Psychotraumatisme

585 views

Published on

Psycho traumatisme et autres retentissements psychologiques (retentissement hors traumatisme), enfant et adulte
Rôle d’une psychologue au sein d’une UMJ : psychologue expert versus psychologue de soutien

Published in: Healthcare
  • Be the first to comment

Psychotraumatisme

  1. 1. Emmanuelle MARSAT Psychologue clinicienne Criminologue/Victimologue LE PSYCHOTRAUMATISME 1 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  2. 2. SOMMAIRE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 2 • Définition • Variables aggravant la fréquence et l’intensité du psychotraumatisme. • L’évènement • L’individu • Le milieu de la récupération
  3. 3. SOMMAIRE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 3 • Différents types de traumatismes • Clinique du psychotraumatisme • Symptômes de reviviscence du souvenir traumatique • Symptômes d’évitement • Symptômes dissociatifs • Symptômes dysphoriques
  4. 4. SOMMAIRE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 4 • Symptômes d’hyperactivation • Symptômes en comorbidité • Chez l’enfant • Facteurs jouent un rôle • Clinique de l’enfant de Bailly • Symptômes
  5. 5. SOMMAIRE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 5 • Conclusion • Prise en charge du psychotraumatisme • Rôle du psychologue • Traiter la mémoire traumatique • Le psychologue expert
  6. 6. HISTOIRE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 6 • Fin du XIXe siècle, controverse liée à la demande de dédommagement des victimes d’accidents de chemin de fer pour leurs troubles nerveux. • Les experts parlaient de simulation, théâtralisation, de névrose de dédommagement ou de névrose hystérique. • Hermann Oppenheim (neurologue) propose le concept de Névrose Traumatique remplacé aujourd’hui par ESPT.
  7. 7. DEFINITIONS • Louis CROCQ (psychiatre spécialiste des névroses de guerre) • « Effraction du psychisme et débordement de ses défenses par les excitations violentes afférentes à la survenue d’un événement agressant ou menaçant pour la vie ou l’intégrité (physique et psychique) d’un individu qui y est exposé comme victime, comme témoin ou comme acteur » 7 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  8. 8. DSM IV • Troubles présentés par une personne ayant vécu un ou plusieurs évènements traumatiques ayant menacé leur intégrité physique et psychique ou celle d’autres personnes présentes, ayant provoqué une peur intense, un sentiment d’impuissance ou d’horreur, et ayant développé des troubles psychiques liés à ce(s) traumatisme(s). 8 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  9. 9. VARIABLES AGRAVANT LA FREQUENCE ET L’INTENSITE DU PSYCHOTRAUMATISME • Liées à l’événement • Liées à l’individu • Liées au milieu de la récupération Tout ceci potentialise le risque de développer un syndrome psychotraumatique 9 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  10. 10. L’EVENEMENT – 5 POINTS • L’intensité et la gravité de l’événement Agression, viol, décès soudain d’un proche, blessure grave ou séquelle physique irréversible, torture, catastrophe naturelle • Le caractère répétitif et la fréquence Plus l’exposition à été longue et/ou fréquente plus la personne risque de présenter des symptômes traumatiques • La multiplicité des facteurs traumatisants 10 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  11. 11. L’EVENEMENT – 5 POINTS • La proximité émotionnelle : Plus la personne est proche du sujet ( famille, ami, connaissances) plus elle pourra développer un syndrome traumatique • La proximité physique : Plus la personne est proche du lieu de l’événement traumatique, plus elle risque de développer un syndrome traumatique 11 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  12. 12. L’INDIVIDU • Le sexe : Les femmes sont plus souvent à risque que les hommes pour développer des symptômes traumatiques • L’âge : Les enfants ainsi que les personnes âgées sont plus vulnérables • La socialisation : L’isolement accentue les symptômes traumatiques 12 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  13. 13. L’INDIVIDU • La personnalité et les ressources cognitives : Les personnes anxieuses (stratégies habituelles d’évitement), introverties ou souffrant de troubles psychopathologiques seraient plus à risque de développer un syndrome psychotraumatique. 13 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  14. 