Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Diaporama du 17 aout pour web

29 views

Published on

Il s'agit d'un diaporama présenté au public le samedi 17 août 2019 à la salle polyvalente de Barcelonnette sur l'histoire de la présence militaire en Ubaye de 18888 à 2009.

Published in: Government & Nonprofit
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Diaporama du 17 aout pour web

  1. 1. Amicale Ubayenne des Chasseurs Alpins Cartes postales et photos anciennes de la présence militaire en Ubaye de 1888 à 2009 Avec l’aimable participation de Jean-François Delenat (site Ubaye-en-cartes) et des Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence. Photos d’Alex André, de Bertrand Hubert, Jean-Pierre Chevalier, Gérard Brochier, Joël Igau, Thierry Noyez, Bernard Sarrailh et Hubert Tassel.  1
  2. 2. Si de nombreuses unités militaires ont été présentes ou étaient de passage en Ubaye, en plus des artilleurs du 11e RAP (régiment d’artillerie de position de Grenoble), ce sont quatre corps de troupe qui, successivement y tiendront garnison.  le 157e régiment d’infanterie de 1888 à 1914,  Le 15e bataillon de chasseurs alpins (BCA) de 1922 à 1939,  le 11e BCA de 1948 à 1990,  Le Centre d’instruction et d’entraînement du combat en montagne (CIECM) de 1990 à 2009.  2
  3. 3. Carte de l’Ubaye et implantation des fortifications vers 1900  3
  4. 4. Le 157e RI de 1888 à 1914  4
  5. 5. Le 157e RI Créé en 1888, il fait partie des 18 régiments régionaux dont 4 gardent les Alpes.  Il partage d’abord les garnisons de Lyon (Fort Saint-Jean) et de l’Ubaye. Chaque bataillon fait le trajet de Lyon en Ubaye, en été en trois semaines en passant par les Alpes.  Il est à trois bataillons.  Il inaugure le quartier Haxo de Barcelonnette en novembre 1913, en quittant Lyon et en s’installant également à la caserne Reynier de Gap.  En 1914, il se compose de 4 bataillons, soit un effectif de 4 441 hommes dont 73 officiers, 264 sous-officiers et 4104 hommes avec 117 chevaux et 232 mulets.  C’était l’un des 7 régiments les plus puissants de France.  En Ubaye, sa mission est la défense de la frontière franco- 5
  6. 6. À Lyon  6
  7. 7. Au fort de Tournoux 
  8. 8. 8
  9. 9. 9
  10. 10.
  11. 11.  11 Avec les artilleurs du 11e RAP (régiment d’artillerie de position) de Grenoble
  12. 12. 12 Le jardin des officiers au niveau du fort moyen.
  13. 13. 13
  14. 14.  14
  15. 15.
  16. 16. 16
  17. 17. 17
  18. 18.  18 Le 157e RI à Jausiers
  19. 19. Les officiers de l’état-major du 157e RI à l’entrée du fort moyen de Tournoux 19
  20. 20.
  21. 21. À la batterie des Caurres 
  22. 22.  La batterie des Caurres était armée de canons de 95 et de 120 mm du colonel Debange, Polytechnicien, directeur de l’atelier de précision au dépôt central de Paris, inventeur du système d’obturation de la culasse
  23. 23. En 1898 23
  24. 24. Et actuellement… vue du bâtiment des Troupes en 2016 24
  25. 25. La batterie de Vallon Claous  25
  26. 26. 26
  27. 27. La batterie de Viraysse 27 Les baraquements de Viraysse en été
  28. 28.
  29. 29. 29 Canons de 95 mm de calibre à Viraysse
  30. 30. 30
  31. 31. Au verso de la carte postale, voici ce qu’a écrit un Alpin sur la démolition d’un des bâtiments de Viraysse par une avalanche durant l’hiver de 1910-1911.  31 Et pratiquement en face, le fort de Roche- la-Croix
  32. 32.
