Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi Occupation du sol - 2016 - CEREMA & université de Franche comté

107 views

Published on

Le CEREMA Sud-Ouest et l’Université de Besançon (UMR CNRS 6049 ThéMA) ont été sollicités par LISEA, pour élaborer le volet foncier de l’observatoire environnemental de la LGV Tours-Bordeaux. Ce volet vise, à l’échelle du projet, à évaluer les impacts de la LGV sur l’occupation du sol, à partir d’une sélection de 9 sites répartis sur l’ensemble de la ligne. Dans cette perspective, le volet foncier de l’observatoire a pour ambition de qualifier, quantifier et interpréter les changements d’occupation du sol des espaces urbanisés, des zones agricoles et des milieux naturels et forestiers. De manière plus large, l’observatoire environnemental vise à améliorer la connaissance et les pratiques et à assurer un retour d’expérience pour les projets d’infrastructures ultérieurs

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Suivi Occupation du sol - 2016 - CEREMA & université de Franche comté

  1. 1. 2018 Université de Besançon Cerema sud-Ouest 22/03/2018 Observatoire Environnemental LGV Tours Bordeaux - Volet foncier - Rapport final
  2. 2. 1 Métadonnées Titre Sous-titre Rapport final Nature Rapport d'étude Commanditaires LISEA Références client Réalisé par Direction territoriale Sud-Ouest du Cerema Département Aménagement et Intermodalité des Transports Groupe Biodiversité et Milieux Naturels Groupe Territoires, Prospective, Evaluation Affaire suivie par : Références Cerema Affaire n° C15SA0075 Résumé court Le CEREMA Sud-Ouest et l’Université de Besançon (UMR CNRS 6049 ThéMA) ont été sollicités par LISEA, pour élaborer le volet foncier de l’observatoire environnemental de la LGV Tours-Bordeaux. Ce volet vise, à l’échelle du projet, à évaluer les impacts de la LGV sur l’occupation du sol, à partir d’une sélection de 9 sites répartis sur l’ensemble de la ligne. Dans cette perspective, le volet foncier de l’observatoire a pour ambition de qualifier, quantifier et interpréter les changements d’occupation du sol des espaces urbanisés, des zones agricoles et des milieux naturels et forestiers. De manière plus large, l’observatoire environnemental vise à améliorer la connaissance et les pratiques et à assurer un retour d’expérience pour les projets d’infrastructures ultérieurs. Mots clés Mots clés selon les thésaurus URBAMET et/ou ECOPLANETE Infrastructures linéaires de transport Occupation du sol Mots clés géographiques Régions Centre et Nouvelle Aquitaine Droits Ce document ne peut être reproduit en totalité ou en partie sans autorisation expresse de : LISEA Crédits photos – illustrations : CEREMA SO – photo TGV : railpassion.fr
  3. 3. 2 Référence documentaire Référence documentaire n° ISRN : Case à cocher oui Case à cocher non CEREMA-DTERSO-16-198-FR Conditions de diffusion Notice (auteurs, titre, résumé, ..) diffusable non diffusable Rapport d'étude libre (document téléchargeable librement) contrôlé (celui qui en veut communication doit en faire la demande et obtenir l’autorisation et les conditions d’usage auprès du commanditaire) confidentiel (document non diffusable) Historique versions Version(s) Date Commentaire V 1.0 31/10/2017 Première lecture LISEA le 20/11/17, remarques intégrées dans le rapport V 2.0 31/01/2018 Relecture effectuée en février 2018 V 3.0 22/03/2018
  4. 4. 3 Validation du document Rédacteur(s) Aurélien ANDRIEU Cerema/DTerSO DAIT / GBMN aurelien.Andrieu@cerema.fr 05 56 70 66 23 Lydie LORFANFANT Cerema/DTerSO DAIT / GTPE Stéphane DOMINGO Cerema/DTerSO DAIT / GTPE stephane.domingo@cerema.fr 05 56 70 67 27 Catherine LEONARD Cerema SO DAIT/GTPE catherine.leonard@derema.fr 05 56 02 67 70 Pascal BERION Université de Besançon (UMR CNRS 6049 ThéMA) pascal.berion@univ-fcomte.fr 03 81 66 54 07 Fatima El HANNOUF Université de Besançon (UMR CNRS 6049 ThéMA) Relecteur(s) Jean-Charles HAMACEK Cerema SO/DAIT Jean- Charles.Hamacek@cerema.fr 05 56 70 65 80 Validé par Marion GOURAUD LISEA marion.gouraud@lisea.fr
  5. 5. 4 Table des matières 1 Introduction....................................................................................................................... 11 1.1 Contexte..................................................................................................................... 11 1.2 Description de l’étude................................................................................................ 12 2 Problématique et principes méthodologiques retenus....................................................... 14 2.1 Rappel de la problématique ....................................................................................... 14 2.2 Principes méthodologiques mis en œuvre dans le cadre de l’étude .......................... 16 2.3 Année de constitution de « l’état zéro » .................................................................... 16 3 - Les sites du volet foncier de l’observatoire environnemental ........................................ 18 3.1 Modalités de choix des sites ...................................................................................... 18 3.2 Sites proposés ............................................................................................................ 20 4 Présentation par site .......................................................................................................... 22 4.1 Site 1 : Vallée de l’Indre............................................................................................ 24 4.1.1 Contexte géographique et institutionnel............................................................. 24 4.1.2 Dynamiques générales du territoire.................................................................... 26 4.1.3 Cadre naturel et paysage .................................................................................... 29 4.1.4 Evolution de l’occupation du sol........................................................................ 30 4.1.5 Organisation de l’espace agricole et sa modification potentielle....................... 32 4.1.6 Synthèse et enjeux majeurs à suivre sur ce site.................................................. 37 4.2 Site 2 : La Vienne (37) .............................................................................................. 39 4.2.1 Contexte géographique et institutionnel............................................................. 39 4.2.2 Dynamiques générales du territoire.................................................................... 40 4.2.3 Cadre naturel et paysage .................................................................................... 43 4.2.4 Evolution de l’occupation du sol........................................................................ 43 4.2.5 Organisation de l’espace agricole et sa modification potentielle....................... 45 4.2.6 Synthèse et enjeux majeurs à suivre sur ce site.................................................. 50 4.3 Site 3 : A proximité de Poitiers (86).......................................................................... 52 4.3.1 Contexte géographique et institutionnel............................................................. 52 4.3.2 Dynamiques générales du territoire.................................................................... 53 4.3.3 Cadre naturel et paysage .................................................................................... 56 4.3.4 Evolution de l’occupation du sol........................................................................ 56 4.3.5 Organisation de l’espace agricole et sa modification potentielle....................... 57 4.3.6 Synthèse et enjeux majeurs à suivre sur ce site.................................................. 62 4.4 Site 4 : Chaunay/Pliboux (86/79) .............................................................................. 64 4.4.1 Contexte géographique et institutionnel............................................................. 64
  6. 6. 5 4.4.2 Dynamiques générales du territoire.................................................................... 65 4.4.3 Cadre naturel et paysage .................................................................................... 67 4.4.4 Evolution de l’occupation du sol........................................................................ 68 4.4.5 Organisation de l’espace agricole et sa modification potentielle....................... 69 4.4.6 Synthèse et enjeux majeurs à suivre sur ce site.................................................. 74 4.5 Site 5 : Vallée de la Charente (16)............................................................................. 75 4.5.1 Contexte géographique et institutionnel............................................................. 75 4.5.2 Dynamiques générales du territoire.................................................................... 77 4.5.3 Cadre naturel et paysage .................................................................................... 80 4.5.4 Evolution de l’occupation du sol........................................................................ 81 4.5.5 Organisation de l’espace agricole et sa modification potentielle....................... 83 4.5.6 Synthèse et enjeux majeurs à suivre sur ce site.................................................. 88 4.6 Site 6 : Au Sud d’Angoulème.................................................................................... 89 4.6.1 Contexte géographique et institutionnel............................................................. 89 4.6.2 Dynamiques générales du territoire.................................................................... 90 4.6.3 Cadre naturel et paysage .................................................................................... 93 4.6.4 Evolution de l’occupation du sol........................................................................ 94 4.6.5 Organisation de l’espace agricole et sa modification potentielle....................... 95 4.6.6 Synthèse et enjeux majeurs à suivre sur ce site................................................ 100 4.7 Site 7 : Brossac, Saint-Vallier, Boresse et Martron (16) ......................................... 101 4.7.1 Contexte géographique, démographique et institutionnel................................ 101 4.7.2 Dynamiques générales du territoire.................................................................. 103 4.7.3 Cadre naturel et paysage .................................................................................. 105 4.7.4 Evolution de l’occupation du sol...................................................................... 105 4.7.5 Organisation de l’espace agricole et sa modification potentielle..................... 108 4.7.6 Synthèse et enjeux majeurs à suivre sur ce site................................................ 113 4.8 Site 8 : Laruscade/Lapouyade (33).......................................................................... 115 4.8.1 Contexte géographique et institutionnel........................................................... 115 4.8.2 Dynamiques générales du territoire.................................................................. 116 4.8.3 Cadre naturel et paysage .................................................................................. 119 4.8.4 Evolution de l’occupation du sol...................................................................... 120 4.8.5 Organisation de l’espace agricole et sa modification potentielle..................... 122 4.8.6 Synthèse et enjeux majeurs à suivre sur ce site................................................ 128 4.9 Site 9 : Marais de la Virvée/Ambarès (33).............................................................. 129 4.9.1 Contexte géographique et institutionnel........................................................... 129 4.9.2 Dynamiques générales du territoire.................................................................. 132 4.9.3 Cadre naturel et paysage .................................................................................. 134
  7. 7. 6 4.9.4 Evolution de l’occupation du sol...................................................................... 135 4.9.5 Organisation de l’espace agricole et sa modification potentielle..................... 138 4.9.6 Synthèse et enjeux majeurs à suivre sur ce site................................................ 143 4.10 Récapitulatif des résultats chiffrés tous sites........................................................... 145 5 Synthèse .......................................................................................................................... 148 5.1 Individus, exploitations agricoles............................................................................ 148 5.2 Le finage (ensemble de l’espace valorisé par l’agriculture).................................... 148 5.3 La commune (ou les communes du site observé).................................................... 149 5.4 Le territoire.............................................................................................................. 149 6 Annexe relative à la constitution des indicateurs............................................................ 150 6.1 Les bases de données utilisées................................................................................. 150 6.2 Modèle d’occupation du sol utilisé.......................................................................... 151 6.3 Liste des indicateurs proposés ................................................................................. 152 6.4 Indicateurs produits ................................................................................................. 155 6.4.1 Mode d’occupation du sol................................................................................ 156 6.4.2 Méthode............................................................................................................ 157 6.4.3 Unité foncière................................................................................................... 160 6.4.4 Tache urbaine ................................................................................................... 162 6.4.5 Caractérisation et évolution du logement......................................................... 163 6.4.6 Caractérisation et évolution de l’activité économique ..................................... 164 6.4.7 Suivi des types d’usages des espaces ............................................................... 165
