Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi Transparence Amphibiens - 2016 - PCN

227 views

Published on

Le suivi de la transparence des ouvrages pour les amphibiens s’inscrit dans ce contexte règlementaire et fait partie intégrante des propositions formulées dans le cadre de la note méthodologique rédigée par l'ensemble des partenaires inter-régionaux et intitulée "Propositions de suivi des mesures environnementales liées à la construction et à l'exploitation de la LGV-SEA Tours-Bordeaux".
Les objectifs du suivi consistent à mesurer la fonctionnalité des ouvrages en tant qu’ouvrages de transparence pour les amphibiens en évaluant la richesse spécifique (nombre d’espèces) et intra-spécifique (nombre d’individus) au niveau des ouvrages, et de mettre en évidence d’éventuels flux de migration pour les amphibiens.
Les hypothèses de travail sont les suivantes :
- Les passages petites faune prévus tout au long de la ligne permettront la traversée des individus de part et d'autre de la ligne ;
- Les ouvrages permettront de préserver des axes de migration (potentiels) transversaux à la ligne.
Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016
Poitou-Charentes Nature 3
Afin de répondre aux objectifs fixés, un protocole spécifique a été élaboré et mis en place à l’échelle des 4
départements impactés par la ligne SEA en Poitou-Charentes.
Poitou-Charentes Nature a assuré la coordination du suivi. La mise en oeuvre du protocole sur le terrain a été
assurée par les 4 associations départementales concernées, à savoir : Vienne Nature, Deux-Sèvres Nature
Environnement, Nature Environnement 17 et Charente Nature.
L’installation du dispositif a été faite avec la participation de l’Apave (apport du matériel, aide à la mise en
place), missionné pour cela par LISEA.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

Suivi Transparence Amphibiens - 2016 - PCN

  1. 1. Rapport réalisé pour le compte de : LGV SEA TOURS-BORDEAUX Suivi 2016 de la transparence des ouvrages pour les Amphibiens dans le cadre de la LGV SEA en Poitou- Charentes Rapport de suivi 2016 (1ère année de suivi) – Résultats
  2. 2. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature Suivi 2016 de la transparence des ouvrages pour les Amphibiens dans le cadre de la LGV SEA en Poitou-Charentes Rapport de suivi 2016 (1ère année de suivi) – Résultats Type de rapport : Rapport de suivi 2016 Associations intervenantes Experts intervenants Poitou-Charentes Nature Clémentine DENTZ – Ludivine DELAMARE – Agnès BOYE – Laura OLLIVIER Vienne Nature Miguel GAILLEDRAT – Lucie TEXIER – David OLLIVIER – Nicolas TRANCHANT – Samuel DUCEPT – Guenièvre DICEV – Blandine KESTEMAN Deux-Sèvres Nature Environnement Florian DORE – Alexis RENAUX – Anthony LE GUEN Charente Nature Tiphanie HERCE – David NEAU – David SUAREZ – Adrien CHAIGNE – Pierre FANTIN – Alexandre DUTREY – Matthieu DORFIAC – Nicolas RAINARD Nature Environnement 17 Naïs AUBOUIN – Olivier ROQUES – Emilien JOMAT Destinataires Date d’envoi Delphine QUINTARD (LISEA) Thierry CHARLEMAGNE (LISEA) V1 le 07/10/2016 V2 le 25/11/2016
  3. 3. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 1 Sommaire Sommaire ................................................................................................................... 1 1. Contexte de l’étude ............................................................................................ 2 2. Description des données..................................................................................... 3 2.1. Protocole........................................................................................................................ 3 2.2. Données collectées ....................................................................................................... 15 2.3. Analyse ........................................................................................................................ 15 3. Résultats et analyses........................................................................................ 16 3.1. Résultats...................................................................................................................... 16 3.1.1. Résultats globaux.............................................................................................. 16 3.1.2. Paramètres météorologiques .............................................................................. 21 3.1.3. Résultats par secteur......................................................................................... 23 3.2. Analyses....................................................................................................................... 32 3.3. Problématiques relevées ................................................................................................ 34 4. Discussion - conclusion..................................................................................... 35 Annexe 1 - Fiche terrain........................................................................................ 37 Annexe 2 - Analyse par PPF................................................................................... 38 Annexe 3 - Référentiel Urodèles............................................................................ 78 Annexe 4 - Bibliographie ....................................................................................... 81
  4. 4. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 2 Poitou-Charentes Nature Suivi 2016 de la transparence des ouvrages pour les Amphibiens dans le cadre de la LGV SEA Rapport de suivi 2016 – Résultats 1. Contexte de l’étude Dans le cadre de la construction de la LGV SEA Tours-Bordeaux, et en application des arrêtés ministériels et inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012, portant dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces et d’habitats d’espèces animales protégées et de destruction d’espèces végétales protégées, le maître d’ouvrage est tenu d’assurer le suivi des mesures environnementales mises en œuvre, ainsi que le suivi des populations et des habitats d’espèces protégées impactées. Plus spécifiquement, les articles 14.3 et 23 des arrêtés cités prévoient un suivi afin de démontrer la fonctionnalité des ouvrages installés : Art 23: "[...] Un suivi de la fonctionnalité des ouvrages de transparence écologique devra être réalisé. Celui-ci devra être réalisé tous les ans en phase de construction et pendant les 3 premières années suivant la mise en service de la ligne. Il sera ensuite réalisé tous les 5 ans [...]." Art 14-3: "Un suivi devra être appliqué par le pétitionnaire pour démontrer la fonctionnalité des ouvrages installés [...]'. Le suivi de la transparence des ouvrages pour les amphibiens s’inscrit dans ce contexte règlementaire et fait partie intégrante des propositions formulées dans le cadre de la note méthodologique rédigée par l'ensemble des partenaires inter-régionaux et intitulée "Propositions de suivi des mesures environnementales liées à la construction et à l'exploitation de la LGV-SEA Tours-Bordeaux". Les objectifs du suivi consistent à mesurer la fonctionnalité des ouvrages en tant qu’ouvrages de transparence pour les amphibiens en évaluant la richesse spécifique (nombre d’espèces) et intra-spécifique (nombre d’individus) au niveau des ouvrages, et de mettre en évidence d’éventuels flux de migration pour les amphibiens. Les hypothèses de travail sont les suivantes : - Les passages petites faune prévus tout au long de la ligne permettront la traversée des individus de part et d'autre de la ligne ; - Les ouvrages permettront de préserver des axes de migration (potentiels) transversaux à la ligne.
  5. 5. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 3 Afin de répondre aux objectifs fixés, un protocole spécifique a été élaboré et mis en place à l’échelle des 4 départements impactés par la ligne SEA en Poitou-Charentes. Poitou-Charentes Nature a assuré la coordination du suivi. La mise en œuvre du protocole sur le terrain a été assurée par les 4 associations départementales concernées, à savoir : Vienne Nature, Deux-Sèvres Nature Environnement, Nature Environnement 17 et Charente Nature. L’installation du dispositif a été faite avec la participation de l’Apave (apport du matériel, aide à la mise en place), missionné pour cela par LISEA. 2. Description des données 2.1. Protocole Le protocole mis en place se compose de deux volets en fonction des espèces :  Suivi par capture : Capture par seaux enterrés en sortie d'ouvrage et relévés quotidiennement au lever du jour pendant la saison de migration printanière, soit entre février et avril. Identification et dénombrement des individus capturés. Les seaux ont été perforés pour que l'eau s'évacue et une branche y a été posée pour permettre la sortie des micro-mammifères. Les seaux ont été mis en place à la sortie Est des PPF de façon systématique dans la meure du possible, et codifiés à l’identique pour chaque PPF (EN, O, ES).  Suivi individuel des Triton crêté et Salamandre tachetée : Identification individuelle des individus capturés par photographie (faces ventrales pour le Triton crêté et faces dorsales pour la Salamandre) et réalisation d'un catalogue référentiel des individus répartoriant les sites de capture et les sens de franchissement. La première année permettra de stocker les données collectées (saisie des données et photo), de mettre en place le catalogue référentiel et d'estimer plus finement des temps d'analyse et d'interprétation pour les années suivantes. Les relevés de terrain se sont déroulés entre le 09/02/2016 et le 24/03/2016. Ce protocole a été établi à l'échelle de la ligne LGV SEA. En Poitou-Charentes, il a été mis en place au niveau de 4 secteurs à enjeu amphibiens, soit un par département. EN O ES