  33. 33. 33
  34. 34. L’avalanche au col de la Pare du 22 février 1904 21 hommes sont dans la pente, 17 sont pris par l’avalanche. Bilan : 6 morts et 11 blessés.  34
  35. 35.  35
  36. 36.  36
  37. 37. La piste militaire reliant Jausiers à Restefond, déblayé par les Alpins du 157e et sans cette annotation, difficile de savoir où se situe cette route stratégique.  37
  38. 38. À Jausiers 38
  39. 39. 39
  40. 40. 40
  41. 41. 41
  42. 42. 42
  43. 43. 43
  44. 44.  Officiers de l’état-major du 157e RI à la batterie de Cuguret.
  45. 45. 45
  46. 46. Prise d’armes à Barcelonnette, place du Gravier. 46
  47. 47. Prise d’armes à Maljasset. 4
  48. 48. 48 Retour d’un bataillon vers Lyon, en juillet 1900
  49. 49. 49 Déplacement du régiment dans le vallon de Mary à l’occasion d’une inspection du général, commandant la région militaire de Lyon
  50. 50. 50 Kiki Garde à vous
  51. 51.
  52. 52. Implantation des campements de toile en Ubaye 52
  53. 53.
  54. 54. 54
  55. 55. Route allant à La Bonette Photo prise en 2015Roche r 55
  56. 56. 56
  57. 57. 57
  58. 58. 58
  59. 59. 59
  60. 60. 60
  61. 61. 61
  62. 62. 62
  63. 63.  63
  64. 64. 64 « L’Excelsior Hôtel » des officiers !
  65. 65. Le 157e RI inaugure la nouvelle caserne de Barcelonnette , le 8 septembre 1913 
  66. 66. 66
  67. 67. 67
  68. 68. 68
  69. 69. Transport d’un canon passant à La Condamine par un camion réquisitionné des messageries de Barcelonnette 69Cliché J. Lèbre
  70. 70. 13 août 1914, le 157e RI quitte la vallée pour le front d’Alsace et ne reviendra plus en Ubaye. 70
  71. 71. Le 13 août 2018, soit 104 années après, au pied du fort de Tournoux, à l’esplanade Pellegrin l’Amicale Ubayenne des Chasseurs Alpins, inaugure en présence de la présidente de la CCVUSP et du président des anciens combattants de l’Ubaye une stèle en hommage à la présence du 157e RI. 71
  72. 72. De ce fort de Tournoux où il a séjourné depuis 1888, puis de Jausiers et de Barcelonnette, le 157e régiment d’infanterie a quitté la vallée de l’Ubaye le 13 août 1914, à destination du front de l’Alsace. Dissous en décembre 1919, le régiment n’est jamais revenu en Ubaye. Durant la Grande Guerre, 132 Ubayens sont « morts pour la France » au sein du 157e RI . 72
  73. 73. Le drapeau du 157e RI, prêté par le musée des Invalides, est présent à la cérémonie du 11 novembre 2014, à l’occasion de la célébration du Centenaire de la Grande Guerre. 73
  74. 74. Durant la Grande Guerre  Le 357e RI de réserve arrive le 6 août en Ubaye et part pour le front le 15 septembre 1914.  Le 3e bataillon territorial de chasseurs alpins arrive le 8 août et quitte la vallée le 7 novembre.  Le 111e régiment d’infanterie territoriale, venant de Montélimar arrive le 8 et 9 août et peu à peu va occuper les cantonnements laissés libres à Larche, Meyronnes, la Condamine, Tournoux, Viraysse et il part au front le 27 septembre 1914.  Le 112e régiment d’infanterie territoriale arrive en Ubaye le 6 août mais reste à Saint-Vincent-les-forts. Lui aussi part pour le front le 6 octobre.  La compagnie 14/15 du génie quitte à son tour l’Ubaye le 19 octobre.  Deux hôpitaux sont créés temporairement en Ubaye. Celui de la Condamine continue à fonctionner jusqu’au 25 novembre 1914. Un hôpital est créé à Barcelonnette le 12 août et est fermé le 25 novembre 1914. Le troisième hôpital est installé au groupe scolaire de Jausiers le 11 août et lui aussi est fermé le 25 novembre 1914.  Dans les forts, les batteries du 12e régiment d’artillerie à pied sont relevées par des batteries territoriales formées par les mêmes régiments qui sont ensuite dirigées sur la frontière du Nord-Est, le 15 novembre 1914.  Courant 1915, on désarma les forts. Les pièces d’artillerie, les munitions, les vivres furent descendus à Chorges et rejoignent le front par les soins du parc d’artillerie de Briançon et l’intendance de Gap.  74
