Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Comment élaborer un plan de sécurité pour la crise suicidaire

312 views

Published on

Le plan de sécurité pour crise suicidaire (PSCS) constitue un outil dynamique dans la pratique préventive du suicide. Cette formation vise à habiliter les professionnels en santé mentale à élaborer un PSCS. Cette activité abordera : la pertinence et les fondements du PSCS, les étapes et les éléments d’aide liés au PSCS, les protocoles papier et numérique du PSCS, et des données de recherche sur le PSCS. La démarche d’apprentissage repose sur un exposé magistral, une vignette clinique et une période de questions avec l’auditoire. À la fin, les participants sont invités à évaluer la qualité du webinaire et à identifier leurs besoins de formation future.

Published in: Healthcare
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Comment élaborer un plan de sécurité pour la crise suicidaire

  1. 1. Comment élaborer un plan de sécurité pour crise suicidaire Présentation offerte dans le cadre des webinaires du CRISE Université du Québec à Montréal Vendredi 11 mai 2018 Il est strictement défendu de photocopier, de copier ou de distribuer ce document sans en demander la permission à l’auteur, Réal Labelle. © Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  2. 2. Réal Labelle, MPs, PhD psychologue Département de psychologie Centre de recherche et d’intervention sur le suicide, enjeux éthiques et pratiques de fin de vie Université du Québec à Montréal Département de psychiatrie Institut universitaire de santé mentale de Montréal Université de Montréal Courriel : labelle.real@uqam.ca © Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  3. 3. Objectif • Le plan de sécurité pour crise suicidaire (PsCs) constitue un outil dynamique dans la pratique préventive du suicide. Cette formation vise à habiliter les professionnels en santé mentale à élaborer un PsCs. Contenu • Cette activité abordera : (1) la pertinence et les fondements du PsCs, (2) les protocoles papier et numérique du PsCs, (3) les étapes et les éléments d’aide liés au PsCs et (4) des recherche en cours sur le PsCs. La démarche d’apprentissage repose sur un exposé magistral, des exemples cliniques et une période de questions avec l’auditoire. À la fin, les participants sont invités à évaluer la qualité du webinaire et à identifier leurs besoins de formation future. 3© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  4. 4. Partie 1 - PsCs Pertinence et fondements
  5. 5. Pertinence (1) • Le suicide est la 2e cause de mortalité chez les jeunes au Canada. • Au cours des dernières années, la recherche a démontré qu’avant chaque tentative de suicide, il y presque chaque fois une crise suicidaire. Celle-ci est temporaire et réversible. • Toutefois, lors de la crise suicidaire, chaque seconde compte pour tenter de calmer cette tension émotionnelle, pour qu’il n’y ait pas de passage à l’acte. • Auparavant, pour traiter les crises suicidaires et les tentatives de suicide, les intervenants mettaient en place des contrats de non- suicide avec leurs patients. 5© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  6. 6. Pertinence (2) • On demandait ainsi au patient de s’engager à ne pas tenter de se suicider durant la durée du traitement. • Or, cette méthode s’est avérée peu efficace pour atténuer les crises suicidaires et, par le fait même, les tentatives de suicide et les suicides. • Plus encore, cette façon de faire donnait une fausse impression de sécurité légale. • Arrive le plan de sécurité pour crise suicidaire qui constitue un outil préventif pour sauver des vies (Stanley, 2009). • Le PsCs est recommandé par un comité d’experts (Zuckerbrot et al., 2007) 6© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  7. 7. Pertinence (3) • En fait, le PsCs permet de cerner la phénoménologie de la crise selon les caractéristiques de la personne (Breton et Labelle, 2013). • Il suppose aussi d’informer et outiller l’entourage et d’axer l’intervention sur la vie avant tout (Raymond et coll., 2016). • Comme vous le savez, on ne peut pas empêcher un voleur d’entrer dans notre maison, mais on peut mettre en place un système d’alarme qui avertira les personnes concernées lorsqu’un voleur tentera d’entrer chez nous. • C’est que ne nous avons fait à Montréal en mettant en place des plans de sécurité pour les personnes vulnérables dans le but de les aider à reconnaître et à gérer la crise suicidaire lorsque celle-ci survient. 7© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  8. 