Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Copyright, droits d'auteur, SNAC

47 views

Published on

Le droit d'auteur est ossifié en France et là où il est utilisé. Il empêche toute évolution dans le monde de l'innovation ouverte, des formes nouvelles de création et des média nouveaux de circulation des oeuvres. D'autre part en France il refuse frigidement les autorats qui ne sont pas littéraires, poétiques, dramatiques, en un mot artistiques. On a même vu en 2018 le Festival de Cannes refuser un film d'un grand du cinéma américain car ce film a été produit par Netflix et pour une diffusion dite virtuelle ou de "vidéo à la demande", voire de streaming. La preuve n'est-elle point là que ce n'est pas un film mais une vulgaire vidéo. Jean Luc Godard se retourne dans sa tombe et ricane savamment à ces énarques bureaucrates de l'autorat digne de ce nom, c'est à dire du ghetto littéraire et artistique sur média matériels réels. A bas le virtuel, l'intelligence artificielle, le numérique de tous les instants. Vivent à jamais et pour toujours le telephone fixe, la machine à écrire (Apollinaire aimait tant les sténodactylographes), le Solex à condition de ne pas fumer la pipe et autres inventions d'avant que l'on lance en pleine figure l'ordinateur qui a perdu le monde de vue au profit d'un code machine à deux lettres. Et donc finissons à la française avec une chanson.

"Allons enfants de l'Internet
La nuit machine est arrivée."

Le téléphone dit smart de tous ces bureaucrates se met à sonner dans toutes les poches et on se croirait à la fin de Lawnmower Man 2, dont toute paternité a été niée par Stephen King devant les tribunaux. L'ennui c'est qu'ils l'emportent avec eux, ce smart phone, même quand ils vont se laver les pieds dans la salle de bain.

Published in: Technology
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Copyright, droits d'auteur, SNAC

  1. 1. INTELLECTUAL PROPERTY THE DIRECT PRODUCTIVE FORCE OF ALREADY TODAY THE RAW MATERIAL OF ARTIFICIAL INTELLIGENCE TOMORROW This study will concern what is called Copyright all over the world, except in France and a few other countries who have been under the French influence on the subject of Intellectual Property where it is called “droit d’auteur” with two singulars that cannot be translated properly except with two plurals, “authors’ rights.” As for me, this Intellectual Property has been a long battle that I conjugated and declined in the “Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs” (SNAC, National Union of Authors and Composers). And the verb “decline” here is a funny being since it corresponds to the noun “declension” or what we do to nouns to make them palatable in a sentence with case and other functional elements. A certain “imallet” on the Internet has this slightly male-chauvinist joke: A verb walks up to a noun in a bar: “Hey, babe, wanna go back to my place and conjugate?” The noun retorts: “I decline. » This study will start with a personal approach of why it is time for me to step back from direct militancy in SNAC. This part will be in English. Then I will propose a quick survey of the history of copyright from 1100 to today. That section will be in French. The full study of the topic was published commercially at Amazon Kindle for my own research and in Open Access at Academia.edu for all the documents from 1100 to today. Those among you who are curious will have to go to these two books (and they are hefty) to have the full history of Copyright within the emergence of human freedom and rights because copyright is a freedom that has to do with freedom of expression that has to be protected to be really free. These two books are in English. Freedom of Expression and Copyright (1100-2016), The Foundations of All liberties, (Research, 492 pages), Editions La Dondaine, March 13, 2017, Language: English, Amazon Kindle ASIN: B06XNJZ4W6, https://www.amazon.com/Freedom-Expression-Copyright-Foundations-Liberties- ebook/dp/B06XNJZ4W6/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1528540872&sr=1- 1&keywords=Coulardeau+Copyright Freedom of Expression and Copyright (1100-2016), The Foundations of All liberties, (Documents, 550 pages) Free Open Access, uploaded March 12, 2017 https://www.academia.edu/31829015/Freedom_of_Expression_and_Copyright_The_Foundations_of_All_Liberti es I will finish this present study with a last part on what SNAC represented for me from 1976 when I joined it to today even if I am afraid the union is on a trail that is a pale copy of what we need to defend Intellectual Property confronted to its negation, or even worse its being used by politicians like Trump for obscure reasons in his trade war that have nothing to do neither with the heart nor with reason per se.
  2. 2. SNAC, DISENCHANTMENT AND FRUSTRATION EIGHT REASONS FOR THIS DESPONDENCY I started having doubts about SNAC’s commitment and engagement about intellectual property when: 1- When I worked with Edmond Linval, the French choreographer, on his “chronogenèse” project financed for half of it by Jack Lang, the Minister of Culture in the French government, in the mid-1980s and when I realized it led nowhere though some action was necessary to enable the financing of the second part of the project. Based on the new scanning technology at the time (in the 1980s) it could have revealed one or two possible new steps and the real possibilities for each dancer whose bone and muscular frame could have been fully scanned and described, thus relieving the dancers of the fear to fall or hurt themselves. 2- When I realized little by little that what interested the official organizers of the union was exclusively the moral and patrimonial rights of authors and composers only attached to art, literature, poetry, music, cinema and drama. But they could not and didn’t want to cope with the global problem of Intellectual Property, even actually the global problem of copyrightable Intellectual Property, thus not considering the patentable and patented Intellectual Property. Intellectual Property has become a direct productive force and raw material of all economic production today and the new forms of open access though licensed open innovation is directly concerned in the field of art, music, literature, cinema, video, etc. That led to putting in the same bag for drowning in the Seine river all disc jockey compositions, video mashups and other forms of merging various works into a new work as if they were all plain plagiarism. That led to identifying “fair use” with “free looting,” which it is not. The opposition to copyright makes the union blind to the fact that today in our globalized world there are very few people in the creative world who are not confronted daily with copyright contracts and copyrighted distribution, even among the official representatives of the union. Today’s streaming makes it dramatically urgent for artists to move on this question. 3- When SNAC officials always refused and still refuse to consider books that are not literary in essence as being within their scope of interest, hence the authors of such books are not even considered as respectable and quotable authors even when in the field of philosophy, linguistics or economics, not to mention history and sciences, some authors sell several hundred thousand copies in the world, in French or English or any other language. Philosophy, religion and theology, science and technology, practical books, dictionaries and encyclopedias, all scientific and medical research, economics, law, social sciences and studies, linguistics, physics, math, computing science, and so many other subjects, including all school and university text books of all sorts, are not covered by the daily struggle of the union in the field of copyright, moral and patrimonial rights. In these fields of interest, more than anywhere else, the “copyrighted authors” are excluded in France from the benefit of copyright protection and benefits. The copyright then in France is only, exclusively only, attached to the “producer” of the commercial product, printed or digitized, mediatized or sold in bookstore and other shops, including supermarkets. Most scientific and practical authors are thus totally deprived of any royalties, or even moral rights in the field of high-tech, even for what has to be copyrighted because it is not patentable, and of course patented matter itself. It is Jack Lang, the Minister of Culture in the 1980s, who had Parliament pass a