  6. 6. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 4 Poitou-Charentes Nature Au niveau de ces secteurs identifiés, les PPF à équiper de pièges ont été choisis en fonction des conditions d’accès, puis les 5 à 6 ouvrages potentiellement les plus favorables (au cœur ou en frontière d’une zone de reproduction ou de gagnage/hivernage) ont été suivis. Photo 1 et 2 : Pose du dispositif en Vienne le 07/01/2016 au niveau du PPF1055 (Vienne Nature et A. BIGOT/APAVE)
  7. 7. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 5 Carte 1 : Localisation des secteurs et des PPF suivis en Poitou-Charentes
  8. 8. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 6 Poitou-Charentes Nature Carte 2 : Secteur à enjeu amphibiens - Fontaine-le-Comte (86)
  9. 9. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 7 Carte 3 : PPF suivis – secteur Fontaine-le-Comte (86)
  10. 10. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 8 Poitou-Charentes Nature Carte 4 : Secteur à enjeu amphibiens - Pliboux-Chaunay (79)
  11. 11. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 9 Carte 5 : PPF suivis – secteur Pliboux-Chaunay (79)
  12. 12. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 10 Poitou-Charentes Nature Carte 6 : Secteur à enjeu amphibiens - Cressac-Saint-Genis (16)
  13. 13. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 11 Carte 7 : PPF suivis – secteur Cressac-Saint-Genis (16)
  14. 14. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 12 Poitou-Charentes Nature Carte 8 : Secteur à enjeu amphibiens - Saint-Vallier (16/17)
  15. 15. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 13 Carte 9 : PPF suivis – secteur Saint-Vallier (16/17)
  16. 16. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 14 Poitou-Charentes Nature Tableau 1 : Répartition des passages à petite faune suivis par département Département Nom du secteur Nombre de PPF suivis 86 Fontaine-le-Comte 5 79 Pliboux-Chaunay 5 16 Cressac-Saint-Genis 5 16-17 Saint-Vallier 5 L’échantillonnage se compose de buses (petits canaux cylindriques servant initialement à l'écoulement des eaux) et de dalots (petits canaux dallés rectangulaires servant initialement à l'écoulement des eaux). Les typologies des ouvrages et leurs dimensions sont détaillées dans le tableau ci-dessous: Tableau 2 : Caractéristiques des ouvrages suivis Secteur Référence ouvrage Type Section (en m) Longueur (en m) Fontaine- le-Comte (86) PPFN00009 Buse 12 52 PPF1055 Buse 12 49 PPFS20010 Dalot 1,5x1,5 43 PPF1041 Buse 12 36 PPF01033-1 Buse 12 27 Pliboux- Chaunay (79) PPF1435+5 Buse 0,8 29 PPF1436+0 Buse 0,8 26 PPF1438+0 Buse 0,8 25 PPF1438+5 Buse 0,8 25 PPF1452 Buse 12 32 Cressac- Saint- Genis (16) PPF2269 Buse 12 49 PPF2273 Buse 0,8 28 PPF2290 Buse 12 29 PPF2299 Buse 0,8 28 PPF2305 Buse 0,8 27 Saint- Vallier (16-17) PPF2456 Buse 12 53 PPF2457 Buse 12 40 PPF2460 Dalot 1x0,70 41 PPF2460+1 Buse 12 43 PPF2461 Buse 0,8 27
  17. 17. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 15 2.2. Données collectées Les variables environnementales sont recueillies par Poitou-Charentes Nature et ses associations-membres, via une fiche terrain de relevé des variables suivantes (cf. Annexe 1) : - La date du relevé ; - Les températures minimale et maximale de la nuit précédent le relevé (°C) ; - La pluviométrie de la nuit précédent le relevé (mm). Les informations collectées sur les individus capturés dans les seaux ont concerné : - L’espèce; - Le stade de développement (adultes, jeunes, immatures) ; - Le sexe (quand la détermination est possible) ; - Le nombre d’individus par catégorie. 2.3. Analyse Le suivi vise à répondre aux questions suivantes: - Les PPF sont-ils fréquentés par des amphibiens, et si oui, quelles espèces sont concernées ? Existe-t-il des différences notables de fréquentation entre ces dernières ? - Des axes de migration sont-ils identifiés et pour quelles espèces ? - Une fréquence de franchissement peut-elle être mise en évidence pour les Urodèles (tritons, salamandres) ? Par ailleurs, un catalogue d’identification des Urodèles relevés a été débuté. Les identifications des Urodèles se font grâce aux faces ventrale pour le Triton crêté et dorsale pour la Salamandre tachetée. La face correspondante de chaque individu capturé est photographiée, l’individu étant tenu manuellement les pattes postérieures tendues ou à plat dans la main. Les photos sont incorporées au fur et à mesure au catalogue. Les individus capturés sont déterminés sexuellement, localisés et classés en fonction de leur date et lieu de capture. Ce référentiel permettra de suivre l’évolution des populations et de mesurer les déplacements éventuels des individus, renseignant ainsi les capacités dispersives de l’espèce et l’utilisation des PPF. Aucun référentiel Triton n’ayant pu être débuté lors de cette première campagne de terrain (un seul individu de cette espèce trouvé mort), seule une cofidication des individus de Salamandre tachetée a été mise en place. Celle-ci a été réalisée de la façon suivante : → 1er caractère : attribution d’un chiffre correspondant au secteur suivi. → 2ème caractère : Mâle (M), Femelle (F) ou Adulte (A) lorsque le sexe ne peut être déterminé, Jeune (J). → 3ème caractère : nombre d’interruptions de la ligne dorsale gauche (sans prendre en compte les taches de la gorge et des pattes et en s’arrêtant à la base de la queue, à partir de laquelle les lignes se rejoignent souvent). → 4ème caractère : nombre d’interruptions de la ligne dorsale droite (sans prendre en compte les taches de la gorge et des pattes et en s’arrêtant à la base de la queue). Toutes les captures ont été réalisées par des personnes détenant une autorisation préfectorale de capture d’espèces protégées.
  18. 18. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 16 Poitou-Charentes Nature 3. Résultats et analyses 3.1. Résultats 3.1.1. Résultats globaux Sur l’ensemble du suivi, 30 individus d’amphibiens ont été collectés, appartenant majoritairement à l’ordre des Anoures (grenouilles, crapauds). Des petits mammifères ainsi que des orthoptères ont également été pris dans les seaux. Les espèces et le nombre d’individus correspondants sont présentés dans les tableaux ci-après. Tableau 3 : Nombre d’individus de chaque groupe collectés par secteur Secteur Nombre d’individus d’amphibiens collectés Nombre d’individus de mammifères récupérés Nombre d’individus d’orthoptères récupérés Anoures Urodèles Fontaine-le-Comte (86) 10 2 5 0 Pliboux-Chaunay (79) 1 3 2 2 Cressac-Saint-Genis (16) 1 0 6 NC Saint-Vallier (16-17) 10 3 5 0 Total 22 8 18 2 Seules les espèces d’amphibiens collectées présentent un statut de protection et/ou de vulnérabilité, sans présenter toutefois un degré de rareté notable au niveau départemental, régional ou national. Tableau 4 : Liste des espèces d’amphibiens recensées dans le cadre du suivi 2016 Nom français Nom scientifique Protection nationale Directive Habitat Liste Rouge Nationale Liste Rouge Régionale Urodèles Salamandridae Salamandre tachetée Salamandra salamandra N - LC LC Triton marbré Triturus marmoratus N A4 NT NT Anoures Bufonidae Crapaud commun Bufo bufo N - LC LC Ranidae Grenouille agile Rana dalmatina N A4 LC LC Grenouilles vertes Pelophylax sp. N A5 LC - Protection nationale : N Directive Européenne "Habitats-Faune-Flore" : A4 annexe IV, A5 annexe V Liste Rouge Nationale (2015) : NT quasi menacée, LC préoccupation mineure Liste Rouge Régionale (2016) : NT quasi menacée, LC préoccupation mineure
  19. 19. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 17 Les individus de Salamandre tachetée collectés ont été photographiés et un code leur a été attribué, afin d’initier le référentiel Urodèles. Ce dernier est présenté en Annexe 3. L’ensemble des espèces d'amphibiens collectés sont concernées par les arrêtés "Espèces protégées" du 24/02/2012 et du 21/12/2012, rédigés dans le cadre de la demande d’autorisation de déroger à leur destruction ainsi qu’à celle de leurs habitats, pour la construction de la LGV SEA. Les espèces de micromammifères contactées (pour les individus ayant pu être déterminés au rang spécifique) sont relativement communes, comme cela est présenté ci-dessous. Tableau 5 : Autres espèces collectées dans le cadre du suivi 2016 : micromammifères Nom français Nom scientifique Protection nationale Directive Habitat Liste Rouge Nationale Liste Rouge Régionale Rongeurs Arvicolidae Campagnol des champs Microtus arvalis - - LC LC Campagnol agreste Microtus agrestis - - LC LC Campagnol sp. Microtus sp. - - - - Muridae Mulot sylvestre Apodemus sylvaticus - - LC LC Soricomorphes Soricidae Musaraigne sp. Sorex sp. - - - - Crocidure sp. Crocidura sp. - - - - Protection nationale : N Directive Européenne "Habitats-Faune-Flore" : A4 annexe IV, A5 annexe V Liste Rouge Nationale (2015) : NT quasi menacée, LC préoccupation mineure Liste Rouge Régionale (2016) : LC préoccupation mineure Concernant les orthoptères, la seule espèce collectée a été le Grillon bordelais (Artarogryllus burdigalensis), espèce des friches et milieux remaniés, non menacée selon la Liste Rouge Nationale (SARDET et DEFAUT, 2004) et non déterminante en Poitou-Charentes (Liste Rouge Régionale, JOURDE 2001). Le tableau ci-après détaille les observations réalisées par département.
