Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Stendhal, le Rouge et le noir, part. I, chap. 6 : Rencontre Julien Mme De Rênal

26,879 views

Published on

Commentaire littéraire de la première rencontre entre les deux héros du roman de Stendhal, Le Rouge et le noir (1830)

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Stendhal, le Rouge et le noir, part. I, chap. 6 : Rencontre Julien Mme De Rênal

  1. 1. Le Rouge et le noir STENDHAL (Henri Beyle) 1830
  2. 2. Introduction Scène de rencontre : traditionnelle dans le roman d’apprentissage ; scène déterminante. Situat°: Le père de Julien et M. de Rênal ont convenu que Julien interviendrait comme précepteur des enfants de Rênal ; leur mère s’attend à rencontrer un maître exigeant et sévère. On pourra donc s’intéresser au jeu des regards que vont s’échanger les deux héros, et à la manière dont Stendhal conduit ce double portrait en faisant ressortir le choc affectif.
  3. 3. Le roman d'apprentissage, ou roman de formation est un genre littéraire romanesque né en Allemagne au XVIIIème siècle. On parle aussi de roman initiatique. En allemand, le roman de formation est nommé Bildungsroman, terme est dû à un philologue qui voyait dans le Bildungsroman « l'essence du roman par opposition au récit épique ». Un roman d'apprentissage a pour thème le cheminement évolutif d'un héros, souvent jeune, jusqu'à ce qu'il atteigne l'idéal de l'homme accompli et cultivé. Le héros découvre en général un domaine particulier dans lequel il fait ses armes. Mais en réalité, c'est une conception de la vie en elle-même qu'il se forge progressivement. En effet, derrière l'apprentissage d'un domaine, le jeune héros découvre les grands événements de l'existence (la mort, l'amour, la haine, l'altérité, pour prendre quelques exemples). Ainsi, dans L'Éducation sentimentale (Flaubert, 1869), le jeune Frédéric connaît les premiers émois de l'amour : et réfléchissant sur les sentiments qu'il porte pour Mme Arnoux, Frédéric se construit une idée de l'existence. Le roman d'apprentissage est un roman qui décrit la maturation du héros. Il part naïf, crédule et traverse des obstacles ou épreuves, afin de mûrir et d'en tirer une leçon.
  4. 4. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  5. 5. I. Le jeu des regards
  6. 6. I. Le jeu des regards cf. champ lexical
  7. 7. I. Le jeu des regards cf. champ lexical ne la voyait pas s’avancer
  8. 8. I. Le jeu des regards cf. champ lexical ne la voyait pas s’avancer regardait
  9. 9. I. Le jeu des regards cf. champ lexical ne la voyait pas s’avancer regardait voyait
  10. 10. I. Le jeu des regards cf. champ lexical ne la voyait pas s’avancer regardait voyait Julien n’avait jamais vu
  11. 11. I. Le jeu des regards cf. champ lexical ne la voyait pas s’avancer regardait voyait Julien n’avait jamais vu se regarder
  12. 12. I. Le jeu des regards cf. champ lexical 1 - Les temps verbaux ne la voyait pas s’avancer regardait voyait Julien n’avait jamais vu se regarder
  13. 13. I. Le jeu des regards cf. champ lexical 1 - Les temps verbaux ne la voyait pas s’avancer regardait voyait } Julien n’avait jamais vu se regarder
  14. 14. I. Le jeu des regards cf. champ lexical 1 - Les temps verbaux ne la voyait pas s’avancer regardait voyait } L’imparfait souligne des actions qui durent Julien n’avait jamais vu se regarder
  15. 15. I. Le jeu des regards cf. champ lexical 1 - Les temps verbaux ne la voyait pas s’avancer regardait voyait } L’imparfait souligne des actions qui durent Julien n’avait jamais vu le plus que parfait : l’absence d’expérience se regarder
  16. 16. I. Le jeu des regards cf. champ lexical 1 - Les temps verbaux ne la voyait pas s’avancer regardait voyait } L’imparfait souligne des actions qui durent Julien n’avait jamais vu le plus que parfait : l’absence d’expérience se regarder action «pure» extérieure à toute temporalité
  17. 17. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  18. 18. I. Le jeu des regards
  19. 19. I. Le jeu des regards 2 - Les sujets des verbes
  20. 20. I. Le jeu des regards 2 - Les sujets des verbes Julien ne la voyait pas s’avancer
  21. 21. I. Le jeu des regards 2 - Les sujets des verbes Julien ne la voyait pas s’avancer Julien est observé à son insu ; la description suit le point de vue de Mme de Rênal (sujet de regardait, voyait)
  22. 22. I. Le jeu des regards 2 - Les sujets des verbes Julien ne la voyait pas s’avancer Julien est observé à son insu ; la description suit le point de vue de Mme de Rênal (sujet de regardait, voyait) ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder
  23. 23. I. Le jeu des regards 2 - Les sujets des verbes Julien ne la voyait pas s’avancer Julien est observé à son insu ; la description suit le point de vue de Mme de Rênal (sujet de regardait, voyait) ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder à partir de là : alternance des 2 points de vue
  24. 24. II. Le double portrait
  25. 25. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien
  26. 26. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants :
  27. 27. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants :
  28. 28. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants : beauté
  29. 29. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants : beauté fragilité
  30. 30. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants : beauté fragilité Beauté
  31. 31. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants : beauté fragilité Beauté beauté du teint
