Quelle croissance économique ?! ...Pour un mode de vie équitable et soutenable

2,754 views

Published on

Voici une invitation à un voyage comprenant deux destinations :

1. Notre biosphère, notre habitat. Comment va le monde ?

2. Où va notre système économique? Quand plus rien ne va de soi.

Published in: Economy & Finance
  • "Quiconque croit qu’une croissance exponentielle peut durer toujours dans un monde fini est un fou ou un économiste" (Kenneth Boulding, Economiste anglo-américain, 1910-1993). "Oui, mais..." (A suivre... sur le diaporama)
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Be the first to like this

Quelle croissance économique ?! ...Pour un mode de vie équitable et soutenable

  1. 1. … pour un mode de vie équitable et soutenable
  2. 2. Je voudrais célébrer l’initiative prise par une personnalité importante qui a organisé ce 28 avril 2015 un symposium sur « les dimensions morales du changement climatique et du développement durable », réunissant une soixantaine de scientifiques et de représentants des principales religions, en présence du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon. Il s’agit d’une initiative du Pape François, suivie par la première encyclique papale jamais consacrée à la question environnementale. il y souligne notamment le lien entre d’une part la protection de l’environnement, et d’autre part la justice sociale, car l’écologie est aussi affaire de justice, vis-à-vis des générations à venir, et vis-à-vis des peuples du sud les plus pauvres, les premiers menacés par les conséquences du dérèglement climatique. Réaction vue sur un site catholique de droite (Réinformation.tv): « (…) aucune donnée scientifique sérieuse ne permet de prouver l’existence de ce réchauffement climatique. » « Ce qui apparaît comme un militantisme pontifical contre le réchauffement est d’autant plus étonnant, ou imprudent, que cette accusation contre l’Homme en fait un prédateur de la nature, alors que celle-ci a été confiée à sa « domination » – qui doit évidemment s’exercer selon les règles de la prudence. » J’ai répondu,,, J’ai la faiblesse de croire que cette position philosophique date d’un autre âge. Nier que l’homme soit un prédateur de la nature c’est nier l’évidence. Quant aux indispensables règles de prudence… Là, vous avez raison... Elles sont au centre de plusieurs débats… Qu’il s’agisse - de l’épuisement des ressources, - de la dégradation de l’environnement, - ou encore du climat, …………….TOUT EST LIÉ. 2
  3. 3.  Comment va le monde ? Notre biosphère, notre habitat.  Où va notre système économique ? Quand plus rien ne va de soi.  Quelles visions pour l’avenir ? Que faire ? 3
  4. 4. Notre biosphère… Notre habitat
  5. 5. « Lorsque l'homme aura coupé le dernier arbre, pollué la dernière goutte d'eau, tué le dernier animal et pêché le dernier poisson, alors il réalisera que l'argent n'est pas comestible.» (Proverbe amérindien) 5
  6. 6. 1. En 50 ans, la production mondiale (à raison de 4%/ an) a été multipliée par 7 en termes réels (hors inflation) 6
  7. 7. 2. La population mondiale augmente 7 1950: 2,5 milliards 2015: 7 milliards 2050: 9 milliards ?
  8. 8. 1.Nous ne disposons que d’une seule Terre aux ressources limitées.  que nous gaspillons allègrement  au profit d’une petite partie de l’humanité  et sans penser aux générations suivantes. 2. Et nous servons de modèle aux pays du Sud  qui veulent nous imiter chez eux  ou immigrer chez nous. 8
  9. 9.  La croissance économique exponentielle mène au dépassement des limites  des ressources non renouvelables  et renouvelables (ex: certains poissons)  Jusqu’où ne pas aller trop loin dans l’épuisement des ressources et en termes de pollution ? 9
  10. 10.  Neuf frontières à ne pas dépasser :  1.Touchant à la production alimentaire  la biodiversité et les éco-systèmes (!),  le cycle de l’azote et du phosphore (!)  l’occupation des sols  la consommation d’eau douce  2. En lien avec la production d’énergie :  le changement climatique (!)  l’acidité des océans (!)  3. Importantes pour la santé humaine  la couche d’ozone,  la pollution chimique  la pollution atmosphérique aux aérosols 10