  75. 75. À Barcelonnette et à Jausiers, des prisonniers allemands sont présents sous la responsabilité des dépôts du 157e RI à Barcelonnette, et du 52e RI à Jausiers entre octobre 1914 et novembre 1916. En 1916 et en 1917, un bataillon universitaire serbe occupe la caserne de Jausiers. 75
  76. 76. Le 15e BCA (bataillon de chasseurs alpins) présent en Ubaye de 1922 à 1939. 76
  77. 77. La caserne du 15e BCP avant 1914 à Remiremont (Vosges). 77
  78. 78. Le 15e BCA Il vient de Remiremont où il était bataillon de chasseurs à pied avant la Grande Guerre.  Il est constitué de 4 compagnies.  Il fit partie des douze bataillons alpins entre les deux guerres  Sa mission est de compléter le dispositif de protection de la frontière organisé par la ligne Maginot des Alpes et, après 1935, il est en appui des bataillons alpins de forteresse (73e et 83e BAF).  Il quitte la vallée en octobre 1939 pour la région de Bitche, combat à Soissons en juin 1939, se replie vers la Creuse et est dissous fin juin 1940.  78
  79. 79. 79
  80. 80. 80 Les fanions des quatre compagnies entourant le fanion du bataillon au centre.
  81. 81.  81
  82. 82.
  83. 83. 83 Sous-lieutenants du 15e BCA et leur chef de corps.
  84. 84. En 1928, participation du 15e BCA au Corso fleuri 84
  85. 85. 85 «Allusionauchemindeferprévupourrejoindre Barcelonnette».
  86. 86. 86 Moment de détente d’officiers d’une compagnie chez l’habitant.
  87. 87. 87 Instruction des cadres en présence d’un char Renault F 17, fabriqué durant la Grande Guerre (3 700 chars).
  88. 88. 88 Une compagnie et ses quatre officiers, compagnie désormais équipée de piolets et elle dispose de quatre mitrailleuse.
  89. 89. 89
  90. 90.  90 La Sidi Brahim, bataille du 23 au 26 septembre 1845 en Algérie, la fête de tous les chasseurs
  91. 91. 91 Devant les bâtiments Pellegrin à Tournoux, cadres d’une compagnie, les canons sont des canons allemands, de 77 mm.
  92. 92. Instruction au pont de Gaudeissart au sud de Barcelonnette 92
  93. 93. Le Tour de France passe dans la rue Manuel en juillet 1935. 93
  94. 94. Exercice d’évacuation d’un blessé. 94
  95. 95. À Larche. 95
  96. 96. Exercice de combat à la Condamine, prés du pont sur l’Ubaye. 96
  97. 97. 97
  98. 98. Pose de raquettes sur un mulet… 98
  99. 99. Au col de Larche, en 1938. À gauche, le colonel Cusenier, commandant le 15e BCA. Le mulet est muni de raquettes.  99
  100. 100. Gymnastique sur le stade 100
  101. 101. 101
  102. 102. La section de mulets avec des tirailleurs tunisiens comme muletiers au service militaire de trois ans, ayant suffisamment de temps de service, une fois formés, pour s’occuper des mulets. Ils portent des chéchias (couvre-chef masculin national de la Tunisie). Mais les cadres français portent, bien sûr, la tarte.  102
  103. 103. Inauguration de la stèle en hommage au général Jacquemot, tué par la foudre, le 4 septembre 1935, alors qu’il suivait des manœuvres dans la région du camp des Fourches. 103
  104. 104. 104 Extrait du journal de marche du bataillon.