  3. 3. law that excluded all copyrightable or patentable Intellectual Property produced within salaried employment from possible attachment to their human inventors or developers and gave the employers of these people the full benefit of such protection, and profit. That leads some university researchers to pretending that since their research is financed by the state they cannot claim any rights at all and it has to be free open access for any use imaginable. Those like Thomas Piketty who want to get some real royalties publish their books in the USA, at least English translations of their books, under US copyright protection. 4- When SNAC officials refused over and over again to widen their narrow field of interest. Even when several important studies, French or international, were produced here and there some eight or six years ago that raised the question of cultural industries. They refused by principle to include education, journalism, and entertaining activities from entertainment parks to games and arcades, in the definition of Intellectual Property and cultural industries. That leaves only one solution they accept easily: for all sorts of activities in the field of education for example, or having to do with accessibility for handicapped people, the imposing of exceptions that exclude such uses from copyright protection and copyright royalties. They protest against the great number of such exceptions but they have no alternative which should be negotiations between authors, producers and users of copyrighted Intellectual Property in all fields the way it is negotiated within fair use in the USA. Among many other particular cases, that also explains why they cannot cope with free local radios that are managed as for Intellectual Property and royalties very badly and in an over-exploitative way by SACEM and SCAM mainly. 5- When I realized that in the field of opera and drama SNAC officials are only interested in the subsidized public institutions understood as: a. necessarily running a deficit, hence being non-profitable and not even simply sustainable; b. a field where anyone in the “creative” team from the worker building the set to the author and composer, including all the performers (actors, dancers, and musicians) can block any digitized reproducible derived product that could reach the whole world. The 1979 world creation of the fully developed version of Alban Berg’s Lulu directed by Pierre Boulez is not available in DVD format, though it is in CD format, and the Paris Opera does not even allow the possibility for researchers to have access to the archive video recording they keep. That’s this resistance that explains why France has not reached the level of streaming (of all sorts) that compensates and even over-compensates the loss on the sales of CDs, DVDs and other material media. France develops a strange hostility to anything digitized. Luckily the French elected a connected president and majority who know that digital has little to do with our ten fingers but a lot to do with two digits, two numbers, 0 and 1, and worldwide virtual distribution that is the new reality of cultural enlightenment. 6- When I finally realized that in French language SNAC officials negate the German copyright laws they call authors’ rights laws, and the same with all the other countries who have adopted similar copyright laws in Europe, including Russia, and in Asia. These copyright laws have been modified in agreement with the WIPO’s decisions (World Intellectual Property Organization) to formally include moral rights in copyright and not to shift from copyright to authors’ rights. But the negation of this fact in France enables the SNAC officials I am speaking of to make us believe – sorry: “to justify themselves in their belief” – that the world is governed by authors’ rights and not by copyright, which is at least real fake news.
  4. 4. 7- When I understood that along the same line, SNAC officials are anti “fair use” (“fair use” is the way American copyright integrates moral rights and paternity rights in US law, US Code, Title 17) and they do not know – let alone remember – WIPO refused to integrate “fair use” in the Berne Convention and their treaties when they integrated the various clauses about moral rights. In other words, the opposition to “fair use” is unmotivated, and especially dangerous because the American copyright is dominant in some fields and is becoming more and more powerful in other fields to the point that Hachette USA in New York works within that frame to the benefit of the authors they publish there. What’s more due to globalization more and more artists in many fields work within US copyright and fair use at least for all territories that are covered by them, and first of all Northern America and Japan with the main music producers, film producers and television producers, particularly the new ones on the market: Netflix, Amazon, and a few others. 8- When my real epiphany brought up my JC Second Coming with the case of the poster of a film by Jacques Tati for a 2009 exhibition dedicated to his work in Paris. On the famous original poster, Jacques Tati is running on his motorized bicycle (Solex) and smoking his pipe with a kid behind him in a special seat. RATP in Paris had decided to replace the pipe with a yellow toy windmill because of a law banning all advertising for smoking and tobacco. The copyright holders, the descendants of Jacques Tati, had authorized the rape of this iconic poster. SNAC officials decided to support the operation because of this agreement. Luckily Parliament condemned the operation and the original poster was put back in the place of the censored one and the original pipe was set back in the place of the ridiculous yellow toy windmill. In that debate SNAC members defended the idea that an artist, an author, and even the copyright holders after the artist’s death, have the right to destroy or modify their works or the dead artist’s works if they want. Conclusion As soon as a work of art, or in fact any intellectual property work, has been committed and distributed to some public, no matter how small this audience could be, that Intellectual Property work becomes heritage and has to be protected against all iconoclastic vandals, including the authors who pretend they can do what they want with their works, including destroy them, ban them, ban any reference to them, and that may include the moral rights of the authors themselves, because for example these works advocate or illustrate ideas some
  5. 5. people do not like or show too much flesh. On the other hand, some politicians or political activists may even pretend they have the right to block any reference, quotation or even licensed use of the concerned works because they have some moral rights over them, or even worse because they dislike the artists, their works and the content of their works. The most recent case is the singer-author-composer Bertrand Cantat who killed his partner a long time ago and who spent several years in prison for this crime. The press and the public ask the question “Has Bertrand Cantat the right to sing again?” and the public vastly answer NO. The carpenter, or rather his descendants, who made the table on which Ravel’s Bolero was first performed and danced pretended when this work was going to fall into the public domain that he had some right over the work and that his right had to run seventy years after his own death or the death of this carpenter. They wanted an extension of the copyright to take this fact into account to the carpenter’s or his descendants’ benefit. And they would have asked for some damages or compensation for all these years during which that table was not considered as part of the creative process. We were speaking of millions of euros. Luckily justice did not follow these greedy people. But at the time SNAC officials seemed to be divided on the case since it also expanded the rights of Ravel’s Bolero’s copyright holders. The question here is who will defend the authors of any Intellectual Property if the Authors and Composers Union becomes inefficient or just ghostlike? The future will say but I trust Amazon more than anyone else to be profitable to authors especially self-published and self-produced authors, direct-published authors in their terms, by granting them a 70% royalty rate that has no equal in France among standard publishers who pay the standard 7 to 10% royalties on ebooks, just the same as on printed books. Intellectual Property is an essential dimension of modern productive life and the battle to protect, enhance and valorize it will be fought and won, even if SNAC does not understand the stakes. Gavels dancing the Bolero versus Good Lord’s Campaign to Copyright His Creation Masked Comedian versus Black Crested Macaque
  6. 6. COPYRIGHT / COPYLEFT / COPYWRONG / COPYKITTYCORNER ET TOUT ÇA C’EST « DROIT D’AUTEUR » EN FRANÇAIS EN 10 ÉTAPES HISTORIQUES Et traduire est aussi inutile que d’attendre la neige au 15 août. Copie-droit, copie-gauche, copie-faux, copie-oblique, j’adore. Ce Copyright est considéré comme du vol par certains qui nient le concept de propriété intellectuelle au nom de la liberté d’information tout autant que d’autres le considère comme la protection suprême de cette propriété intellectuelle qui garantit en même temps la totale liberté d’expression qui va avec la responsabilité d’expression et refuse la censure de quelque sorte que ce soit.