  11. 11.  Deux frontières sont largement transgressées:  La qualité de l’eau des lacs, rivières et océans : nous y rejetons trop de phosphates (une ressource non renouvelable) et de nitrates.  La perte de biodiversité et la dégradation des écosystèmes  Deux autres sont très critiques:  L’occupation des sols (trop de déforestations)  Le climat : trop de gaz à effets de serre (16 M de réfugiés climatiques en 2011, 32 M en 2012).  Un autre domaine est assez critique :  L’acidité des océans augmente à cause du CO2. 11
  12. 12.  Quatre exemples révélateurs du dépassement des limites 12
  13. 13. 1. Pêcher dans des océans poubelles?  En certains endroits, la quantité de microparticules de plastique dans l'eau de mer est jusqu'à 10 fois supérieure à celle du plancton.  Toute la chaîne alimentaire est affectée.  Ces grains de plastique fixent des polluants organiques persistants (Bisphénol A, phtalates, DDT et PCB) qui se retrouvent à des concentrations jusqu'à un million de fois supérieures aux normes ! 13
  14. 14.  Une pollution concentrée par les courants dans tous les grands bassins océaniques 14
  15. 15. 2. Le massacre des abeilles  Un tiers de notre nourriture dépend directement des abeilles.  Une ruche pollinise 3.000.000 de fleurs/jour.  Depuis plusieurs années, des milliards d’abeilles disparaissent.  Une des raisons: les pesticides. 15
  16. 16. 16  En Chine, les abeilles (et d’autres insectes) ont disparu de régions entières.  Un nouveau petit métier y est né : le pollinisateur.  Un homme pollinise 30 poiriers/jour.
  17. 17.  En Californie, même problème, autre solution:  à chaque saison, des milliards d’abeilles sont transportées et installées sur 350 000 ha d’amandiers  des cultures ensuite traitées aux pesticides les abeilles, intoxiquées, s’affaiblissent et contractent des maladies... traitées aux antibiotiques. 17
  18. 18. 3. Une crise sanitaire silencieuse.  Depuis 1945, 100.000 molécules chimiques industrielles ont envahi l'environnement et notre alimentation  Dans le viseur des scientifiques : les perturbateurs endocriniens, présents  dans l’environnement : textiles, cosmétiques, emballages alimentaires, téflon, additifs plastifiants, vernis interne des conserves, pesticides,...  mais aussi dans le corps humain : urines, sang, cordon ombilical, lait maternel. 18
  19. 19. Notre espérance de vie augmente, mais…  Progression du cancer, de l’obésité, du diabète, de l’asthme,...  Malformations génitales, chute du taux de spermatozoïdes,…  Développement de troubles neuro- comportementaux (autisme, hyperactivité),...  Maladies nouvelles (hypersensibilité chimique, fibromyalgie),...  Une épidémie mondiale selon l’OMS 19
  20. 20. 20 NombredeGtd’équivalentCO2émises/an 4. Les désordres climatiques Réduire les gaz à effet de serre pour réduire la hausse de la t° C’est possible… en modifiant nos modes de production et de consommation Avec, en bonus: + meilleure qualité de l’air, + meilleure santé, + sécurité énergétique, + création de nouveaux emplois.
  21. 21. Quand plus rien ne va de soi
  22. 22.  Quiconque croit qu’une croissance exponentielle peut durer toujours dans un monde fini est un fou ou un économiste. (Kenneth Boulding, Economiste anglo-américain, 1910-1993) 22
  23. 23.  XVIII-XIXe siècle  Pour les économistes classiques, la nature n’a pas de valeur en soi, elle en acquiert uniquement à travers le travail humain.  L’être humain, grâce aux techniques, doit domestiquer la nature dont il est le maître.  Karl Marx pense de même.  Certains philosophes et économistes ont conscience des limites des ressources naturelles et craignent la fin de la croissance, mais ils sont peu écoutés. 23
  24. 24.  XIXe - début du XXe siècle  Rupture majeure dans Ia pensée économique.  Les économistes néoclassiques ne retiennent plus que deux facteurs de production : le capital (l’outil de production) et le travail, parfaitement substituables.  Ils s’intéressent aux biens marchands, mais pas aux éléments naturels, l’eau et l’air (libres d’accès), ni aux déchets (on peut s’en débarrasser gratuitement).  Grâce au travail et au capital, les facteurs naturels sont susceptibles d’être multipliés.  Exit la question de la finitude de la planète: la croissance peut être illimitée. 24
  25. 25. 25  XXe siècle  Une nouvelle énergie, à un prix dérisoire, alimente la croissance
