Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi Avifaune landes sèches - 2017 - PCN

10 views

Published on

Le présent suivi vise à étudier les populations existantes de Busards Saint-Martin, de Fauvettes Pitchou et d'Engoulevents d’Europe, sur plusieurs secteurs le long de la LGV SEA et d’évaluer l’influence potentielle de la Ligne à Grande Vitesse SEA Tours-Bordeaux sur les populations nicheuses de ces espèces (répartition, densité, réussite de reproduction) à court, moyen et long terme.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Suivi Avifaune landes sèches - 2017 - PCN

  1. 1. 14 rue Jean Moulin 86240 Fontaine-le-Comte 05 49 88 99 23 pc.nature@laposte.net Rapport réalisé pour le compte de : LGV SEA TOURS-BORDEAUX Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches : Engoulevent d’Europe, Fauvette pitchou et Busard Saint-Martin Rapport de suivi 2017 (1ère année de suivi) – Méthodologie et résultats à l’échelle du Poitou-Charentes
  2. 2. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 2 Poitou-Charentes Nature Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches : Engoulevent d’Europe, Fauvette pitchou et Busard Saint-Martin Rapport de suivi 2017 (1ère année de suivi) – Méthodologie et résultats à l’échelle du Poitou-Charentes Type de rapport : Rapport de suivi 2017 Associations intervenantes Intervenants Charente Nature (CN) Sylvain DOUSSINE - Elodie BOUSSIQUAULT - Tiphanie HERCE – Matthieu DORFIAC Nature Environnement 17 (NE17) Emilien JOMAT – Naïs AUBOUIN Ligue pour la Protection des Oiseaux, délégation Poitou-Charentes (LPO) Thomas CHEVALLIER Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres (GODS) Victor TURPAUD-FIZZALA – PERROTIN Jean-Baptiste Coordinateur PCN / Rédacteur Version du document Moea LARTIGAU V1 Destinataires Date d’envoi Marion GOURAUD (LISEA) V1 le 24/07/2018 V2 le 20/11/2018
  3. 3. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 3 Sommaire 1. Contexte de l’étude ............................................................................................ 5 2. Description des espèces étudiées ....................................................................... 6 2.1. Busard Saint-Martin (Circus Cyaneus) ............................................................................... 6 2.1.1. Répartition.......................................................................................................... 7 2.1.2. Habitats ............................................................................................................. 7 2.1.3. Biologie - Écologie............................................................................................... 8 2.1.4. Effectifs, menaces et statut de protection.............................................................. 8 2.2. Engoulevent d’Europe (Caprimulgus europaeus) ................................................................ 9 2.2.1. Répartition........................................................................................................ 10 2.2.2. Habitats ........................................................................................................... 10 2.2.3. Biologie - Écologie............................................................................................. 11 2.2.4. Effectifs, menaces et statut de protection............................................................ 11 2.3. Fauvette pitchou (Sylvia undata) .................................................................................... 11 2.3.1. Répartition........................................................................................................ 12 2.3.2. Habitats ........................................................................................................... 12 2.3.3. Biologie - Écologie............................................................................................. 13 2.3.4. Effectifs, menaces et statut de protection............................................................ 13 3. Méthodologie et protocoles .............................................................................. 13 3.1. Questionnements abordés ............................................................................................. 13 3.2. Stratégie d’échantillonnage ............................................................................................ 16 3.3. Protocoles pour les relevés avifaune ............................................................................... 19 3.3.1. Indice Ponctuel d’Abondance (IPA) diurnes : Fauvette Pitchou et indicateur oiseau. 20 3.3.2. Indice Ponctuel d’Abondance (IPA) crépusculaire et nocturne : Engoulevent d’Europe 22 3.3.3. Recherche des couples nicheurs de Busard Saint-Martin ....................................... 24 3.4. Saisie des données........................................................................................................ 24 3.5. Synthèse des périodes de réalisation .............................................................................. 24 4. Analyse des résultats........................................................................................ 24 4.1. Répartition des espèces et distance à la ligne .................................................................. 24 4.2. Indicateur « Oiseaux » .................................................................................................. 25 4.3. Zone témoin des Landes du Pinail................................................................................... 25 5. Résultats .......................................................................................................... 25 5.1. Présentation synthétique ............................................................................................... 25 5.2. Echantillonnage diurne : Fauvette pitchou et indicateur oiseau ......................................... 26 5.2.1. Données et répartition ....................................................................................... 26 5.2.2. Distance à la ligne............................................................................................. 29
  4. 4. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 4 Poitou-Charentes Nature 5.2.3. Comparaison des données de Fauvette pitchou obtenues sur les parcelles étudiées des deux départements de Charente et Charente-Maritime, et la zone témoin Landes du Pinail 29 5.2.4. Indicateur oiseau .............................................................................................. 30 5.2.5. Diversité spécifique ........................................................................................... 31 5.3. Echantillonnage nocturne : Engoulevent d’Europe............................................................ 33 5.3.1. Données et répartition ....................................................................................... 33 5.3.2. Distance à la ligne............................................................................................. 35 5.4. Recherche et suivi des couples nicheurs de Busard Saint-Martin........................................ 36 5.4.1. Données et répartition ....................................................................................... 36 5.4.1. Distance à la ligne............................................................................................. 38 6. Conclusion et perspectives ............................................................................... 39 6.1. Constats 2017............................................................................................................... 39 6.2. Objectifs 2018 .............................................................................................................. 40 Annexe 1 - Fiche de relevé de l’habitat.................................................................. 42 Annexe 2 - Localisation des sites étudiés en 2017 (cartographie IGN).................. 43
  5. 5. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 5 Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches : Engoulevent d’Europe, Fauvette pitchou et Busard Saint-Martin Rapport de suivi 2017 (1ère année de suivi) – Méthodologie et résultats à l’échelle du Poitou-Charentes 1. Contexte de l’étude Dans le cadre de la construction de la LGV SEA Tours-Bordeaux, et en application des arrêtés ministériels et inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012, portant dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces et d’habitats d’espèces animales protégées et de destruction d’espèces végétales protégées, le maître d’ouvrage est tenu d’assurer le suivi de mesures environnementales mises en œuvre, ainsi que le suivi des populations et des habitats d’espèces protégées impactées. Dans ce contexte, un suivi est réalisé sur 3 espèces qui sont à compenser dans le cadre de la LGV SEA. Il s’agit du Busard Saint-Martin, de la Fauvette Pitchou et de l’Engoulevent d’Europe qui ont en commun le fait d’affectionner les landes sèches et d’y nicher. Les Landes ou « Brandes du Poitou », sont d’une importance capitale en Poitou-Charentes car elles constituent un patrimoine culturel et naturel sur ce territoire, en abritant une richesse faunistique et floristique remarquable. Le présent suivi vise à étudier les populations existantes de ces espèces sur plusieurs secteurs le long de la LGV SEA et d’évaluer l’influence potentielle de la Ligne à Grande Vitesse SEA Tours-Bordeaux sur les populations nicheuses de ces espèces (répartition, densité, réussite de reproduction) à court, moyen et long terme. Ce suivi s'inscrit dans le cadre de l'article 23 des arrêtés inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012: "Un suivi des populations et des habitats d'espèces protégées impactées par la construction et l'exploitation de la Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux devra être réalisé pendant la durée de la concession." Il s'inscrit également dans le cadre de la note méthodologique rédigée par l'ensemble des partenaires inter- régionaux et intitulée "Propositions de suivi des mesures environnementales liées à la construction et à l'exploitation de la LGV-SEA Tours-Bordeaux, avril 2015". Un suivi protocolaire reproductible a été « calibré » logistiquement en partenariat entre Charente Nature, Nature Environnement 17, la LPO Vienne, le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres et Poitou-Charentes Nature pour une première année de suivi en 2017 et se réalise sur la base d’un échantillonnage réparti sur des zones témoins spécifiques dans les départements de la Charente, de la Charente-Maritime, de la Vienne et des Deux-Sèvres.
