Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

La littérature en didactique du français langue étrangère

982 views

Published on

Mon mémoire de M1 FLE, Université Stendhal (2010).
Il y a quelques erreurs de langue, mais malheureusement je n'ai que cette copie erronée à partager.

Published in: Education
  • Be the first to comment

La littérature en didactique du français langue étrangère

  1. 1. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 1 LA LITTÉRATURE EN DIDACTIQUE DU FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE (TECHNIQUES DE CLASSE) [MASTER FLE 1, UNIVERSITÉ STENDHAL, GRENOBLE 3] [2009-2010] [SESSION 2] Geetanjali SHRIVASTAVA N°d’étudiant : 20832816
  2. 2. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 2 REMERCIEMENTS J’aimerais remercier tous ceux qui m’ont soutenue au long de ce Masters, en commençant par ma mère et mes amis jusqu’à mes collègues et mes étudiants à l’Alliance Française qui étaient très patients avec moi pendant la préparation aux examens et qui m’ont aussi beaucoup aidée à faire cette étude. Je n’aurais pas pu poursuivre ce diplôme sans le soutien de mon copain, Titash Neogi. Je prends cette opportunité à remercier en particulier mes deux amies Nisha Seshan et Pradnya Devdhar qui m’ont encouragée constamment et m’ont poussée à poursuivre chaque fois que je me sentais déprimée. Enfin je voudrais remercier tous mes professeurs qui m’ont inspirée et qui sont la raison pour laquelle j’ai décidé de faire ce diplôme.
  3. 3. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 3 AVANT-PROPOS La littérature et son importance ont toujours été des sujets de grande discussion, surtout en contexte de l’enseignement du Français Langue Étrangère. Travailler la littérature en classe du FLE, c’est un sujet qui a donné naissance à un grand nombre de discussions et débats et donc c’est un sujet de réel intérêt pour tous les enseignants du FLE. La discussion est devenue encore plus intéressante en raison du débat langue v/s littérature. C’est en réfléchissant sur la place de la littérature en didactique du FLE et en voyant à quel point c’est enrichissant que j’ai décidé de mener une étude sur ce sujet. L’objectif principal de cette étude est de discuter les raisons d’étudier la littérature française en contexte du FLE. L’objectif secondaire est d’indiquer les approches les plus bénéfiques adoptées pour aborder le texte littéraire en classe du FLE, sans perdre son aspect littéraire dans la poursuite de l’apprentissage d’une langue étrangère et ses technicités. A part mes lectures extensives sur ce sujet, mes réflexions et analyses sont basées sur mes observations dans le cadre de l’enseignement du FLE au sein des Alliances Françaises en Inde, surtout celle de Poona. Étant les ambassadeurs de la langue et la culture françaises en Inde, les Alliance Françaises m’ont donné une belle opportunité d’étudier la place de la littérature en didactique du FLE dans le contexte indien. Il faut aussi tenir en compte qu’elles sont les centres importants de la formation de futurs enseignants du FLE et donc elles comprennent un espace important pour la diffusion des idées concernant l’enseignement du FLE. Liées à l’Ambassade et donc au gouvernement français, elles représentent aussi un ample espace de discussions sur les nouvelles approches et les expériences qui ont pour l’objectif d’améliorer l’enseignement/ l’apprentissage du français comme langue étrangère.
  4. 4. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 4 TABLEAU DE CONTENUS LA LITTÉRATURE EN DIDACTIQUE DU FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE 1 REMERCIEMENTS 2 AVANT-PROPOS 3 TABLEAU DE CONTENUS 4 1. INTRODUCTION 5 2. POURQUOI ENSEIGNER LA LITTÉRATURE EN FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE ? 7 2.1 Quel genre de littérature s’approprie-t-il le mieux à l’enseignement du FLE ? 13 2.2 La Littérature française ou la littérature francophone – laquelle enseigner ? 18 3. HISTORIQUE DE LA LITTÉRATURE EN CLASSE DE FLE 21 3.1 La littérature en classe de FLE entre les années cinquante et quatre-vingt 22 3.2 Les années quatre-vingt-dix et le nouveau millénaire 24 4. UN PARCOURS DES MANUELS RÉCENTS DU FLE ET LEUR TRAITEMENT DE LA LITTÉRATURE 25 4.1 La littérature dans Alter Égo 30 5. PERSPECTIVES : DES APPROCHES DIFFÉRENTES 37 6. PRATIQUE DE CLASSE : FICHES PÉDAGOGIQUES 46 7. CONCLUSION 55 8. BIBLIOGRAPHIE ET SITOGRAPHIE 57 9. ANNEXE 59
  5. 5. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 5 1.INTRODUCTION Avant de réfléchir sur la place de la littérature en didactique du FLE, il faut comprendre comment elle est aperçue dans nos jours. Joue-t-elle un rôle important dans nos jours et plus précisément dans la culture française contemporaine? Il est impossible de faire un commentaire sur la littérature française sans faire référence à l’écrivain Vercors qui, dans son livre « Le silence et la mer » fait exprimer son opinion sur la littérature française, un officier allemand : « Les Anglais…on pense aussitôt : Shakespeare. Les Italiens : Dante. L’Espagne : Cervantès. Et nous tout de suite : Goethe. Après, il faut chercher. Mais si on dit : et la France ? Alors qui surgit à l’instant ? Molière? Racine? Hugo? Voltaire? Rabelais? Ou quel autre ? Il se pressent, ils sont comme une foule à l’entrée d’un théâtre, on ne sait pas qui faire entrer d’abord. 1 » La littérature française a toujours eu l’effet de bouleverser ses lecteurs par sa somptuosité. Modèle du « bon usage » de la langue et de la belle écriture depuis le début de la civilisation, la perception générale de la littérature est qu’elle devait être d’abord admirée ensuite imitée. La plupart des étudiants du FLE la voient comme la « belle littérature » qui ne sert qu’à enrichir et à augmenter leurs connaissances culturelles de la France. Certains nient complètement la possibilité d’étudier la littérature sauf si l’étudiant est déjà à un niveau très élevé de langue et de grammaire. Ce qui est remarquable c’est que les enseignants du FLE pensent de la même façon. L’association de la littérature à la culture et la civilisation est soulignée par Marc Blancpain, le Secrétaire Général de l’Alliance Française dans les années cinquante, qui pensait savoir pourquoi les étrangers venaient étudier la langue française. Selon lui, c’était pour : 1 Vecors, Le Silence de la Mer, Éditions de Minuit, 1942
  6. 6. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 6 « […] entrer en contact avec une des civilisations les plus riches du monde moderne, cultiver et orner leur esprit par l’étude d’une littérature splendide et devenir véritablement des personnes distinguées. C’est aussi pour avoir à leur disposition la clé d’or de plusieurs continents et parce qu’ils savent que le français langue belle est en même temps langue utile. Le français élève, et en même temps, il sert.» L’enseignement du FLE portait donc depuis toujours un élément « glamour. » Son association avec la culture et donc la littérature devait impliquer l’enseignement de la littérature dès le début de l’apprentissage du FLE. Alors pourquoi est-elle introduite dans les classes du FLE seulement au terme de plusieurs années d’études de la langue ? Quoique la littérature soit acceptée universellement comme un véritable laboratoire de la langue qui ouvre les portes à l’histoire, la culture et toute une civilisation, son exploitation dans le matériel pédagogique reste un phénomène rare. Ainsi, l’objectif de cette étude est de discuter la littérature en contexte du FLE. Mon objectif dans la première partie de cette étude était de comprendre le rôle de la littérature dans l’enseignement du FLE, en creusant les raisons pour l’exploiter en classe dès le début de l’apprentissage de la langue. Ensuite, j’ai étudié plusieurs livres afin de voir comment la littérature à été exploité au fil des années dans les manuels divers du FLE. A cette étape j’avais comme but de comprendre comment l’approche pédagogique contemporaine avait influencé le traitement de la littérature en classe et sa présence dans les manuels. Finalement, j’ai fait une étude de la manière dont la littérature est enseignée dans les classes du FLE à l’Alliance Française de Poona (Inde). Ce dernier est basé sur mes observations des faites en classe pendant ma formation ainsi que mes propres expériences en classe en tant que professeur du FLE des niveaux A1, A2, B1 et B2. J’ai abordé la question des approches différentes que j’ai vues et que j’ai expérimentées à cette étape. Pour enrichir cette étude j’ai aussi effectué une enquête auprès des étudiants et des professeurs du FLE à l’Alliance Française de Poona ainsi que quelques professeurs dans les autres Alliances Françaises en Inde.
  7. 7. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 7 2.POURQUOI ENSEIGNER LA LITTÉRATURE EN FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE ?
  8. 8. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 8 Pourquoi faut-il enseigner la littérature en classe du FLE dès le début ?. 1. À quel niveau faut-il introduire la littérature en classe du FLE? Les réponses des enseignants de l'Alliance Française de Poona. Quoique la majorité des enseignants affirment qu’il faut introduire la littérature dès le début de l’apprentissage, normalement elle est introduite seulement à la fin du niveau A2 ou dans le niveau B1. 2. À quel niveau avez-vous étudié les textes littéraires pour la première fois en FLE? Les réponses des apprenants de l'Alliance Française de Poona. J’ai décidé d’étudier pourquoi il faut introduire la littérature dans les classes du FLE dès les niveaux débutants. En interrogeant des apprenants du FLE, j’ai constaté que 87% d’eux trouvent que le niveau de langue est trop élevé pour eux.
  9. 9. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 9 3. Pour quelle(s) raison(s) la littérature n'est pas introduite aux apprenants du FLE jusqu'aux niveaux supérieurs? Les réponses des enseignants de l'Alliance Française de Poona. Ce qui est plus étonnant est que les enseignants ont dit la même chose. 73% des enseignants interrogés ont cité la difficulté de langue comme la première raison pour ne pas exploiter la littérature en classe du FLE. L’image de la littérature comme l’emblème de la belle langue contribue à cette perception. Il faut démystifier cet avis traditionnel selon lequel la littérature est une matière sacrée qui ne doit pas être offerte qu’aux étudiants des niveaux avancés et c’est une des raisons pour exploiter la littérature dans les classes du FLE. Deuxièmement, cela permet de montrer aux apprenants que la littérature n’est pas un phénomène mort et qu’elle concerne notre vie. Vue par la majorité comme l’apogée de la langue qui est difficile à atteindre, la littérature est en fait une réflexion de la société contemporaine. Une manifestation de la vie actuelle d’une société, la littérature démontre la pensée et la philosophie d’une époque. La littérature offre une vision du monde et encourage une réflexion sur des relations multiculturelles. Elle est donc la clé pour découvrir toute une civilisation, d’un point de vue interne, et complète la vision offerte par des textes non- littéraires. L’enseignement de la littérature est en fait une démarche très fructueuse dans l’apprentissage d’une langue étrangère. Dans le cas spécifique du français, la littérature est une ouverture au monde français et francophone. Quoiqu’elle compose une grande partie de la culture française, la littérature francophone reste ignorée par la plupart des manuels du FLE. Pourtant la réalité française est marquée par celle des pays francophones.
