Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Le verger conservatoire - René Gendrot

377 views

Published on

René GENDROT, Président de la Société d’Horticulture d’Ille-et-Vilaine, est intervenu sur ce colloque articulé autour des thèmes de l’éco-pâturage et des vergers conservatoires. Cesson-Sévigné – 16 mai 2017

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Le verger conservatoire - René Gendrot

  1. 1. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Colloque « Le Verger Conservatoire ou comment Créer et entretenir son verger conservatoire. » Jeudi 16 mai 2017 Bienvenue à vous tous!!
  2. 2. Le Verger conservatoire Création et entretien d’un verger conservatoire dans une municipalité René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  3. 3. Créer un verger conservatoire Pourquoi?  Le verger conservatoire est différent du simple verger ou de la plantation de quelques arbres fruitier, il protège notre patrimoine fruitier.  Le verger conservatoire est destiné à la préservation de notre patrimoine. Il est aussi lié à nos variétés fruitières et locales, nos traditions et notre savoir-faire. Cependant, certaines de nos traditions s'éloignent et s'oublient au fil du temps, comme :  la transmission du droit de distiller qui est devenue interdite,  la fabrication du cidre qui se transmet de moins en moins aux générations futures,  l'art de planter selon un certain savoir-faire.  Le verger conservatoire permet également au public de redécouvrir les fruits oubliés. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  4. 4. Créer un verger conservatoire Pourquoi? extrait du CIM de Cesson Sévigné du 15 décembre 2014 ACTUALITÉS DE LA COMMUNE DÉVELOPPEMENT DURABLE VERGER CONSERVATOIRE CESSON INFORMATIONS MUNICIPALES 31 N° 779 • 15 décembre 2014 Dans le cadre du programme d’embellissement de la ville et dans la continuité des actions menées en lien avec la société d’horticulture d’Ille-et-Vilaine, la ville de Cesson- Sévigné va s’investir dans le cadre d’un verger conservatoire destiné à la sauvegarde de variétés de pommes à couteau. À partir de janvier 2015, plusieurs activités en lien avec le pommier seront proposées dans le cadre d’un programme pluriannuel. Plantations, greffes ou encore taille de fruitiers seront des thèmes qui seront proposés aux habitants dans le cadre d’ateliers sur la gestion des arbres fruitiers animés par les bénévoles de la société d’horticulture et des agents du service Espaces Verts de la Ville. Le site retenu pour ce projet est le coteau situé à l’ouest de l’étang de la base de loisirs de Dézerseul. Ce site a été retenu pour des raisons techniques (exposition, qualité du site, facilité d’accès pour les manifestations…). Quelques arbres sans valeur patrimoniale seront abattus en décembre. Cela est indispensable pour la mise en place de ces plantations qui au final compteront plus de 100 unités. En ce qui concerne la première année, l’agenda sera déjà chargé: • Plantation des portes –greffe le mercredi 21 janvier à 14h sur le site de Dézerseul; • Greffage des pommiers le 24 mars à 14h; • Fin 2015, taille de formation des jeunes arbres fruitiers. La date n’est pas encore déterminée, elle sera communiquée ultérieurement. Si vous êtes intéressés et motivés par ce projet, la Ville vous propose de vous inscrire auprès des services Techniques afin de faire partager votre expérience par des témoignages, par votre présence lors des journées techniques où en proposant des greffons de variété de pomme à couteau que vous auriez dans votre jardin. Créer un verger est une aventure enthousias- mante parce qu’elle s’inscrit à la fois dans le passé, dans le présent et dans l’avenir cette action peut concerner tous ceux disposent d’un bout de terrain : jardiniers, enseignants et éducateurs, agriculteurs, artisans, industriels, aménageurs, élus locaux,,, L’acte de planter des arbres fruitiers va bien au-delà du plaisir de récolter des fruits délicieux. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  5. 