Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
1
Marrakech, le 18 avril 2016
Direction de Développement des Filières de Production
ETAT DES LIEUX DE LA FILIERE DES LEGUM...
2
IMPORTANCE DE LA FILIERE
SITUATION DE LA FILIERE DES LEGUMINEUSES
PRINCIPALES CONTRAINTES DE LA FILIERE
DEFIS DE LA FILI...
1. IMPORTANCE DE LA FILIERE
La filière des légumineuses alimentaires au Maroc joue un rôle important à
plusieurs niveaux:
...
2.SITUATIONACTUELLE
Superficie moyenne: 400.000 Ha , soit environ 6% de la
SAU
Superficie concentrée principalement (90%) ...
5
LES PRINCIPALES ESPÈCES CULTIVÉES
Espèces Superficie
(ha)
% Rdt
(qx/ha)
Zones de production
Fève 195.000 49 8,8 Prérif, ...
6
E
EVOLUTION DE LA SUPERFICIE DES LEGUMINEUSES
0
100
200
300
400
500
600
Superficie (1000 Ha)
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Rdt ...
EVOLUTION DE LA PRODUCTION DES LEGUMINEUSES
2695
3107
4521
2964
2415
3832
2089
1882
2041
2395
3392
2820
2933
3164
3513.1
0...
8
E
EVOLUTION DES IMPORTATIONS ET EXPORTATIONS
0
100000
200000
300000
400000
500000
600000
700000
800000
1994
1995
1996
19...
 Historiquement, le Maroc était jusqu’au la fin des années
70, le 2ème exportateur mondial des légumineuses
alimentaires ...
• Selon la Loi 12-94, le commerce des légumineuses est libre.
• Les légumineuses ne bénéficient d’aucun régime de
commerci...
 principalement traditionnel avec un grand nombre d’intervenants
 Agriculteurs,
 Collecteurs auprès des agriculteurs (n...
CIRCUITS DE COMMERCIALISATION
Importateurs
Agriculteurs/producteurs
Principalement Vrac
Intermédiaires
(collecteurs)
Opéra...
Les cours fluctuent en fonction de l’offre et de la demande, de la qualité et
des prix à l’importation Source
ONCL
Evoluti...
 Aléas climatiques;
 Faible rentabilité des cultures de légumineuses;
 Faible maîtrise des techniques de production
 f...
15
 Ouverture des frontières suite aux accords de libre
échange avec l’UE,USA, Pays Arabes, Turquie, …  ces
produits peu...
5. ATOUTS DE LA FILIERE
 Un fort potentiel peu exploité;
 Une forte demande nationale et mondiale;
 De grands acquis de...
17
 Renforcement de l’organisation professionnelle sur tous les maillons de la
chaine de valeur;
 Encouragement de l’agr...
18
MISE A NIVEAU ET MODERNISATION DE LA FILIÈRE DES LEGUMINEUSES
ALIMENTAIRES
MISE À NIVEAU ET MODERNISATION DES FILIÈRES ...
Etat Des Lieux de la Filiere des Legumineuses Alimentaires au Maroc
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Etat Des Lieux de la Filiere des Legumineuses Alimentaires au Maroc

1,121 views

Published on

Keynote Presentation 04 by the Morocco Ministry of Agriculture at the International Conference on Pulses in Marrakesh, Morocco, 18-20 April 2016