  105. 105. La stèle du général Jacquemot située après le col de la Bonette, vers le camp des Fourches 105
  106. 106. En 1936, le quartier Haxo est appelé quartier général Jacquemot que le 11e BCA va changer en quartier Craplet en 1976. 106
  107. 107. Eté 1938, le 15e BCA, au retour de manœuvres, avec 1000 chasseurs, creuse une tranchée, de 2 m de fond et d’un km de long afin d’installer un câble téléphonique au fort de Pelousette. À cette occasion, ils se sont baptisés : « 15e Bataillon de Cantonniers Ambulants ».  107
  108. 108. Photo prise en 1938. Sur le sommet à droite l’insigne du 15e BCA 108
  109. 109. 6 juillet 2016, rénovation de l’insigne du 15e BCA 109
  110. 110. 110
  111. 111. En 1939, l’état-major de la 157e demi-brigade d’infanterie alpine, commandant le secteur de l’Ubaye, autour du colonel Dessaux, ancien chef de corps du 15e BCA. 111
  112. 112. Unités présentes en 1939, jusque fin juin 1940.  112
  113. 113. Le 11e BCA arrive en 1948, en provenance d’Autriche. 113
  114. 114. Le 11e BCA Avant la seconde guerre mondiale, il était en garnison à Gap. Créé dès 1854, devient alpin en 1888  Durant la guerre d’Algérie, il est transformé en compagnie d’instruction et forme les recrues à destination de la région militaire de Marseille.  En 1969, il redevient bataillon de chasseurs alpins et avec le 22e BCA de Nice, il forme la 7e demi-brigade alpine.  Il est constitué de trois compagnies, d’une compagnie de reconnaissance et d’appui et d’une compagnie d’instruction.  Sa mission est de protéger le plateau d’Albion mais il est également une unité de la FAR (Force d’action rapide) où il est appelé à rejoindre l’est de la France. 114
  115. 115. Visite du général Craplet, inspecteur de l’infanterie dans les années 1960 115
  116. 116. Le fanion du 11e BCA après 1975, le quartier Jacquemot prend l’appellation de quartier Craplet.  116
  117. 117. 117
  118. 118. Le 11e BCA participe aux opérations de sauvetage du Paris-Saïgon le 1er septembre 1953.  118 Et une croix a été inaugurée le 1er septembre 1954 sous le Cimet à 3020 m d’altitude.
  119. 119. 119
  120. 120. Défilé rue Manuel, à l’occasion d’un changement de chef de corps en 1953 120
  121. 121. 3 février 1954, au Sauze, cérémonie de remise de récompenses aux sauveteurs du bataillon 121
  122. 122. La tenue des chasseurs vers 1960 avec les brelages en cuir. 122
  123. 123. 123 Montée au Chapeau de Gendarme en juin 1965 de la compagnie de commandement et des services, commandée par le capitaine Reynaud
  124. 124. Au départ de la Savonnette au Sauze, tenue de ski dans les années 1960. 124
  125. 125. En 1975, il n’y a plus de mulets dans les bataillons de chasseurs alpins 125
  126. 126. 126
  127. 127. La visite du maréchal Montgomery au 11e BCA (années 1960). Il a été nommé : « caporal d ’honneur » du 11e BCA. 127
  128. 128. Aubade de la fanfare du bataillon, place Manuel. 128
  129. 129. 2019 14 juillet 1970, défilé sur les Champs Elysées, Le chef de corps étant le lieutenant-colonel Jacquenot 129
  130. 130. Départ d’une section pour une marche en montagne à partir du quartier Breissand de Jausiers 130
  131. 131. La section antichars, au camp de Canjuers en juillet 1969 : tir au canon de 75 mm. 131
  132. 132. La section antichars en raquettes dans le vallon du Crachet en février 1970. 132
  133. 133. Au retour d’une marche en montagne à l’été de 1972, le soldat Alex André, perd son lance- roquettes anti-chars en traversant à gué l’Ubaye en aval des Sanières. Grosse frayeur : il faut absolument le retrouver ! 133
  134. 134. V Euréka ! Le LRAC a été retrouvé. 134
  135. 135. Tir au champ de tir de Chanenc au-dessus de Jausiers, dans les années 1960 135
  136. 136. Bivouac sous tentes Himalaya dans les années 1960 136
  137. 137. Bivouac sous tente dans les années 1960, chaque chasseur transporte une demi-tente 137
  138. 138. Halte dans un hameau, les sacs sont dit « Bergame » 138
  139. 139. « Pompes » dans la cour du quartier Breissand à Jausiers dans les années 1960 139
  140. 140. Tir dans la neige en 1976, du côté de l’Aupillon 140
  141. 141. 141 Participation du bataillon au balisage du GR 5, (long de 2 500 km de Rotterdam à Nice en passant par les Vosges et les Alpes).