  7. 7. Je vais simplement donner une chronologie de l’émergence du copyright depuis 1100 en Angleterre. Je tiens à évacuer tout de suite ce que les Français s’obstinent à appeler le droit d’auteur, tout au singulier, alors que ce double concept de droit et d’auteur recouvre des auteurs tous différents et surtout deux types de droits, les droits patrimoniaux au pluriel qui garantissent le paiement de « droits d’auteur » aux auteurs (les royalties du copyright) et surtout le droit moral qui est vu comme éternel et imprescriptible, ce que la jurisprudence américaine appellerait la « paternity » ou « paternité » de l’auteur par rapport à son œuvre (voir le cas de Stephen King contre The Lawnmower Man). Et dans cette jungle les pères les plus prolixes sont bien sûr les corporations-compagnies-sociétés-entreprises productrices, que ce soit de propriété intellectuelle industrielle (patentes) ou de propriété intellectuelle littéraire ou artistique (copyright). Quand on vous le dit que Walt Disney, Sony et Boeing sont de grande familles. On cherche un peu en vain aujourd’hui les équivalents français des deux premiers et le troisième n’est pas plus français qu’une multinationale à périmètre européen comme Airbus. Mais Chronologie d’abord et tout de suite. Première étape, la Charte des Libertés de Henry 1er d’Angleterre en 1100. C’est le premier document en Europe qui pose le principe de liberté pour les Anglais, liberté qui ne concerne que la noblesse et le clergé. Une de ces libertés est le droit à la parole et donc à la liberté de prêcher pour les ecclésiastiques. Deuxième étape, la Magna Carta, La Grande Charte de Liberté Anglaise octroyée sous la pire pression de l’aristocratie, du clergé et de la Cité de Londres par le roi Jean à Runnymede le 15 Juin 1215. Le droit à la parole, et donc à une défense si un certain nombre de droits sont remis en cause, est central. Ces libertés ne concernent principalement que les veuves et les orphelins de la noblesse, et bien sûr l’Eglise. La participation de la Cité de Londres implique également que ces libertés s’appliquent aux marchands et au commerce. On cite souvent la Charte de Kurukan Fuga (1235-1236) de l’Empire du Mali, mais ce n’est en rien la même logique car c’est le moment où cet Empire du Mali est devenu définitivement musulman et cette charte justifie et corrobore l’esclavage à condition que les esclaves ne soient pas musulmans. On pourrait cependant considérer que le servage féodal exclut en Europe aussi les serfs des libertés qui émergent dans ce monde de pouvoir absolu du Pape et des Rois ou Empereurs représentants directs de Dieu sur terre sous le contrôle papal. On voit ainsi que la liberté d’expression sans laquelle le concept de copyright est vain émerge pour des élites étroites et sous des contrôles politiques et religieux qui en sont comme la négation, et pourtant émergence il y a dans ces évolutions du droit féodal. Troisième étape, l’invention de la presse à imprimer en 1450 par Gutenberg avec le financement de Johann Fust. Puis la rupture de Fust avec Gutenberg en 1455 qui entraine une décision de justice donnant à Fust la propriété du matériel d’impression et surtout des pages et livres déjà imprimés ainsi que du papier. Le
  8. 8. concept de copyright n’existe pas encore mais la jurisprudence que c’est celui qui paie la fabrication du livre qui est son propriétaire existe bien en droit commercial. Bien sûr le livre étant la Bible en latin il n’y a pas d’auteur vivant. La liberté d’expression est contrôlée (limitée à la version officielle de cet ouvrage) et la propriété de celui qui imprime ladite expression, fabrique une publication et vend celle-ci à son profit. Quatrième étape, la Charte octroyée par Philip et Mary 1ère à la Stationers Company (la guilde des imprimeurs-éditeurs) en 1557 et confirmée par Elizabeth 1ère en 1559. Le copyright est exclusivement donné aux imprimeurs-éditeurs sous l’autorité de leur guilde et ils doivent en retour s’assurer que tout texte qui pourrait être considéré comme contraire à la politique ou l’idéologie du souverain sera censuré avant même l’impression. La censure est la seule motivation, censure antiprotestante sous Mary et ensuite anticatholique sous Elizabeth. Ce concept de censure perdurera jusqu’en 1689. Cinquième étape, le principe fondamental de l’Habeas Corpus dans l’Habeas Corpus Act (1679) pose que tout sujet accusé d’un crime se doit d’être soumis à la justice selon un processus unique, ce qui deviendra le « due process » des USA, donc selon la procédure judiciaire standard qui avec l’habeas corpus définit en durée courte obligatoire les étapes préliminaires au procès proprement dit, donc la mise en accusation. Cette même étape a vu l’abolition de toutes les réglementations du copyright antérieures (Star Chamber royale des Stuarts). On est dans une période où la censure a entièrement été levée (sauf bien sûr contre les catholiques, les partisans du roi démis de ses fonctions par le Parlement lors de la Révolution Glorieuse (1689) et les Juifs. Cette étape est amplifiée par la Bill of Rights (1689) qui donne la liberté d’expression absolue dans la cadre du fonctionnement du Parlement et des élections des parlementaires. Remarquons que le corps électoral est de quelques pour cent de la population. Cette situation d’absence de censure et de réglementation du copyright durera jusqu’en 1710. Notons aussi que l’Angleterre est le seul pays où le concept de copyright comme forme de censure préalable est appliqué jusqu’à cette époque. Dans tous les autres pays la censure est a posteriori, à l’initiative de la justice royale avec des sanctions ou peines variant selon la gravité du crime ou délit d’expression constaté. La France est loin d’être un modèle de liberté dans ce domaine. Sixième étape, La loi organique d’Anne dite Statute of Anne (1710). Il introduit une définition du copyright totalement novatrice : l’auteur et lui seul est le propriétaire de ce copyright qu’il peut céder à un imprimeur-éditeur pour une utilisation précise dans la quantité d’exemplaires et la durée de cession. Les imprimeurs-éditeurs sont totalement écartés. L’Ecosse sera la source de nombreuses contestations par les éditeurs-imprimeurs d’Edimbourg, ainsi que quelques-uns en Angleterre. Cela entrainera des procès et un recours à la Chambre des Lords en Cour Suprême de Justice. C’est le cas de Donaldson v. Beckett, qui donnera l’occasion à la Chambre des Lords de réfléchir pour la première fois sur le concept de propriété intellectuelle, ici dite propriété littéraire (4-22 Février 1774). Il ne s’agit pas d’une réduction de la définition de la propriété intellectuelle mais de l’ouverture d’une réflexion sur celle-ci dans le contexte du cas soumis qui est littéraire. D’autres jugements ont d’ailleurs élargi ce concept aux illustrations et aux cartes.