5. Créer un verger conservatoire Pourquoi? Le verger redonne vie aux anciennes variétés de pommes Cesson-Sévigné - 23 Janvier Albert Plouhinec, Yannick Gaboriau, René Gendrot, Pierre Éon, Bruno Mellet, directeur des services techniques, et une partie du personnel plantent le premier arbre Mercredi, à 14 h, sur le site de Dézerseul, les Cessonnais étaient invités à planter des porte-greffes, premiers supports d'un futur verger conserva -toire. Le maire, Albert Plouhinec explique : « Cette réalisation fait suite à une demande des habitants. Elle s'inscrit dans le cadre d'un plan pluriannuel de boisement ou reboisement, tel le site du Bois-de-la-Justice, dans sa partie impactée parle passa- g ge de la ligne à grande vitesse. » Yannick Gaboriau, adjoint au développement durable, cadre de vie et voirie, précise : « Il s'agit de gérer les arbres, l'objectif étant d'en avoir un par habitant. Pour ce faire, tout arbre abattu doit être remplacé par deux autres, avec une proportion d'un tiers en fruitiers. » Le but est aussi de créer des rendez-vous où se tiendront des plantat- tions, des greffes, de la taille et bien sûr de la récolte. Il y aura ainsi une journée de la pomme, destinée à valoriser en commun le fruit de la récolte, sous forme de compotes, tartes, confitures, conserves...Pierre Éon, conseiller municipal en charge des espaces verts et de la voirie ajoute : « Nous avons voulu commencer avec un verger conservatoire de la pomme, pour entretenir et perpétuer des variétés locales et donc bien adaptées. Le site, rive ouest de l'étang de Dézerseul, a été choisi pour son exposition, sa qualité et son accès facile pour les futures manifestations. » Recherche de greffons anciens Les services techniques de la Ville, très impliqués dans cette réalisation, ont reçu le concours de la société d'horticulture d'Ille-et-Vilaine. Son président, René Gendrot, parle des premiers arbres plantés : « Ils ont été achetés par la commune auprès d'un pépiniériste de Betton, réputé pour ces fruitiers. Cet après-midi, nous allons planter 40 porte-greffes, pour une centaine prévue à terme, sur ce site de 1 000 m². » Ils sont de trois types : à quenouilles déjà greffés ; à surgreffer en écussons, en août prochain, et enfin hautes tiges, dont les greffes sont prévues le 24 mars. « Nous recherchons d'ailleurs localement des greffons de variétés anciennes de pommes à couteaux. » Si vous en avez dans vos jardins et pouvez en donner, faites-vous connaître auprès des services techniques, en précisant la variété René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  6. 6.  En regardant autour de nous, on peut se demander si la Bretagne et la Normandie sont encore des pays de pommes. Les vergers traditionnels ont régressé du fait des évolutions de l’agriculture.  Il suffit de regarder autour de nous pour constater le recul des herbages, les impacts de l’évolution de l’agriculture, la quasi disparition des vergers traditionnels… Et ceux qui existent encore abritent bien souvent de vieux arbres fruitiers qui s’écroulent sous le poids des années et l’assaut du vent.  L’interdiction de transmettre le droit de distiller, le recul des herbages, le déclin du cidre sont autant de facteurs entraînant la disparition du patrimoine fruitier.  Des savoir-faire comme le greffage, la taille, l’art de planter ou la fabrication du cidre, transmis autrefois de génération en génération, se perdent.  Pire, beaucoup d’enfants, et même d’adultes, ignorent maintenant tout des cycles naturels et des fruits qu’ils consomment. Créer un verger conservatoire Pourquoi? (Suite) René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  7. 7.  C’est la volonté d’être une passerelle culturelle entre hier, aujourd’hui et demain, en apprenant aux petits comme aux grands les cycles naturels de la nature, en favorisant la biodiversité, en sensibilisant les citoyens, ruraux ou urbains, à la nécessaire préservation de notre environnement.  On peut dire que tout verger est maintenant, d’une certaine façon, un verger conservatoire !  Dans les années 1970, un mouvement pour la sauvegarde du patrimoine fruitier s’est amorcé avec les associations d’Horticulture, de Croqueurs ou de mordus de pommes, UPF Union Pomologique de France, Le pole Fruitier de Bretagne,,,.  