  20. 20. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 18 Poitou-Charentes Nature Tableau 6 : Données brutes des espèces relevées par secteur géographique Fontaine-le-Comte (86) Date Observateur N° PPF N° Seau Espèce Stade Nb mâles Nb femelles Nb Ind. Photo T°C maxi T°C mini Pluvio Autres espèces observées Remarque 12/02/2016 GAILLEDRAT Miguel PPFN00009 O Rana dalmatina Adulte 1 1 8,7 0,8 1,6 Le long de la bâche 12/02/2016 GAILLEDRAT Miguel PPF01033-1 EN 8,7 0,8 1,6 Mulot sylvestre Retrouvé mort - seau en eau 13/02/2016 DUCEPT Samuel PPFN00009 EN Salamandra salamandra Adulte 1 SS13022016-SD.JPG 11,8 4,5 12 Seau en eau 13/02/2016 DUCEPT Samuel PPFN00009 O Rana dalmatina Adulte 1 1 11,8 4,5 12 Seau en eau 14/02/2016 GAILLEDRAT Miguel PPFN00009 O Pelophylax sp. Immature 1 11,8 5,1 12,2 Seau en eau 19/02/2016 TEXIER Lucie PPFS20010 O 4,2 -0,2 6,5 Campagnol des champs Retrouvé mort - seau en eau 22/02/2016 DUCEPT Samuel PPF1041 EN Bufo bufo Immature 1 12 9,7 0,8 Seau en eau 23/02/2016 DUCEPT Samuel PPFS20010 EN Bufo bufo Adulte 1 1 11,4 8,6 0,4 Seau en eau 23/02/2016 DUCEPT Samuel PPF1041 EN Bufo bufo Adulte 1 1 11,4 8,6 0,4 Seau en eau 24/02/2016 DUCEPT Samuel PPFN00009 O Bufo bufo Adulte 1 1 11,3 6,2 1,4 Seau en eau 02/03/2016 TEXIER Lucie PPFN00009 O Bufo bufo Adulte 1 1 10,3 -0,5 2 02/03/2016 TEXIER Lucie PPF1055 EN 10,3 -0,5 2 Campagnol sp. 02/03/2016 TEXIER Lucie PPF1041 O Salamandra salamandra Adulte 1 SALSAL_O_02032016_LT.JPG 10,3 -0,5 2 Le long de la bâche - seau en eau 02/03/2016 TEXIER Lucie PPF1041 ES Bufo bufo Adulte 1 1 10,3 -0,5 2 04/03/2016 TEXIER Lucie PPFN00009 EN Bufo bufo Adulte 1 1 10,7 5,1 0 09/03/2016 DICEV Guenièvre PPFN00009 O 8,9 -3,7 0 Crocidure sp. Retrouvé mort - seau en eau 10/03/2016 DICEV Guenièvre PPFN00009 O 9,8 4,3 12,4 Campagnol agreste Retrouvé mort - seau en eau Pliboux-Chaunay (79) Date Observateur N° PPF N° Seau Espèce Stade Nb mâles Nb femelles Nb Ind. Photo T°C maxi T°C mini Pluvio Autres espèces observées Remarque 12/02/2016 LE GUEN. A PPF1452 ES Salamandra salamandra Adulte 1 1 Salamandra_salamandra_12- 02-16_PPF1452_ES 9,6 3,3 3
  21. 21. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 19 23/02/2016 DORE F. PPF1438+5 ES 11,6 9 1,6 Grillon bordelais 02/03/2016 DORE F. PPF1435+5 ES Salamandra salamandra Adulte 1 1 Salamandra_salamandra_02- 03-16_PPF1435+5_ES 11,4 0,1 4,8 03/03/2016 LE GUEN. A PPF1452 ES Bufo bufo Adulte 1 1 11,4 8,2 5,8 04/03/2016 RENAUX.A PPF1436+0 ES Salamandra salamandra Adulte 1 1 Salamandra_salamandra_04- 03-16_PPF1436+0_ES 11,4 5,3 2,2 05/03/2016 RENAUX.A PPF1452 EN 11,4 6,3 16,6 Musaraigne sp. Retrouvé mort 10/03/2016 RENAUX.A PPF1435+5 ES 10,5 6,2 15,2 Mulot sylvestre Retrouvé mort 24/03/2016 RENAUX.A PPF1436+0 O 14,1 4,1 0 Grillon bordelais Cressac-Saint-Genis (16) Date Observateur N° PPF N° Seau Espèce Stade Nb mâles Nb femelles Nb Ind. Photo T°C maxi T°C mini Pluvio Autres espèces observées Remarque 09/02/2016 HERCE.T PPF2269 EN 12,9 9 10,5 Mulot sylvestre Retrouvé mort 23/02/2016 HERCE.T PPF2273 ES Bufo bufo Adulte 1 1 12 6,4 0 24/02/2016 HERCE.T PPF2290 ES 12,2 7,8 7,8 Campagnol des champs 05/03/2016 HERCE.T PPF2299 ES 10,4 5,1 14,1 Campagnol des champs Retrouvé mort 08/03/2016 HERCE.T PPF2305 EN 8,2 1,4 0 Mulot sylvestre Retrouvé mort 23/03/2016 HERCE.T PPF2305 ES 13,6 2,6 0 2 Musaraignes sp. Retrouvé mort Saint-Vallier (16/17) Date Observateur N° PPF N° Seau Espèce Stade Nb mâles Nb femelles Nb Ind. Photo T°C maxi T°C mini Pluvio Autres espèces observées Remarque 09/02/2016 Olivier ROQUES 2460 ES Salamandra salamandra Adulte 1 1 ok 13,6 10,1 24,6 Campagnol des champs Campagnol retrouvé mort (noyé) 09/02/2016 Olivier ROQUES 2460+1 ES Bufo bufo Adulte 1 1 13,6 10,1 24,6 13/02/2016 Emilien JOMAT 2456 EN 13,2 6,8 6,6 Campagnol sp. Retrouvé mort 14/02/2016 Emilien JOMAT 2460+1 ES Bufo bufo Adulte 1 1 13,8 8,2 14,4 21/02/2016 Naïs AUBOUIN 2461 ES Pelophylax sp. Adulte 1 1 12,9 4,7 1 22/02/2016 Naïs AUBOUIN 2456 O Bufo bufo Immature 1 11,9 9,7 0,2 24/02/2016 Naïs AUBOUIN 2456 ES Salamandra salamandra Adulte 1 1 ok 12,8 9,3 5,4 24/02/2016 Naïs AUBOUIN 2460 EN Bufo bufo Immature 1 12,8 9,3 5,4
  22. 22. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 20 Poitou-Charentes Nature 24/02/2016 Naïs AUBOUIN 2460+1 O 12,8 9,3 5,4 Campagnol sp. Retrouvé mort 24/02/2016 Naïs AUBOUIN 2461 ES Pelophylax sp. Adulte 1 1 12,8 9,3 5,4 24/02/2016 Naïs AUBOUIN 2461 ES Bufo bufo Adulte 1 1 12,8 9,3 5,4 25/02/2016 Emilien JOMAT 2456 EN Bufo bufo Adulte 1 1 13,4 9,1 2,2 25/02/2016 Emilien JOMAT 2460 EN Triturus marmoratus Adulte 1 1 13,4 9,1 2,2 Retrouvé mort (noyé) 02/03/2016 Emilien JOMAT 2461 O Bufo bufo Adulte 1 1 11,8 -2,5 8,6 03/03/2016 Emilien JOMAT 2456 O 11,4 8,4 3,6 Campagnol sp. Retrouvé mort 03/03/2016 Emilien JOMAT 2460+1 EN 11,4 8,4 3,6 Campagnol sp. Retrouvé mort 21/03/2016 Emilien JOMAT 2461 O Bufo bufo Adulte 1 1 14,4 5,8 1,2
  23. 23. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 21 3.1.2. Paramètres météorologiques Les paramètres météorologiques relevés dans le cadre du suivi ont permis de produire les graphiques d’évolution des températures minimales et maximales ainsi que de la pluviométrie sur la durée du suivi. Les courbes sont proposées par département, sur les graphes ci-après. Les paramètres métérorologiques de 2016 ont été globalement similaires à ceux de 2015, ce qui nous permet plus loin dans ce rapport d’avancer que les conditions météo n’ont pas été à l’origine de modifications sur les flux d’amphibiens cette année. Nous ne disposons toutefois pas des archives météorologiques à faire apparaître sur les graphiques ci-dessous. Figure 1 : Evolution des températures minimales sur la durée du suivi 2016
  24. 24. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 22 Poitou-Charentes Nature Figure 2 : Evolution des températures maximales sur la durée du suivi 2016 Figure 3 : Evolution des pluviométries sur la durée du suivi 2016
  25. 25. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 23 3.1.3. Résultats par secteur Les secteurs et les principaux résultats associés sont présentés ci-après. Ainsi, pour chacun des 4 secteurs suivis, sont détaillés : - le contexte global (habitats présents aux alentours, aménagements ou infrastructures connexes, intérêt du secteur par rapport aux amphibiens, à leurs déplacements...), - des premiers éléments d’analyse visant à répondre aux questionnements et hypothèses de départ, sur la base des éléments disponibles par secteur. Le contexte rapproché de chaque passage petite faune et son analyse est quant à lui détaillé en Annexe 2, au travers d’une fiche réalisée par ouvrage. Précisons ici qu’une cartographie des habitats dans un rayon de 500 m autour de chaque PPF est présentée dans ces fiches ; les abords directs de la LGV SEA (emprise) ont été rattachés à des habitats disctincts en fonction de l’état des milieux présents et lorsqu’une caractérisation était possible (friches, jachères, ou autres), ou bien ont été laissés sous la dénomination ‘LGV’.
  26. 26. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 24 Poitou-Charentes Nature 3.1.3.1 Secteur Fontaine-le-Comte SECTEUR FONTAINE-LE-COMTE (86) Le secteur de Fontaine-le-Comte avait été identifié comme une zone à forts enjeux batrachologiques lors de l’étude environnementale initiale réalisée pour la LGV. C’est la raison pour laquelle des passages à petite faune ont été installés sur ce secteur, et que des grillages adaptés pour éviter à la petite faune de traverser la ligne ont été installés. De plus, ce secteur est une zone de raccordement entre plusieurs voies, engendrant un effet barrière encore plus important pour les espèces présentes. Dans le cadre des mesures compensatoires de la LGV SEA, 13 mares ont été créées dans le secteur pour permettre aux amphibiens de se reproduire. Par conséquent, le suivi de la transparence écologique de la ligne ferroviaire pour la petite faune sur ce secteur apparait tout à fait pertinent. Lors du suivi 2016 réalisé pendant la migration printanière, 4 espèces d’amphibiens ont été capturées dans les pièges installés sur ce secteur, pour un effectif total de 12 individus. Il s’agit de la Salamandre tachetée (2), du Crapaud commun (7), de la Grenouille agile (2) et de la Grenouille verte sp (1). La diversité spécifique et les effectifs capturés sont faibles au regard des potentialités du secteur. Les résultats de piégeage obtenus, traduisant toutefois l’utilisation des PPF pour traverser la LGV, sont très faibles au vu des enjeux connus localement, tant au niveau de la diversité spécifique qu’au niveau des effectifs. En effet, seulement 4 espèces ont été capturées dans les PPF en 2016 sur le secteur. Néanmoins, le Triton marbré, le Triton crêté, le Triton palmé, la Rainette verte et le Pélodyte ponctué sont également connus dans le secteur (espèces inventoriées dans des mares de compensation en 2015 et 2016), mais n’ont pas été capturés dans les pièges installés cette année dans les 5 PPF. Une seule espèce d’urodèle a été capturée lors du suivi. Il s’agit de la Salamandre tachetée, dont 2 individus ont été collectés au niveau de 2 PPF différents. La disposition des taches sur le corps des individus a permis de différencier deux individus nettement différents qui sont présentés en Annexe 3. Des captures ont été effectuées dans 3 des 5 PPF équipés de pièges. Avec 4 espèces et 7 individus, le PPFN00009 est celui dans lequel les résultats sont les plus importants. Localisé au sein de la vallée de la Rune et entre l’étang de Tillole et le Bois de la Pommeraie, ce PPF est localisé sur une zone à fort enjeux amphibiens avec des flux migratoires potentiels importants (échanges bois à étang). Au sein du PPF1041, localisé entre les Brandes de la Foy etle Bois du Chêne Blanc, 2 espèces pour 4 individus ont été capturés.
