Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
Amicale Ubayenne des Chasseurs Alpins
1
La bataille de Verdun
(21 février 1916 - 15 décembre 1916)
Fédération des Soldats ...
Plan de l’exposé
1 : Présentation géographique de la région de Verdun.
2 : Un peu d’histoire…
3 : Pourquoi les Allemands v...
3
Organisation
de l’infanterie française
en 1916
4
La géographie de Verdun et des alentours
Un peu d’histoire…
Verdun est un évêché comme Metz et Toul,
ville fortifiée par Vauban.
Ville de partage en 843
Bataille d...
Le front de Verdun en 1914 et 1915
16e corps d’armée
6
Vue vers l’est
à partir du point X en 2016.
7
● Préparatifs ne pouvant être décelés.
Von Falkehayn
Pourquoi attaquer Verdun en 1916 ?
Fin 1915, après les succès à l’est...
9
10
Une logistique allemande nettement favorable :
● 14 voies ferrées d’accès reliées soit à Briey, soit à Metz.
● Voies ar...
Les préparatifs allemands sur le terrain
 Terrassement des batteries et des dépôts
de munitions terminé fin décembre 1915...
1 225 pièces en place dont 542 obusiers lourds, une pièce tous les 150 m.
12
L’artillerie allemande
Canon de 380 mm
Canon ...
l’infanterie allemande
13
17 DI en première ligne et 7 DI en réserve
Plaquette Malandrin
L‘artillerie française
300 pièces françaises seulement dont 163 canons lourds
Le célèbre canon de 75 m...
15
Dépôt de munitions d’obus à l’arrière
La voie ferrée vers Châlons
est sous le feu des Allemands.
La route et la voie ferrée de Saint-
Mihiel sont coupées.
La si...
Deux divisions sont en réserve (37e DI et 48e DI) + la 34e brigade,
le 20e CA est à Bar-le-Duc et le 1er CA est prêt à êtr...
Première phase : l’attaque frontale du 21 février 1916
Haumont
Bois de Ville Bois de WatrilleHerbebois
Ligne de front le 2...
L’attaque du Bois des Caures du 22 février
Le front au 22 soir
Le front au 21 février
19
Une tranchée du Bois des Caures
20
Le Bois des Caures
Endroit où
le lieutenant-colonel Driant,
est tué le 22 février 1916.
PC R2
21
La défense du PC R 2 dans le Bois des Caures
22
Le Lt-colonel Driant
et le Bois des Caures
23
La redoute R 2 servant de PC au Lt-Col. Driant en 2016
24
La ligne du front au 26 février 1916
37e DI
Ligne de front au 26 février au soir
153e DI
39e DI
378
Crête de Caurrières
Li...
26
Transport d’un blessé à la crête de
Froideterre
Le fort de Douaumont
27
« L’abandon de cet ouvrage équivaut à la perte d’une centaine de mille hommes »
Fantassins allemands sur un des talus de
c...
Vue aérienne du fort de Douaumont aujourd’hui
29
Passage de prisonniers devant le QG du général Pétain (à droite) de Souilly.
Arrivée du général Pétain
le 26 février 1916 ...
Colonel de Barescut
Le général Pétain dans son bureau
31
32
Le commandant de Rose et
l’appareil Nieuport BB, si rapide
(155 km/h) qu’il infligera des
pertes aux Allemands, les
oblige...
34
« Le triangle de feu de l’artillerie »
L’ultime position de repli à défendre à tout prix !
35
La Voie Sacrée
On doit transporter à l’aller :
● 2 000 tonnes de munitions, matériels
et vivres,
● 15 à 20 000 hommes/j...
La Voie Sacrée
Avant Verdun, à côté du « Meusien »
36
37
Les déplacements à pied, à côté de la Voie sacrée, sont également utilisés…
Les territoriaux
sur la Voie Sacrée
Dans une carrière
38
Tronçon en cours d’empierrement.
39
Les voies ferrées
françaises
● Nettancourt
● Sommeilles
● Dugny
La nouvelle voie ferrée
de 57 km, la 6 Bis
entre Nettancou...