  8. 8. 7 Table des sigles et acronymes Sigle, Acronyme Définition AFAF Aménagements Fonciers Agricoles et Forestiers BC Boisements Compensateurs DVF Demandes de Valeurs Foncières EPCI Etablissement Public de Coopération Intercommunale LGV SEA Ligne Grande Vitesse Sud-Europe Atlantique OTEX Orientation Technico-économique des EXploitations agricoles PAC Politique Agricole Commune PADD Projet d’Aménagement et de Développement Durable PAF Périmètres d’Aménagements Fonciers PLU Plan Local d’Urbanisme RPG Registre Parcellaire Graphique SAU Surface Agricole Utile SAT Surface Agricole Totale SCoT Schéma de Cohérence Territoriale SIG Système d’Information Géographique ZNIEFF Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique ZRR Zone de Revitalisation Rurale
  9. 9. 8 Glossaire Terme utilisé Définition Aire Urbaine (définition INSEE) Une aire urbaine ou « grande aire urbaine » est un ensemble de communes, d'un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (unité urbaine) de plus de 10 000 emplois, et par des communes rurales ou unités urbaines (couronne périurbaine) dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci. Le zonage en aires urbaines 2010 distingue également : - les « moyennes aires », ensemble de communes, d'un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (unité urbaine) de 5 000 à 10 000 emplois, et par des communes rurales ou unités urbaines dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci. - les « petites aires », ensemble de communes, d'un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle (unité urbaine) de 1 500 à 5 000 emplois, et par des communes rurales ou unités urbaines dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci. Bassin de vie (définition INSEE) Le découpage de la France « en bassins de vie » a été réalisé pour faciliter la compréhension de la structuration du territoire de la France métropolitaine. Le bassin de vie est le plus petit territoire sur lequel les habitants ont accès aux équipements et services les plus courants. Les services et équipements de la vie courante servant à définir les bassins de vie sont classés en 6 grands domaines: - services aux particuliers - commerce - enseignement - santé - sports, loisirs et culture - transports Finage (définition Geoconfluences1 ) Le finage désigne traditionnellement, en géographie, le territoire exploité par une communauté villageoise. […] Le village, en habitat groupé, ou le bourg, en habitat dispersé, tendent à se situer au milieu du finage qui s'est déployé autour de l'habitat afin d'exploiter au mieux la complémentarité des terroirs. Aujourd'hui, on parle souvent de finage pour désigner le territoire d'une commune, représenté sur les cartes topographiques par un trait pointillé noir, bien que les agriculteurs exploitent presque toujours des terres situées sur plusieurs territoires communaux, et que la notion de communauté villageoise n'ait plus de sens en France, en tout cas dans une dimension agraire. Le finage peut également désigner, en géographie rurale, le territoire d'une exploitation agricole. Ilot Le RPG est le dessin des îlots culturaux des exploitants agricoles qui déposent des dossiers de demandes d’aides liées aux surfaces. Un îlot cultural est un ensemble de parcelles contiguës appartenant à une même exploitation agricole. - Le RPG ne descend pas au niveau de la parcelle culturale agricole. - Sur un îlot, il peut y avoir diverses cultures déclarées. 1 http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/finage
  10. 10. 9 Terme utilisé Définition IC SAU L’indice SAU permet d’identifier la concentration de SAU par tranche de taille d’exploitation. Indice de distance standard Donne la distance moyenne des parcelles d’une même exploitation agricole au centre de cette dernière. Le centre de l’exploitation correspond ici, au centre théorique de l’exploitation agricole. Indice de solidité ou de compacité des exploitations Le critère de compacité permet, en particulier pour le milieu agricole, de voir s'il y a eu regroupement des parcelles d'une exploitation et donc peut-être changement de mode de production, de type de culture et éventuellement détecter des zones où le réseau de haies pourrait être impacté par ces modifications. Plus l’indice tend vers la valeur « 1 » plus l’exploitation est dite « compacte ». Cet indicateur complète l’indicateur de distance standard, qui est indicateur imparfait dans le sens où il sera sensible aux valeurs de distance des parcelles d’une même exploitation agricole (présence d’une valeur marginale). Surface agricole utilisée (définition AGRESTE2 ) La SAU est un instrument statistique destiné à évaluer le territoire consacré à la production agricole, différente de la SAT (surface agricole totale). La SAU est composée de terres arables (grande culture, cultures maraîchères, prairies artificielles...) ; de surfaces toujours en herbe (prairies permanentes, alpages) ; de cultures pérennes (vignes, vergers...). Elle n'inclut pas les bois et forêts. Elle comprend en revanche les surfaces en jachère, c’est-à-dire les terres retirées de la production (gel des terres). Ces terres sont comprises dans les terres arables. Elle est calculée à partir des exploitations agricoles ayant leur siège dans la commune. Surface Agricole Totale (SAT) Il n’y pas de définition officielle de la SAT. La SAT est constituée de la SAU et de l’ensemble des espaces utiles à la production agricole (bois, bosquets, bâtiments agricoles…). Zone d’emploi (définition INSEE) Une zone d'emploi est un espace géographique à l'intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent, et dans lequel les établissements peuvent trouver l'essentiel de la main d'œuvre nécessaire pour occuper les emplois offerts. Le découpage en zones d'emploi constitue une partition du territoire adaptée aux études locales sur le marché du travail. Le zonage définit aussi des territoires pertinents pour les diagnostics locaux et peut guider la délimitation de territoires pour la mise en œuvre des politiques territoriales initiées par les pouvoirs publics ou les acteurs locaux. Ce zonage est défini à la fois pour la France métropolitaine et les DOM. Le découpage actualisé se fonde sur les flux de déplacement domicile-travail des actifs observés lors du recensement de 2006. La liste des communes est celle donnée par le Code Officiel Géographique (COG). 2 http://agreste.agriculture.gouv.fr/definitions/glossaire/article/192
  11. 11. 10 Terme utilisé Définition Zones de Revitalisation Rurale (ZRR) Les zones de revitalisation rurale (ZRR) visent à aider le développement des territoires ruraux principalement à travers des mesures fiscales et sociales. Des mesures spécifiques en faveur du développement économique s'y appliquent. L'objectif est de concentrer les mesures d'aide de l'état au bénéfice des entreprises créatrices d'emplois dans les zones rurales les moins peuplées et les plus touchées par le déclin démographique et économique. Elles ont été créées par la loi d'Orientation pour l'Aménagement et le Développement du Territoire (LOADT) du 4 février 1995. La réforme des ZRR, votée en loi de finances rectificative pour 2015 (article 1465A du code général des impôts), a simplifié les critères de classement des territoires pris en compte. Les critères sont désormais examinés à l’échelon intercommunal et entrainent le classement de l’ensemble des communes de l’EPCI. Pour être classé en ZRR au 1er juillet 2017, l’EPCI doit avoir à la fois : - une densité de population inférieure ou égale à la densité médiane nationale des EPCI, - un revenu fiscal par unité de consommation médian inférieur ou égal à la médiane des revenus fiscaux médians par EPCI. Source : http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/
  12. 12. 11 1 Introduction Le groupement LISEA a été désigné par RFF (devenu SNCF Réseau) concessionnaire de la ligne ferroviaire à Grande Vitesse Sud-Europe Atlantique (Tours-Bordeaux). Ce projet porte sur la réalisation de 340 kilomètres de ligne nouvelle à double voie entre Saint-Avertin, au sud- est de Tours (région Centre) et Ambarès-et-Lagrave, au nord de Bordeaux (Nouvelle Aquitaine) dont environ 40 kilomètres de raccordement. Sur les 340 km de la LGV SEA, la superficie des emprises est estimée à 3 400 ha soit 8,7 ha par kilomètre. Ce projet ne comporte pas de création de nouvelles dessertes, mais des raccordements qui permettent de desservir les gares déjà existantes (Châtellerault, Futuroscope, Poitiers, Angoulême). Il constitue le plus grand projet d’infrastructure en France à ce jour et permet désormais de relier Paris à Bordeaux en 2h05 au lieu de 3 heures antérieurement. La ligne traverse les 2 régions Centre Val de Loire et Nouvelle Aquitaine ainsi que les 6 départements suivants : l’Indre-et-Loire, la Vienne, les Deux-Sèvres, la Charente-Maritime, la Charente et la Gironde, soit 113 communes le long du tracé. La concession de service public a été attribuée par décision du 15 juillet 2010 pour une durée de 50 ans. Le concessionnaire a la charge de mettre en œuvre les engagements pris dans le cadre des procédures d’utilité publique de la ligne ou figurant dans les dossiers d’engagement de l’État. Il doit établir et publier, dans un délai entre 3 ans et 5 ans après la date effective de mise en service prévue au 1er semestre 2017 un bilan socio-économique et environnemental permettant d’évaluer la conformité de la ligne aux dossiers des engagements de l’État, et aux prescriptions environnementales. La mise en place d’un observatoire environnemental de la LGV SEA relève à la fois d’une obligation légale (loi LOTI) et d’un engagement pris par LISEA dans le cadre du contrat de concession. De manière plus large, l’observatoire environnemental vise à améliorer la connaissance et les pratiques et à assurer un retour d’expérience pour les projets d’infrastructures ultérieurs. 1.1 Contexte L’observatoire environnemental comporte plusieurs thèmes :  le paysage,  l’eau,
  13. 13. 12  les milieux naturels (faune, flore)  les boisements compensateurs,  les plantes invasives,  les aménagements fonciers. 19 sites ont été sélectionnés pour être suivis sur la thématique des aménagements fonciers dans le cadre de l’observatoire selon plusieurs critères :  des sites présentant des enjeux environnementaux majeurs,  représentatifs de la ligne,  comportant une forte sensibilité locale,  faisant l’objet d’aménagements particuliers,  répartis géographiquement le long du tracé. L’observatoire environnemental rend compte annuellement de ses résultats à un comité de suivi. Ce comité de suivi est composé du concédant (SNCF réseau), de représentants de l’État (SGAR Nouvelle Aquitaine, DREAL des régions Centre Val de Loire et Nouvelle Aquitaine), de COSEA (le constructeur-concepteur de la ligne), de représentants des associations de l’environnement (LPO, SEPANT, PCN), d’organismes socioprofessionnels (CRPF Poitou- Charentes) et de personnalités qualifiées (OGE – Office du Génie Écologique, …). 1.2 Description de l’étude Le CEREMA Sud-Ouest et l’Université de Besançon (UMR CNRS 6049 ThéMA) ont été sollicités par LISEA, pour assurer la définition et la mise en place du volet foncier de l’observatoire environnemental. Ce volet vise, à l’échelle du projet, à évaluer les impacts de la LGV sur l’occupation du sol, à partir d’une sélection de 9 sites répartis sur l’ensemble de la ligne. Dans cette perspective, le volet foncier de l’observatoire a pour ambition de qualifier, quantifier et interpréter les changements d’occupation du sol des espaces urbanisés, des zones agricoles et des milieux naturels et forestiers. Il se réfère aux exigences formulées par LISEA3 et doit mettre en œuvre une analyse spatiale de l'évolution de l'occupation du sol montrant en particulier : 3 cf. document « OE_CDC_Aménagement foncier_DQ_LISEA_02022014 » remis en réunion le 3 juin 2014
  14. 14. 13  la variation du nombre et de la taille des parcelles ;  l'impact sur le réseau de haies, la TVB et les réseaux bocagers ;  la typologie des milieux touchés ;  les conflits entre les procédures ;  les aménagements fonciers précédents ;  les mesures compensatoires ;  l'impact économique de l'infrastructure, en particulier sur le prix du foncier. S’agissant de ce dernier point, en l’état actuel, les données sur les espaces urbanisés (demandes de valeurs foncières dites « DVF ») permettant de caractériser les marchés fonciers et immobiliers (maisons et appartements) ne sont pas encore disponibles4 . Le volet foncier, compte-tenu de son caractère transversal, s’efforcera de faire le lien avec les autres études existantes ou en cours (volet paysage, jumelage entre infrastructures A10, N10,...). Dans le cadre de cette démarche, ont été produits :  un observatoire géolocalisé de précision cadastrale incluant toutes les données utiles à la constitution des indicateurs et des analyses pour chacun des sites concernés ;  un rapport d'analyse des indicateurs, des grands thèmes et du volet foncier de l'observatoire environnemental pour chacun des sites concernés ;  une valorisation des travaux via un projet de présentation web qui permettra de consulter en ligne les résultats de l’étude. Le présent rapport constitue le rapport final de la démarche. Les conclusions de ces travaux ont été présentées au comité de suivi qui s’est réuni le 16 mai 2017 à Poitiers. 4 L’accès à ces données est soumis à l’accord du ministère de l’Écologie (DGALN/DHUP/Bureau AD3).
