Derrière le voile
Luz SEVERINOTexte : Carlos Garrido CastellanoTraduction : Léandre Saint-Pierre et AteanoCrédits photographique : Anne Chop...
Regarder derrière le voileDetrás del velo (Derrière le voile), dernière œuvrede Luz Severino, se situe comme une approched...
Observando, detrás del muroHuile sur toile – 102 x 127 cm – 2011Con pasos firmesHuile sur toile – 102 x 127 cm – 2011
Les œuvres picturales qui composent cetteexposition s’annoncent comme une intention, unprojet de fuite en avant, qui de pa...
Alrededor de la lunaHuile sur toile – 140 x 140 cm – 2011
Detrás del muro IIHuile sur toile – 102 x 102 cm – 2011Detrás del muro IHuile sur toile – 102 x 102 cm – 2011
L’installation déplace quant à elle cette préoccupationde la série picturale dans un espace que l’artiste exploredepuis pe...
En effet, la multiplicité de chaussures se présente   reconstruction de la réalité et par conséquentlibérée de ses liens e...
Mirando detrás del velo.Detrás del velo, esta última obra de Luz Severino, se sitúa como un           planeta, pero que, c...
Luz SeverinoNée en République dominicaine, vit et travaille en MartiniqueExpositions collectives nationales et internation...
Catalogue de Luz Severino Derriere le voile
Catalogue de Luz Severino Derriere le voile
Catalogue de Luz Severino Derriere le voile
Catalogue de Luz Severino Derriere le voile
Catalogue de Luz Severino Derriere le voile
Catalogue de Luz Severino Derriere le voile
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Catalogue de Luz Severino Derriere le voile

1,954 views

Published on

Catalogue publié par la Fondation Clément à l'occasion de l'exposition Derrière le voile
de Luz Severino à l'Habitation Clément du 16 décembre 2011 au 22 janvier 2012.

0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,954
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
263
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Catalogue de Luz Severino Derriere le voile

