Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Concevoir les villes au service de l’intérêt général à l'aune des données numériques

106 views

Published on


Grâce aux données numériques qu’ils exploitent, des acteurs privés issus du numérique sont désormais des producteurs de l’urbain, tant au niveau de son cadre bâti que de ses fonctions (se loger, se déplacer, se nourrir, se rencontrer…). Dans ce contexte, comment garantir l’intérêt général favorisant, notamment, la transition énergétique et écologique et l’inclusion sociale ?

Published in: Data & Analytics
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Concevoir les villes au service de l’intérêt général à l'aune des données numériques

  1. 1. Concevoir les villes au service de l’intérêt général à l'aune des données numériques Jean-François LUCAS 5ème Masterclass des Canaux / Chaire ETI 25 septembre 2019 Les Canaux, Paris @gehan
  2. 2. 2 3 14 30 55 75 0 10 20 30 40 50 60 70 80 1800 1900 1950 2020 2050 % de la population urbaine Source: Banque mondiale, Perspectives d'urbanisation du monde, selon Nations Unies : http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SP.URB.TOTL.IN.ZS En 2030 : 5 milliards d’urbains pour 8,3 milliards d’individus = +1 milliard d’individus par rapport à 2017 Population urbaine et population mondiale
  3. 3. 3 https://oranjesafari.fr/images/nairobi_kenya.jpgCouverture urbaine mondiale • Entre 2000 et 2030 : + 1,2 million de km2 = 110 km2 par jour, soit à peu près la superficie de Paris ! • Entre 2000 et 2030 : + 2/3 des zones urbaines.
  4. 4. 4 - Hausse de la démographie très forte - Urbanisation exponentielle (et parfois totalement anarchique) - Enjeux d’accès aux ressources primaires : eau et nourriture - Enjeux sanitaires - Enjeux sécuritaires - Défis climatiques - etc. La ville face à….
  5. 5. 5 • 2005 : Bill Clinton encourage Cisco à développer des plans de décongestion des villes afin de « diminuer les émissions de CO2 et économiser à la fois pour les citoyens et les communautés locales du temps et de l'argent ». • 2008 : IBM lance son programme Smarter Cities Smart City – Émergence d’un concept  Émergence du concept de Smart City même s’il existe des traces de cette notion au début des années 1990.
  6. 6. 6 La Smart City (« ville intelligente ») est une ville dans laquelle le quotidien des habitants a vocation à être amélioré, dans ses dimensions environnementales, sociales, économiques ou encore politiques, par la numérisation de ses infrastructures, de ses réseaux et de ses services, et leur optimisation grâce aux technologies informatiques, de l’information et de la communication et numériques. = la technologie au service des habitants / citoyens / usagers = la technologie pour vivre « en intelligence » Une définition parmi tant d’autres…
  7. 7. 7 Techno-messianisme vs. techno-pessimisme
  8. 8. 8 Image Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9veloppement_durable Développement durable = « développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs propres besoins » rapport Brundtland, 1987 Smart City = enjeux de l’urbanisation massive + enjeux du développement durable + dynamique initiée par la télématique
  9. 9. 9 Smart City = enjeux de l’urbanisation massive + enjeux du développement durable + dynamique initiée par la télématique Télématique = convergence de l’informatique et des télécommunications (Nora, Minc, 1977)
  10. 10. 10 « Notre civilisation a atteint trois seuils historiques en 2008. 1. la population urbaine mondiale est devenue équivalente à la population rurale mondiale. 2. le nombre d’abonnés à l’Internet mobile a dépassé le nombre d’abonnés à l’Internet fixe. 3. nous sommes passés de l’Internet des personnes à l’Internet des objets (IoT) ». TOWNSEND A. (2013), Smart Cities: Big Data, Civic Hackers, and the Quest for a New Utopia, New-York, London, W. W. Norton & Company. 2008, un tournant
  11. 11. Une diversité de sources de données
  12. 12. 12 Internet des objets (IoT) : nombre d'appareils connectés dans le monde de 2015 à 2025 (en milliards) https://fr.statista.com/statistiques/584481/internet-des-objets-nombre-d-appareils-connectes-dans-le-monde--2020/ D’autres études prévoient 150 milliards d'objets connectés entre eux en 2025…. Dirk Helbing et Evangelos Pournaras (2015) Share/bookmark « Society: Build digital democracy »
  13. 13. 13 Une quantité astronomique de données… même si… L’informatique est ainsi qualifiée de « pervasive » (Boullier, 2016, 48-49), car les objets connectés se déploient dans l’ensemble de notre environnement quotidien, au point d’en constituer une « peau digitale » (Rabari, Storper, 2014).
  14. 14. 14 + Big Data : des données avec de nouvelles dimensions
  15. 15. • Optimisation et monitoring des services, fonctions, ressources de la ville (transports, énergie, eau, environnement, sécurité, qualité de vie…) et cadre urbain. • Évaluation et transparence de l’action publique : dashboard, indicateurs (KPI) de mesures de la performance des services publics, open data… • Participation des citoyens : intelligence collective, open data, open gouvernance, etc. Quelques promesses du Big Data pour la ville Boston Rio de Janeiro – centre des opérations
  16. 16. 16 Des acteurs de l’informatique et des TIC qui investissent le champ des infrastructures et services de la ville…