Des amateurs se sont mobilisés pour réaliser des inventaires et sauver ce qui pouvait l’être grâce à des vergers conservatoires.  Ils ont fait la promotion auprès des consommateurs et des professionnels de ces variétés anciennes sans comparaison avec les fruits proposés dans les supermarchés. Créer un verger conservatoire Pourquoi? (Suite) René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  8. 8. Qu’est-ce qu’un verger conservatoire ?  C’est avant tout une collection d’arbres tout simplement c’est aussi réserve génétique de variétés fruitières locales. En restant dans leur région d’origine, les variétés sont préservées de l’érosion génétique des risques de destruction et de maladies limités.  Chaque région sauvegarde ainsi son patrimoine fruitier et ses particularités. Créer un verger conservatoire, c’est donc assurer la pérennité des variétés fruitières locales et des savoir-faire qui s’y rapportent, mais c’est également permettre leur étude, leur description et leur propagation. Afin d’éviter une perte de patrimoine génétique irréversible, la région Bretagne sou- haite ainsi faire avec les vergers conservatoires de véritables « musées » en plein air. Un verger a droit l’appellation « conservatoire» si les variétés qu’il abrite ont été authentifiées et inventoriés par une association pomologique ouautre organisme spécialisé. Il permet souvent au public de découvrir des fruits oubliés.  La gestion et l’entretien devant être pérennes, il est préférable qu’il soit géré par une collectivité ou un établissement d’enseignement agricole. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  9. 9. 10 bonnes raisons de créer un verger conservatoire.  Rendre la parcelle de terre plus attrayante et productive,  Participer à la sauvegarde de variétés fruitières et de savoir-faire,  Améliorer l’insertion paysagère,  Améliorer le cadre de vie communal, qu’il soit urbain, périurbain ou rural·  Sensibiliser les citoyens  Des plantations et des conférences peuvent avoir lieu. · Apprendre aux petits comme aux grands les cycles naturels, la façon dont sont produits les fruits·  Contribuer à la perpétuation du paysage rural traditionnel  Favoriser la biodiversité  Compléter l’éducation de ses enfants  Avec pour exemple: Une commune peut organiser des journées sur le thème du verger et des arbres fruitiers, destinée à sensibiliser les enfants des écoles et les habitants de la commune sur la préservation du patrimoine fruitier René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  10. 10. Principales caractéristiques pour un bon verger conservatoire  Un verger bénéficie de l'appellation « conservatoire » si les variétés qui le constituent ont été authentifiées et inventoriées par un organisme spécialisé.  Pour ce faire, le verger conservatoire doit respecter rigoureusement un cahier des charges assurant :l'origine des espèces,  avoir des plants témoins qui permettent de comparer les périodes de floraison et de fructification,  ainsi que d'autres spécifications diverses et rigoureuses.  Le principal but étant de contribuer à la préservation du patrimoine génétique de la faune et le maintien des espèces. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  11. 11. Quels arbres fruitiers planter ?  Il est important de planter les arbres fruitiers adaptés au sol et au climat. Ce seront des variétés locales et/ou d'autrefois. Un arbre non acclimaté restera chétif, produira peu, voire pas du tout, et finira par dépérir.  Parmi toutes les espèces disponibles, le poirier, le pommier, le cerisier, le prunier et le noyer se comportent bien en Bretagne, dans la plupart des situations. Ces essences résistantes et vigoureuses constituent l’essentiel des vergers dits « de plein vent » situés dans la campagne. Elles comprennent la quasi-totalité des variétés purement régionales.  