  26. 26.  1972: « The limits to growth /Halte à la croissance ? » « La poursuite de la croissance entraînera une chute brutale de la population à cause de la pollution, de l’appauvrissement des sols cultivables et de la raréfaction des ressources énergétiques. » (Rapport au Club de Rome:12 millions d’ex., 37 langues)  1973 : L’utopie ou la mort  René Dumont, agronome, un des initiateurs du mouvement écologiste.  1973, 1979 : Guerre du Kippour, chute du Shah  Les crises pétrolières font prendre conscience du problème de l'épuisement des ressources. 26
  27. 27.  Fin des 80’s – début des 90’s:  L’ONU propose le développement soutenable (durable): Un mode de développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.  S’invite ensuite au débat la perspective de changements climatiques 1er rapport du GIEC (GIEC: Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) 27
  28. 28.  Années 2000’s  Apparaît le concept de transition écologique.  De nouveaux rapports au Club de Rome sur les limites à la croissance sont publiés.  Al Gore (Une vérité qui dérange) et le GIEC (4ème rapport) reçoivent le Prix Nobel de la Paix. 28
  29. 29.  De 2009 à 2014...  Des intellectuels alertent les consciences : Le compte à rebours a-t-il commencé ? (A. Jacquard) La voie (E. Morin) La prospérité sans croissance (T. Jackson) Une nouvelle conscience pour un monde en crise (J. Rifkin)  L’OMS s’inquiète de l’explosion des cancers due aux pollutions en milieux urbains, où vit plus de la ½ de l’humanité.  5ème rapport du Giec. 29
  30. 30.  «Les sceptiques affirmèrent:  1970’s: il n’y a pas de limites effectives.  1980’s: peut-être y a-t-il des limites, mais elles sont loin.  1990’s: les limites sont peut-être proches, mais la technologie et les marchés vont les déplacer.  2000’s: peut-être que la technologie et les marchés n’ont pas encore résolu les problèmes. Mais avec plus de croissance, ‘‘ça va aller !’’  Bientôt, les sceptiques diront:  la croissance a peut-être accentué les problèmes, mais il est trop tard pour agir. » (D. Meadows, Les limites à la croissance dans un monde fini) 30
  31. 31. « Difficile de récupérer après la crise de 2008/2009… la priorité, c’est la relance et la lutte contre le chômage, non ? » 31
  32. 32.  La croissance à long terme est à la baisse  malgré l’explosion des crédits privés ET publics pour stimuler l’économie 32 -0.5 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 1981-1984 1985-1988 1989-1992 1993-1996 1997-2000 2001-2004 2005-2008 2009-2012 Taux de croissance du PIB sur 30 ans (Hors inflation) Belgique et pays voisins Belgique Moyenne pays voisins (GB-NL-FR-DE)
  33. 33. La tendance a été semblable chez les voisins de la France Croissance plus faible, mais croissance quand même… 33 Vu sur 50 ans, c’est encore plus net !
  34. 34.  On produit toujours plus, avec de moins en moins de main-d’œuvre. PIB par actif occupé (France) 34
  35. 35.  Les gains de productivité réalisés  ne permettent plus de garantir un niveau d’emploi suffisant,  MÊME en période de croissance,  MALGRÉ, depuis 60 ans, une réduction sensible du nombre d’heures de travail sur une vie La productivité, c-à-d le niveau de production par personne et par an 35
  36. 36.  Conséquence: pour un même montant de PIB, le nombre d’emplois diminue 36 - 0.50 1.00 1.50 2.00 2.50 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Nombre d'emplois/100.000 $ de PIB - 1980-2013 (hors inflation) - BE Voisins (FR-DE-GB-DE) Le plein emploi (35 ou 40 h/semaine) n’est plus possible
  37. 37.  Le chômage demeure dès lors persistant depuis la fin des Trente Glorieuses (1945-1975) 37 0 2 4 6 8 10 12 Taux de chômage sur 30 ans : entre 6 et 11 % Belgique et pays voisins BE MOY DES VOISINS (FR-GB-DE-NL)
  38. 38.  Ce qui ne veut pas dire qu’il y a de moins en moins de gens au travail, que du contraire !  Cette hausse est due non pas à une hausse de la population : mais à une hausse du taux d’actifs. 38 80% 90% 100% 110% 120% 130% 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Evolution de la population active sur 30 ans Belgique et pays voisins (1991 = 100) BE FR DE NL GB