  15. 15. 14 2 Problématique et principes méthodologiques retenus 2.1 Rappel de la problématique Il ressort des travaux réalisés sur les impacts des projets d’infrastructures linéaires que la mise en service d’une infrastructure n’a pas d’effets automatiques. Elle « peut donner naissance à de nouvelles stratégies spatiales et amplifier les tendances existantes. » (P. BERION, 2003). Une logique d’interactions (approche systémique), de cumuls de facteurs prime sur une logique d’effets d’un seul élément. Le passage d’une infrastructure interagit avec les dynamiques territoriales existantes ou peut être un fait déclencheur. La « difficulté majeure étant d’isoler le facteur infrastructure de transport dans le système d’interactions » (ORUS, 1996) afin d’identifier les effets qui lui sont directement rattachables. Elle est génératrice d’effets directs, d’opportunités et induits. La construction d’une voie rapide, d’une autoroute ou d’une LGV procure une quadruple perturbation qui affecte l’occupation des sols des espaces traversés :  La première est liée au changement d’usage des terres. Auparavant elles étaient mises en valeur par l’agriculture, maintenant elles servent définitivement à une infrastructure. Il y a destruction de terres agricoles et cela oblige les agriculteurs à déployer des stratégies de compensation en travaillant d’une part à l’optimisation de la conduite du parcellaire restant et d’autre part à rechercher de nouvelles parcelles en compensation. Cette contrainte participe d’une restructuration des exploitations agricoles et peut conduire à des modifications des pratiques technico-économiques ;  La deuxième provient de la coupure des parcellaires agricoles. Dans ce dessein, le code rural dispose que des opérations d’aménagement foncier doivent être proposées pour corriger les désordres causés par le passage de l’infrastructure. Ainsi, une réorganisation profonde de l’organisation spatiale des parcellaires agricoles peut être attendue. Son incidence est triple. Tout d’abord elle procède d’une amélioration de la fonctionnalité (géométrie, superficie) des parcelles exploitées et de leur accessibilité (rapprochement des terres d’une même exploitation, atténuation ou résorption des coupures). Ensuite, elle s’accompagne d’aménagements connexes qui apportent des viabilités aux parcelles et modifient les trames de haies et fossés lorsqu’ils existent. Les parcelles sont plus commodes à exploiter mais l’incidence sur les paysages est importante. Enfin, ces opérations foncières peuvent être un élément favorable pour la mise en œuvre ou l’optimisation de certaines pratiques dont celles du drainage et de
  16. 16. 15 l’irrigation qui sont de nature à modifier significativement les assolements et par là- même l’occupation du sol ;  La troisième découle des différentes dispositions réglementaires de compensation et de protection des préjudices causés aux espaces naturels. Les aménagements qui en sont issus s’agencent en se superposant ou en s’intercalant dans les espaces à vocation agricole. Ce faisant, parfois ils sont vus comme des opportunités par les agriculteurs lorsque des mesures contractuelles de gestion sont proposées, souvent, ils sont perçus comme une contrainte, une emprise et un règlement supplémentaire ;  La quatrième est plus ténue. Son action relève des stratégies locales de valorisation de l’infrastructure (gare, parc d’activités.) ou plus simplement de la dynamique d’urbanisation en place. L’aménagement foncier est un moment privilégié pour une collectivité. Elle peut mettre du foncier en réserve et réglementer son usage dans le cadre de la mise en place ou de la révision de son document d’urbanisme. Elle est aussi en mesure de redéfinir géographiquement ses projets d’urbanisation et d’équipement ce qui la conduit à mettre en place ou à modifier son document d’urbanisme. La question de l’impact du passage d’une grande infrastructure sur le foncier est donc complexe par nature. Cinq « générateurs » se superposent et agissent de concert sur le remodelage des espaces agricoles :  L’occupation du sol préexistante et son effet d’inertie,  L’aménagement du foncier agricole,  Les travaux connexes au remembrement et les ajustements des systèmes agricoles pour valoriser la nouvelle organisation parcellaire et compenser la perte de terres productives,  Les dispositions réglementaires et compensatoires en matière de milieux naturels,  Les politiques locales d’urbanisation et de développement.
  17. 17. 16 2.2 Principes méthodologiques mis en œuvre dans le cadre de l’étude Les indicateurs choisis sont représentatifs des 5 « générateurs » précédemment cités qui contribuent à la transformation des paysages en raison de leur action sur le foncier. Le choix des sites a également visé à assurer la représentativité des territoires traversés. Les sites sont répartis de manière équilibrée le long de la ligne. Ces sites regroupent une soixantaine de communes traversées par la ligne nouvelle. Pour chaque site, les enjeux majeurs ont été identifiés, mis en regard des indicateurs et ont fait l’objet d’un travail d’analyse sur l’évolution de l’occupation du sol. Un état de référence, nommé « état zéro » du volet foncier de l’observatoire environnemental a été constitué. L’année de référence est l’année 2009. Compte-tenu des données disponibles, l’évolution de l’occupation du sol a été étudiée sur la période 2009-2014 en fonction des derniers millésimes des fichiers fonciers et du registre parcellaire graphique. A cette date, il n’est pas possible de prendre en compte tous les changements de l’occupation du sol. Un certain nombre de modifications attendent pour se manifester (stratégies d’attente). Des aménagements connexes commencent à faire leur apparition, mais ils sont encore difficilement décelables. Il est préconisé à terme d’avoir un retour d’expérience sur la période 2009-2017, 2017 étant l’année de mise en service de la ligne nouvelle, puis 5 ans après la mise en service, soit 2022. En effet, les changements sont encore peu perceptibles et les hypothèses émises dans l’interprétation des changements ou les scenarios d’évolution des dynamiques territoriales mériteraient d’être vérifiées à plus long terme. 2.3 Année de constitution de « l’état zéro » L’approche de type « observatoire » procède d’une démarche comparative d’un avant et d’un après le passage de l’infrastructure (+ 5 à 10 après la mise en service). Dans le cadre de cette démarche, il a été proposé de retenir l’année 2009 comme « état zéro ». Initialement, l’Université de Besançon avait proposé de constituer un état « zéro » à partir de l’année 2000. Toutefois, les données nécessaires à la constitution des indicateurs de suivi de l’évolution des sites et du volet foncier ne sont pas toutes existantes à partir de cette date. C’est pourquoi il a été proposé de prendre la date de l’année 2009, qui constitue également l’année de référence du premier millésime des fichiers fonciers qui vont permettre
  18. 18. 17 de caractériser les évolutions de l’occupation du sol, à proximité de la ligne, à la commune, au site. Ces fichiers sur lesquels sont basés les indicateurs relatifs à l’occupation du sol comportent néanmoins pour certains domaines des données antérieures à 2009 (exemple : date de construction du bâti qui peut permettre de calculer un indicateur sur l’enveloppe urbaine5 ). Cette proposition est compatible avec les dates de DUP et de mise en travaux de la ligne LGV SEA.  DUP tronçon Angoulême-Bordeaux : 18 juillet 2006  DUP tronçon Tours-Angoulême : 10 juin 2009  Démarrage de travaux : début 2012 Compte tenu du délai d’instruction qui prévaut pour réaliser un grand équipement de transport, il faut être conscient qu’un état initial portant sur une situation mesurée quelques années (3 à 5 ans) avant la construction des ouvrages est déjà influencé par ces derniers. Les tracés de la future LGV étaient connus dès les années 1990 (études préalables Tours-Bordeaux menée à partir de 1995). A la création de la ligne, peuvent s’enclencher des effets de rattrapage par rapport à des projets qui auraient été « figés » dans l’attente du projet de LGV définitif. Dans le domaine agricole, les investissements en infrastructures de production (stabulations, hangars de stockage…) sont mis en attente pendant près d’une décennie. Il convient donc d’être prudent dans les analyses car des effets de rattrapage se réalisent et conduisent à une accumulation de modifications sur un temps court. Le CEREMA et l’Université ont donc été conduits à formuler des hypothèses sur les stratégies et les évolutions intervenues et en cours. 5 aire délimitant un ensemble de parcelles construites à une date donnée
  19. 19. 18 3 - Les sites du volet foncier de l’observatoire environnemental 3.1 Modalités de choix des sites Une première proposition de sites pour le volet foncier de l’observatoire a été effectuée sur la base d’une proposition conjointe du CEREMA Sud-Ouest et du Laboratoire Théma en juin 2015 en croisant les différents enjeux thématiques étudiés (enjeux environnementaux, fonciers, agricoles), avec l’intensité des enjeux en fonction d’un système de cotation des enjeux (échelle de « 0 » à « 3 »). Cette proposition a été bâtie à partir des données transmises par la maîtrise d’ouvrage relatives :  aux mesures compensatoires environnementales et aux boisements compensateurs,  au suivi des engagements localisés de l’État et communaux pour les différentes communes concernées par le tracé,  aux aménagements fonciers agricoles et forestiers (AFAF) en inclusion et exclusion (voir encadré infra). Un examen de la situation des communes au regard des documents d’urbanisme a également été produit. Cette proposition de sites a été soumise à l’avis de la maîtrise d’ouvrage afin d’intégrer dans cette analyse des données qualitatives (échanges avec la maîtrise d’ouvrage sur les sensibilités locales). Il était également demandé d’ajouter par rapport à la proposition initiale un site à enjeux dans la moitié Sud de la ligne (au nord de Bordeaux). L’ensemble représente 60 communes. Initialement, la proposition concernait une proportion moindre de communes sur la ligne, mais pour des raisons d’homogénéité, il a été choisi de constituer des sites sans discontinuité territoriale. A l’exception du site n°9, les sites proposés dans le cadre du volet foncier comportent des périmètres d’aménagements fonciers agricoles et forestiers en exclusion (sites n°3,6), en inclusion (sites n°2,4,8) ou les deux (sites n°1,5,7). Les mesures d’accompagnement des conseils départementaux (périmètre complémentaire en hectares pour le site n°8) sont intégrées aux périmètres de remembrement mentionnés dans ce rapport. Les réserves SAFER viennent en déduction des emprises dans le cadre des aménagements fonciers agricoles et forestiers avec inclusion et diminuent les prélèvements faits sur chaque propriétaire du périmètre de remembrement.
  20. 20. 19 Les aménagements fonciers agricoles et forestiers6 « L’aménagement foncier rural a pour but d'améliorer les conditions d'exploitation des propriétés rurales agricoles ou forestières, d'assurer la mise en valeur des espaces naturels ruraux et de contribuer à l'aménagement du territoire communal ou intercommunal défini dans les plans locaux d'urbanisme, les cartes communales ou les documents en tenant lieu » (article L 121-1 du code rural). Dans le cas des aménagements fonciers successifs à une infrastructure de transport, les AFAF « jouent le rôle d’outil de dédommagement des préjudices causés par le passage de la nouvelle infrastructure de transport ». Ils visent à mettre en place des mesures compensatoires pour limiter les impacts sur le parcellaire agricole (effets de coupure, fragmentation des espaces traversés). Deux types d’aménagement sont proposés :  les aménagements fonciers par exclusion des emprises : l’emprise de la LGV fait l’objet d’une acquisition de la part du maître d’ouvrage. Elle n’est pas comprise dans le périmètre de l’aménagement, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de redistribution entre les différents propriétaires terriens. Ce type d’aménagement impacte le plus souvent l’occupation du sol. Dans ce cas, ces surfaces passent dans la catégorie surfaces artificialisées et ne sont pas compensées par d’autres surfaces. La perte de terres agricoles est donc plus conséquente en cas d’AFAF par exclusion d’emprises.  les aménagements fonciers par inclusion des emprises : l’emprise de la LGV est comprise dans le périmètre d’aménagement. La libération de l’emprise de l’ouvrage sera effectuée grâce à l’acquisition de parcelles vendues dans le périmètre d’aménagement ou par prélèvement sur l’ensemble des propriétés comprises dans le périmètre. La perte de terres agricoles est moins conséquente en cas d’AFAF par inclusion d’emprises.. 6 Extrait Mémoire Fatima El Hannouf, Master 2 ISA, Université Franche-Comté, 2015-2016
  21. 21. 20 3.2 Sites proposés Les sites font l’objet d’une représentation cartographique d’ensemble ci-après. Le tableau suivant permet de visualiser les correspondances entre les sites du volet foncier de l’observatoire environnemental, les AFAF et les sites retenus dans le cadre du volet paysage.