Un Albatros allemand bombardant la voie ferrée
41
L’attaque sur les ailes au début de mars
42
Troupes au repos, à l’arrière…
43
30
Inspection du général Joffre le 10 mars :
« Depuis trois semaines, vous subissez le plus formidable
assaut que l’ennemi...
Avocourt avant sa destruction
et après...
L’épisode
d’Avocourt
45
46
La maison de Poincaré
transformée aujourd’hui
en Fondation Poincaré
Le réduit du Bois d’Avocourt
PC de la 57e brigade
47
Le réduit du Bois d’Avocourt en 2016
48
« 29 mars. 1 heure du matin. Debout ! J’ouvre les yeux et la terrible
réalitém’apparaît.Nousallonspartiràlamort,carnoussav...
50
… Une fusée rouge part des tranchées allemandes. Nous ont-ils aperçus ?
Nous attendons anxieusement. Pourtant, rien ne bou...
52
Le message
du général Pétain
du 9 avril 1916
53
Le général Nivelle
remplaçant le général Pétain,
le 30 avril 1916, secondé par
le général Mangin
54
Général Nivelle
Généra...
55
68 régiments
ou
bataillons
de chasseurs
en rive
gauche
151
régiments
ou
bataillons
de
chasseurs
en rive
droite
Mouvemen...
La situation en mai 1916
23 mai, reprise française
de la cote 304
56
Homme chargé de la soupe, abattu avant son retour…
57
58
La perte du fort de Vaux
commandé par le commandant Raynal
59
Extrait
du « Petit Journal
du 23 février 1919 »
Le commandant Raynal
et le chien « Quiqui »
60
61
62
63
64
65
Plaque en hommage
au pigeon Vaillant
posée en 1929
à droite de l’entrée du fort.
66
Poste de commandement du Cdt Raynal
(reconstitution)
67
La plaque en hommage au pigeon Vaillant
Le fort de Vaux en 2016 68
Attaques de juin et juillet 1916
69
Le bombardement
du fort de Souville
du 12 juillet 1916…
70
Le monument de la Chapelle Sainte-Fine
symbolisant l’extrême avance allemande
érigée par l’association
des « anciens de la...
l’extrême avance allemande en juillet 1916
Front au 21 février
8 km en cinq mois
Le front en juillet 1916
72
Verdun n’est ...
La pression sur le fort de Thiaumont
73
74
75
L’attaque française du 24 octobre
76
77
Photos juste avant
l’attaque
du 24 octobre
78
La reprise du fort de Vaux, le 2 novembre
79
A l’intérieur
du fort de Vaux,
après le 2 novembre.
Ci-dessous le couloir central.
« Auvergnats et Bretons
au
Ct Raynal »
...
Offensive du 15 décembre 1916
81
Section montant en ligne avec pelle-pioche pour des travaux
de terrassement et d’aménagement des défenses françaises. 82
Front désormais
à 5 km de
Souville
83
L’offensive
finale du 15
décembre
1916
Ravitaillement au fort de Souville
84
85
Le dégagement de la rive gauche du 20 août 1917
Ligne du front au 6 mars 1916
Ligne du front au 20 août 1917
378 377
pertes
61 289 tués
101 151
disparus
Français
Le bilan de la bataille de Verdun
216 337
blessés= +
Allemands
+
+=33...
87
88
La Bréole
Irénée Bosse - 157e RI - tombé à Avocourt le 29 3 1916
Joseph Michel - 157eRI - tombé à Brocourt en Argonne le 1...
Revel
Florimond Maurin - 157e RI de Fuveau , habitant Revel - tombé à Avocourt le
29 3 1916
Alphonse Maurel - 162e RI - to...
Barcelonnette
Ernest Gastinel - 339 RI - tué à Avocourt le 22 6 1915
Marcel Tron 158e RI - tué le 31 3 1916 à Damloup
Jean...
92
En guise de conclusion,
une analyse (personnelle) sur la conduite des opérations…
Les facteurs du succès français :
 O...
93
La relève montante à Bras-sur-Meuse
94
Le ravitaillement pour Verdun
Embarquement dans un train sanitaire
95
Le président Raymond Poincaré à Verdun
96
97
Tranchée après des tirs d’artillerie
au Bois Chapitre
98
Éxécution d’une sentence : photo évidemment censurée.