  6. 6. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 6 Poitou-Charentes Nature 2. Description des espèces étudiées 2.1.Busard Saint-Martin (Circus Cyaneus) Le Busard Saint-Martin est un rapace de taille moyenne de la famille des accipitridés, son envergure est comprise entre 99 cm et 121 cm. La femelle est brune sur le dessus et blanche beigeâtre rayée de brun sur le dessous. Son poids moyen est de 470 g. Le mâle, plus petit et plus svelte que la femelle (poids moyen de 340 g), est gris bleutée sur le dessus, sur la poitrine et la tête et blanc sur le dessous. L’extrémité des ailes est noire. Les deux sexes portent une tache blanche bien visible sur le bas du dos. Comme tous les busards, le Busard Saint-Martin vole de manière nonchalante, souple et proche du sol. Il a également de longues ailes et une longue queue. Le Busard Saint-Martin diffère des deux autres espèces de busards nicheuses en France, qui sont le Busard des roseaux et le Busard cendré, par des ailes plus larges terminées par une main dont la 5ème primaire (plume) est longue. Photo 1 : Mâle de Busard Saint-Martin (Christophe LARTIGAU – GODS) Photo 2 : Femelle de Busard Saint-Martin (Alain BOULLAH – LPO PC)
  7. 7. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 7 2.1.1. Répartition Le Busard Saint-Martin est présent en Europe et en Asie. A l’est, il peut nicher jusqu’à l’océan pacifique. En Europe, l’espèce trouve sa limite septentrionale au-delà du cercle polaire en Laponie et sa limite méridionale au niveau de la Péninsule Ibérique, de l’Italie et des Balkans. Les populations nordiques migrent alors que celles de l’Europe de l’Ouest sont partiellement sédentaires. En France, le Busard Saint-Martin est absent des massifs montagneux et de la Corse. En hiver, il peut être présent sur tout le territoire alors qu’en période de reproduction, les populations se concentrent sur le territoire du Poitou-Charentes et de la région Centre. Carte 1 : Carte de répartition du Busard Saint-Martin sur le Poitou-Charentes Nicheur certain Nicheur probable Nicheur possible 2.1.2. Habitats Le Busard Saint-Martin nidifie en France dans plusieurs types de milieux allant de la Lande aux parcelles agricoles (Prairies de fauche, Céréales à paille). Pendant la reproduction l’espèce est territoriale et peut utiliser un territoire en recherche alimentaire de plusieurs dizaines de kilomètres carrés. Plus erratique en période de migration et d’hivernage, elle utilise les milieux ouverts et peut former des dortoirs de quelques individus à plusieurs dizaines dans des milieux denses. Photo 3 : Landes sèches fréquentées par le Busard Saint-Martin (Elodie BOUSSIQUAULT – Charente Nature)
  8. 8. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 8 Poitou-Charentes Nature 2.1.3. Biologie - Écologie La reproduction du Busard Saint-Martin débute en milieu forestier ou de landes fin mars et débute par la formation des couples (parades, cantonnements). Le mâle exécute alors une parade nuptiale très démonstrative (festons). Le couple établit son nid au sol dans les cultures, les landes à bruyère et à ajoncs ou dans les coupes forestières. En milieu de friche forestière ou de lande, la ponte intervient généralement vers la fin avril, des pontes peuvent intervenir en milieu agricole jusqu’à la fin juin à début juillet (pontes de remplacement). La femelle couve en général 3 à 5 œufs qui éclosent après 28 à 31 jours d’incubation. Les jeunes sont volant de 30 à 35 jours plus tard, en général l’émancipation des jeunes intervient entre la mi-juin et la mi-juillet, se prolongeant jusqu’à la mi-août pour les nichées les plus tardives ou les pontes de remplacement. Les Busards Saint-Martin, comme les autres espèces de busards, se regroupent régulièrement en dortoir nocturnes... En hiver, la France accueille régulièrement des individus provenant du Nord et du Centre de l’Europe. Le régime alimentaire du Busard Saint-Martin est varié, allant du lombric, aux rongeurs, aux petits oiseaux jusqu’au pigeon. Cependant, si les densités de Campagnol des champs sont élevées, le Busard Saint-Martin se spécialise sur cette proie. 2.1.4. Effectifs, menaces et statut de protection On estime que le nombre de couples nicheurs en France de Busard Saint-Martin est compris entre 13000 et 22000 couples. Le Busard Saint-Martin est une espèce en déclin en France pour trois raisons. La première est la destruction de leurs habitats naturels et notamment des landes. D’autre part, même si une partie des busards investissent les milieux cultivés, les périodes de récoltes interviennent fréquemment avant l’envol des jeunes. La troisième cause du déclin de l’espèce est la diminution de la ressource alimentaire, notamment dans les plaines cultivées. Le Busard Saint-Martin, à forte valeur patrimoniale, est classé, selon l’Union Mondiale pour la Conservation de la Nature (UICN), dans la catégorie « Préoccupation mineure ». Au niveau européen, il figure en annexe I de la Directive « Oiseaux » (n°79/409 du 6 avril 1979) qui vise à assurer la protection de toutes les espèces d'oiseaux désignées en annexe I de ladite Directive et permet la désignation de Zones de protection spéciales qui sont destinées à renforcer le réseau Natura 2000. Au niveau national, le Busard Saint-Martin, comme toutes les espèces de rapaces, est protégé selon la loi du 10 juillet 1976 (arrêté d’application du 17 avril 1981). Au niveau de la zone Poitou-Charentes, l’espèce est membre de la liste rouge des oiseaux nicheurs et est classée en NT (quasi-menacée).
  9. 9. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 9 Carte 2: Densité de couple nicheur du Busard Saint-Martin en France au cours de l’enquête rapaces diurnes nicheurs de France 2000-2002 2.2.Engoulevent d’Europe (Caprimulgus europaeus) L’Engoulevent d’Europe, qui fait partie de la famille des caprimulgidés, mesure entre 24 cm et 28 cm pour une envergure de 52 à 59 cm. Cet oiseau discret qui se repose le jour sur une branche ou au sol, possède un plumage mimétique gris brun teinté de roussâtre, avec des marques brunes et noires qui le rend difficile à observer. L’Engoulevent d’Europe possède des ailes et une queue longues et étroites. Sa tête est grosse ornée d’un petit bec. Le cou et les pattes sont courts. Il n’existe pas de dimorphisme sexuel chez l’Engoulevent d’Europe. L’Engoulevent d’Europe, aux mœurs nocturnes, est reconnaissable à son chant qui ressemble à un petit moteur de « mobylette », sorte de ronronnement très caractéristique. Photo 4 : Individu d’Engoulevent d’Europe (Pierre COUSIN – LPO PC)
  10. 10. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 10 Poitou-Charentes Nature 2.2.1. Répartition En Europe, il existe deux sous-espèces d’Engoulevent d’Europe : Caprimulgus europaeus europaeus et Caprimulgus europaeus meridionalis. En période de reproduction, l’aire de la sous-espèce Caprimulgus europaeus europaeus s’étend sur l’ensemble de l’Europe, y compris le sud des pays nordiques. La sous-espèce Caprimulgus europaeus meridionalis occupe notamment les îles (dont la Corse) et les péninsules méditerranéennes. En Poitou-Charentes, cet oiseau est peu présent dans les secteurs les plus humides, il est potentiellement présent dans tous les milieux forestiers présentant des zones de régénération ou sur les zones de landes, mais les densités les plus élevées sont enregistrées sur les grands massifs forestiers.. Carte 3 : Carte de répartition 2009-2012 de l’Engoulevent d’Europe sur le Poitou-Charentes Nicheur certain Nicheur probable Nicheur possible 2.2.2. Habitats L’Engoulevent d’Europe niche principalement dans les milieux avec un « substrat sec, sablonneux ou pierreux, qui se réchauffe facilement le jour. Le sol doit être perméable ou bien ressuyé fin mai ». Ces milieux correspondent à des landes, boisements clairs, coupes de régénération, jeunes plantations, friches et dunes boisées. Photo 5 : exemple de landes sèches fréquentées par l’Engoulevent d’Europe (Sylvain DOUSSINE – Charente Nature)