  22. 22. 21
  23. 23. 22 4 Présentation par site La présentation qui suit est opérée par site. Pour chaque site, sont abordés :  Le contexte géographique et institutionnel, avec la mise à jour pour chacun des sites des contours de EPCI au 01/01/2017 issus de la réforme territoriale,  Une synthèse des dynamiques territoriales à l’œuvre sur les sites visant à formuler des hypothèses entre ce qui relève de la dynamique propre de chaque site étudié et des effets induits par le passage de la LVG,  Le contexte naturel et paysager,  L’analyse de l’occupation du sol et de ses évolutions sur la période 2009-2014,  L’analyse de l’évolution de l’espace agricole et son organisation sur la même période,  Une synthèse des enjeux par site et une formulation de premières hypothèses d’évolution. S’agissant de l’occupation du sol, elle est analysée selon 5 classes : N (Naturel), A (Agricole), F (Forestier), U (urbain), E (eau)7 . La rubrique « NR » (espaces non renseignés) apparaissant dans les tableaux d’évolution de l’occupation du sol correspond à deux types d’espaces :  les espaces non cadastrés structurels (routes, bâtiments non soumis à l'impôt, eaux et forêts domaniales, etc.),  les parcelles qui ont subi une mutation (division, fusion, etc.) et dont l'information géométrique n'a pas encore été intégrée dans la base cadastrale. En ce qui concerne la notion d’espaces agricoles, il faut distinguer :  Les espaces agricoles issus du modèle d’occupation du sol (MOS) utilisé dans cette étude et qui est construit à partir du registre parcellaire graphique (RPG) complété de la BD topo IGN et des fichiers fonciers. A priori le MOS permet d’avoir la vision la plus complète des espaces agricoles.  Les structures des exploitations agricoles qui sont des données issues des déclarations faites par les agriculteurs dans le cadre de la PAC et qui ne concernent pas l’intégralité des terres agricoles (données RPG),  LA SAU (surface agricole utile ou utilisée) calculée à partir du recensement agricole qui a lieu tous les 10 ans et qui concerne la SAU des exploitations qui ont leur siège dans la commune, ce qui signifie que la SAU communale peut être plus importante la SAU véritablement présente sur la commune. Les évolutions de cet indicateur sont donc à interpréter avec précaution. 7 Voir explications méthodologiques en annexe du rapport (partie 6)
  24. 24. 23 S’agissant des exploitations agricoles, deux indices spécifiques ont été créés dans le cadre de cette étude :  « L’indice de distance standard » donnant la distance moyenne des parcelles d’une même exploitation agricole au centre de cette dernière complétée par « l’indice de solidité »,  « L’indice de solidité » ou « de compacité » qui permet de mesurer le degré de concentration des parcelles agricoles autour du centre des exploitations. Plus l’exploitation tend vers « 1 » plus elle est compacte, plus elle tend vers « 0 » plus elle est dispersée. Cet indicateur vient compléter l’indicateur de distance standard, qui est un indicateur imparfait dans le sens où il sera sensible aux valeurs de distance des parcelles d’une même exploitation agricole (présence d’une valeur marginale). De manière générale, à ce stade des données disponibles (millésimes utilisés pour les fichiers fonciers et le registre parcellaire graphique ; état d’avancement des aménagements fonciers), il n’est pas encore possible d’analyser les stratégies de compensation à l’œuvre sur les espaces agricoles (optimisation de la conduite du parcellaire restant, recherche de nouvelles parcelles en compensation ; restructuration des exploitations agricoles pouvant conduire à des modifications des pratiques technico-économiques).
  25. 25. 24 4.1 Site 1 : Vallée de l’Indre 4.1.1 Contexte géographique et institutionnel Le site de la Vallée de l’Indre est situé au sein de la Région Centre Val de Loire, dans le département de l’Indre-et-Loire. Il est positionné à une vingtaine de kilomètres au sud de Tours et appartient à l’aire urbaine tourangelle. Il compte les 4 communes suivantes : Veigné, Montbazon, Monts et Sorigny. C’est un site traversé par de nombreuses infrastructures routières et ferrées (figure 1-1), dont le jumelage de l’autoroute A10 et de la ligne à grande vitesse. Il est traversé du nord au sud par l’A10 (gare de péage à Sorigny) et dans les communes de Monts et de Veigné par l’A85 selon une direction Est-Ouest. Par ailleurs, il est prévu8 le passage de l’A10 à 2x3 voies de Chambray-lès-Tours à Veigné à hauteur de l’échangeur A10/A85. La LGV SEA9 représente sur ces communes près de 14 kms de voies ferrées. Figure 1-1 : carte des principales infrastructures routières et ferroviaires sur le site n°1 8 Décret n°2011-1963 du 23 décembre 2011 9 Veigné : 4.97 kms de voies ; Montbazon : 0.84 kms de voies ; Monts : 1,99 km de voies et un raccordement ; Sorigny : 6.14 kms de voies
  26. 26. 25 Le site n°1 prend position à la fois au sein de la plaine alluviale de la vallée de l’Indre (Veigné, Montbazon, Monts) et au sein du plateau agricole du centre Touraine (Sorigny). Les communes concernées appartiennent à la Communauté de Communes du Touraine Vallée de l’Indre10 (figure 1-2) et au périmètre du SCoT11 de l’Espace Tourangelle qui couvre 54 communes au 01/01/2017. Figure 1-2 : carte des EPCI 10 Cette communauté de commune est issue de la fusion des Communautés de communes du Pays d’Azay-Le-Rideau, et du Val de L’Indre, complétée de l’adhésion des communes de Sainte-Catherine de Fierbois et de Villeperdue. 11 Le SCoT a été approuvé le 27 septembre 2013. Compte-tenu des changements de périmètre des EPCI opérés au 01/01/2017 suite à la loi NOTRe (loi portant Nouvelle Organisation Territoriale de la République du 07 Août 2015), le SCoT a été mis en révision par délibération du 17/03/2017 afin de prendre en compte le périmètre étendu.
  27. 27. 26 Tableau 1-1 : chiffres clés et illustration cartographique Site 1 - Vallée de l'Indre : Monts, Sorigny, Montbazon, Veigné Présentation du site Nombre de communes 4 Superficie totale (ha) 10454 Population totale (en 2013) 20072 Densité de population (hab./km2) 192 Occupation du sol en 2014 Part des surfaces urbanisées 11,4% Part des surfaces boisées 34,1% Part des surfaces naturelles 2,1% Part des surfaces agricoles 50,4% LGV et Aménagements Fonciers Emprises de la LGV : Surface de l'emprise (ha) 146,1 Longueur du tracé de la LGV (km) 13,9 Aménagements Fonciers Agricoles et Forestiers : Nombre d’aménagements fonciers 1 Surface totale du périmètre (ha) 1744,0 Emprise (ha) dans le périmètre d'AF 86,0 Type d'aménagement foncier Inclusion Ratio "surf. remembrée/emprise" 11,9 Ratio "surf. Remembrée(ha)/km LGV" 125,5 Réserve foncière SAFER (ha) 101,4 Sources : IGN© Scan 25, BD Topo Réalisation : CEREMA/DTERSO Remarque : Dans le tableau ci-dessus, seul est évoqué l’AFAF couvrant les communes de Monts et Sorigny. Veigné relève d’un AFAF en exclusion comprenant également Chambray- lès-Tours (cf. paragraphe 4-1-5) et qui concerne l’entrée de l’agglomération tourangelle. 4.1.2 Dynamiques générales du territoire Le site 1 est soumis à la pression urbaine de l’agglomération tourangelle. Les communes composant ce site connaissent une évolution démographique récente en moyenne plus forte que celle du département et de Tours Métropole Val de Loire (cf. tableau 1-2), notamment sur les communes de Monts et Sorigny. D’après la « typologie des campagnes » réalisée par la DATAR en 2011 (figure 1-3), les communes de Monts et de Sorigny sont classées dans la catégorie des « campagnes dynamiques proches des villes ». Ce sont des communes qui profitent de leur proximité aux grands pôles et qui subissent leurs influences.
  28. 28. 27 Figure 1-3 : Extrait typologie des campagnes, DATAR 2011 Sorigny, qui présente la plus faible densité de l’échantillon, est la commune qui a connu sur la période 2008- 2013 la plus forte croissance démographique en valeur relative12 . Cette attractivité démographique se traduit également par l’augmentation du nombre de logements (figure 1- 4) sur la période avec la prégnance d’un habitat individuel, traditionnellement plus consommateur d’espace, constat particulièrement patent sur les communes de Monts et Sorigny. A l’échelle de la communauté de communes, ce sont à terme près de 3000 à 4000 emplois qui sont projetés13 sur la ZAC ISOPARC14 et qui devraient engendrer une forte demande de terrains constructibles de logement. La ZAC ISOPARC est située sur la commune de Sorigny et constitue une emprise de 235 hectares. Compte-tenu des orientations du SCOT, l’enjeu sur les communes du site n°1 va être de concilier croissance urbaine avec un développement maîtrisé de l’urbanisation, la préservation des terres agricoles (Sorigny15 ) et la prise en compte de la biodiversité (vallée de l’Indre16 ). L’objectif est de limiter l’urbanisation en extension17 , en particulier dans les territoires ruraux, au profit du renouvellement urbain et cibler « les extensions urbaines prioritairement dans les secteurs préférentiels de développement ». Le SCoT prévoit en ce sens de donner priorité aux « mobilités durables » en faisant de l’étoile ferroviaire de Tours « le socle des nouvelles mobilités d’agglomération » et en développant en priorité l'urbanisation dans les secteurs situés à proximité des gares ferroviaires. Parmi les gares TER identifiées comme possédant un potentiel de développement urbain, figurent la gare de Montbazon (Axe Tours/Loches) et la gare de Monts (Axe Tours/Poitiers). Dans ces "espaces gare", le SCoT prévoit d'augmenter l'urbanisation (logements et diversification des fonctions urbaines). Il faut noter par ailleurs que la ville de Monts s’est « particulièrement étendue conséquemment à la présence du Commissariat à l'Énergie Atomique ». 12 Le PADD du PLU de la commune de Sorigny prévoit une progression de 1000 à 1200 habitants à horizon 2020. 13 PADD du PLU de Sorigny 14 http://www.isoparc.fr/ 15 Sorigny est identifiée dans le PADD15 du SCoT parmi les secteurs préférentiels de développement de l’agriculture 16 Monts, Veigné Montbazon (Vallée de L’Indre) sont identifiés parmi les secteurs où doivent être pris en compte toutes les composantes de la biodiversité 17 Cf. DOO du SCoT "Faire grandir la ville de l'intérieur pour moins consommer d'espace"
  29. 29. 28 Commune de VEIGNE (source : Geoportail IGN) Commune de SORIGNY (source : Geoportail IGN) Evolutions démographiques18 Tableau 1-2 : Evolutions démographiques 2008-2013 et densités Population 2013 Population 2008 Evolution (nombre habitants) Evolution (pourcentage) Taux de croissance annuel moyen (TCAM) Densité (nbe habts/km2) Département 600 252 585 406 14 846 2,54% 0,50% 97,97 Tours Métropole Val de Loire 290114 286775 3339 1,16% 0,23% 743,1 Communauté de communes au 01/01/2017 49627 108,35 Ancienne CC Val de L’Indre19 32550 30349 2201 7.25% 1,41% Veigné 6 098 5 990 108 1,80% 0,36% 229,4 Montbazon 4 081 3 920 161 4,11% 0,81% 627,8 Monts 7 471 6 934 537 7,74% 1,50% 273,9 Sorigny 2 422 2 137 285 13,34% 2,54% 55,8 Total site 1 volet foncier 20 072 18 981 1 091 5,75% 1,12% 192 18 Source INSEE, RP 2008 et 2013 19 L’ancienne Communauté de communes du Val de l’Indre était composée de 8 communes : Artannes-sur-Indre, Esvres, Montbazon, Monts, Saint-Branchs, Sorigny, Truyes et Veigné.
  30. 30. 29 Evolution du nombre de logements entre 2009 et 2014 par commune du site n°1 - Figure 1-4 Nombre de locaux d’activités entre 2009 et 2014 par commune du site n°1 – Figure 1-5 Sources : ©fichiers fonciers 2009 et 2014 4.1.3 Cadre naturel et paysage Le site appartient à l’unité paysagère de la Vallée de l’Indre, formée par une série de plaines et de plateaux agricoles. On y retrouvera la présence de champs ouverts côtoyant des espaces où dominent de vastes ensembles de forêts au nord du territoire et des prairies au sud.
