Rapport ms des PME

5,602 views

Published on

Published in: Business
0 Comments
4 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
5,602
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
217
Comments
0
Likes
4
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Rapport ms des PME

  1. 1. Université Abdelmalik Essaâdi Ecole Nationale de Commerce et de Gestion –Tanger Master de recherche en Sciences de Gestion 2013-2014 Réalisé par : EL GUERI Hajar EL JAZOULI Manal Rapport d’un travail de recherche en Management des PME sous le thème : Le management stratégique des PME Encadré par : EL ABBADI Boucha
  2. 2. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 2 Bibliographie........................................................................................................ 3 Introduction ......................................................................................................... 4 Partie I : Présentation d’une PME et son importance dans le développement économique Chapitre I : Définition d’une PME I. Différentes définitions dans le monde ....................................................... 6 II. Définition de PME au niveau du Maroc .................................................... 9 Chapitre II : Importance et rôle des PME dans le développement économique I. Poids de la PME dans les économies....................................................... 12 II. Rôle de la PME dans la croissance économique du Maroc...................... 15 Partie II : Le management stratégique des PME Chapitre I : manager les PME I. Caractéristique des PME........................................................................... 21 II.Quels styles de management pour la PME................................................ 22 Chapitre II : les pratiques du management stratégique dans les PME I. Stratégies de PME..................................................................................... 24 II. La nature du management dans les PME.................................................. 25 III.Pour une bonne pratique de la vielle dans les PME.................................. 26 Conclusion ......................................................................................................... 39
  3. 3. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 3 Bibliographie de référence :  Guide de bonnes pratiques en PME/PMI, Commission européenne, centre de recherche Public Henri Tudor, Université Aix-Marseille III, Université Polytechnique de catalogne, IMPIVA, 1999.  Les services stratégiques aux entreprises, 1999, 256pp.  Stimuler l’esprit d’entreprise, 1998, 320pp.  STRATEGOR, Politique Générale de l’entreprise, 4 Edition, DUNOD  Olivier Torres, Le Management Stratégique En Pme : Entre Spécificité Et Dénaturation, pp 1-20  GUILHON.A, GUILHON.B, PEGUIN.D, "L'identité de la PME à travers l'activité d'exportation", Communication au premier Congrès Francophone de la PME, Carthage, 28- 30 Oct 1993, pp301-312.
  4. 4. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 4 «Le profit n'est pas un objectif, mais une exigence qui doit être mesurée objectivement par chaque entreprise, compte tenu de sa stratégie, de ses besoins et de ses risques. » P.Drucker
  5. 5. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 5 INTRODUCTION GENARALE Les petites et moyennes entreprises (PME) représentent plus de 95 % de l’ensemble des entreprises et 60 à 70 % de l’emploi ; ce sont elles qui créent une grande partie des emplois nouveaux dans les économies de l’OCDE. Elles ont des avantages et des inconvénients qui leur sont propres et qui peuvent appeler des mesures particulières. Du fait des nouvelles technologies et de la mondialisation, les économies d’échelle perdent de leur importance dans de nombreuses activités, de sorte que la contribution potentielle des petites entreprises s’en trouve renforcée. Dans le même temps, beaucoup des problèmes auxquels elles sont traditionnellement confrontées insuffisance de financement, difficultés d’exploitation des technologies, capacités managériales limitées, faible productivité, lourdeur de la réglementation s’accentuent dans un contexte mondialisé où la technologie devient prépondérante. Les petites entreprises ont besoin d’améliorer leurs compétences de gestion, leur capacité de recueil d’informations et leur base technologique. Il incombe aux pouvoirs publics d’améliorer l’accès des PME au financement, aux infrastructures d’information et aux marchés internationaux. Assurer un cadre réglementaire, juridique et financier propice à l’entreprenariat et par conséquent à la création et au développement des petites entreprises doit être une priorité. Notre travail est structuré comme suit, dans la première partie nous allons présenter la PME marocaine et montrer son importance dans l’économie international et au niveau du Maroc ainsi que son apport dans le développement économique. La seconde est consacrée aux pratiques de management des PME.
  6. 6. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 6 PARTIE I PRESENTATION DE PME ET SON IMPORTANCE DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE
  7. 7. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 7 Chapitre 1 : Définition d’une PME Les entreprises jouent un rôle important dans l’économie nationale. Elles contribuent de façon efficace dans la création de la richesse, de l’emploi, la croissance et dans le développement socio-économique du pays. Cela dit, quand on parle de l’entreprises les gens ont tendances à penser directement à des grandes Entreprises comme Coca Cola, General Motors, Google…et cette manière de penser fait que la petite et Moyenne Entreprise ne suscite pas beaucoup d’enthousiasme dans les esprits des gens et pourtant la quasi-totalité des entreprises dans le monde entier sont des PME. Aujourd’hui on constate que ces petites unités jouent un rôle de premier plan dans les économies et méritent d’être soutenues dans les processus de croissance par des politiques bien adaptées à cette catégorie d’entreprise « avec plus de 80 Millions d employés partout dans l’Union Européenne, 99,8 % de la totalité des entreprises, les PME sont d’une importance vitale pour le développement économique et social de l’Espace Economique Européen1 » Selon la Confédération Générale des Entreprises Marocaines(CGEM), la PME représente 95 à 98% du tissu économique, sans tenir compte des 1,2 millions d’unités de productions informelle qui sont le plus souvent des micros entreprises. Cependant les PME font face à des difficultés particulières que les législations nationales tentent de compenser en leur octroyant divers avantages. Pour cela il est compréhensible qu’une définition claire et facile d’utilisation soit nécessaire pour éviter des distorsions et éviter que les entreprises qui font parties des groupes puissent profiter des régimes de soutien spécifiques aux PME. I. Différentes définitions dans le monde : Définir une PME n’est pas une chose facile. Les définitions sont multiples selon les critères retenus (la Taille, le CA, Structure du capital…) ces critères changent d’un secteur à l’autre, d’une économie à l’autre. La mise en œuvre des programmes d’aide et d’appuis à la PME nécessite une définition préalable des entreprises bénéficiaires. Il n’existe pas une définition Universelle de la PME. « Ainsi la définition au Japon et aux USA diffèrent de celle en Europe et celle des Pays développés n’est pas la même dans les pays sous développés. Cela 1 Source : www.Ipr-Helpdesk.org/documentos/docs Publications
  8. 8. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 8 reflète la pluralité des objectifs à réaliser, compte tenu des spécificités nationales sur le plan démographiques, financiers et économiques2 » 1.1. Sur le plan européen : Pour faire face à la divergence des définitions données par les différents pays européens aux PME, la Commission Européenne est intervenue en 2003 pour modifier et standardiser cette définition3 . Ainsi, est considérée comme PME toute entreprise ayant :  Un effectif de moins de 250 personnes  Un chiffre d’affaires annuel n’excédant pas 50 Millions d’euros ou un total bilan n’excédant pas 43 millions d’euros  L’indépendance : l’entreprise ne doit pas être contrôlée à plus de 25% par une autre entreprise qui n’est pas elle-même PME. Trois cas de figure existent : Le critère de l’effectif demeure l’un des plus significatifs et est imposé comme critère principal selon la Commission européenne. Cependant, des critères financiers ont été introduits dans le but d’appréhender la véritable importance d’une entreprise, sa performance et sa situation par rapport à la concurrence. Il est important de noter, que le chiffre d’affaires, ne pourrait pas être retenu comme le seul critère financier déterminant de la PME car il pourrait varier largement selon la nature du secteur d’activité. C’est la raison pour laquelle la Commission européenne a combiné ce critère avec celui du total bilan qui reflète l’ensemble de la richesse de l’entreprise. Le tableau ci-dessous résume les seuils quantitatifs fixés par la Commission européenne pour définir les PME4 : L'effectif est évalué en "Unités de Travail-Année" (UTA), c'est à dire en nombre de personnes ayant travaillé pendant toute l'année dans l'entreprise (les apprentis et les stagiaires, les congés de maternité et les congés parentaux ne sont pas pris en compte). Les temps 2 Source : www.cases.lu 3 http://enset-media.ac.ma/cpa/definition_pme_maroc_et_europe.htm 4 Source : Communication de la Commission européenne