  27. 27. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 25 Ces 2 PPF sont implantés dans un contexte d’habitats naturels de part et d’autre de la ligne favorable aux amphibiens : ces derniers peuvent en effet y trouver des zones de reproduction, des habitats terrestres pour leurs déplacements et des zones de gagnage. Ceci peut expliquer des résultats un peu moins faibles que pour les autres PPF, dont les habitats naturels à proximité ont été fortement modifiés pendant la phase de travaux liés à la construction de la ligne. Toutefois, les effectifs capturés en 2016 sont trop faibles pour mettre en évidence un sens de fréquentation particulier, ni un flux de migration. Cela ne peut être rattaché à des conditions météorologiques particulières, les températures comme la pluviométrie ne présentant pas d’aberrations par rapport aux conditions météorologiques classiques de printemps, comme illustré sur les graphiques ci-dessous. Evolution des températures sur le secteur de Fontaine-le-Comte sur la durée du suivi Evolution de la pluviométrie sur le secteur de Fontaine-le-Comte sur la durée du suivi
  28. 28. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 26 Poitou-Charentes Nature 3.1.3.2 Secteur Pliboux-Chaunay SECTEUR PLIBOUX-CHAUNAY (79) Le secteur de Pliboux-Chaunay concerné par le suivi des passages petite faune est inscrit dans un paysage fortement agricole dans lequel persistent quelques boisements et quelques linéaires de haies malheureusement morcelés. La ligne LGV traverse cette zone selon un axe Nord/Sud et entrecoupe quelques rares prairies et un boisement au nord de la zone de suivi. Dans ce contexte, les zones potentiellement les plus favorables aux déplacements des amphibiens se situent dans la partie nord du secteur, dans laquelle quatre ouvrages ont été équipés de pièges pour ce suivi. Notons également que cette « zone potentiellement favorable » est située entre deux ouvrages hydrauliques, rattachés entre eux par un fossé bétonné qui longe la ligne LGV. L’ouvrage présent dans le sud du secteur et équipé d’un dispositif de pièges est quant à lui dans un contexte plus agricole et semble moins attractif pour les amphibiens (il est d’ailleurs en dehors du zonage d’enjeu amphibiens, voir carte 4). Les barrières pièges ainsi mises en place ont permis de capturer seulement 3 individus de Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) et un individu de Crapaud commun (Bufo bufo), ce qui est relativement faible pour une session de capture en migration prénuptiale. Pour comparaison à plus large échelle, ce sont 8 espèces d’Anoures et 5 espèces d’Urodèles qui sont connues sur la commune de Pliboux. Les 3 individus de Salamandre tachetée collectés l’ont été au niveau de 3 PPF différents. Le PPF ayant permis l’observation du plus grand nombre d’amphibiens sur les 5 équipés est le PPF 1452 (néanmoins seuls 2 individus ont été piégés), soit celui qui a priori n’était pas dans le contexte écologique le plus favorable. Les conditions météorologiques relevées lors de la période de suivi ne montrent pas de valeurs aberrantes pouvant expliquer le faible nombre d’amphibiens capturés lors du suivi. Les résultats ont néanmoins pu être biaisés par la forte accumulation d’eau dans les seaux au cours du suivi (facilitant la sortie des amphibiens) et par la présence du fossé bétonné entre la ligne LGV et le boisement situé au nord du secteur (capture en amont des amphibiens et passage de ceux-ci au niveau des ouvrages hydrauliques, évitant ainsi les pièges placés au niveau des PPF). En conclusion, il est ici aussi difficile de mettre en évidence un éventuel effet des PPF sur le transit des amphibiens, en raison du faible nombre d’individus piégés au cours de cette première année de suivi. Il en va de même pour identifier un éventuel flux et sens de migration des espèces ciblées. Toutefois, le fait que la totalité des individus aient été capturés à l’extérieur des ouvrages pourrait indiquer que les individus souhaitaient traverser la ligne LGV, mettant en
  29. 29. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 27 évidence l’intérêt des PPF. Evolution des températures sur le secteur de Pliboux-Chaunay sur la durée du suivi Evolution de la pluviométrie sur le secteur de Pliboux-Chaunay sur la durée du suivi
  30. 30. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 28 Poitou-Charentes Nature 3.1.3.3 Secteur Cressac-Saint-Genis SECTEUR CRESSAC-SAINT-GENIS (16) Cet ensemble de PPF s’inscrit dans une zone vallonnée. Tous les passages petite faune du secteur ont été sélectionnés pour ce suivi même s’ils ne sont pas concernés par le zonage « enjeu amphibiens » délimité en Charente (voir carte 6). Un suivi spécifique est mené par ailleurs sur le Sonneur à ventre jaune dans ce secteur. Ces ouvrages sont localisés dans un paysage à dominante agricole (grandes cultures et vignes), ponctué de boisements et points d’eau tels que des étangs et mares. Dans la partie Nord, les prairies sont toutefois dominantes. Deux cours d’eau circulent également au sein de la zone, alimentés par quelques petites sources et affluents. Ces derniers ont également été aménagés afin de permettre la libre circulation, en toute sécurité, de la faune terrestre et aquatique. Dans ce paysage agricole, les haies sont à l’heure actuelle peu développées et au contraire morcelées ; elles ont été renforcées le long de la ligne LGV, en dehors de l’emprise, par la plantation de linéaires de haies champêtres. Ceci, couplé à la pose de grillage adapté, permet de recréer localement des corridors de transit vers les ouvrages de transparence (PPF). Le dispositif mis en place dans ce secteur n’a permis de capturer qu’un seul amphibien, un Crapaud commun (Bufo bufo), sur l’ensemble des PPF et de la période de suivi. C’est un effectif très faible au vu de la diversité et de la densité connues localement. Il a en effet été identifié lors d’autres inventaires et interventions diverses, 6 espèces d’Anoures et 2 espèces d’Urodèles. Seul le Sonneur à ventre de jaune ne pouvait être capturé car l’espèce n’est pas active pendant cette période de l’année. Les conditions météorologiques ont pourtant été relativement favorables au déplacement des amphibiens, avec des précipitations lors de plus de la moitié des nuits suivies. Cependant, cette pluviométrie a également eu une influence sur la capture d’individus, car en provoquant une forte accumulation d’eau dans les seaux, elle a pu faciliter la sortie des amphibiens de ces pièces. Cela a été notamment le cas du PPF 2305, localisé sur une zone très humide, donc a priori favorable et attractive. La présence de cours d’eau aménagés (viaduc et voute) est aussi un élément pouvant avoir biaisé les résultats, les amphibiens ayant ainsi d’autres opportunités pour passer d’un côté à l’autre de la ligne LGV. De ce fait, au vu de ce faible nombre d’individu relevé, il est impossible de conclure quant à la fonctionnalité de ces ouvrages, et encore moins de définir un sens de fréquentation ou encore de mettre en évidence un possible flux migratoire.
  31. 31. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 29 Evolution des températures sur le secteur de Cressac-Saint-Genis sur la durée du suivi Evolution de la pluviométrie sur le secteur de Cressac-Saint-Genis sur la durée du suivi
  32. 32. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 30 Poitou-Charentes Nature 3.1.3.4 Secteur Saint-Vallier SECTEUR SAINT-VALLIER (16/17) Les passages petite faune s’insérent ici dans un contexte paysager globalement forestier, agrémenté de quelques mares et étangs, rendant le secteur a priori particulièrement favorable aux amphibiens. Les sites de pontes identifiés sont principalement situés au nord de la ligne où plusieurs étangs sont présents, alors que le sud présente plutôt des boisements et prairies humides, habitats principalement attractifs en période d’hibernation des espèces. Ce secteur est traversé par plusieurs ruisseaux et cours d’eaux, constituant autant de points de franchissement possibles pour les amphibiens, en complément des PPF. La présence entre les ouvrages PPF 2457 et PPF 2460 d’un viaduc au-dessus du ruisseau des Lorettes et de ses zones humides constitue un point de passage théoriquement privilégié par les amphibiens. De fait, les PPF situés sur les talus de part et d’autre de ce viaduc ne devraient pas concentrer la majorité des flux de déplacement des amphibiens de la zone. Le suivi des ouvrages de transparence amphibiens sur le secteur de Saint-Vallier a révélé une diversité spécifique relativement élevée composé de 4 espèces : la Salamandre tachetée (2), le Triton marbré (1), la Grenouille verte (2) et le Crapaud commun (8), ce dernier étant dominant sur la zone. Cette diversité vient appuyer les enjeux amphibiens de ce secteur. Il s’agit du secteur ayant permis de relever un maximum d’individus sur l’ensemble du suivi mis en place. Deux espèces d’Urodèles ont pu être observées dans les seaux. Il s’agit de la Salamandre tachetée et du Triton marbré. Pour cette dernière espèce le seul individu collecté a été retrouvé mort noyé lors du passage quotidien. Aucun codage individuel n’a pas conséquent été mis en place pour cet individu. Pour ce qui est des salamandres, 2 individus ont été capturés. Ces individus ont été codés : 4I35 et 4I67. La disposition des taches sur le corps des individus nous a permis de différencier deux individus nettement différents qui ont pu emprunter les ouvrages. Le PPF 2461 recense le plus d’amphibiens collectés dans les seaux sur le secteur avec 5 individus relevés. Sa situation entre un étang situé au nord et un bassin de rétention des eaux au sud lui offre un contexte privilégié pour les amphibiens et plus particulièrement pour les crapauds communs. En effet, le bassin de rétention des eaux a dû être visité par ces derniers qui sont venus juger de l’intérêt de l’habitat pour la reproduction. Cette localisation peut expliquer le plus grand nombre d’individus collectés au niveau de ce PPF et surtout une fréquentation dans les deux sens. De façon générale en effet, les individus se sont déplacés du sud vers le nord, c’est-à-dire qu’ils ont été piégés avant de traverser les ouvrages. Ces observations viennent appuyer les zones d’hibernation pressenties plus au sud et les zones de reproduction au nord de la ligne.
  33. 33. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 31 Les relevés quotidiens et le nombre d’individus collects n’ont pas permis de mettre en évidence un flux de migration particulier. Les observations d’amphibiens dans les seaux semblent principalement en lien avec des conditions météorologiques nocturnes douces et humides de ce printemps 2016. Evolution des températures sur le secteur de Saint-Vallier sur la durée du suivi Evolution de la pluviométrie sur le secteur de Saint-Vallier sur la durée du suivi
  34. 34. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 32 Poitou-Charentes Nature 3.2. Analyses Les analyses réalisables en cette première année de suivi sont très limitées du fait du faible nombre d’individus capturés. En effet le jeu de données obtenu ne permet pas d’étudier précisément le comportement des individus, ni de mettre en œuvre des tests statistiques de comparaison entre PPF ou secteurs. Ainsi, comme cela a été présenté dans l’analyse par secteur dans le chapitre précédent, il est difficile de mettre en évidence un éventuel effet des PPF sur le transit des amphibiens, en raison du faible nombre d’individus piégés au cours de cette première année de suivi, et encore moins d’en conclure un sens de transit des individus. Il en va de même pour la mise en évidence d’un éventuel flux de migration. Toutes ces analyses nécessiteront un lot de données bien plus représentatif. Nous pouvons toutefois proposer une lecture des effectifs relevés au niveau de chaque secteur, à partir de la la figure présentée ci-dessous : Figure 4 : Effectifs d’amphibiens relevés par secteur On y voit que les amphibiens piégés ont été plus nombreux dans deux des quatre secteurs : celui de Fontaine- le-Comte et celui de Saint-Vallier, qui totalisent respectivement 12 et 13 individus capturés. Même faibles, ces résultats sont bien supérieurs à ceux recensés sur les deux autres secteurs (4 individus dans les Deux-Sèvres et 1 seul en Charente). Le nombre d’Urodèles capturés est sensiblement identique d’un secteur à l’autre, sauf sur le secteur de Cressac-Saint-Genis où aucun urodèle n’a été piégé, alors que des espèces de cet ordre sont bien présentes localement (données Charente Nature). Sur la base des données collectées, il est également possible de porter un premier regard sur le sens de traversée des individus piégés, sans pousser plus avant l’analyse étant donnée la faible représentativité du lot
  35. 35. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 33 de données. Ce sens de traversée peut nous donner une indication sur les sites d’hibernation et de reproduction autour des PPF, les amphibiens allant des premiers vers les seconds en cette période de migration prénuptiale, comme cela a été explicité dans l’analyse faite par secteur (chapitre précédent). On peut ainsi voir sur la figure ci-après que dans les quatre secteurs, des amphibiens ont été capturés dans les seaux extérieurs, ce qui pourrait indiquer que les individus souhaitaient traverser la ligne LGV, mettant en évidence l’intérêt des PPF. Au niveau de deux secteurs (Fontaine-le-Comte et Saint-Vallier), un quart voire la moitié des individus capturés l’ont été après traversée des ouvrages. Figure 5 : Proportions des seaux de collecte utilisés par secteur Ces résultats permettent de confirmer certaines données, voire d’apporter des éléments de connaissance, avec toutefois certaines limites : - Des populations d’amphibiens sont bien présentes dans les secteurs d’implantation des PPF ; les effectifs relevés semblent toutefois faibles par rapport aux données connues localement (hypothèses par rapport à l’état connu ou plutôt estimé des populations), et ce de façon globale sur l’ensemble des secteurs suivis ; - Au moins un des PPF dans chaque secteur permet le passage de quelques amphibiens. Cela confirme l’intérêt de ces aménagements de transparence écologique pour la petite faune. Le faible lot de données de cette année, la méconnaissance de l’état de conservation et des effectifs précis des populations locales ne permettent toutefois pas de comparaison de l’efficacité des PPF entre eux et entre les différents secteurs.