99
Blessé dans la boue
100
101
Le long de la voie de 0,60 cm entre Verdun et le fort de Souville…
Photo dite de « télédétection aérienne »
du fort de Douaumont en… 2013. 102
Toilette du matin
103
Le combattant recevait un sou pour un rat tué.
Ici, tableau de chasse en Argonne.
104
Cadavre au Bois d’Avocourt.
105
106
Corvée de soupe et de pinard aux Éparges
L’horreur de Verdun symbolisée
par cet amoncellement d’ossements…
107
108
109
110
L’ossuaire de Douaumont
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Diaporama sur la bataille de Verdun

2,008 views

Published on

Site réalisé par Hubert Tassel sur la bataille de Verdun présenté dans huit communes des Ales du Sud

Published in: Government & Nonprofit
  • Be the first to comment

Diaporama sur la bataille de Verdun

  1. 1. Amicale Ubayenne des Chasseurs Alpins 1 La bataille de Verdun (21 février 1916 - 15 décembre 1916) Fédération des Soldats de Montagne Schémas de Bernard Sarrailh et de Jehan Lande Présenté à Seyne le 4 mars 2016, à Barcelonnette le 29 mai, au Lauzet le 4 juillet, à Chorges, le 12 juillet, à Digne le 10 novembre, à Remollon le 10 novembre, à Veynes le 19 novembre et enfin à Jausiers le 21 novembre 2016.
  2. 2. Plan de l’exposé 1 : Présentation géographique de la région de Verdun. 2 : Un peu d’histoire… 3 : Pourquoi les Allemands veulent-ils attaquer Verdun ? 4 : Le déroulement de la bataille : l’attaque initiale du 21 au 25 février 1916 : Les préparatifs allemands et la situation au 21 février 1916, L’attaque du Bois des Caures, La chute du fort de Douaumont. Les combats sur les ailes, de mars à avril. La bataille d’usure de mai à août 1916. La perte du fort de Vaux et l’extrême avance allemande. Les retours offensifs et le dégagement de Verdun en octobre et décembre 1916. 5 : : Le bilan humain des deux nations. 6 : Le bilan au niveau des Basses-Alpes et de Jausiers. 7 : En conclusion… 2
  3. 3. 3 Organisation de l’infanterie française en 1916
  4. 4. 4 La géographie de Verdun et des alentours
  5. 5. Un peu d’histoire… Verdun est un évêché comme Metz et Toul, ville fortifiée par Vauban. Ville de partage en 843 Bataille de Verdun en 1792, une des premières de la Révolution. Verdun capitule, malgré une résistance héroïque en 1870, lors de la guerre franco-prussienne. 5 Les deux ceintures de fortifications
  6. 6. Le front de Verdun en 1914 et 1915 16e corps d’armée 6
  7. 7. Vue vers l’est à partir du point X en 2016. 7
  8. 8. ● Préparatifs ne pouvant être décelés. Von Falkehayn Pourquoi attaquer Verdun en 1916 ? Fin 1915, après les succès à l’est, les Allemands pensent pouvoir accentuer leur pression sur le front de l’ouest. ● Mener un combat d’usure et obtenir un ratio de pertes favorable. ● Verdun = symbole fort : perte morale française et suprématie allemande. ● Les forts hélas ont été désarmés. ● Défense française difficile car présence de la Meuse. ● Position stratégique importante pour les Allemands. Général Knobelsdorf 8
  9. 9. 9
  10. 10. 10 Une logistique allemande nettement favorable : ● 14 voies ferrées d’accès reliées soit à Briey, soit à Metz. ● Voies arrivant jusqu’à 500 m en arrière du front. ● Création d’abris et blockhaus bétonnés. Les « Stollen ». ● Eau sous canalisation, électricité présente, etc. Les préparatifs allemands
  11. 11. Les préparatifs allemands sur le terrain  Terrassement des batteries et des dépôts de munitions terminé fin décembre 1915.  Canons et munitions en place dès le 15 janvier 1916.  Arrivée discrète des troupes. Quatre corps d’armée prêtes au 10 janvier 1916. 11 Inspection du dispositif allemand en janvier 1916 par le général Falkenhayn et son état-major.
