Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

S11 revue de presse kylia - semaine du 6 mars au 12 mars 2017

378 views

Published on

Une sélection d'articles ayant retenu notre attention.

Published in: Business
  • Login to see the comments

  • Be the first to like this

S11 revue de presse kylia - semaine du 6 mars au 12 mars 2017

  1. 1. La revue de Presse KYLIA 1 LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE Du 6 au 12 mars 2017 La gaufre ne fait pas recette en franchise Le 06/03/2017 Suite aux échecs de plusieurs enseignes, seuls deux réseaux proposent en France la gaufre comme produit phare. Mais des challengers sortent du bois… Crédits photo : shutterstock.com Sucrée ou salée, à consommer sur place ou à emporter, la gaufre est bon marché et peut être dégustée à n’importe quelle heure de la journée. Bref, elle a tout pour plaire. Et pourtant sa vente peine à se développer en franchise. Certes, elle enrichit généralement la carte d’enseignes spécialistes de la crème glacée comme Häagen Dazs ou Amorino, mais elle est rarement le produit phare d’un réseau.
  2. 2. La revue de Presse KYLIA 2 Certains s’y sont essayés, peu ont réussi. Les Gaufres d’Or, par exemple, est un concept de cuisson sur place et de vente sur les marchés, fêtes et brocantes de France. Cette enseigne, lancée à Nevers en 2004 par un entrepreneur néerlandais, a mis la clé sous la porte cinq ans plus tard. En 2012, Gofre, réseau créé en 2008 par deux Belges, a annoncé son intention de s’implanter dans l’Hexagone, notamment dans les centres commerciaux par le biais de kiosques. Une tentative qui s’est là aussi soldée par un échec. En 2016, Louis de Malet Roquefort a créé un réseau d’offre sur place ou à emporter en déclinant le concept en quatre formats : kiosque, « booth », boutique et café. Objectif 2016 : huit implantations, dont quatre en propre. Las ! L’entrepreneur a été rattrapé par une affaire d’escroquerie pour laquelle il avait été mis en examen en 2014. Heureusement, tous les réseaux ne sont pas frappés d’une telle infortune. L’an passé, un entrepreneur belge, Pierre Vervier, a tenté à son tour une percée sur le marché. La formule des Gaufres belges Une fois est simple : un stand mobile décoré d’un grand drapeau belge et proposant des gaufres de Liège et d’autres au chocolat. Après une première implantation concluante à Cannes, il a essaimé sous forme de licence de marque dans une vingtaine de villes sur tout le territoire. « Je fournis le stand au franchisé, il m’achète la pâte et ne verse aucune redevance. J’ai mis en place un business donnant-donnant », se félicite Pierre Vervier qui évalue le potentiel du marché français à 100 points de vente. Un objectif qu’il pourrait atteindre en une dizaine d’années. Waffle Factory prend son envol Si Pierre Verdier a fait le pari de la vente à emporter, l’enseigne leader en France, Waffle Factory, table, elle, sur la restauration assise. Depuis l’ouverture de sa première unité en 2003 à Vélizy 2, en région parisienne, l’enseigne belge s’est développée à petits pas pour atteindre un total de 25 points de vente l’année dernière. L’année 2016 a été faste pour l’enseigne : six ouvertures en France – Roissy-en-France, Strasbourg, Marseille, Arras, Aubervilliers et Le Havre –, et une augmentation de 13 % de son chiffre d’affaires à périmètre constant. Cette année, pas moins de dix créations sont programmées. Une forte accélération de son développement, donc, liée à l’aboutissement de la restructuration de l’organisation en interne. « Waffle Factory est désormais totalement opérationnel au niveau de la communication. Nous avons accompli une refonte totale du design des points de vente, qui avaient un look de vieux fast-food, raconte Guillaume Desobry, directeur du développement. Nous avons choisi de nouveaux matériaux, métal et bois brut, et, surtout, nous avons placé le pétrin face aux clients pour montrer que la pâte est faite sur place. » Peut-être le succès de Waffle Factory tient-il à sa gamme. L’enseigne belge réalise en effet la moitié de ses ventes à l’heure du déjeuner, grâce à son offre salée. « Plus que les gaufreries, nos principaux concurrents sont les enseignes de restauration rapide », note Guillaume Desobry.
  3. 3. La revue de Presse KYLIA 3 Mais la donne pourrait changer dans les mois à venir. À Toulouse, Nassim Chamakh, fondateur de l’enseigne La Belle Liégeoise, est sur le point de franchiser son concept après avoir ouvert avec succès un second point de vente. Waffle Factory devrait également voir un compatriote investir le marché français. La Liégeoise, enseigne qui compte déjà une dizaine d’implantations aux États-Unis, part à l’assaut de l’Hexagone. Quatre formats, du corner à la boutique de 35 mètres carrés, sont proposés en affiliation. Son offre, la classique gaufre liégeoise mais aussi des déclinaisons salées, la placerait en concurrence directe avec Waffle Factory. « Le premier point de vente pilote ouvrira courant mars dans les environs de Rennes. Nous avons deux autres ouvertures prévues pour le début de la saison, dans le Finistère Sud et à Carcassonne », précise Sébastien Henry, responsable d'exploitation chez BWC Europe Distribution. Source :www.lesechosdelafranchise.com