  9. 9. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 9 partiels et les contrats temporaires sont intégrés au calcul sur la base d'un prorata temporis. Les chiffres d'affaires sont calculés hors taxes et à la date de clôture de l'exercice annuel. Lorsque l'entreprise n'est pas autonome, ce C.A. est calculé par cumul avec celui des entreprise "partenaires" ou "liées". 1.2. Aux Etats Unis : Contrairement aux états européens, la définition donnée aux PME aux Etats-Unis diffère selon le secteur d’activité de cette dernière. En effet, la PME est définie selon deux critères cumulatifs :  L’indépendance tant pour la détention du capital que pour la gestion  L’absence de position dominante dans son marché. Les autres critères purement qualitatifs varient selon les secteurs d’activité. Selon le Small Business Act (SBA), le seuil de l’effectif global d’une PME est fixé à 500 salariés mais pourrait être étendu à 1500 dans l’industrie manufacturière. Le chiffre d’affaires varie également selon les secteurs : il doit être inférieur à 5 millions de dollars dans les services, à 13,5 millions dans les activités commerciales et ne doit pas excéder 17 millions de dollars dans le secteur de construction. 1.3. Au Canada : Selon la confédération générale des petites et moyennes entreprises, les PME se répartissent selon la manière suivante :  Petites entreprises : effectif de 5 à 50 salariés  Moyennes entreprises : se définissent de manière variable selon les provinces et le secteur d’activité, avec un plafond fixé à 500 employés. Pour toutes les entreprises considérées comme PME, le total des actifs ne doit pas excéder 25 millions de dollars canadiens et, à l’instar de l’Union Européenne, elles ne doivent pas être détenues de plus de 25% par une entreprise de taille supérieure. 1.4. Reste du Monde : a) Les pays de L’OCDE : Au sein de l’OCDE (L’organisation de coopération et de développement économique) qui comporte 34 états membres, les PME représentent plus de 95% des entreprises dans la
  10. 10. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 10 plupart des pays, et plus que la moitié des emplois du secteur privé. A titre d’exemple, en Nouvelle Zélande 9/10 des entreprises sont des PME avec moins de 10 salariés. La plupart des pays membres de l’OCDE essayent en permanence de promouvoir l’entreprenariat et le développement des PME, avec un nombre infini de programmes et politiques d’appui. A l’instar de l’Union européenne, l’objectif principal est d’aider les PME à surmonter les difficultés de financement, d’innovation et de technologies, ainsi que de faire face au défi de l’e-commerce, à la faiblesse du management et à la mondialisation. En Corée du Sud par exemple, toutes les nouvelles PME dans les milieux ruraux, bénéficient de taux d’intérêts inférieurs à la moyenne, et pourraient également bénéficier d’une exonération fiscale. b) Afrique du Sud : Le gouvernement sud-africain est parfaitement conscient de l’importance de ses PME locales et de leur contribution au développement du tissu économique du pays. Selon des statistiques issues d’un rapport du ministère des finances sud-africain, les PME contribuent aux alentours de 50% du PIB du pays, génèrent environ 40% de la production et accueillent plus de 60% du total emploi. II. Définition de PME au niveau du Maroc 2.1. La version légale de la PME : Jusqu'en juillet 2002, il n'existait pas de définition "officielle" de la PME au Maroc. Jusqu'alors deux approches prévalaient : - la première, largement répandue, consistait à considérer comme PME toute entreprise dont le Chiffre d'Affaires était £ 75 millions DH. - une seconde, avait été proposée en septembre 2001 par les auteurs du document "Vision de l'avenir du Maroc - Quelle vision pour les PME/PMI ?" rédigé à l'occasion du projet "Maroc - Vision 2020". Suite à une réflexion approfondie sur la notion de PME au Maroc et à partir de la stratification d'un échantillon composé de près de 10 000 entreprises, ceux-ci proposaient de définir les PME/PMI marocaines sur la base des trois critères suivants :  Total effectifs : < 200 personnes  Chiffres d'affaires : < 50 millions DH  Total bilan : < 30 millions DH
  11. 11. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 11 Toutefois, depuis la loi 53-00 formant « Charte de la PME » du 23 juillet 2002, cette catégorie d’entreprise a une définition « officielle » Selon l’article premier de cette loi, « la PME est une entreprise gérée et ou administrée directement par les personnes physiques qui sont les propriétaires, copropriétaires ou actionnaires et qui n’est pas détenue à plus de 25% du capital ou des droits de vote par une entreprise, ou conjointement par plusieurs par plusieurs entreprises, ne correspondant pas à la définition de la PME.5 ». (Ce seuil peut toutefois, être dépassé lorsque l’entreprise est détenue par des fonds collectifs d’investissements, des sociétés d’investissement en capital, des organisations de capital-risque, des organismes financiers habilités à faire appel à l’épargne publique à condition que ceux-ci n’exercent, à titre individuel ou conjointement, aucun contrôle sur l’entreprise) Par ailleurs, les PME doivent répondre aux deux conditions suivantes :  Avoir un effectif permanent ne dépassant pas 200 personnes  Avoir réalisé, au cours des deux derniers exercices, soit un CA hors taxe inferieur de 75millions de DH, soit avoir réalisé un total bilan inférieur à 50 millions de DH Lorsque la PME détient directement ou indirectement plus de 25% du capital ou des droits de vote dans une ou plusieurs entreprises, il est fait addition des effectifs permanents et des C.A. H.T. ou des totaux des bilans annuels de ladite P.M.E. et des autres entreprises précitées. 5 Article 1 de la loi N° 53-00 formant la Charte de la PME, Dahir N° 1-02-188 du 12 joumada 1423 du 23 Juillet 2002, Bulletin
  12. 12. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 12 2.2. La définition de Bank Al-Maghrib : Dans le cadre de la mise en place des approches avancées « Bâle II » au titre du risque de crédit, les seuils de segmentations ont été revus et une nouvelle définition a émergé. Deux critères déterminants sont retenus : le chiffre d’affaires annuel et le montant des crédits bancaires dont la PME bénéficie. Le circulaire n° 8/G/2010 relative aux exigences en fonds propres pour la couverture des risques de crédit, de marché et opérationnels, a établi les critères de segmentation prudentiels que les établissements de crédits doivent appliquer pour les besoins de détermination des exigences en fonds propres au titre du risque de crédit. Il s’agit des critères suivants :  La grande entreprise : le chiffre d’affaire hors taxes ou celui du groupe d’intérêt auquel elle appartient, est supérieur à 175 millions de dhs.  La petite et moyenne entreprise : y compris les entrepreneurs individuels est celle qui répond à l’une des deux conditions suivantes :  Le chiffre d’affaires hors taxe ou celui du groupe d’intérêt auquel elle appartient est supérieur à 10 millions de dhs et inférieur ou égal à 175 millions de dhs.  Le chiffre d’affaires hors taxe est inférieur à 10 millions de dhs et le montant global des créances que détient l’établissement de crédits à son égard ou du groupe d’intérêt auquel elle appartient, est supérieur à 2 millions de dhs.  La très petite entreprise : le chiffre d’affaires hors taxe ou celui du groupe auquel elle appartient est inférieur à 10 millions de dhs et le montant global des créances détenues à son égard est inférieur à 2 millions de dhs.