8. Fondement (1) • Rappelons que la crise suicidaire désigne une crise psychique dont le risque majeur est le suicide et dont l’état d’insuffisance des moyens d’adaptation dans un contexte de vulnérabilité place la personne en situation de souffrance et de rupture d’équilibre relationnel avec elle- même et son environnement (ANAES, 2000). • Or, disons-le encore, cet état est réversible et temporaire. C’est pourquoi l’intervenant élabore avec la personne et son entourage un PsCs. • Explorons la dynamique du processus de la crise suicidaires ainsi que les notions de facteurs de risque et de protection des conduites suicidaires. 8© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  9. 9. © Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  10. 10. 1010 Facteurs de risque Facteurs de protection Stress Vulnérabilité au stress Adaptation au stress Problèmes de santé + + + + - Fondements (2) Breton, Labelle et coll. 2015 © Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  11. 11. Principaux facteurs de risque Principaux facteurs de protection Dimension individuelle • événements de vie stressants • déficit en sérotonine • anomalies de volume de certaines parties du cerveau chez les personnes déprimées • cognitions dysfonctionnelles • stratégies non productives de « coping » • déficit dans la résolution de problèmes • troubles mentaux • détresse prolongée • abus d’alcool et de drogues • problèmes liés à l’orientation sexuelle • crise existentielle Dimension familiale • violence ou abus au sein de la famille • antécédents familiaux de suicide ou de troubles mentaux • instabilité familiale • conflits familiaux • perte ou séparation Dimension sociale • isolement et aliénation sociale • absence de liens significatifs avec autrui Dimension individuelle • tempérament facile • bonne estime de soi • optimisme • raisons de vivre • réussite scolaire • stratégies productives de « coping » • habitudes de vie saines • compétences personnelles • spiritualité et religiosité • valeurs (famille, amis, études, travail, entraide, réussite) Dimension familiale • attachement positif avec un parent • relations familiales chaleureuses • adultes présentant un modèle d’ajustement sain • sentiment d’appartenance à la famille Dimension sociale • relations interpersonnelles saines • soutien social • expériences scolaires ou de travail positives • engagement au sein de la communauté • sentiment d’acceptation par les amis 11© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  12. 12. Fondements (3) 12 Psychopathologie de l’agir © Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018 Knafo et coll., 2012
  13. 13. Partie 2 - PsCs Protocoles papier et numérique
  14. 14. Protocole papier 1. Sécuriser mon milieu 2. Signes précurseurs 3. Stratégies d’adaptation 4. Soutien personnel Ami(e) _____________ tél. ____________ Membres de ma famille ______________ tél. ____________ Autres personnes identifiées _____________ tél. __________ 5. Soutien professionnel Psychologue- thérapeute_____________ tél. ____________ Médecin psychiatre_____________ tél. ____________ Médecin généraliste_____________ tél. ___________ 6. Centre de crise et d’urgence Centre de crise et d’urgence _____________ tél. ____________ 14© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  15. 15. 15 Exemple papier d’un plan de sécurité de la crise suicidaire © Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  16. 16. Protocole numérique PsyAssistance © Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018 Labelle et coll., 2013
  17. 17. Exemple électronique d’un plan de sécurité pour crise suicidaire 17© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  18. 18. 1818 • Barre de navigation Avant-propos Plan de sécurité • Modules Commencer Personnaliser Évaluer • Barre d’onglets Accueil Repère Questions Exercices Fonctionnement de l’application © Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  19. 19. Contenu de l’application PROTÉGER Plan de sécurité PROTÉGER Géolocalisation PROTÉGER Appel dispersif 19© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  20. 20. Partie 3 - PsCs Étapes et éléments d’aide