  36. 36. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 34 Poitou-Charentes Nature 3.3. Problématiques relevées Plusieurs contraintes ont été relevées lors de cette première saison de suivi, qui pourraient expliquer les faibles effectifs d’amphibiens collectés : - La plupart des PPF sont souvent inondés, avec soit des écoulements d’eau et dans ce cas jouant plutôt un rôle d’ouvrage hydraulique, soit des stagnations d’eau dues à de mauvais calages. Le fait d’être « en eau » limite probablement le bon fonctionnement des PPF ; - Les individus piégés peuvent ressortir des seaux lors des épisodes de fortes pluies (forte accumulation d’eau dans les seaux facilitant leur sortie) et par ailleurs le sol au niveau des PPF équipés étant globalement peu drainant il ne permet pas à l’eau de s’évacuer ; - La bâche faisant partie du dispositif de piégeage peut bloquer les écoulements d’eau lors des fortes pluies, contribuant également à remplir les seaux intérieurs ; - Le contexte fortement remanié autour des PPF suite aux travaux de la LGV n’est pas encore très attractif pour les amphibiens, ce qui peut être à l’origine d’une fréquentation moindre ; - Du grillage « petite maille » n’était pas présent sur l’ensemble des secteurs suivis, certains PPF choisis cette année étant situés en dehors des zonages à enjeu amphibiens présentés en début de rapport. Les amphibiens ont donc pu traverser la ligne à n’importe quel endroit dans ces secteurs et ne pas privilégier les PPF ; - De la même façon, certains PPF sont situés à proximité immédiate d’autres ouvrages conséquents permettant la traversée sous la ligne ferroviaire au niveau de milieux relativement attractifs, tels que des ouvrages hydrauliques ou des viaducs surplombant des zones humides ; ces zones, du fait des conditions humides présentes, seraient dans la plupart des cas privilégiées par les amphibiens pour la traversée de la LGV ; - Certains PPF ont en outre été construits de manière inappropriée à leur rôle présagé pour la petite faune, et notamment les amphibiens : placés à mi-hauteur du talus par exemple, leur accessibilité est très limitée pour les cortèges d’espèces ciblés. En outre, on peut déplorer la mortalité de quelques amphibiens et des micromammifères piégés. Ces dernières espèces, très sensibles au stress mais également au manque de nourriture, n’ont en effet pas survécu dans la plupart des cas au piégeage. Ainsi, la présence d’eau dans les seaux ne peut être le seul facteur incriminé, d’autant plus que des matériaux avaient été placés dans ces derniers pour permettre à la faune de s’échapper (pierres et branches dépassant des seaux). De nombreux points relevés ci-dessus n’ont pas de solution apparente ; toutefois sur la question du remplissage des seaux, COSEA nous a indiqué avoir prévu, de façon globale, d’améliorer les écoulements d’eau sur le linéaire LGV. On peut donc espérer que cela apporte une amélioration, tant sur le nombre d’ampibiens piégés que sur la mortalité, notamment des micromammifères.
  37. 37. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 35 4. Discussion - conclusion Les effectifs d’amphibiens piégés au cours de cette première année de suivi ont été relativement faibles, et ce sur l’ensemble des secteurs suivis. Ces résultats ne sont a priori pas à relier aux conditions météorologiques qui ont été dans la normale durant les 45 jours concernés. De même, la période des relevés de terrain a été correctement ciblée pour capter les flux d’amphibiens. Une corrélation pourrait être établie avec les contextes environnementaux des secteurs suivis. Bien que le protocole ait été mis en place au sein de secteurs d’intérêt pour les amphibiens, le remaniement des milieux aux alentours des PPF, dû aux travaux de la LGV, a été important. Leur recolonisation par une végétation plus ou moins naturelle puis par les populations faunistiques locales prendra nécessairement du temps. Il est possible qu’ainsi les transits d’amphibiens (et donc la fréquentation des PPF) nécessitent localement quelques années avant de s’établir. Par ailleurs, d’autres hypothèses permettant d’expliquer les résultats doivent être mises en avant afin d’être vérifiées lors des prochaines années suivies : - Les populations locales d’amphibiens sont peut-être dans un mauvais état de conservation ; l’absence d’état initial précis des populations dans les secteurs suivis est un facteur limitant l’analyse des données de ce suivi ; - Les amphibiens ne traversent peut-être pas la LGV au niveau des PPF, avec pour origine : o Les aménagements de transparence écologique qui ne sont peut-être pas complètement adaptés/efficaces, au moins pour les amphibiens (hauteur d’implantation sur les talus, cf. annexes pour l’analyse par PPF) ; o L’absence de grillage « petite maille » sur l’ensemble des PPF ciblés par le suivi 2016 ; o La proximité d’autres ouvrages drainant l’essentiel des transits d’amphibiens. Concernant la localisation des ouvrages, elle semble a priori pertinente du fait de la mise en place du suivi au sein de secteurs à enjeu amphibiens ; par ailleurs les données collectées cette année sont encore insuffisantes pour conclure sur l’influence du type d’ouvrages. Les prochaines années de suivi devraient permettre de statuer sur cet aspect. En raison du biais apporté par la proximité d’autres ouvrages drainant l’essentiel des transits d’amphibiens, il semble peu judicieux de poursuivre le suivi des secteurs situés en Charente. Par conséquent, pour la prochaine année de suivi, il est proposé de se concentrer sur les secteurs de Fontaine-le-Comte et de Pliboux-Chaunay qui semblent présenter des enjeux amphibiens importants (d’après ce suivi mais aussi d’après les prospections menées par ailleurs), et au sein desquels les PPF semblent avoir un réel intérêt, en n’étant pas localisés à proximité d’autres ouvrages utilisés par les amphibiens. Cela permettra dans les analyses de limiter le biais lié à des passages préférentiels. Le nombre de PPF à suivre au sein de chacune de ces deux zones pourrait cependant être revu à la hausse afin de tendre potentiellement vers un lot de donnée plus important. D’autres adaptations du protocole semblent peu pertinentes afin de garder des données comparables dès cette première année ; par ailleurs, des améliorations seraient difficiles à trouver sans alourdir de façon conséquente le temps d’analyse associé. Des réflexions seront toutefois menées afin de tenter de proposer une méthode de substitution pour pallier aux inconvénients de la capture par seaux (sortie des amphibiens et mortalité des micromammifères).
  38. 38. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 36 Poitou-Charentes Nature
  39. 39. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 37 Annexe 1 - Fiche terrain
  40. 40. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 38 Poitou-Charentes Nature Annexe 2 - Analyse par PPF SECTEUR FONTAINE-LE-COMTE PPF01033-1 Département Commune PK 86 Fontaine-le-Comte 103,30 Type Section (m) Longueur (m) Buse 12 27 Ce PPF est situé sous un rétablissement routier. Il est localisé dans un contexte de boisements au sud et de parcelles agricoles au nord. L’accès nord du PPF pour la faune est situé à mi-hauteur d’un talus, ce qui peut limiter son utilisation par les amphibiens, alors que l’accès sud est situé à proximité d’un boisement en limite duquel se trouve un petit ru temporaire. En outre, il existe à proximité de cet ouvrage une buse hydraulique au sein de laquelle des amphibiens pourraient transiter, évitant ainsi le PPF.
  41. 41. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 39 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 0 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Mulot sylvestre 1 Extérieur Aucun individu n’a été capturé au niveau de cet ouvrage cette année 2016. Les raisons de l’absence de capture peuvent être multiples. Dans un premier temps, la forte quantité d’eau retenue dans les seaux a pu induire des biais de capture ; de plus, l’accès nord du PPF, à mi-hauteur du talus, peut être difficile à découvrir par les amphibiens ; enfin, il existe à proximité du PPF un passage hydraulique qui peut également être utilisé par les amphibiens pour franchir le rétablissement routier. A noter que ce PPF est localisé en dehors du zonage à enjeu amphibiens délimité sur la carte 2. Un micromammifère (Mulot sylvestre) a également été retrouvé lors des relevés, mort, malgré la présence de pierres et d’une zone refuge (végétaux).
  42. 42. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 40 Poitou-Charentes Nature PPF1041 Département Commune PK 86 Fontaine-le-Comte 104,10 Type Section (m) Longueur (m) Buse 12 36 Le PPF est localisé entre deux boisements fragmentés par la LGV que sont les Brandes de la Foy à l’ouest et le bois du Chêne Blanc à l’est. Ces boisements sont bordés de prairies. Au regard de ce contexte, la position du PPF semble être favorable aux déplacements des amphibiens en raison de la présence de plusieurs corridors écologiques à proximité (boisements, lisières forestières, zones de reproduction…). Notons cependant que le PPF a été constamment en eau sur les ¾ de son linéaire pendant toute la phase de suivi. En effet, des écoulements permanents ont été notés au sein de cet ouvrage et de fait les seaux installés ont été constamment en eau, limitant les possibilités de capture. De plus, pour permettre l’écoulement de l’eau, une petite rigole à la base de la bâche a dû être créée, ne rendant pas l’installation totalement imperméable au passage de la petite faune.
  43. 43. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 41 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée 1 Intérieur Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun 3 Extérieur Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 2 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte / Le suivi de 2016 a permis de capturer 4 amphibiens appartenant à 2 espèces. Ce faible nombre de données ne permet pas de certifier d’un quelconque effet de l’ouvrage malgré sa localisation préférentielle. La forte quantité d’eau dans les seaux a pu induire des biais de capture, mais surtout le fait qu’il y ait eu des écoulements d’eau permanents au sein de l’ouvrage pendant toute la période de suivi, doit limiter l’efficacité du PPF. Au vu des quelques captures, les 3 crapauds communs capturés se déplaçaient de la zone des Brandes la Foy vers le Bois du Chêne Blanc (soit d’ouest en est) et la Salamandre utilisait le chemin inverse. Il est difficile de conclure sur un sens privilégié de déplacement avec si peu de captures.
  44. 44. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 42 Poitou-Charentes Nature PPF1055 Département Commune PK 86 Fontaine-le-Comte 105,53 Type Section (m) Longueur (m) Buse 12 49 L’ouvrage est localisé au sein d’un contexte agricole qui a fortement été modifié suite aux travaux de la LGV. Sur la zone nord-ouest, le PPF débouche sur une ancienne zone de stockage de remblais et un terrain fortement modifié lors des derniers mois avec une faible attractivité pour les amphibiens. La partie sud-est débouche quant à elle sur un le secteur avec d’autres voies ferrées, également équipées de PPF, avant d’aboutir à la zone des Barberies, secteur au sein duquel plusieurs mares de compensation ont été créées. Ce PPF est donc localisé sur une zone fortement modifiée par les travaux de la LGV SEA ; par conséquent, son utilisation par la petite faune mettra probablement un temps plus important pour être effective. Enfin, la pluviométrie importante du printemps et une implantation trop basse du PPF a engendré là aussi des écoulements au sein de l’ouvrage durant la période du suivi, pouvant limiter l’efficacité de l’ouvrage. Le seau intérieur était le plus souvent rempli d’eau.