  10. 10. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 10 4. Le rôle que joue la littérature en classe du FLE, selon les enseignants de l'Alliance Française de Poona Lire les textes littéraires pour le plaisir de la langue développe un goût esthétique pour la langue. Introduire la littérature dans les classes du FLE est donc un bon moyen de faire apprécier la langue aux apprenants. Parmi les apprenants interrogés au sujet de la littérature et ce qu’elle leur apporte, beaucoup ont cité la chance de découvrir et de mieux comprendre les nuances de la langue. Le même pourcentage d’apprenants pense que la littérature est un moyen d’améliorer leur vocabulaire français et un petit groupe trouve que cela les aide à comprendre une culture étrangère. 5. Le rôle que joue la littérature en classe du FLE, selon les apprenants de l'Alliance Française de Poona
  11. 11. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 11 L’enseignement da la littérature en FLE aide les enseignants à poursuivre les objectifs de développer un sens de la langue et du style. Fouiller les textes littéraires et la langue, leur apprend à ne pas accepter passivement la langue comme un ensemble de leurs connaissances grammaticales. Les apprenants apprennent à creuser la langue afin d’arriver à une meilleure compréhension de la langue et la façon dont elle fonctionne. Jean Peytard qui avait abordé cette question en 1982, affirme l’importance d’enseigner la littérature dès le début. Il met en relief des possibilités infinies qu’ouvre le langage du texte littéraire « On ne conteste pas, ici, qu’une bonne compétence linguistique aide à une lecture sémiotique du texte. Mais on aimerait suggérer aux didacticiens qu’il convient de ne pas placer le texte littéraire à la fin ou au sommet ou au hasard de la progression méthodologique, mais d’en faire, au début, dès l’origine du « cours de langue, » un document d’observation et d’analyse des effets polysémiques. En regardant le texte dans sa matérialité scripturale, et en débusquant les « différences » en tous points à tous niveaux. En lui reconnaissant sa spécificité, en tant que discours situe et défini. Lire le texte littéraire c’est chercher à percevoir les mouvements mêmes du langage là où ils sont les plus forts. 2 » Du point de vue de l’apprentissage, l’enseignement de la littérature en classe du FLE aide les apprenants à développer en français la capacité d’observer, d’interpréter et de construire une cohérence dans leur écriture. L’analyse de structure des textes littéraires et la démarche épistémologique, c’est-à-dire une branche de la philosophie des sciences qui « étudie de manière critique la méthode scientifique, les formes logiques et modes d'inférence utilisés en science, de même que les principes, concepts fondamentaux, théories et résultats des diverses sciences, et ce, afin de déterminer leur origine logique, leur valeur et leur portée objective 3 » favorisent la mise en œuvre des méthodes de travail. Les enseignants peuvent aborder la rédaction de plan en partant d’un texte littéraire. En outre 2 Peytard, J Sémiotique du texte littéraire et didactique du FLE, 1982, p 102 3 Définition d’epistomologie tirée du site Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Épistémologie
  12. 12. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 12 l’étude sérieuse des textes littéraires et l’exercice de la recherche du sens du texte littéraire permettent d’améliorer la formulation du sens de leurs propres rédactions. L’exercice stylistique initie un esprit scientifique auprès des apprenants, augmentant leur compréhension de la langue. Étant donné ces arguments, l’on ne peut plus nier l’importance de la littérature en didactique du FLE. Il reste néanmoins les questions de la présence de la littérature dans les manuels du FLE et la manière d’exploitation des textes littéraires en classe.
  13. 13. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 13 2.1 Quel genre de littérature s’approprie-t-il le mieux à l’enseignement du FLE ? Acceptons que la littérature s’ouvre comme un chemin d’apprentissage du français comme une langue étrangère, il nous reste néanmoins la question de quel genre du texte exploiter en classe : le roman, la poésie ou le théâtre? Les enseignants du FLE préfèrent exploiter des textes courts, tels que les poèmes pour que les apprenants puissent voir le texte dans son entièreté. Mais les extraits romanesques ainsi que les extraits de pièces de théâtre sont tout à fait adaptables pour une classe du FLE. Comparons les trois genres. 2.1.1 Le Roman Le texte romanesque est le seule genre littéraire dont les apprenants n’ont pas peur. La présentation les met à l’aise et ils n’approchent pas le texte avec la réticence qu’ils approchent la poésie. Les romans eux-mêmes ne peuvent pas être exploités entièrement, étant donné que c’est un travail consacré à un cours entier et pas quelques séances. Néanmoins les extraits de romans, bien choisi, se servent très bien dans une classe du FLE. Il est très important de choisir bien l’extrait afin que les apprenants puissent le comprendre même hors contexte. Étant donné la nature descriptive ou narrative de la plupart des romans, les extraits de romans se prêtent de manière idéale à l’exploitation en classe. Une lecture approfondie d’un extrait descriptif peut mener les apprenants à développer un sens esthétique pour la langue et voir comment varier le lexique afin de peindre une image du sujet auquel ils font référence. Le professeur doit tirer l’attention des apprenants vers l’emploi de mots nuancés et le rythme de la langue qui ajoutent au sens du texte. De la même façon, les textes narratifs peuvent être exploités pour faire travailler l’art de narration auprès des apprenants. Les textes choisis très souvent pour ce type de travail sont des contes et des fables, qui sont courts et peuvent être exploités dans leur entièreté, mais contiennent tous les aspects d’un texte romanesque. L’objectif principal de traiter des extraits de roman en classe du FLE est le développement de la compétence de compréhension de l’écrit. Donc, le parcours adopté par le professeur est de plusieurs étapes de lecture de manière à ce que les apprenants déchiffrent
  14. 14. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 14 l’extrait pour comprendre la polysémie des voix et des sens et arriver à une compréhension affinée du texte offert. L’activité finale est normalement un tissage des sens acquis sous forme de résumé du texte soit à l’oral soit à l’écrit. Le professeur peut aussi faire un atelier d’écriture à partir d’un extrait d’un roman en demandant aux apprenants de réécrire l’histoire en variant le ton (cf. Exercices de Style de Raymond Queneau) ou le narrateur. 2.1.2 La Poésie Quoique les apprenants préfèrent souvent lez extraits romanesques, pensant qu’ils sont plus faciles à comprendre, c’est la poésie qui est plus souvent exploitée. « L'accès au texte littéraire ou poétique est déjà un privilège. Et, bien que cela paraisse contradictoire de favoriser les privilèges quand on croit en l'égalité, la liberté et la fraternité, je favorise toujours l'introduction de textes littéraires ou de poèmes dans l'apprentissage du FLE pour mes apprenants. Comme nous l'avons vécu quand nous étions enfants, s'approprier une poésie, c'est graver une mémoire dans la nôtre, c'est posséder à jamais des mots pleins d'un sens que nous ne leur aurions pas forcément donné, et c'est se souvenir pour toujours d'une langue que nous aimons.4 » La poésie est aussi très souvent citée comme le plus difficile de tous les trois genres de la littérature et c’est la raison pour laquelle c’est aussi le genre le plus détesté. En revanche ce genre contient des atouts linguistiques idéals pour l’apprentissage d’une langue étrangère. La poésie s’offre comme un excellent support pour l’enseignement du FLE et elle pourrait être introduite en classe dès le premier jour. Quoique les apprenants en aient peur, « la poésie, non seulement accroît et développe la compétence linguistique, de communication, de lecture, de compréhension au contact d'œuvres littéraires, mais sensibilise l'apprenant à un échange de cultures, car à tout moment, il a l'occasion de faire une comparaison entre les images poétiques et les figures de style de cette littérature cible et celles de la sienne. » 5 En outre, la poésie est la meilleure preuve de la richesse de la langue et ses nuances. Comme le dit, un des témoins du FDLM, n° 325 qui ont répondu à leur question sur la poésie 4 Le français dans le monde, Le courrier des internautes, Quelque chose de différent , Hachette, janvier-- février 2003, n° 325, http://www.fdlm.org/fle/article/325/courrierinternet.php 5 Jaleh Kahnamouipour, L’enseignement de la poésie, l’espace d’un échange interculturel, Fédération internationale des professeurs de français, Dialogues et Cultures n° 49 http://www.francparler.org/dossiers/kahnamouipour.pdf
  15. 15. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 15 en classe d’une langue étrangère « L'utilisation des poèmes dans la classe de FLE montre aux apprenants, quel que soit leur niveau, que la langue n'existe pas uniquement sous la forme du texte sec, comme dans la plupart des méthodes d'apprentissage.6 » Enseigner la poésie en classe du FLE, c’est le meilleur moyen de faire développer un sens esthétique pour la langue auprès des apprenants, car c’est dans la poésie que l’on trouve le rythme de la langue, sa prosodie ainsi que ses mystères linguistiques. L’exploitation de la poésie en classe s’achève très souvent dans l’échec à cause mauvais choix du texte ou alourdissement du parcours choisi par le professeur pour l’exploiter. Avant d’exploiter la poésie en classe, il faut d’aborder redonner le goût de poésie aux apprenants, pour lequel il faut un bon choix de textes poétiques. Une fois qu’un texte est choisi, le professeur a un tas de choix de parcours. La poésie pourrait être exploitée pour travailler la phonétique avec des simples exercices d’écoute et de lecture. Pour aller plus loin, elle pourrait être étudiée pour développer la compétence de compréhension. Le professeur pourrait aussi faire un atelier d’écriture en partant d’un poème déjà étudié ou un début d’un vers d’un poème. Le poème « Déjeuner du Matin » de Jacques Prévert est idéal pour ce type d’activité. 2.1.3 Le Théâtre Le théâtre se trouve plus souvent dans la classe du FLE que les extraits romanesques, étant ouvert à plusieurs démarches. Gisèle Pierra définit le théâtre comme « l’art de produire des émotions par le rapport actif aux paroles d’une œuvre mise en situations.7 » D’où vient l’application du théâtre en classe du FLE. Le théâtre donne l’opportunité idéale aux apprenants de se mettre en situation et d’échanger des paroles mais le rôle qu’il pourrait jouer en didactique du FLE ne se limite pas à cela. Le théâtre, au départ un genre oral, se prête aux exercices de lecture visant la pratique de la prosodie et la phonétique. Faire lire les extraits des pièces de théâtre en classe entraîne les apprenants à internaliser le rythme de la langue française ainsi que les règles de phonétique française. Le professeur pourrait demander aux apprenants de mémoriser par cœur une phrase et la faire répéter en intonations différentes. Un 6 Le français dans le monde, Le courrier des internautes, Quelque chose de différent, Hachette, janvier--février 2003, n° 325, http://www.fdlm.org/fle/article/325/courrierinternet.php 7 Gisèle Pierra, Une esthétique théâtrale en langue étrangère, L’Harmattan, Paris 2001 in FDLM, septembre- octobre 2003, n° 329 http://www.fdlm.org/fle/article/329/theatre.php
  16. 16. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 16 exercice de théâtre qui est idéal pour faire pratiquer l’intonation, la prosodie et la phonétique est l’extrait de Cyrano de Bergerac (Acte I, scène IV).8 L’aspect ludique du théâtre est tel que les apprenants les plus timides aussi laissent leur réticence à côté et commencent à s’exprimer plus librement. En outre le texte théâtral est une création originale qui s’ouvre aux analyses et interprétations au niveau linguistique et culturel. Les jeux de mots sont très fréquents dans le théâtre et doc, cela pourrait être une activité ludique et pédagogique d’explorer les sens multiples derrière les paroles des pièces. Le théâtre a toujours eu l’occasion d’imiter la réalité contemporaine et de critiquer l’État. Exploiter le théâtre en classe donne aux apprenants une opportunité d’explorer la civilisation française en même temps qu’apprendre la langue. La revue Français Dans Le Monde avait mené une étude sur l’utilité de la pratique du théâtre en classe de langue9 et presque toutes les réponses ont mis en valeur la pratique de l’oral. Le témoin d’un professeur de l’Alliance Française de Monterrey au Mexique résume très bien pourquoi exploiter le théâtre en classe du FLE : « La langue est outil de communication, le théâtre est communication ouverte. L’association est donc facile, rapide et logiquement juste. Le théâtre a toute sa place dans l’enseignement d’une langue, tout comme dans son apprentissage, même si c’est à un autre niveau. En effet, le théâtre permet au professeur de créer un espace de liberté particulier qui sera vite approprié par les apprenants s’ils y trouvent à leur tour un espace d’expression. L’utilité de la pratique théâtrale est donc multiple : représentation d’une situation faisant appel à des actes de paroles spécifiques ; expression orale différente car en contexte et plus libre ; enfin, comme projet de groupe, le théâtre permet l’implication de tous ses membres à différents niveaux (interprétation, mise en scène, décor…). » En conclusion, nous pouvons dire que l’exploitation en classe du FLE est possible et le professeur peut faire des séances entières avec des textes littéraires, quel que soit le genre 8 Voir l’annexe Dollez C, Pons S, Alter Égo 3, Hachette 2007, p. 54 9 Le français dans le monde, Le courrier des internautes, Quand les élèves jouent le français, Hachette, septembre-octobre 2003, n° 329 (http://www.fdlm.org/fle/article/329/courrier.php)
  17. 17. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 17 du texte littéraire. L’enseignant doit seulement veiller à ce que le niveau de langue dans le texte choisi corresponde au niveau de langues des apprenants. Acceptant que tous les trois genres de littérature se prêtent à la didactique du FLE, l’on vient à la question de quelle littérature enseigner ? Cette question préoccupe beaucoup de didacticiens, depuis quelques années, vu que beaucoup de personnes font une différence entre la littérature française et la littérature francophone.