  13. 13. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 13 Chapitre 2 : L’importance des PME dans les économies : Le rôle des PME est maintenant partout reconnu. Ces entreprises ont des profils très diverses, allant de la micro-entreprise locale, jusqu’à « la gazelle », la high-tech innovante disposant du dernier cri technologique, en passant par l’entreprise familiale traditionnelle et l’entreprise informelle. Dans toutes les économies qu’elles soient développées ou émergentes, ces PME, constituent les véritables promotrices de développement. En effet, une des importantes caractéristiques d’une économie en pleine croissance est un secteur de PME en pleine expansion. Selon les statistiques, dans l’ensemble des pays développés, ces mêmes petites et moyennes entreprises constituent entre 96% et 99% des entreprises industrielles. Leur rôle dans le renouvellement du tissu productif ne pourrait jamais donc être négligé. Ce rôle devient fondamental pour les pays en voie de développement qui font face aux défis classiques en termes d’emploi et de distribution de revenus. Les PME pourraient contribuer activement à la création d’emploi et à la production et Il a été constaté qu’elles pourraient participer directement et d’une manière significative à l’épargne globale et à l’investissement formant ainsi l’armature de l’économie, si les conditions étaient favorables à leur développement. Dans les pays industrialisés, les études empiriques ont montré que les PME contribuent aux alentours de 55% du PIB et 65% de l’emploi mais ces chiffres sont plus faibles pour les pays à bas revenus. Particulièrement en Europe Centrale, un segment de plus en plus important de PME a investi dans la croissance et la modernisation en tant que fournisseurs, principalement auprès d’entreprises transnationales ou parfois, en tant que fabricants de produits finaux et exportateurs.6 I. Poids de la PME dans les économies : En général, les grandes entreprises ont contribué à des pertes d’emplois entre 1988 et 2001, alors que le secteur des PME était largement employeur. Durant les premières années de cette période, la croissance était concentrée sur le secteur des petites entreprises, alors que les moyennes et larges firmes n’ont pris de l’élan qu’à partir de 1997. En 2001, le ralentissement économique a impacté négativement les emplois en général dans tous les secteurs mais, c’est principalement, les grandes entreprises qui ont procédé aux destructions des emplois via les licenciements. 6 Source : Chronique des Nations Unies : les économies en transition ; l’importance des petites et moyennes entreprises.
  14. 14. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 14 Globalement, les PME contribuent aux alentours de 66% des emplois au sein de l’UE, Un chiffre qui devrait davantage augmenter grâce aux challenges et opportunités auxquels Font face les PME européennes en termes de mondialisation, e-commerce et l’usage d’internet par les entrepreneurs. Durant la dernière décennie, les PME étaient les sources principales de création d’emplois. 1. Sur le plan européen : Dans l’union européenne, les PME ont une importance particulière et leur nombre s’élève selon les estimations de 2008, à environ 20.7 millions, soit 99.8% des entreprises européennes7 , et fournissent 65 millions d’emplois. Parmi ces 20 ,7 millions, 92% sont des TPE (toutes petites entreprises) employant moins de 10 salariés. Les statistiques montrent que les PME sont responsables de plus des 2/3 des emplois au sein de l’union européenne (67,4%), avec les TPE qui représentent 20,7%, les petites entreprises 29,7% et les moyennes entreprises 17%. Globalement, les PME, contribuent à plus de la moitié du chiffre d’affaires du secteur privé européen. 2. Les Etats-Unis : Aux Etats-Unis, le pays où la concurrence est presque sacrée, et tellement glorifiée, le Small Business Act, initialement promulgué en 1953 mais largement modifié et amplifié en 1982, est intéressant. Cette loi assure aux PME, obligatoirement, une part de tous les marchés publics, soit directement soit via l’intermédiaire des grandes entreprises. En effet, tous les marchés publics, dont la valeur se situe entre 2.500 US$ et 100.000 US$ sont uniquement réservés aux PME. De plus, les appels d’offres supérieurs à 500.000 US$, remportés par une grande entreprise, doivent comporter un plan de sous-traitance montrant la part à laquelle les PME ont droit. Au total, des centaines de milliards de dollars de contrats ont dopé la croissance des PME. Bien évidemment, cette aide destinée aux PME provoque une distorsion majeure de la concurrence. Néanmoins, les pouvoirs publics américains sont bien conscients qu’il convenait d’aider les PME pour qu’elles deviennent les champions du futur car elles sont un facteur important pour lutter contre la pauvreté et le chômage. C’est aussi aux Etats-Unis qu’on trouve le plus grand programme d’aide publique à la création d’entreprises technologiquement innovantes. Le programme SBIR (Small Business Innovation Research) est mis en œuvre depuis 1992, toujours dans le cadre du SBA. Il vise à soutenir l’innovation des PME/PMI via des subventions versées par des agences fédérales. Grâce à ce programme et ses subventions 7 Rapport annuel 2009 de la commission européenne, Entreprise et Industrie.
  15. 15. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 15 annuelles d’environ 2 milliards de dollars, la création d’entreprises est encouragée, et les PME sont incitées à étendre leur potentiel technologique et à créer de nouveaux produits. 3. Le canada : Le Canada pourrait facilement être surnommé un pays d’entrepreneurs en raison du nombre élevé des sociétés créées par des entrepreneurs dans le pays. En effet, les PME jouent un rôle essentiel dans l’économie canadienne et leur succès a une incidence directe sur la santé économique globale du pays. Ce sont le moteur de la création d’emploi dans l’état fédéral, avec un nombre qui s’élève à 2,4 millions entreprises enregistrées avec une densité des plus élevées 70/1000 habitants. Plus de la moitié de ces entreprises dispose de moins de 4 employés et 98% emploient moins de 100 personnes (soit 2,35 millions de PME). Ces entreprises représentent 45% du PIB, et 60% des emplois. Elles jouent également un rôle important dans les approvisionnements du gouvernement. Elles ont toujours eu ce rôle important dans le pays, et représentent environ 43% de la valeur des achats du gouvernement et 66% des marchés publics. 4. Reste du Monde : a) Les pays de L’OCDE : Au sein de l’OCDE (L’organisation de coopération et de développement économique) qui comporte 34 états membres, les PME représentent plus de 95% des entreprises dans la plupart des pays, et plus que la moitié des emplois du secteur privé. A titre d’exemple, en Nouvelle Zélande 9/10 des entreprises sont des PME avec moins de 10 salariés. La plupart des pays membres de l’OCDE essayent en permanence de promouvoir l’entreprenariat et le développement des PME, avec un nombre infini de programmes et politiques d’appui. A l’instar de l’Union européenne, l’objectif principal est d’aider les PME à surmonter les difficultés de financement, d’innovation et de technologies, ainsi que de faire face au défi de l’e-commerce, à la faiblesse du management et à la mondialisation. En Corée du Sud par exemple, toutes les nouvelles PME dans les milieux ruraux, bénéficient de taux d’intérêts inférieurs à la moyenne, et pourraient également bénéficier d’une exonération fiscale. b) Afrique du Sud : Le gouvernement sud-africain est parfaitement conscient de l’importance de ses PME locales et de leur contribution au développement du tissu économique du pays. Selon des statistiques issues d’un rapport du ministère des finances sud-africain, les PME contribuent aux alentours de 50% du PIB du pays, génèrent environ 40% de la production et accueillent plus de 60% du total emploi.
