Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi Mulette sur la Vienne - 2016 - Biotope

131 views

Published on

Dans le cadre de son projet de construction de la LGV SEA, LISEA-COSEA a obtenu un arrêté portant dérogation à l'interdiction de destruction d’espèces et d’habitats d’espèces animales protégées et de destruction d’espèces végétales protégées (préfectures de Gironde, de Vienne, de Charente, des Deux-Sèvres, de Charente-Maritime et d’Indre-et-Loire).
Par cet arrêté daté du 24 février 2012, la société LISEA est autorisée, et sous réserve des conditions énoncées aux articles suivants, à déroger aux interdictions suivantes :
- destruction, altération ou dégradation de sites de reproduction ou d'aires de repos (espèces animales) ;
- capture ou enlèvement, destruction, perturbation intentionnelle (espèces animales) ;
- coupe, cueillette, arrachage, enlèvement (espèces végétales).
Dans le département de l’Indre-et-Loire, deux espèces protégées de mulettes sont concernées : la Grande Mulette (Margaritifera auricularia) et la Mulette épaisse (Unio crassus). L’article 11.1.2 de l’arrêté présente les mesures imposées réglementairement au préalable à la destruction, altération des habitats d’espèces et notamment la réalisation d’un déplacement des individus impactés. Ces déplacements ont été réalisés les 11, 12 juin et du 25 juin au 13 juillet 2012 par les malacologues du bureau d’études BIOTOPE.
Ce rapport présente les résultats du suivi sur l’année 2016.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Suivi Mulette sur la Vienne - 2016 - Biotope

  1. 1. Suivi des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 2016 1 14/12/2016 SUIVI DES MESURES DE DEPLACEMENT DE MULETTES PROTEGEES DANS LE CADRE DE LA LGV SEA VIENNE, DEPARTEMENT D’INDRE- ET-LOIRE (37) Individu juvénile de Grande Mulette (Margaritifera auricularia) sur la station de Port-de-Piles © BIOTOPE
  2. 2. Réalisation des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 20162 Introduction Dans le cadre de son projet de construction de la LGV SEA, LISEA-COSEA a obtenu un arrêté portant dérogation à l'interdiction de destruction d’espèces et d’habitats d’espèces animales protégées et de destruction d’espèces végétales protégées (préfectures de Gironde, de Vienne, de Charente, des Deux-Sèvres, de Charente-Maritime et d’Indre-et-Loire). Par cet arrêté daté du 24 février 2012, la société LISEA est autorisée, et sous réserve des conditions énoncées aux articles suivants, à déroger aux interdictions suivantes :  destruction, altération ou dégradation de sites de reproduction ou d'aires de repos (espèces animales) ;  capture ou enlèvement, destruction, perturbation intentionnelle (espèces animales) ;  coupe, cueillette, arrachage, enlèvement (espèces végétales). Dans le département de l’Indre-et-Loire, deux espèces protégées de mulettes sont concernées : la Grande Mulette (Margaritifera auricularia) et la Mulette épaisse (Unio crassus). L’article 11.1.2 de l’arrêté présente les mesures imposées réglementairement au préalable à la destruction, altération des habitats d’espèces et notamment la réalisation d’un déplacement des individus impactés. Ces déplacements ont été réalisés les 11, 12 juin et du 25 juin au 13 juillet 2012 par les malacologues du bureau d’études BIOTOPE. Ce rapport présente les résultats du suivi sur l’année 2016.