  9. 9. Septième étape, les USA dans leur constitution (1788) inscrivent le copyright et les patentes, donc l’entier de la propriété intellectuelle comme un droit fondamental et une compétence de base du Congrès (Article I Section 8. Clause 8) qui en plus spécifie que la durée de ces copyrights et patentes se doit d’être limitée dans le temps, ce qui exclut tout droit moral. C’est là un tournant mondial car pour la première fois la propriété intellectuelle est reconnue constitutionnellement et sera suivi d’ailleurs de deux lois séparés pour le copyright et les patentes (1791). Ceci est toujours vrai et la remise en cause de cette clause exigerait soit un amendement à la Constitution avec une majorité des deux tiers puis des trois quarts, soit une décision de la cour suprême qui remettrait en cause une clause originelle de la Constitution, ce qui semble plutôt peu probable et n’a jamais réussi à passer jusqu’à présent. Les lois du copyright depuis 1791 ont toujours réasserté le principe de base de la propriété de l’auteur mais le développement d’un copyright d’entreprise pour les œuvres produites par des personnels salariées d’une façon ou d’une autre a remis en cause ce principe. Cette option est particulièrement importante dans le domaine de la propriété intellectuelle industrielle et dans les industries culturelles comme le cinéma, la musique, la vidéo avec un impact particulier aujourd’hui du fait de l’Internet et de la diffusion des œuvres en streaming, œuvres qui sont parfois produites aux frais des diffuseurs comme YouTube pour s’assurer l’exclusivité de certains artistes porteurs. La France fait bande à part avec Beaumarchais qui impose un copyright sur les scènes de théâtre et dont l’objectif est avant tout de récupérer en tant qu’auteur une portion de la recette de ses pièces à immense succès que sont Le Barbier de Séville et Le Mariage de Figaro. Beaumarchais était d’abord et avant tout un commercial et c’est pour cela qu’il fournira à Lafayette des cargaisons d’armes et de munitions de contrebande en Louisiane pour permettre à La Fayette de mettre sur pied une force armée pour soutenir les Américains contre les Anglais. On sait la suite (y compris l’Amiral d’Estaing envoyé peu après par Louis XVI). C’est Balzac et la Société des Gens de Lettres (1838) qui définiront le droit d’auteur à la française. Les auteurs de l’époque qui étaient payés à la livraison du manuscrit forfaitairement était surtout intéressé par le doit moral pour éviter l’impression et la vente d’œuvres écrites par eux et republiées ici et là sans leur nom ou sous un autre nom, plus ou moins modifiées, ce qui est de la contrefaçon. What’s your crime? I wrote poems against torture, I’m about to be sorry for it! Votre crime, dites-nous ? J’ai écrit des poèmes contre la torture, Je vais en être tout contrit ! Huitième étape, la Convention de Berne (1886) met en place le premier traité négocié entre partenaires nationaux et internationaux pour unifier les droits économiques, patrimoniaux et moraux des auteurs toutes catégories confondues. Elle a donnée naissance à l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle qui continue par ses conventions à négocier des traités qui posent les garanties minimums à respecter partout en dépit des systèmes de copyright ou de droit d’auteur différents et parfois contradictoires. Cela a permis
  10. 10. d’élaborer une matrice de copyright dans laquelle le doit moral est reconnu par plusieurs éléments de protection des œuvres. L’OMPI est donc l’initiatrice de nombreux traités parfois extrêmement techniques de protection d’œuvres dans des situations de diffusion de plus en plus techniquement variées, différenciées et complexes. C’est de ce creuset de l’OMPI qu’est sortie l’harmonisation des diverses lois de copyright européennes qui ont toutes intégré des clauses de droit moral. La dernière en date est celle de la Russie (2008). La France reste attachée à son système de « droit d’auteur » ce qui la handicape fortement sur le marché international des œuvres et des auteurs. Le rôle de l’Europe est contradictoire. Alors que dans le domaine de la propriété intellectuelle industrielle ils sont hyper-protecteurs (et ce malgré les évolutions au niveau des entreprises qui appliquent de plus en plus le concept souple de « open innovation »), dans le domaine artistique, littéraire et surtout de la recherche scientifique universitaire, y compris le domaine éditorial dans ce champ de propriété intellectuelle en développement, ils défendent de plus en plus une approche « open access » systématique et sinon immédiat du moins à très court terme, confondant ainsi l’accès libre, donc sans obstacle et l’accès gratuit, excluant donc l’accès payant et niant ainsi les droits patrimoniaux des auteurs. Cette méprise vient des USA ou le terme « free access » a deux valeurs, « accès libre » et « accès payant ». La liberté n’a aucune raison d’être gratuite quand on parle de biens, marchandises et produits effectivement résultant du travail de personnes physiques ou morales qui méritent rémunération pour la valeur ajoutée qu’ils ont investie dans leur travail. Neuvième étape, l’introduction du concept de « Fair Use » dans la Loi sur le Copyright du Congrès américain en 1978. Il s’agit là d’une procédure et de quatre critères qui permettent d’utiliser gratuitement et sans autorisation préalable des œuvres ou extraits d’œuvres protégées. Il s’agit là de l’introduction du droit moral dans le droit américain. Les quatre critères sont : 1- la finalité et le caractère de l’utilisation, y compris si cette utilisation est à fin commerciale ou avec des objectifs éducationnels à but non lucratif [qui se doivent d’être différents de ceux de l’œuvre originale ; mon commentaire] ; 2- la nature de l’œuvre sous copyright ; 3- La quantité et l’importance de la portion utilisée par rapport à l’œuvre protégée dans son entier ; et 4- L’effet sur le marché potentiel ou la valeur de l’œuvre protégée. Le fait qu’une œuvre est non-publiée ne devra pas en tant que tel interdire la recherche d’une utilisation « fair » si cette « fair » utilisation respecte tous les facteurs ci-dessus (US Code Chapitre 17 Section 107) [Traduction et spécification personnelles] Dixième étape, l’allongement de la protection à 70 ans après la mort de tous les auteurs et 95 ans après la première publication ou la création d’œuvres produites par des auteurs salariés par des entreprises de production. Cela n’est pas passé sans mal aux USA puisque cela ira en cour Suprême le 15 janvier 2003, UNITED STATES SUPREME COURT, ERIC ELDRED ET AL v. JOHN D. ASHCROFT, ATTORNEY GENERAL – CASE N° 01-618. La Cour Suprême a débouté les plaignants sur tous les points considérant que même 95 ans étaient une durée limitée puisque définie en un nombre précis d’années et que cette durée n’était donc pas contradictoire avec les termes de la constitution, et donc n’était pas anticonstitutionnelle. Au niveau mondial, du fait de la globalisation, les Français ont eu tort de demander à l’Europe dans le cadre de ses négociations transatlantiques avec le Canada et les Etats Unis d’exclure tout ce qui concerne la propriété intellectuelle au nom du droit à la diversité et de l’exception culturelle, car sur le marché mondial des biens culturels c’est le système Copyright-Fair-Use qui est dominant et s’impose à tous, sans trop de difficulté dans le cadre des copyrights enrichis du droit moral de l’Europe, mais il est temps que l’on négocie au niveau mondial un copyright enrichi et étendu au droit moral avec une claire distinction de la durée de cession et de la durée de protection, la première ne devrait jamais être égale à la seconde (ce qui est encore la loi en France) et la seconde devrait être réduite à une durée raisonnable après la mort des auteurs car avec 70 ans ce sont au moins les petits enfants de l’auteur qui bénéficient de l’œuvre de l’auteur sans aucun effort de promotion de leur part pour pas mal d’entre eux. Pour en revenir donc au titre on a vraiment besoin aujourd’hui dans ce domaine d’une voie de traverse, « a kitty-corner path » pour faire tourner circulairement un système biscornu et antiéconomique. Dr ; Jacques COULARDEAU
  11. 11. MAINTENANT PASSONS AUX CHOSES SÉRIEUSES AU-DELÀ DU MIROIR DESCENDONS DANS LE TROU DE LAPIN ET DÉCOUVRONS LA VRAIE MALICE DU DROIT D’AUTEUR Depuis 1976 je suis un auteur qui a ses pieds dans les sociétés d’auteur et qui touche du droit d’auteur. Ma première performance déclarée fut pour la soirée de lancement de la coordination des syndicats de la Fédération du Spectacle à Bordeaux sur la scène de la grand-salle de la Bourse du Travail. Je venais d’adhérer au Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs et de m’affilier à la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques justement pour cette performance de scène. Je performais d’ailleurs depuis plusieurs années sur le Campus de Bordeaux III ou au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux (exposition Maïakovski). J’aimerais ici évoquer rapidement quelques-uns des combats auquel j’ai participé, surtout d’ailleurs après être passé à Roubaix dans le Nord où je resterai dix-neuf ans. De 1976 à 1979 je suis sur scène de façon régulière dans les MJC du Nord Pas de Calais et de bien au-delà. Ma performance la plus éloignée sera Dieppe. C’est à ce titre que j’ai une retraite CARSAT aujourd’hui. Ma dernière performance dans le Nord fut deux jours en maternelle, primaire et collège dans une ville du Douaisis en 1995. J’ai énormément performé en Auvergne aussi à partir de 1995 mais déclaré en droits d’auteurs qui m’étaient directement payés et gérés par l’Association la Dondaine qui a un compte Agessa de diffuseur. Je l’ai encore Je ne lisais que mes textes, ma poésie et je faisais beaucoup dans l’agit-prop en, ces temps de Giscardisme en Giscardie. Je développe parallèlement toute un spectacle d’une heure mis en voix par moi- même avec mon matériel d’amplification. Je fais toujours dans la lecture, texte au pupitre, car je considère que la littérature n’est pas du théâtre mais est du texte et que ce texte doit être présent devant moi. Je ne suis pas pour une lecture en voix neutre qui laisse le spectateur choisir son interprétation. Je suis pour une mise en voix, une mise en espace et une mise en corps du texte, un texte qui est toujours lu. Une des règles fondamentales de la lecture est que le lecteur doit suivre le texte des yeux. Il ne lève pas les yeux toutes les trois secondes pour regarder les spectateurs. Il lit le texte et il ne lève les yeux que quand il y a une pause dans le texte, quand il y a une nécessité textuelle de faire une pause. Et la pause peut alors être de deux ou trois secondes et le lecteur peut alors regarder les spectateurs, droit dans les yeux. J’ai pratiqué ce style de lecture sur ce spectacle que j’ai performé de nombreuses fois de Valenciennes à Tourcoing pour ne citer que deux villes. La mise en corps consistait en un le déshabillage quasi intégral car le texte était une descente progressive dans l’univers de la transe, drogue, sexualité, nuit, crime, violence. Toute une vision de cette époque que certains qualifiaient de soixante-huitarde, ce qui était aberrant puisque je n’étais pas en France à l’époque mais en Afrique. Je n’ai pas vécu 1968. Je suis rentré en France et à l’armé le 11 juillet 1968 pour partir en Allemagne, au 16ème GCMéca, puis trois mois en France et repartir en Caroline du Nord aux USA.