  4. 4. La revue de Presse KYLIA 4 Les travaux d’accessibilité en copropriété. Le 06/03/2017 Tous les bâtiments d’habitation collectifs dont la demande de permis de construire a été déposée postérieurement au 1er janvier 2007 doivent respecter les normes de construction concernant l’accessibilité des personnes handicapées telles qu’elles étaient édictées initialement par l’arrêté du 1er août 2006 ou telles qu’elles sont en vigueur depuis dans l’arrêté du 24 décembre 2015. Pour tous les bâtiments dont l’initiative de construction est antérieure à cette date, aucune règle normative concernant l’accessibilité ne s’impose d’elle-même sans l’aval de l’Assemblée générale des copropriétaires. Les travaux d’accessibilité de l’immeuble aux personnes handicapées sont donc résolus aux bonnes volontés des copropriétaires sensibilisés. Aujourd’hui, en la matière, les décisions sont prises à la majorité simplifiée (majorité des voix exprimées des copropriétaires présents ou représentés) conformément aux dispositions de l’article 24 de la loi du 10 juillet 1965. Cela, même lorsque certains copropriétaires se proposent de réaliser à leurs frais ces travaux d’accessibilité. Dans cette dernière hypothèse, on pourrait voir dans le refus majoritaire opposé par l’Assemblée générale des copropriétaires contre une telle initiative un abus de majorité dans la mesure où le refus ne peut pas se justifier par un intérêt économique. A fortiori, le pouvoir de substitution du juge pour autoriser les travaux supportés seulement par certains copropriétaires prévu par les dispositions de l’article 30 de la loi du 10 juillet 1965 apparaît ici tout à fait opportun. Il est également à noter que même dans l’hypothèse où des professions libérales sont installées dans l’immeuble, le refus opposé à la réalisation des travaux de mise en accessibilité du bâtiment par l’Assemblée générale des copropriétaires constitue une dérogation de plein droit à la mise en accessibilité de ces établissements recevant du public (Arrêté interministériel du 8 décembre 2014) conformément aux dispositions des articles L.111-7-3 et R.111-19-10 du CCH (voir en ce sens une réponse ministérielle publiée au JO le 19 mai 2016 (n°17967))
  5. 5. La revue de Presse KYLIA 5 C’est dans ce contexte législatif et réglementaire peu propice à la mise en accessibilité des immeubles anciens qu’une proposition de loi est actuellement étudiée devant l’Assemblée Nationale visant à faciliter l’obtention de l’autorisation requise pour les travaux d’accessibilité des personnes handicapées devant l’Assemblée générale des copropriétaires. L’autorisation serait de droit et ne pourrait être refusée qu’à la majorité des membres du syndicat représentant au moins les deux tiers des voix. Source : village-justice.com
  6. 6. La revue de Presse KYLIA 6 La Rapide se réinvente à la Française et à la Japonaise Le 07/03/2016 Un Brunch de l'Umami Matcha Café (30 EUR). Toutes les préparations y sont faites maison, avec une large part donnée aux produits japonais importés. L’umami est la cinquième saveur après le sucré, le salé, l’acide et l’amer. En japonais, umami signifie « goût savoureux ». Quant au matcha, c'est une fine poudre de thé vert réalisée partir de jeunes feuilles de théiers, cultivées en plantation ombrée pendant trois semaines avant la récolte. L'innovation est toujours en marche dans la restauration rapide, qui est beaucoup plus riche et diverse que la prépondérance des burgers et des sandwichs ne le suggère. Le cabinet Gira Conseil inventorie aujourd'hui dans l'Hexagone une quarantaine de concepts différents. La sélection de jeunes pouces opérée par le magazine B.R.A Tendances Restauration reflète bien l'effervescence actuelle.
  7. 7. La revue de Presse KYLIA 7 Le média professionnel a retenu cette année six lauréats pour ses Trophées B.R.A. Concept Snacking : Arsène (Paris), Asdog (Villeurbanne), Céréaliste (Paris), Le Bar à Crêpes (Tarbes), Miam Made in Marmite (Toulouse) et Umami Matcha Café (Paris). Chacun d'entre eux met en oeuvre toute ou partie des tendances actuelles du snacking. De la créativité sur les formats et sur les recettes, y compris en réinventant des basiques de la cuisine française, comme l'omelette, la crêpe ou les plats mijotés en marmite. De la transparence sur la qualité et l'origine des produits. Des décors modernes et cosy. Une efficience du service, y compris dans le packaging des produits à emporter. Une démarche de développement durable. Parmi ces six concepts, l'Umami Matcha Café nous semble être le plus novateur pour le marché français et le plus abouti. Les dirigeants des six enseignes recevront leur distinction sur le salon professionnel Sandwich & Snack Show à Paris, le jeudi 16 mars 2017 de 13h30 à 14h30. La remise des prix sera suivie d'une table ronde publique animée par Anthony Thiriet, rédacteur en chef de B.R.A. Tendances Restauration. Ce partage d'expériences et de visions du marché devrait permettre de faire ressortir quelles sont les clés du succès pour une entreprise de restauration rapide en 2017. Source : hr-infos.fr
