Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Surdité toxique

446 views

Published on

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Surdité toxique

  1. 1. Surdité toxique
  2. 2. PLAN I. Définition , généralité II. Etiopathogénie : A) Épidémiologie : B) pathogénie : III. Clinique : TDD Ototoxicité med au Aminosides A) S F B) Interogatoire C) EX clinique D) EX complimentaires – Diagnostics : – Formes cliniques : – Evolution – TRT préventif – Conclusion
  3. 3. I. Déf, généralités :  Altération histologique et fonctionnelle C-V secondaire : med ou non med ( exogène ou endogène )  L’ATB le mieux connu aminoglucoside :  Atteinte Coch est : Irréversible , Bilatérale , App difficile, évolution ( cophose )  Peuvent être : retardé évolutif après arrêt du produit dose minime  A coté des ATB A-G d’autre importance moindre car : * toxicité plus faible * utilisation limité
  4. 4. II. Etiopathogénie: 1- Épidémiologie :  De + en + fte  Age : toutes ( max dans les deux extrémité )  Sex : sans influence  Facteurs favorisons :  IR  Dose quotidienne et totale  Mode administration  [ ] sérique d’ATB  Association d’autre toxique  D’autres facteurs moins déterminants : age , fragilité labyrinthique , ATCD auriculaire
  5. 5. • 2- Pathogénie : – Mécanisme de toxicité : deux hypothèses * réaction de blocage immédiat de tout métabolisme cellulaire * construction erronée d’AA parr fixation d’ATB au niveau de ribosome ( la plus admise ) - toxicité préférentielle pour l’oreille : o Par voie parentérale l’ATB atteignant l’endolymphe et péri lymphe par le courant sanguin o Appliquer localement : infiltre *la péri lymphe soit par le ligament annulaire , soit par la fenêtre ronde organe de corti *l’endolymphe par la ms de Reissner La [ ] ATB bcp + précoce ds le sang que ds l’OI mais ds l’OI élimination est bcp + lente : …..explication des lésions Des études génétiques ( mutation ADN mitochondrial est associer a + grande susceptibilité à développer une ototoxicité avec AG
  6. 6. III. Clinique: TDD aminoside : A. Signes fonctionnels : caractériser par - la latence entre l’administration et la symptomatologie( 1 S à 6 Mois ) -sensibilité individuelle -dissociation clinique -absence de critère précis Signes cochléaires : hypoacousie : Bila, Symét, 1er fce aigues puis graves acouphènes : B, S, intense Signes vestibulaires :le caractère B et S, ainsi la compensation centrale pauvre , se réduit à : *Tb de l’équilibre: instabilité *Tb visuel à type oscilloscope :
  7. 7. B. Interrogatoire: essentiel et capital pour le Dc - Notion de prise médicamenteuse - Date et mode apparition - ATCD médicaux : diabete, IR, goutte , athérosclérose - Profession exposer pour les produits chimique C. Examen clinique : 1. Ex ORL a. otoscopie : b. Acoumétrie c. ex vestibulaire 2. EX neurologique 3. EX général
  8. 8. D. EX complémentaires: 1. Audiogramme : ATL: SP bilatérale , symétrique, +- sévère selon le stade, prédominant sur les FCe aiguées ATSL : capitale pour la prévention et le dépistage des sujets à risque 2. Le RS : endocochleaire 3. PEA : endocochleaire 4. Épreuve calorique : destruction importante bilatéral svt complète avec hyporéflexie ou aréflexie vestibulaire.
  9. 9. IV. Diagnostic : A. Positif : SP bilatérale avec notion de prise médicamenteuse B. Différentiel : avec les SP : - présbyacousie -surdité vasculaire - surdité brusque - surdité professionnelle -surdité infectieuse
  10. 10. V. Formes cliniques : A. Formes étiologiques : 1. Formes médicamenteuse: * ATB: - Aminoglycosides: * streptomycine : + toxique pour le V que la C * dihydro-streptomycine, kanamycine: + toxique pour la cochlée que pour le vestibule. * néomycine: toxique pour l’OI surtout localement. *gentamycine: - toxique pour OI que d’autres aminoglycosides, touche essentiellement le vestibule et de manière transitoire la cochlée. - Autres : *cyclines: risque vestibulaire uniquement. *érythromycine: peut induire une surdité réversible dont le mécanisme n’est pas clair.
