Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

CANCERS MAMMAIRES : Peut-on présager de l’exactitude des résultats d’une biopsie - RPC Saint Paul 2015

372 views

Published on

CANCERS MAMMAIRES : Peut-on présager de l’exactitude des résultats d’une biopsie - RPC Saint Paul 2015

Published in: Health & Medicine
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

CANCERS MAMMAIRES : Peut-on présager de l’exactitude des résultats d’une biopsie - RPC Saint Paul 2015

  1. 1. RPC1 St-Paul 21/01/2015 Dr Elisabeth Russ Paris *
  2. 2. * *1- Caractère contributif et représentatif d’une biopsie *2- Fiabilité des études immunohistochimiques sur biopsie *3- Hybridation In Situ HER2 sur biopsie
  3. 3. *
  4. 4. * *Devant une masse ACR5 le radiologue va confier au pathologiste un échantillon tumoral, la biopsie. *Le pathologiste aura pour mission : - de confirmer le diagnostic de carcinome infiltrant, - donner les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs de réponse au traitement dont les facteurs théranostiques.
  5. 5. * *Grande majorité des cas : le pathologiste confirme qu’il s’agit d’un carcinome infiltrant, la cible est atteinte. *la qualité du prélèvement est facile à apprécier à l’aide d’un tableau synthétique : nombre de biopsies : taille des biopsies : taille du carcinome infiltrant sur chaque biopsie *Faux positifs : très rares, 0,002%, étude de Nottingham en 2009 (40 000 biopsies)
  6. 6. *
  7. 7. * *Dans de cas rares : discordance anatomo- radiologique : -absence de carcinome infiltrant, -absence de lésion histologique susceptible d’expliquer la cible observée à l’imagerie, -Sous-estimation : CCIS *Reprendre les renseignements cliniques et radiologiques : geste difficile? tumeur profonde? prothèse mammaire? *Effectuer multiples recoupes et parfois des études immunohistochimiques diagnostiques (CLI) ?
  8. 8. * *Confrontation anatomo-radiologique : dialogue indispensable entre le pathologiste et le radiologue et/ou le clinicien : -soit en RCP pré-thérapeutique, -soit communication téléphonique ou mail. *le pathologiste doit clairement conclure à : « prélèvement non satisfaisant pour évaluation car non contributif, à renouveler » (accord d’experts).
  9. 9. * *Le pathologiste doit s’assurer du caractère suffisamment représentatif de la biopsie pour définir les facteurs pronostiques et prédictifs de réponse au traitement de la tumeur. *Il s’agit pour lui d’observer un foyer suffisamment étendu de carcinome infiltrant pour en définir le type histologique, le grade, les récepteurs hormonaux, le Ki67 et le statut Her2 et à l’avenir dans notre pratique courante les altérations génomiques.
  10. 10. * *Il est possible de conclure à « carcinome infiltrant » sans pour autant estimer que la biopsie soit suffisamment représentative de la tumeur. *Confronter taille de la tumeur et taille du foyer tumoral sur biopsie. *Taux de concordance pour le type histologique : 72 à 82% *Taux de concordance pour le grade histo-pronostique : 25% de sous-estimation et 8% de surestimation. Très bonne concordance pour le grade 3 : 84%.
  11. 11. *
  12. 12. * *Si traitement néo-adjuvant : notion fondamentale *Si le pathologiste estime qu’il n’a pas assez de matériel, il doit l’exprimer clairement « prélèvement non satisfaisant pour évaluation car non représentatif, à renouveler » (accord d’experts).
  13. 13. * *Traitement néo-adjuvant : Le radiologue a un rôle majeur dans le cas d’une volumineuse tumeur ACR5 mesurant plus de 3 cm; il peut anticiper la possibilité d’un traitement néo-adjuvant et prélever suffisamment de matériel pour une analyse histologique fiable, d’où la proposition de certains radiologues de réaliser des macrobiopsies 10G ou 8G.
  14. 14. *
  15. 15. * *Le pathologiste est confronté au dilemme suivant : doit-il renouveler systématiquement sur la pièce opératoire les études immunohistochimiques des récepteurs hormonaux et du statut Her2 déjà réalisées sur la biopsie?
  16. 16. * *Les conditions du pré-analytique (les étapes de préparation des tissus tumoraux) sont optimales sur biopsies par rapport aux pièces opératoires. *Pré-analytique : nombreux paramètres. *Fixation de la biopsie est très rapide en raison de sa faible épaisseur. *Vitesse de diffusion tissulaire du fixateur + rapide et homogène sur biopsie/pièce opératoire.
