Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
LES CELLULES PHAGOCYTAIRES
LE POLYNUCLÉAIRE NEUTROPHILE
LES MACROPHAGES
KERBOUA K.
Corresponding: K.K.Eddine@gmail.com
DEU...
Immunité Innée: Première Barriere de l’Intégrité de l’Organisme
polynucléaires
Neutrophiles (PNN)
NON SOI
un pathogène inv...
un progéniteur mixte
des granulocytes
et des monocytes-macrophages
le progéniteur de la
lignée granuleuse
myéloblaste
myél...
LE POLYNUCLÉAIRE NEUTROPHILE
Les polynucléaires font partie des globules blancs (leucocytes) sont des cellules arrondies de 12
à 14 µ de diamètre : ell...
Les polynucléaires neutrophiles (PNN):
PREMIÈRE BARRIÈRE de défense contre un pathogène invasif
Sa mise en jeu se fait en ...
PNN"marginés"
« la réserve" médullaire
roulement arrêt passage tissulaire Migration
1. MIGRATION TISSULAIRE DES PNN
1. MIGRATION TISSULAIRE DES PNN (Suite)
Le passage des PNN du sang vers un foyer inflammatoire tissulaire se fait en plusi...
2 - ADHÉRENCE ET PHAGOCYTOSE
Au contact de la cible, les PNN vont y adhérer
1. directement grâce à des récepteur PRR d’end...
3 - FONCTIONS TUEUSES ET SÉCRÉTOIRES DES PNN
Après l'englobement du pathogène et fusion du phagosome avec les lysosomes, l...
la pathogenèse des parodontites et des périimplantites
Augmentant avec l’âge, l’incidence de l’infection parasitaire (Enta...
LES MACROPHAGES
LES MACROPHAGES
Les macrophages sont des cellules qui font partie des premières
lignes de défense de l'immunité naturelle....
ORIGINE ET DESCRIPTION DES MACROPHAGES
Les macrophages ont été décrits en 1972 par VAN FURTH comme LE SYSTÈME des phagocyt...
MARQUEURS MEMBRANAIRES DES MACROPHAGES ET CONTENU DES LYSOSOMES
Pour accomplir leurs différentes fonctions, les macrophage...
1. LA PHAGOCYTOSE
Première fonction décrite des macrophages, elle est facilitée par les opsonines (RFc et CR).
FONCTIONS D...
3. LA PRÉSENTATION
Le macrophage AU REPOS est une cellule qui exprime PEU de molécules HLA de classe II et
PEU de molécule...
4. Modulation de la réponse immunitaire
Par les CYTOKINEs et CHIMIOKINEs qu'il produit après activation, le macrophage est...
2. L’influence des macrophages sur LA CAPACITÉ DE CICATRISATION de la plaie est
capitale.
1. sont des médiateurs du « nett...
Nickel
Cobalt
Chrome
Beryllium
Titanium
Tantellum
Vanadium
Métaux inducteurs d’allergie
++++
Ti
Ti
Ti
lymphocytes T anti-M...
Cours 3 les cellules phagocytaires
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Cours 3 les cellules phagocytaires