  12. 12. 1 225 pièces en place dont 542 obusiers lourds, une pièce tous les 150 m. 12 L’artillerie allemande Canon de 380 mm Canon de 77 mm Obusier austro-hongrois de 305 mm Mortier allemand de 420 mm
  13. 13. l’infanterie allemande 13 17 DI en première ligne et 7 DI en réserve
  14. 14. Plaquette Malandrin L‘artillerie française 300 pièces françaises seulement dont 163 canons lourds Le célèbre canon de 75 mm Le canon de 155 long 14
  15. 15. 15 Dépôt de munitions d’obus à l’arrière
  16. 16. La voie ferrée vers Châlons est sous le feu des Allemands. La route et la voie ferrée de Saint- Mihiel sont coupées. La situation initiale des voies d’accès françaises c’est seulement deux voies d’accès utilisables : la route de Verdun à Bar-le-Duc et le train « Le Meusien ». 16
  17. 17. Deux divisions sont en réserve (37e DI et 48e DI) + la 34e brigade, le 20e CA est à Bar-le-Duc et le 1er CA est prêt à être engagé. Les forces françaises au 20 février 1916 17
  18. 18. Première phase : l’attaque frontale du 21 février 1916 Haumont Bois de Ville Bois de WatrilleHerbebois Ligne de front le 21 février au matin Ligne de front au 21 février au soir 72e DI 51e DI Le 1er CA en attente à Epinal, rejoint Bar-le-Duc. 18
  19. 19. L’attaque du Bois des Caures du 22 février Le front au 22 soir Le front au 21 février 19
  20. 20. Une tranchée du Bois des Caures 20
  21. 21. Le Bois des Caures Endroit où le lieutenant-colonel Driant, est tué le 22 février 1916. PC R2 21
  22. 22. La défense du PC R 2 dans le Bois des Caures 22
  23. 23. Le Lt-colonel Driant et le Bois des Caures 23
  24. 24. La redoute R 2 servant de PC au Lt-Col. Driant en 2016 24
  25. 25. La ligne du front au 26 février 1916 37e DI Ligne de front au 26 février au soir 153e DI 39e DI 378 Crête de Caurrières Ligne du front du 21 février 25
  26. 26. 26 Transport d’un blessé à la crête de Froideterre
  27. 27. Le fort de Douaumont 27
  28. 28. « L’abandon de cet ouvrage équivaut à la perte d’une centaine de mille hommes » Fantassins allemands sur un des talus de contrescarpe du « Sargdeckel » ou couvercle de cercueil, surnom donné par les Allemands au fort de Douaumont. Capitaine Haupt et le lieutenant von Brandéis Le fort de Douaumont 28
  29. 29. Vue aérienne du fort de Douaumont aujourd’hui 29
  30. 30. Passage de prisonniers devant le QG du général Pétain (à droite) de Souilly. Arrivée du général Pétain le 26 février 1916 à Souilly 22
  31. 31. Colonel de Barescut Le général Pétain dans son bureau 31
  32. 32. 32
  33. 33. Le commandant de Rose et l’appareil Nieuport BB, si rapide (155 km/h) qu’il infligera des pertes aux Allemands, les obligeant à voler en escadrille. 33
  34. 34. 34 « Le triangle de feu de l’artillerie » L’ultime position de repli à défendre à tout prix !