  1. 1. Derrière le voile
  2. 2. Luz SEVERINOTexte : Carlos Garrido CastellanoTraduction : Léandre Saint-Pierre et AteanoCrédits photographique : Anne Chopin, Alain Piraud p12,13 et 14Conception graphique : Chop’sImpression : Caraïb EdiprintISBN : 978-2-919649-00-6Catalogue publié par la Fondation Clément à loccasion de lexposition Derrière le voilede Luz Severino à lHabitation Clément du 16 décembre 2011 au 22 janvier 2012.Habitation ClémentLe François – Martinique –Tel. 05 96 54 75 51www.fondation-clement.org
  3. 3. Regarder derrière le voileDetrás del velo (Derrière le voile), dernière œuvrede Luz Severino, se situe comme une approchedes conditions qui régissent aujourd’hui leséchanges culturels et les limites imposées par lejeu politique. La réalité actuelle, marquée par lacoexistence d’un nombre en constante augmen-tation d’interconnexions et de médiations d’unepart, et de limitations de l’expression d’autre part,place la question de la communication dans lecollimateur de la pensée critique. Ce souci dudialogue trouve sa réponse dans l’expositionactuelle de Luz Severino.L’exposition qui nous est présentée aujourd’huiapparaît comme une cartographie, forcémentambigüe, née de ce panorama qui prend sa sourcedans la situation actuelle pour questionner sonfonctionnement et proposer des alternatives.
  4. 4. Observando, detrás del muroHuile sur toile – 102 x 127 cm – 2011Con pasos firmesHuile sur toile – 102 x 127 cm – 2011
  5. 5. Les œuvres picturales qui composent cetteexposition s’annoncent comme une intention, unprojet de fuite en avant, qui de par son inclinationparvient à s’installer encore plus dans la réalitédu moment.Luz, au niveau de l’expression même, a introduitdes innovations importantes : les personnagesparaissent en effet s’évaporer à mesure que nouslevons les yeux. Ils sont représentés ici commeancrés dans le don par ces pieds qui déterminentleur personnalité, et sont brisés en morceauxd’identités, en minuscules fragments qui reflètentla difficulté de se tenir debout dans le monde d’au- Huile sur toile – 99 x 127 cm – 2011jourd’hui. Il faut ajouter à cela la prédominancedes diagonales, un exercice grâce auquel Luz Para subir al cielo Iparvient à éliminer cette difficulté imposée parles silhouettes : ces pasos firmes (pas assurés)qui d’un autre côté nous représentent tels quenous sommes, poursuivant notre but.
  6. 6. Alrededor de la lunaHuile sur toile – 140 x 140 cm – 2011
  7. 7. Detrás del muro IIHuile sur toile – 102 x 102 cm – 2011Detrás del muro IHuile sur toile – 102 x 102 cm – 2011
  8. 8. L’installation déplace quant à elle cette préoccupationde la série picturale dans un espace que l’artiste exploredepuis peu. Dans ce cas précis, Luz Severino faitréférence à cette absence de liberté d’expression qu’onretrouve dans une grande partie du monde, mais qui,comme c’est souvent le cas dans les œuvres de Luz,transcende cette question précise et se métamorphosecette fois-ci en une instabilité pleine de sens, commedans un projet d’avenir érigé à la gloire de la poésie.Un rassemblement de chaussures nouées entre ellesen un édifice instable : son caractère intérieur, sonaura de protection, sont conditionnés par le fait qu’ellessont inutilisables, par l’annulation de leur fonction.Pour revenir à l’œuvre de Luz intitulée Los pasosfirmes, qu’elle présentait dans une autre série, à titrede programme de développement personnel et sociallimité par des conditions extérieures : nous noustrouvons devant des pas qui ne seront pas faits, deséchanges qui n’auront jamais lieu.
  9. 9. En effet, la multiplicité de chaussures se présente reconstruction de la réalité et par conséquentlibérée de ses liens et en marche. L’accumulation du zéro, recommençant encore et encore. Si ende pas qui pourrait être perçue dans le cas d’autres occasions les réflexions de l’artisteprécédent comme une limitation, comme la reposaient sur un scénario ambigü, changeant,répétition d’une situa-tion négative, se présente diffus et proche du concept de liquide développéaujourd’hui comme la garantie d’un dialogue par Zygmunt Bauman, nous sommes cette fois faceouvert. Comment passer de la première image à à un compromis actif fondé sur la nécessité dela deuxième, comment garantir cette ouverture, confirmer les signes qui nous permettent d’allertout cela semble être le véritable moteur de la au-delà du voile, de regarder de chaque côté de laproposition de Luz. Les deux séries évoqueraient réalité, et en la racontant, de la changer.alors le processus transformatif qui forme cette Carlos Garrido Castellano
  10. 10. Mirando detrás del velo.Detrás del velo, esta última obra de Luz Severino, se sitúa como un planeta, pero que, como esto a menudo llega en la obra de Luz, trasciendeenfoque(aproximación) de las condiciones que rigen actualmente los esta cuestión particular, y se metamorfosea esta vez en uno cojea llenaintercambios culturales y las limitaciones impuestas por el juego político. de sentido, así como en un proyecto de futuro erigido en la poesía. UnLa realidad actual, marcada por la coexistencia de un número sin cesar conjunto de zapatos anudados que encuentra encerradas en uno cojea:creciente de interconexiones y de mediaciones de un lado, y limitaciones su carácter interior, su aura de protección, es acondicionado por el hechode la expresión del otro, colocó la cuestión de la comunicación en el de que no pueden ser utilizadas, por la anulación de su función.colimador del pensamiento crítico. Esta preocupación del diálogo Volviendo a la obra de Luz: los pasos firmes, esta obra que solicitaba enencuentra su respuesta en la exposición presente de Luz Severino. otra serie, a título(en calidad) de programa de desarrollo personal y socialEsta exposición que nos es presentada hoy apparait como una cartogra- y que se encuentra limitado por condiciones externas: nos encontramosfía, necesariamente ambigua, nace de este panorama que tiene origen delante