  142. 142. Descente de la Tour Cardinalis à l’occasion d’un 14 juillet 142
  143. 143. Défilé à Gap le 11 novembre 1978 143
  144. 144. Entraînement au parcours du combattant 144
  145. 145. Entraînement au « close-combat » 145
  146. 146. Démonstration d’un combat de rues au Lauzet. 146
  147. 147. Tout le village est présent… 147
  148. 148. Au cours de cet exercice de combat de rues, démonstration d’évacuation d’un blessé 148
  149. 149. Après cette démonstration, défilé des troupes au Lauzet 149
  150. 150. En 1983, une section du 11e BCA est envoyée au Liban et participe à la force de la FINUL (Force Intérimaire des Nations Unies au Liban). 150
  151. 151. Véhicules du 11e BCA de la FINUL débarquant au Liban. 151
  152. 152. Le capitaine Bernard Sarrailh du 11e BCA au Liban. 152
  153. 153. Prise d’armes à la Sapinière en 1989 153
  154. 154. Manifestation contre la dissolution du 11e BCA au printemps 1989 154
  155. 155. 155
  156. 156. Le CIECM est créé en 1990 156
  157. 157. LE CIECM  Le CIECM se compose de 20 officiers, 60 sous-officiers, de 40 engagés volontaires et de 30 civils.  la Direction générale de la formation dispose de trois stages (Bleu, Carmin et Jonquille) comprenant chacun 1 officier et 5 sous-officiers spécialistes montagne.  En outre, cette direction comprend une SES (section d’éclaireurs-skieurs à 4 sous- officiers et 15 spécialistes) en appui des stages. Mission du CIECM Instruire les appelés de la Circonscription militaire de défense de Marseille, jusqu’en 2001, mission exécutée par une compagnie d’instruction.  Participer à l’instruction collective des unités de l’armée de terre dans les domaines particuliers :  De l’aguerrissement en milieux montagneux,  De la formation physique et psychologique des chefs en situation de fatigue et de stress,  De la formation tactique des unités spécialisées,  De la formation des unités préparant un engagement.  Instruire, encadrer, soutenir des équipes de spécialistes ayant à servir leurs matériels ou à intervenir en milieux montagneux (27° BIM, COS).  Organiser des stages de formation militaire initiale pour l’école polytechnique.  Participer à l’instruction collective des autres armées (armée de l’air, gendarmerie, marine) et des armées étrangères.  157
  158. 158. Insigne du combat en montagne attribué jusqu’en 2000 Insigne étoile bleue du 24e BCA Insigne d’étoile d’éclaireur Fanion du CIECM/24e BCA 158
  159. 159. Les lieutenants du CIECM/24e BCA en 1996  159
  160. 160. Quelques scènes de vie et d’instruction militaires au CIECM. 160
  161. 161. 161
  162. 162. 162
  163. 163. Atterrissage d’une Gazelle 163
  164. 164. 164 Le Tigre au-dessus de la caserne de Restefond, au cours d’essais de tir en montagne
  165. 165. 165 Un Puma posé à Restefond, à côté des anciennes écuries à Restefond.