5,232 views

Published on

destiné aux étudiants de médecine dentaire de deuxieme année promotion 2016

Published in: Health & Medicine

Cours 3 les cellules phagocytaires

  1. 1. LES CELLULES PHAGOCYTAIRES LE POLYNUCLÉAIRE NEUTROPHILE LES MACROPHAGES KERBOUA K. Corresponding: K.K.Eddine@gmail.com DEUXIEME ANNEE DE MEDECINE DENTAIRE DE L’UNIVERSITE D’ORAN
  2. 2. Immunité Innée: Première Barriere de l’Intégrité de l’Organisme polynucléaires Neutrophiles (PNN) NON SOI un pathogène invasif SOI MANQUANT une cellule anormale (“ stressé ”) Virus, Oncogene lymphocytes NK DÉFENSE ELIMINATION Macrophages DETECTION Cellules dendritiques débris autologues SOI ALTERESIGNAL DE DANGER 1ere bariere chimiokines Cytokines TH17 TH1 TH2 Le chef d’orchestre de l’Immunité adaptative Fonctions des cellules Immunes Innées 1. Eliminer le danger 2. Décoder le danger (TLR) 3. Orienter les défenses adaptatives LT CD4+
  3. 3. un progéniteur mixte des granulocytes et des monocytes-macrophages le progéniteur de la lignée granuleuse myéloblaste myélocyte promyélocyte métamyélocyte polynucléaire immature PN mature phase mitotique (une semaine) la phase post-mitotique (une semaine) différentes cytokines Le progéniteur monocytaire Le monocyte sanguin passer dans les tissus progéniteur commun avec les lymphocytes T précurseur myéloïde DC interstitielles les cellules de Langerhans précurseur lymphoïde lymphocytes T lymphocytes B cellules NK les cellules pré-DC2 progéniteur des lymphocytes B pré-DC1 DC1 Macrophage DC2 CD34+ CD11c cellules fortes productrices d'IFN de type I dans le contexte d'une infection virale Tab
  4. 4. LE POLYNUCLÉAIRE NEUTROPHILE
  5. 5. Les polynucléaires font partie des globules blancs (leucocytes) sont des cellules arrondies de 12 à 14 µ de diamètre : elles sont caractérisées par leur noyau polylobé et la présence de granulations cytoplasmiques, d'où leur nom de granulocytes. En fonction de la nature des granulations on distingue trois populations de polynucléaires : neutrophile, basophile et éosinophile. En absence de stimuli inflammatoire, il meurt spontanément par apoptose dans de 6 à 10 H et est phagocyté par les macrophages résidents, évitant ainsi la libération de son contenu toxique Sang: Les PNN du se répartissent circulent dans les larges vaisseaux les axes principaux des petits vaisseaux les leucocytes dits "marginés" (50% du pool total) La FNS :1800 et 7000/µL Le PN quitte la moelle et passe dans la circulation sanguine
  6. 6. Les polynucléaires neutrophiles (PNN): PREMIÈRE BARRIÈRE de défense contre un pathogène invasif Sa mise en jeu se fait en 4 étapes le déplacement l'adhérence la phagocytose les mécanismes tueurs du PNN vers sa cible à la cible certains dépendent de l'oxygène (explosion oxydative) et d'autres non Dans un Premier temps capture phagosome bactéries phagolysosome lysosome vésicule de phagocytose fusion phagosome et lysosomes digestion protrusions membranaires adhérence englobement Dans un deuxième temps la mise en jeu de l'immunité acquise en libérant des chimiokines capables d'attirer les lymphocytes et les cellules dendritiques. Phagocytose Dégranulation NET ose
  7. 7. PNN"marginés" « la réserve" médullaire roulement arrêt passage tissulaire Migration 1. MIGRATION TISSULAIRE DES PNN
  8. 8. 1. MIGRATION TISSULAIRE DES PNN (Suite) Le passage des PNN du sang vers un foyer inflammatoire tissulaire se fait en plusieurs étapes: - roulement du PNN avec adhérence transitoire aux cellules endothéliales - adhérence ferme et arrêt - passage tissulaire ou diapédèse 1- roulement Transitoire avec les cellules endothéliales . Il fait intervenir des molécules d'adhérence, les sélectines: - L-sélectine (constitutive) sur la membrane plasmique des leucocytes - E- et la P-sélectine, à la surface des cellules endothéliales stimulées par l’inflammation. 2 - arrêt L’adhérence ferme faite principalement par l’intermédiaire des β2-intégrines, qui lient la molécule ICAM-1 (Inter-Cellular Adhesion Molecule-1) sur les cellules endothéliales, dont l'expression est augmentée en réponse aux cytokines pro-inflammatoires. 3 - passage tissulaire Les PNN traversent l’endothélium au niveau des points de jonction de trois cellules entre elles, points où on observe des discontinuités dans les jonctions serrées entre les cellules.
