D9 cp4 devoir02_crimes rituels_danedjo fouba_dorothée

387 views

Published on

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

D9 cp4 devoir02_crimes rituels_danedjo fouba_dorothée

  1. 1. L’évènement médiatique choisi : Les crimes « rituels » au Cameroun Contexte : L’actualité camerounaise est caractérisée depuis fin 2012 par l’enregistrement de nombreux cas de décès « insolites » dans les métropoles du pays. Des corps en état de décomposition avancé ont tour à tour été découverts par les populations dans les régions de l’Ouest, du Littoral, du Sud et du Centre, dont le chef lieu est la capitale politique du pays : Yaoundé. Caractère commun aux corps découverts, des femmes, des jeunes filles en majorité, mutilées et violées. Une bonne dizaine de cas entre fin décembre 2012 et début janvier 2013 pour la seule ville de Yaoundé, principalement dans le quatrième arrondissement. L’information est relayée en premier par la presse en ligne et imprimée, les articles sont abondants. Le fait d’actualité est amplifié par les sons et les images dans les médias audiovisuels et l’on a tôt fait de parler de crimes rituels. Pour cause, les populations, les médias, les politiques et autres se basent sur la gent attaquée par les coupables de meurtres en séries, sur l’endroit de trouvailles des corps et sur l’état dans lequel se trouve les cadavres. Corpus : Deux quotidiens 1- « criminalité et insécurité : Mimboman, le quartier ensanglanté de Yaoundé » Quotidien LA NOUVELLE EXPRESSION Edition du 21 janvier 2013 P.8-9 2- « Cœur, sexe, reins…que cache la chasse aux organes humains ? » , Quotidien LE JOUR Edition du 17 janvier 2013 Il convient, afin de parvenir à déterminer le type de construction et la mise en scène de l'événement adoptée par les rédacteurs de ces articles de répertorier les faits relatés dans chacune des coupures de presse choisies comme corpus d’étude. Et d’en identifier les représentations et les stéréotypes qui se dégagent des publications des deux quotidiens.
  2. 2. 1- Les faits relatés Nous recensons les informations contenues dans les articles dans le tableau ci- après : L’article de La Nouvelle Expression L’article de Le Jour - Dossier d’enquête sur le sujet : rappel des faits, encadrés explicatifs, mode opératoire des tueurs en série, mesures sécuritaires prises, commentaire sur l’action des forces de sécurités. - Forces de l’ordre exerçant plus dans le contrôle de dossiers de véhicules, racket des populations que dans la protection des biens et des personnes ; - Le sang des jeunes filles fait courir les malfaiteurs ; - Le bilan des victimes s’est alourdi le 15 janvier, premier cas le 1er décembre ; - 14 janvier un individu surpris en train de ligoter deux enfants caché dans un sac ; corruption du conducteur de moto-taxi avec 6000 F.CFA de frais de transport contre 100F.CFA habituel pour la même distance, alerte donnée par le conducteur et abandon du sac ; - 12 janvier : jeune fille de 12 ans droguée et violée retrouvée vivante sur une véranda, 3 enfants disparus sur le chemin de l’école : un seul retrouvé mort et mutilé ; - Contrôle des cartes nationales d’identité des personnes venant - Dossier d’enquête sur le sujet : Reportage dans la famille de l’une des défuntes : Claude Michèle Mballa Mvogo, sœur d’une journaliste ; - Interview d’une psychologue, d’un anthropologue et enseignant d’université et d’un avocat au barreau du Cameroun ; - Réactions des populations ; - Le réseau serait alimenté par des personnalités de la République en vue de l’utilisation des organes pour des pratiques mystiques ; - Historique des faits : découverte le 5 juillet 2012 du corps d’une fille de 10 ans dans une autre ville, Bafoussam, arrestation d’un jeune ayant avoué le forfait. Assassinat de la fillette pour 17 millions de F.CFA ; arrestation de 5 camerounais en possession de reste humain dans la ville de Djoum qui avouent que les corps sont transportés via des valises diplomatiques par le Nord du pays, le coût des organes étant moins cher au Cameroun par rapport au Nigéria et au Philippines ; - L’article 276 du code pénal réprime l’atteinte à la vie puis l’utilisation d’organes de la victime ; - L’article 274 du code pénal réprime
