Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
The Filter Bubble: What the Internet is hiding from you
Eli Pariser
New York: Penguin Press, 2012
Auteur et contexte de l’...
Les idées de l’auteur :
1) Fin de l’utopie d’Internet
Aux débuts d’Internet, dans l’esprit d’Eli Pariser et de nombreux pa...
proposés pour ce même mot. L’un d’eux a obtenu une liste de sites de voyages tandis que
l’autre s’est vu afficher une séri...
La filtration de l’information nous fait tendre vers une pensée unique. C’est un véritable
cercle vicieux car plus nous cl...
Pour ce qui est de l’État et des organismes de régulations, nous pouvons avant tout espérer
une meilleure application des ...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

The filter bubble what the internet is hiding from you d'Eli Pariser - Recension de Pauline Vautrot - M2 MOI

291 views

Published on

Découvrez l'une des meilleures recensions du Master 2 Marketing Opérationnel International : The filter bubble what the internet is hiding from you, rédigé par Pauline Vautrot

Published in: Marketing
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

The filter bubble what the internet is hiding from you d'Eli Pariser - Recension de Pauline Vautrot - M2 MOI

  1. 1. The Filter Bubble: What the Internet is hiding from you Eli Pariser New York: Penguin Press, 2012 Auteur et contexte de l’œuvre: Eli Pariser, né le 17 décembre 1980 aux États-Unis, est un militant d’Internet. Il est le cofondateur de l’organisation de cyber militantisme Avaaz.org, et l’ancien directeur exécutif de l’association MoveOn. Aujourd’hui, sur Internet, les géants comme Google, Facebook ou encore Amazon s’efforcent d’offrir à leurs utilisateurs un contenu de plus en plus personnalisé. Pour ce faire, ces compagnies collectent et analysent les données de navigation de l’internaute, afin d’alimenter son « profil » qui servira de base pour choisir les contenus qui lui seront présentés. L’objectif est d’offrir des résultats de recherche pertinents et d’orienter l’internaute souvent confronté à un phénomène de surcharge informationnelle. Nous retrouvons cette pratique sur les moteurs de recherche, les sites de vente en ligne, mais aussi sur les réseaux sociaux et les sites d’informations. Après avoir été très enthousiaste aux débuts d’Internet, l’auteur Eli Pariser s’inquiète désormais des conséquences de cette personnalisation toujours plus poussée. C’est dans ce contexte qu’il publie son livre "The Filter Bubble: What the Internet Is Hiding from You". Il y expose sa théorie de la bulle de filtre et de l'enfermement algorithmique. Nous allons voir dans cette recension, comment, selon lui, la personnalisation d’Internet n’influence pas seulement notre façon de consommer mais aussi notre façon de penser.
  2. 2. Les idées de l’auteur : 1) Fin de l’utopie d’Internet Aux débuts d’Internet, dans l’esprit d’Eli Pariser et de nombreux partisans du Web, nous assistions à une fabuleuse révolution dans l’accès et le partage d’informations. La liberté semblait décuplée par cette démocratisation du savoir et la possibilité pour le monde entier de rentrer en contact. À première vue Internet offrait une infinité d’alternatives de découvertes et d’actions qui ne seraient plus soumises à une autorité politique ou commerciale. Mais cela était sans compter sur la suprématie des géants du web et l’arrivée du tracking des données de navigation. En effet, l’auteur dénonce deux phénomènes : d’une part la centralisation des flux de l’information à travers des plateformes incontournables telles que Google et Facebook, et d’autre part la volonté de leur part de fournir un contenu personnalisé. Il y voit un regrettable « gâchis ». Le monde aurait pu s’ouvrir et mettre en contact des gens aux idées et aux horizons différents et c’est finalement l’inverse qui est en train de se produire. Il dénonce également les intérêts commerciaux sous-jacents et s’inquiète de la naïveté des internautes. D’après lui, l’illusion de gratuité qui règne sur le net n’est qu’une manipulation commerciale. Pour appuyer cette idée il cite Andrew Lewis : « Si vous ne payez pas pour quelque chose c’est que vous êtes le produit ». 2) La bulle de filtre Depuis 2009, Google a lancé la « recherche personnalisée pour tous ». Cela signifie que les résultats fournis par le moteur de recherche sont adaptés à chaque utilisateur, en fonction de ce que le système « pense » de lui. Il n’y a plus de Google « standard » qui présente des résultats de recherche objectifs et universels. Google se base sur un minimum de 57 indicateurs (localisation, marque de l’ordinateur utilisé, navigateur, historique…) pour ajuster les résultats de recherche à chaque profil utilisateur. L’auteur donne l’exemple des résultats de recherche pour la saisie du mot « Égypte ». Il a demandé à deux amis de lui envoyer une capture d’écran des résultats qui leurs étaient
  3. 3. proposés pour ce même mot. L’un d’eux a obtenu une liste de sites de voyages tandis que l’autre s’est vu afficher une série d’articles sur les manifestations en Égypte. Mais ce qui est vrai sur Google l’est aussi sur la plupart des grands sites internet. Chaque internaute évolue donc dans une « version » du Web spécialement adaptée à son profil. Eli Pariser parle de « bulle de filtre » pour illustrer l’isolement entrainé par la personnalisation des contenus affichés sur Internet pour chaque individu. Ces systèmes, à partir de données récoltées sur l’utilisateur, vont lui présenter seulement ce qu’ils estiment pertinent en occultant le reste. Chaque internaute est comme confiné dans une bulle ou il n’a accès qu’à une petite partie de l’information, le reste étant filtré par des algorithmes. 