  11. 11. * Dérivés salicylés : Provoquent des troubles cochléaires transitoires précoces qqs heures après la prise médicamenteuse. La régression survient en général 2 à 4 jours après la fin du TRT . Elle donne: - des altérations vasculaires: stries vasculaires; - destruction des CCE, altérations mitochondriales; - nerveuses avec altération des PA. * Contraceptifs oraux: La relation de cause à effet n’est pas encore affirmée avec certitude. * Certains diurétiques: ++diurétiques de l’anse de Henlé ont des effets communs sur le rein et OI . Ils donnent des altérations au niveau de la strie vasculaire avec œdème interstitiel. Ils se caractérisent par : - la survenue quasi-immédiate des symptômes. - sémiologie exclusivement cochléaires.
  12. 12. • 2- formes non médicamenteuses:  Exogène : - oxyde de carbone : l’intoxication aigue et massive entraîne des lésions bulbaires et cochléaires. - alcool :l’atteinte cochléaires est rare. - tabac: peut donner des lésions prédominant au niveau du vestibule. - produits industriels : plomb, sulfate de carbone, benzène, mercure,…etc.  Endogène : - insuffisance rénale - athérome - goutte - diabète
  13. 13. B. Formes selon l’age: 1- vieillards : La présence d’une presby-accousie ne peut qu’aggraver l’importance de la perte auditive. 2- enfants et NRS : - Les conséquences de la surdité perceptive chez l’enfant revêtent une gravité particulière. - Une surdimutité est la conséquence de la perte de l’audition avant l’acquisition du langage. - Avant 4 à 5 ans, le langage acquis subira une régression qui peut etre totale. - Après 5 ans, des erreurs de mots, des troubles du comportement, et un retard psychique en rapport avec l’atteinte sensorielle.
  14. 14. 3- période néonatale: Les facteurs de risque sont: - l’immaturité - l’hypoxie - l’hypotension - les désordres hydro-electrolytiques 4- période intra-utérine: - Le passage intra-utérin des aminosides est maximum dans le 1er et le 3ème trimestre de la grossesse. - La surdité congénital peut être la conséquence de la prise d’ototoxiques pendant la grossesse.
  15. 15. VII. Évolution :  Sur le plan vestibulaire: - évolution favorable: - la fonction vestibulaire revient à la normale après arrêt précoce de l’intoxication. - ou survient une compensation centrale. - l’importance des séquelles déficitaires est essentiellement fonction des capacités visuelles et proprioceptives du malade.  Sur le plan auditif : - parait par contre + sévère. Une fois installée, elle est habituellement irréversible. - certaines atteintes se stabilisent à l’arrêt de l’intoxication - d’autres au contraire progressent vers une surdité profonde, une sub cophose voire cophose complète.
  16. 16. VIII. Traitement / Prévention: • Il n’ y a pas un TRT curatif d’une atteinte ototoxique constituée, les seules problèmes thérapeutiques sont: - la rééducation d’un enfant sourd-muet; - l’appareillage d’un malentendant; - la rééducation vestibulaire à la fois visuelle et proprioceptive d’un sujet instable. • Le TRT repose sur la prévention qui consiste à respecter les règles thérapeutiques suivantes: • 1/ dépistage des sujets à risque avt le trt par ATSL 2/ la prescription d’un ATB aminoglucoside doit être : * justifiée par des arguments cliniques et bactériologoques sérieux; * antibiogramme demandé pour guider le choix du praticien. * préférer la monothérapie.
  17. 17. 3/ la fonction rénale: - doit être régulièrement contrôlée avt,pendant, et après l’administration d’ATB ototoxiques. - les posologies doivent être respectées en ce qui concerne: * la dose quotidienne qui conditionne les pics sériques; * et la dose totale reçue qui conditionne un éventuel effet cumulatif local. ( la règle non respecter : dosage sérique ?) 4/ les voies d’administration: - toujours préférer les voies d’administration simples et non invasives:par exp la voie intrarachidienne est proscrite,préférer la voie IM.( certains med sont CI par IVD vancomycine 4/ Enfin et surtout, toute prescription d’aminoside doit être précédée, accompagnée, et suivie d’une surveillance cochléo- vestibulaire.
  18. 18. CONCLUSION • La latence habituelle entre l’administration de médicaments ototoxiques et l’apparition des premiers symptômes justifie un bilan otologique dans les 3 à 6 mois qui suivent l’administration. • La surveillance pratique de tous les patients traités par les aminosides étant difficile,elle sera réservée donc aux patients à haut risque que sont: - les insuffisants rénaux - les malades nécessitant une ATB prolongée ou à forte dose. - et les patients présentant une surdité préexistante ou oreille unique. • Reste donc la PREVENTION, meilleur moyen pour éradiquer cette pathologie!!
  19. 19. • MERCI POUR VOTRE ATTENTION !

×