14. L’INDIVIDU • Le burn out : Difficulté majeure à faire face à un événement particulièrement stressant dû à la diminution des ressources émotionnelles • Le rôle de la personne dans le déclenchement ou le déroulement de l’évènement : Lorsque le sujet est l’agent du drame, le risque qu’il développe un syndrome traumatique ou qu’il se suicide est très élevé 14 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  15. 15. L’INDIVIDU • L’évaluation personnelle: • Les croyances et les valeurs : • L’attribution causale : l’interprétation que la personne a de sa position dans la vie. Si la personne se sent généralement victime, le psychotraumatisme est généralement plus important parce qu’elle a le sentiment qu’elle n’a pas de contrôle sur ce qui lui arrive. 15 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  16. 16. L’INDIVIDU • La culpabilité : Réelle ou imaginaire peut induire des comportements d’autopunition. • Lorsque la personne est l’agent involontaire d’un drame. Amalgame entre culpabilité et responsabilité 16 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  17. 17. L’INDIVIDU • Les stratégies d’adaptation après le traumatisme : Déploiement d’une grande énergie pour éviter la victimisation qui rend les stratégies de coping difficile. • Les bénéfices secondaires liées au traumatisme : Si le sujet trouve un bénéfice à son syndrome psychotraumatique, la guérison sera plus difficile. 17 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  18. 18. VARIABLES LIEES AU MILIEU DE RECUPERATION • Le soutien de l’entourage proche : Isolement de l’individu tend à accentuer les capacités d’adaptations et épuise sa capacité de coping. • Un état de stress aigu ou un syndrome psychotraumatique ou tout autre pathologie mentale (dépression, psychose, etc.) dans l’entourage proche • L’attitude de la société envers les victimes 18 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  19. 19. DIFFERENTS TYPES DE TRAUMATISMES • Psychotraumatisme de type I Lorsque l’événement est unique ( accident, incendie, catastrophe naturelle) • Psychotraumatisme de type II Lorsque l’événement est répété ou durable ( maltraitance physique, psychique, violence conjugale etc…) 19 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  20. 20. CLINIQUE DU PSYCHOTRAUMATISME • On distingue différents types de symptômes : Symptômes de reviviscence caractéristique centrale du psychotraumatisme, peuvent être associés à des • Symptômes d’évitement • Symptômes dissociatifs • Symptômes dysphoriques • Symptômes d’hyperactivation 20 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  21. 21. SYMPTOMES DE REVIVISCENCE DU SOUVENIR TRAUMATIQUE • Souvenirs Spontanés ou déclenchés par un stimulus, Répétitifs, involontaires et envahissants de l’évènement provoquant un sentiment de détresse et composés d’images, d’émotions ou de perceptions sensorielles. • Rêves répétitifs relatifs à l'évènement provoquant un sentiment de détresse. 21 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  22. 22. SYMPTOMES DE REVIVISCENCE DU SOUVENIR TRAUMATIQUE • Sentiment intense et prolongé de détresse psychologique lors de l'exposition à des stimuli internes ou externes. 22 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  23. 23. SYMPTÔMES D’ÉVITEMENT – 3 POINTS • Evitement persistant des pensées des sentiments ou des sensations physiques associés au traumatisme. • Evitement persistant des activités des endroits, des objets ou des moments (par exemple aux anniversaires de l’évènement) associés au traumatisme. • Evitement persistant des personnes des conversations ou des situations associées au traumatisme. 23 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  24. 24. SYMPTÔMES DISSOCIATIFS – 2 POINTS • Flashback Impressions ou agissements soudain “comme si” l’évènement traumatique allait se reproduire, pouvant aller jusqu’à une impression d’être totalement replongé dans l’évènement, avec une disparition momentanée de la conscience de l’environnement réel. • Amnésie dissociative Incapacité de se rappeler d'une partie importante du traumatisme, ou perturbations dans le rappel de la chronologie de l’évènement. 24 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  25. 