  12. 12. Quand j’ai écrit ce long texte en 1976-77 j’avais derrière moi beaucoup de temps passé aux USA, en Afrique, en Angleterre et en Allemagne, j’avais obtenu l’agrégation d’anglais et avais pris poste à Tourcoing. Dans mon monde Asperger la logique est la seule règle et l’absolue vérité la seule loi. Le verbe est roi comme outil d’expression personnelle. J’écrivais pour faire résonner les visions les plus profondes de mon être trop souvent tourmenté. Dès septembre 1976, en arrivant dans le Nord, je prends aussi du service journalistique dans le quotidien Liberté de Lille. Cela m’ouvre les portes de tous les théâtres, opéras, ballets, et autres institutions culturelles dans lesquelles je peux aussi être un relais syndical. Une coordination des syndicats de la Fédération du Spectacle est mise en place rapidement. Le tournant professionnel et syndical arrive en novembre 1979 quand la CGT Nord Pas de Calais me demande avec André Georgian, un auteur compositeur interprète de Lille, d’animer l’émission pour enfants le mercredi matin de 11 heures à midi. Il s’agit de la radio de lutte Radio Quinquin. Deux radios de lutte feront l’histoire en libérant la parole ouvrière, syndicale et culturelle du pays. C’étaient Radio Quinquin et Radio Lorraine Cœur d’Acier. L’hymne revendicatif de ces radios, et donc de la DCGT et de toutes les luttes contre le giscardisme en Giscardie, a été « Le Chiffon Rouge » que Michel Fugain a donnée à la CGT gratuitement et libre de tous droits. Radio Quinquin de par ma présence engage le SNAC dans la bataille de la radio FM (les émetteurs nous sont fournis par la CGIL Italienne qui a déjà des radios libres, et les postes radio FM sont massivement importés par Darty, Boulanger et les autres pour répondre à la demande. Le choix de la FM fut un choix à la fois économique (matériel transistor bon marché pour le public) et puissant pour le rayonnement. Nous couvrirons le Nord Pas de Calais, au moins la moitié de la Belgique et jusqu’à Creil au nord de Paris. Nos objectifs étaient clairs : liberté de création pour les artistes, liberté d’expression pour tous. Qu’on s’entende bien. Je fus avec André Georgian l’un des rares intervenants non responsables de syndicat ouvrier, non maire d’une ville de notre territoire à employer nos noms complets à l’antenne et pas seulement le prénom. Etant fonctionnaire d’état le risque aurait pu être fort pour moi. Nous étions prêts pour mener la bataille devant les tribunaux si nécessaires. Etrangement Giscard n’a pas choisi les poursuites me concernant. Il n’a poursuivi que des élus municipaux ou syndicaux. Pierre Mauroy, futur premier ministre en appellera à l’état de mettre fin à cette gabegie. Deux antennes tomberont, une démontée, et l’autre abattue par un hélicoptère au cours de deux attaques policières. La première attaque se soldera par une antenne saisie et un match nul après qu’un groupe de cheminots et de métallos sortit du siège de la radio derrière la mairie d’Auby avec des barres à mine – et on a
  13. 13. dit un essieu de train – et qu’un CRS dut être emporté par une ambulance. On ne sut jamais la fin de l’histoire. La deuxième attaque fut beaucoup mieux préparée des deux côtés et pendant qu’un hélicoptère abattait l’antenne d’Auby un camion avec du matériel léger parcourait la région et continuait à émettre. Une chasse poursuite se terminera avec une scène d’émeute dans une cité HLM d’Avion, le maire communiste en tête. Les habitants saisirent l’occasion pour vider tous leurs encombrants par les fenêtres, si possible sur les CRS en bas, parfois quinze étages plus bas. Certains disent avoir vu un berceau, sans le bébé bien sûr. Ce fut à nouveau un match nul. Soyons clair. Giscard en 1981 perdra l’élection présidentielle par environ 100 000 voix, mais dans la zone d’influence de Radio Quinquin il perdit 400 000 voix sur l’élection précédente. Le Chiffon Rouge avait fonctionné. André Georgian et moi-même tiendrons ensemble jusqu’à l’été 1980. André Georgian déclarera alors forfait au nom du professionnalisme qui devait être rémunéré. Ce travail était volontaire. Je resterai donc seul et élargirai la présence culturelle. J’arrivais à Auby le mercredi avant 14 heures et tenais l’antenne jusqu’au soir 22 heures. De 14 à 16 heures lectures de littérature de création pour enfant prioritairement, mais avec aussi l’utilisation de contes du monde entier. De 16 heures à 17 heures lecture de littérature pour jeunes adultes et adultes avec des noms comme André Stil, Siménon, Maigret et quelques autres. 17 heures à 19 heures les informations culturelles sur tout ce qui pouvait se passer dans le Nord Pas de Calais. Critiques de spectacles ; informations professionnelles, voire syndicales sur les institutions culturelles, interviews de quelques auteurs, metteurs en scène ou acteurs. Annonces de spectacles, des sorties de cinéma, et bien d’autres choses. Pause de 19 heures à 20 heures. De 20 heures à 22 heures une émission totalement libre de ton, d’invités, de sujets. Aucun tabou, aucune limite. On passera d’un poète d’Arras à un représentant des mouvements gay de l’époque, d’un ancien combattant ou résistant à des militants de la langue flamande ou picarde, et certains soirs une simple émission de délire musical, poétique et « Débranchez le poste si cela vous donne des cauchemars ». J’étais cet homme à la voix orchestre. Radio Quinquin sera finalement légalisée en 1982 et je continuerai jusqu’en 1986. Hénin Beaumont 1981, une bataille en règle et une victime en bonne forme. La plume politique de François Mitterrand pendant la campagne de 1980-81 devient Directeur du Livre au Ministère de la Culture après l’élection et il veut modifier en profondeur les comptes financiers des auteurs en France. Il réunit une grande concertation à Hénin Beaumont en 1981. La coordination des syndicats de la Fédération du Spectacle produit une plaquette sur les questions qui se posent à nous et nous y défendons la pérennisation des métiers du spectacle. Parallèlement Liberté tire aussi une plaquette d’extraits de sa page enfants avec une cinquantaine de noms et leurs œuvres. Nous allons à Hénin Beaumont à visage découvert et nous mettons à disposition les deux plaquettes. Dans l’après-midi alors que Noël Joseph, Président socialiste de la Région Nord Pas de Calais est allé faire une sieste et que le Vice-Président Ivan Renar prend le relais, je demande la parole au nom de la coordination des syndicats de la Fédération du Spectacle. J’en appelle à la pérennisation des métiers du spectacle et à des moyens accrus. En ce qui concerne le projet phare du Directeur du Livre d’intégrer toutes les ressources ou recettes des auteurs dans leur revenus d’auteur, contributions diverses pour lectures, débats, articles de presse, tribunes, dans tous les médias sans distinction et le tout globalisé à l’Agessa comme droits d’auteur, je rappelle simplement au nom de la CGT et du SNAC qu’il n’est pas question de faire un tel amalgame car alors on ne saura plus ce qui relève de l’autorat littéraire, poétique, bref de la création, et tout ce qui pourrait relever du travail journalistique, du travail d’interprète ou du simple travail d’intellectuel débatteur. La salle de plusieurs centaines de personnes ovationne. Pendant ce temps Noël Josèphe a été tiré de sa sieste, arrive en catastrophe (certains ont dit « encore en pyjamas ») et clôt le débat – ce qui s’appelle de la censure. Mais l’affaire est entendue ; le Directeur du Livre fera un bref passage comme président du Conseil Permanent des Ecrivains avant d’être envoyé en Egypte comme Conseiller ou Attaché Culturel. A l’époque c’était un débat justifié, une position justifiée. Avec le recul il me semble que de se braquer sur l’aspect artistique de l’autorat bloque toute évolution dans un monde où l’autorat – y compris professionnel – se développe tout azimut et qu’il est nécessaire de prendre en compte bien des autorats qui ne sont ni littéraires, ni poétiques, ni théâtraux ou dramatiques. Bref il est nécessaire de prendre tous les autorats en compte et dans tous les médias. Quelqu’un qui produit une tribune scientifique sur les sciences exactes pour une radio spécialisée est aussi un auteur et son autorat doit être protégé et rémunéré comme tous les autres autorats, en droits d’auteur car il est copyrighté de toute façon.