  18. 18. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 18 2.2 La Littérature française ou la littérature francophone – laquelle enseigner ? Qu’est-ce qu’est la Francophonie ? Selon Wikipedia, la Francophonie « en tant que fait de parler français, est une composante de la politique étrangère de la France et d'autres pays membres de l'espace francophone. » « La francophonie (avec un f minuscule) renvoie à la langue française en elle-même et désigne le fait de parler français. La Francophonie (avec un F majuscule) désigne une communauté constituée de pays francophones et renvoie aussi à l'Organisation internationale de la Francophonie. 10 » 6. L'Organisation Internationale de la Francophonie - des pays francophones dans le monde. Selon les études différentes, l’on compte aujourd’hui presque 200 millions de francophones dans le monde, dont la plupart ne sont pas de l’Hexagone. Malgré le fait que le monde de francophonie est tellement étendu, la francophonie est absente dans la majorité des manuels jusqu’aux années quatre-vingt dix. Elle commence à faire apparition dans les manuels du FLE seulement au nouveau millénaire. La raison est que souvent, les didacticiens 10 Définition de la Francophonie, voir Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Francophonie
  19. 19. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 19 et les critiques font une différence entre la France et d’autres pays francophones. Citons la préface du Mauger Bleu : « C’est avec grand plaisir que nous aurions présenté dans ce livre quelques-uns des poètes et prosateurs qui honorent aujourd’hui la langue française en Belgique, en Suisse, au Canada, dans l’île Maurice, dans la République haïtienne. Il y a là de grands noms et de grandes œuvres. Mais notre ouvrage étant consacré à la France et à ses écrivains, nous aurions eu scrupule à paraître annexer des auteurs qui doivent le meilleur de leur talent à eux-mêmes et au pays qui les a vus naître.11 » Cette situation souligne comment l’on niait la valeur de la littérature francophone et l’apercevait comme une simple subordonnée de la littérature française, qui était sa mère et donc était la seule qui valait l’étude. En le faisant, ils niaient toute influence que la culture francophone a eue sur la culture et la langue française. Le débat de francophonie n’est pas nouveau, mais lorsqu’on parle de la littérature, c’est un sujet qui enflamme facilement. La littérature francophone est-elle la même que la littérature française, ou est-elle une subordonnée de la littérature française ? C’est un sujet de prépondérance en didactique du FLE aussi, où les didacticiens, les enseignants et les apprenants n’arrivent pas à apercevoir la vraie distinction entre la littérature française et la littérature francophone. L’opinion populaire penche vers la théorie que la littérature francophone est en fait assimilée par la littérature française et par conséquent aucun effort doit être fait pour l’explorer séparément. Cependant, l’on ne peut pas ignorer le fait que la culture et la littérature francophone ont beaucoup marqué celles de la France métropolitaine. La langue française aujourd’hui a beaucoup évolué grâce à l’influence des cultures francophones. Prenant exemple de l’expression « C’est kif-kif » qui veut dire « c’est la même chose. » D’origine arabe, cette expression a été importée en France pendant les guerres du 19ème siècle par les soldats mutés en Afrique du Nord. Aujourd’hui elle fait partie du français et l’expression est acceptée dans beaucoup de dictionnaires français, y compris le Trésor de la Langue Français Informatisé. 12 11 Mauger, G, Cours de la langue et civilization française, 1957, p. VI 12 http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=3676629525;
  20. 20. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 20 Il faut aussi tenir compte du fait que les apprenants doivent connaître les deux littératures pour pouvoir établir un rapport entre elles ainsi qu’entre ces deux littératures et celle de leur propre culture. En prenant l’exemple des apprenants indiens, ils trouveront la littérature francophone thématiquement plus proche à leur propre littérature, étant donné que beaucoup de pays francophones ont aussi vécu une histoire de colonial et que les caractéristiques météorologiques et les conditions de vie actuelles ressemblent à la réalité indienne. Cela les aidera à approfondir leurs connaissances de ces cultures et pays et aussi d’éventuellement à entrer en contact avec une culture étrangère, soit la culture française soit une culture francophone. Une comparaison des styles d’écritures dictées souvent par les différences de culture donnent aux apprenants une opportunité de développer leur propre style d’écriture. À tout moment, on ne peut pas oublier que la littérature francophone comme toute autre littérature ouvre un chemin de découverte de la langue en question, en présentant au lecteur une richesse de vocabulaire. Enfin, l’on peut conclure que la littérature qui occupe une place d’importance dans la culture quelque soit le pays, est une partie intégrale de la didactique du FLE. Il est essentiel d’exploiter des textes littéraires pour des raisons diverses dès le début pour que les apprenants comprennent mieux les nuances de la langue ainsi que la culture de la France.
  21. 21. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 21 3.HISTORIQUE DE LA LITTÉRATURE EN CLASSE DE FLE
  22. 22. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 22 3.1 La littérature en classe de FLE entre les années cinquante et quatre- vingt Historiquement la littérature a toujours été associée à la culture et donc, dans la vision colonialiste, à la civilisation. La littérature enseignée d’abord dans les classes de français langue maternelle et ensuite dans les classes de français langue secondaire, était un moyen de se cultiver. Les méthodes traditionnelles de l’enseignement des langues préconisaient l’exploitation des textes littéraires qui devenaient souvent le prétexte pour divers exercices de syntaxe et de vocabulaire. L’entrée de la littérature dans l’enseignement du FLE était donc influencée par cette méthodologie. Remontant dans l’histoire de l’enseignement du FLE, on peut constater que la littérature y couronnait jusqu’aux années cinquante. Toutes les différentes approches de cette époque avaient deux objectifs prioritaires : la linguistique et l’interculturel. L’apprentissage linguistique se concentrait surtout sur la grammaire et les textes littéraires s’offraient comme une féconde source de la syntaxe de la belle langue. La formation interculturelle se penchait aussi sur la littérature. La manifestation la plus profonde de la culture d’un pays, la littérature a toujours été vue comme la voie pour accéder à une certaine culture. Ce qui est remarquable c’est que cet enseignement qui visait sur le développement des compétences langagières et interculturelles changeait de but dès qu’un étudiant arrivait à un niveau supérieur. A partir du moment qu’un étudiant dépassait un seuil de compétence, les textes littéraires étaient exploités plutôt pour analyser leur sens et fouiller leur profondeur que pour étudier la langue et la culture française. Malheureusement cette méthode développée pour les étudiants natifs n’était pas adoptée aux connaissances d’un public étranger, ce qui a eu comme effet d’éloigner l’étudiant étranger qui sentait le clivage entre la culture française et sa propre culture. En outre, les exercices de syntaxe et de lexique développés autour du texte littéraire négligeaient le texte en soi. Cette approche ne parvenait pas à élucider les spécificités de cette riche littérature. Les étudiants étaient donc alourdis par ces textes littéraires auxquels ils ne s’associaient pas, sans profiter de la richesse de la langue et sans développer un sens esthétique de la langue et de l’écriture en français.
  23. 23. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 23 Néanmoins, la littérature était, jusqu’aux années cinquante, une partie fondamentale de l’enseignement du FLE, réunissant les trois objectifs de l’enseignement d’une langue vivante : sensibilisation esthétique, intellectuelle et morale. C’est au début des années soixante que le développement de l’approche structuro- globale a banni la littérature des manuels du FLE. Préconisant la parole en situation comme le support le plus naturel de l’enseignement d’une langue, plutôt que les textes littéraires, cette approche a fait que l’étudiant se confrontait aux textes littéraires très tardivement dans sa connaissance de la langue. Cette approche a donc donné naissance à la notion que les grands auteurs ne méritaient pas une visite avant la fréquentation des textes conçus uniquement pour l’exploitation pédagogique en classe du FLE. Pourtant, quelques textes littéraires ont été réécrits afin d’introduire l’interculturel et d’exploiter l’écrit, mais selon les besoins du français fondamental des niveaux élémentaires (désormais A1 et A2 du CECR13 ). Le résultat est que ces adaptations ont fait croire aux étudiants étrangers qu’ils ont lus et qu’ils connaissaient des grands maîtres de la littérature française ! Qu’il s’agisse un abus de la littérature ou non, il faut reconnaître le fait que cette approche a freiné la progression des étudiants dans l’apprentissage du FLE. L’approche communicative des années quatre-vingt ont vu un resurgissement des textes littéraires dans les classes du FLE. La littérature est revenue aux textes en tant que supports didactiques, mais leur exploitation n’avait comme tâche que pour faire parler les étudiants. Voyant la littérature comme un « document authentique » l’approche communicative exploitait seulement les aspects communicatifs des documents, mettant l’accent sur les éléments qui favorisaient et facilitaient la communication, sans prendre en compte les spécificités du texte littéraire. 13 Cadre Européen Commun de Référence, http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/Framework_FR.pdf
  24. 24. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 24 3.2 Les années quatre-vingt-dix et le nouveau millénaire Cette situation a continué jusqu’aux années quatre-vingt dix où l’on note que les didacticiens tels que Christian Puren ont dénoncé l’éclectisme des approches adoptées. Les manuels de cette période sont souvent critiqués pour leur manque de réflexion pédagogique. On constate une rupture entre la recherche et les manuels du FLE. Malgré la recherche qui indique que les enseignants reconnaissent la valeur d’enseigner la littérature dans les classes de FLE, les manuels continuent d’ignorer les textes littéraires. La littérature et les maisons d’édition ont beau la poupe en vente ; toutes les recherches valorisent la littérature et la mettent au cœur de la pratique pédagogique du FLE. Les revues du FLE, tels que Le Français Dans Le Monde, traitent de ce sujet régulièrement et il y une pléthore de recherche et de publications faites dans ce domaine. Le prestige de la culture française continue de jouer un rôle important et l’on constate que les manuels du FLE ont commencé à consacrer des pages à la littérature avec les démarches organisées afin de faciliter le perfectionnement linguistique et l’acquisition culturelle. Pourtant il n’est pas donné qu’un manuel du FLE aura traité de la littérature. La présence ou absence totale de textes littéraires d’un manuel à l’autre accompagnée par un chaos à l’intérieur d’une même série méthodologique est telle que la littérature reste éloignée da la classe du FLE à ce jour. La littérature continue d’évader l’apprenant jusqu’au niveau supérieur, étant très souvent complètement absente dans les manuels pour les niveaux A1 et A2 du CECR.