  11. 11. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 11 2.2.3. Biologie - Écologie L’Engoulevent d’Europe n’est présent sur notre territoire qu’en période de migration ou de reproduction principalement d’Avril à Aout. En avril-mai, les engoulevents qui reviennent d’Afrique centrale et méridionale, semblent fidèles à leur site de nidification (1). Début Mai le mâle commence à chanter et débute sa parade en relevant sèchement ses ailes qui produisent alors une sorte de claquement. Après fécondation, la femelle pond deux œufs à même le sol qui écloront 18 jours plus tard. Les parents les nourrissent essentiellement de papillons nocturnes capturés au vol (pyrales, géométridés, noctuelles), mais également de coléoptères (longicornes, cérambycidés), de tipules et de fourmis ailées. Les jeunes échappent aux prédateurs par leur mimétisme et leur immobilité, les jeunes deviennent volants une vingtaine de jours plus tard. En général, l’espèce produit deux nichées par an. 2.2.4. Effectifs, menaces et statut de protection On estime que le nombre de couples nicheurs en Poitou-Charentes d’Engoulevent d’Europe est compris entre 2000 et 4800 couples sur la période 2012-2016 (réf. Liste rouge des Oiseaux nicheurs du Poitou-Charentes 2016). Sa population semble globalement stable, cependant ses habitats originels disparaissent par évolution naturelle ou par destruction directe. D’autre part, l’usage de produits phytosanitaires réduit considérablement sa ressource alimentaire. L’Engoulevent d’Europe, est classé, selon l’Union Mondiale pour la Conservation de la Nature (UICN), dans la catégorie « Préoccupation mineure » au niveau de la France Métropolitaine. Au niveau européen, il figure en annexe I de la Directive « Oiseaux » (n°79/409 du 6 avril 1979) qui vise à assurer la protection de toutes les espèces d'oiseaux désignées en annexe I de ladite Directive et permet la désignation de Zones de protection spéciales qui sont destinées à renforcer le réseau Natura 2000. Au niveau national, l’Engoulevent d’Europe fait partie de la liste des oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire selon l’arrêté d’application du 29 octobre 2009. Au niveau de la zone Poitou-Charentes, l’espèce est classée sur la liste rouge en « préoccupation mineure ». 2.3.Fauvette pitchou (Sylvia undata) Cet oiseau, assez difficile à observer, est reconnaissable à son plumage bicolore, gris ardoisé sur le dessus et de couleur lie-de-vin terne sur le dessous, à son bec fin et à sa queue longue qu’il tient tout le temps relevée. Le mâle et la femelle sont semblables, avec cependant un plumage plus coloré pour le mâle. La Fauvette Pitchou mesure environ 13 cm et pèse entre 8 et 10 g. Son cri d’alarme est dur et métallique et son chant est comparé au bruit d’un moulin à café. Photo 6 : Mâle de Fauvette pitchou (Cyrille POIREL – LPO PC)
  12. 12. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 12 Poitou-Charentes Nature 2.3.1. Répartition Il existe deux sous-espèces de Fauvette pitchou : Sylvia undata undata dans le sud de la France et Sylvia undata dartforiensi dans la région atlantique. La Fauvette pitchou est présente sur le pourtour méditerranéen et la façade atlantique jusqu’au sud de la Grande-Bretagne. En France, elle est présente dans le bassin méditerranéen, en Bretagne avec un prolongement dans le sud du bassin parisien en longeant le bassin de la Loire, sur le territoire du Poitou-Charentes, en Gironde et dans les Landes. En Poitou-Charentes, la répartition et l’abondance de la Fauvette Pitchou en reproduction est très morcelée, l’espèce est plus abondante en Vienne et en Charente-Maritime alors qu’elle est très localisée en Charente et en Deux-Sèvres. Carte 4 : Carte de répartition de la Fauvette Pitchou sur le Poitou-Charentes Nicheur certain Nicheur probable Nicheur possible 2.3.2. Habitats Dans le pourtour méditerranéen, la Fauvette pitchou réside dans les maquis bas (inférieur à 2 m) et dans la garrigue. En Poitou-Charentes, son milieu de prédilection est la Lande (en particulier les milieux riches en ajoncs et genêts), elle fréquente notamment les coupes forestières, les jeunes plantations de résineux, voire les milieux de ronciers. Photo 7 : Landes sèches fréquentées par la Fauvette pitchou (Elodie BOUSSIQUAULT – Charente Nature)
  13. 13. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 13 2.3.3. Biologie - Écologie La Fauvette pitchou est une espèce sédentaire en Poitou-Charentes mais qui semble effectuer des migrations ponctuelles vers le littoral les hivers rigoureux. Dès le mois de mars, les mâles entreprennent leur parade, ils construisent ensuite plusieurs ébauches de nids. La femelle en choisit une et termine le nid avec le mâle. La première ponte a lieu généralement de mi-avril à début mai. Les 3 à 5 œufs éclosent au bout d’une quinzaine de jours, les jeunes quittent le nid après 11 à 13 jours. Une deuxième ponte est régulièrement réalisée en juin-juillet. Une ponte de remplacement en cas d’échec est possible. La fauvette pitchou est principalement insectivore. Son régime alimentaire est composé de coléoptères, de lépidoptères et de leurs chenilles, de diptères. En automne et en hiver, la Fauvette pitchou peut se nourrir d’araignées, de graines de graminées et de baies. 2.3.4. Effectifs, menaces et statut de protection Les effectifs européens de cette espèce sont en déclin progressif depuis quelques années à la suite de la destruction de ses habitats favorables. En France, les populations Atlantiques de cette espèce peuvent connaître des variations très importantes, dues à une forte mortalité des individus lors d’hiver rigoureux. Sur le territoire du Poitou-Charentes, les populations déclinent progressivement notamment de la disparition de la « brande du Poitou » (lande), à l’intensification de la gestion forestière et subissent le morcèlement des populations. Notons que la plus importante des populations de Fauvettes pitchou en Vienne sur la Réserve Naturelle du Pinail, est composée d’environ 82 couples nicheurs pour 131 ha (Source LPO Vienne). La Fauvette pitchou est classée, selon l’Union Mondiale pour la Conservation de la Nature (UICN), dans la catégorie « En danger » au niveau de la France métropolitaine et « Quasi menacée » au niveau européen. Au niveau européen, elle figure également en annexe I de la Directive « Oiseaux » (n°79/409 du 6 avril 1979) qui vise à assurer la protection de toutes les espèces d'oiseaux désignées en annexe I de ladite Directive et peut engendrer la désignation de Zones de protection spéciales qui sont destinées à renforcer le réseau Natura 2000. Au niveau national, la Fauvette pitchou fait partie de la liste des oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire selon l’arrêté d’application du 29 octobre 2009, elle est classée en « EN » sur la liste rouge nationale. En Poitou-Charentes, la Fauvette pitchou est classée comme « Vulnérable » sur la liste rouge des oiseaux nicheurs. 3. Méthodologie et protocoles 3.1. Questionnements abordés Les protocoles mis en place et réalisés sur plusieurs années à l’échelle du territoire du Poitou-Charentes, sont destinés à collecter des données fiables permettant de répondre à une question relative à l’influence de la LGV SEA Tours-Bordeaux sur les populations avifaunistiques nicheuses en milieu de landes sèches, en particulier sur les populations nicheuses locales de Busard Saint-Martin, de Fauvette pitchou et d’Engoulevent d’Europe. Il s’agit donc d’évaluer l’incidence de la LGV SEA Tours-Bordeaux sur la distribution, la densité et la pérennité des populations nicheuses de ces trois espèces à court, moyen et long terme.