  9. 9. 2 - ADHÉRENCE ET PHAGOCYTOSE Au contact de la cible, les PNN vont y adhérer 1. directement grâce à des récepteur PRR d’endocytose: le récepteur au mannose ou les « Scavenger Receptors » (récepteurs éboueurs) qui reconnaissent des polymères anioniques ou les lipoprotéines acétylées de faible densité 2. indirectement par des récepteurs pour opsonines. Les principales opsonines sont des fragments du troisième composant du complément (C3) Récepteur du LPS (CD14) Récepteur du Glycane récepteurs éboueurs récepteur de mannose récepteur de N-Formyl-Met CR3 CR4
  10. 10. 3 - FONCTIONS TUEUSES ET SÉCRÉTOIRES DES PNN Après l'englobement du pathogène et fusion du phagosome avec les lysosomes, le PNN fait appel à DEUX GRANDS types de mécanismes pour l'éliminer APRÈS LA PHAGOCYTOSE: 2 - système bactéricide indépendant de l'oxygène Les enzymes contenues dans les granulations sont déversées dans le phagosome. Certaines (hydrolases acides) nécessitent le PH acide intra-vacuolaire pour exercer pleinement leur activité. 1- des mécanismes de dégranulation indépendant de l’oxygène conduisant au déversement de substances bactéricides dans le phagosome, -la production de formes réactives de l’oxygène (FRO) par activation d’un système enzymatique, la NADPH oxydase. -Ces FRO (ion superoxyde O2, radical hydroxyle HO., H2O2) sont des composés extrêmement réactifs et capables d'oxyder protéines, nucléotides et lipides, mais à courte durée de vie. 3. Les défensines, relais de l'immunité innée vers l'immunité acquise Les défensines du neutrophiles attirent spécifiquement les cellules dendritiques immatures.
  11. 11. la pathogenèse des parodontites et des périimplantites Augmentant avec l’âge, l’incidence de l’infection parasitaire (Entamoeba gingivalis) progresse rapidement jusqu’à ce qu’au-delà de 40 ans elle atteigne 75 % de la population. Entamoeba gingivalis se nourrissent de globules blancs autant que de globules rouges et qu’une amélioration clinique notable est obtenue par leur élimination thérapie locale à l’aide 1. d’eau hydrogénée et 2. de poudre salée de bicarbonate de soude en guise de dentifrice, 3. puis utilisé une crème de métronidazole 10 % en application topique pour une période de quelques mois, et enfin complété en dernier ressort par une médication antiparasitaire systémique afin d’éliminer définitivement l’amibiase si persistante.
  12. 12. LES MACROPHAGES
  13. 13. LES MACROPHAGES Les macrophages sont des cellules qui font partie des premières lignes de défense de l'immunité naturelle. Dans ce cadre leur principale fonction, comme l'avait déjà démontré Elie METCHNIKOFF (1882) , est la phagocytose, d'agents infectieux, mais aussi de déchets autologues. Les macrophages constituent la forme tissulaire des monocytes Ce sont, comme les polynucléaires neutrophiles, des cellules douées de propriétés PHAGOCYTAIRES. Ils sont équipés de nombreuses enzymes lysosomiales à pouvoir BACTÉRICIDE. On décrit TROIS grandes FONCTIONS aux macrophages : la modulation de la réponse immunitaire la sécrétion de médiateurs solubles (cytokines, chimiokines, prostaglandines) la phagocytose rôle d'éboueur suivie de la digestion de 1.particules inertes, 2.d'agents pathogènes ou 3.de cellules la présentation de peptides dérivés des antigènes ingérés au lymphocyte T pour initier une réponse immunitaire
  14. 14. ORIGINE ET DESCRIPTION DES MACROPHAGES Les macrophages ont été décrits en 1972 par VAN FURTH comme LE SYSTÈME des phagocytes mononucléés, par opposition aux polynucléaires neutrophiles. passer dans LES TISSUS où elle va subir des MODIFICATIONS morphologiques et phénotypiques Appellation des phagocytes mononucléés selon les tissus poumon séreuses os foie système nerveux central reins macrophage alvéolaire macrophage ostéoclaste cellule de Küpffer cellule microgliale cellule mésangiale