  17. 17. 17…voire du cadre urbain
  18. 18. • Service urbain lié aux fonctions urbaines essentielles (se loger, se nourrir, se déplacer…), • qui a recours aux données numériques, notamment au Big Data, • Qui peut mobiliser divers acteurs publics et privés aux différentes étapes de la chaîne de valeur de la donnée (production, captation, traitement, stockage, visualisation, valorisation, etc.) L’émergence des « data services urbains »
  19. 19. • Des services gérés entre acteurs publics et privés sous forme régie, de concession ou encore de marché (= contractualisation avec des clauses possibles quant à la finalité du service, au traitement des données, etc.) • Des services gérés en dehors de toute action de l’acteur public L’émergence des data services urbains
  20. 20. En 2017 • 90 millions d’utilisateurs (dont près de 9 millions en France) • 75 millions d’utilisateurs d’Uber dans 78 pays et 600 villes. • 4,26 millions de restaurants référencés sur Tripadvisor. • 150 millions d’utilisateurs, 65 000 villes dans 191 pays
  21. 21. Intérêt individuel vs. intérêt collectif Problème : des services personnalisés centrés sur l’expérience utilisateur et non l’expérience collective de la ville.
  22. 22. Infomobilite.ch
  23. 23. Waze – Live map
  24. 24. Service centré utilisateur vs. intérêt général ?
  25. 25. Tradition anglo-saxonne : résultat de la somme des intérêts particuliers.  vision « utilitariste » qui vise la maximisation du bonheur du plus grand nombre. En France, « intérêt spécifique à la collectivité nationale qui transcende les intérêts des individus ».  « intérêt global », qui va au-delà de l’intérêt commun comme somme des intérêts individuels Jacques Ion, En finir avec l’intérêt général. L’expression démocratique au temps des ego, éditions du croquant, 2017 Intérêt général ?
  26. 26. Intérêt général, intérêt commun, intérêt public, intérêt collectif, intérêt national, vivre ensemble… - Qui prendre en compte ? Quels acteurs ? - Quelle échelle ? - Quelle temporalité ? Intérêt général : une notion incompréhensible ?
  27. 27. L’exemple d’Airbnb
  28. 28. L’intérêt général pour quels acteurs ? - Usagers / touristes - Logeurs - Hôtels - Commerçants - Habitants - … Qui prendre en compte ?
  29. 29.  locale, régionale, nationale, internationale, mondiale ? A quelle échelle ?
  30. 30. • Selon l’Observatoire Airbnb, en septembre 2017, Paris comptait 86 725 offres sur Airbnb (10 659 chambres et 76 066 logements entiers) • Selon des chiffres de 2018, Airbnb propose 500.000 logements en France, dont 65.000 à Paris. A quelle temporalité ? • des touristes à la place des parisiens, • la hausse du prix des loyers, • la hausse des nuisances sonores (valise, départ, arrivée, non respect du silence, fête), • changement de culture. http://observatoire-airbnb.fr/ile-de-france/paris
  31. 31. Paris, Berlin, Barcelone, Amsterdam… quelle « ville » pour demain ?  Habitants vs. touristes (& logeurs) !  « Ville » contre « musée à ciel ouvert »  Ville vs. l’Europe ! (ou états aux USA) Quel data service urbain pour quelle ville ?
  32. 32. Les deux principales fonctions qui donnent la forme d’une ville (P. Blanquart) : • centralité & accessibilité La ville comme configuration spatiale et couplage de : • densité & diversité (J. Lévy ; M.Lussault ; D. Boullier) • temporalité L’intérêt général à l’échelle des fonctions urbaines ?
  33. 33. Comment préserver l’intérêt général dans la ville de demain ? • Contractualisation public-privé (tendre vers la maitrise et souveraineté des données, code libre et ouvert, logiciels open source, etc.  les données oui, mais les algorithmes aussi). • Régulation par la loi (pour les usages, les usagers – inclusion -, les travailleurs, etc.), sans brider l’innovation.
  34. 34. • Concevoir des data services urbains au regard des fonctions et propriétés urbaines (centralité, accessibilité, densité, diversité, temporalité) pour faire qu’une ville, reste une ville ! • Inclure les citoyens / usagers / habitants au centre des problématiques de la ville, donc de la conception de services. Exemple de Barcelone :  Mise en place d’un processus participatif de grande envergure (en présentiel et en ligne) = 70% des propositions du plan d’actions municipal sont issues directement des citoyens.  Possède son infrastructure de données et les données sont considérées comme un bien commun géré par les citoyens qui en ont la propriété Comment préserver l’intérêt général dans la ville de demain ?
  35. 35. • Poser la question de l’utilité de la technologie Comment préserver l’intérêt général dans la ville de demain ?
  36. 36. De la ville de demain au monde de demain….
  37. 37. Un enjeu mondial, voire terrestre…
  38. 38. Empreinte énergétique du numérique (énergie de fabrication + utilisation des équipements) = + 9 % par an. L’explosion des usages vidéo (Skype, streaming, etc.) et la multiplication des périphériques numériques fréquemment renouvelés sont les principaux facteurs de cette inflation énergétique Source : Shift project / pour une sobriété numérique https://theshiftproject.org Un enjeu mondial, voire terrestre…
  39. 39. Crédits image : Romano Maniglia Agbogbloshie, banlieue d’Accra, Ghana Crédits image : Smithsonian Magazine Un enjeu mondial, voire terrestre…
  40. 40. MERCI ! jean-francois.lucas@groupechronos.org @gehan

×