  3. 3. Suivi des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 2016 3 Sommaire I. Suivi des populations de Mulette épaisse déplacées 4 I.1 Rappels concernant le déplacement et la méthode de suivi 4 I.1.1 Rappel du site de déplacement et des effectifs déplacés 4 I.1.2 Conditions de réalisation du suivi 5 I.2 Résultats du suivi 7 I.2.1 Suivi des placettes 7 I.2.2 Conclusion sur le suivi 8 II. Suivi des populations de Grande Mulette déplacées 9 II.1 Rappels concernant le déplacement et la méthode de suivi 9 II.1.1 Conditions lors du déplacement 9 II.1.2 Conditions de réalisation du suivi 10 II.2 Résultats du suivi 11 II.2.1 Discussion 12 II.2.2 Conclusion sur le suivi 13
  4. 4. Réalisation des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 20164 I. Suivi des populations de Mulette épaisse déplacées I.1 Rappels concernant le déplacement et la méthode de suivi I.1.1 Rappel du site de déplacement et des effectifs déplacés Site de déplacement Le site de déplacement se situe au lieu-dit « Falaise », sur la RD5 reliant Ports-de-Piles (37) à Descartes. Carte de localisation de la station de réception (source : Géoportail)
  5. 5. Suivi des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 2016 5 Effectifs déplacés Les opérations de déplacement se sont déroulées dans de bonnes conditions les 11, 12 juin et du 25 juin au 13 juillet 2012. Quatre-vingt-douze individus de Mulette épaisse (Unio crassus) ont été déplacés depuis le tronçon coupé par la LGV SEA jusqu’à la station de réception. Vingt-deux individus ont été placés au sein des trois placettes de suivi. Les autres individus ont été marqués et placés sur des secteurs favorables hors placettes. Tableau 1 : Effectifs réimplantés sur les 3 placettes de suivi Espèce observées Placette n°1 (aval) 3x3 m Placette n°2 (centre) 2x2 m Placette n°3 (amont) 2x2 m Mulette épaisse (Unio crassus) 13 3 6 Les détails de l’opération sont disponibles dans le rapport suivant : 20121008_BIOTOPE_CR_DEPLACEMENT_VIENNE.pdf. I.1.2 Conditions de réalisation du suivi Suivi prévu dans l’arrêté CNPN L’arrêté portant dérogation à l'interdiction de destruction d’espèces et d’habitats d’espèces animales protégées et de destruction d’espèces végétales protégées obtenu par COSEA, le 24 février 2012 précisait les conditions du suivi sur les populations déplacées. Pour la Mulette épaisse « Les sites de prélèvements, les caractéristiques des stations d'accueil favorables et leur suivi seront notamment précisés dans le protocole évoqué dans le présent article. » Le protocole rédigé par BIOTOPE et validé par la DREAL Centre en mai 2012, proposait : « suivi un mois après pour le contrôle, sans mesure ni comptage. Ce contrôle sert à vérifier si les mulettes filtrent correctement et si les marquages des quadrats de suivi ne sont pas obstrués par des débris ». Méthodes et dates de suivi Lors du déplacement t0 (temps exprimé en mois), trois placettes de réception des individus avaient été mises en place. Deux placettes de 2x2m et une placette de 3x3m ont été géolocalisées au GPS et leurs coins marqués à l’aide de sardines munies d’un Pit-tag (et par conséquent localisables au détecteur). Le comptage et le marquage des individus présents initialement (dits individus autochtones) et des individus déplacés a été effectué. Les individus ont été marqués à t0. Lors du suivi, la manipulation est différente selon :  Individus morts : différenciation entre les individus présents initialement et les individus déplacés. Au cours du suivi, d’autres individus non marqués ont été observés et comptabilisés. Le comptage des individus a pris en compte la règle suivante : 1 individu vivant = 1 individu comptabilisé / 1 valve = ½ individu comptabilisé.  Individus vivants : manipulation des individus pour vérification de la présence d’un marquage. Comptage de l’ensemble des individus observés par catégorie (Déplacé,
  6. 6. Réalisation des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 20166 autochtone marqué, nouvel individu non recensé lors des précédents suivis t+1 et t+2) avec vérification sur 1 m en périphérie des placettes. Le suivi 2015 (t+52) des placettes a été réalisé le 09/09/2016 en condition de turbidité idéale (très bonne clarté et niveau hydrologique exceptionnellement bas pour la saison) et avec un ensoleillement suffisant pour la bonne réalisation de l’intervention. Equipe L’équipe ayant réalisée le suivi était composée de : Tableau 2 : Personnels présents lors du suivi 2015 Nom-Prénom Qualification Formation initiale en biologie PHILIPPE Laurent Chef de projet malacologue Master en écologie aquatique (IMACOF). Salarié du pôle études de Biotope. Malacologue, hydrobiologiste, il a participé à de nombreuses études sur les naïades. Co-Auteur d’articles avec Vincent Prié. Chef de projet sur les études LGV SEA depuis 2008. PATRY Nicolas Chef de projet malacologue Master en écologie aquatique. Nicolas PATRY travaille depuis 6 ans sur le projet LGV SEA et sur d’autres études de recensement, étude populationnelle sur la Grande Mulette et la Mulette épaisse. MATHIEU Céline Responsable sécurité Master en écologie, PSC1. Céline MATHIEU participe depuis 4 ans à la sécurisation des équipes lors des suivis aquatiques et à la prise en note des observations. Visualisation du positionnement de la placette de suivi n°2 ©BIOTOPE
  7. 7. Suivi des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 2016 7 I.2 Résultats du suivi I.2.1 Suivi des placettes Le tableau ci-dessous dresse le bilan des observations réalisées dans le cadre des suivis. Tableau 3 : résultats du suivi au temps t+52 sur les trois placettes Placette 1 Ind. autochtones Ind. déplacés Ind. nouveaux Vivantes 0 1 2 Mortes 0 0 0 Placette 2 Ind. autochtones Ind. déplacés Ind. nouveaux Vivantes 0 1 0 Mortes 0 0 0 Placette 3 Ind. autochtones Ind. déplacés Ind. nouveaux Vivantes 0 0 0 Mortes 0 0 0 Tableau 4 : Individus théoriques vivants déplacés suite au suivi t+2 Placette n°1 (aval) 3x3 m Placette n°2 (centre) 2x2 m Placette n°3 (amont) 2x2 m 9 3 4 Sur les neuf individus théoriques transposés en placette n°1, aucun individu mort n’a été observé à t+52 dans la placette. Un seul individu vivant a été répertorié comme lors du suivi t+38 soit 11% de la population théorique déplacée contre 44% lors du suivi à t+25. Deux nouveaux individus ont également été observés au sein de la placette ainsi que 3 individus de Potomida littoralis. Sur la placette n°2, un seul individu déplacé a été retrouvé comme lors du suivi réalisé à t+25 et en t+38. En placette n°3, aucun individu déplacé n’a été identifié à t+52.