  35. 35. 35 La Voie Sacrée On doit transporter à l’aller : ● 2 000 tonnes de munitions, matériels et vivres, ● 15 à 20 000 hommes/jour, ● avec 4 000 camions, soit 1 véhicule toutes les 14 secondes, et au retour : ● les blessés et les morts, si le Meusien ne peut les transporter ● les matériels usagés, déchets, etc… Six cantons disposant environ de 10 000 territoriaux pour entretenir (sur le champ !) la route. . Arrivée au Moulin brûlé, à 8 km de Verdun. Base d’armée de Regret
  36. 36. La Voie Sacrée Avant Verdun, à côté du « Meusien » 36
  37. 37. 37 Les déplacements à pied, à côté de la Voie sacrée, sont également utilisés…
  38. 38. Les territoriaux sur la Voie Sacrée Dans une carrière 38
  39. 39. Tronçon en cours d’empierrement. 39
  40. 40. Les voies ferrées françaises ● Nettancourt ● Sommeilles ● Dugny La nouvelle voie ferrée de 57 km, la 6 Bis entre Nettancourt et Dugny, sera construite en trois mois. Le Meusien 40
  41. 41. Un Albatros allemand bombardant la voie ferrée 41
  42. 42. L’attaque sur les ailes au début de mars 42
  43. 43. Troupes au repos, à l’arrière… 43
  44. 44. 30 Inspection du général Joffre le 10 mars : « Depuis trois semaines, vous subissez le plus formidable assaut que l’ennemi ait encore tenté contre nous. L’Allemagne escomptait le succès de cet effort qu’elle croyait irrésistible et auquel elle avait consacré ses meilleures troupes et sa plus puissante artillerie. Elle espérait que la prise de Verdun raffermirait le courage de ses alliés et convaincrait les pays neutres de la supériorité allemande. Elle avait compté sans nous. Le pays a les yeux fixés sur vous. Vous serez ceux dont on dira : ils ont barré la route de Verdun. »
  45. 45. Avocourt avant sa destruction et après... L’épisode d’Avocourt 45
  46. 46. 46 La maison de Poincaré transformée aujourd’hui en Fondation Poincaré
  47. 47. Le réduit du Bois d’Avocourt PC de la 57e brigade 47
  48. 48. Le réduit du Bois d’Avocourt en 2016 48
  49. 49. « 29 mars. 1 heure du matin. Debout ! J’ouvre les yeux et la terrible réalitém’apparaît.Nousallonspartiràlamort,carnoussavonsque lecombatseradur.Letempsestfroid,humide.Nousrajustonsnotre équipement, prenons nos munitions et sortons de notre hutte. Le bombardement a cessé.On fait 1'appel. Tout le monde est présent. Enroute!... … Obligés de sortir d'un boyau bouché par les explosions, on se heurte à des cadavres parfois enfouis jusqu'au ventre, troués par quelques obus ; d'autres cadavres plus anciens ont été tant de fois enterrésetdéterrésparleséclatements,qu'ondiraitdesvêtements videsdepoupéesdonttoutlesons'estrépandu… Enfin,nousarrivonsàlatranchéededépartcreuséeàcentmètresen avantdespremièreslignes.Ilest3heures.Nousnousinstallonsdans laboueetattendons. …Nousavonsfroid.Lemomentapproche.4h30.Lesignaldedépart vient d'être donné. Le jour pointe mais pas suffisamment pour Récit du photographe lyonnais Claude-Louis Corti du 157e RI 33
  50. 50. 50
  51. 51. … Une fusée rouge part des tranchées allemandes. Nous ont-ils aperçus ? Nous attendons anxieusement. Pourtant, rien ne bouge. Nous repartons et en courant, cette fois nous parvenons à la lisière du bois. Je suis à bout de souffle. En avant ! crie notre commandant et nous voilà partis. Mais les Boches nous ont vus, les coups de fusil commencent à claquer et bientôt un barrage serré tombe sur nos unités. Nous courrons sous une voûte de fer, parmi les écroulements,cernéspardestrombesdefeuetdeterre. Bondissant ensuite de trous d'obus en trous d'obus, Je suis bientôt forcer de m'arrêter;lesmitrailleusesbochestirentsurnous… …Encore3minutesetleurstranchéessontabordées.Lespremiersarrivants s’écroulentenavant,frappésàmort,maislesBochessontvitesubmergés. Des mitrailleurs résistent désespérément. Nous arrivons près d'eux, et un horriblecorpsàcorpss’engage.Lesfusilsnepeuventplusnousserviretc'està l'aidedenospellesbêchesquenousfrappons.Onentendunbruitdecasques défoncés et des hurlements de douleur. Je suis fou, je ne vois même plus le danger. Leurs mitrailleuses hors d'état sont jetées hors de la tranchée, et pendantquela2evaguepoussel'attaque,nousparcouronslatranchée. A8h,leréduitd’Avocourtétaitentrenosmainsetmalgréseptcontrattaques, 34
  52. 52. 52
  53. 53. Le message du général Pétain du 9 avril 1916 53
  54. 54. Le général Nivelle remplaçant le général Pétain, le 30 avril 1916, secondé par le général Mangin 54 Général Nivelle Général Mangin
  55. 55. 55 68 régiments ou bataillons de chasseurs en rive gauche 151 régiments ou bataillons de chasseurs en rive droite Mouvements des unités en mai et juin 1916
  56. 56. La situation en mai 1916 23 mai, reprise française de la cote 304 56
  57. 57. Homme chargé de la soupe, abattu avant son retour… 57
  58. 58. 58
  59. 59. La perte du fort de Vaux commandé par le commandant Raynal 59
  60. 60. Extrait du « Petit Journal du 23 février 1919 » Le commandant Raynal et le chien « Quiqui » 60
  61. 61. 61
  62. 62. 62
  63. 63. 63
  64. 64. 64
  65. 65. 65 Plaque en hommage au pigeon Vaillant posée en 1929 à droite de l’entrée du fort.