  32. 32. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants : beauté fragilité Beauté beauté du teint grands yeux noirs
  33. 33. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants : beauté fragilité Beauté beauté du teint grands yeux noirs jolis cheveux
  34. 34. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants : beauté fragilité Beauté Fragilité beauté du teint grands yeux noirs jolis cheveux
  35. 35. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants : beauté fragilité Beauté Fragilité beauté du teint si pâles...si roses grands yeux noirs jolis cheveux
  36. 36. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants : beauté fragilité Beauté Fragilité beauté du teint si pâles...si roses grands yeux noirs pauvre créature jolis cheveux
  37. 37. II. Le double portrait 1 - le portrait de Julien 2 Traits dominants : beauté fragilité Beauté Fragilité beauté du teint si pâles...si roses grands yeux noirs pauvre créature jolis cheveux l’air timide d’une jeune fille
  38. 38. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  39. 39. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  40. 40. II. Le double portrait
  41. 41. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal
  42. 42. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien :
  43. 43. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien : l’élégance vestimentaire
  44. 44. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien : l’élégance vestimentaire aussi bien vêtue...si bien vêtue
  45. 45. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien : l’élégance vestimentaire aussi bien vêtue...si bien vêtue l’éclat du visage
  46. 46. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien : l’élégance vestimentaire aussi bien vêtue...si bien vêtue l’éclat du visage le regard si rempli de grâce
  47. 47. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien : l’élégance vestimentaire aussi bien vêtue...si bien vêtue l’éclat du visage le regard si rempli de grâce un teint si éblouissant
  48. 48. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien : l’élégance vestimentaire aussi bien vêtue...si bien vêtue l’éclat du visage le regard si rempli de grâce un teint si éblouissant la douceur de l’apparence
  49. 49. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien : l’élégance vestimentaire aussi bien vêtue...si bien vêtue l’éclat du visage le regard si rempli de grâce un teint si éblouissant la douceur de l’apparence lui parler d’un air doux
  50. 50. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien : l’élégance vestimentaire aussi bien vêtue...si bien vêtue l’éclat du visage le regard si rempli de grâce un teint si éblouissant la douceur de l’apparence lui parler d’un air doux une voix douce dit tout près de son oreille...
  51. 51. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien : l’élégance vestimentaire aussi bien vêtue...si bien vêtue l’éclat du visage le regard si rempli de grâce un teint si éblouissant la douceur de l’apparence lui parler d’un air doux une voix douce dit tout près de son oreille... Adverbes d’intensité aussi... si...
  52. 52. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien : l’élégance vestimentaire aussi bien vêtue...si bien vêtue l’éclat du visage le regard si rempli de grâce un teint si éblouissant la douceur de l’apparence lui parler d’un air doux une voix douce dit tout près de son oreille... Adverbes d’intensité aussi... si... ➙ Registre épidictique (éloge)
  53. 53. II. Le double portrait 2 - l’image de Mme de Rênal Ce qui frappe Julien : l’élégance vestimentaire aussi bien vêtue...si bien vêtue l’éclat du visage le regard si rempli de grâce un teint si éblouissant la douceur de l’apparence lui parler d’un air doux une voix douce dit tout près de son oreille... Adverbes d’intensité aussi... si... ➙ Registre épidictique (éloge) «... surtout une femme...» ➙ ironie de Stendhal qui souligne la naïveté du héros
  54. 54. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  55. 55. Transition : ces deux portraits permettent de comprendre les réactions immédiates des personnages, et la violence du choc affectif qu’ils ressentent
  56. 56. III - Le choc affectif 1 - l’émotion de Julien
  57. 57. III - Le choc affectif 1 - l’émotion de Julien Elle est soulignée par une succession d’actions :
  58. 58. III - Le choc affectif 1 - l’émotion de Julien Elle est soulignée par une succession d’actions : verbes au passé simple
  59. 59. III - Le choc affectif 1 - l’émotion de Julien Elle est soulignée par une succession d’actions : verbes au passé simple il tressaillit
  60. 60. III - Le choc affectif 1 - l’émotion de Julien Elle est soulignée par une succession d’actions : verbes au passé simple il tressaillit se tourna
  61. 61. III - Le choc affectif 1 - l’émotion de Julien Elle est soulignée par une succession d’actions : verbes au passé simple il tressaillit se tourna + participe passé passif : ...frappé
  62. 62. III - Le choc affectif 1 - l’émotion de Julien Elle est soulignée par une succession d’actions : verbes au passé simple il tressaillit se tourna + participe passé passif : ...frappé Elle se trahit aussi par une stupeur qui lui fait perdre la mémoire
  63. 63. III - Le choc affectif 1 - l’émotion de Julien Elle est soulignée par une succession d’actions : verbes au passé simple il tressaillit se tourna + participe passé passif : ...frappé Elle se trahit aussi par une stupeur qui lui fait perdre la mémoire ...frappé... il oublia tout