  16. 16. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 16 II. Rôle de la PME dans la croissance économique du Maroc 1. Poids des PME dans le tissu productif national : Selon les données la direction des statistiques8 , la PME est présente dans tous les secteurs d'activité économique avec un taux de 98% : l'industrie, l'artisanat et le BTP, les commerces et enfin les services qui englobent le tourisme, les communications, le transport, les services financiers .D'après le graphique ci-dessous , la part des PME est de plus de 90% dans toutes les branches d'activité sauf celle de la production et de la distribution d'électricité, gaz et eau, où cette participation est uniquement de 50%. La participation des PME dans la création de la valeur ajoutée globale est de 21%. Cette participation est très variable allant de 0,2% pour la branche de la production et distribution d’électricité, gaz et eau, à 73% pour la branche de l’immobilier et services aux entreprises. Elle s’élève à 20% dans le cas des industries manufacturières. 8 synthèse : Direction de la politique économique générale « les PME au Maroc éclairage et propositions »
  17. 17. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 17 2. Répartition des PME par branche d’activité économique En terme de nombre d’entreprises, le tissu des PME est composé d’abord par les activités de commerce et réparations (30%), suivies des activités de l’immobilier et services aux entreprises (22%) , et des industries manufacturières (15%). Malgré leur part de 15% dans la population des PME, Les industries manufacturières génèrent la plus grande valeur ajoutée avec une contribution de 37%. Elles sont suivies des activités de commerce et réparations (19%) et de l’immobilier et services aux entreprises (13%).
  18. 18. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 18 3. Poids des PMI dans l'ensemble du tissu industriel : Concernant le secteur industriel, plus précisément, le traitement des statistiques du Ministère de l’Industrie pour l’année 1998 permet d’élaborer le graphique suivant qui renseigne sur le poids de la PMI dans l’ensemble des industries manufacturières: 4. Répartition des PMI par branche d’activité industrielle : En termes de nombre d’unités, les PMI sont concentrées dans trois branches principales: les industries chimiques et para chimiques (32 %), les industries agro alimentaires (26 %), et les industries textiles et cuir (24 %).
  19. 19. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 19 En terme de valeur ajoutée, on retrouve quasiment la même concentration : les industries chimiques et parachimiques ( 33 %), les industries agro-alimentaires ( 28 %), et les industries textiles et cuir ( 20 %). En terme d’exportations, les industries textiles et cuir viennent également en tête (45 %), suivies, cette fois-ci, des industries agro-alimentaires (39 %), et des industries chimiques et para-chimiques (10 %)
  20. 20. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 20 En terme d’investissement, ce sont les industries chimiques et parachimiques qui viennent en tête (34 %), suivies des industries agro-alimentaires ( 30 %), et des industries textiles et cuir ( 21 %).
  21. 21. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 21 PARTIE 2 LE MANAGEMENT STRATEGIQUE DES PME
  22. 22. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 22 Chapitre I : manager les PME I. CARACTERISTIQUES DES PME : Les PME présentent de nombreuses spécificités. Du fait de leur taille, elles ont une structure souple, mais sont souvent dépendantes de leur environnement et ont une activité vulnérable. Par ailleurs, la plupart des dirigeants de PME privilégient l'indépendance et la pérennité de leur entreprise à sa croissance. Avant de déterminer une stratégie, la PME se doit, comme la GE, d'établir un diagnostic externe et interne qui lui permettra d'identifier des opportunités de développement ou au contraire des menaces. Cette démarche permettra à la PME de dégager ses caractéristiques à savoir ses forces et faiblesses. 1. Les forces de la PME : La PME présente généralement une structure simple et flexible qui lui permet d'être réactive à toute modification de l'environnement. Cette organisation entraîne de faibles coûts de structure ce qui peut lui donner un avantage concurrentiel par rapport à la GE. Cependant, dans une phase d'expansion qui pourrait entraîner des modifications de sa structure, la PME devra faire en sorte que ces coûts soient absorbés par les ventes futures. Les niveaux hiérarchiques étant souvent très réduits, les processus de décisions sont plus rapides pour régler les problèmes liés à l'activité. L'information circule également de manière plus efficace même si elle revêt un caractère informel. Dans les PME, les salariés peuvent être plus motivés que dans une GE. En effet, ils peuvent se sentir plus impliqués dans la pérennité de la PME car cette dernière n'offre pas toutes les possibilités d'une GE en cas de licenciement (reclassement, indemnités de licenciement par exemple). De plus, la taille de la PME permet aux salariés d'être plus souvent associés aux prises de décisions. 2. Les faiblesses de la PME : La taille de la PME est aussi un handicap. En effet, la PME est vulnérable de par son domaine d'activité. Si la PME est mono-produit, une chute de la demande entraînera une baisse des revenus que la PME ne pourra pas compenser par un autre produit. La PME qui dépend d'un seul client, par exemple dans la grande distribution, ou d'un seul fournisseur s'expose à un risque économique très important. L'agressité de la GE doit conduire la PME à mettre en place une "veille" pour maintenir sa position de leader dans son secteur d'activité. Cette "veille" peut être coûteuse à la PME. La PME peut également rencontrer des problèmes de financement liés à son développement. En effet, les banques sont souvent réticentes à accorder des crédits quand les PME ne sont pas adossées à de grands groupes. En cas
  23. 23. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 23 d'évolution, la PME peut rencontrer des rigidités au changement. Dans une PME, les salariés ont des évolutions de carrière (verticales et horizontales) moins importantes que dans les GE . Un changement pourrait les conduire à assumer des nouvelles fonctions pour lesquelles ils ne sont pas formés et ainsi modifier le climat social. La PME devra s'appuyer sur ses forces et limiter l'impact de ses faiblesses pour déterminer la stratégie la mieux adaptée à son activité et à sa position dans l'environnement économique. II. Quels styles de management pour la PME ? Il n’existe pas un unique style de direction et de gestion. On trouve au sein des PME les quatre styles de commandement énoncés R. Likert.  Les différents styles de management des dirigeants des PME Il n’existe pas un unique style de direction et de gestion. On trouve au sein des PME les quatre styles de commandement énoncés R. Likert. Style autoritaire – Fondé sur la crainte et le respect des ordres donnés – Pas de consultation du subordonné – Communication très hiérarchisée du sommet vers la base Style paternaliste – Faible décentralisation – Peu favorable à l’esprit d’initiative et à l’esprit d’équipe Style consultatif – Travail en équipe encouragé – Consultation du groupe pour la prise de décision – Communication ascendante et descendante Style participatif – Coopération et contribution véritable à la prise de décision – Libre circulation des informations  Les modes de management dépendent de plusieurs facteurs :  la personnalité et les compétences du dirigeant ;  le degré d’implication du personnel ;
  24. 24. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 24  le contexte de l’entreprise, notamment le milieu et l’époque.  La grille des styles de management (Blake et Mouton) : Idées forces : la pratique habituelle d’un manager, qui révèle son style de management, peut se définir par rapport à deux dimensions :  l'intérêt pour la production (souci porté aux activités, aux décisions, aux structures, aux procédures et aux méthodes qui permettent d'atteindre les objectifs visés) ;  l'intérêt pour le personnel (prise en compte des besoins, attentes et personnalités des collaborateurs). En croisant ces deux dimensions, on peut identifier cinq grands styles de management :  le style 9,1 de commandant autoritaire qui demande la soumission du subordonné ;  le style 1,9 qui cherche avant tout à développer un bon climat de relations humaines ;  le style 1,1 où le manager laisse faire ou s'efface devant les procédures, ou les règles du métier ;  le style 5,5 qui privilégie les compromis réalistes et souvent peu ambitieux ;  le style 9,9 qui recherche l'intégration optimale des deux types d'exigences. Le style pratiqué est en général un mélange de plusieurs styles types, mais l'un d'entre eux est dominant. Il convient de distinguer les styles « de façade » et les styles réels. Les tendances d'évolution à long terme favorisent le développement du style 9,9.