  66. 66. 66
  67. 67. Poste de commandement du Cdt Raynal (reconstitution) 67
  68. 68. La plaque en hommage au pigeon Vaillant Le fort de Vaux en 2016 68
  69. 69. Attaques de juin et juillet 1916 69
  70. 70. Le bombardement du fort de Souville du 12 juillet 1916… 70
  71. 71. Le monument de la Chapelle Sainte-Fine symbolisant l’extrême avance allemande érigée par l’association des « anciens de la 130e DI » 71
  72. 72. l’extrême avance allemande en juillet 1916 Front au 21 février 8 km en cinq mois Le front en juillet 1916 72 Verdun n’est qu’à 4 km de Souville…
  73. 73. La pression sur le fort de Thiaumont 73
  74. 74. 74
  75. 75. 75
  76. 76. L’attaque française du 24 octobre 76
  77. 77. 77
  78. 78. Photos juste avant l’attaque du 24 octobre 78
  79. 79. La reprise du fort de Vaux, le 2 novembre 79
  80. 80. A l’intérieur du fort de Vaux, après le 2 novembre. Ci-dessous le couloir central. « Auvergnats et Bretons au Ct Raynal » 80
  81. 81. Offensive du 15 décembre 1916 81
  82. 82. Section montant en ligne avec pelle-pioche pour des travaux de terrassement et d’aménagement des défenses françaises. 82
  83. 83. Front désormais à 5 km de Souville 83 L’offensive finale du 15 décembre 1916
  84. 84. Ravitaillement au fort de Souville 84
  85. 85. 85 Le dégagement de la rive gauche du 20 août 1917 Ligne du front au 6 mars 1916 Ligne du front au 20 août 1917
  86. 86. 378 377 pertes 61 289 tués 101 151 disparus Français Le bilan de la bataille de Verdun 216 337 blessés= + Allemands + +=337 000 pertes 147 000 tués ou disparus 190 000 blessés 86
  87. 87. 87
  88. 88. 88
  89. 89. La Bréole Irénée Bosse - 157e RI - tombé à Avocourt le 29 3 1916 Joseph Michel - 157eRI - tombé à Brocourt en Argonne le 10 4 1916 Victor Tourre - 30e RI - tombé dans la tranchée de Bourvaux le 16 7 1916 Camille Roche - 140 RI - tombé au Bois du Chenois à Damploup le 15 8 1916 Ubaye Edouard Derbez - 1er RMZT - tué à Esnes le 20 4 1916 Le Lauzet Ange Vanderbrughe - 19e RA - tué à la crête de Froideterre le 23 6 1916 Méolans Jean-Baptiste Tron - 157e RI - tué à Avocourt le 30 3 1916 Clément Gilly - 134e RI - tué à Douaumont le 26 5 1916 89 Le bilan dans les Basses-Alpes et en Ubaye 22 000 Bas-Alpins sont mobilisés 4 422 noms de poilus sont gravés sur les monuments aux morts dont 771 à Verdun. En Ubaye, sur 506 Ubayens « morts pour la France », 32 tombent à Verdun.