  31. 31. 30 Le site présente un grand intérêt écologique : zone humide de la Maubennerie à Veigné, prairies humides de la Bouchère sur Veigné, Montbazon et Monts, site d’intérêt écologique « l’étang des Petites Mottes » à Sorigny. Il existe au sein de ces communes de nombreuses espèces animales protégées telles que la pie- grièche écorcheuse dans le sud-ouest du secteur Veigné-Chambray-les-Tours, mais également l’alouette des champs qui niche dans les zones de cultures et de champs. Dans la commune de Sorigny plusieurs zones sensibles ont été recensées : des zones humides à protéger (mares) ainsi que des habitats d’intérêts (« haies à intérêts écologiques ») au nord du territoire communal. 4.1.4 Evolution de l’occupation du sol Figure 1-6 : Occupation du sol en 2014 – traitement fichiers fonciers et RPG Les premiers éléments issus des traitements des bases de données indiquent sur la période 2009-2014 une augmentation des surfaces urbanisées au détriment des surfaces agricoles, induite pour partie par le passage de l’infrastructure (cf. ci-dessous tableau 1-4), mais aussi à l’attractivité des communes comprises dans la sphère d’influence de l’aire urbaine de Tours et de sa zone d’emploi. La commune de Sorigny comporte à elle seule 61% de la surface agricole utile (SAU) du site et présente de ce point de vue un enjeu particulier. La tâche urbaine sur Sorigny (figure 1-7) laisse transparaitre des zones aisément « densifiables »,
  32. 32. 31 que l’on suppose agricoles et qui sont ceinturées par des espaces bâtis, pouvant se prêter assez facilement à l’urbanisation. Une optimisation du foncier pourrait intervenir via les documents d’urbanisme sur ce secteur. Figure 1-7 : tâche urbaine site n°1 Tableaux 1-3 et 1-4 : principales évolutions de l’occupation du sol entre 2009 et 2014 – site n°1 Classes NAFUE Evolution 2009-2014 (en ha) Evolution 2009- 2014 (en%) Surfaces naturelles (N) 4,11 1,89 Surfaces agricoles (A) -119,22 -2,21 Forêts (F) 14,4 0,41 Urbain (U)* 100,27 9,17 Surfaces en eau (E) 0,96 5,65 Non Renseigné (NR) -0,52 -0,27 Classes NAFUE Evolution Surf. Sous fuseau 2009-2014 (en ha) Evolution Surf. Sous fuseau 2009-2014 (en%) Surfaces naturelles (N) 4,1 57,67 Surfaces agricoles (A) -90,47 -23,03 Forêts (F) 37,06 8,72 Urbain (U)* 6,75 7,76 Surfaces en eau (E) 0 0 Non Renseigné (NR) 42,56 329,2 Sources : ©fichiers fonciers 2009 et 2014, ©RPG 2019 et 2014, ©BD TOPO 2010 et 2015, IGN PARIS
  33. 33. 32 4.1.5 Organisation de l’espace agricole et sa modification potentielle A l’échelle du site, l’activité agricole se structure de la façon suivante :  La céréaliculture est l’orientation technico-économique dominante puisqu’elle représente 24,6% de la production agricole et recouvre une surface de 2 580,4 ha ;  Les surfaces en herbes représentent 9,2% de la superficie agricole utile du site soit une surface de 969,6 ha. Mais, depuis 10 ans il est constaté à l’échelle du département d’Indre et Loire, premier département agricole de la région Centre Val de Loire, à la fois un recul du nombre des exploitations agricoles, de 6775 en 2000 à 4843 en 2010, et une diminution des surfaces agricoles de « -5 % »20 en moyenne. Le nombre d’exploitations a diminué sous l’effet de deux facteurs : la périurbanisation (voir supra), entraînant la perte de surfaces agricoles, et la disparition des petites exploitations au profit d’exploitations de plus grande taille21 . S’agissant de la surface des exploitations, le même phénomène est perceptible au sein des communes du site où les surfaces agricoles (SAU22 ) ont diminué entre 2000 et 2010 : Monts :-2,73% ; Sorigny : -4,4%, Veigné :-10,4%23 , à l’exception de la commune de Montbazon. Le nombre de parcelles agricoles sur le site est de 700 avant aménagements fonciers. Il existe deux périmètres d’aménagements fonciers distincts au sein de ce site.  PAF1 : Les communes de Monts et de Sorigny font partie d’un même périmètre d’aménagement de 1 744 ha intégrant également les communes de Villeperdue et de Saint-Epain. Dans ce périmètre, c’est un aménagement en inclusion des emprises qui est réalisé.  PAF2 : La commune de Veigné est comprise dans un périmètre de 4639 ha qui intègre la commune de Chambray-les-Tours. Dans ce périmètre, c’est un aménagement en exclusion des emprises qui est pratiqué. Tableau 1-5 : Périmètres d’Aménagements Fonciers (source : planning des Aménagements fonciers, LISEA) Périmètres d’aménagements fonciers (PAF) Communes Type d’AFAF appliqué Emprise de la LGV (en ha) Périmètre (en ha) Contribution SAFER (en ha) PAF 1 Villeperdue Sorigny Monts Saint-Epain 146,13 1 744 101,4 Inclusion des emprises PAF 2 Veigné Chambray-les- Tours 134,16 4639 0 Exclusion des emprises 20 Source : Agreste, Ministère de l’Agriculture. 21 Taille moyenne des exploitations en région Centre Val de Loire : 94 hectares ; moyenne nationale : 55 hectares 22 La SAU est calculée à partir des exploitations agricoles ayant leur siège dans la commune. 23 Source : http://agreste.agriculture.gouv.fr/recensement-agricole-2010/resultats-donnees-chiffrees/
  34. 34. 33 Principales évolutions des espaces agricoles Figures 1-8 et 1-9 : surfaces agricoles en 2009 et 2014 Sources : ©RPG 2019 et 2014, Ministère de l’Agriculture Tableau 1-6 : site 1 Vallée de l’Indre - Caractéristiques des exploitations agricoles en 2009 Taille des exploitations agricoles Nombre d'exploitations agricoles (Nb Exp) 24 Nombre d'exploitations pour IDS (Nb Exp IDS) 25 SAU totale des exploitations26 Surface sur site27 Nb Îlots28 IDS 29 Moins de 20 ha 17 5 100,8 100,1 40 556 20-49 ha 10 7 405,7 201,6 54 934 50-99 ha 18 14 1382,1 764,3 112 896 100-199 ha 47 37 6330,9 2664,1 361 913 200 ha et plus 11 7 2686,4 975,0 90 943 Total 103 70 10905,8 4705,1 657 889 Source : © fichiers RPG 2009, Ministère de l’Agriculture 24 Nb Exp : Nombre d’exploitations identifiées sur le périmètre du site 25 Nb Exp IDS : nombre d’exploitations sur lesquelles est calculé l’indice de distance standard (celles qui exploitent 3 îlots et plus) 26 SAU tot exploitation : surface totale de l’exploitation (que cette surface soit sur le site ou hors du site) 27 Surface sur site : surface agricole exploitée sur le site par les exploitations identifiées sur le site 28 Nb Ilots : nombre d’ilots des exploitations identifiées sur le site 29 IDS : indice de distance standard exprimé en mètres. Il est calculé pour chaque exploitation ayant plus de 2 ilots
  35. 35. 34 Tableau 1-7 : site 1 Vallée de l’Indre - Caractéristiques des exploitations agricoles en 2014 Taille des exploitations agricoles Nombre d'exploitations agricoles (Nb Exp) Nombre d'exploitations pour IDS (Nb Exp IDS) SAU totale des exploitations Surface sur site Nb Îlots IDS Moins de 20 ha 16 5 112,7 112,1 45 974 20-49 ha 4 3 143,3 75,2 19 842 50-99 ha 23 15 1760,9 841,9 126 939 100-199 ha 46 37 6373,7 2482,8 360 901 200 ha et plus 12 8 2852,6 1039,7 120 892 Total 101 68 11243,2 4551,7 670 911 Source : ©fichiers RPG 2014, Ministère de l’Agriculture A noter : Dans les tableaux 1-6 et 1-7, les classements par taille sont effectués selon la surface de l’exploitation. Ainsi une exploitation de 110 ha qui a 30 ha sur le site est comptabilisée dans la tranche 100-199 ha et non pas dans celle de 20 à 49 ha. La somme des IDS est uniquement réalisée pour les exploitations pour lesquelles cet indice a été calculé. Tableaux 1-8 et 1-9 : site 1 Vallée de l’Indre - Comparaison de l’évolution des exploitations agricoles sur 2009-2014 source : RPG Taille des exploitations agricoles 2009 2014 Nombre Surface sur site (ha) IC SAU Nombre Surface (ha) IC SAU Moins de 20 ha 17 100,1 0,02 16 112,1 0,02 De 20 à 49 ha 10 201,6 0,04 4 75,2 0,02 De 50 à 99 ha 18 764,3 0,16 23 841,9 0,18 De 100 à 199 ha 47 2664,1 0,57 46 2482,8 0,55 200 ha et plus 11 975,0 0,21 12 1039,7 0,23 Ensemble des exploitations 103 4705,1 1,00 101 4551,7 1,00 Source : ©fichiers RPG 2009 et 2014, Ministère de l’Agriculture Sur ce site, on dénombre quelques changements avant remembrements. La surface agricole exploitée sur ce site diminue entre 2009 et 2014, avec une tendance au regroupement au profit des exploitations de 50 hectares et plus. C’est la catégorie « 20 à 49 hectares » qui diminue le plus au regard à la fois de la SAU totale des exploitations, que leur SAU soit intégralement sur le site n°1 ou non, ou de la surface agricole exploitée sur le site. Les exploitations de plus de 100 hectares représentent plus de 70% de la SAU du site. S’agissant de l’analyse des effets des remembrements, la prise de possession des terres, suite à l’arrêté de clôture des AFAF, étant programmée au 01/09/2014, il ne sera possible de prendre connaissance des évolutions potentielles liées à la campagne agricole 2015 qu’à partir des millésimes des fichiers fonciers et du registre parcellaire graphique ultérieurs à 2015 (01/01/2016).