  166. 166. 166
  167. 167. 167 Progression d’un détachement de légionnaires
  168. 168. À l’ouvrage Maginot de Restefond 168
  169. 169. 169 Débriefing prés de la Bonette
  170. 170. 170
  171. 171. 171
  172. 172. 172
  173. 173. 15 décembre 2004 au fort de Viraysse, remise d’insignes de bronze d’aguerrissement en montagne à des tirailleurs du 1er régiment de tirailleurs d’Epinal. Ils sont munis de leurs calots de tradition. 173
  174. 174. Remise des galons de sous-lieutenant aux Polytechniciens en 2007, à Tête Dure  174
  175. 175. 175
  176. 176. Séance de tir du 13e BCA, en décembre 2005 176
  177. 177. 177 Exercice de tir à Restefond, juste sous la route de la Bonette
  178. 178. Déplacement avec l’unité de transport (UT 2000) en deux parties, utilisé comme clé de portage ou comme traineau d’évacuation d’un blessé.. 178
  179. 179. 179
  180. 180. Mars 2005 avec le 57e RA, utilisation du missile anti- aérien Mistral 180
  181. 181. 181
  182. 182. 182
  183. 183. 183
  184. 184. 184 Tractage de skieurs par un VAC (véhicule articulé chenillé)
  185. 185. 186185 Le même véhicule, avec sa seconde partie, pouvant transporter des troupes ou du matériel.
  186. 186. En décembre 2005, déplacement tactique 186
  187. 187. 187
  188. 188. 188
  189. 189. 189
  190. 190. 190
  191. 191. Instruction des Tadjiks en 2002, l’adjudant Campana, instructeur, est en pull over bleu. 191
  192. 192. Les cadres du CIECM et le drapeau des Chasseurs à la Tête de Siguret  192
  193. 193. Dédicace du général Bigeard à la section d’éclaireurs-skieurs du CIECM, à l’occasion d’une visite à Barcelonnette. 193
  194. 194. Inauguration de la stèle du général Craplet, à l’entrée du quartier. 194
  195. 195. Prise d’armes avec l’Ecole militaire Interarmes, place de la mairie. 195
  196. 196. 196
  197. 197. Illumination à partir du Chapeau de Gendarme en 2007 
  198. 198. Sortie dite « cohésion » des cadres du CIECM et de l’Amicale Ubayenne des Chasseurs Alpins en 2007 comportant la visite complète du fort de Tournoux 198
  199. 199. 199 Le père Noël arrive en traineau, tiré par des chiens
  200. 200. 200
  201. 201. Avec des membres de l’Amicale Ubayenne des Chasseurs Alpins, lors de la commémoration de Solférino, le 19 juin 2004, Honoré Bonnet était présent. Le bataillon participe à la bataille de Solférino le 24 juin 1859, lors de laquelle il prend un drapeau à l'ennemi ; il201
  202. 202. A l’assaut de la Tour Eiffel 202
  203. 203. 18 juin 2009, dernière cérémonie des couleurs au quartier Craplet 203
  204. 204. 204 Les couleurs descendues pour la dernière fois, passent devant les membres de notre amicale.
  205. 205. Les cadres du CIECM vident le quartier et font le tri du matériel. Un bon nombre d’entre eux sera détruit... 205
  206. 206. Depuis juin 2009, l’Armée de Terre n’est plus présente à Barcelonnette… mettant ainsi fin à 121 années de présence militaire en Ubaye. 
  207. 207.  Insigne du 157e RI gravé au fortin de Restefond
  208. 208.  Au bas de la porte d’entrée du fort de Pelousette
  209. 209. 208 Gravure du 157e RI sur l’ancienne piste de Restefond 
  210. 210.
  211. 211.
  212. 212.
  213. 213.  213
  214. 214. Plaque en hommage au sergent Tarris, décédé dans une avalanche sous le chapeau, de Gendarme en 1935  214
  215. 215.
  216. 216.  Au camp Des Fourches
  217. 217.  217
  218. 218.  218
  219. 219.  219 À Larche, au point d’appui 1893 de la ligne des avant-postes de juin 1940, le mât des couleurs du quartier Craplet, trône désormais et chaque été, les couleurs italiennes, françaises et européennes dominent allègrement notre vallée… Merci pour votre attention !

×