  25. 25. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 25 4.UN PARCOURS DES MANUELS RÉCENTS DU FLE ET LEUR TRAITEMENT DE LA LITTÉRATURE
  26. 26. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 26 Etant donné l’importance de la littérature en classe du FLE, j’ai fait une étude comparative des manuels du FLE les plus utilisés en Inde pendant les derniers trente ans. Je vais énumérer mes observations globales de la place de la littérature dans les manuels du FLE avant d’aborder quelques manuels utilisés dans le passé à l’Alliance Française de Poona. L’inconsistance de la présence des textes littéraires et le chaos à l’intérieur des manuels du FLE sont ahurissantes. La littérature est introduite dans le troisième volume de presque tous les manuels, sauf Panorama qui l’a dès le premier volume. Les textes littéraires, lorsqu’ils font leur apparition dans les manuels ne sont que des « morceaux choisis » ayant un but linguistique d’introduire soit le lexique soit la grammaire.14 Les textes ne sont presque jamais exploités comme les textes littéraires. Ils sont pour la plupart du temps des moyens d’arriver aux autres objectifs, soit linguistique soit communicative. Le manque d’unité textuelle ou un groupement des textes similaires thématiquement empêche une vraie exploitation de la littérature.15 La littérature, tout un moyen de faire découvrir cette belle langue, devient un simple outil d’atteindre d’autres objectifs au sein du but général de faire apprendre la langue française. Le résultat de ce manque a fait qu’il y a une absence totale de réelles applications de la littérature sous forme de lecture-écriture dans les ateliers d’écriture. Les ramifications de cette manque sont plusieurs – l’apprenant n’est pas amené à une réflexion sur la langue et ses nuances, ce qui rend « littéraire » un texte littéraire par rapport aux autres types de textes. Il y a aussi un oubli total d’analyse des textes et la langue et aucun effort n’est fait pour que l’apprenant découvre la langue et sa riche littérature indépendamment. Cette absence d’une vraie exploitation de la littérature est accompagnée par une incohérence au niveau pédagogique. Quelques textes littéraires sont accompagnés par un questionnaire détaillé et leur traitement est bien défini dans le livre par des exercices ainsi 14 Même si l’on justifie le choix de morceaux au lieu des textes entiers en disant que ce n’est pas un cours de littérature, cela ne justifie pas le manque des poèmes qui sont facile à exploiter dans une class du FLE. 15 Cette remarque est valable pour presque tous les manuels publiés dans les années quatre-vingt dix, mais surtout pour Espaces (Capelle G e Gidon N, Hachette, 1990) qui a été beaucoup critiqué pour le chaos à l’intérieur de la série.
  27. 27. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 27 que le guide pédagogique ; d’autres sont introduits et laissés orphelins sans but spécifique.16 Cela fait que l’apprenant se sent perdu face aux textes littéraires. Finalement, j’ai remarqué que la littérature francophone était quasiment absente dans les manuels du FLE. Cette riche littérature qui représente la culture française autant que la littérature française est un important moyen d’introduire l’interculturel, les nuances de la langue et le stylistique. Pourtant il y a très peu de manuels qui la traitent. Partons d’un manuel des années quatre-vingts, Panorama qui a été très populaire parmi les enseignants du FLE jusqu’aux années quatre-vingt dix. Conçu après une consultation auprès des professeurs de plusieurs pays, ce manuel préconise la communication par la voie des informations culturelles qui remplissent le livre. Dès le premier volume, les textes littéraires, c’est-à-dire des poèmes et des chansons, visent à améliorer la production orale et écrite, en introduisant en même temps les aspects socioculturels de la société française. Quoique le manuel introduise la littérature dans les classes du FLE dès le début de l’apprentissage de la langue, l’objectif n’est pas d’exploiter les spécificités du texte, mais d’introduire le lexique et la grammaire. Dans Tempo, introduit vers la fin des années quatre-vingt dix, les auteurs (Bérard, Canier et Lavenne) souligne l’importance de l’interculturel et la civilisation. C’est ce à quoi ils ont donné beaucoup d’importance. Ce qui est étonnant c’est qu’il n’y a aucun texte littéraire. On aurait pensé que la littérature ne fait pas partie de la culture française ! La littérature fait apparition seulement dans le deuxième volume où « elle est très présente » et bien distinguée de la partie civilisation. Les auteurs affirment qu’ils ont choisi « d’aborder la littérature de façon active, avec un choix de textes et d’activités à accomplir en étroite relation avec les acquis en cours, qui soient accessible à l’élève et accompagnés, chaque fois que possible d’éléments facilitants (images, photos, enregistrements).»17 Les extraits des textes littéraires exploités dans Tempo 2 sont, pour la plupart du temps, des documents déclencheurs pour introduire tel ou tel concept de grammaire. Cependant, ils sont 16 Encore une fois, c’est le manuel Espaces pour le quel cette remarque est le plus valable. Dans Espaces 3, 10 des 17 extraits littéraires sont très denses et longs et sans but ou démarche spécifique. 17 Bérard, Canier et Lavenne, Tempo 2, Didier/Hatier, 1997, Avant-propos, p 3
  28. 28. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 28 presque toujours accompagnés par un exercice d’entraînement d’expression soit ludique soit de nature grammaticale. Il y a, à part des exercices structuraux, des exercices d’expression écrite ou orale partant d’une série d’images qui accompagnent le document, ou des exercices de compréhension. Parfois le texte ne se sert qu’un simple accompagnement à un autre exercice de compréhension ou production.18 Dans le nouveau millénaire, le manuel qui a eu beaucoup de succès, Forum se vante d’avoir intégré tous les éléments qui sont recommandés dans le Cadre Européen Commun de Référence. Ce manuel aussi prône l’approche communicative et donc l’on peut constater que les auteurs ont donné beaucoup d’importance au son, à la musique et au rythme de la langue. Selon ses auteurs, « les langues sont d’abord des sons, des musiques et des rythmes qu’on perçoit et qu’on met en mémoire.» 19 Ainsi, c’est la communication orale qui est le but final de tous les documents et les exercices de ce manuel. Le manuel comporte d’une rubrique « interculturel » d’une page, qui présente quelques documents de l’actualité française. Ces documents introduisent plusieurs aspects de la culture française, c’est-à-dire les arts, la gastronomie, la presse etc. Il est dommage que les textes littéraires ne soient pas traités dans ce manuel dans les premiers deux volumes. La littérature n’entre qu’au troisième volume et là aussi c’est surtout dans la rubrique « Culture Cultures.» Il s’agit des « morceaux choisis » des classiques de la littérature française, tels que Victor Hugo, Baudelaire, Voltaire, Flaubert, Stendhal et Balzac. Mais l’inclusion de ces textes ne traduit pas à une vraie exploitation des textes littéraires. Ces textes ne servent qu’aux buts d’introduire la biographie de l’auteur et de travailler la grammaire ! La seule exception, c’est un extrait de Madame Bovary20 où l’on demande d’identifier la typologie du texte. Aucun effort n’est fait afin de travailler le style des textes littéraires pour approfondir la compréhension de la langue, développer un sens de goût esthétique pour la langue auprès des apprenants et améliorer leur écriture. 18 Voir l’annexe, Bérard, Canier et Lavenne, Tempo 2, Didier/Hatier, 1997, p. 77, 187, 67, 153, 109, 19 Voir l’annexe, Baylon Christian, Campà àngels, Mestreit Claude, Murillo Julio, Tost Manuel, Forum 1, Hachette,2000, p. 3 20 Voir l’annexe, Baylon Christian, Campà àngels, Mestreit Claude, Murillo Julio, Tost Manuel, Forum 3, Hachette,2000, p. 82, 83
  29. 29. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 29 Le manuel utilisé actuellement dans la plupart des Alliances Françaises en Inde sont Connexions et Alter Égo. Je vais présenter Connexions d’abord, et puis Alter Égo ce qui est utilisé actuellement à l’Alliance Française de Poona. Le manuel Connexions a été sorti en 2005 et visait, comme la plupart des manuels du nouveau millénaire d’atteindre les buts définis par le CECR. Comme ses précédents, Connexions a aussi adopté l’approche communicative, le but des auteurs étant de répondre aux besoins de communication des apprenants. Étant donné que cette approche ne valorise par la littérature, la présence des textes littéraires est très faible jusqu’au troisième volume de ce manuel. Il n’y a aucun texte littéraire dans le premier volume et il n’y qu’un extrait dans le deuxième volume21 . Le document, un extrait du roman « Poisson d’Or » de J.M.G Le Clézio se sert à entraîner les apprenants dans la compétence de compréhension des écrits. Ainsi la démarche proposée s’appuie sur les questions de compréhension de l’écrit et aussi le lexique. Bien évident, comme la plupart des documents dans un manuel du FLE, les auteurs ont aussi glissé un concept grammatical qui sort de cet extrait. Quoique le troisième volume déclare utiliser des documents authentiques, très peu de ces documents sont littéraire. Néanmoins, le livre donne un peu plus d’importance à la littérature que les deux précédents volumes. Les auteurs ont inclus plus de textes sur la culture française dont beaucoup s’agissent de l’art, mais la littérature reste aux marges. Les textes littéraires ne se trouvent que dans les premiers trois des dix dossiers du livre. Les quelques extraits qui sont inclus dans Connexions 3 ont des buts pédagogique différents, variant de l’entraînement à la compétence de compréhension de l’écrit à l’atelier d’écriture22 . 21 Voir l’annexe, Connexions 2, Mérieux R, Loiseau Y, Didier 2005, p. 3 22 Voir l’annexe, Connexions 2, Mérieux R, Loiseau Y, Didier 2005, p.13, 22, 46-47
  30. 30. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 30 4.1 La littérature dans Alter Égo Alter Égo, le manuel de choix à l’Alliance Française de Poona, suit l’approche adoptée par plusieurs manuels depuis les années quatre-vingt dix, c’est-à-dire l’approche communicative. Les auteurs (Berthet, Hugot, Kizirian, Sampsonis et Waendendries) ont préconisé la communication, en commençant par la communication en classe. En conséquence, les activités proposées sont telles qu’elles amènent les apprenants à interagir entre eux. Etant donné que la langue est un « objet d’apprentissage (structures à acquérir), mais avant tout un instrument de communication,» le ressenti, les émotions et le vécu sont des outils d’enseignement employés dans ce manuel. Bien évident que la littérature n’est pas accordée une place d’importance dans ce manuel. 7. Êtes-vous content(e) de la place de la littérature dans le manuel Alter Égo. Les réponses des enseignants de l'Alliance Française de Poona. Les enseignants interrogés sont plus ou moins contents de l’exploitation de la littérature dans ce manuel, mais la plupart réclame plus de textes littéraires aux niveaux débutants (A1 et A2). Selon mes études du manuel ainsi que les réponses des professeurs interrogés, j’ai pu conclure que la littérature joue deux rôles principaux dans Alter Égo – introduire un concept de grammaire et introduire l’interculturel.