  14. 14. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 14 Poitou-Charentes Nature Les variables à évaluer sont : - La répartition et la densité des espèces ciblées en nidification en fonction de la distance à l’infrastructure ; - la disponibilité, la structure et la qualité du milieu ; Pour cette première année de suivi, des éléments de réponses seront apportés sur les questions suivantes : - Quelles sont les populations présentes sur le site ? - Comment se répartissent les couples nicheurs des 3 espèces ? - Quels sont les effectifs présents et le nombre de couples nicheurs sur les sites suivis ? Pour ce faire, des indicateurs de suivi ont été définis et sont les suivants : → Nombre de mâles chanteurs d'Engoulevent d'Europe en fonction d'un gradient de distance à la ligne ; → Nombre d'individus nicheurs (couples) de Busard Saint-Martin en fonction d'un gradient de distance à la ligne ; → Nombre de mâles chanteurs de Fauvette pitchou en fonction d'un gradient de distance à la ligne ; → Densité de population nicheuse en fonction d'un gradient de distance à la ligne. 3.2. Suivis réalisés par département Les suivis sur la Fauvette pitchou, l’Engoulevent d’Europe et le Busard Saint-Martin ont été réalisés de la manière suivante le long de la LGV en Poitou-Charentes : En Charente et Charente-Maritime, un suivi multi espèces sur plusieurs parcelles car ces parcelles présentent un faciès favorables aux trois espèces. - En Vienne : un suivi d’une population témoin de Fauvette pitchou, un suivi Engoulevent d’Europe et un suivi Busard Saint-Martin. Le suivi d’une population témoin de Fauvette pitchou est apparu pertinent afin de pouvoir expliquer des éventuelles fluctuations des différentes populations suivies et d’effectuer des comparaisons. En effet, la Fauvette pitchou est très sensible aux hivers rigoureux et la taille des populations peut chuter drastiquement suite à une forte mortalité. La Réserve Nationale Naturelle des Landes du Pinail a été choisie et est le site idéal pour réaliser ce suivi. En effet, elle est située à plus de 10 km de la LGV SEA et a fait l’objet de suivis d’une population de Fauvette pitchou, ce durant de nombreuses années. Aucun site favorable à la fois à l’Engoulevent d’Europe et au Busard Saint-Martin n’a été trouvé en Vienne, c’est pourquoi les suivis se déroulent à deux endroits différents. - En Deux-Sèvres : un suivi de Busard Saint-Martin a été réalisé. La Fauvette pitchou a quasiment disparu des Deux-Sèvres, seul un bastion subsiste à Boussay qui est un site trop éloigné de la LGV SEA pour qu’un suivi y soit proposé. Aucun site favorable à l’Engoulevent d’Europe suffisamment proche de la ligne n’est présent en Deux-Sèvres.
  15. 15. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 15 Carte 5 : Répartition globale des échantillons suivis pour l’évaluation de l’influence de la LGV SEA Tours- Bordeaux sur l’avifaune des landes sèches en 2017 en Poitou-Charentes
  16. 16. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 16 Poitou-Charentes Nature 3.3. Stratégie d’échantillonnage Dans un premier temps, un travail de relevés des milieux disponibles a été réalisé au niveau des 4 départements sur les zones de boisements situés sur des gradients de 0 à 5 km à l’emprise de la LGV SEA. Dans un deuxième temps, à partir des relevés effectués précédemment, un choix d’échantillon de milieux favorables a été réalisé en fonction des espèces ciblées et en fonction des gradients de distance, tout en associant une optimisation de la logistique et notamment l’accès aux parcelles. Afin d’obtenir un niveau d’analyse statistique significatif, un minimum de 30 placettes et de 5 témoins est requis au niveau de l’échantillon suivi. Les témoins sont les zones situées à plus de 5 km de la LGV SEA Tours- Bordeaux pour ne pas être soumis à l’influence potentielle de la ligne, ces témoins sont nécessaires pour discriminer les effets globaux des effets locaux. Cartographie des échantillons suivis en 2017: Carte 6 : Site témoin en Vienne – échantillonnage Fauvette pitchou (Landes du Pinail)
  17. 17. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 17 Carte 7 : Secteurs en Vienne- échantillonnage Engoulevent (Forêt de Saint Sauvant) Carte 8 : Secteurs en Vienne - échantillonnage Busard Saint-Martin (Garennes de Chemerault à Brux)
  18. 18. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 18 Poitou-Charentes Nature Carte 9 : Secteurs échantillonnages Busard Saint-Martin en Deux-Sèvres (Limalonges-Sauzé-Vaussais- Montalembert) Carte 10 : Secteurs échantillonnage multi espèces en Charente (Guizengeard – Saint Vallier)
  19. 19. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 19 Carte 11 : Secteurs échantillonnages multi espèces en Charente-Maritime (Bedenac – Clérac) 3.4. Protocoles pour les relevés avifaune Pour chaque passage effectué, des créneaux météorologiques favorables sont utilisés pour optimiser la réussite des échantillonnages, c’est à dire que les relevés sont réalisés en conditions favorables à la détection des espèces ciblées : sans pluie, sans brouillard important, avec absence ou peu de vent (<20 km/h). Un relevé d’habitat est réalisé sur l’ensemble des parcelles échantillonnées en mars-avril (réf. Annexe 1 : fiche de relevé de l’habitat). Chaque contact de Busard Saint-Martin, de Fauvette pitchou, d’Engoulevent d’Europe, détecté pendant les protocoles ou en dehors des protocoles, est systématiquement géolocalisé de façon précise en relevant l’horaire, l’effectif, le sexe, l’âge et les comportements observés (en particuliers les indices de reproduction). Chaque nid observé est également géo-localisé. Chaque donnée est saisie sous SIG (QGIS) afin de réaliser des cartographies de la répartition et de la densité des couples nicheurs de chaque espèce.
  20. 20. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 20 Poitou-Charentes Nature 3.4.1. Indice Ponctuel d’Abondance (IPA) diurnes : Fauvette Pitchou et indicateur oiseau → Réalisation de points d’écoute de 5 minutes (minimum 2 par parcelle sauf parcelles de petite taille), distants d’au moins 400 mètres (l’objectif étant de couvrir « auditivement » la majeure partie de la parcelle), avec 2 passages : le premier entre le 8 avril et le 8 mai, puis le second entre le 8 mai et le 15 juin, en favorisant un minimum de 3 semaines d’écart entre chaque passage ; → L’ensemble des contacts d’espèce d’oiseaux sont relevés et reportés/localisés, aussi précisément que possible, sur une carte préalablement préparée. Les types de contact (vol, posé, chant) sont également répertoriés par individu ainsi que l’horaire, l’effectif, le sexe ; → Les points d’écoutes débutent minimum une heure après le lever du jour et se poursuivent jusqu’à 10h maximum, en évitant les pics de chaleur. Carte 12 : Répartition des points d’écoute pour le protocole IPA diurne sur le site témoin suivis en 2017 en Vienne
  21. 21. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 21 Carte 13 : Répartition des points d’écoute pour le protocole IPA diurne sur les parcelles échantillons suivis en 2017 en Charente Carte 14 : Répartition des points d’écoute pour le protocole IPA diurne sur les parcelles échantillons suivis en 2017 en Charente-Maritime
  22. 22. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 22 Poitou-Charentes Nature 3.4.2. Indice Ponctuel d’Abondance (IPA) crépusculaire et nocturne : Engoulevent d’Europe → Réalisation de points d’écoute de 10 minutes (minimum 1 par parcelle), distants d’au moins 500 mètres, avec repasse du chant du mâle d’Engoulevent d’Europe pendant 30 secondes, avec 2 passages : le premier entre le 15 Mai et le 15 Juin, puis le second entre le 15 juin et le 15 Juillet, en favorisant un minimum de 3 semaines d’écart entre chaque passage ; → L’ensemble des contacts d’Engoulevent d’Europe sont relevés et reportés, aussi précisément que possible, sur une carte préalablement préparée. Les types de contact (vol, posé, chant, cri) sont également répertoriés par individu ainsi que l’horaire et l’effectif ; → Les points d’écoutes débutent au minimum une demi-heure après le coucher du soleil et se poursuivent jusqu’à 2h après le crépuscule maximum. Carte 15 : Répartition des points d’écoute pour le protocole IPA nocturne sur les parcelles échantillons suivis en 2017 en Vienne