Published in: Science
  • Be the first to comment

Etat Des Lieux de la Filiere des Legumineuses Alimentaires au Maroc

  1. 1. 1 Marrakech, le 18 avril 2016 Direction de Développement des Filières de Production ETAT DES LIEUX DE LA FILIERE DES LEGUMINEUSES ALIMENTAIRES AU MAROC
  2. 2. 2 IMPORTANCE DE LA FILIERE SITUATION DE LA FILIERE DES LEGUMINEUSES PRINCIPALES CONTRAINTES DE LA FILIERE DEFIS DE LA FILIERE ATOUTS DE LA FILIERE QUELQUES AXES DE RELANCE 1 4 2 3 6 5 PLAN
  3. 3. 1. IMPORTANCE DE LA FILIERE La filière des légumineuses alimentaires au Maroc joue un rôle important à plusieurs niveaux: Equilibre la ration alimentaire : riches en protéines - Amélioration de la fertilité du sol (Azote) - Equilibre de l’assolement - Bon précédent. - Durabilité des systèmes de production - Emploi de la MO (8M deJT): pratiquées par P/M exploitations - Trésorerie des agriculteurs aux moments de pointe alimentaire et nutritionnel agronomique et environnemental social et économique
  4. 4. 2.SITUATIONACTUELLE Superficie moyenne: 400.000 Ha , soit environ 6% de la SAU Superficie concentrée principalement (90%) dans les zones pluviales favorables et intermédiaire: Sais- Prérif, Gharb et Chaouia; Production moyenne : 3,2 millions de Qx; Rendement moyen : 8,0 Qx/ha; Importations : 158 mille Qx (52% lentille, 26% Haricot ) (Canada, Egypte, Inde, EU….) Exportations : 53mille Qx (88% pois chiche, 8% lentille) (Tunisie, Algérie, Turquie, Egypte…) Consommation moyenne : 8 kg/hab/an Moyenne des 5 dernières années: 2011-2015
  5. 5. 5 LES PRINCIPALES ESPÈCES CULTIVÉES Espèces Superficie (ha) % Rdt (qx/ha) Zones de production Fève 195.000 49 8,8 Prérif, Sais, Gharb, Settat Pois chiche 65.600 17 7,2 Sais, Taounate, Gharb Lentille 50.350 12 7,4 Khémisset, Settat Petit pois 49.700 13 6,7 Settat, Doukkala, Safi, Fès, Taounate Autres 33.350 8 10,0 Taounate, Taza, Safi, Beni Mellal Total 394,000 100 8,0 ----
  6. 6. 6 E EVOLUTION DE LA SUPERFICIE DES LEGUMINEUSES 0 100 200 300 400 500 600 Superficie (1000 Ha) 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Rdt (Qx/Ha)
  7. 7. EVOLUTION DE LA PRODUCTION DES LEGUMINEUSES 2695 3107 4521 2964 2415 3832 2089 1882 2041 2395 3392 2820 2933 3164 3513.1 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 4500 5000 Production (1000 Qx)
  8. 8. 8 E EVOLUTION DES IMPORTATIONS ET EXPORTATIONS 0 100000 200000 300000 400000 500000 600000 700000 800000 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 IMPORTATIONS qx 0 500000 1000000 1500000 qx EXPORTATIONS Années 1962/661967/71 1972/76 1977/81 1982/86 1987/91 1992/96 1997/2001 2002/06 2007/11 2012 2013 2014 2015 1000 qx 1049 1225 1266 672 188 172 31 94 57 69 12 11 5 85
  9. 9.  Historiquement, le Maroc était jusqu’au la fin des années 70, le 2ème exportateur mondial des légumineuses alimentaires après les USA (1,2 Millions de Qx).  Avec les années de sécheresse à partir de la fin des années 70, la suspension des exportations, la concurrence d’autre pays (Turquie, Australie, Mexique, Canada,,,) le Maroc a perdu ses clients traditionnels et ses parts de marché est passé en 1992 d’une position d’exportateur à la situation d’importateur en ces mêmes produits. Exportations
  10. 10. • Selon la Loi 12-94, le commerce des légumineuses est libre. • Les légumineuses ne bénéficient d’aucun régime de commercialisation • L’intervention de l’Etat consiste essentiellement à mettre en place des droits de douane permettant la protection de la production nationale et la priorité de son utilisation. • Faible part du taux de collecte au niveau du circuit organisé (part de la production commercialisée/ Production) COMMERCIALISATION INTÉRIEURE
  11. 11.  principalement traditionnel avec un grand nombre d’intervenants  Agriculteurs,  Collecteurs auprès des agriculteurs (niveau ferme ou marché local),  Opérateurs déclarés à l’ONICL (une dizaine impliqués dans la commercialisation des légumineuses et dans l’importation)  Commerçants grossistes (halles aux grains Casablanca, Rabat, Meknès),  Commerçants détaillants  Faible niveau d’intégration de la chaine de valeur  Les prix sont déterminés en fonction de l’offre et de la demande et demeurent influencés par le niveau de production, le calibre des grains, les impuretés, la couleur et les prix des légumineuses d’importation   Grande variabilité saisonnière des prix COMMERCIALISATION INTÉRIEURE DES LÉGUMINEUSES