  36. 36. 35 Taille des exploitations agricoles Evolutions brutes 2009-2014 Evolutions relatives 2009-2014 Nombre Surface (ha) Nombre (%) Surface (%) Moins de 20 ha -1 11,9 -5,88 11,91 De 20 à 49 ha -6 -126,4 -60,00 -62,68 De 50 à 99 ha +5 77,6 27,78 10,15 De 100 à 199 ha -1 -181,3 -2,13 -6,81 200 ha et plus +1 64,8 9,09 6,65 Ensemble des exploitations -2 -153,4 -1,94 -3,26 Source : ©fichiers RPG 2009 et 2014, Ministère de l’Agriculture Figure 1-10 : Indice de solidité/dispersion des exploitaitons agricoles du site 1 Source : ©fichiers RPG 2014, Ministère de l’agriculture
  37. 37. 36 Figure 1-11 : indice de distances standards des parcelles des exploitations agricoles Source : ©fichiers RPG 2014, Ministère de l’agriculture Tableau 1-10 : site 1 Vallée de l’Indre Calculs des indices de distance standard et solidité sur la période 2009-2014 source RPG Taille des exploitations agricoles Distance standard (mètres) Indice de solidité 2009 2014 2009 2014 Moins de 20 ha 556 974 0,59 0,56 De 20 à 49 ha 934 842 0,41 0,32 De 50 à 99 ha 896 939 0,51 0,53 De 100 à 199 ha 913 901 0,42 0,41 200 ha et plus 943 892 0,66 0,64 Ensemble des exploitations 889 911 0,49 0,49 L’évolution de l’indice de distance standard (avant AFAF) témoigne plutôt d’une augmentation de la distance moyenne des parcelles d’une même exploitation agricole au centre de cette dernière, liée à l’évolution de la catégorie « 50/99 hectares ». L’indice moyen de solidité, permettant d’analyser s'il y a eu regroupement des parcelles d'une exploitation et donc peut-être changement de mode de production, reste inchangé sur la période, excepté pour la catégorie précitée. Le site n°1 comprend un vaste périmètre de remembrement où les exploitations sont assez dispersées. Compte-tenu de la dimension du périmètre remembré, il est probable que l’on tende à termes vers une augmentation de la taille moyenne des ilots et une réduction de la distance entre les ilots. On suppose la
  38. 38. 37 nécessité pour les agriculteurs de réduire les déplacements compte-tenu de la forte densité du trafic qui doit circuler sur les voieries qu’ils utilisent. 4.1.6 Synthèse et enjeux majeurs à suivre sur ce site Ce site à caractère périurbain pour les communes les plus proches de l’agglomération tourangelle (ex : Veigné), présente une occupation du sol à dominante agricole, puis forestière. Il connaît une augmentation de la part des surfaces urbanisées au détriment principalement des terres agricoles, évolution pour partie liée à l’emprise de la LGV (cf. tableau 1-4). En effet, si la LGV constitue un élément substantiel de modification de l’occupation du sol et des espaces agricoles durant la période étudiée, le projet de ligne LGV vient néanmoins s’insérer dans un système territorial sous influence de l’aire tourangelle, maillé par de nombreuses infrastructures, et confronté à un phénomène de périurbanisation préexistant au projet LGV. Les stratégies territoriales des collectivités visent à limiter l’urbanisation en extension et à orienter l’urbanisation vers « les secteurs préférentiels de développement » dont les secteurs à proximité des gares ferroviaires (Monts, Montbazon). A ce stade, on ne note pas sur la période étudiée d’évolution marquante des systèmes de production (orientations technico-économiques), ni de réduction significative du nombre et de la structure (répartition par taille) des exploitations agricoles. C’est un secteur où les grandes exploitations (grandes parcelles en openfield sur « les plateaux du centre Touraine ») dominent au sud et les petites exploitations et de petits îlots au nord à l’approche de l’agglomération de Tours (marges périurbaines). La distribution spatiale des exploitations est stable car les aménagements fonciers qui ont été réalisés, ne transparaissent pas encore dans les millésimes des bases disponibles (fichiers fonciers, RPG). Les enjeux majeurs à suivre sur ce site, en lien avec les autres volets de l’observatoire environnemental, sont les suivants :  La présence de zones sensibles et d’intérêts, dont des mares, qui pourraient être éventuellement impactées par les aménagements fonciers agricoles et forestiers, même si dans le cadre des AFAF, les géomètres disposent de recommandations en matière de préservation des zones humides.  La présence de haies d’intérêt écologique dans lesquelles nichent des espèces d’oiseaux protégés, qui peuvent être vulnérables. En principe, les commissions communales d’aménagement foncier statuent sur le devenir des haies au travers des travaux connexes aux aménagements fonciers qui peuvent indiquer dans les haies qui existent, les haies sur lesquelles aucune modification n’est permise, en dehors d’un entretien normal.  L’évolution des exploitations agricoles (distribution spatiale, surfaces, nombre), dans le cadre des opérations de remembrement et au regard du contexte global de croissance urbaine.
  39. 39. 38 L’évolution des exploitations de moins de 20 hectares constitue un point de vigilance. L’hypothèse émise est qu’une partie de ces terrains pourraient changer de destination (terrains à bâtir) et être cédée dans l’avenir dans ce secteur à forte dynamique démographique. Par ailleurs, sur ce secteur de grand périmètre d’aménagement foncier en inclusion, couplé à un système d’exploitations agricoles peu compact, il est possible d’émettre l’hypothèse que le remembrement va engendrer un changement assez significatif de l’organisation spatiale des exploitations. L’agrandissement des parcelles et leur rapprochement vont permettre de réduire la distance standard entre les ilots. Il aboutira à une nouvelle mosaïque parcellaire qui aura une incidence paysagère, évolution à intégrer à l’analyse des impacts de la LGV sur le paysage (cf. site 1 de l’observatoire photographique paysager disponible sur le site lisea.fr).  Les stratégies des propriétaires fonciers, avec de possibles stratégies de rétention foncière compte-tenu de la pression urbaine exercée par l’agglomération tourangelle. Le passage de la LGV, au travers des remembrements, peut venir contrarier ces stratégies. Cette hypothèse permet de préconiser un suivi particulier dans le temps dans le cadre du volet foncier de l’observatoire environnemental de l’évolution des petites exploitations notamment dans les marges périurbaines (Monts) et plus au sud sur la commune de Sorigny.
  40. 40. 39 4.2 Site 2 : La Vienne (37) 4.2.1 Contexte géographique et institutionnel Le site 2 est situé dans le département de l’Indre-et-Loire en région Centre Val de Loire à l’extrême sud du département. De façon plus précise, il est situé en aval de la vallée de la Vienne. La commune de Villeperdue est à 27 kms au sud de Tours et la commune de la Celle-Saint-Avant à 47 kms. Cette dernière se situe à 24 kms de Châtellerault. Le site compte 9 communes : Villeperdue, Sainte-Catherine-de-Fierbois, la Celle-Saint-Avant, Sepmes, Draché, Sainte-Maure-de-Touraine, Maillé, Nouâtre, Saint-Epain. Ces communes sont réparties sur 3 EPCI différents :  La communauté de communes Touraine Vallée de l’Indre (Villeperdue, Sainte-Catherine-de- Fierbois), qui fait partie du SCoT de l’agglomération tourangelle,  La communauté de communes Loches sur Touraine30 (La Celle-Saint-Avant, Sepmes, Draché), qui dispose d’un SCOT approuvé sur l’ancien périmètre de la communauté de communes de Loches Développement, SCoT qui sera étendu au pays de la Touraine du sud,  La communauté de commune Touraine Val de Vienne (Sainte-Maure-de-Touraine, Maillé, Nouâtre Saint-Epain). Ce site est traversé du nord au sud par l’A10 et par la LGV SEA31 sur 25 kms (base travaux et maintenance de Nouâtre-Maillé). 30 Issue de la fusion au 01/01/2017 des anciennes communautés de communes du Grand Ligueillois, de Loches Développement, de Montrésor et de la Touraine du Sud, soit 68 communes 31 Villeperdue (2,78 kms de ligne) ; Sainte-Catherine-de-Fierbois (4,76 kms) ; Sainte-Maure-de-Touraine (3,61 kms) ; Draché (3,77 kms) ; Maillé (5,39 kms) ; Nouâtre (1,49 kms) ; La Celle-Saint-Avant (0,67 km et un raccordement) ; Sepmes (2,88 kms). La commune de Saint Epain n’est pas traversée.
  41. 41. 40 Figure 2-1 : carte des EPCI Tableau 2-1 : chiffres clés et illustration cartographique Site 2 - La Vienne : Villeperdue, Sainte-Catherine-de-Fierbois, Sainte-Maure-de-Touraine, Draché, Maillé, Nouâtre, La Celle-Saint-Avant, Saint-Epain, Sepmes Présentation du site Nombre de communes 9 Superficie totale (ha) 22196 Population totale (en 2013) 11434 Densité de population (hab./km2) 51,5 Occupation du sol en 2014 Part des surfaces urbanisées 3,9% Part des surfaces boisées 16,2% Part des surfaces naturelles 1,5% Part des surfaces agricoles 74,2% LGV et Aménagements Fonciers Emprises de la LGV : Surface de l'emprise (ha) 453,3 Longueur du tracé de la LGV (km) 25,35 Aménagements Fonciers Agricoles et Forestiers : Nombre d’aménagements fonciers 3 Surface totale du périmètre (ha) 6203 Emprise (ha) dans le périmètre d'AF 280 Type d'aménagement foncier Inclusion des emprises Ratio "surf. remembrée/emprise" 13,7 Ratio "surf. remembrée/km LGV" 244 Réserve foncière SAFER (ha) 322,2 Sources : IGN© Scan 25, BD Topo Réalisation : CEREMA/DTERSO Remarque : Villeperdue et Saint-Epain appartiennent au même périmètre d’aménagement foncier que Sorigny et Monts (site n°1). Les données relatives aux AFAF dans le tableau ci-dessus réunissent les données des 3 périmètres d’aménagements fonciers présents sur ce site. 4.2.2 Dynamiques générales du territoire Le site n°2 est composé majoritairement d’espaces agricoles et de paysages ouverts, avec des espaces forestiers situés dans les vallons. La densité moyenne du site n’est pas très élevée (51,8 habitants/km2), avec toutefois trois communes au-dessus de la moyenne du site que sont Villeperdue, dans la marge de l’aire urbaine tourangelle, Nouâtre, et Sainte Maure de Touraine constituant un bassin de vie32 relié à l’A10. En termes de dynamiques démographiques sur la période 2008-2013, les évolutions les plus importantes sont enregistrées sur les communes de Sainte-Catherine-de-Fierbois, Sainte-Maure-de-Touraine, et Draché. (tableau 2-2). 32 Le bassin de vie est le plus petit territoire sur lequel les habitants ont accès aux équipements et services les plus courants.
  42. 42. 41 L’ensemble des communes du site appartient à la zone d’emploi de Tours. Elles relèvent en revanche de différents bassins de vie : Villeperdue/bassin de vie de Monts ; La Celle-Saint-Avant/bassin de vie de Descartes ; Saint-Epain/bassin de vie de l’Ile Bouchard ; Saint-Maure-de Touraine (Maillé, Nouâtre, Sepmes, Sainte Catherine de Fierbois). Ce site présente une urbanisation très dispersée, à l’exception du noyau urbain plus dense de Sainte-Maure- de-Touraine (figure 2-4). Cette grande dispersion est sans doute le marqueur d’une zone autrefois à vocation bocagère (subsistance de haies), qui a évolué vers une zone de champs beaucoup plus ouverts voués aux cultures plutôt qu’à l’élevage. Ces espaces ont sans doute déjà été remembrés. S’agissant spécifiquement de Sainte-Maure-de Touraine, le PADD du PLU identifie un développement urbain à réaliser « dans un souci d’équilibre entre espaces bâtis, ruraux et naturels ». La prise en compte des composantes de la trame verte et bleue, la vitalité de l’activité agricole, la valorisation des perspectives sur le grand paysage […] doivent servir le projet urbain » (système de vallées et affluents de la Manse, système bocager et boisements sur les coteaux, sur les plateaux et vallées agricoles). Un des enjeux du projet de territoire est de préserver la fonctionnalité de ses milieux naturels en évitant « au maximum leur fragmentation » due en particulier aux diverses infrastructures traversant l’espace (voie ferrée, l’A10, RD910, RD 760). Les abords de la LGV sont néanmoins identifiés comme une possibilité, en fonction de leur configuration, de constituer à terme de nouveaux corridors. Par ailleurs, l’impact du tracé de la LGV est souligné au regard notamment des circulations agricoles (cloisonnement Est/Ouest), d’où l’enjeu de réorganisation du parcellaire de part et d’autre de l’infrastructure. Figure 2-4 : tache urbaine
  43. 43. 42 Evolutions démographiques33 : Tableau 2-2 : Evolutions démographiques 2008-2013 et densités Population 2013 Population 2008 Evolution (nombre habitants) Evolution (pourcentage) Taux de croissance annuel moyen (TCAM) Densité (nbe habts/km2) Département 600 252 585 406 14 846 2,54% 0,50% 97,97 Tours Métropole Val de Loire 290114 286775 3339 1,16% 0,23% 743,1 CC de Touraine Vallée de l'Indre 49 627 108,35 CC Loches Sud Touraine 49 627 29,02 CC de Touraine Val de Vienne 52 506 38,03 Villeperdue 980 943 37 3,92% 0,77% 82 Sainte-Catherine- de-Fierbois 724 658 66 10,03% 1,93% 46,7 La Celle-Saint- Avant 1 048 1 037 11 1,06% 0,21% 58,9 Sepmes 660 665 -5 -0,75% -0,15% 23,1 Draché 719 682 37 5,43% 1,06% 38,8 Sainte-Maure-de- Touraine 4 290 4 019 271 6,74% 1,31% 106,2 Maillé 594 614 -20 -3,26% -0,66% 37,9 Nouâtre 847 836 11 1,32% 0,26% 87,8 Saint-Epain 1 572 1 535 37 2,41% 0,48% 25,1 Total site 2 volet foncier 11 434 10 989 445 4,05% 0,80% 51,5 Evolution du nombre de logements entre 2009 et 2014 par commune du site n°2 – Figure 2-2 Sources : ©fichiers fonciers 2009 et 2014 33 Source INSEE, RP 2008 et 2013
  44. 44. 43 Nombre de locaux d’activités entre 2009 et 2014 par commune du site n°2 - Figure 2-3 Sources : ©fichiers fonciers 2009 et 2014 4.2.3 Cadre naturel et paysage Les paysages sont formés par le plateau agricole de la Touraine et la succession d’openfields constitués de grandes cultures et d’élevages intensifs. Au nord et à l’ouest du territoire le paysage est marqué par des coteaux boisés. Plusieurs zones sensibles et d’intérêt écologique ont été recensées. Une ZNIEFF de type 2 (Vallée de Courtineau) ainsi que la présence de zones humides et un ensemble de mares forestières (massif des Grands Bois) sont présentes à Sainte-Catherine-de-Fierbois au sein desquelles on dénombre la présence d’espèces floristiques et faunistiques rares et menacées. Il faut noter également dans les « sensibilités » sur ce site la persistance de haies bocagères héritées du bocage démantelé au cours des quarante dernières années et dont il reste quelques éléments. 4.2.4 Evolution de l’occupation du sol Les premiers éléments issus des traitements des bases de données indiquent sur la période 2009-2014 une diminution des surfaces agricoles, induite pour partie par le passage de l’infrastructure, avec une progression corrélative des espaces urbanisés et des espaces non cadastrés (cf.tableau 2-4).