  8. 8. Réalisation des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 20168 Le graphique suivant présente l’évolution des effectifs d’individus vivants déplacés retrouvés lors des suivis au sein des placettes : I.2.2 Conclusion sur le suivi Les observations réalisées au cours du suivi 2016 (t+52) ont permis de valider la survie d’un nombre limité d’individus déplacés. Sur les 3 individus vivants recensés lors du suivi t+38, 2 individus ont été observés toujours en vie. La mortalité théorique est donc globalement linéaire si l’on compare aux chiffres des précédents suivis, et si l’on met en parallèle avec la structure de la population déplacée (individus âgés). On remarque néanmoins la disparition des individus déplacés sur la placette n°3 située en amont. Cette observation est notamment en corrélation avec un changement des conditions du milieu sur la placette déjà relevée lors du suivi à t+38, dû à l’installation d’herbiers aquatiques provoquant un envasement localisé des fonds.
  9. 9. Suivi des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 2016 9 II. Suivi des populations de Grande Mulette déplacées II.1 Rappels concernant le déplacement et la méthode de suivi II.1.1 Conditions lors du déplacement Sites de déplacement Les sites de déplacement se situent sur l’annexe hydraulique de Rhonne (commune de Descartes) et sur la commune de Port-de-Piles en Indre-et-Loire. Carte de localisation des stations de réception à Port-de-Piles et au lieu-dit de Rhonne (source : Géoportail) Effectifs déplacés Les opérations de déplacement se sont déroulées dans de bonnes conditions du 23/05/2012 au 13/07/2012. Soixante-quatre individus de Grande Mulette (Margaritifera auricularia) ont été déplacés depuis le tronçon coupé par la LGV SEA jusqu’aux stations de réception. Tableau 1 : Effectifs réimplantés sur les deux stations de réception Espèce observées Station de Ports- de-Piles Station de Rhonne Grande Mulette (Margaritifera auricularia) 38 26 Les détails de l’opération sont disponibles dans le rapport suivant : 20121008_BIOTOPE_CR_DEPLACEMENT_VIENNE.pdf.