3) Politique et culture Dans ce livre, il apparait rapidement que la principale préoccupation de l’auteur réside dans les conséquences politiques et culturelles de la filtration des contenus. En effet, il consacre un chapitre entier à la politique dans lequel il nous met en garde contre les effets pervers de cette bulle de filtre. Sur Facebook, l’auteur a remarqué que les publications de ses amis conservateurs avaient disparues de son fil d’actualité. L’algorithme considère que ce ne sont pas des informations susceptibles de l’intéresser puisqu’il est reconnu comme un libéral. Or, celui-ci avait intentionnellement gardé des contacts conservateurs pour pouvoir suivre leurs arguments. Cette personnalisation, en nous confinant dans nos propres idées, ne permet plus les débats et les désaccords, ce qui va à l’encontre de la démocratie. Pour la préserver il est nécessaire que les citoyens soient capables de voir au-delà de leurs propres intérêts. Il décrit le cercle vicieux qui conduit les internautes à s’enfermer dans leurs propres croyances du fait de l’absence d’informations contradictoires. Plus grave encore, Eli Pariser dénonce le fonctionnement des sites de presse en ligne. D’après lui, nous sommes passés d’un système éditorial paternaliste « tu dois savoir ça, parce que c’est important » à un système qui donne aux gens ce qu’ils veulent voir. La popularité et le buzz auraient pris le pas sur l’importance objective des informations. Pour appuyer son idée il donne l’exemple de l’article le plus consulté sur le site du Los Angeles Times en 2007: « Le chien le plus moche du monde. ».
  4. 4. La filtration de l’information nous fait tendre vers une pensée unique. C’est un véritable cercle vicieux car plus nous cliquons sur un contenu, plus il va réapparaitre et donc plus nous serons amenés à cliquer dessus à nouveau. Mais le danger est plus dans ce qui nous est caché que dans ce qui nous est montré. Les filtres agissent comme un zoom qui nous fait occulter une partie de l’information et des avis globaux. 4) Innovation et créativité Pariser soutient l’idée que la personnalisation en ligne est un frein à la créativité et à l'innovation. Tout d’abord, elle limite artificiellement notre capacité mentale à chercher des solutions en nous exposant à des contenus et des informations peu contrariants et donc peu stimulants. De plus, ces bulles de filtre nous empêchent de pénétrer dans des environnements inconnus et laissent peu de place aux rencontres inattendues. C’est pourtant ces expériences qui sont susceptibles de susciter la créativité, bien plus que des contenus qui nous sont familiers. L’auteur s’appuie sur l’idée que l’innovation et la découverte sont souvent le résultat du hasard, c’est ce que l’on appelle la sérendipité. Enfin, les filtres personnalisés encouragent un comportement passif de l’internaute qui va se contenter de consommer l’information qui lui est offerte sans produire d’effort intellectuel supplémentaire. 5) Requêtes et préconisations À la fin du livre l’auteur expose ses requêtes et ses préconisations sur la conduite à tenir pour contrer ce phénomène de bulle de filtre. En premier lieu, les entreprises doivent être plus transparentes sur le fonctionnement de leurs algorithmes et permettre aux utilisateurs d’avoir un certain contrôle sur les filtres qui leur sont attribués. Mieux encore, elles pourraient rendre leurs systèmes plus humains en incorporant de la variété et un aspect aléatoire à leurs résultats, ce qui stimulerait la créativité et la sérendipité. Aussi, les sites d’informations devraient redonner de la place aux choix éditoriaux pour conserver une dose de contenus importants. Mais nous ne pouvons pas attendre des sociétés privées qu’elles prennent elles même des décisions éthiques et altruistes. C’est pourquoi le rôle de l’État et le comportement des internautes est primordial.
  5. 5. Pour ce qui est de l’État et des organismes de régulations, nous pouvons avant tout espérer une meilleure application des lois existantes. Cependant, il faut reconnaitre que cet environnement dématérialisé et délocalisé ne leur facilite pas la tâche. Nous en venons donc à la conclusion que seuls les consommateurs sont en mesure de faire changer les choses. Individuellement, la solution passe par la prise de conscience de l’existence de ses filtres et de leur fonctionnement. Ensuite, il ne faut pas subir passivement cet enfermement. Concrètement, il faut varier au possible ses sources d’informations et ne pas toujours passer par Google ou Facebook. Mais surtout, il faut prendre le contrôle de ses données personnelles et les protéger en utilisant les outils existants (refus de cookies, désinscription, chartes…). Critique : La première critique que nous pouvons émettre à la lecture de ce livre est l’exagération de l’auteur quant au caractère inéluctable de cet enfermement. En effet, il décrit ce phénomène comme une malédiction invisible à laquelle il serait impossible d’échapper. En réalité, la plupart des sites qu’il met en cause informent l’utilisateur de la collecte de données qu’ils opèrent et leurs filtres sont modifiables. Eli Pariser manque donc de nuance et d’objectivité dans ses propos ce qui donne un aspect alarmiste à son discours, sans être toujours constructif. Aussi, nous pouvons reprocher à ce livre une surcharge d’anecdotes et de psychologie populaire. Ce ton participe à le rendre ludique et agréable à lire mais cela se fait parfois au détriment des faits. Il est regrettable qu’il n’y ait pas plus d’informations sur les lois et les réglementations existantes afin d’avoir une vision complète et objective des lacunes du système. Enfin, comme nous l’avons vu, l’auteur est avant tout concerné par l’évolution de la culture et de la politique. Nous pourrions émettre des réserves quant à son avis un peu trop tranché sur ce qui est intellectuellement acceptable ou préférable. Mais surtout, il montre une sorte de naïveté à attendre de grandes entreprises comme Google qu’elles nous élèvent intellectuellement. Il oublie qu’elles ont avant tout une vocation commerciale et non intellectuelle ou sociale.

×