  14. 14. En 1980 j’avais accepté de prendre en main la page enfants de Liberté le mercredi en noir et blanc, et quelques années plus tard le dimanche en couleur (noir et deux couleurs). La page était entièrement composée d’intervention de créateurs vivants. Un poème pour enfants, un conte pour enfants, une BD de temps en temps et souvent sur plusieurs semaines. Et des illustrations systématiques. Nous avions un pool d’environ cinquante intervenants volontaires. Parallèlement le journal publia quatre feuilleton de Jean Pierre Védrines, Alain Leduc, André Georgian et moi-même. Pour ce travail nous fûmes invités à Beaubourg pour un débat sur la presse et les créateurs. Parallèlement sur Paris je m’intègre au Conseil Permanent des Ecrivains et j’accepte la Présidence d’une commission du CPE qui prend le titre de « Auteurs et diffusion ». Je le resterai jusqu’en 1986 où dans le cadre du Salon du Livre j’organiserai une table ronde sur le problème, financée directement par le Ministère de la Culture de Jack Lang. Je passe la main ensuite. Je montais à Paris tous les vendredis matins et redescendais le vendredi soir. J’avais un bureau au dernier étage de l’Hôtel de Massa avec une ligne téléphonique. Voilà ce qu’était pour moi le syndicat, le SNAC. Une fois la radio légalisée nous invitâmes le président Jean Dréjac et le Secrétaire Général de la Fédération du Spectacle, le mercredi bien sûr pour des émissions spéciales. Mais je dus mettre fin à ma participation à la Radio en 1986 et abandonner la page enfants de Liberté en 1989. La recherche me demandait et là aussi la vision Asperger entrait en conflit avec des hypothèses de travail transformées en conclusions incontournables par l’institution universitaire et de recherche. Cependant en 1986 je pris en charge l’anglais d’un BTS audio-visuel. Je le quitterai en 1993 et je prendrai alors l’anglais d’un
  15. 15. BTS informatique industrielle, option réseaux. Parallèlement j’assurai quatre heures d’enseignement à LEA Roubaix, Université Lille III. L’université ne m’aimait pas pour un poste statutaire mais comme vacataire j’étais un dieu recherché : on supportait son Aspergerisme car il était hyper efficace et innovant, et donc d’autant plus efficace. Une collègue de Tourcoing salope un BTS d’information industrielle en entreprise à Villeneuve d’Ascq. On me demande de sauver la mise la seconde année et on innovera encore une fois avec du téléphone en poste de travail. Je ne quitterai ce second BTS d’informatique industrielle, option réseaux, qu’en 1995 quand je suis parti en Auvergne. Le SNAC ce fut aussi une autre bataille autour de la Circulaire Pasqua sur la TVA pour les institutions culturelles (et associations) avec le double concept d’association à but non lucratif et désintéressée d’une part et d’association à but non lucratif mais intéressée d’autre part. Si l’association paie d’une façon ou d’une autre des émoluments à des membres de son conseil d’administration ou à certains de ses adhérents, elle est intéressée et elle doit payer la TVA. La tolérance antérieure devint caduque ; Plusieurs compagnies de théâtre se retrouvèrent sur le billard de l’impôt. Ils n’avaient jamais payé de TVA alors même que certains membres de leur conseil d’administration étaient des salariés de l’Association et qu’ils payaient des droits d’auteur ou des cachets et défraiements à certains de leurs adhérents. Nous avons obtenu des inspecteurs des impôts du Nord Pas de Calais que l’on passe l’éponge sur le passé mais que dorénavant la TVA soit payée. Notons qu’il fallait vraiment être un peu barjot pour refuser de payer la TVA sur la billetterie, principale ressources d’un théâtre avec un taux de l’ordre de deux pour cent alors même que la TVA payée sur toutes les dépenses en amont était récupérable et était principalement de l’ordre de 18-19-20%. Faites le calcul. Même si on prenait en compte les subventions comme ressources financières avec le taux de 2% de TVA on est loin de 18-19-20%. Disons en passant que nous étions en avance dans le Nord Pas de Calais, j’imagine. Je me souviens d’un Forum des Associations à Ambert au début de ce siècle avec André Chassaigne, député, et son frère, inspecteur des impôts. Quand dans l’atelier sur la gestion financière des associations, j’ai eu le culot de vouloir signaler aux associations qu’elles devaient se mettre en paiement de TVA pour pouvoir récupérer la TVA en amont qui est toujours à un taux supérieur à celle en aval, l’inspecteur des impôts Chassaigne m’ordonna de me taire. Si toutes les associations faisaient cela, systématiquement la grande majorité d’entre elles auraient des remboursements de TVA. Et qu’on ne vienne pas me parler de la buvette. Toutes les boissons ont été achetées et une TVA a été payée et est récupérable sur la TVA sur les ventes. C’est là aussi une lutte syndicale. Mais avant de quitter le Nord Pas de Calais j’intégrai les commissions d’attribution de licences d’organisateurs de spectacles mises en place par Jack Lang et j’y resterai dans le Nord Pas de Calais et en Auvergne jusqu’à une date récente (2010). Mais surtout ce fut la crise du Ballet du Nord. Alfonso Cata est mort d’u sida et a été remplacé par un directeur dispendieux qui lança le ballet dans le déficit. Il fut licencié. Preljokaj fut retenu comme candidat à la succession, mais il annonça qu’il arrivait avec ses quinze danseurs et qu’il licencierait pratiquement tous les danseurs réguliers du Ballet du Nord. D’où une grève dure des danseurs et une situation bloquée. C’est en janvier 1994 que je suis intervenu en tant que représentant du SNAC. J’avais la complicité de l’administration du Ballet. Un soir de spectacle où j’étais présent en tant que journaliste, j’avais fait savoir aux danseurs que je voulais les voir tous après le spectacle à la cafétéria. Ils furent tous là et je leur ai révélé que grâce au chorégraphe Edmond Linval nous avions une opportunité de faire parvenir un dossier en mains propres au Ministre Jacques Toubon lors d’un Conseil Supérieur de la Danse auquel il assistera. En tant que SNAC j’ai