  21. 21. Étapes (1) - Généralités 1. Réduire la possibilité de l’utilisation létale de moyens 2. Reconnaître les signes avant-coureurs dans l’histoire de la personne 3. Identifier des stratégies d’adaptation sans recours à autrui au départ 4A. Socialiser les membres de la famille ou de l’entourage qui pourraient soutenir la personne lors des situations de crise 4B. Socialiser les amis qui peuvent aider pour résoudre la crise 5. Rejoindre le professionnel en santé pour recevoir de l’aide 6. Identifier et établir des ententes, si possible, avec des centres de crise ou d’urgence. 21© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  22. 22. Éléments (2) - Quoi • Offre une liste de stratégies d’adaptation et de ressources à utiliser pour gérer la crise suicidaire • Implique un engagement au traitement et des raisons pour rester en vie • Très pertinent, il permet de donner un sentiment de contrôle à la personne • Document simple, bref et dans les mots de la personne • Permet d’identifier des moyens pour composer avec la souffrance 22© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  23. 23. Éléments (3) - Comment • À faire au début de l’intervention et tout au long du traitement • Habituellement réalisé lors de l’évaluation “Telling the story”(ligne du temps) • Pas approprié lorsque la personne est en crise ou très perturbée affectivement • L’intervenant adapte son approche aux besoins de la personne • L’intervenant et la personne travaillent ensemble en utilisant la résolution de problèmes et en centrant leur attention sur la sécurité de l’individu. • Le PsCs est un document écrit et signé par toutes les parties et conservé précieusement. 23© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  24. 24. Éléments (4) - Obstacles • Où allez-vous garder votre plan de sécurité ? • Quelle est la probabilité que vous utilisiez ce plan de sécurité lorsque vous constatez les signes avant-coureurs identifiés ensemble ? • Qu’est-ce qui pourrait faire obstacle ou servir comme un obstacle à l’utilisation de votre plan de sécurité ? – Aider la personne à trouver des façons de surmonter ces obstacles – Adapter le plan comme aide-mémoire, utiliser les téléphones cellulaires ou autres appareils portables - doit être facilement accessible et facile d'utilisation 24© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  25. 25. Éléments (5A) - Analyse en chaine 25 Facteurs vulnérabilité © Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  26. 26. Altercation avec son petit ami « Ma mère faisait ça quand j’étais jeune » C E Verbalisations suicidaires de l’ami Quelques hres plus tard, l’ami poste sur Facebook des messages insultants et laisse croire qu’il a pris des comprimés E « Peut-être il a raison, je vaux rien » C 1re prise médicamenteuse pour « se calmer » L’ami s’excuse et quitte le domicile de Line 26 Type de liens A= Actions S= Sensations corporelles E= Évènements C= Cognitions Ém= Émotions A E Em Tension anxieuse E Insultes de l’ami: « de toutes façons tu devrais te suicider » 2e prise médicamenteuse A 3e prise médicamenteuse avec intention suicidaire A Em Honte Éléments (5B) – Exemple d’analyse en chaine : Line 15 ans © Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  27. 27. Éléments (6A) – Échelle de stratégies d’adaptation 27© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  28. 28. 64 100 85 70 42 48 45 76 20 20 45 40 49 20 36 25 42 50 48 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 résoudreproblèm e travaillerfort centrersurpositif sedétendre activitésphysiquesrecherhersoutien rechercheraide investiram is actionssociales aidespirituelle s'inquiéter penséem agique nerien fairesom atiser baissertension ignorerproblèm eseblâm er garderpoursoi soucierlien d'appart Très peu Parfois Souvent Beaucoup UTILISE Productif Référence aux autres Non productif Scores 28 Éléments (6B) – Échelle de stratégies d’adaptation © Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  29. 29. Éléments (7) – Échelle de soutien social 29© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  30. 30. Niveau 1: Écouter et observer - Montrer que nous sommes intéressés par ce que dit l’autre Niveau 2: Reflet juste - Refléter avec justesse les émotions, les pensées à l’autre Niveau 3: Mettre en mot ce qui n’est pas dit (reflet avancé) - Communique sa compréhension d’un aspect sans que celui-ci soit directement explicité Niveau 4: Valider en fonction de l’histoire - Valider l’expérience de l’autre en s’appuyant sur son histoire Niveau 5: Valider en fonction de la situation présente - Valider l’expérience de l’autre en s’appuyant sur la situation présente Niveau 6: Authenticité radicale - Communique avec authenticité et empathie son point de vue en s’appuyant sur les forces de l’autre pour l’encourager à se dépasser Éléments (8) Difficultés et validation 30© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  31. 