  31. 31. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 31 8. Le but pédagogique des textes littéraires dans Alter Égo, selon les enseignants de l'Alliance Française de Poona La littérature, comme dans la plupart des manuels que l’on a déjà analysés, est quasiment absente dans les premiers deux volumes de ce manuel. Néanmoins, il y a quelques petits textes qui apparaissent dans Alter Égo 1 et 2, de manière à introduire un concept grammatical ou à sensibiliser les apprenants à la culture française. Dans Alter Égo 1, les textes littéraires apparaissent à la fin de l’ouvrage. Les extraits des textes littéraires servent à introduire un concept de grammaire et invitent les apprenants à réemployer le concept appris dans la même façon que le texte déclencheur23 . Il y a deux autres petits textes littéraires, qui font partie de la rubrique interculturelle « Carnet de voyage.» Les deux textes sont des documents déclencheurs pour les ateliers d’écriture. Il y a un petit poème « Sept couleurs magiques » de Mymi Doinet24 à la suite duquel les apprenants sont invités à rédiger leur propre poème en suivant la même structure. Le deuxième, un extrait des mémoires de Marguerite Roux est accompagné des photos qui servent à aborder le thème. Le document lui-même a comme but pédagogique la compréhension du texte ainsi que la production écrite.25 Il est dommage qu’il y ait si peu de textes littéraires dans le livre qui a beaucoup de documents sur la culture française. 23 Voir l’annexe, Berthet A, Hugot C, Kizirain A, Sampsonis B, Waendendries M, Alter Égo 1, Hachette, 2006, p.146-147 24 Voir l’annexe, Berthet A, Hugot C, Kizirain A, Sampsonis B, Waendendries M, Alter Égo 1, Hachette, 2006, p. 127 25 Voir l’annexe, Berthet A, Hugot C, Kizirain A, Sampsonis B, Waendendries M, Alter Égo 1, Hachette, 2006, p.159
  32. 32. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 32 9 À quel niveau est-ce que la littérature est introduite dans Alter Égo. Les réponses des enseignants de l'Alliance Française de Poona. Dans le deuxième volume de ce manuel, la présence de la littérature n’est pas vraiment évidente ce qui fait que beaucoup d’enseignants ne sont même pas conscients de sa présence. Il y a quelques textes littéraires même s’ils ne sont pas très évidents. À part les extraits qui se trouvent dans la rubrique « Carnet de Voyage »26 et qui ont un but purement culturel, on trouve les textes littéraires dans le dossier 5. Ce sont des synopsis des romans qui se trouvent sur la couverture du livre. Ils servent principalement à introduire le lexique, les expressions de cause et de conséquence. L’aspect littéraire du texte n’est pas complètement négligé puisque le concept des genres des textes littéraires est introduit aux apprenants.27 Ce thème est repris à la fin de l’ouvrage, dans la leçon « L’art d’écrire » où les auteurs présentent l’idée d’un atelier d’écriture suivi par une petite présentation des genres d’écrits. Ceci sert à préparer les apprenants aux textes littéraires qu’ils vont rencontrer dans le troisième volume. 28 L’approche adoptée par les auteurs d’Alter Égo change à partir du troisième volume, à la perspective actionnelle. Favorisant l’implication des apprenants, il vise à développer les 26 Voir l’annexe, Berthet A, Hugot C, Kizirain A, Sampsonis B, Waendendries M, Alter Égo 2, Hachette, 2006, p.89 27 Voir l’annexe, Berthet A, Hugot C, Kizirain A, Sampsonis B, Waendendries M, Alter Égo 2, Hachette, 2006, p.84 28 Voir l’annexe, Berthet A, Hugot C, Kizirain A, Sampsonis B, Waendendries M, Alter Égo 2, Hachette, 2006, p. 150
  33. 33. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 33 aptitudes d’observation et de réflexion, l’amenant progressivement vers l’autonomie, s’achevant à une tâche pédagogique qui simule des tâches du monde dehors la classe. Selon les auteurs dans Alter Égo 3, « …l’apprentissage s’articule autour de deux grands axes : La vie au quotidien et Points de vue. Cette articulation reflète à la fois la dimension fonctionnelle de l’apprentissage de la langue, on parle pour…, mais aussi sa fonction relationnelle et intellectuelle, car on parle aussi de… et avec… » 29 L’implication méthodologique et l’articulation de la langue sont accompagnées par une motivation culturelle qui est évoquée par le biais des articles de presse, les extraits radiophoniques et surtout les textes littéraires (extraits de romans, poèmes, extraits de pièce de théâtre). Chaque dossier de ce volume commence par une double page qui a comme but pédagogique d’annoncer les apprentissages, les découvertes culturelles et le projet. Cette double page contient des textes littéraires et une petite biographie de l’auteur qui sont exploités d’une façon indépendante du contenu linguistique du dossier. Bien évident que les thèmes de ces documents correspondent à ceux du dossier. L’exploitation conseillée dans le guide pédagogique penche vers l’approche thématique qui cherche à faire atteindre le sens du texte qui se fait par des exercices de compréhension détaillée. Chacune de ces doubles pages, a des citations ou proverbes qui évoquent le thème du dossier. Ce sont des éléments déclencheurs pour une discussion autour du thème et aide l’enseignant à sensibiliser les apprenants au thème des documents exploités. En plus, il y a un questionnaire pour impliquer l’apprenant « en le faisant parler de ses habitudes, de ses comportements, ses goûts etc. » Prenons l’exemple du texte littéraire exploité dans dossier 2 du livre. Le document, « La Grasse Matinée, » un poème de Jacques Prévert, introduit le thème du dossier - l’argent.30 Le poème est accompagné par un enregistrement du poème récité par quelqu’un. Voici, en bref, les démarches proposées dans le guide pédagogique. Les apprenants sont repartis en groupes et invités à écouter le poème les yeux fermés et chaque groupe doit faire attention à un des éléments suivants – les images, les bruits, les 29 Dollez C, Pons S, Alter Égo 3, Hachette 2006, Avant-propos, p. 3 30 Voir l’annexe, Dollez C, Pons S, Alter Égo 3, Hachette 2006 p. 28
  34. 34. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 34 odeurs et les sentiments. Après une discussion, les apprenants réécoutent le poème et répondent aux questions de compréhension globale (Qui est le personnage responsable ? / Imaginez à quoi il ressemble et décrivez-le). Cette activité demande à l’apprenant d’utiliser sa compréhension du sujet ainsi que son imagination et ses compétences langagières de façon à répondre à la question. Les exercices de compréhension orale servent à établir le thème. Une fois le thème est établis, les apprenants lisent le poème et complètent les exercices de compréhension. A la fin, il y a une analyse du titre du poème. Le questionnaire (Vous et la consommation) et le contenu lexique qui accompagnent le document servent à faire parler les apprenants. Il est bien évident que la démarche proposée suit l’approche diachronique (selon laquelle les textes littéraires étaient exploités en vue de discuter soit une période historique, soit un mouvement littéraire, l’écrivain et sa pensée) et qu’il n’y a aucun effort de manière à ce que les apprenants découvrent la richesse de la langue par le biais du texte littéraire proposé. Les enseignants interrogés ont affirmé pour la plupart du temps, suivre la démarche conseillé dans le guide pédagogique, mais il y en a quelques-uns qui préfèrent exploiter le texte indépendamment pour « briser la monotonie du quotidien. » Une des enseignantes affirme que l’acte de lire un poème aux apprenants au lieu de les faire lire aide à mieux sortir des sentiments évoqués par le poète. 10. Le pourcentage des enseignants qui suivent la démarche proposée par le guide pédagogique. A part la double page utilisée comme une « entrée en matière, » il y a aussi d’autres extraits des textes littéraires qui se trouvent dans la rubrique « Paroles en scène. » Ce sont normalement des extraits des pièces de théâtre qui sont exploités de manière ludique afin de faire animer la classe et pratiquer l’expression orale. À part l’activité ludique de mettre en
  35. 35. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 35 scène l’extrait proposé, le document est laissé tel quel, ce qui peut confondre les apprenants qui ne sont pas à l’aise avec cette littérature étrangère. Prenons l’exemple du document exploité du même dossier – un sketch intitulé « Internet » écrit par Collette et Anne Roumanoff 31 . La consigne donnée est de lire et de jouer la scène. Le document est riche en nuances et des jeux de mots qui peuvent donner les apprenants une idée de l’évolution de la langue française surtout dans le domaine informatique. Mais la démarche proposée ignore cet aspect du texte, ce qui est dommage. Le document étant d’intérêt des apprenants et de nature ludique capte leur attention et pique leur curiosité, alors il pourrait être une ouverture à plein de choses variant du lexique au genre littéraire et un atelier d’écriture. La plupart des professeurs interrogés ont affirmé qu’ils ne font rien de plus à ce qui est proposé dans le guide pédagogique. Il y en a aussi qui avouent de même pas traiter le document en raison de manque de temps ou d’intérêt pédagogique. Le quatrième volume de ce manuel, Alter Égo 4 suit la même approche que celle du troisième tout en préparant les apprenants aux examens du DELF B2, du TEF, du TCF et du ancien DL. Contrairement à Alter Égo 3, les documents littéraires ne se trouvent pas seulement dans la double page qui sert comme une « entrée en matière. » Les extraits des textes littéraires apparaissent aussi dans d’autres rubriques, comme « La vie au quotidien » qui a comme objectif de « faire acquérir des savoir-faire permettant de maîtriser la langue »32 et la rubrique qui vise à faire exprimer les opinions et prendre position dans un débat, c’est-à- dire « Points de vue sur… » J’ai remarqué que l’exploitation des textes littéraires et les démarches proposées dans le guide pédagogique ne sont pas très différentes de celles d’Alter Égo 3. Prenons l’exemple de l’extrait d’un roman de Patrick Modiano « Un pedigree » qui fait partie de l’entrée en matière du premier dossier. Partant d’une lecture du document, les apprenants sont invités à identifier le document, à la suite duquel ils doivent répondre aux questions qui visent à une compréhension globale du thème et du document. Cet exercice amène les apprenants à une discussion autour du thème. La tâche finale est une production écrite sur le même thème. 33 31 Voir Dollez C, Pons S, Alter Égo 3, Hachette 2007, p.38 32 Voir Dollez C, Pons S, Alter Égo 4, Hachette 2007, Avant-propos, p.4 33 Voir l’annexe, Dollez C, Pons S, Alter Égo 4, Hachette 2007, p.12
  36. 36. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 36 Les questions de compréhension et la discussion sur le thème prépare les apprenants pour la tâche finale. Quelques documents sont aussi accompagnés des enregistrements, mais tous les documents ne visent pas à s’achever dans une activité de production. Ainsi, il y en a certains qui n’ont que la lecture et compréhension globale comme buts pédagogiques. Cela rend le document presque inutile de point de vue de la didactique puisque la discussion est laissée incomplète. Le document semble exister sans but spécifique dans le manuel et c’est à l’enseignant de créer un intérêt pour le document. L’approche adoptée dans Alter Égo 4 s’oriente vers l’indépendance et l’autonomie des apprenants et donc les questions de supports sont telles qu’elles demandent à l’apprenant d’acquérir au moins le sens global du texte. En revanche, cette approche n’amènent pas les apprenants à une meilleure compréhension de la langue ni à une appréciation de la littérature. La démarche proposée dans le guide n’est pas suffisamment développée et l’enseignant doit y mettre beaucoup de travail pour l’exploiter le document littéraire en classe. En dépit des limitations, le manuel Alter égo arrive à exploiter pas mal de documents littéraires des genres différents. La présence de la littérature francophone dans toute la série d’Alter Égo qui est sortie jusqu’aujourd’hui reste limitée malgré l’affirmation des auteurs que le français ne doit pas son évolution qu’à la France hexagone et qu’il comprend aussi le français parlé d’ailleurs dans la France d’outre-mer et les autres pays francophones.