  16. 16. donc suggéré aux danseurs de chercher un directeur ou une directrice qui soit capable d’allier danse classique et danse moderne dans la tradition d’Alfonso Cata. Ils acceptèrent la suggestion qui était unique en France à l’époque et que Linval m’avait dit être un peu osée mais qui pouvait être tentée si elle devait débloquer la situation. Le rapport d’une centaine de pages partit sous 48 heures et finit entre les mains du Ministre qui convoqua à Paris tout le beau monde de Roubaix et leur annonça la bonne nouvelle : l’inspectrice de la danse retraitée de Jack Lang était nommée administratrice intérimaire avec mission de reprendre les comptes du Ballet du Nord et de recruter un nouveau directeur ou une nouvelle directrice artistique et chorégraphique selon les règles de l’art. Ce fut Maryse Delente. Jacques Toubon signala aux élus de Roubaix et de la Région qu’il venait de recevoir un dossier sur les aberrations du traitement du Ballet du Nord par ces mêmes élus sans jamais révéler qui était l’auteur. Je le révèlerai avant de partir en Juin 1995 à un ancien élève conseiller municipal de Roubaix. Après mon départ du Nord Pas de Calais, en Auvergne, les choses deviendront beaucoup plus difficiles car le Puy de Dôme est une terre socialiste archaïque qui a été remise en ordre de marche par le disciple de Guy Mollet, Roger Quillot, catapulté à Clermont Ferrand dans les années 50 pour reprendre la ville à un maire socialiste non membre de la SFIO et autonome, et reprendre le poste de sénateur du même maire, Gabriel Montpied. Ce ne fut pas facile mais cela permit à la structure socialiste de se figer dans une raideur SFIO toujours présente encore aujourd’hui. Il est vrai que Quillot ministre du logement de François Mitterrand n’aida pas à ouvrir les esprits avec sa Muraille de Chine sur la côte de Saint jacques, une barre HLM de plusieurs centaines de mètres de long qui domine tout Clermont Ferrand et bouche la perspective. Cela n’a pas aidé à ouvrir les esprits, c’est plus que sûr. Cela fait maintenant deux maires après Roger Quillot que l’on parle de l’abattre, mais ce n’est pas demain que l’on ouvrira l’imaginaire Clermontois De conflit en conflit, j’en ai quitté l’Education Nationale en 2001 et me suis recyclé sur les universités, surtout parisiennes et sur la recherche, un autorat que le SNAC ne reconnait pas. Et c’est la pièce « Le Collège Libellule » que j’avais écrite pour le club théâtre du collège d’Olliergues en 1996 qui mit le feu aux poudres car j’avais dans les personnages un collégien raciste, d’ailleurs systématiquement remis à sa place par les autres personnages, mais cela suffit aux ringards socialistes du Puy de Dôme pour se lancer dans une bataille « antiraciste » car un personnage raciste fait que la pièce est raciste, « Puisque je vous le dis, ma chère amie. » L’éducation par le silence, cela donne la majorité silencieuse qui lorsqu’elle se met à voter passe vers les extrêmes les plus ridicules parfois. Je n’ai pas eu le soutien professionnel nécessaire tant au nom de la liberté de création qu’au nom de la nécessaire expression des maux de notre société. Quatre ans de surendettement, avec un soutien bienvenu à l’Université de Perpignan pendant deux ans, des soutiens personnels d’amis principalement CFDT, Chrétiens ou Juifs, avec une quatrième catégorie qu’étaient ceux qui ont subi des ségrégations de tous genres parce qu’Asperger, parce que gays ou lesbiennes, parce qu’aveugles ou simplement pas dociles. C’est dans ces années que je m’ouvris à une autre approche de l’autorat. J’ai enseigné l’anglais du droit d’auteur et du copyright à Paris II Assas Panthéon dans le DESS Propriété Intellectuelle, artistique et industrielle. J’y ai eu des étudiants de tous bords, avocats, futurs juristes, juristes d’entreprise, étrangers (particulièrement une Chinoise de Pékin, étudiante de Madame Hu, la responsable de l’internet et du numérique à la fin du siècle dernier). C’est en 2003 ou 4 que j’ai pu rencontrer Madame Hu à Genève dans des réunions de préparations de la conférence internationale sur la fracture numérique des Nations Unies en tant qu’interprète, et dans cette réunion spécifique sur la gouvernance de l’Internet confiée au Ministère du Commerce Américain par Bill Clinton où j’étais l’interprète personnel d’un dignitaire Sénégalais qui ne comprenait pas l’anglais, langue de rigueur.
  17. 17. J’ai alors commencé à penser que deux systèmes différents ne sont pas l’avenir du monde, ne peuvent pas être l’avenir globalisé du monde. Il se doit trouver un compromis et des ponts. Quand je pris en 2005 un service à Paris I Panthéon Sorbonne avec les étudiants de la bi-licence Histoire et Science Politique, j’introduis un cours complet sur l’émergence des libertés dans Europe depuis 1100 avec la liberté d’expression en premier lieu qui donnera après l’invention de la presse à imprimer le copyright dès une décision de justice contre Gutenberg en Allemagne, puis l’instauration du copyright comme outil de censure par Mary I la Sanglante en Angleterre, confirmé mais réorienté de contre les protestants à contre les catholiques par Elizabeth I. De là à tout le reste de l’histoire bien avant Beaumarchais et Balzac et la Société des Gens de Lettres, et jusqu’à la Cour Suprême des USA sur la durée du Copyright. Et c’est dans ce long et lent mûrissement que la distanciation se produit peu à peu. Ayant travaillé en profondeur le droit constitutionnel (aux USA le copyright et les patentes sont du droit constitutionnel), la jurisprudence de la justice américaine – et un peu anglaise (l’Angleterre est bloqué sur une définition de 1776 (Chambre des Lords) qu’elle n’arrive pas à régénérer) – et l’évolution au niveau de l’OMPI (WIPO) et des pays d’Europe, et maintenant d’Asie, le copyright protège beaucoup mieux les droits économiques et patrimoniaux des auteurs, et le droit moral est aujourd’hui de l’ordre de la loi commune, du Code Légal Américain sous le concept de Fair Use, et de la jurisprudence judiciaire grâce à des auteurs comme Stephen King qui a fait pour le droit moral plus de bien que le Parlement Européen n’en fera jamais. Alors en fin de vie mais avec une vue régénérée grâce aux chirurgiens oculaires il est temps d’écrire un testament qui n’essaie pas de prétendre que le passé de mon vécu est l’avenir du monde, mais que les contradictions qui sont les miennes en cette fin de voyage sont les germes de ce que pourrait être l’avenir si les génération plus jeunes se donnent la peine d’accepter que le monde est contradictoire et que rien ne sera qui ne sera pas le résultat d’un compromis et d’une synthèse, nécessairement précaires jusqu’au prochain compromis et à la prochaine synthèse. On utilise des grands mots dans mes domaines de recherche : phylogénie et psychogenèse, Mais je préfère souvent le mot de Lev Vygotsky, la conceptualisation, car un concept est mort dès qu’il est formulé car il ouvre aussitôt la porte à une expérimentation qui amènera un nouveau concept. Donc bon voyage à ceux qui resteront derrière et au plaisir d’outre-tombe de vous avoir connus. Docteur Jacques COULARDEAU

×