Le noisetier et le cognassier, aussi rustiques, sont plus confidentiels car cantonnés aux jardins. On ne compte dans leurs rangs aucune variété Bretonne ou Normande, tout comme pour le pêcher, l’abricotier, le figuier, le plaqueminier (qui donne les kakis), souvsnt plus exigeants en chaleur estivale, ils ne réussissent bien, dans nos régions, que dans les situations abritées, Ces arbres témoins d’une exploitation astucieuse des microclimats ne doivent pas être négligés, notamment dans la perspective d’unréchauffement global du climat.  Et pourquoi ne pas donner une dimension expérimentale au verger conservatoire en y faisant pousser des espèces nouvelles dans la région et qui pourraient y prospérer, comme l’actinidia (une liane qui donne les kiwis) ? René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  12. 12. Quelles variétés ?  Planter des arbres de variétés locales ou anciennes est une façon de contribuer à leur survie, mais il est encore mieux de s’intéresser aux usages des fruits : les pommes sont-elles « à cidre », « à jus », « à couteau », « à cuire » (en tarte, en gelée, en compote, comme « légume »)?  Sont-elles sucrées, parfumées, juteuses ou, au contraire, de qualité médiocre ? S’il s’agit de pommes à cidre, sont-elles de première saison ou plus tardives ? Sont-elles amères, acides ou douces, car, pour faire du bon cidre, il est bon de mélanger les trois catégories?  Telle cerise n’est-elle pas réservée à la confiture ou à la conservation dans l’alcool ? S’il s’agit de fruits à croquer, se conservent-ils en cave ou faut-il les manger tout de suite ? Mûrissent-ils tous en même temps ? Il est toujours bon de planter (ou greffer) au moins deux arbres de la même variété, des variétés de différentes époques de maturité (précoce, mi-tardive, tardive), afin d’étaler la récolte, et des variétés pollinisatrices. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  13. 13. Un verger produit bien plus que des fruits… La première chose que l’on attend d’un verger, c’est… qu’il nous approvisionne en fruits. C’est pourquoi il faut conserver de préférence des fruits qui correspondent aux attentes des « usagers ». Mais ce n’est pas tout : le verger d’arbres en hautes tiges (tronc de 1,80 à 2 mètres de haut) est élément du paysage traditionnel de la Bretagne. Il abrite nombre d’oiseaux qui nichent dans les troncs creux et qui sont menacés par la régression de leur habitat, comme le rougequeue à front blanc, la chevêche d’Athéna ou le moineau friquet. Associé aux herbages et aux haies, le verger fait partie de ces « infrastructure du paysage » René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine qui favorisent l’infiltration de l’eau et nous protègent contre les inondations. N’oublions pas, enfin, la dimension sociale du verger, source de convivialité.
  14. 14. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Variétés locales ou adaptées, recommandées en Bretagne et Normandie Cerises Faux cœur d’Epiniac; Bigarreau noir de Rennes prime; Cœur noir de Plerguer; Cerise la foret Fouesnant; Bigarreau Dubois; Jaboulay; Géant d’Hedelfingen; Guigne d’Honfleur (locale); Guigne Président Rivière (locale) Napoléon; Ordingen (locale); Reine Hortense; Stark Hardy Giant; Burlat; Cœur d pigeon; Marmotte; Montmorency; Sumburst; Van… Poires à couteau Abbé Fetel; Alexandrine Douillard; André Desportes; Belle Angevine; Bergamote Espéren; Bési de Caen; Beurré d'Amanlis; Beurré Giffard ; Beurré Diel ; Beurré Hardy ; Beurré Lebrun ; Beurré Superfin; Clapp's Favourite ; Bouc (Quédillac) ; Bon Chrétien ; Comtesse de Paris ; Conférence ; Curé; Cardinal Georges d’Ambroise; Colette; Colorée de juillet; Conseiller de la Cour; Docteur Jules Guyot; De Nicolle; Doyenné d’Alençon; Duchesse d'Angoulême ; Doyenné du Comice ; Épine du Mas ; Général Leclerc ; Figue d’Alençon; Jeanne d’Arc; Louis Pasteur; Marguerite Marillat ; Le Lectier ; Martin Sec ; Packham's Triumph; Oliviers de Serre; Poire de Bonne Femme (Melesse); Passe Crassane; Pierre Corneille; Président Barabé; Président Casimir; Poire de Saint-Malo ; Poire de Mi-Août; Montours ; Poire Mont Dol ; Presbytère Tréméreuc ; Précoce de Trévoux; Sucrée de Montluçon ; Saint Brice n°1 ; Rouge Quédillac ; Trévérien ; Triomphe de Vienne ; Williams; Williams Duchesse; Williams Rouge….