  45. 45. 44 Figure 2-5 : Occupation du sol en 2014 – traitement fichiers fonciers et RPG Principales évolutions de l’occupation du sol entre 2009 et 2014 Tableaux 2-3 et 2-4 : principales évolutions de l’occupation du sol entre 2009 et 2014 – site n°2 Classes NAFUE Evolution 2009- 2014 (en ha) Evolution 2009-2014 (en%) Surfaces naturelles (N) 25,84 8,15 Surfaces agricoles (A) -86,47 -0,52 Forêts (F) 15,91 0,45 Urbain (U)* 31,35 3,80 Surfaces en eau (E) 6,82 23,52 Non Renseigné (NR) 6,55 0,72 Classes NAFUE Evolution Surf. Sous fuseau 2009-2014 (en ha) Evolution Surf. Sous fuseau 2009-2014 (en%) Surfaces naturelles (N) 8,93 35,63 Surfaces agricoles (A) -57,51 -5,53 Forêts (F) -19,97 -4,63 Urbain (U)* 0,26 1,26 Surfaces en eau (E) 1,54 19,4 Non Renseigné (NR) 66,75 147,6 Sources : ©fichiers fonciers 2009 et 2014, ©RPG 2019 et 2014, ©BD TOPO 2010 et 2015, IGN PARIS Remarque : A noter sous le fuseau, l’acquisition d’environ 1,5 hectares de cultures cynégétiques le long du ruisseau des Grands Prés (Saint Maure de Touraine) pour les transformer en prairies34. 34 Dossier des engagements de l’Etat – Indre et Loire – juillet 2009
  46. 46. 45 4.2.5 Organisation de l’espace agricole et sa modification potentielle L’activité agricole est marquée à l’échelle du site, par la céréaliculture qui représentait en 2012, 65,5% de la production agricole (RPG 2012). La seconde orientation technico-économique est celle de la production d’oléagineux qui représente 23,6% de la production agricole. La pratique de l’élevage est également structurante puisqu’il a été comptabilisé 10 417 unités de gros bétails à l’échelle du site35 . A l’échelle du département d’Indre-et-Loire, premier département agricole de la région Centre Val de Loire, il est constaté depuis 10 ans à la fois un recul du nombre des exploitations agricoles, de 6775 en 2000 à 4843 en 2010, et une diminution des surfaces agricoles de « -5 % »36 en moyenne. Le nombre d’exploitations a diminué sous l’effet de deux facteurs : la périurbanisation, entraînant la perte de surfaces agricoles et la disparition des petites exploitations au profit d’exploitations de plus grande taille37 . Sur le site n°2, le nombre d’exploitations agricoles diminue entre 2000 et 2010 (-7%). Le nombre de parcelles avant les AFAF est de 5670 et la superficie agricole utilisée (SAU) est de 16 934 ha. Selon les données du recensement agricole, la SAU semble avoir progressé de 3% au sein du site 2 sur la même période. Cette donnée est toutefois à prendre avec précaution compte-tenu du mode de calcul de la SAU à partir des exploitations agricoles ayant leur siège dans la commune. Néanmoins la baisse du nombre d’exploitations, et le maintien à minima de la SAU sur le site 2, témoignent d’une concentration des exploitations. Les communes de Saint Epain (27,8% SAU), de Saint-Maure-de-Touraine (19,1% SAU) et de Draché (10%) représentent près de 60% de la SAU du site. Il existe 3 périmètres d’aménagements fonciers distincts au sein de ce site.  PAF1 : Les communes de Villeperdue et de Saint-Epain font partie d’un même périmètre d’AFAF de 1744 ha qui intègre également les communes de Monts et de Sorigny,  PAF2 : Les communes de Sainte-Maure-de-Touraine, de Sainte-Catherine-de-Fierbois et de Sepmes font partie d’un même périmètre d’AFAF de 2233 ha,  PAF3 : Les communes de Maillé, de Draché et de la Celle-Saint-Avant sont intégrées au sein du même périmètre d’AFAF de 2226 ha. Dans chacun de ces périmètres, ce sont des aménagements en inclusion des emprises qui sont appliqués. 35 Source : Agreste 2010, Ministère de l’Agriculture 36 Source : Agreste, Ministère de l’Agriculture. 37 Taille moyenne des exploitations en région Centre Val de Loire : 94 hectares ; moyenne nationale : 55 hectares
  47. 47. 46 Tableau 2-5 : Périmètres d’Aménagements Fonciers (source : planning des Aménagements fonciers, LISEA) Périmètres d’aménagements fonciers (PAF) Communes Type d’AFAF appliqué Emprise de la LGV (en ha) Contribution SAFER (en ha) Périmètre (en ha) PAF 1 Villeperdue, Sorigny, Monts Saint-Epain 146,13 101,4 1 744 Inclusion des emprises PAF 2 Sainte-Maure-de- Touraine, Sainte- Catherine-de-Fierbois Sepmes 131,12 120,59 2 233 Inclusion des emprises PAF 3 Maillé, Draché, La Celle-Saint-Avant 176,05 100,59 2 226 Inclusion des emprises Principales évolutions des espaces agricoles Figures 2-6 et 2-7 : surfaces agricoles en 2009 et 2014 Sources : ©RPG 2019 et 2014, Ministère de l’agriculture
  48. 48. 47 Tableau 2-6 : site 2 « la Vienne » - caractéristiques des exploitations agricoles en 2009 Taille des exploitations agricoles Nombre d'exploitations agricoles (Nb Exp) Nombre d'exploitations pour IDS (Nb Exp IDS) SAU totale des exploitations Surface sur site Nb Îlots IDS Moins de 20 ha 38 13 257,7 223,1 100 727 20-49 ha 29 23 1017,5 763,5 157 845 50-99 ha 86 74 6278,5 4396,0 804 1191 100-199 ha 105 95 14223,8 8613,0 1444 1473 200 ha et plus 21 13 5490,6 1695,7 228 2256 Total 279 218 27268,0 15691,4 2733 1313 Source : ©fichiers RPG 2009, Ministère de l’Agriculture Tableau 2-7 : site 2 « la Vienne » - caractéristiques des exploitations agricoles en 2014 Taille des exploitations agricoles Nombre d'exploitations agricoles (Nb Exp) Nombre d'exploitations pour IDS (Nb Exp IDS) SAU totale des exploitations Surface sur site Nb Îlots IDS Moins de 20 ha 28 12 158,2 149,4 77 716 20-49 ha 24 20 828,4 681,1 140 893 50-99 ha 74 60 5458,0 3586,8 625 1285 100-199 ha 103 92 13983,8 8274,3 1423 1451 200 ha et plus 28 20 6941,1 2769,5 454 2178 Total 257 204 27369,5 15461,1 2719 1376 Source : ©fichiers RPG 2014, Ministère de l’Agriculture A noter : Dans les tableaux 2-6 et 2-7, les classements par taille sont effectués selon la surface de l’exploitation. Ainsi une exploitation de 110 ha qui a 30 ha sur le site est comptabilisée dans la tranche 100-199 ha et non pas dans celle de 20 à 49 ha. La somme des IDS est uniquement réalisée pour les exploitations pour lesquelles cet indice a été calculé. Tableaux 2-8 et 2-9 : site 2 « la Vienne » - Comparaison de l’évolution des exploitations agricoles sur 2009-2014 source : RPG Taille des exploitations agricoles 2009 2014 Nombre Surface sur site (ha) IC SAU Nombre Surface (ha) IC SAU Moins de 20 ha 38 223,1 0,01 28 149,4 0,01 De 20 à 49 ha 29 763,5 0,05 24 681,1 0,04 De 50 à 99 ha 86 4396,0 0,28 74 3586,8 0,23 De 100 à 199 ha 105 8613,0 0,55 103 8274,3 0,54 200 ha et plus 21 1695,7 0,11 28 2769,5 0,18 Ensemble des exploitations 279 15691,4 1,00 257 15461,1 1,00 Source : ©fichiers RPG 2009 et 2014, Ministère de l’Agriculture
  49. 49. 48 Taille des exploitations agricoles Evolutions brutes 2009-2014 Evolutions relatives 2009-2014 Nombre Surface (ha) Nombre (%) Surface (%) Moins de 20 ha -10 -73,7 -26,32 -33,03 De 20 à 49 ha -5 -82,4 -17,24 -10,79 De 50 à 99 ha -12 -809,3 -13,95 -18,41 De 100 à 199 ha -2 -338,7 -1,90 -3,93 200 ha et plus 7 1073,8 33,33 63,33 Ensemble des exploitations -22 -230,3 -7,89 -1,47 Source : ©fichiers RPG 2009 et 2014, Ministère de l’Agriculture Sur ce site, la prise de possession des terres, suite à l’arrêté de clôture des AFAF, étant programmée au 01/09/2014, il ne sera possible de prendre connaissance des évolutions potentielles liées à la campagne agricole 2015 qu’à partir des millésimes des fichiers fonciers et du registre parcellaire graphique ultérieurs à 2015 (01/01/2016). A ce stade, on constate néanmoins une réduction du nombre des petites et des moyennes exploitations plutôt orientées vers l’élevage, avec un « détricotage » corrélatif du bocage, au profit des plus grandes. Cette évolution s’inscrit dans la tendance structurelle identifiée précédemment en lien avec l’orientation technico-économique dominante du site (la céréaliculture), en dehors de l’effet propre au passage de la LGV. Les exploitations de 100 hectares et plus représentent plus de 70% de la SAU du site n°2. Figure 2-8 : Indice de solidité/dispersion des exploitaitons agricoles du site 2 Source : ©fichiers RPG 2014, Ministère de l’agriculture
  50. 50. 49 Figure 2-9 : indice de distances standards des parcelles des exploitations agricoles Source : ©fichiers RPG 2014, Ministère de l’agriculture Tableau 2-10 : site 2 « La Vienne » Calculs des indices de distance standard et solidité sur la période 2009-2014 source RPG Taille des exploitations agricoles Distance standard (mètres) Indice de solidité 2009 2014 2009 2014 Moins de 20 ha 727 716 0,53 0,51 De 20 à 49 ha 845 893 0,38 0,37 De 50 à 99 ha 1191 1285 0,35 0,36 De 100 à 199 ha 1473 1451 0,29 0,30 200 ha et plus 2256 2178 0,37 0,31 Ensemble des exploitations 1313 1376 0,36 0,35 L’évolution de l’indice de distance standard (avant AFAF) témoigne plutôt d’une légère augmentation de la distance moyenne des parcelles d’une même exploitation agricole au centre de cette dernière. L’indice moyen de solidité est stable sur la période 2009-2014 et révèle une organisation spatiale plutôt lâche. Compte-tenu de la dimension du périmètre remembré sur le site n°2, il est possible que l’on tende à terme vers une augmentation de la taille moyenne des ilots et une réduction de la distance entre les ilots, permettant d’optimiser l’organisation du foncier agricole actuel.