  23. 23. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 23 Carte 16 : Répartition des points d’écoute pour le protocole IPA nocturne sur les parcelles échantillons suivis en 2017 en Charente Carte 17 : Répartition des points d’écoute pour le protocole IPA nocturne sur les parcelles échantillons suivis en 2017 en Charente-Maritime
  24. 24. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 24 Poitou-Charentes Nature 3.4.3. Recherche des couples nicheurs de Busard Saint-Martin Il s’agit d’une recherche des couples nicheurs nécessitant un minimum de 4 passages dédiés suivant la méthode de « prospection en entonnoir » : → Parcours de l’ensemble des milieux favorables échantillons entre mars et mi-avril afin de repérer des potentiels couples nicheurs, des indices de cantonnement : Il s’agit pour l’observateur de se positionner de manière stratégique (pour couvrir visuellement les friches et pour ne pas influer sur le comportement des oiseaux) en réalisant régulièrement des relevés sur les points ouverts ou culminants offrant une bonne visibilité des parcelles échantillons. → Réalisation de points d’observation pour détecter le nombre de couples nicheurs précis et localiser précisément les nids (mai-juin-juillet). Chaque contact de Busard Saint-Martin est systématiquement géo-localisée, en relevant l’horaire, l’espèce, l’effectif, le sexe, l’âge, les comportements, la présence de marquage ou de trait individuel (ex : mue). Chaque nid détecté est également géo-localisé précisément. 3.5. Saisie des données Les données sont saisies directement sur le terrain sur l’application « Naturalist » puis les données protocolaires et hors protocoles sont ensuite extraites, vérifiées, mise en forme homogénéisées, et envoyées au Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres : en tableur Excel avec les coordonnées géographiques de chaque donnée ou en format Shape, au cours des mois d’août et de septembre. 3.6. Synthèse des périodes de réalisation Figure 1 : Périodes de préparation et relevés de terrain 3.7. Analyse des résultats 3.7.1. Répartition des espèces et distance à la ligne Chaque donnée obtenue lors des points d’écoute et hors protocole est localisée précisément. Une donnée peut correspondre à 1 ou plusieurs individus. Cette donnée est ensuite cartographiée. La LGV SEA ainsi que son emprise sont reportées sur la carte. Lorsque toutes les données d’une espèce sont cartographiées, il est possible d’obtenir une certaine répartition de l’espèce autour de la ligne. Il est également possible de calculer la distance entre les données obtenues pour chaque espèce et la LGV SEA. Ces résultats sont ensuite regroupés en 4 classes qui sont : Mois Semaine 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 Localisation des landes accessibles Choix des échantillons/ Autorisations accés / Relevés Habitats PROTOCOLES IPA DIURNES Passage 1 PROTOCOLES IPA DIURNES Passage 2 PROTOCOLES IPA NOCTURNES Passage 1 PROTOCOLES IPA NOCTURNES Passage 2 PROTOCOLE BUSARD Passage 1 PROTOCOLE BUSARD Passage 2 PROTOCOLE BUSARD Passage 3 PROTOCOLE BUSARD Passage 4 Février Mars Avril Mai Juin Juillet
  25. 25. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 25 - 0 à 1 km de la LGV SEA - 1 à 2 km de la LGV SEA - 2 à 5 km de la LGV SEA - > à 5 km de la LGV SEA ce qui correspond aux parcelles témoin Cette distance à la ligne est ensuite divisée par le nombre d’hectares d’habitat favorable par espèce. En effet, le nombre de parcelles n’est pas rigoureusement le même entre les classes. Il sera alors possible de déterminer une première répartition de chacune des espèces. En ce qui concerne la Fauvette pitchou, l’habitat favorable est déterminé de la manière suivante : seuls les pourcentages de parcelle d’Ajoncs, de genêts, de bruyères, de fougères aigle, de ronciers et de couverts herbacées sont pris en compte, ce qui représente l’habitat favorable de cette espèce. Pour l’Engoulevent d’Europe, la totalité de la parcelle est prise en compte. 3.7.2. Indicateur « Oiseaux » Les cortèges d’espèces d’oiseaux obtenus lors des points d’écoute diurne permettent de définir la qualité du milieu étudié. Plusieurs indices de biodiversité peuvent être obtenus : richesse spécifique (soit le nombre total d’espèces contactées), l’abondance et la fréquence qui décrivent la représentativité des différents taxons et notamment celle de la Fauvette pitchou et du Busard Saint-Martin par rapport aux autres espèces 3.7.3. Zone témoin des Landes du Pinail Une comparaison entre les populations de Charente et de Charente-Maritime est effectuée avec la population témoin des Landes du Pinail. Elle permettra de détailler les comportements de chaque population et d’expliquer d’éventuelles fluctuations importantes dans les résultats. 4. Résultats Les données acquises en 2017 apportent un certain nombre d’information d’intérêt sur les populations nicheuses spécifiques avant la mise en service de la LGV SEA Tours-Bordeaux (Juillet 2017). Ce suivi de population doit être mené durant plusieurs années consécutives pour permettre une analyse fiable tenant compte des effets annuels potentiels, pour évaluer l’influence potentielle de la mise en service de la ligne en 2017 et pour évaluer s’il existe un effet à court, moyen ou long terme. Ainsi, les résultats seront analysés finement pour évaluer la répartition spatiale et quantitative des populations. Lorsque le lot de données sera suffisamment robuste, des analyses statistiques seront menées afin de discriminer les effets annuels. 4.1. Présentation synthétique Les suivis qui ont été réalisés en 2017 suivant les départements sont récapitulés ainsi : - 86 : suivi Fauvette pitchou (site témoin), Engoulevent d’Europe et Busard Saint-Martin ; - 79 : suivi Busard Saint-Martin ; - 16 : suivi Fauvette pitchou, Engoulevent d’Europe et Busard Saint-Martin ; - 17 : suivi Fauvette pitchou, Engoulevent d’Europe et Busard Saint-Martin. Les données d’échantillonnage sont synthétisées dans le tableau ci-dessous.
  26. 26. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 26 Poitou-Charentes Nature Tableau 1 : Synthèse des points d’écoute et d’observation réalisés pour le suivi 2017 Départements Nombre d'IPA Diurnes réalisés Nombre d'IPA Nocturnes réalisés Recherche nids Busards (en ha) Surface totale prospectée (en ha) 17 24 12 120 120 86 20 7 23 147 16 24 12 98 98 79 0 0 17 17 Total PC 68 31 258 382 4.2. Echantillonnage diurne : Fauvette pitchou et indicateur oiseau 4.2.1. Données et répartition Sur les parcelles témoins et échantillons de la Vienne, de Charente et de Charente-Maritime, 94 données de Fauvette pitchou ont été collectées (67 données au cours des protocoles et 27 données hors protocole), avec la répartition suivante : - 31 données en Charente (13 données au cours des protocoles et 18 données hors protocole), - 41 données en Charente-Maritime (32 données au cours des protocoles et 9 données hors protocoles), - 22 données au cours des protocoles en Vienne. Figure 2 : Données de Fauvette pitchou par zone d’étude (Site témoin de la Vienne, Charente et Charente-Maritime) Sur les 24 parcelles échantillon et témoin, la majorité des données ont été obtenues lors des passages d’IPA. Ainsi, 4 données sur les 94, ont été obtenues en dehors des passages IPA sur 4 parcelles. 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 Vienne Charente Charente-Maritime Données protocolées Données hors protocole
  27. 27. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 27 Site témoin Landes du Pinail Carte 18 : Répartition des données de Fauvette pitchou acquises sur le site témoin Landes du Pinail en Vienne ( 22 données de fauvette pitchou ont été enregistrées pour 18 individus (obtenus en additionnant le nombre d’individus le plus élevé des deux passages) sur le site témoin de la Réserve Naturelle Nationale des Landes du Pinail en Vienne, avec un indice de reproduction certain.