  25. 25. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 25 Chapitre II : les pratiques du management stratégique dans les PME I. Les stratégies des PME : Il s'avère que la stratégie de spécialisation semble la mieux adaptée à la PME. Nous verrons toutefois que cette stratégie peut, dans un deuxième temps, aboutir sur une stratégie d'impartition. 1. La spécialisation : Il s'agit pour la PME de ne fabriquer qu'un seul type de produit. La PME base sa stratégie sur la recherche d'une niche. Elle vise à donner à l'entreprise un avantage concurrentiel qui porte sur le prix et/ou sur une différenciation perçue comme unique par une cible restreinte. Elle va essayer de se démarquer de la GE en accentuant un avantage compétitif sur un segment suffisamment petit pour ne pas intéresser la GE. Au niveau de son métier, la PME va essayer de réduire l'accessibilité à son domaine d'activité en développant un savoir-faire. Les pianos Steinway sont leaders dans les pianos haut de gamme et non pas de concurrence conséquente du fait de leur savoir faire. En effet, leurs produits sont entièrement conçus et accordés à la main. Steinway vise un marché de niche et s'en porte plutôt bien (Les Echos - Juin 2001). La PME adopte une stratégie de spécialisation (appelée également stratégie de focalisation) quand elle ne souhaite pas dépasser une certaine taille ou qu'elle ne dispose pas de moyens suffisants pour couvrir tout le marché. Une telle stratégie aboutit à la création d'un avantage concurrentiel dans la mesure où la présence sur le segment permet de mieux répondre à la demande en termes de prix ou de différenciation. L'avantage de la focalisation est supérieur à celui qu'aurait permis une présence sur plusieurs segments. De plus, les coûts supportés sont inférieurs à ceux engendrés par une non focalisation. Véritable miraculé du textile, Saint-James doit sa réputation à la qualité de ses produits (t-shirts marins et vestes en laine). Pour maintenir la qualité de sa fabrication, cette PME a décidé de rester en Normandie plutôt que de la délocaliser dans le maghreb. Toutefois, pour limiter les risques dus à cette spécialisation et assurer la pérennité, d'autres options stratégiques s'offrent à la PME, fondées sur la concertation et sur la coopération. 2. La stratégie d'impartition (ou d'alliances) : La coopération entre entreprises est un phénomène récent qui s'est fortement développé au cours des deux dernières décennies. Les mutations de l'environnement (déréglementation des marchés, division internationale du travail, pression de la concurrence) ont conduit les entreprises à coopérer pour assurer leur avenir lorsque ce n'est pas leur survie.
  26. 26. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 26 Les relations de coopération peuvent prendre la forme d'alliances (entreprises de même secteur dans la même filière) ou de partenariats (entreprises appartenant à des champs concurrentiels totalement différents). Les objectifs qui poussent les entreprises à s'allier avec des partenaires qualifiés sont liés à l'entreprise elle-même (réduire les coûts en les partageant, valoriser une invention, rentabiliser ses investissements, provoquer des effets de synergie, renforcer la compétitivité) et aux marchés (rechercher une taille critique, accéder à de nouveaux marchés, neutraliser un concurrent, trouver un financement). La Cosmetic Valley (Eure et Loir) et la Plastic Valley (Ain/Jura) sont deux exemples qui illustrent ce type de stratégie. Ces entreprises constituent un réseau qui leur permet de mettre en commun leurs compétences. A travers leur association, les PME de la Cosmetic Valley sont représentées dans des grands salons professionnels internationaux. Cette forme de coopération permet aux PME de rester juridiquement indépendante mais de se développer sur une niche particulière et/ou à l'international. Elle est également une nouvelle manière de résister aux GE. Dans un système de concurrence de plus en plus importante, les PME sont obligées de réfléchir à moyen et long terme. Face aux grands groupes, il semble que les meilleures stratégies possibles soient : stratégie de spécialisation qui leur permet de devenir indispensable et ainsi envisager un développement international, stratégie de regroupement pour proposer des offres communes aux donneurs d'ordres. Il faut comme pour les grands groupes viser "l'excellence" car la mondialisation concerne toutes les entreprises. II. La nature du management dans les PME : La direction d’une PME oblige à la polyvalence : il faut aussi bien maîtriser des activités de réflexion liées aux décisions stratégiques qu’accomplir des tâches opérationnelles.
  27. 27. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 27 Compétences variées des dirigeants de PME : Catégorie d’entreprise Caractéristiques Compétences Micro-entreprise (TPE) Homme-orchestre Polyvalence Métier de base Savoir-faire dans un domaine spécialisé Métier d’entrepreneur Compétences entrepreneuriales Ex. : adaptabilité et débrouillardise Métier de gestionnaire Compétences de gestion Ex. : vente et communication Petite entreprise (PE) À la fois généraliste et spécialiste d’un secteur d’activités Savoir-faire dans un domaine spécialisé Métier de chargé d’affaires Compétences en affaires Ex. : négociation, compétences relationnelles (réseau) Métier de dirigeant Compétences en direction Ex. : commandement et délégation Moyenne entreprise (ME) Leader Savoir croître Orientation marketing Stratège Compétences de stratégie Ex. : conception, vision et mise en œuvre III. Pour une bonne pratique de la vielle dans les PME : 1. Assurer de la volonté et de la conviction des dirigeants de l’entreprise : La veille est l’affaire des dirigeants de l’entreprise, car le but des opérations de veille consiste à mettre à disposition des informations destinées au travail quotidien des décideurs. Il repose sur une culture collective de gestion et de partage de l’information dans l’entreprise. Dans la majorité des cas sa mise en place nécessite la remise en question des habitudes informationnelles et donc une certaine réorganisation du travail dans l’entreprise.
