Successfully reported this slideshow.
Avons-nous assez d’eau pournourrir la planète ? Oui…, mais…             Alain Vidal, Directeur  CGIAR Challenge Program on...
4
Crues de l’Indus            2010
Gange : un désastre annoncé pour500 millions d’habitants ?
Demande croissante, rareté etchangement global : une crise parfaite? 9+ milliards d’habitants Des crises alimentaires plus...
Avons-nous assez d’eaupour nourrir la planète ?
Le lien avec la crise de l’eau   2-5L                   20-500L 500-3000L          par jour                   Par jour    ...
La demande en eau pour l’alimentationaugmente avec le PNB                               Lundqvist, 2008              GDP U...
30 à 40% de notre alimentation -donc de l’eau agricole - est gaspillée
Qui nourrit le monde ?                         ETC Group, 2009
Water, food and poverty analyzed in 10 basins1,5 milliard d’habitants50% des « très pauvres » < 1€/j                      ...
Un déterminant majeur :la démographie                14
La rareté de l’eau est moinsinfluente qu’on ne le croit                        World Bank, 2007                           ...
La productivité de l’eau reste trèsfaible dans la plupart des régions       WP (potentiel estimé / typiquement 1-2 kg/m3) ...
Il y a assez d’eau pour couvrir nosbesoins, mais nous la gérons mal ! Une intensification durable     Au-delà de la produ...
Oui…mais… Comment ?                      GANGE                              MEKONG          LIMPOPO
L’élevage: sécurité et levier dedéveloppement en Afrique australe
Le bassin du Limpopo : rareté del’eau, inégalités et jeux de pouvoir Une forte pression du         2005 Rainfall   1998-20...
Les plateformes d’innovation: un cerclevertueux pour sortir de la pauvreté                                                ...
Soutien à la stratégie régionaled’adaptation au changement climatique Stratégie d’adaptation régionale – 3 niveaux Résulta...
Pêche et hydro-électricité durables         dans le bassin du Mekong
Soif d’énergie mais faim de poisson… Un bassin riche en eau La pêche fournit 50-80% des protéines animales pour 60 million...
Comment faire co-exister durablementpêche et production d’énergie ? Techniques et pratiques de gestion de l’eau améliorant...
Dialogue et partage des bénéfices                         Dialogues multi-acteurs                         montrant les fai...
La montée des eaux : une opportunitépour les pauvres du Delta du Ganges ?
Une des régions lesplus pauvres de la planète Pauvreté, insécurité alimentaire, vulnérabilité   Exploitations 0,2 à 0,6 h...
Un potentiel inexploité mais unepression croissante de la salinité Large potentiel d’amélioration de la sécurité alimentai...
Intensification durable des polders:enjeux techniques et institutionnels                                          Daily wa...
Comment ces interventionsaméliorent la sécurité alimentaire Une meilleure résilience     Combinaison d’innovations techni...
Merci Danke schön        a.vidal@cgiar.org www.waterandfood.orgwww.slideshare.net/cpwf
SDC Water Conference Lucerne 2012 A. Vidal
SDC Water Conference Lucerne 2012 A. Vidal
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