  28. 28. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 28 Poitou-Charentes Nature Parcelles étudiées en Charente et Charente-Maritime Carte 19: Répartition des données de Fauvette pitchou acquises en Charente Carte 20: Répartition des données de Fauvette pitchou acquises en Charente-Maritime
  29. 29. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 29 En Charente et Charente-Maritime, 72 données (45 données collectées pendant le protocole et 27 données hors protocoles) de Fauvette pitchou ont été enregistrées sur les parcelles échantillon du protocole IPA diurne, avec un indice de reproduction certain sur une parcelle. 4.2.2. Distance à la ligne Le maximum de Fauvette pitchou est rencontré au niveau des parcelles situées entre 1 km et 2 km (1,34 contacts par hectare). Le nombre de contact minimum (0,38 contacts par hectare) est constaté au niveau des parcelles distantes de 0 à 1 km de la LGV SEA. Il se pourrait que les travaux et les essais des trains effectués aient créé un report des populations de proximité. Figure 3 : Effectif de Fauvette pitchou par hectare d’habitat favorable par classe de distance sur les parcelles de Charente et Charente-Maritime 4.2.3. Comparaison des données de Fauvette pitchou obtenues sur les parcelles étudiées des deux départements de Charente et Charente-Maritime, et la zone témoin Landes du Pinail Le tableau 2 montre l’abondance et l’abondance moyenne par point d’écoute pour la Fauvette pitchou par département. Le maximum pour ces deux indicateurs est obtenu en Charente-Maritime. L’hiver 2016 a été assez doux, aucun « crash » des populations n’est à déplorer. 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 1,4 1,6 0 à 1 km 1 km à 2 km 2 km à 5 km Parcelles Témoin
  30. 30. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 30 Poitou-Charentes Nature Tableau 2 : Abondance et abondance moyenne par point d’écoute pour la Fauvette pitchou par secteur étudié Abondance Abondance moyenne Vienne (témoin) 19 0,826086957 Charente 14 0,608695652 Charente-Maritime 30 1,304347826 Abondance : maximum du nombre de contact sur les 2 passages additionné sur tous les points pour une espèce donnée ; Abondance moyenne : nombre de contacts moyen sur l’ensemble des points pour une espèce. Les abondances moyennes en Charente et en Vienne semblent être relativement proches, contrairement à la Charente-Maritime, où l’abondance moyenne semble supérieure. 4.2.4. Indicateur oiseau 4.2.4.1 Abondance : Pour cette analyse, seules les données de Charente et de Charente-Maritime sont prises en compte. Il s’agit ici d’une part d’évaluer la qualité des milieux au sein de l’échantillon prospecté (indirectement de comparer leur attractivité et leur capacité d’accueil) ; d’autre part de suivre l’évolution de la qualité de ces milieux pour discriminer les effets potentiels indépendants de la ligne SEA. Suite au suivi réalisé dans le cadre du protocole IPA diurne, 64 espèces ont été contactées au total. Elles sont listées dans le tableau en annexe 2. L’évaluation de l’indice ponctuel d’abondance par espèce pour chaque point d’écoute montre une forte représentativité du Pouillot véloce, de la Fauvette à tête noire, du Pinson des arbres, du Pigeon ramier, de la Corneille noire et du Merle noir pour les 5 premiers rangs d’abondance (voir tableau 3). La fauvette pitchou fait partie des espèces les plus abondantes, 10ème au niveau du rang d’abondance. Le Busard Saint-Martin a un rang d’abondance égal à 30 sur 33, ce qui s’explique par les faibles densités observées lors du suivi. La fréquence relative exprimée en pourcentage permet de mesurer la probabilité de contact d’une espèce sur le site d’étude. Ce calcul montre que les espèces les plus contactées ne sont pas nécessairement les plus abondantes, et réciproquement. Par exemple, à l’échelle du site, le coucou gris est plus souvent contacté que la Fauvette à tête noire mais pour autant elle est moins abondante. Cette analyse permet de conclure que le cortège avifaunistique rencontré sur les parcelles étudiées est riche, avec 64 espèces différentes. Le Pouillot véloce domine largement le cortège, en étant l’espèce la plus abondante et la plus fréquente sur les points d’écoute. Il est important de préciser que la diversité mesurée est fortement influencée par la présence des espèces d’oiseaux de boisement, de bocage et de Landes (Fauvette pitchou).. Pour de nombreuses espèces contactées, leurs exigences écologiques imposent la présence de milieux ouverts comme site de nourrissage.
  31. 31. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 31 4.2.5. Diversité spécifique La richesse spécifique par IPA réalisé par passage a été calculée pour évaluer l’influence des différents passages du protocole réalisé et comparer la diversité entre les sites étudiés. Figure 4 : Richesse spécifique par point d’écoute et par passage Légende : 161 : IPA numéro 1 en Charente, 171 : IPA numéro 1 en Charente-Maritime Une certaine hétérogénéité est constatée entre la Charente et la Charente-Maritime. Le nombre d’espèces contactées semble plus important en Charente-Maritime qu’en Charente. Par ailleurs, un nombre plus important d’espèces est noté au deuxième passage en Charente-Maritime. Lors du premier passage, le maximum d’espèces est obtenu sur un point d’écoute d’une parcelle témoin alors que le minimum (5 espèces) concerne 3 points d’écoute (1 Charente et 2 en Charente-Maritime). En ce qui concerne le deuxième passage, le maximum de 25 espèces est atteint sur une parcelle située entre 1 et 2 km de la LGV SEA. Quatre points d’écoutes, 1 situé sur une parcelle adjacente à la ligne, 1 placé sur une parcelle située entre 1 et 2 km et deux points sur une parcelle témoin présentent 7 espèces, ce qui correspond au minimum d’espèces observées. 0 5 10 15 20 25 30 165 166 167 168 169 1610 1611 1612 1613 1614 1615 1616 1617 1618 1619 1620 163 164 1621 1622 Témoin161 Témoin162 Témoin1623 Témoin1624 171 172 173 174 177 178 1717 1718 175 176 179 1710 1711 1712 1715 1716 1719 1720 1721 1722 Témoin1713 Témoin1714 Témoin1723 Témoin1724
  32. 32. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 32 Poitou-Charentes Nature Figure 5 : Richesse spécifique cumulée par point d’écoute en Charente Sur les parcelles échantillon et témoin de la Charente, la richesse spécifique cumulée par point d’écoute est globalement plutôt hétérogène. Le maximum d’espèces est contacté sur un point d’écoute d’une parcelle témoin, soit 19 espèces. Figure 6 : Richesse spécifique cumulée par point d’écoute en Charente-Maritime Sur les parcelles échantillon et témoin de la Charente-Maritime, la richesse spécifique cumulée par point d’écoute est également plutôt hétérogène. Le minimum d’espèces, soit 14 espèces, est contacté sur le point d’écoute 1718 situé sur une parcelle qui est entre 2 km et 5 km de la LGV SEA. Le maximum d’espèces est contacté sur un point d’écoute d’une parcelle adjacente à la LGV SEA, soit 27 espèces. En conclusion et en comparant les différents graphiques, les 2 passages sont nécessaires pour ce suivi car le 2ème passage augmente systématiquement le nombre d’espèces contactées. 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 165 166 167 168 169 1610 1611 1612 1613 1614 1615 1616 1617 1618 1619 1620 163 164 1621 1622 Témoin Témoin Témoin Témoin 0 5 10 15 20 25 30 171 172 173 174 177 178 1717 1718 175 176 179 1710 1711 1712 1715 1716 1719 1720 1721 1722 Témoin Témoin Témoin Témoin
  33. 33. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 33 4.3. Echantillonnage nocturne : Engoulevent d’Europe 4.3.1. Données et répartition A l’échelle de ligne, 107 données d’Engoulevent d’Europe ont été obtenues (93 contacts pendant les protocoles et 14 hors protocole). Au vu des comportements de chants répétés sur les sites, la reproduction de l’Engoulevent d’Europe est jugée « probable ». Aucun autre indice ne prouve qu’il y ait eu reproduction certaine. La répartition par département est la suivante : 19 données en Vienne (7 hors protocoles et 12 protocolées), 42 données (6 hors protocoles et 36 protocolées) en Charente et 46 en Charente-Maritime (1 hors protocole et 45 protocolées). Figure 7 : Données d’Engoulevent d’Europe par zone d’étude (Parcelles étudiées en Vienne, Charente et Charente-Maritime) Sur la totalité des 31 parcelles échantillon et témoin, 28 ont fait l’objet d’au moins une observation d’Engoulevent d’Europe. La majorité des données d’Engoulevent d’Europe ont été obtenues lors du protocole des IPA. Les données obtenues hors protocole ont permis de signaler la présence d’Engoulevent d’Europe sur 2 parcelles dont une située à proximité de la LGV. 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 Vienne Charente Charente-Maritime
  34. 34. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 34 Poitou-Charentes Nature Carte 21: Répartition des données d’Engoulevent d’Europe acquises en Vienne Carte 22: Répartition des données d’Engoulevent d’Europe acquises en Charente
  35. 35. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 35 Carte 23: Répartition des données d’Engoulevent d’Europe acquises en Charente-Maritime 4.3.2. Distance à la ligne Le maximum d’Engoulevent d’Europe est rencontré au niveau des parcelles situées entre 1 km et 2 km (1,29 contacts par hectare). Le nombre de contact minimum (0,61 contacts par hectare) est constaté au niveau de la classe la plus proche de la LGV SEA. Il se pourrait que la période de travaux et d’essais effectués avant la mise en service de la ligne aient créé un report des populations locales. Figure 8 : Effectif d’Engoulevent d’Europe par hectare d’habitat favorable par classe de distance 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 1,4 0 - 1 km 1 - 2 km 2 - 5 km Témoin
  36. 36. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 36 Poitou-Charentes Nature 4.4. Recherche et suivi des couples nicheurs de Busard Saint-Martin 4.4.1. Données et répartition A l’échelle de ligne, 28 données de Busards Saint-Martin ont été récoltées lors du suivi 2017 dont la répartition par département est la suivante : 5 en Vienne, 1 dans les Deux-Sèvres, 20 en Charente et 2 en Charente- Maritime. Lors des relevés, l’indice de nidification le plus élevé relevé est probable. Aucune nidification réussie n’a été identifiée sur les zones étudiées. Cependant, en Charente, un couple a été repéré sur une parcelle avec une observation de passage de proie, ce qui indique une présence certaine d’un cantonnement. Un couple nicheur a été repéré en Charente-Maritime, la nidification a échoué. Carte 24 : Répartition des données de Busard Saint-Martin acquises en Vienne
  37. 37. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 37 Carte 25 : Répartition des données de Busard Saint-Martin acquises en Deux-Sèvres Carte 26 : Répartition des données de Busard Saint-Martin acquises en Charente
  38. 38. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 38 Poitou-Charentes Nature Carte 27 : Répartition des données de Busard Saint-Martin acquises en Charente-Maritime Les données sont hétérogènes d’un département à l’autre. Les données obtenues en Charente permettent de constater que l’espèce fréquente les zones étudiées à minima en activité de recherche alimentaire. 4.4.1. Distance à la ligne L’évaluation de l’effet de la ligne sur la répartition et la densité des couples nicheurs ne peut être réalisée au vue du faible nombre de données de couples nicheurs obtenue, et du potentiel effet annuel très fort sur la reproduction de cette espèce (dépend des cycles de la ressource en micromammifères). L’année 2017 est une année de faible densité de micrommamifères, ce qui peut expliquer ces résultats. Le protocole peut également être inadapté et ne pas permettre d’obtenir les résultats escomptés.