  90. 90. Revel Florimond Maurin - 157e RI de Fuveau , habitant Revel - tombé à Avocourt le 29 3 1916 Alphonse Maurel - 162e RI - tombé au Mort-Homme le 20 5 1916 Les Thuiles Jacques Gilly - 201e RI - tué crête de Froideterre le 1 3 1916 Joseph Tron - 157e RI - tombé à Avocourt le 29 3 1916 Joseph Chabrand - 75e RI des Thuiles - tombé à Verdun le 11 4 1916 Uvernet Jacques Proal - 350e RI - tué devant Verdun le 29 5 1916 Saint-Pons Alfred Barles - 140e RI - tombé au fort de Vaux le 18 8 1916 Louis Ferdinand Olivier - 359e RI - tué le 25 6 1916, côte 321 à Verdun Antoine Armieux - 63e BCP - tué à la redoute de Damloup le 25 6 1916 Léon Couttololenc - 359e RI - tué à la redoute de Damloup le 27 6 1916 90
  91. 91. Barcelonnette Ernest Gastinel - 339 RI - tué à Avocourt le 22 6 1915 Marcel Tron 158e RI - tué le 31 3 1916 à Damloup Jean-Paul Chauvet - 163e RI - tombé à Avocourt le 8 4 1916 Antoine Albrand - 9e RZ - tué à Avocourt le 7 5 1916 Emile Faudon -14e RI - tué près de Verdun le 11 7 1916 Joseph Allemand - 201e RI tué à Douaumont le 9 3 1916 Faucon Marcel Manuel - RT marocain - tué à Louvemont le 15 12 1916 Jausiers Désiré Lions du 114e RAL - tué dans le ravin de la Vauche le 21 février 1916 Théophile Michel du 157e RI - tué à Avocourt le 29 mars 1916 Gustave Remazeille du 157e RI - tué à Avocourt le 29 mars 1916 Jean-Baptiste Spitalier du 140e RI - tué à Eix le 6 juin 1916 Saint-Paul Marcel Caire - 157e RI - tué à Avocourt le 30 3 1916 Hilarion Spitalier - 75e RI- prés de Fleury le 4 6 1916 Larche Antoine Chaix - 358e RI - tué à Verdun le 10 7 1916 91
  92. 92. 92 En guise de conclusion, une analyse (personnelle) sur la conduite des opérations… Les facteurs du succès français :  Organisation excellente du commandement,  Qualité des chefs et de la troupe,  Aménagement parfait de la logistique,  Suprématie de la nouvelle aviation puis de l’artillerie,  L’emploi de la « Noria » des effectifs,  L’évolution des unités et de l’armement. Les raisons de l’échec allemand :  Différence de conception de l’opération entre les chefs allemands,  Mauvaise organisation du commandement allemand,  Épuisement des hommes sur le terrain,  Motivation incertaine du soldat allemand.
  93. 93. 93 La relève montante à Bras-sur-Meuse
  94. 94. 94 Le ravitaillement pour Verdun
  95. 95. Embarquement dans un train sanitaire 95
  96. 96. Le président Raymond Poincaré à Verdun 96
  97. 97. 97 Tranchée après des tirs d’artillerie au Bois Chapitre
  98. 98. 98
  99. 99. Éxécution d’une sentence : photo évidemment censurée. 99
  100. 100. Blessé dans la boue 100
  101. 101. 101 Le long de la voie de 0,60 cm entre Verdun et le fort de Souville…
  102. 102. Photo dite de « télédétection aérienne » du fort de Douaumont en… 2013. 102
  103. 103. Toilette du matin 103
  104. 104. Le combattant recevait un sou pour un rat tué. Ici, tableau de chasse en Argonne. 104
  105. 105. Cadavre au Bois d’Avocourt. 105
  106. 106. 106 Corvée de soupe et de pinard aux Éparges
  107. 107. L’horreur de Verdun symbolisée par cet amoncellement d’ossements… 107
  108. 108. 108
  109. 109. 109
  110. 110. 110 L’ossuaire de Douaumont

×