  12. 12. CIRCUITS DE COMMERCIALISATION Importateurs Agriculteurs/producteurs Principalement Vrac Intermédiaires (collecteurs) Opérateurs Grossistes et Demi Grossistes Détaillants (Epiceries et +/- Spécialisés) Distribution Moderne (supermarchés) Principalement Conditionnés Souks (Marché Local) Halles Aux grains Conditionnement (Packaging + Branding) Consommateurs
  13. 13. Les cours fluctuent en fonction de l’offre et de la demande, de la qualité et des prix à l’importation Source ONCL Evolution des cours des légumineuses 0 200 400 600 800 1000 1200 1400 Prix moyens des légumineuses observés aux Souks et Halles aux grains (DH/Ql) Fève Pois chiches Lentilles
  14. 14.  Aléas climatiques;  Faible rentabilité des cultures de légumineuses;  Faible maîtrise des techniques de production  faible utilisation des semences certifiées (1%);  Problème de maladies et parasites;  Non mécanisation des travaux de récolte et d’entretien;  Absence d’organisation professionnelle;  Impact des politiques d’encouragement de certaines cultures concurrentielles (tournesol, blé tendre);  Absence d’incitation et d’aides de l’Etat pour ces cultures;  Non garanti du prix à la production, marché peu organisé, et incertitude dans l’écoulement de la production;  Faible activité de valorisation (conditionnement et transformation).  Concurrence des produits d’importations (prix; qualité homogène, approvisionnement régulier, commodités pour la commercialisation notamment dans les chaines de distribution moderne… ), 3. PRINCIPALES CONTRAINTES DE LA FILIERE
  15. 15. 15  Ouverture des frontières suite aux accords de libre échange avec l’UE,USA, Pays Arabes, Turquie, …  ces produits peu compétitifs (prix et qualité)  Prix de vente sur le marché mondial des LA inférieurs aux coûts de revient réalisés par les exploitants. Relance et mise à niveau de la filière E 4. DEFIS DE LA FILIERE
  16. 16. 5. ATOUTS DE LA FILIERE  Un fort potentiel peu exploité;  Une forte demande nationale et mondiale;  De grands acquis de recherche et de recherche/ développement;  Une prise de conscience des risques liés à la durabilité des systèmes de monoculture à base de céréales;  Une nouvelle politique agricole (Plan Maroc Vert): approche contractuelle entre l’Etat et l’interprofession (Contrat programme);  Une nouvelle stratégie de conseil agricole;
  17. 17. 17  Renforcement de l’organisation professionnelle sur tous les maillons de la chaine de valeur;  Encouragement de l’agrégation dans les zones à fort potentiel de production;  Renforcement des programmes de recherche en matière de création variétale, de mécanisation, de techniques de cultures et de valorisation des produits;  Renforcement de la multiplication et de l’utilisation des semences certifiées (Contrat Programme semencier);  Renforcement des capacités techniques et managériales des acteurs et leur encadrement par des conseillers qualifiés;  Encourager les activités de valorisation (conditionnement, emballage, agro-industrie et nouveaux dérivées..);  Mise en place d’un CP pour la filière des légumineuses alimentaires à l’instar des autres filières. 6. QUELQUES AXES DE LA STRATEGIE DE RELANCE
  18. 18. 18 MISE A NIVEAU ET MODERNISATION DE LA FILIÈRE DES LEGUMINEUSES ALIMENTAIRES MISE À NIVEAU ET MODERNISATION DES FILIÈRES DE PRODUCTION : L’ APPROCHE FILIERE: CHOIX STRATÉGIQUE DU PLAN MAROC VERT Le contrat programme : instrument de contractualisation entre l’Etat et l’interprofession pour la mise à niveau et la modernisation de la filière Légumineuses Intégration verticale de tous les maillons de la chaîne de valeur Chainedevaleurélargie Chainede valeurde base Production Valorisation Commercialisation Fourniture d’intrants Financements Fourniture de service

×