  39. 39. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 39 5. Conclusion et perspectives 5.1. Constats 2017 Le suivi 2017 a permis de constituer une année de mise en place du protocole. Il apparait que la méthodologie proposée est réaliste et correctement calibrée a priori puisque l’ensemble des protocoles ont été menés sur l’ensemble des parcelles échantillons choisies dans les temps estimés. Cependant, au vu des résultats du suivi du Busard Saint-Martin, il se peut que le protocole ne soit pas adapté à ce suivi. Un suivi en 2018 nous permettra de confirmer cette hypothèse. D’autre part, en comparant les données issues des protocoles et les données acquises hors protocoles, il apparait que la majorité des contacts sont obtenus lors des protocoles. Ce premier suivi permet de dresser un premier état des lieux des populations de Fauvette pitchou, d’Engoulevent d’Europe et de Busard Saint-Martin sur l’échantillon choisi. Indicateur « oiseaux » et qualité du milieu En ce qui concerne les données récoltées lors des points d’écoutes (IPA), 64 espèces ont été répertoriées, ce qui montre la richesse de la zone étudiée où se dessine un cortège dominant d’espèces de Bocage, de Landes et de boisement. La Fauvette pitchou fait partie de ce cortège dominant. La richesse spécifique moyenne est égale à 12 espèces par passage sur l’ensemble de la zone. Sur certains points d’écoute, jusqu’à 27 espèces sont contactées en cumulant les 2 passages. Le suivi 2017 a confirmé l’intérêt primordial de réaliser deux passages de points d’écoute. Répartition des données de Fauvette pitchou, d’Engoulevent d’Europe et de Busard Saint-Martin. Que ce soit pour les populations de Fauvette pitchou et d’Engoulevent d’Europe, des données ont été obtenues sur la majorité des parcelles échantillonnées, et notamment sur les parcelles les plus proches à la ligne, ce qui nous permettra d’évaluer la répartition et la densité des espèces ciblées en nidification en fonction de la distance à l’infrastructure.. L’échantillon choisi en 2017 semble donc pertinent pour atteindre les objectifs de l’étude. Les résultats en Charente et sur la zone témoin montrent des densités qui semblent identiques pour les Fauvette pitchou, la Charente-Maritime accueillant la moyenne d’abondance par point la plus élevée. Les données de reproduction du Busards Saint-Martin récoltées en 2017 sont faibles, ce qui est probablement lié à un phénomène global annuel, une pénurie de micromammifères et en particulier du Campagnol des champs cette année. Néanmoins, pour les départements de la Charente et de la Vienne, des individus de Busards Saint-Martin ont été observés en chasse sur l’ensemble des sites étudiés, notamment sur les parcelles près de la ligne, ce qui montre l’utilisation de l’ensemble des territoires étudiés par l’espèce et confirme l’intérêt de parcelles de Landes à minima comme sites de nourrissage. Un suivi en 2018 permettra de déterminer si les résultats obtenus sont liés à la dynamique de population des micromammifères ou à une méthode de suivi inadaptée. Distance à la ligne Que ce soit pour la Fauvette pitchou ou pour l’Engoulevent d’Europe, une première analyse semble signaler une influence de la proximité de la ligne sur la densité en période de reproduction. Il existe une différence entre les données obtenues sur les parcelles situées entre 0 et 1 km et les parcelles situées à plus de 1 km de la ligne. En comparaison, les données obtenues sur les parcelles à plus de 1 Km semblent similaire à celles des parcelles témoin. Il est probable que le dérangement induit par les travaux et les essais sur la ligne influencent la répartition des espèces étudiées, au vu des premiers résultats obtenus cette année 2017 pour l’Engoulevent
  40. 40. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 40 Poitou-Charentes Nature d’Europe et la Fauvette pitchou. La suite de l’étude consistera à déterminer si ce dérangement devient permanent. Ces différentes hypothèses pourront être confirmées avec les prochains suivis, et notamment des analyses statistiques. 5.2. Objectifs 2018 En 2018, les protocoles seront reproduits sur les même sites échantillons et témoins. Ils devraient permettre une première évaluation de l’effet de la mise en service de la ligne (effet immédiat) pour la Fauvette pitchou et l’Engoulevent d’Europe. Des ajustements pourront néanmoins être réalisés, c’est-à-dire un changement de parcelle échantillonnée, notamment si certaines parcelles n’étaient plus favorables à l’établissement des populations de Fauvette pitchou, d’Engoulevent d’Europe et de Busard Saint-Martin. Il s’agira de retrouver une parcelle favorable dans la même classe de distance à la ligne que celle qui aura été enlevée. La mise en œuvre des suivis se fera en 2018 plus précocement, ce qui devrait donner des résultats plus représentatifs, notamment pour la Fauvette pitchou D’autre part, une analyse statistique devra être menée après plusieurs années de suivis afin de déterminer les variables déterminantes de la dynamique des populations des différentes espèces et pour étudier s’il existe un effet à court, moyen ou long terme de la LGV SEA Tours-Bordeaux sur la répartition et la densité de ces populations, et donc sur la pérennité de ces populations. Le présent suivi doit s’inscrire dans une démarche de long terme au regard des temps de réponse ou de détection de certains facteurs. Ce suivi doit être réalisé au minimum les 3 premières années suivant la mise en service de la ligne : 2018 - 2019 – 2020 afin de pouvoir mettre en évidence une éventuelle influence de la mise en service de LGV SEA Tours-Bordeaux et afin de discriminer les éventuels effets globaux (ex : effet annuel). Aussi, le suivi prévoit un rythme annuel jusqu’en 2020. A compter de cette date, le suivi devra se poursuivre et la fréquence sera à adapter en fonction des résultats obtenus les premières années.