  39. 39.  La croissance des années 45-75 soutenue par le compromis social d’après-guerre a joué ce rôle, mais pas la variante néo- libérale.  Les années 80 ont marqué la fin d’une relation positive entre croissance économique et diminution de la pauvreté. Image du gâteau 39
  40. 40.  La part des salaires dans le PIB régresse au profit des revenus du capital  Le fossé entre riches et pauvres s’accentue. La cohésion sociale se fissure de plus en plus. 40
  41. 41.  Y a-t-il encore un lien entre croissance économique et croissance du bien-être (dans nos pays) ? … 41
  42. 42. 1) Plus les inégalités s’accroissent, plus le bien-être ressenti par l’ensemble des citoyens diminue, malgré une hausse du PIB. Donc… 42
  43. 43. 43 Ex: aux USA, depuis les années 70, revenus et niveau de bien-être évoluent en sens inverse ! 2) Dans les pays avancés, la qualité de vie augmente beaucoup moins que les revenus.
  44. 44. 44 Plusieurs pays nettement moins riches enregistrent d’excellents niveaux de satisfaction de vie.
  45. 45. 3) Dans les pays avancés, l’espérance de vie augmente beaucoup moins que les revenus 45 Dans plusieurs pays moins riches, l’espérance de vie est proche de celles de nos pays.
  46. 46.  Davantage de croissance augmenterait les tensions internationales pour accéder aux ressources limitées,  générerait un recours accru aux énergies fossiles et donc des désordres climatiques,  avec les désordres économiques et sociaux que l’on imagine.  Et cela constituerait un hold-up au détriment des générations futures. 46
  47. 47. Aucune fatalité ne condamne l’humanité à détruire son habitat
  48. 48.  Une croissance verte « favorable à l’environnement » ?  Veiller à de meilleures performances écologiques,  tout en maintenant notre modèle de croissance.  Une croissance « durable » ?  Adapter notre modèle économique,  en le rendant équitable (socialement)  et soutenable (écologiquement) = polluer moins pour polluer plus longtemps  Une économie globalement stationnaire ?  Changer nos modes de consommation / production  pour réduire notre empreinte écologique. (à suivre...) 48
  49. 49. Quelques références Une croissance verte favorable à l’environnement ? Veiller à de meilleures performances écologiques, tout en maintenant notre modèle de croissance. Cf. les économistes environnementaux. Quelques références clés : modernisation écologique (fin des 80’s), courbe environnementale de Kuznets (90’s), écologie industrielle « sophistiquée » (90’s) et Green new deals (2008). Une croissance durable ? Adapter notre modèle économique, en le rendant équitable (socialement) et soutenable (écologiquement). = polluer moins pour polluer plus longtemps L’objectif affiché des pays de l’OCDE (avec des variantes...), et donc de l’Union européenne, pour éviter toute rupture. Quelques références clés : Rapport Brundtland (ONU, 1987), politiques de découplage (90’s), politiques de développement durable (1992), gestion de la transition (2004), Wuppertal Institute for Climate (pour un « futur soutenable »), l’écologie industrielle (niveau technologique moyen) (90’s) Une économie globalement stationnaire ? Changer de paradigme pour réduire notre empreinte écologique. Cf. les économistes écologiques. Quelques références clés : ‘’The limits to growth’’ (1972 et 2005), simplicité volontaire (70’s), steady-state economics (70’s-80’s), mouvement de la décroissance (2000), « Prosperity without growth » (2009), « 2052: A Global Forecast for the Next Forty Years" (Rapport au Club de Rome, 2012), les « Amis de la terre » (pour une « société soutenable » – pour l’ environnement – et socialement juste). Economie circulaire (technologie simple) (90’s) 49
  50. 50. Se documenter d’abord ! Réfléchir Proposer Agir
  51. 51. 51 www.consulteam.be
  52. 52.  Face aux destructions et aux défis (économique, écologique, social et démocratique) de notre époque,  le courage citoyen est le moment  du passage de la vision à l’action  pour construire l’avenir. 52
  53. 53.  La transition écologique (et économique) n’est pas un problème. C’est une solution. Elle offre de nouvelles opportunités  Il faut redéfinir la « prospérité » et ses indicateurs. Le PIB n’est plus une boussole suffisante. 53
  54. 54. 54  Les valeurs yang (masculines) ont permis de conquérir notre biosphère.  Les valeurs yin (féminines) permettront-elles de ne pas l’épuiser ?

×