31. A safety suicidal crisis plan for depressed and suicidal adolescents Breton, Labelle et coll., 2012 This study has three objectives: 1) review the literature on the utilization of no-suicide contracts and safety plans with depressed and suicidal adolescents and their families (Rudd et al, 2006; Zuckerbrot et al, 2007) 2) describe a Safety suicidal crisis plan used in a Mood Disorder Clinic with depressed adolescents who display active suicidal ideation and have made, in the majority of cases, a recent suicidal attempt 3) 3) present the results of a study on 54 girls and 17 boys aged 13-14 years (n=18) and 15-17 years (n=53) who completed at the intake in the clinic from 2006 to 2011a Safety suicidal crisis plan on the phenomenology of the suicidal crisis, personal means used to deal with the distress and identity of the persons that could be contacted to get help. Descriptive and univariate analyses on psychiatric diagnoses including pathological personality traits, stressful events prior to the suicidal crisis, emotions, cognitions and behaviors during the crisis and, persons that could be contacted to get help will be presented. Clinical implications will be discussed. 31© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  32. 32. Étude prospective multicentrique contrôlée randomisée • Evaluer l’efficacité du PsCs avec prise en charge usuelle vs prise en charge usuelle seule • Objectif principal – Prévenir une récidive sur 1 an • Objectifs secondaires – Observance – Changement stratégie d’adapatation – Changement soutien social Guilé, Labelle et coll., 2015 32© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  33. 33. • La randomisation est stratifiée pour tenir compte des facteurs contributifs aux conduites suicidaires les mieux reconnues dans les études internationales: sexe, dépression, trouble de personnalité limite (borderline). • 338 patients (169 par bras) • 8 centres (4 CHU ; 4 CH) • Durée de la période d’inclusion : 24 mois • Durée de participation de chaque patient : 1 an • Durée totale de la recherche : 3 ans Étude prospective multicentrique contrôlée randomisée Guilé, Labelle et coll., 2015 33© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  34. 34. Conclusion
  35. 35. Les facteurs de risque et de protection modèrent la réaction suicidaire aux évènements stressants L’identification des facteurs de protection, stratégies d’adaptation et réseau de soutien socio-familial est très important en prévention du suicide Le PsCs est un outil dynamique pouvant sauver des vie Le PsCs s’inscrit dans une approche scientifique 35© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  36. 36. Questions
  37. 37. Références
  38. 38. • ANAES (2000). Conférence de consensus : La crise suicidaire: reconnaitre et prendre en charge. Comité d’organisation présidé par P. Mazet, Paris. • Breton, JJ, Labelle R. (2013, juin). Gérer et prévenir l’agir suicidaire : pratiques actuelles et perspectives d’avenir. In J. Renaud (Présidente). Facteurs de protection et interventions prometteuses pour l'avenir de nos jeunes suicidaires. Symposium présenté au Congrès mondial de l'International Academy for Suicide Research, Montréal, Québec. • Breton JJ, Labelle R, Berthiaume, C, Royer C, St-Georges M, Ricard D, Abadie P, Gérardin P, Cohen D and Guilé JM (2015). Protective factors against depression and suicidal behaviour among adolescents. Canadian Journal of Psychiatry, 60(2, Suppl.1), 5-15. • Knafo A, Mirkovic B, Belloncle V, Bapt-Cazalets N, Berthiaume C, Bodeau N, Condat A, Gérardin P, Guilé JM, Labelle R, Mille C, Renaud J, Cohen D, et Breton JJ (2012). Nouveaux regards sur l’évaluation du risque suicidaire à l’adolescence : les facteurs de protection. In DC. Cohen et A. Fruman (Éd.), L’énigme du suicide à l’adolescence (pp. 71-99). France : Éditions Albin Michel. • Labelle R, Bibaud-De Serres A, and Leblanc FO (2013). Innovating to treat depression and prevent suicide: the Iphone @PsyAssistance Application. In B Mishara and A Kerkhof (Éd.), Suicide Prevention and New Technologies – Evidence Based Practice (pp. 166-180). London: Palgrave Macmillan Publishers Limited. • Raymond S, Abadie P, Breton JJ et Balan B. (2016). Le plan de sécurité. Perspective infirmière, 13(1), 23-25. • Stanley B, Brown G, Brent DA, Wells K, Poling K, Curry J, Kennard BD, Wagner A, Cwik MF, Klomek AB, Goldstein T, Vitiello B, Barnett S, Daniel S, Hughes J. (2009). Cognitive-Behavioral Therapy for Suicide Prevention (CBT-SP): Treatment model, Feasibility, and Acceptability. Journal of the American of the Academy Child and Adolescent Psychiatry. 48(10):1005-1013. 38 38© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018
  39. 39. Remerciements
  40. 40. • Réseau universitaire franco-québécois sur les psychopathologies associées aux conduites suicidaires à l’adolescence • Pr JM Guilé Dr JJ Breton • L. Dargis, M.Sc. • B. Martel, M.A. • S. Carrière • C. Goulet-Cloutier 40© Tous droits réservés, Réal Labelle, Université du Québec à Montréal, 2018

×