  64. 64. III - Le choc affectif 1 - l’émotion de Julien Elle est soulignée par une succession d’actions : verbes au passé simple il tressaillit se tourna + participe passé passif : ...frappé Elle se trahit aussi par une stupeur qui lui fait perdre la mémoire ...frappé... il oublia tout cf lien avec l’épigraphe du chapitre : Non so più cosa son, Cosa faccio
  65. 65. III - Le choc affectif 1 - l’émotion de Julien Elle est soulignée par une succession d’actions : verbes au passé simple il tressaillit se tourna + participe passé passif : ...frappé Elle se trahit aussi par une stupeur qui lui fait perdre la mémoire ...frappé... il oublia tout cf lien avec l’épigraphe du chapitre : Non so più cosa son, Cosa faccio Je ne sais plus ce que je suis Ce que je fais Chérubin
  66. 66. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  67. 67. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  68. 68. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? stupeur Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  69. 69. III - Le choc affectif 2 - l’émotion de Mme de Rênal
  70. 70. III - Le choc affectif 2 - l’émotion de Mme de Rênal Étapes successives :
  71. 71. III - Le choc affectif 2 - l’émotion de Mme de Rênal Étapes successives : pitié et compassion
  72. 72. III - Le choc affectif 2 - l’émotion de Mme de Rênal Étapes successives : pitié et compassion elle eut pitié...et qui évidemment n’osait pas
  73. 73. III - Le choc affectif 2 - l’émotion de Mme de Rênal Étapes successives : pitié et compassion elle eut pitié...et qui évidemment n’osait pas violent étonnement
  74. 74. III - Le choc affectif 2 - l’émotion de Mme de Rênal Étapes successives : pitié et compassion elle eut pitié...et qui évidemment n’osait pas violent étonnement interdite
  75. 75. III - Le choc affectif 2 - l’émotion de Mme de Rênal Étapes successives : pitié et compassion elle eut pitié...et qui évidemment n’osait pas violent étonnement interdite explosion de joie
  76. 76. III - Le choc affectif 2 - l’émotion de Mme de Rênal Étapes successives : pitié et compassion elle eut pitié...et qui évidemment n’osait pas violent étonnement interdite explosion de joie rire... gaîté folle...se moquait...bonheur... si heureuse ...à sa grande joie...
  77. 77. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  78. 78. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  79. 79. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? stupeur Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  80. 80. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? stupeur Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  81. 81. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? stupeur Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  82. 82. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? stupeur Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  83. 83. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? stupeur Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  84. 84. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? stupeur Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  85. 85. Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille : – Que voulez-vous ici, mon enfant ? stupeur Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout même ce qu’il venait faire. Mme de Rênal avait répété sa question. – Je viens pour être précepteur, Madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux. Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants ! – Quoi, Monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin ? Ce mot de Monsieur étonna si fort Julien qu’il réfléchit un instant. – Oui, Madame, dit-il timidement. Mme de Rênal était si heureuse, qu’elle osa dire à Julien : – Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants ? – Moi, les gronder, dit Julien étonné, et pourquoi ? – N’est-ce pas, Monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence et d’une voix dont chaque instant augmentait l’émotion, vous serez bon pour eux, vous me le promettez ? S’entendre appeler de nouveau Monsieur, bien sérieusement, et par une dame si bien vêtue, était au-dessus de toutes les prévisions de Julien : dans tous les châteaux en Espagne de sa jeunesse, il s’était dit qu’aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Mme de Rênal, de son côté, était complètement trompée par la beauté du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu’à l’ordinaire, parce que pour se rafraîchir il venait de plonger la tête dans le bassin de la fontaine publique. À sa grande joie, elle trouvait l’air timide d’une jeune fille à ce fatal précepteur, dont elle avait tant redouté pour ses enfants la dureté et l’air rébarbatif. Pour l’âme si paisible de Mme de Rênal, le contraste de ses craintes et de ce qu’elle voyait fut un grand événement. Enfin elle revint de sa surprise. Elle fut étonné de se trouver ainsi à la porte de sa maison avec ce jeune homme presque en chemise et si près de lui. – Entrons, Monsieur, lui dit-elle d’un air assez embarrassé.
  86. 86. Conclusion : Moment-clef de ce roman d’apprentissage, la rencontre des deux protagonistes est chargée en émotions : s’il commence par des larmes (celles de Julien), ce moment s’achève avec le rire de bonheur de Mme de Rênal. Stendhal choisit ici l’alternance des points de vue pour mieux faire passer la force de ce véritable coup de foudre, qui repose essentiellement sur la surprise. La force de ces émotions est à l’image de la passion qui va unir ces deux héros jusqu’à leur mort.

×