  10. 10. Réalisation des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 201610 II.1.2 Conditions de réalisation du suivi Suivi prévu dans l’arrêté CNPN L’arrêté portant dérogation à l'interdiction de destruction d’espèces et d’habitats d’espèces animales protégées et de destruction d’espèces végétales protégées obtenu par COSEA, le 24 février 2012 précisait les conditions du suivi sur les populations déplacées. Pour la Grande Mulette « Afin de suivre l'acclimatation des individus, un suivi de ceux-ci dans la nouvelle station sera réalisé au moins une fois par semaine pendant 2 mois. » Le protocole rédigé par BIOTOPE et validé par la DREAL Centre en mai 2012, proposait un ajustement de ce protocole : « suivi un mois après pour le contrôle, sans mesure ni comptage. Ce contrôle sert à vérifier si les mulettes filtrent correctement et si les marquages des quadrats de suivi ne sont pas obstrués par des débris ». Méthodes et dates de suivi Lors du déplacement (t0), l’ensemble des mulettes déplacées a été marqué à l’aide d’un Pit-tag et géolocalisé au GPS. Un dénombrement et une géolocalisation des individus présents initialement (dits individus autochtones) a été effectué. Lors du suivi, la manipulation est différente selon :  Individus morts : différenciation entre les individus présents initialement, les individus déplacés.  Individus vivants : manipulation des individus pour vérification de la présence d’un marquage. Vérification de la bonne santé des individus.  Le suivi 2016 (t+51) a été réalisé entre le 18/08/2016 et le 19/08/2016 en condition de turbidité et de niveau d’eau idéale, et avec un ensoleillement suffisant pour la bonne réalisation de l’intervention. L’utilisation du marquage Pit-tag permet de maximiser les chances de recontacter les individus déplacés. Malheureusement, certains individus peuvent perdre leur marquage, dériver ou être déchaussés et être non retrouvés. Individu juvénile marqué sur la station de Port-de-Piles ©BIOTOPE
  11. 11. Suivi des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 2016 11 Equipe L’équipe ayant réalisée le suivi était composée de : Tableau 2 : Personnels ayant participé au suivi 2015 Nom-Prénom Qualification Formation initiale en biologie PHILIPPE Laurent Chef de projet malacologue Master en écologie aquatique (IMACOF). Salarié du pôle études de Biotope. Malacologue, hydrobiologiste, il a participé à de nombreuses études sur les naïades. Co-Auteur d’articles avec Vincent Prié. Chef de projet sur les études LGV SEA depuis 2008. PATRY Nicolas Chef de projet malacologue Master en écologie aquatique. Nicolas PATRY travaille depuis 6 ans sur le projet LGV SEA et sur d’autres études de recensement, étude populationnelle sur la Grande Mulette et la Mulette épaisse. MATHIEU Céline Responsable sécurité Master en écologie, PSC1. Céline MATHIEU participe depuis 4 ans à la sécurisation des équipes lors des suivis aquatiques et à la prise en note des observations. II.2 Résultats du suivi Répartition des moules marquées Depuis le déplacement réalisé en 2012, vingt-quatre individus ont été retrouvés morts (deux à t+1, deux à t+2, quatre à t+13, sept à t+25, cinq à t+37, quatre à t+51). Parmi ces individus, un individu avait été déplacé en 2010 lors du test réalisé. La mortalité concerne exclusivement les individus à un stade adulte (taille supérieure à 140 mm).
  12. 12. Réalisation des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 201612 La proportion d’individus non observés à t+51 correspond à 31,25% des individus déplacés. Ce taux de non-détection se rapproche de celui des autres années de suivi. Sur les 20 individus non observés à t+51, 10 n’avaient pas non plus étaient observés à t+37. II.2.1 Discussion Quatre individus ont été retrouvés morts en 2016, ce qui monte à vingt-quatre la mortalité cumulée après déplacement, soit 37.5% de la population déplacée initialement. Pour rappel, 75% des individus déplacés correspondaient à des individus d’âge avancé. Le suivi à t+51 montre une absence de mortalité des individus juvéniles avec néanmoins la non détection de 5 individus marqués. Évolution de la mortalité post-déplacement des individus marqués Les chiffres obtenus en 2016 corroborent ceux des années précédentes et peuvent être considérés comme étant en adéquation avec une mortalité naturelle d’une station vieillissante.
  13. 13. Suivi des mesures de déplacement de Mulettes protégées dans le cadre de la LGV SEA, cas de la Vienne (Indre-et-Loire) BIOTOPE – Décembre 2016 13 II.2.2 Conclusion sur le suivi Les observations réalisées en 2016 ont permis de valider l’acclimatation des individus (ancrage dans le substrat, filtration…). Une mortalité globale de l’ordre de 37.5% est observée chez les individus déplacés, qui ne peut a priori pas être attribuée à leur déplacement (progression relativement linéaire de la mortalité). Le suivi réalisé dans le cadre des études préalables au déplacement (2011, 2012) a permis de déterminer la mortalité naturelle d’une station de Grande Mulette sur la Vienne. Celle-ci, touche naturellement les individus âgés chaque année. Les individus juvéniles déplacés se sont quant à eux bien acclimatés (aucune mortalité observée depuis le déplacement). Grâce aux conditions hydrologiques exceptionnelles de cette année (étiage sévère et faible densité d’herbiers), de nombreux individus non détectés auparavant ont été observés, notamment sur la station de Port-de-Piles. Là où une vingtaine d’individus juvéniles avaient été comptabilisés en 2012, plus de cinquante l’ont été en 2016. Cela en fait la plus grande station mondiale de juvéniles connue à l’heure actuelle (Biotope, article en cours). Il parait donc important aujourd’hui de continuer l’étude de cette population, qui est la seule bénéficiant d’un tel suivi (notamment taux de croissance des juvéniles). Grande mulette adulte sur la station de Port-de-Piles ©BIOTOPE

×