SDC Water Conference Lucerne 2012 A. Vidal

394 views

Published on

In French

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

SDC Water Conference Lucerne 2012 A. Vidal

  1. 1. Avons-nous assez d’eau pournourrir la planète ? Oui…, mais… Alain Vidal, Directeur CGIAR Challenge Program on Water and Food
  2. 2. 4
  3. 3. Crues de l’Indus 2010
  4. 4. Gange : un désastre annoncé pour500 millions d’habitants ?
  5. 5. Demande croissante, rareté etchangement global : une crise parfaite? 9+ milliards d’habitants Des crises alimentaires plus fréquentes Des « limites planétaires » atteintes ou dépassées Des incertitudes liées au changement climatique…
  6. 6. Avons-nous assez d’eaupour nourrir la planète ?
  7. 7. Le lien avec la crise de l’eau 2-5L 20-500L 500-3000L par jour Par jour Par KgUn régime végétarien consomme 2000 L/jourUn régime à base de viande nourrie au grain 5000 L/jour
  8. 8. La demande en eau pour l’alimentationaugmente avec le PNB Lundqvist, 2008 GDP US$/cap/yr
  9. 9. 30 à 40% de notre alimentation -donc de l’eau agricole - est gaspillée
  10. 10. Qui nourrit le monde ? ETC Group, 2009
  11. 11. Water, food and poverty analyzed in 10 basins1,5 milliard d’habitants50% des « très pauvres » < 1€/j Niger
  12. 12. Un déterminant majeur :la démographie 14
  13. 13. La rareté de l’eau est moinsinfluente qu’on ne le croit World Bank, 2007 15
  14. 14. La productivité de l’eau reste trèsfaible dans la plupart des régions WP (potentiel estimé / typiquement 1-2 kg/m3) YR IGB Mekong Nile Limpopo Volta Niger
  15. 15. Il y a assez d’eau pour couvrir nosbesoins, mais nous la gérons mal ! Une intensification durable  Au-delà de la productivité Un partage équitable des risques et des bénéfices  Un meilleur équilibre entre acteurs et des solutions “gagnant-gagnant” Une évolution des institutions actrices de l’eau  Une approche intégrée pour éviter la fragmentation des politiques et des décisions
  16. 16. Oui…mais… Comment ? GANGE MEKONG LIMPOPO
  17. 17. L’élevage: sécurité et levier dedéveloppement en Afrique australe
  18. 18. Le bassin du Limpopo : rareté del’eau, inégalités et jeux de pouvoir Une forte pression du 2005 Rainfall 1998-2008 changement climatique sur les ressources en eau Des politiques de l’eau élaborées mais non mises en œuvre Des marchés défaillants et de fortes inégalités accentuant la pauvreté De jeux de pouvoir toujours importants (minéraux)
  19. 19. Les plateformes d’innovation: un cerclevertueux pour sortir de la pauvreté Marchés locaux Responsabilisation des produteurs (50% de femmes), meilleure gestion des pâturages remplaçant 15$US par chèvre de fourrageElevage amélioré: 60$US / chèvre 150$US par an Sécheresses récurrentes Mortalité 10% variabilité climatique croissante, faible connection aux marchés Maïs pluvial : 16$US par exploitation Elevage: 30$US par an – mortalité 20%
  20. 20. Soutien à la stratégie régionaled’adaptation au changement climatique Stratégie d’adaptation régionale – 3 niveaux Résultats de la recherche sur la valorisation des infrastructures hydrauliques pour l’agriculture et l’élevage Gestion et planification plus équitables des ressources en eau  Echelle locale : conseils de bassins (Mzingwane, Zimbabwe)  Echelles nationale et régionale : GWP, FANRPAN, SADC
  21. 21. Pêche et hydro-électricité durables dans le bassin du Mekong
  22. 22. Soif d’énergie mais faim de poisson… Un bassin riche en eau La pêche fournit 50-80% des protéines animales pour 60 millions d’habitants et MRC, 2010 50% du revenu des ruraux Pêche et sécurité alimentaire menacées par les discontinuités dues aux grands barrages hydroélectriques
  23. 23. Comment faire co-exister durablementpêche et production d’énergie ? Techniques et pratiques de gestion de l’eau améliorant les bénéfices des communautés riveraines Systèmes riz-poisson Recréation de zones humides dans les réservoirs
  24. 24. Dialogue et partage des bénéfices Dialogues multi-acteurs montrant les faiblesses institutionnelles dans la mise en oeuvre des règlementations Valeurs patrimoniales pour les producteurs d’énergie et les communautés
  25. 25. La montée des eaux : une opportunitépour les pauvres du Delta du Ganges ?
  26. 26. Une des régions lesplus pauvres de la planète Pauvreté, insécurité alimentaire, vulnérabilité  Exploitations 0,2 à 0,6 ha  Revenu par famille 700$US/an  80% de la population sous le seuil de pauvreté Excès d’eau en saison des pluies Salinité et pénurie en saison sèche BBS / WorldBank / WFP (2009)
  27. 27. Un potentiel inexploité mais unepression croissante de la salinité Large potentiel d’amélioration de la sécurité alimentaire et des revenus Salinité : une contrainte à transformer en Soil salinity opportunité None Very slight Slight Strong Very strong
  28. 28. Intensification durable des polders:enjeux techniques et institutionnels Daily water salinity Lower threshold limit of salinity - Shrimp Upper threshold limit of salinity - Rice Water salinity (ppt) Rice ShrimpPlusieursmises en valeurpossibles :diversification descultures, poisson Dateet crevettesDes changements politiques nécessaires à tous les niveaux :maintenance des canaux, abandon de la monoculture de riz
  29. 29. Comment ces interventionsaméliorent la sécurité alimentaire Une meilleure résilience  Combinaison d’innovations techniques et institutionnelles protège les agroécosystèmes des chocs (climatiques, économiques…) Sécurité hydrique et alimentaire  Regarder au-delà du « gap » de rendement permet de diversifier la production alimentaire (cultures, pêche et élevage) et les services écosystémiques  Des revenus additionnels qui aident à lutter contre la pauvreté Empowerment  Des droits des individus mieux respectés et une meilleure gouvernance institutionnelle
  30. 30. Merci Danke schön a.vidal@cgiar.org www.waterandfood.orgwww.slideshare.net/cpwf

×