Evolution S Amph M1 M2 2014 2 2015 4 2016 4 4 Evolution S Odo M1 M2 2014 4 (3) 2015 7 (2) 2016 11 (5) 11 (6) Evolution

×