de pasos que jamás serán efectuados, intercambios que jamásde la situación actual para interrogar su funcionamiento y proponer tendrán En efecto, la multiplicidad de zapatos se presenta a eso liberadaalternativas. Las obras pictóricas que integran esta muestra se anuncian por sus lazos y en marcha. La acumulación de paso que podía ser perci-como una intención, un proyecto de huida(escape) adelante, que por su bida en el caso anterior como una limitación, como el ensayo de unainclinación, llega a instalarse todavía más en la realidad del momento. situación negativa, se presenta ahora como una garantía de diálogoLuz, al nivel de la misma expresión, introdujo innovaciones importantes : abierto. Cómo pasar la primera imagen al segundo, cómo garantizar estalos personajes en efecto, parecen evaporarse a medida que levantamos apertura, todo esto apparait como el motor verdadero de la propuesta dela mirada. Son representados aquí como siendo anclados en el obsequio Luz. Ambas series evocarían entonces, el proceso transformatif quepor estos pies que determinan a su personalidad, y son hechos pedazos subtiende esta reconstrucción de la realidad por lo tanto del cerode identidades, de pequeños fragmentos, que reflejan la dificultad, en el (la nada), empezando de nuevo de nuevo.mundo(gente) actual, en mantenerse de pie. A esto hay que añadir el Si en otras ocasiones las reflexiones del artista reposaban(reponían)predominio de las diagonales, un ejercicio por medio del cual Luz llega en un scenario ambiguo, cambiante, difuso y próximo del concepto dea eliminar esta dificultad que le imponen estas figuras(caras) - estos líquido desarrollado por Zygmunt Bauman, esta vez nos encontramospasos firmes que por otro lado nos representan, tanto como somos y esto delante de un compromiso activo basado en la necesidad de asegurar laspersiguiendo su progreso. La instalación, por su parte, traslada esta preo- señas que nos permiten ir más allá del velo, mirar por cada lado de lacupación de la serie pictórica a un espacio que el artista desde hace poco, realidad y narrándolo, de cambiarlo.explora. En este caso precisa Luz Severino se refiere a esta ausencia de Carlos Garrido Castellanolibertad de expresión que tiene curso en una gran parte(partida) del
  11. 11. Luz SeverinoNée en République dominicaine, vit et travaille en MartiniqueExpositions collectives nationales et internationales1987 Concours d’art E. León Jimenes, Santiago (R. D.)1988 "10 dominicains sur papier", musée Roldanillo, Colombie1989 Collège dominicain d’artistes plastiques, St-Domingue (R. D.)1990 "Art érotique", musée d’art moderne, Saint-Domingue (R. D.).– 10e exposition internationale Miniprint, Cadaquès, Barcelone (Espagne).– "Gravure jeune", Casa de las Américas, La Havane (Cuba)1991 "Rencontres entre Générations", Maison de France, St-Domingue (R. D.). "7 Femmes artistes contre la violence", Galerie d’art moderne, St-Domingue (R. D.)1992 18e biennale nationale des arts visuels, Musée d’art moderne, Saint-Domingue (R. D.)1993 Exposition collective de gravures, Altea, Alicante (Espagne)1994 19e biennale nationale des arts visuels, Musée d’art moderne, Saint-Domingue (R. D.) "7 femmes de 7 pays", Musée de l’art hispanique et sud-américain de Floride, Miami1996 INDIGO 96, festival Caribéen des arts plastiques, Guadeloupe1997 "Makana à Chavón", La Romana (R. D.). – "Vers et Lumière", centre culturel de la porte de Tolède, Madrid. Bibliothèque de l’art de la Caraïbe, Le Lamentin. Galerie AGUELI, Stockholm1998 Foire d’art contemporain, Guyane Française. Aéroport Orly Sud, Paris1999 "Artistes de la Caraïbe hispanique", centre d’art Inner Tropical, Miami. – "Dialogue", artistes portoricains et dominicains contemporains, San Juan (Puerto Rico). "Traces de l’art dominicain contemporain", Club de l’Amiral, Aéroport de Miami. "Art 21, l’Art du nouveau siècle", Las Vegas2000 "L’esprit de la caraïbe hispanique", Club de l’Amiral, aéroport international JFK, New York2001 "Les femmes dans la mémoire de la caraïbe", musée des arts américains, Organisation des États des Amériques, Washington2002 "Artistes martiniquais et dominicains", musée des Maisons Royales, Saint-Domingue (R. D.)2003 Hôtel de ville de Miami. Université nationale de Mexico. Marché de l’art du Marin (Martinique)2004 Salon de l’art, palais des congrès de Nantes2005 Galerie d’art Jalène, Nantes2006 "La vue d’abord", Palais Bessonneau, Angers2007 ETNA, Foire de l’art latino-américain contemporain, Bruxelles2011 OMA/Outre-mer art contemporain, Orangerie du Sénat, Paris – “Art et Caraïbe”, Yellow Sand Gallery, BordeauxExpositions individuelles1993 "Des origines du Temps, un autre Temps", musée des Maisons Royales, Saint-Domingue et Square de la Culture, Santiago (R. D.)1994 "Enceinte d’images", Maison de France, Saint-Domingue (R. D.) "L’éternelle sève", centre de la Culture hispanique, St-Domingue1995 "Notes pour Mozart", bibliothèque du Lamentin (Martinique). "Soleil chaud", SERMAC, festival de Fort-de-France (Martinique)1996 "Pourquoi les tambours ne battent-ils pas? ", Conseil Général de la Martinique, Fort-de-France1997 "Sons de nuit de danse", Mesa Fine Arts, Saint-Domingue (R. D.)1998 "Danse sous la lune", galerie d’art de l’aéroport d’Orly Sud, Paris1999 Galerie d’art DLC, De La Cruz & Associés, Guayanabo (Puerto rico). "Vols inutiles", musée des Maisons Royales, Saint-Domingue (R. D.)2000 "Danse des coquelicots",Galerie Tamara, San Juan (Puerto Rico)2001 "Rites pour une danse", Maison de Bastidas, Saint-Domingue (R. D.)2002 Résidence départementale Chanteclerc, Fort de France (Martinique). – Musée des Amériques, San Juan (Puerto Rico)2004 Galerie Tamara, San Juan (Puerto Rico). Galerie Matthei, Santiago du Chili (Chili)2007 "Visages innocents", Fondation Clément, Le François (Martinique)."Visages innocents (série 2) ", Galerie d’art Jalène, Nantes.2008 "Salir del Hoyo", musée d’art moderne de Saint-Domingue (R. D.)

×