  45. 45. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 43 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 0 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Campagnol sp. 1 Extérieur Aucun individu n’a été capturé au niveau de cet ouvrage. Les raisons de l’absence de capture peuvent encore une fois être multiples. Dans un premier temps, la forte quantité d’eau dans le seau intérieur a pu induire des biais de capture. De plus, l’environnement proche du PPF fortement modifié du côté de Maison Blanche (terrain de stockage de matériaux au nord-ouest du PPF) n’est pour le moment pas très attractif pour les amphibiens, limitant les déplacements vers cette zone. Un campagnol a également été capturé lors de la campagne de suivi. Celui-ci s’était abrité sous la végétation déposée dans les seaux et a pu être relâché lors d’une visite de contrôle.
  46. 46. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 44 Poitou-Charentes Nature PPFS20010 Département Commune PK 86 Fontaine-le-Comte 1,00 Type Section (m) Longueur (m) Buse 1,5x1,5 43 L’ouvrage est localisé au sein d’un contexte agricole qui a fortement été modifié. Sur la zone nord-ouest, le PPF débouche sur la zone des Barberies, secteur au sein duquel plusieurs mares de compensation ont été créées. La partie sud-est du PPF débouche sur un secteur avec d’autres voies ferrées également à franchir (LGV et ligne SNCF). Ce PPF est localisé dans une zone fortement remaniée par les travaux, que la petite faune mettra sans doute un temps plus long à recoloniser, et ce malgré la présence de mares de compensation relativement proches. De plus, la pluviométrie importante du printemps et une implantation trop basse du PPF ont été à l’origine d’écoulements au sein de l’ouvrage de nature à limiter l’efficacité de ce dernier. Les seaux étaient le plus souvent remplis d’eau, limitant les éventuelles captures.
  47. 47. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 45 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun 1 Extérieur Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 1 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Campagnol des champs 1 Intérieur Le suivi de 2016 a permis de capturer un Crapaud commun. Un micromammifère (Campagnol des champs) a également été retrouvé lors des relevés, mort malgré la présence de pierres et d’une zone refuge (végétaux). Le faible nombre de données ne permet pas de certifier d’un quelconque effet de l’ouvrage malgré sa position intéressante à proximité de mares de compensation. La forte quantité d’eau dans les seaux a pu induire des biais de capture. La zone des Barberies au sein de laquelle des mares ont été créées n’est pas encore très attractive pour les amphibiens au vu des suivis menés depuis 2 ans sur cette zone. Ceci peut expliquer le faible nombre de captures lau niveau de ce PPF en 2016. L’individu capturé souhaitait semble-t-il se déplacer de la zone des Barberies vers le sud-est.
  48. 48. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 46 Poitou-Charentes Nature PPFN00009 Département Commune PK 86 Fontaine-le-Comte 0,91 Type Section (m) Longueur (m) Buse 12 52 Le PPF est localisé entre deux boisements fragmentés par la LGV SEA et la ligne SNCF Paris-Bordeaux. Le PPF a été installé dans le prolongement d’un ouvrage d’art localisé sous la ligne SNCF. Ce PPF se trouve au sein de la vallée de la Rhune et à proximité de l’étang de la Tillole. La position du PPF semble être favorable aux déplacements des amphibiens en raison de la présence de plusieurs corridors écologiques à proximité (vallée, lisières forestières, zones de reproduction…). Notons cependant que ce PPF a été constamment en eau sur les ¾ de son linéaire pendant toute la phase de suivi. En effet, des écoulements permanents ont été notés au sein de l'ouvrage et de fait les seaux installés ont été constamment en eau, limitant les possibilités de capture. De plus, pour permettre l’écoulement de l’eau, une petite rigole à la base de la bâche a dû être créée, ne rendant pas l’installation totalement imperméable au passage de la petite faune.
  49. 49. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 47 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée 1 Extérieur Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun 3 2 Intérieur, 1 Extérieur Grenouille agile 2 Intérieur Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. 1 Intérieur Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 4 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Crocidure sp. 1 Intérieur Campagnol agreste 1 Intérieur Le suivi 2016 de ce PPF a permis de capturer 7 amphibiens appartenant à 4 espèces. 2 micromammifères ont également été collectés, morts malgré la présence de pierres et d’une zone refuge (végétaux). Malgré un nombre d’individus collectés plus importants qu’au niveau des autres PPF en Vienne, il est toujours délicat de conclure quant à un quelconque effet de l’ouvrage, bien qu’il semble localisé dans un contexte favorable. Le fait qu’il y ait eu presque 10 cm d’eau au sein de l’ouvrage sur les ¾ de son linéaire pendant toute la période de suivi doit néanmoins limiter l’efficacité du PPF. En effet, on peut s’étonner du faible nombre d’individus collectés, car lors d’inventaires ultérieurs sur la zone, de nombreux amphibiens avaient été observés dans le Bois de la Pommeraie mais également au sein de l’étang de Tillole. Au vu des captures, les 7 amphibiens ont utilisé le PPF pour se rendre du Bois de la Pommeraie vers la zone de l’étang de Tillole, connu pour accueillir la reproduction de plusieurs espèces (Grenouille agile, Crapaud commun, Salamandre tachetée, Triton marbré, Triton crêté, Triton palmé, Grenouille verte sp.).
  50. 50. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 48 Poitou-Charentes Nature SECTEUR PLIBOUX-CHAUNAY PPF1435+5 Département Commune PK 79 Chaunay 143,55 Type Section (m) Longueur (m) Buse 0,8 29 Le passage à petite faune s’inscrit dans un paysage de transition entre des milieux agricoles, forestiers et bocagers. Plus précisément, le PPF est situé à l’interface de deux boisements fragmentés par la LGV. Notons la présence d’une mare forestière située à environ 20 mètres de l’ouvrage. Le PPF semble ainsi localisé dans un contexte favorable aux déplacements des amphibiens, en raison de la présence de plusieurs corridors écologiques à proximité (alignement d’arbres, lisières forestières…). Notons que le sol au niveau de ce PPF est très marneux, induisant une forte accumulation de l’eau lors des pluies.
  51. 51. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 49 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée 1 Extérieur Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 1 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Mulot sylvestre 1 Extérieur Le suivi de 2016 n’a permis de capturer qu’un seul individu de Salamandre tachetée pour les amphibiens. Un Mulot sylvestre a également été retrouvé mort lors des relevés, malgré la présence de pierres et d’une zone refuge (végétaux). Le faible nombre de données collectées au niveau de ce PPF ne permet pas de caractériser un quelconque effet de l’ouvrage, malgré sa localisation a priori favorable. La forte quantité d’eau dans les seaux a pu induire un biais de capture. Ce biais est d’autant plus important lors des plus forts épisodes pluvieux, entrainant une remonté des seaux (poussée d’Archimède) et limitant d’autant plus la capture des amphibiens. D’autres installations proches de ce PPF n’ont pas été équipées d’un dispositif de piégeage, et ont pu être utilisées par les amphibiens passant alors inaperçus lors de leur migration. Enfin, la présence d’un fossé bétonné entre le boisement et l’ouvrage a potentiellement piégé des individus lors de leurs déplacements. Les quelques ponts installés sur ce fossé ne semblent pas, à première vue, limiter cet effet de barrière. Ces éléments peuvent avoir eu une influence sur l’efficacité du PPF1435+5 et limitent ainsi l’interprétation des résultats. Ne connaissant pas l’état des populations locales d’amphibiens, il est également possible aussi que le dispositif de transparence soit inefficace et/ou inadapté : non utilisation malgré des populations d’amphibiens (coupure de populations), populations locales en déclin avec une faible dynamique …
  52. 52. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 50 Poitou-Charentes Nature PPF1436+0 Département Commune PK 79 Chaunay 143,60 Type Section (m) Longueur (m) Buse 0,8 26 Le passage à petite faune s’inscrit dans un paysage de transition entre des milieux agricoles, forestiers et bocagers. Plus précisément, le PPF est situé à l’interface de deux boisements fragmentés par la LGV. Notons la présence d’une mare forestière située à environ 20 mètres de l’ouvrage. Ce contexte semble également favorable au transit d’amphibiens, et la position du PPF semble donc être judicieuse, en raison de la présence de plusieurs corridors écologiques à proximité (alignement d’arbres, lisières forestières…). Le sol est ici aussi très marneux, induisant une forte accumulation de l’eau lors des passages pluvieux.
  53. 53. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 51 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée 1 Extérieur Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 1 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Grillon bordelais 1 Intérieur Le suivi 2016 n’a également permis de capturer qu’un seul individu de Salamandre tachetée. Aucune mortalité de micromammifère n’a été observée sur cet ouvrage, et un Grillon bordelais a été capturé lors du suivi. Ce faible nombre de données ne permet pas d’analyser un quelconque effet de l’ouvrage malgré sa localisation dans un contexte a priori attractif pour les amphibiens. Les mêmes conclusions que pour le PPF 1435+5 précédent peuvent être apportées, au vu de leur situation très proche. La forte quantité d’eau dans les seaux a pu induire un biais de capture. Ce biais est d’autant plus important lors des plus forts épisodes pluvieux qui entraine la remonté des seaux et limite ainsi la capture des amphibiens. D’autres installations proches de ce PPF n’ont pas été équipées d’un dispositif de piégeage, et ont pu être utilisées par les amphibiens pouvant alors traverser la ligne sans être détectés. Enfin, la présence d’un fossé bétonné entre le boisement et l’ouvrage a potentiellement piégé des individus lors de leurs déplacements. Les quelques ponts installés sur ce fossé ne semblent pas, à première vue, limiter cet effet de barrière. Ces éléments peuvent avoir eu une influence sur l’efficacité du PPF1436+0 et limitent ainsi l’interprétation des résultats.
  54. 54. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 52 Poitou-Charentes Nature PPF1438+0 Département Commune PK 79 Pliboux 143,80 Type Section (m) Longueur (m) Buse 0,8 25 L’ouvrage s’inscrit dans un paysage agricole entrecoupé de boisements et de prairies présentant au nord et à l’est par un linéaire de haies légèrement conservé. Ce contexte paysager apparaît moyennement favorable aux déplacements des amphibiens. Notons que le piège utilisé pour ce PPF a été implanté sur un sol très marneux, induisant une forte accumulation d’eau lors des passages pluvieux. De ce fait, les seaux étaient entièrement remplis d’eau à plusieurs reprises, facilitant la sortie des amphibiens piégés et empêchant leur prise en compte dans ce suivi.