  15. 15. MARQUEURS MEMBRANAIRES DES MACROPHAGES ET CONTENU DES LYSOSOMES Pour accomplir leurs différentes fonctions, les macrophages sont équipés de molécules membranaires qui leur permettent, 1. dans un premier temps, de RECONNAÎTRE directement (PRR) ou indirectement (RFc, CR) les particules à ingérer, 2. de RÉPONDRE à différents médiateurs (cytokines, molécules d'adhérence), 3. de PRÉSENTER des peptides. Lysosomes contenant Des enzymes hydrolytiques RECONNAÎSSANCE REPONSES PRR
  16. 16. 1. LA PHAGOCYTOSE Première fonction décrite des macrophages, elle est facilitée par les opsonines (RFc et CR). FONCTIONS DES MACROPHAGES Elle s'accompagne de l’explosion oxydative. Certains des produits de dégradation sont sélectionnés pour être présentés aux lymphocytes T SIGNAL DE DANGER 2. LA CYTOTOXICITÉ ANTICORPS DÉPENDANTE (ADCC) Les macrophages sont aussi capables de participer à la réponse anti-tumorale, grâce au RFc pourvu que les tumeurs soient recouvertes par des anticorps spécifiques. macrophage macrophage
  17. 17. 3. LA PRÉSENTATION Le macrophage AU REPOS est une cellule qui exprime PEU de molécules HLA de classe II et PEU de molécules B7. L'ingestion de protéines solubles SEULES n'est pas capable d'augmenter suffisamment l'expression de co-signal B7 au-dessus du seuil de densité induisant l'activation du lymphocyte T. Dans ce contexte le macrophage n'accomplit que sa fonction d'ÉBOUEUR vis-à-vis des débris cellulaires générés par les cellules de l'organisme en voie de sénescence sans, heureusement, activer les lymphocytes. La situation est toute différente dans un contexte infectieux. Le macrophage est capable d'identifier un pathogène comme DANGER potentiel grâce à ses PRRs. Le même récepteur qui permet 1. la fixation du microorganisme au macrophage 2. et sa phagocytose 3. entraîne aussi l'activation du macrophage et l'augmentation notamment de l'expression de la molécule B7 au-dessus du seuil d'activation du lymphocyte T. Le macrophage fonctionne donc comme une CPA efficace uniquement dans un contexte infectieux
  18. 18. 4. Modulation de la réponse immunitaire Par les CYTOKINEs et CHIMIOKINEs qu'il produit après activation, le macrophage est capable d'agir sur LUI-MÊME et sur d'AUTRES POPULATIONS CELLULAIRES (lymphocytes T, lymphocyte B, cellules NK). Les principales cytokines produites sont 1. les cytokines pro-inflammatoires (IL-1, IL-6 et TNFα) , 2. les IFN de type 1 (α/β) 3. Mais aussi les IL-10, -12, -13, 15, et -18, 4. des chimiokines. EN RETOUR certaines de ces cellules (NK, lymphocyte T) par l'IFNγ qu'elles produisent activent le macrophage, et notamment augmentent l'expression membranaire des antigènes du CMH de classe II Tab La résultante de l'action intégrée de ces médiateurs est de recruter dans le foyer inflammatoire l'ensemble des effecteurs cellulaires indispensables à l'élimination du pathogène envahisseur IFNγ
  19. 19. 2. L’influence des macrophages sur LA CAPACITÉ DE CICATRISATION de la plaie est capitale. 1. sont des médiateurs du « nettoyage » des débris nécrotiques. 3. L'ANGIOGÉNÈSE: Le développement d'un réseau complexe vasculaire est un élément important du processus de guérison qui suit l’implantation et peut être provoqué par l'ischémie initiale dans le site de la plaie immédiatement suivie par la libération par LES MACROPHAGES des médiateurs, TNF-α et du facteur de croissance vasculaire endothéliale (VEGF) MACROPHAGES EN IMPLANTOLOGIE DENTAIRE L’AVENIR dans ce domaine résiderait dans les protéines morphogénétiques osseuses (BMP) recombinantes, produites par génie génétique. Il a en effet été démontré que ces protéines stimulent la formation osseuse dans les zones déficientes, dans diverses situations expérimentales et cliniques, et ces substances font actuellement l’objet d’une étude d’innocuité par la Food and Drug Administration des États- Unis. A. NETTOYAGE ET CICATRISATION 4. Ils peuvent aussi jouer un rôle clé dans la nouvelle formation osseuse à la surface de l'implant
  20. 20. Nickel Cobalt Chrome Beryllium Titanium Tantellum Vanadium Métaux inducteurs d’allergie ++++ Ti Ti Ti lymphocytes T anti-Metal INTERFERON MACROPHAGES EN IMPLANTOLOGIE DENTAIRE B. L’HYPERSENSIBILITÉ RETARDÉE Tab

×