  37. 37. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 37 5.PERSPECTIVES : DES APPROCHES DIFFÉRENTES
  38. 38. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 38 J’ai eu la chance d’observer plusieurs cours du FLE à l’Alliance Française de Poona, l’Alliance Française de Bombay ainsi que CUEF et j’ai constaté que la littérature est très peu exploitée en classe. Suite à mes observations ainsi que l’étude effectué par moi à l’alliance Française de Poona, j’ai pu remarquer quelques tendances générales vis-à-vis l’enseignement de la littérature en FLE. Les approches traditionnelle et thématique sont les deux qui sont les plus préconisées par les enseignants du FLE. La majorité des professeurs déclarent exploiter la littérature afin d’introduire la culture français aux apprenants du FLE. Néanmoins il y en a qui jugent que la littérature est en fait un outil d’enseigner la grammaire et le lexique. 11. Pourquoi enseigner la littérature? Les réponses des professeurs de l'Alliance Française de Poona J’ai trouvé que c’est plus valable aux niveaux débutants où les apprenants eux-mêmes ont une peur irréelle de la littérature française cultivée par cette image de la « belle langue et la belle littérature. » Lorsqu’un manuel du FLE traite un texte littéraire au niveau débutant c’est normalement pour introduire tel ou tel concept de grammaire34 . Lorsque les enseignants exploitent un texte littéraire au niveau supérieur, l’approche adoptée, pour la plupart de temps, est diachronique. Suivant cette approche qui préconise l’histoire littéraire et la vie de l’auteur, l’enseignement de la littérature cherchait plutôt à atteindre le « sens » du texte qu’à maîtriser la langue. En plus cette approche basée surtout sur des connaissances historiques et culturelles, ignore complètement le texte en soi. La langue littéraire n’est pas du tout explorée et les seuls exercices lexicaux ne réussissent qu’à glisser sur la surface de cette riche langue. 34 Référence à Alter Égo 1, Berthet A, Hugot C, Kizirain A, Sampsonis B, Waendendries M, Hachette, 2006, p. 146-147
  39. 39. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 39 Puisque cette approche donne autant d’importance à la référence aux courants littéraires et philosophiques qui auraient pu influencer l’auteur, elle place la littérature au sommet de l’apprentissage du FLE. C’est à cause de cette approche que les apprenants ont tendance à trouver le niveau de langue trop élevé pour des débutants35 . Ainsi la littérature est offerte aux étudiants seulement lorsqu’ils avaient un bon niveau de langue après un long et solide apprentissage de la langue. 12. Pourquoi n'apprend-on la littérature au niveau débutant? Les réponses des apprenants de l'Alliance Française de Poona Il faut s’arrêter à ce point et s’interroger sur le but pédagogique d’enseigner la littérature en classe du FLE. Est-il de former des étudiants de littérature ou est-il fournir des apprenants d’un outil qui les aiderait à mieux comprendre la langue et la civilisation française ? La réponse, bien évidemment étant la deuxième, pourquoi ajoute-t-on le poids de métalangage aux apprenants du FLE qui ne veulent qu’apprendre une langue étrangère ? Le métalangage n’ajoute rien à la compréhension ni du texte ni des nuances de la langue. En fait cela crée des obstacles pour des apprenants et les mène à voir la littérature comme une matière difficile à comprendre. L’analyse sémiotique est une autre approche, mais peu exploitée par des professeurs du FLE. Dans cette approche, on cherche toujours à trouver le sens du texte, mais c’est la signification du texte lui-même et pas l’intention signifiante de l’auteur. Le texte est soumis à une analyse détaillée et sa profondeur est fouillée afin de faire sortir « les » sens multiples possible. Cette approche, plus interne, qui déchiffre le texte littéraire le désacralise complètement. Par conséquent les apprenants qui ont, auparavant, eu peur des textes littéraires en citant la peur de ne rien comprendre, se sentent plus à l’aise. Cette approche 35 Voir l’annexe, Réponses du Questionnaire sur la place de la littérature en classe du FLE
  40. 40. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 40 refuse l’image de la littérature comme le sommet emblématique de la belle langue, ce qui est plus rassurant pour un apprenant du FLE. Ayant plus d’autonomie d’interpréter le sens du texte, les apprenants partent à un voyage de découverte de la langue, cherchant le sens derrière les mots. Etant donné que cette approche permet des variations des représentations et interprétations, elle est mieux adaptée à une classe de langue étrangère. Sous l’abri de l’analyse sémiotique, le texte devient un espace de langue », « un espace à observer, à interroger, comme révélateur du fonctionnement multiple du système de la langue.36 » L’intertextualité est un concept central à ce type d’analyse, étant aussi un des outils importants dans les études littéraires après les années soixante. Contrairement à « l’image d’un texte plein et figé, clos sur la sacralisation de sa forme et de son unicité37 » un texte littéraire vu par la lentille de l’intertextualité est une intégration de plusieurs textes et donc il porte plusieurs sens. Selon la théorie de l’intertextualité, un texte se compose des transformations successives d’autres textes. Ce concept présente un texte littéraire comme une œuvre ouverte. L’interprétation du texte n’est décidé ni par sa clôture ni son signifié « canonique », mais en fait par la vision de son lecteur. Il est bien évident que cette approche libère les apprenants en leur donnant des voies multiples pour comprendre le texte et donc la culture et la langue derrière le texte. Le professeur du FLE doit amener les apprenants à la découverte du sens en empruntant le chemin d’observation, de description et de compréhension des traces des signifiants variés qui se trouvent dans le texte. Cette approche, comme toute autre approche, aussi a ses limites. L’aptitude d’analyse littéraire n’est pas innée et donc le professeur doit progressivement fournir les apprenants avec les outils de ce type d’analyse. La meilleure approche serait celle qui évite le métalangage. Au lieu de se contraindre aux discours figés et des jargons, les enseignants doivent adopter une combinaison d’approches qui mène les apprenants progressivement à comprendre la langue et ses nuances et devenir autonome. Cette approche qui insiste sur la continuité, la progression et la répétition commence par la lecture, et s’achève à une production autonome de l’apprenant. 36 Barthes R 37 De Biasi, P Théorie de l’intertextualité, in Encyclopaedia Universalis, 1989, vol 12, p 514
  41. 41. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 41 Repartitionnons le parcours en étapes : Sensibilisation S’éloignant complètement de l’approche diachronique, ce type d’analyse s’appuie sur une étude indépendante du contexte, c’est-à-dire sans avoir recours à l’histoire littéraire. Quoique cette approche ne veuille pas dépendre du contexte littéraire ou historique du texte, il ne faut pas l’ignorer complètement. Il faut noter qu’il n’est pas possible de se priver totalement du contexte sans perdre le sens de certaines références culturelles ou des mots de sens double. Dans cette étape de pré-lecture, le professeur crée des conditions favorables à la réception du texte en introduisant le thème du texte. L’analyse du titre, la présentation iconique du texte, le genre auquel il appartient et toute autre information qui compose le cadre contextuel du document sert à préparer les apprenants à la première lecture. Mais la compréhension du contexte ne doit pas être prise en compte qu’après une première compréhension et interprétation Compréhension globale La première lecture est accompagnée par un questionnaire traditionnel des questions pertinentes et précises du genre : Qui ? / À qui ? / Fait quoi ? / Quand ? / Où ? / Comment ? / Pourquoi ? Ces questions visent faire repérer les informations essentielles du texte et aident à établir un premier niveau de compréhension. Le thème est plus ou moins établi à cette étape, mais il faut rappeler que ce n’est qu’une initiation à la compréhension. C’est à cette étape que les apprenants pourraient aussi reconnaître une polyphonie des voix qui prépare le terrain pour explorer des références intertextuelles. Compréhension détaillée Une deuxième lecture met en valeur les éléments invariables du texte, tels que le genre, la typologie et la linguistique textuelle qui composent le sens du texte. Dans cette
  42. 42. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 42 étape, la grammaire sert comme un outil de compréhension autonome, en leur permettant d’utiliser leurs propres connaissances langagières afin de construire le sens du texte. Tout en prenant compte des sensibilités différentes qui composent des sens multiples du texte littéraire, cette approche veut d’abord une compréhension globale. On ne cherche pas à fouiller le texte dès le départ de l’activité. Bien évident que la subjectivité est préconisée, étant donné que « le » sens absolu n’est pas valorisé. Chacun aperçoit le texte selon sa sensibilité conçue par sa propre culture qui crée à son tour des passerelles à cette culture étrangère. C’est cette polysémie de perceptions qui est le point de décollage de la construction des interprétations différentes. Une fois que la première cette première étape est accomplie, les sensibilités et les subjectivités différentes nourrissent l’interprétation finale. L’analyse qui se place au milieu de toute discussion s’entoure des sensibilités différentes. Suivant la théorie d’intertextualité, l’analyse tient compte du fait que le texte littéraire est en fait un tissage des sens. Ainsi, l’interprétation ne s’appuie pas seulement au sens écrit par l’auteur mais aussi par le sens aperçu par le lecteur. Puisque l’interprétation est ouverte aux lecteurs, chacun construit son propre sens du texte. L’analyse sémiotique demande aux apprenants une ouverture d’esprit qui ne les amène pas seulement à leur propre découverte du sens mais aussi à une acceptation des sens vus par d’autres lecteurs. La démarche propose ainsi de découvrir les indices différents sens et de les réorganiser en effectuant une vraie enquête sur le terrain du texte littéraire. Cette activité de synthèse n’est qu’une construction faite à partir de la lecture. Pendant toute cette étape, le professeur doit constamment modifier son parcours pédagogique, en variant entre les questions ouvertes, grille de lecture, questionnaire à choix multiple et des activités de repérage, d’élucidation etc. Compréhension affinée Une fois que les invariants du texte sont identifiés, il faut mener les apprenants vers une compréhension affinée, c’est-à-dire le traitement particulier des invariants. L’objectif de