  3. 3. chercher les enfants à la sortie des écoles de la zone la violation du tombeau et du cadavre d’un individu - Selon l’anthropologue le sang représente la vie, les organes comme les seins, le sexe et les yeux permettent à ceux qui sacrifient ces vies humaines de se procurer une entrée dans la vie : synonyme de richesse et de pouvoir. 2- Les représentations et les stéréotypes identifiées Etant entendu que l’enquête en tant que genre rédactionnel utilise les méthodes de collecte et de traitement de l’information propres à d’autres types d’articles, les deux dossiers publiés par les quotidiens respectifs l’ont utilisé. L’on observe que dans celui de La Nouvelle Expression, il y a eu un récit des faits, des informations brèves en filet, des interviews et des réactions sous forme de vox pop sur ces meurtres en série de femmes. Dans la production de Le Jour, l’on a affaire à un reportage deux interviews de spécialistes, des réactions de populations en vox pop. Les deux dossiers se ressemblent du point de vue des choix rédactionnels. Sur le plan du traitement proprement dit, les deux journaux s’interrogent sur la raison cachée derrière les mutilations des corps des victimes. Cela est perceptible à la Une des journaux et dans le récit des faits de La Nouvelle Expression et le reportage de Le Jour. Du point de vue de l’écriture journalistique, les deux dossiers d’enquête publiés par La Nouvelle Expression et Le Jour sont extrêmement fouillés et sont présentés en Une et en double page interne. Ce qui implique en termes de représentation sociale, que les deux articles posent implicitement les découvertes macabres de jeunes filles dans le registre des crimes rituels. Ils imputent aux forces de l’ordre et au gouvernement la responsabilité de ces crimes en les traitant de laxistes. La représentation que se fait donc les auteurs du journal des faits traités dans ces textes montre que c’est une information primordiale. Elle implique une importance capitale et mérite une attention particulière des lecteurs. Dans les deux articles, les auteurs ont un stéréotype en commun : Tout ce qui se passe à Mimboman, dans la ville de Yaoundé est la conséquence directe de la
  4. 4. négligence de ce quartier par les autorités publiques. Spécifiquement, dans La Nouvelle Expression, dès le titre en Une cela est perceptible, le quartier est cité. Le journal présente les forces de l’ordre comme exerçant plus dans le contrôle de dossiers de véhicules que dans la protection des biens et des personnes. Un autre stéréotype est identifiable au travers d’un préjugé nationalement perceptible : la mutilation des corps et l’assassinat de jeunes filles ne peuvent être que des œuvres commanditées par des hautes personnalités en quête de pouvoir. Dans Le Jour, les reporters interviewent des populations pour accentuer ce sous-entendu. 3- La mise en scène et la construction du fait d’actualité Nous allons essayer de déterminer comment le dossier d’enquête de chacun de ces journaux est construit en fonction des 4 niveaux de classification d’un évènement médiatique. (Voir tableau ci-après)
  5. 5. Niveaux de classification La Nouvelle Expression Le Jour Fait surprenant Le meurtre et les mutilations de jeunes filles Le meurtre et les mutilations de jeunes filles Circonstances remarquables et illogiques 14 janvier : un individu surpris en train de ligoter deux enfants caché dans un sac ; corruption du conducteur de moto-taxi avec 6000 F.CFA de frais de transport contre 100F.CFA habituel pour la même distance, alerte donnée par le conducteur et abandon du sac Le réseau serait alimenté par des personnalités de la République en vue de l’utilisation des organes pour des pratiques mystiques Acteurs de l’évènement catalyseurs de notoriété Claude Michèle Mballa Mvogo, sœur d’une journaliste Conséquences importantes De nombreux cas découverts pendant un laps de temps De nombreux cas découverts pendant un laps de temps Conclusion Construction analytique du dossier : Scénarisation à partir de l’historique des cas enregistrés Construction dramatique du dossier. Scénarisation à partir de l’une des victimes Dans les deux cas de figure, on est tenté de dire que le dossier d’enquête du quotidien La Nouvelle Expression correspond à une mise en scène en amont. Une mise en scène qui prend source du début de l’affaire (moment où on a eu à enregistrer des cadavres de femmes enlevées et mutilées). Dans le second cas, la construction dramatique de l’information permet de se rendre compte que l’on est en face d’une mise en scène en aval. Le fait que l’on parte d’un reportage dans la famille de Claude Michèle, l’une des victimes, montre que l’on a construit le dossier à partir de ce personnage que l’on suit et qui incarne en quelque sorte l’information véhiculée par Le Jour.

×