  15. 15. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Poires à cuire Poire de Coq rouge; Poire d’Hédouin; Poire Tabeltier; Poire à eau-de-vie; De Grise; Poires à poiré; Poire de Crapaud; Poire de Fisée; Poire de Nicolle; Poire rouge de Vigny; Poire Saint-Michel; …. Pommes à couteau Belle fille normande; Bénédictin; Châtaignier Corvoisier; Châtaignier du Marais Vernier (à deux fins); Curé; Double bon pommier (à deux fins); Pomme-poire; Pied-Court; Orge Pépin; Pomme d'amour; Adan N°5; Gros Chailleux; Eclat; Fleur de mai; Gros pigeonnet; Petit Hôpital; Pigeonnet de Jerusalem; Pigeonné des Rois Pigeonnet de Rouen; Reinette Bauman; Rouget de Dol; Reinette Dubuisson; Calville rouge; Orange D'I. et V. Haute Bonté; Bon père; La Rubinnette; Reinette-Clochard; Reinette de Bailleul (ou Gros-Hôpital); Reinette de Caux; Reinette de Caux rouge; Reinette d'Armorique; Reinette Fardel; Reinette du Neubourg; Patte de loup; Reinette piquée; Reinette d'Armonique; Reinnette du Mans; ; Grand Alexandre; Calville blanc; Canada blanc; Revers; Transparente de Bois-Guillaume; Vertot; Boskoop rouge; Reinette du Caux; Reinette grise du Grand Faye; Calville d'août; Reine des reinettes; Melrose; Chailleux de Redon; Gros rouget de Dol ou Rouget 3/4 (Ada); Belle-fille de Parigné; Transparente de Croncel; Belle fleur jaune; Cox orge pépin; Pépin sonnant (Irodouer)…. Variétés locales ou adaptées, recommandées en Bretagne et Normandie (Suite)
  16. 16. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Pommes à cidre Voir associations et pépiniéristes Prunes Prune de Bretagne; Prune de Plogonnec; Ardoise; Belle de Louvain; Bâtard gris; Cul d'oie; Gaillon; Gaillon anglais double;les Mirabelle;Monsieur : jaune; Hatif; Prune d’avoine; Prune de Montfort; Prune de Plomelin ; Prune de Saint-Mard; Queen Victoria; Reine Claude: Bavay; d'Althan; Voilette; verte, rouge; d’oullins; Dorée; hâtive; Sainte Catherine; Rouge du Cap Sizun ; Rognon; Stanley; Verte-bonne; Violette école… Et autres variétés Fruitières Abricotiers; Brugnons; Chataigniers; Noisetiers, Noyers; Pêchers; … Petits Fruits Cassissiers; Framboisiers; Groseilliers; … Variétés locales ou adaptées, recommandées en Bretagne et Normandie (Suite)
  17. 17. Quelles formes d’arbres ? Selon la surface dont on dispose et la localisation, on choisira des formes différentes pour les arbres fruitiers. Les formes dites « libres » ou « de plein vent » respectent le port naturel de l’espèce. Elles nécessitent peu d’entretien, mais beaucoup de place du fait de leur grand développement. Elles sont indiquées pour les cerisiers, noyers, poiriers, pommiers et pruniers plantés sur prairie ou dans les espaces publics, à 8-10 m d’espacement. L’arbre en haute tige, du fait de la hauteur de son tronc (2 m environ) est seul compatible avec la présence d’animaux et de piétons. Toutefois, sa grande taille rend difficile la cueillette des fruits. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine
  18. 18. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Quelles formes d’arbres ? (Suite) Les formes dirigées (fuseau, pyramide, gobelet), de dimensions plus modestes, concernent poiriers et pommiers. La distance de planta- tion est de 3 à 4 m. Elles nécessitent une taille régulière, ainsi que quelques traitements de protection contre les maladies, mais leur fructification est plus rapide que celle des formes libres. Les formes palissées (palmette, U simple ou double, cordon) sont recommandées pour les poiriers et pommiers plantés contre les murs ou en bordure d’allée. Elles nécessitent l’installation d’une armature de fils de fer et/ou de baguettes de bois pour guider (palisser) les branches charpentières.
  19. 19. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Planter… Oui, mais après ? Les arbres fruitiers ont besoin de soins attentifs. Heureusement, il existe d’excellents manuels, et surtout des cours ouverts aux amateurs qui forment à la plantation, au greffage, à la taille et à la protection des arbres fruitiers. L’entretien courant n’exige pas de compétences particulières. Il consiste à tondre régulièrement, ou bien à faucher deux fois par an, ou bien en- core à faire pâturer. Si ovins ou bovins peuplent le verger, il est indis- pensable de protéger les jeunes troncs à l’aide d’armures métalliques à six ou huit branches. Avec les arbres, il faut savoir être patient : les premières récoltes n’arri- veront guère avant la troisième année pour les formes dirigées, la dixiè- me pour des arbres de plein vent. Dans un verger conservatoire digne de ce nom, chaque arbre est muni d’une étiquette solide (en métal) portant le nom de la variété écrit à l’encre indélébile, et son emplacement est noté sur un plan.