  43. 43. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 43 la compréhension globale est de reconnaître le tissage du texte, c’est-à-dire la linguistique textuelle et l’intertextuelle. L’objectif de cette étape d’étudier la stylistique qui met en relief le traitement particulier des invariants. Visant la compréhension affinée, le professeur mène les apprenants à identifier les motifs qui sont répétés dans le texte soit scripturalement soit linguistiquement. Le professeur peut adopter une de deux méthodes – la lecture linéaire ou la lecture axiale. Dans la première, il s’agit de déchiffrement et recomposition du texte progressivement, étape par étape. Ce type de lecture est plus adapté aux textes courts où les apprenants peuvent ressentir mieux le procès de la reconstruction. Par contre, la lecture axiale se penche vers les observations des apprenants qui doivent être regroupés pour créer le sens final. Mieux adaptée aux textes longs, cette lecture dépende beaucoup de la compréhension et la construction du sens global. 7. Que fait le professeur d'un texte littéraire en classe du FLE? Les réponses des apprenants de l'Alliance Française de Poona. Très souvent, le professeur introduit des exercices de langue, soit grammaticaux soit lexicaux, à cette étape. Ces exercices linguistiques servent à faire réinvestir les connaissances linguistiques acquises par des apprenants, très souvent pour elles-mêmes, sans comprendre leur emploi. Le texte littéraire devient donc un espace fertile pour travailler les connaissances des apprenants afin de les fixer. Les questionnaires utilisés pendant cette étape sont semblables aux indices que trouve un policier qui cherche l’assassin, la différence étant qu’ici l’on cherche le sens du texte. Le
  44. 44. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 44 professeur emploie des activités différentes variant des jeux ludiques aux activités scripturales. Afin de vérifier si le texte a été bien compris, le professeur peut demander aux apprenants de reformuler des passages du texte. La paraphrase du texte, brève et précise, est un bon moyen de tester la compréhension du texte et mène les apprenants à une analyse technique de la stylistique du texte. Néanmoins, dans cette approche, c’est le sens qui reste prioritaire et l’analyse technique d’outils d’écrivain (rythmes, rimes, sonorités, figures, aspects morphologiques etc.) est secondaire. Presque tous les objectifs d’un professeur (cf. Image 7) sont atteints à cette étape. Production Toute activité de classe du FLE doit s’achever dans une activité de production soit orale soit écrite pour tester l’acquisition de connaissances. Parfois la production peut être une simple reproduction de l’activité faite en classe, telle que la récitation d’un poème appris ou la mis-en-situation d’un extrait d’une pièce. Le professeur peut aussi mener son parcours de manière à ce que l’activité se termine à un réemploi des connaissances acquises dans un atelier de créativité. Les apprenants sont invités à exprimer leur opinion ou participer à un atelier d’écriture où ils doivent rédiger leurs propres textes en imitant le ton et le style du texte de départ. Néanmoins il ne faut pas se limiter en prenant les activités d’écriture seulement comme la tâche finale. Si lire aide à écrire, écrire aide à lire, et donc l’activité d’écriture peut aussi être le point du départ pour exploiter un texte littéraire. C’est ce va-et- vient constant qui rend ce laboratoire de langue plus intéressant aux apprenants. Pour conclure, il faut rappeler que le parcours proposé n’est qu’une démarche méthodologique qui donne le texte littéraire une place légitime dans une classe du FLE et permet son traitement dans une façon logique et rational dans la didactique du FLE. Il faut toutefois jamais oublier qu’un texte littéraire est beaucoup plus complexe que d’autres documents authentiques qui sont transparents dans leur signification. Le travail exigé pour arriver au sens d’un texte littéraire est plus minutieux et le professeur doit y mettre beaucoup pour que les apprenants aient l’accès facile au texte. Si le professeur ne s’appuie pas aux
  45. 45. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 45 références étymologiques ou socio-historiques, il faut qu’il sache lui-même comment lire le texte afin de le présenter aux apprenants et découvrir son sens avec eux. L’analyse dite pré- pédagogique est donc essentielle pour que le professeur soit préparé à mener les apprenants à une découverte de sens.
  46. 46. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 46 6.PRATIQUE DE CLASSE : FICHES PÉDAGOGIQUES Voyons maintenant quelques exemples de classes du FLE partant d’un document littéraire. Les observations ont été faites à l’Alliance Française de Poona (Inde) suite auxquelles j’ai interrogé les apprenants pour savoir s’ils avaient aimé apprendre le français par le biais de la littérature. Je leur ai aussi demandé si la séance leur avait plu et s’ils pensaient qu’ils ont profité du parcours. Les fiches pédagogiques que je vais présenter ci- dessous sont des cours du FLE de niveaux A1, A2 et B1. Après chaque fiche, vous trouverez mes commentaires sur le parcours et le but pédagogique du cours.
  47. 47. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 47 FICHE 1 Niveau : A1 – 62 heures de l’apprentissage du français Public : 15 adolescents et jeunes adultes Séance de : 90 minutes Objectif(s) : Linguistique : Passé composé Fonctionnel : Parler des actions au passé Matériel : Photocopies du poème de Jacques Prévert « Déjeuner du Matin 38 » Photocopies du squelette du poème Tableau et feutres Démarche : - Demander aux apprenants s’ils ont pris leur petit-déjeuner avant le cours et ce qu’ils ont pris. Réponses possibles : Oui, j’ai pris mon petit-déj. J’ai pris du café / du thé / des céréales. J’ai mangé un sandwich / une omelette. Non, je n’ai pas pris mon petit-déj parce que je n’ai pas eu le temps / je me suis réveillé (e) en retard / ma mère n’a pas préparé le petit-déj etc. - Faire un tour de rôle. Corriger les erreurs de grammaire. 10 - 15 minutes - Passer les photocopies du poème. Les apprenants vont voir qu’il y a des trous. - Mettre des verbes à l’infinitif au tableau et demander aux apprenants de travailler en binôme pour compléter le poème. Faire signe que les verbes doivent être conjugués au Passé composé. 15 minutes - Faire un mis en commun des réponses et donner la version originale (si nécessaire) 5 minutes - Passer les photocopies du squelette du poème et demander aux 30 minutes 38 Voir l’annexe
  48. 48. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 48 apprenants de compléter le poème à leur guise. - Demander aux apprenants de lire leurs productions. Corriger les erreurs à l’oral et veiller à ce qu’ils fassent les corrections. - Afficher les productions de tous les apprenants au tableau de classe / sur les murs 20 minutes Les apprenants ont bien aimé l’activité de production où le professeur les a laissés complètement autonome. Quoiqu’ils aient fait des erreurs de conjugaison et de lexique, les productions étaient très bien pour leur niveau. Par contre, l’activité de conjugaison ne leur a pas plu et beaucoup parmi eux ne l’ont pas fait. Ce parcours a suivi l’approche traditionnelle d’aborder la grammaire par le biais du document choisi afin de faire reproduire un texte pareil. Le professeur aurait pu renverser le parcours en commençant par le squelette et l’activité de créativité. Les productions des apprenants pourraient être le point de départ pour introduire le poème du Jacques Prévert. Un tel parcours aurait pu ouvrir le chemin pour comparer les versions et analyser la version « originale» ce qui donnerait plus d’opportunités d’explorer l’aspect littéraire du document ainsi que les nuances de la langue.
  49. 49. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 49 FICHE 2 Niveau : A2 – 200 heures de l’apprentissage du français Public : 15 adolescents et jeunes adultes Séance de : 120 minutes Objectif(s) : Linguistique : Temps du Passé (Passé composé / Imparfait / Plus-que-parfait) Fonctionnel : Comprendre et écrire un conte de fée Matériel : Photocopies du texte « Conte de fée » de Robert Desnos39 (titre caché) Photocopies de p.97 de Grammaire du Premier Temps 40 (Volume 1) Tableau et feutres Démarche : - Commencer le cours avec une discussion de l’enfance et des souvenirs de l’enfance. - Arrêter la discussion au moment où un apprenant parle de l’habitude de s’endormir en écoutant sa mère / grand-mère qui lui racontait une histoire 10minutes - Distribuer les photocopies du document et demander à un apprenant de le lire à haute voix. - Demander aux apprenants si l’histoire leur a rappelé de quelque chose et revenir à l’apprenant qui a parlé de son habitude de s’endormir en écoutant une histoire. - Demander de quel genre de la littérature s’agit-il et donne le titre du poème. 15 minutes - Discuter le genre des contes de fées – l’origine, les caractéristiques principales. - Demander aux apprenants s’ils connaissent des écrivains de contes de fées et faire une liste des écrivains ainsi que des contes 10 minutes 39 Voir l’annexe 40 Voir l’annexe
  50. 50. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 50 de fées. - Distribuer les photocopies du document de « Grammaire du Premier Temps » et faire lire les trois contes de fée. - Diviser les apprenants en 3 groupes de 5. Demander à chaque groupe de transformer un des trois textes au passé. 20 minutes - Faire un mis en commun à l’oral. Corriger les erreurs. 10 minutes - Diviser à nouveau les apprenants en 5 groupes de 3 apprenants et demander à chaque groupe d’écrire un conte de fée moderne – choisi de la liste au tableau. (Consigne : Écrivez un conte de fée du XXI siècle en 120 mots. Attention ! Utilisez bien les temps du passé !) 30 minutes - Faire un mis en commun et demander à chaque groupe de venir devant le groupe et lire leur production. Faire coller les productions au tableau d’affichage de la salle / sur les murs. 15 minutes (présentation) et 10 minutes à la fin pour afficher les productions. Étant donné que le professeur a exploité le thème de souvenirs de l’enfance, les apprenants étaient à l’aise dès le départ de la séance et ils ont laissé leur réticence à côté pour s’exprimer librement. La familiarité encore une fois du genre de conte de fées les a mis à l’aise et ils étaient réceptifs au document. L’activité grammaticale a crée le chemin pour la dernière activité de production. Le professeur a réussi à faire presque tout dans ces 120 minutes – commençant par une sensibilisation et allant par la voie de compréhension et fixation des règles de grammaire pour achever la tâche finale de rédiger un conte de fée moderne.