  51. 51. 50 Commune de SAINTE-MAURE-DE-TOURAINE (source : google map) 4.2.6 Synthèse et enjeux majeurs à suivre sur ce site Etant plus distant de l’agglomération de Tours, ce site semble moins impacté par le phénomène de périurbanisation, à l’exception de sa frange nord. Il est possible d’isoler plus facilement les effets induits du passage de la LGV sur la modification des espaces agricoles, dont l’évolution, compte-tenu de la dominante agricole du site, constitue un enjeu de suivi du volet foncier de l’observatoire environnemental. Si la création de la ligne nouvelle se répercute en partie sur la diminution des espaces agricoles sur le site, pour autant d’autres facteurs sont à prendre en compte dont la tendance structurelle à la spécialisation dans de grandes cultures. Par ailleurs, 7 communes sur 9 sont classées en zone de revitalisation rurale38 (La Celle-Saint- Avant, Draché, Sepmes depuis 2014; Maillé, Nouâtre, Saint Epain, Sainte-Maure-de-Touraine classées depuis 2017), témoignant d’une fragilité économique de ces territoires ruraux39 . Dans ce contexte, le passage de la LGV et la réorganisation des espaces agricoles qu’elle emporte pourrait être un facteur d’optimisation du foncier agricole (regroupements de parcelles aménagées, diminution de leur dispersion), d’accélération de la transmission des exploitations et d’amplification de la tendance préexistante de concentration des surfaces agricoles au profit des grandes exploitations. 38 Les zones de revitalisation rurale (ZRR) regroupent des territoires ruraux qui rencontrent des difficultés particulières. Les entreprises de ces territoires peuvent bénéficier d’avantages fiscaux notamment lors de leur création https://www.geoportail.gouv.fr/donnees/zones-de-revitalisation-rurale 39 La réforme des ZRR, votée en loi de finances rectificative pour 2015 (article 1465A du code général des impôts), a simplifié les critères de classement des territoires pris en compte. Les critères sont désormais examinés à l’échelon intercommunal et entrainent le classement de l’ensemble des communes de l’EPCI. Pour être classé en ZRR au 1er juillet 2017, l’EPCI doit avoir à la fois : - une densité de population inférieure ou égale à la médiane des densités par EPCI - un revenu fiscal par unité de consommation médian inférieur ou égal à la médiane des revenus fiscaux médians - http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/fr/le-p-rim-tre-des-zrr-au-1er-juillet-2017-0
  52. 52. 51 Les enjeux majeurs sur ce site, en lien avec autres volets de l’observatoire environnemental, sont les suivants :  la présence de zones sensibles et d’intérêts pouvant être impactées par le comblement potentiel des mares lors des aménagements fonciers agricoles et forestiers, et à l’inverse la création de mares de substitution40 (massif des Grands Bois, Sainte Catherine de Fierbois),  la possibilité pour les abords de la LGV, en fonction de leur configuration (végétalisation, points de franchissement), de constituer à terme de nouveaux corridors,  la persistance de quelques haies bocagères, héritées de l’ancien bocage démantelé au cours des 40 dernières années, qui sont fragiles du fait de leur moindre intérêt en tant que haies à fonction bocagère,  l’évolution des exploitations agricoles (distribution spatiale, surfaces, nombre, orientations technico-économiques, rétablissement des circulations), dans le cadre des opérations de remembrement, vers une augmentation des plus grandes exploitations et une confirmation de la céréaliculture comme OTEX dominante,  la reconversion de la base travaux de Nouâtre-Maillé (environ 24 hectares), dont une partie devrait devenir l'une des quatre bases de maintenance de la société Mesea (structure en charge de la maintenance de la LGV), et le reste pourrait être vendu ou rétrocédé à a collectivité,  la conjonction d’une dynamique démographique avec un tissu économique fragilisé sur la commune de Sainte-Maure-de-Touraine, auquel vient se surajouter le passage de la LGV. 40 Dossier des engagements de l’Etat – Indre et Loire – juillet 2009
  53. 53. 52 4.3 Site 3 : A proximité de Poitiers (86) 4.3.1 Contexte géographique et institutionnel Le site 3 prend position au sein de la région Nouvelle Aquitaine, au cœur du département de la Vienne. Il est délimité au nord par la vallée de la Boivre (site inscrit) et se poursuit ensuite sur la plaine agricole de Fontaine- le-Comte. Il compte les trois communes de Biard, Vouneuil-sous-Biard et Fontaine-le-Comte, qui se situent dans la très proche périphérie de Poitiers, de 4 km pour Biard à 10 km pour Fontaine-le Comte. Ces 3 communes sont traversées par l’A10 (jumelage sur Biard), la RN 10 (Fontaine le Comte) et, outre la LGV SEA (13 kms de ligne41 ), par le réseau ferroviaire reliant Poitiers à Niort. Biard accueille également l’aéroport de Poitiers-Biard. Ces communes appartiennent à la Communauté d’Agglomération du Grand Poitiers créée en 196542 , mais dont le périmètre a régulièrement évolué (Fontaine-le-Comte et Vouneuil-sous-Biard intégrées depuis 1997). Au travers de la Communauté d’Agglomération du Grand Poitiers43 , les communes incluses dans le site font par ailleurs partie du périmètre SCOT du Seuil du Poitou44 dont les contours définitifs ont été adoptés en février 2010. Figure 3-1 : carte des EPCI 41 Biard (2,97 kms de ligne), Vouneuil-sous-Biard (4,54 kms), Fontaine-le-comte (5,45 kms, 2 raccordements au nord vers Tours et au su vers Poitiers) 42 sous la forme initiale d’un district, création de la communauté d’agglomération en 1999 43 issue de la fusion de 3 communautés de communes (Communauté de communes de Vienne et Moulière, Communauté de communes du Pays Mélusin, Communauté de communes du Val Vert du Clain) et de la communauté d’agglomération de Grand Poitiers au 01/01/2017, soit un regroupement de 40 communes 44 http://www.scot-seuil-du-poitou.fr/
  54. 54. 53 Tableau 3-1 : chiffres clés et illustration cartographique Site 3 - A proximité de Poitiers : Fontaine-le-Comte, Biard, Vouneuil-sous-Biard Présentation du site Nombre de communes 3 Superficie totale (ha) 5247 Population totale (en 2013) 10960 Densité de population (hab./km2) 208,9 Occupation du sol en 2014 Part des surfaces urbanisées 15,9% Part des surfaces boisées 24,3% Part des surfaces naturelles 6,6% Part des surfaces agricoles 47,2% LGV et Aménagements Fonciers Emprises de la LGV : Surface de l'emprise (ha) 213,04 Longueur du tracé de la LGV (km) 12,96 Aménagements Fonciers Agricoles et Forestiers : Nombre d’aménagements fonciers 1 Surface totale du périmètre (ha) 1315,0 Emprise (ha) dans le périmètre d'AF / Type d'aménagement foncier Exclusion des emprises Ratio "surf. remembrée/emprise" 6,2 Ratio "surf. remembrée/km LGV" 101 Réserve foncière SAFER (ha) 26,1 Sources : IGN© Scan 25, BD Topo Réalisation : CEREMA/DTERSO 4.3.2 Dynamiques générales du territoire Ce site est particulièrement dense et attractif, l’ensemble des communes présentant un taux de croissance annuel moyen relativement fort sur la période 2008-2013, lié au desserrement résidentiel de l’agglomération de Poitiers. Biard jouxte Poitiers et est liée à son évolution, notamment dans sa partie Est. L’attractivité du site 3 se traduit dans l’évolution du nombre de maisons individuelles (cf. infra figure 3-4), notamment sur la commune de Vouneuil-sous-Biard, commune représentant par ailleurs 54% de la SAU du site (Fontaine-le- Comte représentant 41% de la SAU du site pour). Vouneuil-sous-Biard et Fontaine-le-Comte sont d’ailleurs identifiées dans le Programme Local de l’Habitat (PLH) dans le groupe de communes (groupe 2) devant porter 40% de la production de logements pour les années à venir. L’intensification urbaine, organisée autour des différents pôles du Grand Poitiers (pôles majeurs, secondaires, de proximité – cf. figure 3-2 ci-après) constitue un axe fort du projet d’aménagement et de développement durable (PADD du PLU)45 . Elle a pour corollaire la préservation des espaces agricoles et naturels (cf. orientation du PADD « Vivre dans en environnement de qualité articulant nature et urbanité » – cf. cf. figure 3-3 ci-après). Le projet du Grand Poitiers s’inscrit dans la recherche d’équilibre entre espaces urbanisés et non urbanisés. 45 Projet d’aménagement et de développement durable - Plan Local d’Urbanisme - Révision - R5 ; Approuvé par le Conseil de la Communauté d’Agglomération Grand Poitiers le 1 er avril 2011.
  55. 55. 54 Figure 3-2 : Extrait du PADD du Grand Poitiers (p.32) Au travers de son PADD, Grand Poitiers a notamment pour objectifs de « prévenir les conflits d'usage susceptibles de survenir entre agriculture et urbanité », « d'accompagner la réorientation de l'agriculture vers des modes de production plus respectueux de l'environnement (de préférence agriculture biologique) », d’engager des « partenariats avec les agriculteurs pour favoriser la création et la gestion de la trame verte », pour maintenir et reconstituer des paysages vernaculaires diversifiés. Figure 3-3 : Extrait du PADD du Grand Poitiers (p.17)
  56. 56. 55 Commune de BIARD (source : google map) Commune de VOUNEIL-SOUS-BIARD (source : google map) Commune de FONTAINE-LE-COMTE (source : google map) Evolutions démographiques46 Tableau 3-2 : évolutions démographiques sur la période 2008-2013 et densités Population 2013 Population 2008 Evolution (nombre habitants) Evolution (pourcentage) Taux de croissance annuel moyen (TCAM) Densité (nbe habts/km2) Département 431 248 424 354 6 894 1,62% 0,32% 61,69 CA du Grand Poitiers47 138759 507,35 Biard 1 715 1 618 97 6,00% 1,171% 228,67 Vouneil-sous- Biard 5 424 4 893 531 10,85% 2,082% 208,62 Fontaine-le- Comte 3821 3 453 363 10,66% 2,046% 204,33 Total site 3 volet foncier 10960 9 964 996 10,00% 1,92% 208,9 Evolution du nombre de logements entre 2009 et 2014 par commune du site n°3 – Figure 3-4 Nombre de locaux d’activités entre 2009 et 2014 par commune du site n°3- Figure 3-5 Sources : ©fichiers fonciers 2009 et 2014 46 Source INSEE, RP 2008 et 2013 47 Population légale au 01/01/2014
  57. 57. 56 4.3.3 Cadre naturel et paysage Le site 3 prend position au sein d’un paysage formé de vallons boisés au nord et à l’ouest et d’un ensemble de plaines et d’openfields. Si les surfaces agricoles et forestières représentent la majorité de la surface du site, la part des surfaces urbanisées est importante (près de 16% - cf. tableau 3-1). Au sein des espaces boisés et notamment de la vallée de la Boivre (site inscrit), de nombreuses espèces et zones sensibles et d’intérêts écologiques ont été recensées. Il existe à Vouneuil-sous-Biard une ZNIEFF de type 1 (ZNIEFF de la vallée de la Boivre). La commune compte également deux espaces naturels sensibles. 4.3.4 Evolution de l’occupation du sol Figure 3-6 : occupation du sol en 2014 – sources : traitements fichiers fonciers, RGP

×