  28. 28. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 28 De plus, la veille a un coût, elle nécessite la mise à disposition des moyens adéquats. Une partie du temps de travail de certains collaborateurs doit en effet être affectée à la fonction veille. Une partie de l’information entrant dans le système doit être achetée et certaines tâches doivent être sous-traitées. Par ailleurs, un minimum de ressources matérielles est nécessaire pour assurer les tâches requises. Les décisions initiales quant à la mise en œuvre d’un processus de veille doivent donc venir des décideurs de l’entreprise. On pourra ainsi se poser les questions suivantes : A. La veille est-elle une initiative engagée, soutenue et pilotée par les dirigeants de l’entreprise ? Si oui : On peut estimer que l’entreprise dispose déjà d’un certain niveau de pratique en matière de veille. En cas de fonctionnement jugé insuffisant, il faut faire appel à des spécialistes externes pour faire évaluer le processus de veille et amorcer des actions correctives. B. La veille est-elle limitée à des actions isolées et sporadiques de recherche d’informations quand il y a urgence, crise ou changement. Si oui : Se référer au commandement. C. Les dirigeants souhaiteraient-ils améliorer les pratiques existantes ? Si oui : Renseigner sur des programmes de formation à la veille auprès des institutions compétentes ou faites évaluer le processus pour envisager des mesures correctives. D. La veille est-elle limitée à des activités isolées et sporadiques de certains membres de l’entreprise, sans soutien de la part des dirigeants ? Si oui : Sensibilisez les dirigeants à l’importance de la veille pour l’entreprise. Sollicitez à cet effet un expert issu d’une institution compétente pour un exposé illustré par des exemples concrets de systèmes de veille fonctionnant dans des PME/PMI. 2. Analysez le niveau des pratiques informationnelles dans l’entreprise : L’objectif de cette étape consiste à dresser un bilan des sources d’informations exploitées par l’entreprise, ainsi que des modes de traitement utilisés, en vue de rendre les informations collectées par l’entreprise utilisables dans le processus de veille. La veille permet de renforcer une intuition lors de la prise de décision, car elle offre une base de connaissances plus large de par les diverses informations qu’elle permet d’intégrer. Par ailleurs, l’utilisation de l’information existante est une des façons les plus économiques de s’approprier des connaissances externes.
  29. 29. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 29 Il convient ici de porter une réflexion sur les éléments pris en compte lors de la prise de décision au sein de l’entreprise ? A. Disposer de suffisamment d’informations pour orienter le choix d’une technique, d’une méthode, d’un matériau, d’un produit… au moment de la résolution de problèmes opérationnels dans l’entreprise ? B. Avant de mettre en œuvre un projet d’innovation dans l’entreprise : Connaitre ou vérifier minutieusement ce qui a été fait ailleurs? Vérifier s’il n’y a pas de risque de contrefaçon par rapport à des idées protégées par des titres de propriété industrielle ? C. Etre au courant des réalisations des concurrents ? D. Etre au courant des nouveaux développements effectués dans le domaine des technologies ou produits concurrents susceptibles de rendre les vôtres obsolètes ? E. Connaitre de nouvelles opportunités de développement ou de diversification pour l’entreprise ? Si ces questions n’ont pas été répondues toutes par un OUI ferme, il serait opportun de revoir les pratiques informationnelles. Nous proposons dans ce cas de réaliser ceci en deux étapes : 1. Faire un inventaire critique des sources d’informations exploitées au sein de l’entreprise. Pour cela, il faut reporter à la liste des sources d’informations et poser les questions suivantes : La source d’informations mentionnée est-elle exploitée ? Si oui : L’est-elle de façon efficace ; est-ce qu’avec la méthode d’exploitation actuelle nous ne risquons pas de passer à côté d’informations importantes pour nous ? Si non: Cette source pourrait-elle être pertinente ? Pourquoi cette source n’est-elle pas exploitée ? 2. Vérifier si le traitement des informations sont fait de façon adéquate, en posant la série de questions suivante :  Les informations sont-elles validées avant d’être utilisées pour la prise de décision ?
  30. 30. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 30  Les informations importantes sont-elles recoupées avec des informations issues de sources indépendantes de la première ?  soucier de la qualité des informations recueillies ?  soucier de l’âge des informations utilisées ?  Apporter ses propres commentaires aux informations ? 3. Analyser les mécanismes de diffusion de l’information dans entreprise : Chaque membre d’une entreprise est quotidiennement en contact avec des informations utiles pour celle-ci, que ce soit dans le cadre de ses activités professionnelles ou extra-professionnelles. Dans un premier temps, il est important de localiser tous les acteurs susceptibles d’apporter des éléments d’information pertinents, il faut ensuite s’assurer de l’existence des mécanismes nécessaires pour faire remonter au bon endroit (à la bonne personne) les informations captées. Pour mener à bien l’analyse des mécanismes de diffusion de l’information il est indispensable :  Identifier les capteurs potentiels d’informations intéressantes pour l’entreprise.  Répertorier les moyens à disposition du personnel de l’entreprise pour faire remonter les informations qu’il juge utiles ou importantes pour l’entreprise ? Par exemple : - Fiche de synthèse, - Réunion de travail, - Rapport d’étonnement, - Formulaires (soumis à une personne désignée ou situé à un endroit dédié), - Messagerie électronique, - Intranet,… Afin d’encourager le personnel de l’entreprise à partager les informations qu’il détient, il est important que chacun connaisse dans un premier temps les informations à diffuser, et qu’il puisse ensuite bénéficier d’un retour en information.
  31. 31. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 31 1. Penser qu’il faille effectivement faire bénéficier le diffuseur d’une information intéressante, d’un retour sur l’information transmise ? 2. Diffuser régulièrement et systématiquement des informations autres qu’opérationnelles au personnel de l’entreprise, sous quelle forme/par quel moyen ? - Informelle, lors de réunions systématiques, - Discussion directe, - Présentoir, - Bibliothèque, - Circulation de sommaires, - Circulation d’ouvrages (périodiques, livres …), - Lettre d’information diffusée en interne/externe, - Système de messagerie électronique interne, - Intranet,… 3. Le système de diffusion adopté est-il le plus adapté à la culture de l’entreprise ? 4. Définissez et formaliser les besoins en information : Les besoins en information sont susceptibles de se situer à différents niveaux organisationnels de l’entreprise. Une entreprise aura besoin d’informations de type opérationnel pour pouvoir assurer son travail quotidien, d’informations tactiques afin de prévoir les menaces/opportunités inhérentes soit aux efforts de développement dans le domaine des technologies concurrentes, des nouveaux matériaux… soit aux changements des attentes, des besoins et habitudes des consommateurs. Enfin, sur le plan stratégique, l’entreprise doit être à même d’identifier de nouvelles opportunités de développement pour la définition d’objectifs à moyen et long terme. Les besoins en information étant très variés et les informations à considérer en abondance, il serait illusoire de tenter d’être informé de manière exhaustive. Il est donc impérieux de : 1. Structurer et hiérarchiser les besoins en information,
  32. 32. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 32 2. Faire un choix judicieux des questions jugées les plus importantes à l’heure actuelle et autour desquelles le système de veille doit être organisé. Afin de se guider dans l’étape de définition des besoins, nous proposons à titre indicatif une série de questions : Sur le plan opérationnel (les besoins en information inhérents au travail quotidien de l’entreprise).  Etre sûr de s’informer sur toutes les options possibles avant d’effectuer le choix d’un outil, d’un produit, d’une technique, d’une méthode …?  Etre au courant de toutes les évolutions techniques en relation avec les produits et les procédés de production ?  Etre au courant des normes et règlements en relation avec les activités de l’entreprise ?  Connaitre toutes les activités des principaux concurrents ? Connaitre le positionnement concurrentiel ?  Prendre systématiquement en compte les insatisfactions et doléances des clients ?  Etre sûr du choix des matières premières ou fournisseurs (meilleure qualité, meilleur prix, capacité à répondre à une demande ponctuelle importante…) Sur le plan tactique (évolution des produits de l’entreprise).  Etre sûr que les produits de l’entreprise ne risquent pas d’être substitués par des produits concurrents remplissant les mêmes fonctions ?  Y-a-t-il un risque que les produits de l’entreprise disparaissent à la suite d’une chute des commandes ?  Les produits ne risquent-ils pas de disparaître à cause de contraintes réglementaires (normes, environnement…) en discussion ?  Les produits de l’entreprise existeront-ils encore demain ?  Les mêmes matériaux seront-ils encore utilisés et/ou compétitifs demain ?  Les technologies utilisées seront-elles toujours les mêmes demain ? Sur le plan stratégique (renouvellement des compétences au profit de la pérennité de l’entreprise par exemple).  Avoir réfléchi sur des possibilités de diversification ?  En cas de chute de ses marchés, l’entreprise s’est-elle donnée les moyens d’apporter une réponse rapide pour sa survie ?