  51. 51. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 51 FICHE 3 Niveau : B1 – 300 heures de l’apprentissage du français Public : 12 adolescents et jeunes adultes Séance de : 120 minutes Objectif(s) : Fonctionnel : Comprendre un fait divers / Rapporter un événement Matériel : Photocopies du texte « Les fleurs de l’Algérien » de Marguerite Duras41 Tableau et feutres Démarche : - Parler du fleuriste qui se met au coin de la rue près de l’institut et demander s’ils savent d’où vient-il. - Faire faire des hypothèses sur son village d’origine et les raison pour lesquelles il y est venu. 15 minutes - Distribuer les photocopies du document et demander aux apprenants de le lire eux-mêmes silencieusement 10 minutes - Poser des questions sur le texte  Qui est le personnage principal de ce document ?  Où est-il ?  Que fait-il ?  C’est quel moment de la journée ? Comment le savez- vous ?  Qu’est-ce qui se passe ? 15 minutes - Tirer l’attention à ces faits et demander aux apprenants à quoi le document ressemble-t-il. - Parler des faits divers et faire une liste des caractéristiques de faits divers. - Demander s’ils ont lu des histoires pareilles dans les journaux - Demander la différence entre les faits divers dans les journaux et ce document. 20 minutes 41 Voir l’annexe
  52. 52. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 52 - Reprendre le document pour souligner les éléments qui le rend subjectif. - Demander aux apprenants ce qui rend le document littéraire et discuter les éléments littéraires. 15 minutes - Diviser le groupe en 3 groupes de 4 personnes et demander chaque groupe de réécrire l’histoire dans la voix de : 1. L’Algérien 2. Les gendarmes 3. Une des dames (Consignes : Réécrivez cette histoire dans la voix de l’algérien / des gendarmes / une des dames) 30 minutes - Faire lire les productions avant la fin du cours et ramasser les copies pour la correction. 15 minutes Cette séance a suivi une séquence où les apprenants ont découvert le fait divers dans le manuel Alter Égo 2 42 J’ai constaté que les apprenants ont été tellement contents de cette séance et son déroulement qu’ils ont surmonté leur réticence vers la littérature. La manière dont le texte leur a été présenté ainsi que la démarche suivie par le professeur ont saisi leur imagination et ils ont pu comprendre les nuances du texte. Chaque apprenant interrogé a affirmé que la séance leur a plu et qu’il aimerait bien lire plus de textes pareils / textes écrits par Marguerite Duras. La séance a donc accompli plusieurs objectifs : faire comprendre la différence entre un article de presse et un document littéraire, réveiller l’intérêt dans la littérature française et piquer la curiosité des apprenants envers l’histoire franco-algérienne. 42 Voir l’annexe, Berthet A, Hugot C, Kizirain A, Sampsonis B, Waendendries M, Alter Égo 2, Hachette, 2006
  53. 53. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 53 FICHE 4 Niveau : B2 – 475 heures de l’apprentissage du français Public : 10 adolescents et jeunes adultes Séance de : 90 minutes Objectif(s) : Linguistique : Conditionnel Présent (de la politesse) Fonctionnel : Formuler une demande Matériel : Photocopies des phrases introduisant une demande43 Photocopies du texte « La Cigale et la Fourmi » de La Fontaine44 Tableau et feutres Démarche : - Réviser le Conditionnel en distribuant des photocopies des phrases introduisant la demande. - Demander aux apprenants d’identifier : 1. Quelles sont les demandes de style administratif / officiel 2. La demande qui ne peut pas être employée dans un texte administratif car elle appartient du domaine privé 3. Classez les phrases selon les critères suivantes :  D’un subordonné à un supérieur  D’un supérieur à un subordonné  Entre égaux dans une hiérarchie 20 minutes - Distribuer les photocopies de la fable de la Fontaine. - Demander aux apprenants de quel genre de littérature s’agit-il et s’ils connaissent le genre et cette fable en particulier. - Faire une liste de caractéristiques du genre. 15 minutes - Demander aux apprenants de travailler en binômes et transformer les demandes du texte en demande de style 20 minutes 43 Voir l’annexe 44 Voir l’annexe
  54. 54. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 54 administratif en variant les phrases et le ton. - Faire un mis en commun, en classant les phrases de plus au moins administratif en nature. - Atelier d’écriture : (Consigne : Rédigez une lettre de demande (100 mots) de la part de la cigale à la fourmi. La cigale fait une demande (de style administratif / officiel) à la fourmi pour l’aider et partager la nourriture avec elle. Pensez bien aux raisons légitimes pour la demande et formulez bien la demande. 20 minutes - Faire un mis en commun des productions avant de ramasser les copies pour la correction 15 minutes Etant donné que le groupe a déjà un niveau supérieur la séance s’est déroulée sans problème. Les connaissances grammaticales déjà acquises ont été testées dans la première activité de reconnaître et classifier les demandes. Cette activité a aussi aidé les apprenants à faire l’activité de production écrite plus tard. L’activité était un succès de point de vue de la complétion de l’activité, néanmoins l’aspect littéraire du document n’était presque pas exploité. Le document n’était qu’un outil pour introduire l’acte de parole de formuler des demandes et le professeur n’a pas du tout exploité le texte en lui-même, ce qui est dommage.
  55. 55. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 55 7.CONCLUSION L’objectif de ce travail était d’étudier la place de la littérature en classe du FLE en s’interrogeant les raisons d’exploiter les textes littéraires et en étudiant les approches différentes adoptées par les manuels ainsi que les enseignants. Pour résumer brièvement, les études différentes au fil des années ont valorisé l’exploitation de la littérature dans l’enseignement du FLE. Pourtant très peu de manuels et d’enseignants traitent les textes littéraires. Un texte littéraire est rarement introduit au niveau débutant. C’est pourquoi les apprenants n’ont aucune connaissance de la littérature jusqu’aux niveaux supérieurs, ce qui leur donne l’idée que la littérature est une matière trop complexe pour eux et qu’ils ne le comprendront pas. J’ai pu constater que la réticence envers les textes littéraires n’est pas restreinte aux apprenants. Les enseignants aussi ne sont souvent pas prêts à exploiter les textes littéraires en classe. Lorsqu’ils le font, les textes ne sont qu’un outil d’enseigner la grammaire. Quoique les textes littéraires soient une excellente manière d’améliorer la compréhension des nuances de la langue et qu’ils soient d’excellents documents pour un atelier d’écriture, très peu d’enseignants les utilisent. En interrogeant ce paradoxe, j’ai constaté que le manque de textes littéraires dans les manuels du FLE a beaucoup contribué à cette impression. Les enseignants, ayant confiance à ce que les didacticiens conseillent, ont développé l’idée que les textes littéraires ne se prêtent pas à la pédagogie du niveau débutant. L’approche traditionnelle qui préconise l’enseignement de la grammaire au-delà le développement des compétences langagières d’expression a aussi contribué à l’oubli de littérature dans la didactique du FLE. Les enseignants ainsi que les apprenants estiment que l’apprentissage d’une langue étrangère se fait principalement par la voie de grammaire. Cette approche pose des contraintes à l’approche sémiotique ainsi qu’aux ateliers d’écriture et cela a comme effet de restreindre le progrès des apprenants dans la langue. L’analyse du corpus éclairé le fait que l’exploitation des textes littéraires est importante et qu’elle mène les apprenants à une découverte indépendante de la langue. Néanmoins la littérature reste une matière peu exploitée. Il faudrait réintroduire les textes
  56. 56. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 56 littéraires dans les manuels du FLE en commençant au niveau débutant (A1) pour que les apprenants soient à l’aise avec la littérature dès le début. La littérature n’est pas seulement un chemin pour découvrir la langue mais la aussi la culture et la civilisation. La lecture et l’étude d’un texte littéraire ouvrent aux apprenants un monde qu’il ne connaît pas, et leur vision du monde peut s’élargir selon la présentation du texte. Les textes littéraires aident aussi à réduire le « choc culturel » qu’ont les apprenants lorsqu’ils font face à la culture française pour la première fois. Donc les textes littéraires donnent aux apprenants tout ce qu’ils cherchent dans une classe de langue étrangère. La littérature est un « lieu de croisement des langues et des cultures…un espace de plaisir et de liberté qui invite à l’épanchement de l’affectivité, de la sensibilité et au déploiement de l’imaginaire. » L’apprenant qui se trouve au centre de cette activité peut développer ses compétences dans une façon autonome, en prenant du plaisir pendant qu’il construit une nouvelle vision du pays étranger dont il apprend la langue. Pour conclure, je voudrais dire que ce travail m’a donné plus de pistes sur lesquelles je peux travailler. Ce qui a été au départ une quête pour trouver des idées d’exploitation de la littérature en classe, m’a mené aux réflexions sur la langue elle-même. Il me reste encore beaucoup à étudier et analyser dans cette profession ainsi que ce domaine, les deux ayant m’influencer beaucoup.
  57. 57. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 57 BIBLIOGRAPHIE ET SITOGRAPHIE Albert, M.-C., Souchon , Les textes littéraires en classe de langue. Paris : Hachette, 2000 Baylon Christian, Campà àngels, Mestreit Claude, Murillo Julio, Tost Manuel, Forum 1, Hachette,2000 Bérard, Canier et Lavenne, Tempo 2, Didier/Hatier, 1997 Berthet A, Hugot C, Kizirain A, Sampsonis B, Waendendries M, Alter Égo 1, Hachette, 2006 Berthet A, Hugot C, Kizirain A, Sampsonis B, Waendendries M, Alter Égo 2, Hachette, 2006 Cadre Européen Commun de Référence, http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/Framework_FR.pdf Beylard Ozeroff Jean-Louis, Le texte littéraire en didactique du Français Langue Étrangère, décembre 2007, http://semiotique.perso.sfr.fr/spip.php?article53 De Biasi, P Théorie de l’intertextualité, in Encyclopaedia Universalis, 1989, vol 12, p 514 Demari, Jean-Claude, Le français dans le monde, Le courrier des internautes, Quelque chose de différent, Hachette, janvier--février 2003, n° 325, http://www.fdlm.org/fle/article/325/courrierinternet.php Demar, Jean-Claude, Le français dans le monde, Le courrier des internautes, Quand les élèves jouent le français, Hachette, septembre-octobre 2003, n° 329 (http://www.fdlm.org/fle/article/329/courrier.php) Dollez C, Pons S, Alter Égo 3, Hachette 2007 Dollez C, Pons S, Alter Égo 4, Hachette 2007 Gisèle Pierra, Une esthétique théâtrale en langue étrangère, L’Harmattan, Paris 2001 in FDLM, septembre-octobre 2003, n° 329 http://www.fdlm.org/fle/article/329/theatre.php Jaleh Kahnamouipour, L’enseignement de la poésie, l’espace d’un échange interculturel, Fédération internationale des professeurs de français, Dialogues et Cultures n° 49 http://www.francparler.org/dossiers/kahnamouipour.pdf Mariz Josilene Pinheiro, Pourquoi travailler la littérature en classe de FLE, http://www.fbpf.org.br/cd2/liste_des_auteurs/m/josilene_pinheiro_mariz.pdf
  58. 58. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 58 Mauger, G, Cours de la langue et civilization française, 1957, p. VI Mérieux R, Loiseau Y, Connexions 2, Didier 2005 Peytard, J Sémiotique du texte littéraire et didactique du FLE, 1982, p 102 Puren Chrsitian, Explication de textes et perspective actionnelle : la littérature entre le dire scolaire et le faire social, http://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article389 Uhoda Bernard, Le Français dans le monde, Analyser le texte littéraire, Hachette, janvier- février 2003, n° 325 http://www.fdlm.org/fle/article/325/uhoda.php Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Épistémologie Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Francophonie
  59. 59. La Place de la Littérature en Didactique du FLE Page 59 9.ANNEXE

×