  20. 20. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Les calendrier du verger Printemps : Les arbres fleurissent, sauf les tout jeunes. Les fleurs donneront ensuite des fruits, sauf accident (gel, pluie prolongée, grêle, absence de fécondation par les insectes…). Les feuilles apparaissent : elles jouent un rôle important dans la nutrition des arbres. En mars : Terminer les plantations d’arbres à racines nues; Tailler pêchers, poiriers et pommiers; Greffage sur portes greffes, Eté : Les pétales des fleurs sont tombés, laissant apparaître les jeunes fruits, qui vont désormais grossir, puis mûrir. Ce sont d’abord les cerises, puis vient le tour des prunes et des variétés les plus précoces de poires et de pommes. Les feuilles sont bien développées. Des rameaux poussent à partir du bois des années précédentes. Réaliser l’écussonage, En juin : Retirer les poires et pommes en surnombre si besoin, Tailler « en vert » poiriers et pommiers En juillet et août : Soutenir les branches chargées de fruits, Arroser les jeunes arbres s’il fait sec, Floraison du pommier. > < Jeunes poires.
  21. 21. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Automne : Beaucoup de fruits mûrissent (pommes, poires, noix, dernières prunes). Les feuilles changent de couleur, puis tombent. La sève « descend», les arbres vont entrer en vie ralentie. En septembre : Élaguer les arbres à noyau En octobre : Cueillir poires et pommes d’automne et d’hiver, Préparer les trous pour les plantations, Epandre du compost au pied des arbres En novembre : Planter les arbres à racines nues, Traiter à la chute des feuilles contre les maladies, avec un produit à base de cuivre Hiver: En dépit de l’absence de feuilles, les arbres restent bien vivants. Les grands froids ne leur font aucun mal. Dès que le temps se radoucit, la sève recommence à circuler, et on voit les bourgeons s’entrouvrir. En décembre, janvier et février : Couper les touffes de gui, Tailler poiriers et pommiers, s’il ne gèle pas, Les calendrier du verger (suite)
  22. 22. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Ce que peut donner un arbre fruitier Espèce Production d'un pied Abricotier Irrégulière : de rien à plusieurs dizaines de kilos Cerisier Irrégulière : plusieurs kilos à dizaines de kilos Cognassier Régulière : plusieurs kilos à dizaines de kilos Noisetier Irrégulière : de rien à plusieurs kilos de fruits en coque Noyer Irrégulière : de rien à plus de 100 kilos de fruits en coque Pêcher Irrégulière : de rien à plus de 10 kilos Poirier Régulière : de quelques kilos à dizaines de kilos Pommier Régulière: de quelques kilos à plus de 100 kilos Prunier Irrégulière : de rien à plusieurs dizaines de kilos
  23. 23. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Animations possibles autour des vergers, en particulier sur le thème du greffage et des savoir-faire en horticulture fruitière. Ouest-France / Bretagne / Rennes / Breteil / Archives du jeudi 01-12-2011 Un verger conservatoire créé sur le site du Fresne - Breteil jeudi 01 décembre 2011 Enfants, parents, jardiniers et élus sont venus en force ce samedi matin 26 novembre pour les premières plantations du verger conservatoire. Après les conseils dispensés par René Gendrot, président de la société d'horticulture d'Ille-et-Vilaine, et Roland Gicquel, adjoint chargé de l'environnement, la cinquantaine de participants s'est réparti les rôles et le chantier a été rondement mené. Il faut dire que les fosses de plantations avaient été réalisées préalablement par les agents de la commune, le sol étant très sec. « 22 jeunes pommiers parrainés par 35 enfants de la commune ont donc pris place dans le paysage au Fresne », précise Roland Gicquel. Compte tenu du succès, ce rendez-vous automnal devra être reconduit. De même que le troc plantes, passé un peu au second plan, mais toujours apprécié aussi bien par les initiés que les jardiniers débutants. Au printemps 2012 viendra le moment du greffage, qui donnera lieu à de nouvelles animations aussi instructives que conviviales. D'ici là, il conviendra de sélectionner des variétés anciennes et locales de pommes à cidre ou à couteau inventoriées et de prélever les greffons correspondants. Mais le verger conservatoire ne se limitera pas aux pommiers, des variétés de poires, de pruniers ou de cerisiers intéressantes à conserver y auront également leurs places. Conférence le samedi 28 mars 2015 à 15h00 Conférence illustrée et démonstrations de greffage à l'Écomusée du pays de Rennes