  33. 33. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 33  L’entreprise a-t-elle pris en compte la formation continue de ses employés dans un souci d’innovation et d’amélioration continue de ses produits ? Les besoins étant amenés à évoluer avec le temps, il est opportun des réévaluer périodiquement. 5. Sensibiliser et impliquer le personnel concerné à la valeur de l’information : Un des premiers objectifs de toute entreprise est de faire vivre son personnel. Or, celui-ci est-il réellement sensible au fait que c’est par une totale collaboration et les efforts de chacun que l’entreprise pourra être la plus à même de se maintenir et de croître dans un environnement de plus en plus compétitif ? La contribution du personnel sera d’autant plus efficace qu’il aura une meilleure compréhension des objectifs de l’entreprise. Il est donc indispensable de faire passer le message adéquat au personnel. Pour cela, une réflexion approfondie sur les objectifs et la sensibilisation du personnel devra être menée. 1. Quels sont les deux principaux objectifs visés à court terme par l’entreprise ? 2. Quels sont les deux principaux objectifs visés à moyen terme par l’entreprise ? 3. Est-ce que tous les membres du personnel de l’entreprise connaissent les objectifs à atteindre ? 4. être assurés du fait que tous les membres adhèrent aux objectifs de l’entreprise ? 5. A partir du moment où les objectifs sont connus et diffusés, le personnel est-il à même d’identifier les informations importantes pour les réaliser ? Une contribution importante de chaque membre du personnel aux objectifs de l’entreprise consiste à s’informer et à participer activement au processus de veille. Ceci requiert d’être en permanence à l’affût d’informations importantes pour l’entreprise afin des partager dans le cadre du système de veille. A cet effet, il est important d’inculquer une culture d’information au sein de l’entreprise. Une des premières étapes est de permettre au personnel de comprendre les enjeux de l’information. Pour cela il est nécessaire qu’il soit informé de la politique menée par l’entreprise (être meilleur que le concurrent X par exemple) afin qu’il sache quelles informations sont importantes (toutes les informations concernant le concurrent X dans ce
  34. 34. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 34 cas). Il n’y aura en effet communication d’informations de la part du personnel que s’il est lui- même informé (on ne peut pas rechercher quelque chose si ce qui doit être trouvé n’est pas défini). On pourra alors : Désigner un responsable (coordinateur) du système de veille dans l’entreprise et lui donner accès aux formations adéquates, afin qu’il puisse acquérir les compétences et connaissances nécessaires lui permettant d’assurer la fonction de veille. Sensibiliser le personnel à la valeur de l’information, l’inciter à devenir observateur et à faire remonter les informations importantes. 6. Diversifiez les sources d’informations : Il a été observé que la grande majorité des PME/PMI exploitent un nombre très restreint de sources. Beaucoup se limitent à la lecture d’un petit nombre de périodiques et/ou à des discussions avec des fournisseurs ou autres experts de leur métier. Cela est certes honorable, mais insuffisant pour maîtriser son environnement. Si l’entreprise veut disposer d’informations différentes de celles dont disposent ses concurrents, elle doit obligatoirement diversifier au maximum ses sources d’informations. La connaissance approfondie des différentes sources d’informations et de leur diversité, associée à une exploitation systématique et ciblée, permettra de disposer des informations pertinentes plus rapidement que les concurrents inactifs. Il existe deux types principaux de sources d’informations :  Les sources formelles, où les informations disposent d’un support (papier, informatique).  Les sources informelles, pour lesquelles il n’y a pas de support. L’exploitation systématique des sources d’informations ne peut pas se faire au hasard. Il est important d’identifier les sources d’informations les plus pertinentes pour l’entreprise. Pour atteindre cet objectif. Par ailleurs, il est important de savoir qui dans l’entreprise connaît le mieux la source d’informations en question, afin de vérifier si la personne qui collecte l’information la maîtrise effectivement.
  35. 35. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 35 7. Exploitez systématiquement les sources d’informations formelles : L’information formelle publiée sur support papier est parfois également disponible sur support informatique dans des bases de données, la recherche en est donc extrêmement facilitée. Ceci est particulièrement vrai pour l’information scientifique et technique pour laquelle des références aux documents originaux (articles, brevets, comptes rendus de congrès, livres…) sont reprises dans plusieurs milliers de bases de données scientifiques et techniques. L’exploitation d’un ensemble de bases de données judicieusement choisies permettra ainsi de retrouver de la littérature pertinente sur un sujet technique ou sur son arrière-fond scientifique, beaucoup plus rapidement et exhaustivement que par une recherche classique dans la littérature papier. Une surveillance régulière des bases de données (brevets, normes, littérature scientifique…) permettra ainsi de suivre systématiquement l’évolution d’un champ technique ou l’activité d’un concurrent dans le temps. Systématiser la surveillance régulière des sources formelles importantes, en servant des bases de données bibliographiques. Une information jugée à priori peu intéressante pourra gagner considérablement en importance si elle est combinée avec une autre information. C’est pourquoi il est important de diversifier ses sources d’informations. De plus, capitaliser les informations aussi longtemps qu’elles sont susceptibles d’être utiles pourra permettre d’effectuer des recoupements intéressants. Cette capitalisation devra tout de même avoir des limites car un facteur important pour toute information est sa durée de validité, au-delà d’un certain temps il n’est plus pertinent de conserver certaines informations (l’information est une denrée périssable). Il faudra alors penser à la destruction de certaines informations. 8. Organisez la collecte de l’information informelle dans la société : La maîtrise de l’information informelle demande généralement des efforts plus importants que pour l’information formelle. Dans la grande majorité des cas, il faut se déplacer pour la collecter ; et n’ayant en général pas de support, sa capitalisation s’avère pour certains plus délicate. Par ailleurs, une source d’informations informelles amène rarement une information directement voulue, il faut souvent la compléter, la valider ou la recouper par une autre information, afin de la rendre fiable et utilisable.