  55. 55. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 53 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 0 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte / Aucun individu n’a été capturé au niveau de cet ouvrage. Les raisons de l’absence de capture peuvent être multiples, et les mêmes éléments que pour les deux autres PPF précédents peuvent être mis en évidence, au regard de la proximité des ouvrages. Ainsi, les biais de capture liés à la présence d’eau dans les seaux sont suspectés, ainsi que la traversée non détectée d’amphibiens au niveau d’es installations proches non équipées d’un système de capture, et enfin le fossé bétonné qui a sans doute piégé des individus.
  56. 56. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 54 Poitou-Charentes Nature PPF1438+5 Département Commune PK 79 Pliboux 143,85 Type Section (m) Longueur (m) Buse 0,8 25 Ce PPF 1438+5 est très proche du PPF 1438+0 précédent, et le contexte écologique est par conséquent identique : L’ouvrage s’inscrit dans un paysage agricole entrecoupé de boisements et de prairies présentant au nord et à l’est par un linéaire de haies légèrement conservé. Ce contexte paysager apparaît moyennement favorable aux déplacements des amphibiens. Notons que le piège utilisé pour ce PPF a été implanté sur un sol très marneux, induisant une forte accumulation d’eau lors des passages pluvieux. De ce fait, les seaux étaient entièrement remplis d’eau à plusieurs reprises, facilitant la sortie des amphibiens piégés et empêchant leur prise en compte dans ce suivi.
  57. 57. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 55 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 0 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Grillon bordelais 1 Extérieur De même que le contexte, le résultat au niveau de ce PPF est identique à celui du PPF précédent. Aucun individu d’amphibiens n’a été capturé au niveau de cet ouvrage, seul un grillon bordelais a été retrouvé dans un seau. Les raisons de l’absence de capture peuvent être multiples, et les mêmes éléments que pour les deux autres PPF précédents peuvent être mis en évidence, au regard de la proximité des ouvrages. Ainsi, les biais de capture liés à la présence d’eau dans les seaux sont suspectés, ainsi que la traversée non détectée d’amphibiens au niveau d’es installations proches non équipées d’un système de capture, et enfin le fossé bétonné qui a sans doute piégé des individus.
  58. 58. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 56 Poitou-Charentes Nature PPF1452 Département Commune PK 79 Pliboux 145,19 Type Section (m) Longueur (m) Buse 12 32 Le PPF 1452 est localisé dans un secteur à dominance agricole présentant un réel déficit en linéaire de haies. Ce PPF est localisé en dehors du zonage à enjeu amphibiens délimité sur la carte 4. Au regard de la cartographie des habitats, il semble que la localisation du passage soit néanmoins pertinente puisqu’il permet de relier l’unique zone prairiale présente dans les 500 m autour du PPF à la seule mare compensatoire du secteur. Ainsi, il s’inscrit globalement dans un contexte favorable pour le bon fonctionnement de l’ouvrage. Notons que le sol est toujours très marneux, induisant une forte accumulation de l’eau lors des passages pluvieux. De ce fait, les seaux étaient entièrement remplis d’eau à plusieurs reprises durant le suivi, facilitant ainsi la sortie des amphibiens.
  59. 59. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 57 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée 1 Extérieur Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun 1 Extérieur Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 2 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Musaraigne sp. 1 Extérieur Seulement une Salamandre tachetée et un Crapaud commun ont été piégés au niveau de ce PPF, ne permettant pas d’étudier un réel effet de l’ouvrage. La mare compensatoire située à proximité du PPF accueille pourtant le Pélodyte ponctué, le Triton crêté et le complexe des grenouilles vertes (inventaires réalisés dans le cadre du suivi des mares de compensation). Les deux individus ayant été capturés dans les seaux de collecte extérieurs, il est possible qu’ils aient cherché à traverser la LGV. Au regard des milieux présents, on peut penser que les zones d’hibernation locales se situent préférentiellement au niveau de la seule haie présente à une vingtaine de mètres à l’est de l’ouvrage.
  60. 60. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 58 Poitou-Charentes Nature SECTEUR CRESSAC-SAINT-GENIS PPF2269 Département Commune PK 16 Blanzac- Porcheresse 226,98 Type Section (m) Longueur (m) Buse 12 49 Cet ouvrage est localisé dans une zone de grande culture avec quelques boisements disséminés de part et d’autre de la LGV. Il est plus précisément situé en haut d’une zone vallonnée, un cours d’eau (la Grand Eau) serpentant en contre- bas, sans aucun corridor susceptible de canaliser la petite faune vers la buse. Ce PPF s’inscrit donc dans un contexte moyennement favorable aux déplacements des amphibiens. Des haies plantées de part et d’autre de l’ouvrage en fin d’année 2015 constitueront probablement des linéaires plus attractifs pour orienter les individus vers l’ouvrage, une fois étoffées. Le dispositif a été installé sur des sols bien drainés, ce qui a généralement limité l’accumulation d’eau dans les seaux. Cependant, le grillage spécifique « petite maille » ne couvrant que partiellement les abords de la ligne LGV dans ce secteur, les amphibiens ont pu traverser la voie ferrée sans emprunter le passage busé.
  61. 61. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 59 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 0 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Mulot sylvestre 1 Extérieur Aucun individu d’amphibien n’a été capturé sur cet ouvrage ; seul un jeune Mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus) a été retrouvé mort noyé dans un seau. Toutefois, plusieurs individus de Grenouille verte et agile, de Crapaud commun et de Sonneur à ventre jaune ont été observés dans et de part et d’autre de l’ouvrage hydraulique, ce qui prouve la circulation des individus. L’absence d’un linéaire de grillage spécifique aux amphibiens sur plusieurs centaines de mètres de part et d’autre du PPF associée à l’attractivité du cours d’eau circulant en contre-bas et passant sous la voie ferrée pourraient expliquer les résultats très limités obtenus cette année. Dans une bien moindre mesure, la saturation en eau des seaux lors des fortes précipitations a pu également permettre aux amphibiens de sortir des pièges. Le contexte paysager du PPF pourrait également expliquer l’absence de capture. Le secteur suivi en Charente est en effet globalement moins propice aux amphibiens que ceux des autres départements et cet ouvrage n’ayant par conséquent pas fait l’objet d’un aménagement spécifique, l’intérêt du PPF et son efficacité peuvent être plus limités pour ce taxon.
  62. 62. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 60 Poitou-Charentes Nature PPF2273 Département Commune PK 16 Cressac-Saint Genis 227,30 Type Section (m) Longueur (m) Buse 0,8 28 Cet ouvrage est localisé dans une zone agricole avec quelques boisements disséminés de part et d’autre de la LGV. Il est plus précisément situé en haut d’une zone vallonnée, un cours d’eau (la Grand Eau) serpentant en contre-bas, sans aucun élément corridor susceptibles de canaliser les individus vers la buse. Ce PPF s’inscrit donc dans un contexte moyennement favorable aux déplacements des amphibiens. Des haies plantées de part et d’autre de l’ouvrage en fin d’année 2015 constitueront probablement des linéaires plus attractifs pour orienter les individus vers l’ouvrage. Le dispositif a été installé sur des sols bien drainés, ce qui a généralement limité l’accumulation d’eau dans les seaux. Le grillage spécifique « petite maille » ne couvrant que partiellement les abords de la ligne LGV, les amphibiens ont pu traverser la voie ferrée sans emprunter le passage busé.
  63. 63. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 61 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun 1 Extérieur Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 1 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte / Un seul individu de Crapaud commun (Bufo bufo) a été capturé au niveau de cet ouvrage, ce qui est trop faible pour étudier son l’efficacité. L’attractivité du cours d’eau circulant en contre-bas et passant sous la voie ferrée peut expliquer les résultats très limités obtenus au terme de ce suivi. On notera que plusieurs individus de Grenouille vertes et agile, de Crapaud commun et de Sonneur à ventre jaune ont été observés dans et de part et d’autre de l’ouvrage hydraulique, ce qui prouve la circulation d’individus. Dans une moindre mesure ici aussi, la saturation en eau des seaux lors des fortes précipitations a pu également permettre aux amphibiens de sortir des pièges. Le contexte paysager du PPF peut possiblement expliquer, au moins en partie, l’absence d’amphibiens à l’intérieur des seaux.
  64. 64. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 62 Poitou-Charentes Nature PPF2290 Département Commune PK 16 Cressac-Saint Genis 229,03 Type Section (m) Longueur (m) Buse 12 29 Cet ouvrage est localisé dans une zone de grande culture et est enclavé entre la ligne LGV et des routes (communale et départementales). Un fossé bétonné est présent à proximité de l’ouvrage. Ce PPF s’inscrit donc dans un contexte peu favorable aux déplacements des amphibiens. Le dispositif a été installé sur des sols bien drainés, ce qui a généralement limité l’accumulation d’eau dans les seaux. Le grillage spécifique « petites mailles » n’a pas été installé jusqu’à ce PPF, laissant la possibilité aux amphibiens de traverser en dehors de l’aménagement, directement sur la ligne LGV.
  65. 65. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 63 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 0 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Campagnol des champs 1 Extérieur Aucun individu d’amphibien n’a été capturé au niveau de cet ouvrage ; seul un Campagnol des champs (Microtus arvalis) a été retrouvé lors d’une visite de contrôle, vivant cette fois. L’absence de grillage spécifique aux amphibiens sur ce secteur, permettant aux individus de traverser à n’importe quel endroit la ligne, peut expliquer les résultats très limités obtenus au terme de ce suivi. En outre le contexte paysager est réellement peu favorable, avec un effet barrière très marqué lié aux différentes infrastructures de transport présentes localement (routes et ligne LGV). Dans une toute moindre mesure, la saturation en eau des seaux lors des fortes précipitations a pu également permettre aux amphibiens de sortir des pièges. Le contexte paysager du PPF pourrait expliquer en partie l’absence d’amphibiens piégés au niveau de ce PPF. Cet ouvrage n’étant pas localisé dans une zone à enjeu amphibiens, il peut effectivement présenter un intérêt moindre pour ce taxon.
  66. 66. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 64 Poitou-Charentes Nature PPF2299 Département Commune PK 16 Cressac-Saint Genis 229,93 Type Section (m) Longueur (m) Buse 0,8 28 Cet ouvrage est localisé dans une zone de grande culture avec quelques boisements au nord, de part et d’autre de la LGV. Il est plus précisément situé en haut d’une zone vallonnée, un cours d’eau (l’Arce) serpentant en contre-bas, sans aucun élément corridor susceptible de canaliser les individus vers la buse. Un fossé bétonné a été implanté au pied de l’ouvrage. Si le contexte n’apprait pas défavorable aux amphibiens, les aménagements en présence ne semblent pas favoriser leurs déplacements et la traversée de la LGV. Le dispositif a été installé sur un sol calcaire, sur des sols bien drainés, ce qui a pu limiter l’accumulation d’eau dans les seaux.