  24. 24. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Animations possibles autour des vergers, en particulier sur le thème du greffage et des savoir-faire en horticulture fruitière. (Suite) Le verger conservatoire forme douze jeunes adultes Cesson-Sévigné - Modifié le 25/02/2016 à 04:00 | Publié le 23/02/2016 à 05:08  « Il faut appliquer les bons gestes de tailles afin de respecter la végétation et la valoriser », explique René Gendrot. Le verger conservatoire a accueilli douze élèves du lycée agricole Saint-Exupéry en réorientation professionnelle. Au programme, un cours sur les arbres fruitiers. Le projet « Nous sommes dans le cadre d'une formation d'un an devant conduire ces personnes à un brevet professionnel pour être responsable de production horticole option ornementale et maraîchère, explique Bertrand Léonard, professeur. Il s'agit pour la plupart d'une reconversion professionnelle. » Les bons gestes Le projet a été lancé par la société d'horticulture 35 (SH35). « Actuellement, les sociétés de services qui interviennent auprès des particuliers coupent la végétation sans trop de professionnalisme, ce qui lui est dommageable, précise René Gendrot, président de la SH35. Elles sont dans une démarche commerciale et leurs exigences ne sont pas les mêmes. Le but de cette animation est d'améliorer les compétences des futurs paysagistes en leur apprenant les bons gestes de la taille des arbres, arbustes, et autres plants. » Les élèves ont profité des conseils prodigués par René Gendrot sur les pratiques respectueuses de la taille des pommiers sur le verger. Chacun a été invité à s'exercer sur les arbres fruitiers. « Le but est de sauvegarder des savoir-faire et de transmettre des techniques traditionnelles horticoles telles que la greffe, la taille, le bouturage, l'écussonnage, et bien d'autres, ajoute René Gendrot. Il faut transmettre, sensibiliser à la conservation de notre environnement. Nous contribuons à tout cela à travers nos ateliers pédagogiques et nos animations. » Plusieurs animations sont programmées au mois de mars. Toutes les personnes intéressées sont les bienvenues. Mercredi 2 mars, 9 h 30, au verger conservatoire pour la taille des arbres fruitiers. À 14 h, au Manoir de Bourchevreuil pour la taille des rosiers. Mercredi 23 mars, à 14 h, au verger pour le greffage des pommiers. Les renseignements complémentaires figurent sur le site de la ville www.ville-cesson-sevigne.fr. Les visites commentées à l'Arboparc attirent le public Guipry-Messac - Publié le 03/05/2016 à 03:13 Louis Diard, botaniste, avec un groupe de visiteurs dans le bois de Boeuvres qui est un espace naturel sensible. À gauche, Yves Beaudouin, adjoint au conseil municipal a cédé la présidence de l'association de l'Arboparc à Fred Chevé, pour incompatibilité des fonctions. | Plusieurs fois, dans la journée, Gérard Brière a fait le tour des 4 ha de plantation, en expliquant l'histoire des espèces de plantes, arbres, fleurs qui ornent le parc. Des visites appréciées. Une visite commentée par Gérard Brière Dimanche, a été organisée une journée pour découvrir l'Arboparc, avec une visite commentée par Gérard Brière, qui a conçu l'espace. Il guide les visiteurs tout le long d'un parcours pour leur présenter les différentes variétées. « Le parc a, aujourd'hui, 4 ans d'existence, et les arbres et autres plantes qui ont été plantés vont atteindre une maturité à 10 ans : c'est une période de patience pour les visiteurs. C'est un lieu public pour celles et ceux qui aiment la nature », explique Gérard Brière. Louis Diard, botaniste, explique l'espace naturel à Boeuvres Avec la société d'horticulture d'Ille-et-Vilaine, Louis Diard commente la visite du bois de Boeuvres « Nous allons découvrir la faune ordinaire et des plantes plus rares, à affinité méridionale : hélianthème en ombelle, l'asphodèle blanc, nous les trouvons dans le quart sud-ouest du département. Dans la flore ordinaire, nous aurons la jacinthe des bois, la stellaine-holostée, l'alliaire officinale », précise Louis Diard. Il répond, simplement, aux questions des visiteurs. Louis Diard a écrit un livre référence : atlas de la flore d'Ille-et-Vilaine.