25. SYMPTÔMES DISSOCIATIFS – 2 POINTS • Déréalisation Perte du sentiment de réalité et de familiarité de l’environnement, entrainant une impression d’étrangeté, et parfois une atteinte des repères spatio- temporels • Dépersonnalisation Sentiment de détachement ou impression d'être devenu un observateur extérieur de son propre fonctionnement mental ou de son propre corps 25 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  26. 26. SYMPTÔMES DYSPHORIQUES – 5 POINTS • Croyances négatives persistantes et exagérées concernant soi-même, les autres et le Monde. • Reproches persistants envers soi-même ou envers les autres concernant les causes et les conséquences de l’événement traumatique. • Etats émotionnels négatifs et envahissants comme la peur, l’horreur, la colère, • Réduction marquée de l'intérêt ou de la participation à des activités importantes. • Incapacité persistante à ressentir des émotions positives. 26 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  27. 27. SYMPTÔMES D’HYPERACTIVATION – 5 POINTS • Irritabilité, accès de colère ou comportement agressif • Conduites à risque ou comportement autodestructeur hyper vigilance • Réaction de sursaut exagérée • Difficultés de concentration • Difficultés d'endormissement, réveils nocturnes ou sommeil non réparateur. 27 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  28. 28. SYMPTÔMES EN COMORBIDITES – 8 POINTS • Anxiété généralisée • Crise d’angoisse, phobies, trouble obsessionnel • Trouble de l’humeur ( dépression avec potentiellement des idées suicidaires) • Trouble de la personnalité • Trouble de la sphère sexuelle 28 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  29. 29. SYMPTÔMES EN COMORBIDITES – 8 POINTS • Troubles des conduites alimentaires • Conduite addictive et passage à l’acte • Troubles somatiques divers (douleur chronique, dermatologique, gastrique, diabète, hypertension artérielle...) 29 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  30. 30. CHEZ L’ENFANT • Le traumatisme implique un événement faisant ressentir un risque de mort ou de blessure grave avec menace de l’intégrité physique. • Le concept de mort doit être intégré par l’enfant, de 4 à 12 ans. • Mise en place de stratégie de réparation « jouet que l’on répare » et confrontation a l’impossibilité de ce type de réparation. 30 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  31. 31. FACTEURS JOUENT UN RÔLE • Importance du développement psycho-intellectuel de l’enfant. • Maturité des organes des sens : audition fine chez le bébé mais faible vision de loin pouvant le préserver d’images traumatiques, mais pas de faibles sons. 31 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  32. 32. FACTEURS JOUENT UN RÔLE • Développement des capacités motrices: Capacité de bouger, se cacher, s’éloigner des objets dangereux, l’enfant en mouvement ne percevra plus une situation comme étant traumatique. • Acquisition du langage : L’enfant peut se faire entendre, comprendre et répéter ce qui lui est dit. 32 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  33. 33. FACTEURS JOUENT UN RÔLE • Les parents (absence ou présence) Absence aggrave l’effraction traumatique Sensation d’abandon pouvant priver l’enfant de tout recours. La présence, en fonction de la réaction émotionnelle, Le calme ou l’angoisse vont se transmettre. Il vit ce que va vivre l’adulte référent. 33 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  34. 34. CLINIQUE DE L ENFANT SELON BAILLY • 4 phases de l’enfant victime • Naissance à 3 ans Peu de conceptualisation, stade basé sur le ressenti et la sensorialité. Une séparation brutale engendre une totale impuissance, la douleur, la faim, la température, les cris ou les bruits violents peuvent être traumatogènes. 34 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  35. 35. SYMPTÔMES MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 35 • Reviviscence du traumatisme par le jeu absence de plaisir mais répète l’événement. • Souvenirs fréquents en dehors du jeu • Cauchemars répétés • Détresse aux rappels du traumatismes • Engourdissement de la sensibilité retrait social, diminution du jeu, registre émotionnel limité, régréssion
  36. 36. SYMPTÔMES MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 36 • Symptômes d’éveil accentués • Terreurs nocturnes • Difficulté à s’endormir • Hypervigilance • Réaction de sursaut exagérée • Trouble de l’attention
  37. 37. SYMPTÔMES MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 37 • Agression envers les pairs, adultes ou animaux • Multiplication des peurs : du noir, d’être seul, d’aller au toilette • Attitude défaitiste • Comportement de nature sexuelle et agressive • Somatisation : problèmes cutanés, raideur …