  67. 67. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 65 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 0 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Campagnol des champs 1 Extérieur Aucun individu d’amphibien n’a été capturé sur cet ouvrage ; parmi les micromammifères, seul un Campagnol des champs (Microtus arvalis) a été retrouvé noyé. L’attractivité du cours d’eau circulant en contre-bas et passant sous la voie ferrée (via un viaduc) peut expliquer ces résultats. On notera que plusieurs individus de Grenouille verte et de Crapaud commun ont été observés sous et à proximité du viaduc, ce qui prouve toutefois la présence et le transit d’individus. Néanmoins, l’état et les effectifs des populations locales ne sont pas connus, alors qu’ils pourraient également expliquer l’absence de données au niveau de ce PPF.
  68. 68. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 66 Poitou-Charentes Nature PPF2305 Département Commune PK 16 Deviat 230,53 Type Section (m) Longueur (m) Buse 0,8 27 Cet ouvrage est situé au sein d’une mosaïque d’habitats, mêlant milieux agricoles, forestiers et bocagers ainsi que des zones humides et cours d’eau. La position du PPF semble être judicieuse dans l’objectif de leur permettre une traversée de la LGV, en raison de la présence de plusieurs corridors écologiques à proximité (haies, lisières forestières…). Le dispositif a été installé sur un sol calcaire, qui aurait du limiter l’accumulation d’eau dans les seaux, malheureusement cela n’a pas été constaté sur le terrain.
  69. 69. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 67 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 0 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Musaraigne sp. 2 Extérieur Mulot sylvestre 1 Extérieur Aucun individu d’amphibien n’a été capturé sur cet ouvrage. Seuls trois micromammifères, tous retrouvés morts, ont été observés dans les seaux. Les seaux ont été remplis d’eau sur toute la durée du suivi, ce qui a pu laisser s’échapper des individus, ne permettant pas de constater de la réelle utilisation de l’ouvrage par des amphibiens. Toutefois, cette buse est localisée à proximité d’un cours d’eau circulant dans une zone humide au sein de laquelle des preuves de reproduction de plusieurs espèces ont été identifiées, pendant ce suivi 2016 mais également l’année précédente. Les amphibiens peuvent donc utiliser le cours d’eau comme corridor de traversée de la LGV, le contexte paysager aux abords des deux éléments étant identique (distants de 150m). Les habitats bordant le cours d’eau étant un peu plus attractifs (présence de points d’eau de chaque côté), le passage préférentiel d’amphibiens à ce niveau est fortement suspecté.
  70. 70. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 68 Poitou-Charentes Nature SECTEUR SAINT-VALLIER PPF2456 Département Commune PK 16 Saint-Vallier 245,66 Type Section (m) Longueur (m) Buse 12 53 Le PPF 2456 est intégré dans un contexte majoritairement forestier. Il est placé dans la continuité d’une prairie humide au sud et permet de rejoindre des zones humides et étangs situés au nord de la LGV. Cependant, ce PPF est situé à moins de 10 mètres d’un ouvrage hydraulique permettant également aux amphibiens de traverser la ligne ferroviaire. De plus, ce secteur a également connu des pluies abondantes et les sols gorgés d’eau ont rempli les seaux, ne permettant pas de contenir les amphibiens dans ces pièges. Ces deux éléments permettent difficilement d’analyser
  71. 71. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 69 l’efficacité du système de piégeage et l’utilisation du PPF par les amphibiens en tant qu’ouvrage de transparence écologique. Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée 1 Extérieur Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun 2 1 Intérieur, 1 Extérieur Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 2 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Campagnol sp. 2 Extérieur Les six semaines de suivis ont permis de relever deux espèces différentes d’amphibiens au niveau de ce PPF : la Salamandre tachetée (1 individu collecté) et le Crapaud commun (2 individus). Deux campagnols ont également été retrouvés morts noyés dans les seaux lors des relevés matinaux. Ces espèces cardiaques et sensibles à l’hypothermie n’ont pas supporté l’immersion et ont été retrouvé systématiquement mortes sur le secteur de Saint-Vallier, malgré les dispositifs installés (pierres et branches) pour leur permettre de grimper et de sortir du seau. La Salamandre ainsi que l’un des crapauds ont été retrouvés dans les seaux situés à l’extérieur de l’ouvrage (côté sud) alors que le second crapaud a traversé l’ouvrage et a été retrouvé dans le seau du côté intérieur de l’ouvrage. Il est fort probable que des échanges existent en effet entre les zones de reproduction identifiées au nord (étangs) et les zones d’hivernage représentées par les entités boisées au sud de la ligne.
  72. 72. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 70 Poitou-Charentes Nature PPF2457 Département Commune PK 16 Saint-Vallier 245,76 Type Section (m) Longueur (m) Buse 12 40 Le PPF 2457 est proche du précédent, et se situe dans un contexte également forestier, mais en liaison plus directe avec la zone humide et le cours d’eau. Toutefois, le cours d’eau et sa zone humide périphérique, à quelques dizaines de mètres seulement de ce PPF, et dont la continuité a été maintenue grâce à un viaduc sur lequel passe la LGV, semble être le corridor principal pour le déplacement des amphibiens dans ce secteur, et notamment par rapport à ce PPF 2457. Il paraît en effet plus probable que les individus transitent sous le viaduc en restant dans des milieux humides, plutôt qu’ils ne remontent le talus pour emprunter le PPF. Enfin, comme ailleurs, les seaux ont été remplis d’eau pour sur une bonne partie de la période suivie, ne permettant pas d’intercepter les éventuels amphibiens en passe d’utiliser le PPF.
  73. 73. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 71 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 0 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte / Aucun individu, d’amphibiens ou d’un autre groupe biologique, n’a été relevé au niveau de cet ouvrage. Ce dernier est jugé a priori pas ou très peu fonctionnel pour les amphibiens, du fait de la proximité d’un corridor naturel bien plus attractif pour ce taxon.
  74. 74. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 72 Poitou-Charentes Nature PPF2460 Département Commune PK 16 Saint-Vallier 246,04 Type Section (m) Longueur (m) Buse 1x0,70 41 Le PPF 2460 se trouve dans un contexte forestier, à proximité d’un étang. Il se situe à quelques mètres du PPF 2460+1. Le PPF est situé à mi-hauteur du talus de la LGV. De plus, il est localisé entre le viaduc précédemment présenté et un ouvrage hydraulique. Il semble a priori mal positionné pour concentrer les axes de déplacements des amphibiens qui préféreront suivre les zones humides et les cours d’eaux proches. Tous comme les autres dispositifs de piégeage positionnés le long de la ligne, les seaux ont été remplis d’eau une bonne partie de la période suivie ; en outre, la bâche a empêché l’écoulement des eaux venant de l’ouvrage, inondant ainsi la zone d’installation du dispositif.
  75. 75. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 73 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée 1 Extérieur Triton crêté Triton marbré 1 Extérieur Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun 1 Extérieur Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 3 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Campagnol des champs 1 Extérieur Le PPF 2460 a permis de relever 3 individus de 3 espèces différentes : la Salamandre tachetée, le Crapaud commun et le Triton marbré. Ce dernier constitue l’unique donnée régionale de cette espèce dans le cadre de ce suivi 2016. Cependant, l’individu a été découvert mort noyé lors du relevé des seaux. Un Campagnol a également été retrouvé mort noyé dans un seau malgré le dispositif composé de pierre et de branches pour leur permettre de sortir de ce système de capture. L’ensemble des individus sont venus de l’extérieur de l’ouvrage, probablement pour rejoindre les sites de pontes constitués par les étangs et zones humides situées au nord de la ligne.
  76. 76. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 74 Poitou-Charentes Nature PPF2460+1 Département Commune PK 16 Saint-Vallier 246,06 Type Section (m) Longueur (m) Buse 12 43 Le PPF 2460+1 se trouve également dans un contexte forestier à proximité de l’étang identifié au nord de la ligne. Il se situe à quelques mètres du PPF 2460. Ce PPF est aussi situé à mi-hauteur sur le talus de la LGV, et à proximité du viaduc et de l’autre ouvrage hydraulique. Il a donc a priori également peu de chances de concentrer les déplacements d’amphibiens localement, qui préféreront suivre les zones humides et les cours d’eaux proches. Tous comme les autres dispositifs les seaux ont été remplis d’eau une bonne partie de la période de suivi.
  77. 77. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 75 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun 2 Extérieur Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 1 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Campagnol sp. 2 1 Intérieur, 1 Extérieur Pour les amphibiens, seuls deux crapauds communs ont été collectés dans les seaux. Deux campagnols ont été retrouvés morts noyés, malgré le dispositif sensé leur permettre de s’échapper de ces pièges. Tous comme au niveau du PPF 2460, les individus sont venus de l’extérieur de l’ouvrage en direction des sites de pontes identifiés à proximité : les étangs et zones humides situés juste au nord de la ligne.
  78. 78. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 76 Poitou-Charentes Nature PPF2461 Département Commune PK 16 Saint-Vallier 246,18 Type Section (m) Longueur (m) Buse 0,8 27 Le PPF 2461 est relativement proche des deux PPF précédents et se trouve donc également dans un contexte globalement forestier, mais avec des zones de friche et de terre remaniées plus importante. Il se situe à proximité d’un bassin de rétention des eaux. Comme la plupart des ouvrages, il est situé à proximité d’ouvrages hydrauliques au niveau desquels des individus de Triton palmé ont été observés traversant la ligne. Tout comme les autres dispositifs, les seaux ont été remplis d’eau une bonne partie de la période de suivi.
  79. 79. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 Poitou-Charentes Nature 77 Espèces d’amphibiens relevées Nombre d’individus Seaux de collecte Salamandre tachetée Triton crêté Triton marbré Triton de Blasius Triton palmé Alyte accoucheur Crapaud calamite Crapaud commun 3 2 Intérieur, 1 Extérieur Grenouille agile Grenouille de Graf Grenouille de Lessona Grenouille de Perez Grenouille rieuse Grenouille verte Grenouille verte sp. 2 Extérieur Grenouille rousse Pélodyte ponctué Rainette méridionale Rainette verte Richesse spécifique = 2 Autres espèces relevées Nombre d’individus Seaux de collecte / Au total, 5 individus de 2 espèces différentes ont été relevés au niveau de cet ouvrage : trois individus de Crapaud commun et 2 individus de Grenouille verte. Les Crapauds commun sont venus aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur de l’ouvrage, probablement en exploration pour trouver des sites de reproduction. Les grenouilles vertes sont venues uniquement de l’extérieur de l’ouvrage. Cette espèce a très probablement traversé le LGV dans le but de rejoindre l’étang situé au nord.
  80. 80. Rapport Suivi 2016 – Transparence Amphibiens – Octobre 2016 78 Poitou-Charentes Nature Annexe 3 - Référentiel Urodèles Code 1A31 – PPF PPFN00009 (secteur Fontaine-le-Comte) – seau EN Code 1A12 – PPF 1041 (secteur Fontaine-le-Comte) – seau O Code 2F34 – PPF 1435+5 (secteur Pliboux-Chaunay) – seau ES

×