  17. 17. * *Radiologue immerge le matériel biopsique très rapidement (moins de 10’) et précise le plus souvent l’heure de la biopsie. *Durée de fixation est ainsi totalement maîtrisée. *Durée de fixation : minimum 6H et maximum 72H (pour HER2). (Recommandations nationales et internationales : (1) et (2)).
  18. 18. * *Résultats des récepteurs hormonaux sur biopsie sont très fiables : ils sont devenus le Gold Standard (Recommandations internationales : ASCO/CAP(4)) Concordance : RO 93%, RP 85%, Méta-Analyse de Li (2012) *Résultat du statut Her2 acceptable sur biopsie : l’hétérogénéité intra-tumorale est idéalement mise en évidence sur la pièce opératoire. Ceci concerne 11% à 40% des CI (Recommandations internationales et nationales : (1) et (3)). Concordance 89 à 100% dans les 5 études menées de 2009 à 2013. *Ki67 : Bonne concordance quand Ki67 inférieur à 10% ou supérieur à 30%. Dans la zone grise entre 10 % et 30% difficultés sur biopsies comme sur PO.
  19. 19. * *En conséquence, il est inutile de renouveler les tests sur la pièce opératoire dans certains cas : - carcinome infiltrant de grade 1, RH positifs et statut Her2 négatif (score 0 ou score 1+) (Recommandations nationales et internationales : (1) (3) (4)).
  20. 20. * On ne renouvelle pas les tests CI grade 1 RH+ et HER2 négatif
  21. 21. * *Renouveler les tests immunohistochimiques des récepteurs hormonaux et du statut Her2 sur la pièce opératoire : CCI de grade 3 de phénotype triple négatif sur biopsie : représentativité suffisante de la biopsie ? *(Recommandations nationales et internationales : (1) et (3)).
  22. 22. * *Il est également nécessaire de renouveler l’étude du statut Her2 sur la pièce opératoire quand on observe une discordance histologique sur la biopsie : un carcinome infiltrant de grade 1, CLI, Mucineux, Tubuleux, adénoïde kystique, sécrétoire, associé à un score Her2 3+ : envisager un problème technique (Recommandations nationales et internationales : (1) et (3)).
  23. 23. * On renouvelle les tests Pour confirmer CCI grade 3 TRIPLE NEGATIF Discordances histologiques CI grade 1 et HER2 positif ??? CLI, Mucineux, tubuleux et HER2 positif ???
  24. 24. *
  25. 25. * *Dans le cas d’un carcinome infiltrant au statut Her2 équivoque 2+, l’attitude actuelle est de réaliser l’étude en hybridation in situ sur la pièce opératoire si le statut Her2 équivoque est confirmé. *Si la patiente bénéficie d’un traitement néo- adjuvant, l’étude en hybridation in situ sera réalisée sur la biopsie.
  26. 26. * *Une étude complémentaire de Her2 par hybridation in situ sera également fortement conseillée sur biopsie, pour vérifier l’amplification de Her2 en cas de discordance histologique.
  27. 27. * *Un statut Her2 3+ associé à un carcinome infiltrant au statut Her2 habituellement négatif : un carcinome infiltrant de grade 1, un carcinome tubuleux, un carcinome sécrétoire, un carcinome adénoïde kystique, un carcinome mucineux un carcinome lobulaire infiltrant. *(Recommandations nationales et internationales : (1) et (3)).
  28. 28. * *1- Caractère suffisamment représentatif d’une biopsie : notion à faire figurer dans les CR ACP, diffusion plus large de tableaux synthétiques. Importance en cas de traitement néo-adjuvant. *2- Fiabilité des études immunohistochimiques sur biopsie : ne pas répéter systématiquement les tests. *3- Fiabilité de l’Hybridation In Situ HER2 sur biopsie : en cas de chimiothérapie néo-adjuvante, contrôler une discordance histologique.
  29. 29. * * (1) Recommendations for human epidermal growth factor receptor 2 testing in breast cancer : American Society of Clinical Oncology/College of American Pathologists clinical practice update. Wolff AC et al. J Clin Oncol 2013 Nov 1; 31: 3997-4013. * (2) Recommandations du GEFPICS concernant la phase pré- analytique pour l’évaluation de HER2 et des récepteurs hormonaux dans le cancer du sein : mise à jour 2014. MacGrogan G et al. Annales de Pathologie Octobre 2014, vol 34 n°5 : 366-372. * (3) Mise à jour des recommandations du GEFPICS pour l’évaluation du statut HER2 dans les cancers du sein en France. Penault Llorca F et al. Annales de Pathologie Octobre 2014, vol 34 n°5 : 352-365. * (4) ASCO/CAP Guideline Recommandations for immunohistochemical Testing of Estrogen and Progesterone Receptors in Breast Cancer. Hammond EH et al. J Clin Oncol 2010 Jun 1; 28: 2784-95.

×