  38. 38. CLINIQUE DE L ENFANT SELON BAILLY • Les jeunes enfants: Le trauma est consécutif de l’effroi vécu par l’enfant MAIS SURTOUT de la terreur de l’adulte impuissant. Perte de croyance de l’invulnérabilité, de sécurité du parent causant divers symptômes 38 MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE
  39. 39. SYMPTÔMES MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 39 • Trouble du sommeil • Trouble de l’humeur • Honte, retard du développement • Modification du jeu • Trouble de l’appétit
  40. 40. CLINIQUE DE L ENFANT SELON BAILLY MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 40 • L’enfant qui a accès à la pensée abstraite Asthénie (fatigue) Trouble dépressif Culpabilité Destruction des valeurs : justice, vérité, bienveillance…
  41. 41. CLINIQUE DE L ENFANT SELON BAILLY MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 41 • L’adolescent: Plus de filtre par les parents de l’événement même si l’ado est encore sensible à leur réactions reflétant leur caractère: courageux, lâche, bienveillant, égoïste, dévoué…
  42. 42. SYMPTÔMES MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 42 • Cauchemars • Peurs • Trouble des conduites alimentaires • Conduites suicidaires • Crise d’angoisse, panique • Remémorations
  43. 43. CONCLUSION MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 43 • Le syndrôme psychotraumatique entraine : • Une souffrance clinique conséquente • Altération du fonctionnement social, professionnel et affectif • Troubles conjugaux (divorce) • Perte d’emploi
  44. 44. CONCLUSION MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 44 Chez l’enfant : • Difficultés des acquisitions scolaires • Trouble de la personnalité (Etat de stress post traumatique) • Trouble mnésique, concentration
  45. 45. CONCLUSION MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 45 • Indispensable d’être attentif aux symptômes psychotraumatiques chez l’enfant. • Mettre en place une prise en charge précoce en tenant compte de sa souffrance et de celle de l’entourage.
  46. 46. CONCLUSION MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 46 • Si les faits à l’origine du psychotrauma constituent une infraction, un processus judiciaire peut débuter. Le traitement judiciaire peut s’articuler au traitement médico-social permettant d’accélérer la réparation et l’évolution.
  47. 47. PRISE EN CHARGE DU PSYCHOTRAUMATISME MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 47 • Faire cesser les violences : Mettre à l’abri, faire appel à la loi. • Donner des soins immédiats : orienter vers un médecin traitant ou un service d’urgence. • Mettre en place un accompagnement : médical, social, juridique. • Orienter la victime vers des associations utiles
  48. 48. PRISE EN CHARGE DU PSYCHOTRAUMATISME MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 48 • Connaître les numéro d’urgences, les permanences téléphoniques nationales et locales, le rôle de la police, gendarmerie, de la justice, des UMJ… • Avoir une connaissance des aides sociales dédiées et des structures ( ALD: affection de longue durée). • Donner des informations précises à la victime sur ses droits, ses aides et expliquer les conséquences judiciaires.
  49. 49. RÔLE DU PSYCHOLOGUE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 49 • Le traitement unique est psychothérapeutique. • Mettre en sécurité • Eviter le risque suicidaire • Eviter de nouvelles violences • Identifier et prendre en charge les conduites à risques. • Soigner médicalement la souffrance psychique et les symptômes anxio-dépréssif.
  50. 50. RÔLE DU PSYCHOLOGUE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 50 • Pour évaluer le risque suicidaire: • Poser des questions précises sur les idées suicidaires • Evaluer la qualité de l’entourage, s’assurer de la présence de personne de confiance et sécurisante • Faire un signalement si nécessaire pour les mineurs ou les personnes vulnérables
  51. 51. RÔLE DU PSYCHOLOGUE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 51 • Différentes techniques psychothérapiques peuvent être utilisées: Psychothérapie dynamique, psychanalyse,tcc, hypnose, EMDR, thérapie émotionnelle… Pas le même traitement si les violences sont uniques ou continues, répétées, installées dans la durée.