  36. 36. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 36 Contrairement à l’idée que se font la plupart des entreprises, la collecte de l’information informelle ne se fait pas au hasard, mais s’organise de façon minutieuse et systématique. Il est ici proposé de vérifier le niveau de pratique, en répondant aux questions suivantes :  Avoir identifié toutes les manifestations (foires, salons, expositions) auxquelles l’entreprise doit participer en tant qu’exposant et/ou en tant que visiteur ?  .Préparer un programme de visite des stands avant les déplacements aux manifestations ?  Préparer les questions à poser aux exposants ?  Préparer les entretiens avec les fournisseurs, les clients ?  Connaitre des centres de compétence et des experts susceptibles de se fournir des informations utiles pour résoudre des problèmes spécifiques en relation avec la métier ?  Faire partie d'associations professionnelles ou autres réseaux ? Afin de retrouver facilement l’information informelle, il est judicieux de la formaliser sur un support adéquat. Celui-ci devra non seulement permettre de la retrouver, mais également de la faire circuler aux personnes concernées afin d’y apporter une certaine valeur ajoutée (commentaires, notes…). Différentes solutions sont possibles pour la capitalisation de ce type d’information :  Fiche de collecte,  Rapport de mission,  Réunion de travail / rapport de réunion,  Réunion de debriefing,  Messagerie électronique,  Forum Intranet, … le tout pouvant bien sûr, selon les besoins inhérents à l’entreprise, être formalisé et ensuite intégré dans une base de données. Une question qui résumera l’analyse des pratiques pourrait être : Etre capable de retrouver rapidement une information jugée importante le mois dernier ?
  37. 37. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 37 9. Soucier de la protection des informations : Les activités d’une entreprise, principalement celles de nature immatérielle (intellectuelle), génèrent des informations sensibles. Une fuite vers l’extérieur de telles informations entraîne une perte considérable pour l’entreprise. La protection de l’information interne est de ce fait une partie importante de la gestion de l’information, qu’il ne faut en aucun cas sous-estimer ou négliger. Nous estimons que la protection doit se faire à deux niveaux : 1. La protection physique. Celle-ci consiste à prendre toutes les mesures pour empêcher une personne étrangère à l’entreprise d’accéder à des informations sensibles. Cette mesure comprend par ailleurs toutes les précautions à prendre pour empêcher de dévoiler des compétences, des savoir-faire, des tours de mains… à des visiteurs de l’entreprise. Cela peut paraître trivial et beaucoup se disent que la protection physique dans leur entreprise est irréprochable. Cependant, il est souvent très aisé pour une personne externe à une entreprise de pénétrer dans les locaux et de se promener sans jamais être interceptée. Beaucoup en ont fait l’expérience, à la stupéfaction des dirigeants de l’entreprise en question qui croyaient disposer d’une protection physique maximale. Vérifier donc le niveau de sécurité dans l’entreprise, en posant les questions suivantes :  Est-ce qu’un étranger à l’entreprise pourrait y entrer et s’y promener sans être intercepté par un membre du personnel? Faites faire un test par un externe.  Un contrôle des entrées et sorties des personnes étrangères à l’entreprise est-il effectué ?  Y-a-t-il une personne désignée, responsable de la sécurité dans l’entreprise ?  Des informations sensibles sur support papier ou informatique pourraient-elles être subtilisées facilement sans qu’un membre du personnel s’en aperçoive ?  Est-ce que les documents circulant dans l’entreprise reçoivent un codage particulier (secret, confidentiel) ?  Si se disposer d’un réseau informatique, y a-t-il une personne sensible aux problématiques liées à la sécurité informatique ?
  38. 38. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 38 2. La protection du patrimoine immatériel. Chaque année les entreprise dépensent des sommes très importantes pour concevoir des nouveaux produits, des procédés ou tout simplement pour les améliorer, pour développer des nouvelles "recettes", des savoir-faire spécifiques…, en un mot, pour innover. Elles font par ailleurs des efforts pour créer des signes distinctifs (marques, logos, design), des concepts de commercialisation… qui vont permettre d’identifier des produits avec leur entreprise ou inversement. Elles créent donc un patrimoine totalement immatériel qui contribue de façon considérable, au même titre que le patrimoine matériel, à la richesse de l’entreprise. Un investissement pour le développement d’une nouvelle idée, la création d’un nouveau savoir-faire ou tout autre effort intellectuel peut être très rapidement perdu si l’entreprise ne prend pas le soin de le protéger judicieusement. Une protection efficace est donnée par les titres de propriété industrielle. Ceux-ci vont permettre de protéger les inventions (brevets), les signes distinctifs (marques, logos), les formes, les plans (dessins et modèles). Vérifier la connaissance de patrimoine immatériel et des moyens de protection qui s’y rapportent en répondant aux questions suivantes : 1. Un inventaire de notre patrimoine immatériel a-t-il déjà été réalisé ? 2. Connaitre tous les mécanismes de protection par les outils de la propriété industrielle - le brevet, les marques, les dessins et modèles, les droits d’auteur ? 3. Avoir déjà réfléchi à la possibilité de protéger certains éléments dans l’entreprise ? 10. Faites appel à des professionnels de l’information : La maîtrise de l’information au profit du maintien et du développement de la position concurrentielle d’une entreprise requiert des compétences et des connaissances. Elles ont donné naissance à une discipline autonome, actuellement en pleine évolution ; la veille. La fonction veille dans une entreprise doit toujours être adaptée à ses besoins et ses moyens. Vu les contraintes de temps et de ressources existant déjà dans la grande majorité des PME, la mise en place et le suivi d’un système de veille représente une surcharge de travail que ces entreprises ne sont généralement pas en mesure de supporter entièrement en interne.
  39. 39. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 39 1. Approprier les connaissances et compétences nécessaires pour organiser et maintenir actif le système de veille à l’intérieur de l’entreprise Se renseigner à cet effet auprès des experts en veille de lale région/pays, sur des programmes de formation en veille technologique ou intelligence économique. 2. Demandez l’assistance d’un expert externe pour la mise en place du système 3. Après avoir défini les besoins (cf. autres recommandations), déterminez la partie du travail qui peut/doit être accomplie en interne. 4. Renseigner sur les offres de services en matière de recherche, collecte et traitement de l’information disponibles dans la le région/pays.
  40. 40. Master de recherche - Sciences de Gestion - 2013/2014 Management des PME : Le Management Stratégique des PME Encadré par : Mme. EL ABBADI Bouchra Réalisé par : Hajar EL GUERI & Manal EL JAZOUL 40 CONCLUSTION Bien que l’importance des PME tant au niveau social qu’au niveau économique soit indéniable, ce type d’entreprise ne recevait pas toute l’attention qu’il mériterait de la part des chercheurs en management. La plupart des études et recherches économiques mettent l’accent sur l’importance des petites et moyennes entreprises et le fait qu'elles constituent un facteur de croissance économique très important. En effet, ces entreprises forment l’armature de toutes les économies aussi bien dans les pays industrialisés que dans les pays émergents. Au Maroc Les PME représentent plus de 95% des entreprises, occupent 50% des salariés, réalisent 31% des exportations et 51% des investissements nationaux et 40% de la production, elles jouent un rôle important dans la dynamique économique et sont de véritables facteurs de partage des richesses et de promotion de l’emploi surtout dans un pays comme le Maroc où le problème du chômage tend à s'intensifier chaque année. Malgré leur dominance en nombre dans le tissu économique marocain, la contribution des PME marocaines à la croissance réelle du pays (PIB) demeure en deçà des pays industrialisés. En effet, beaucoup de contraintes se dressent devant l’évolution des PME marocaines.

×