  41. 41. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 41 Bibliographie www.Oiseaux.net INPN : fiches oiseaux https://inpn.mnhn.fr/docs/cahab/fiches/Fauvette-pitchou.pdf https://inpn.mnhn.fr/docs/cahab/fiches/Busard-Saintmartin.pdf https://inpn.mnhn.fr/docs/cahab/fiches/Engoulevent-deurope.pdf (1) Berry, R. 1979. Nightjar habitats and b reeding in East Anglia. British Birds 72: 207 - 218 [a].GEREPI, 2011. Plan de gestion de la Réserve du Pinail 2011-2015. Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, 180 pages. [b] Issa N. & Muller T., (Coord.) 2015 - Atlas des oiseaux de France métropolitaine – Nidification et présence hivernale. Edition Delachaux et niestlé, 1407 p. [c] Johannot F. & Weltz M. (coord.), 2012 - « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 8, volume 1 à 3 - Oiseaux. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris. [d] Jourde P. (LPO France), Granger M. (LPO Vienne), Sardin J.-P. (Charente Nature), Mercier F. (LPO Charente-Maritime), COLLECTIF (Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres) (coords.), 2015. Les Oiseaux du Poitou-Charentes. Poitou-Charentes Nature, Fontaine-le-Comte, 432 pages. [e] Pacteau C., 2004. Protection et évolution de la population suivie de busards en France de 1976 à 2002. Mullarney K., Svensson L., Zetterström D. & J. Grant P., 2008, Le guide ornitho, les 848 espèces d’Europe Poitou-Charentes Nature, 2010-2011. Conservation des Landes de Poitou-Charentes, 36 pages. en 4000 dessins. [f] Poitou-Charentes Nature, 2006. Catalogues des landes de Vienne, Deux-Sèvres, Charente et Charente- Maritime, 38 pages. [g] Thiollay J.-M. & Bretagnolle V. (Coord.), 2004, Rapaces nicheurs de France, distribution, effectifs et conservation, Delachaux et Niestlé, Paris.
  42. 42. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 42 Poitou-Charentes Nature Annexe 1 - Fiche de relevé de l’habitat Code parcelle Date de relevé Code carte Observateur Prés/Abs % estimé Diversité essence (note de 1 à 5) Conifères Feuillus OUI/NON Ajoncs Genêts Bruyères Fougères aigle Ronciers surface en couvert herbacés (graminées) Largeur moyenne Cloisonnement régulier/ irrégulier Hauteur moyenne dominante (surface en friche/repousses) Hauteur minimum Hauteur maximum (strate buissonnante/arbustive ) Homogène Hétérogène ( note de 1 (faible) à 5) Hauteur de végétation Présence de semenciers/tiges hautes/arbres dominants OUI/NON Rares/réguliers/nom breux OUI NON Coupe rase (Taillis) Coupe rase (Taillis sous futaie ) OUI (préciser) NON % estimé Présence de zone à végétation rase (chemins/allées/fossés/ travées) Faible/lâche irrégulière moyenne forte (inaccessible) Densité OUI (préciser) NON description Parcelle cloturée Présence Ligne electrique/pylone/potea ux Présence Bâti (sur parcelle ou adjacent) Présence route ouverte à la circulation automobile interne/adjacente/éloi gnée ( … m) Parcelle à caractère humide ponctuel/Faible/Moyen /Fort Face ex: NO Hauteur moyenne estimée des parcelles adjacentes landes secondaires ou landes de substitution landes climaciques REMARQUES: / / Id Photos Description de la placette (à délimiter sur la carte / 1 placette par grand ensemble homogène) milieu prairial
  43. 43. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 43 Annexe 2 - Espèces contactées, abondances et fréquence sur l’ensemble des IPA réalisés en 2017 Espèce Abondance Abondance moyenne Abondance relative Rang d’abondance Fréquence Pouillot véloce 125 2,60 9,81% 1 100% Fauvette à tête noire 73 1,52 5,73% 2 81% Pinson des arbres 68 1,42 5,34% 3 83% Pigeon ramier 65 1,35 5,10% 4 85% Corneille noire 65 1,35 5,10% 4 71% Merle noir 60 1,25 4,71% 5 71% Coucou gris 54 1,13 4,24% 6 94% Rougegorge familier 47 0,98 3,69% 7 79% Pipit des arbres 43 0,90 3,38% 8 67% Grive musicienne 38 0,79 2,98% 9 60% Mésange à longue queue 38 0,79 2,98% 9 29% Fauvette pitchou 37 0,77 2,90% 10 52% Tourterelle des bois 34 0,71 2,67% 11 63% Linotte mélodieuse 33 0,69 2,59% 12 31% Troglodyte mignon 31 0,65 2,43% 13 52% Mésange bleue 30 0,63 2,35% 14 50% Mésange charbonnière 28 0,58 2,20% 15 48% Rossignol philomèle 28 0,58 2,20% 15 44% Pic épeiche 27 0,56 2,12% 16 54% Etourneau sansonnet 24 0,50 1,88% 17 21% Alouette lulu 21 0,44 1,65% 18 33% Grimpereau des jardins 20 0,42 1,57% 19 38% Geai des chênes 20 0,42 1,57% 19 35% Tarier pâtre 20 0,42 1,57% 19 23% Pic vert 15 0,31 1,18% 20 29% Huppe fasciée 14 0,29 1,10% 21 27% Pic noir 14 0,29 1,10% 21 27% Roitelet à triple bandeau 13 0,27 1,02% 22 23% Bruant jaune 12 0,25 0,94% 23 23% Hirondelle rustique 12 0,25 0,94% 23 19%
  44. 44. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 44 Poitou-Charentes Nature Espèce Abondance Abondance moyenne Abondance relative Rang d’abondance Fréquence Bruant zizi 11 0,23 0,86% 24 19% Loriot d'Europe 11 0,23 0,86% 24 19% Rougequeue à front blanc 10 0,21 0,78% 25 21% Chardonneret élégant 10 0,21 0,78% 25 13% Milan noir 10 0,21 0,78% 25 10% Sittelle torchepot 9 0,19 0,71% 26 19% Grive draine 9 0,19 0,71% 26 15% Faisan de Colchide 7 0,15 0,55% 27 15% Hypolaïs polyglotte 7 0,15 0,55% 27 10% Mésange huppée 7 0,15 0,55% 27 10% Canard colvert 7 0,15 0,55% 27 6% Buse variable 6 0,13 0,47% 28 13% Verdier d'Europe 5 0,10 0,39% 29 6% Moineau domestique 5 0,10 0,39% 29 4% Bergeronnette grise 4 0,08 0,31% 30 8% Fauvette grisette 4 0,08 0,31% 30 8% Busard Saint-Martin 4 0,08 0,31% 30 6% Tourterelle turque 4 0,08 0,31% 30 6% Martinet noir 4 0,08 0,31% 30 2% Accenteur mouchet 3 0,06 0,24% 31 6% Faucon crécerelle 3 0,06 0,24% 31 6% Pic épeichette 3 0,06 0,24% 31 6% Pouillot de Bonelli 3 0,06 0,24% 31 6% Rougequeue noir 3 0,06 0,24% 31 6% Pie-grièche écorcheur 3 0,06 0,24% 31 4% Chouette hulotte 2 0,04 0,16% 32 4% Héron cendré 2 0,04 0,16% 32 4% Alouette des champs 1 0,02 0,08% 33 2% Busard cendré 1 0,02 0,08% 33 2% Chevalier guignette 1 0,02 0,08% 33 2% Circaète Jean-le-Blanc 1 0,02 0,08% 33 2% Epervier d'Europe 1 0,02 0,08% 33 2% Serin cini 1 0,02 0,08% 33 2% Abondance : maximum du nombre de contact sur les 2 passages additionné sur tous les points pour une espèce donnée ; Abondance moyenne : nombre de contacts moyen sur l’ensemble des points pour une espèce ; Abondance relative : pourcentage que représente l’abondance par espèce par rapport à l’abondance totale. Fréquence relative : pourcentage de point où l’espèce est présente. En gras : avifaune des landes sèches ciblée par ce suivi/ En grisée : les espèces qui ne nichent pas dans les landes sèches
  45. 45. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 45 Annexe 3 - Localisation des sites étudiés en 2017 (cartographie IGN) Carte 28 : Secteurs en Vienne - Echantillonnage Engoulevent (Forêt de Saint Sauvant)
  46. 46. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 46 Poitou-Charentes Nature Carte 29 : Secteurs en Vienne - Echantillonnage Busard Saint-Martin (Garennes de Chemerault à Brux) Carte 30 : Secteurs témoins en Vienne - Echantillonnage Fauvette pitchou (Témoin-Landes du Pinail)
  47. 47. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 Poitou-Charentes Nature 47 Carte 31 : Secteurs en Deux-Sèvres - Echantillonnages multi espèce (Limalonges-Sauzé-Vaussais- Montalembert) Carte 32 : Secteurs en Charente - Echantillonnage multi espèces (Guizengeard – Saint Vallier)
  48. 48. Suivi 2017 – Suivi des populations impactées d’avifaune spécifique des landes sèches – Juillet 2018 48 Poitou-Charentes Nature Carte 33 : Secteurs en Charente-Maritime - Echantillonnages multi espèces (Bedenac – Clérac)

×