  52. 52. RÔLE DU PSYCHOLOGUE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 52 • Lors de violences uniques : Thérapie brève surtout si mise en place rapidement après le traumatisme. • Lors de violences continues : Si elles ont eu lieu dans l’enfance, aider à la libération d’une personnalité traumatisée Réunifier l’intellect, le corps et les émotions afin de reconstruire la vraie personnalité de la victime.
  53. 53. RÔLE DU PSYCHOLOGUE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 53 • Le thérapeute doit être formé à la psychotraumatologie • Thérapie centrée sur les violences et leurs conséquences psychotraumatiques ( entretien face à face) • Travailler le lien entre violences, symptômes et émotions sur la compréhension des mécanismes et le traitement de la mémoire traumatique
  54. 54. RÔLE DU PSYCHOLOGUE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 54 • La relation doit être respectueuse, bienveillante, sécurisante, sans aucun rapport de pouvoir avec une écoute empathique ET en entretien en face à face.
  55. 55. TRAITER LA MEMOIRE TRAUMATIQUE MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 55 • Identifier les violences • Faire le lien entre les violences subies et les symptômes actuels. • Mettre des mots sur chaque situation, sur chaque comportement, sur chaque émotion. Objectif: Jamais renoncer à tout comprendre ni à redonner du sens.
  56. 56. PSYCHOLOGUE EXPERT MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 56 • SON RÔLE: • Analyser le fonctionnement mental des individus à la demande du juge • Effectuer une anamnèse afin de comprendre l’histoire d’une personne qui influence ses actes • Travaille tant au pénal qu’au civil ( affaires familiales)
  57. 57. PSYCHOLOGUE EXPERT MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 57 • Au pénal, il reçoit des prévenus mis en examen afin d’apporter un éclairage sur leur personnalité, leur responsabilité, leur mobile. • Au civil, il opère surtout dans le cadre des procédures de divorce, pour déterminer à qui l’enfant sera confié, quelles sont les modalités de droit de visite...
  58. 58. PSYCHOLOGUE EXPERT MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 58 • Méthode de travail • Utiliser l’entretien en face à face. • Possibilité d’utiliser des tests • Grande capacité d’écoute et d’observation • Comprendre rapidement le fonctionnement d’un individu • Rédiger un rapport
  59. 59. PSYCHOLOGUE EXPERT MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 59 • L’expert est un psychologue en activité, habilité et inscrit sur une liste établie à la cour d’appel. • L’habilitation est soumise à condition, et validée par un collège d’experts ainsi que par le procureur. • Pas de formation spécifique à l’expertise( D.U)
  60. 60. PSYCHOLOGUE EXPERT – EXEMPLE DE MISSION MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 60 • Recevoir le jeune âgé de 9 ans et réaliser un examen psychologique de ce mineur, se disant être victime de viol. • Relever les aspects de la personnalité de cet enfant et dire s’il présente des troubles ou anomalies susceptibles d’affecter son équilibre psychique. • Indiquer son niveau d’intelligence.
  61. 61. PSYCHOLOGUE EXPERT MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 61 • Analyser les circonstances et le contexte de la révélation et rechercher les facteurs éventuels de nature à influencer ses dires. • Décrire le retentissement éventuel et les modifications de la vie psychique depuis les faits. Peuvent- ils être évocateurs d’abus sexuels ?
  62. 62. PSYCHOLOGUE EXPERT MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 62 • Faire toute remarque utile sur le récit du jeune et sur son évolution depuis la révélation, sous l’angle psychologique ou psychopathologique. • Indiquer le degré de connaissance et de maturation du plaignant en matière sexuelle.
  63. 63. PSYCHOLOGUE EXPERT MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 63 • Formuler si possible un pronostic sur le retentissement observé. Est il opportun de conseiller un suivi thérapeutique.
  64. 64. MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 64 MERCI DE VOTRE ATTENTION
  65. 65. MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 65
  66. 66. MARSAT EMMANUELLE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE CRIMINOLOGUE/VICTIMOLOGUE 66

×