  25. 25. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Animations possibles autour des vergers, en particulier sur le thème du greffage et des savoir-faire en horticulture fruitière. (Suite) Une initiation à la taille des arbres fruitiers Bréal-sous- Montfort - 28 Mars  La Société d'horticulture donne des conseils utiles aux jardiniers amateurs.  Ce samedi, à 14 h, aux Jardins de Brocéliande, la Société d'horticulture d'Ille-et-Vilaine propose une journée d'initiation à la taille des arbres fruitiers. La séance est gratuite et concernera la taille d'arbres fruitiers comme les pommiers ou les poiriers. Après un exposé théorique sur les principes généraux de la taille par le président de la SH35, le public, en petits groupes, pourra assister aux démonstrations pratiques, puis même essayer quelques tailles. Cette séance de démonstration est une première étape pour pratiquer dans son propre jardin. Il est utile de continuer à se perfectionner. La taille fruitière est un art à cultiver pour acquérir la compétence et nourrir l'espoir de voir ses propres fruitiers porteurs de quantité de fleurs et de fruits. Aujourd'hui, les jardins sont de plus en plus petits. Les fruitiers taillés en espaliers ou en fuseau ne prennent que très peu de place. La Société d'horticulture d'Ille-et-Vilaine propose de transmettre aux jardiniers les savoir-faire les plus naturels et les plus écologiques possibles. Outre des cours spécialisés d'art floral, de conception et d'entretien du jardin, la SH35 organise des conférences, des visites de jardins, des voyages. Société d'horticulture, 45, square Charles-Dullin, 02 99 50 90 00.
  26. 26. Un peu de vocabulaire  Arbre à racines nues : jeune arbre qui est arraché pour la vente, par opposition aux arbres en conteneurs.  Essence : espèce d’arbre. Ex. : pommier (Malus communis), cerisier (Prunus avium), cerisier acide (Prunus cerasus). Chaque essence ou espèce cultivée rassemble différentes variétés.  Greffe : technique qui permet de reproduire une variété, de « fabriquer » un arbre fruitier à partir d’un porte-greffe (qui fournit les racines et parfois le tronc) et d’un greffon de la variété choisie (oeil ou morceau de rameau).  Pomologie : science des fruits.  Tige : greffé à 1,80m de haut; ½ Tige greffé à 1,50m de haut ou plus bas; Basse tige greffé au ras du sol  Variété à deux fins : ses fruits peuvent aussi bien consommés tels quels que servir à faire du cidre ou du jus.  Variété : subdivision à l’intérieur d’une même espèce (ou essence) cultivée, délimitée un certain nombre de caractères. Ex. : cerise ‘Anglaise hâtive’, pomme ‘Bénédictin’. Issue du croisement de deux individus par la reproduction sexuée, la variété est ensuite multipliée par voie végétative (greffe, bouture), rarement par semis. Tous les individus d’une même variété constituent donc, d’un point de vue génétique, un seul et même individu ou clone. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Connaître pour agir publication de l’Agence régionale de l’environnement de Haute-Normandie, https://verger.ooreka.fr › www.mordusdelapomme.fr Verger botanique de l'INRA d'Angers www.polefruitierbretagne.fr/actualites/ https://fr.wikipedia.org/wiki/Verge Documents et photos R. Gendrot, Internet et >
  27. 27. René Gendrot Société d'horticulture d'Ille et Vilaine Merci de votre attention Questions - Réponses

×