  8. 8. La revue de Presse KYLIA 8 La préfecture de police de Paris a décidé d'octroyer à la péniche-club la première licence de ce genre en France. Le 08/03/2017 Le club électro Concrete, situé au port de la Rapée, dans le XIIe arrondissement de Paris, va pouvoir rester ouvert jour et nuit grâce à l'obtention, mercredi, d'une licence «24 heures sur 24», une première en France. Sur son compte Facebook, les responsables de la boîte de nuit-péniche se réjouissent de cette décision et annoncent l'organisation prochaine de longues fêtes durant près de 28 heures, «des events réguliers commençant le samedi soir à 22h, et continuant jusqu'au lundi matin 2h, sans interruption».
  9. 9. La revue de Presse KYLIA 9 Un an et demi de négociations Jusqu'à présent, Concrete se voyait obligé de couper la musique pendant une demi-heure dans la nuit du samedi à dimanche, pour respecter la loi, explique le site spécialisé Trax Mag : «Une situation quelque peu paradoxale pour ce club qui invite chaque week-end les pointures de la musique électronique, et s’est imposé comme l’un des rendez-vous incontournables des fêtards persévérants.» Selon Trax Mag, il aura fallu près d'un an et demi de négociations et de démarches pour que la préfecture de police de Paris octroie cette licence, pour l'instant unique en France, au club du port de la Rapée. Interrogé, Frédéric Hocquard, conseiller et délégué chargé de la nuit à l’Hôtel de ville, estime qu'il s'agit d'une étape supplémentaire dans le développement du tourisme nocturne. Concrète s'est engagé à garantir «le respect des riverains, du public et du personnel», une condition sine qua non pour pouvoir rester ouvert toute la nuit. Source : www.leparisien.fr
  10. 10. La revue de Presse KYLIA 10 Les signes d'une reprise sont bien présents pour l'hôtellerie française - Baromètre Deloitte- In Extenso Le10/03/2017 Depuis la fin de l'année 2016, la fréquentation touristique est repartie à la hausse à l'échelle nationale et elle se confirme au mois de janvier au sein de l'industrie hôtelière française. Seule l'hôtellerie azuréenne affiche des RevPAR en retrait au mois de janvier. © Thinkstock Sur la Côte d'Azur, les taux d'occupation sont en retrait dans toutes les catégories, une tendance en grande partie due à l'impact de la saisonnalité. D'après les résultats du baromètre Deloitte-In Extenso, l'hôtellerie française a enregistré au mois de janvier des RevPAR positifs sur l'ensemble des catégories, de + 4 % sur le marché super économique à + 10 % sur le segment milieu de gamme. Ces résultats sont portés par la région parisienne et la province, seule Côte d'Azur affichant des RevPAR négatifs. À l'échelle nationale, les marchés milieu et haut de gamme affichent les plus belles progressions en ce début d'année.
  11. 11. La revue de Presse KYLIA 11 L'hôtellerie parisienne retrouve des couleurs Après une fin d'année 2016 positive, la hausse de fréquentation se confirme pour l'hôtellerie parisienne en janvier. On constate une évolution importante de la fréquentation au sein des boutique- hôtels parisiens et une légère hausse du chiffre d'affaires hébergement sur le segment milieu de gamme. La tendance est à l'inverse sur la Côte d'Azur, mais elle est en partie due à l'impact de la saisonnalité, avec des taux d'occupation qui sont inférieurs à 40 % et en retrait sur l'ensemble des catégories. Au contraire de la province et de l'Île-de-France, la fréquentation touristique au sein des établissements de luxe azuréens est à la baisse en janvier. En régions, on observe une croissance du RevPAR plus significative sur les catégories supérieures, globalement soutenue par la fréquentation. Le segment luxe tire son épingle du jeu affichant un RevPAR en croissance de 15 %, grâce à la hausse de 19 % de son taux d'occupation et malgré une baisse de 3 % de son prix moyen. Source : www.lhôtellerie-restauration.fr
  12. 12. La revue de Presse KYLIA 12 A propos de Kylia Fondé en 2010 sur Paris, KYLIA est un réseau de cabinet d’affaires nouvelles génération. Kylia est une enseigne immobilière exclusivement dédiée à l’immobilier commercial : Une entreprise construite par et pour des commerçants. Le Groupe Kylia intervient sur un large panel de services depuis l’expertise, la commercialisation, le conseil, la recherche de financement, l’assurance, mais également l’optimisation des stocks. Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.com Contact Presse : KYLIA France Marie LAURENT / rp@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18

×